Navigation – Plan du site

Autour de l’institutionnalisme monétaire

Date limite d’envoi : 30 novembre 2018

Coordonnateurs : Pierre Alary, pierre.alary@univ-lille1.fr

Ludovic Desmedt, Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr

Appel à contributions : Autour de l’institutionnalisme monétaire

Les travaux menés à partir des années 1970-1980, tout particulièrement en France, ont considérablement renouvelé les idées monétaires. Ce renouveau théorique a trouvé sa source dans la convergence de plusieurs traditions de la pensée économique : les approches marxistes, keynésiennes, régulationnistes et circuitistes. Elles ont donné lieu à des ouvrages théoriques riches, souvent pluridisciplinaires, qui ont durablement marqué le paysage : Marchands, salariat et capitalisme (Benetti & Cartelier, 1980), La Violence de la monnaie (Aglietta & Orléan, 1982), Nomismata (Servet, 1984), Monnaie privée et pouvoir des princes (Boyer-Xambeu, Deleplace & Gillard, 1986). Ces recherches menées par des économistes et convergeant vers une conception non plus instrumentale mais institutionnaliste de la monnaie, ont suscité l’intérêt d’une communauté plus large de chercheurs en sciences sociales – en histoire, anthropologie, sociologie, droit, psychologie et philosophie.

Plusieurs directions ont alors été explorées. La puissance analytique de Simmel a été redécouverte (À propos de “Philosophie de l’argent” de Georg Simmel, Grenier et alii, 1993 ; Simmel et les normes sociales, Baldner & Gillard, dir., 1996). La confiance a fait l’objet de nombreux travaux (La Construction sociale de la confiance, Bernoux & Servet, dir., 1997 ; La Confiance en question, Laufer & Orillard, dir., 2000), de même que la souveraineté dans son rapport à la monnaie et à la finance (Régimes économiques de l’ordre politique, Théret, 1992 ; La Monnaie souveraine, Aglietta & Orléan, dir., 1998 ; La Monnaie dévoilée par ses crises, Théret, dir., 2007). Marquées par l’interdisciplinarité, ces recherches sont toujours très vivantes. Elles sont mobilisées par de nouveaux chercheurs et en constantes redéfinitions comme le montre la richesse des contributions présentées au colloque « Intitutionnalismes monétaires francophones : bilan, perspectives et regards internationaux » à Lyon (juin 2016).

Cet appel à contributions vise à attirer des travaux contemporains sur l’institutionnalisme monétaire. À travers les contributions suscitées, il souhaite interpeller les chercheurs qui font vivre ce courant de pensée, qui le nourrissent et le transforment afin de mieux comprendre l’importance de la monnaie dans les pratiques économiques et plus largement dans les sociétés prises comme un tout. Plusieurs axes de réflexion peuvent être explorés.

1. Sur quelles bases conceptuelles s’appuie l’institutionnalisme monétaire, que celles-ci viennent de la sociologie économique, de l’histoire, de l’anthropologie ou de la philosophie ? Quel rôle ces disciplines ont-elles joué dans le développement de ce courant de pensée ? Dans quelle mesure peut-on inscrire l’institutionnalisme monétaire, voire l’enraciner, dans les écoles historiques (par exemple le chartalisme allemand – Müller, Knapp, Weber – prolongé par Keynes et les néo-chartalistes anglosaxons – Innes, Wray –, ou l’ancien institutionnalisme économique américain – Veblen, Mitchell, Commons), ou dans des approches socio-anthropologiques (comme celles de Polanyi, de Mauss et de Simiand), ou encore dans des perspectives philosophiques (de Proudhon à Deleuze et Guattari) ?

2. Dans un contexte pluridisciplinaire, peut-on fixer des limites à la validité d’un concept ? Quelle évaluation peut-on faire de ces concepts par rapport aux nouveaux terrains d’exploration qui se font jour (zone euro, capitalisme financiarisé, produits dérivés, crise, monnaies alternatives et locales, bitcoin…) ? En d’autres termes, comment l’institutionnalisme s’empare-t-il et adapte-t-il des concepts préétablis pour analyser la diversité des systèmes et régimes monétaires observables y compris dans le capitalisme (monnayage capitaliste/ marchand / social, réserve / paiement /compte, monopole / concurrence / complémentarité, unicité / pluralité, violence / confiance / foi sociale, souveraineté / légitimité, monnaie / valeur, etc.). Y a-t-il consensus ou convergence sur ces concepts et sur leurs articulations ou, au contraire, l’étude de terrains nouveaux et spécifiques entraîne-t-elle nécessairement un renouvellement conceptuel permanent ?

3. Un apport majeur des institutionnalismes est de renvoyer la monnaie à un projet politique, à la constitution de la société, à une hiérarchie de valeurs. Le concept de confiance éthique, par exemple, introduit au cœur de la monnaie cet élément transcendant du système des valeurs constitutif de l’unité du corps social. Mais il reste à analyser les types de relations que sont susceptibles d’entretenir le lien et/ou l’ordre monétaire et le lien et/ou l’ordre politique selon les sociétés. La nature d’un projet ou d’un compromis politique fondateur d’un tout social doit-elle être intimement liée à une forme particulière de monnaie et de dettes à honorer ? Comprendre ces liens et les modalités de leur interdépendance, de leurs influences mutuelles et de leur hiérarchisation semble crucial dans une perspective institutionnaliste interdisciplinaire. Ils s’opèrent du politique vers la monnaie mais, en même temps, la monnaie est essentielle à la construction de l’ordre politique.

Soumissions

Les propositions d’articles doivent être soumises par courriel avec « Appel à communications » en titre du courriel. Assurez-vous que l’article n’excède pas les 10 000 mots et qu’il suit les instructions aux auteurs de la Revue de la Régulation, qui sont présentées ici : http://regulation.revues.org/1701

Les propositions d’articles doivent être envoyées aux adresses électroniques suivantes : pierre.alary@univ-lille1.fr

Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr

regulation@revues.org

Les articles seront examinés de manière anonyme, conformément à la procédure habituelle de la Revue.

Date limite de soumission : 30 novembre 2018