Navigation – Plan du site

Accumulation et politique : approches et concepts

Date limite d’envoi : 30 novembre 2018

Coordinateurs : Matthieu Ansaloni, Matthieu Montalban, Antoine Roger & Andy Smith

Accumulation et politique : approches et concepts

Le capitalisme est un mode de production dominé par un régime de propriété privée, le rapport monétaire, le rapport salarial et la logique d’accumulation du capital. Dans les écrits classiques, l’accumulation s’analyse comme le fruit d’une extorsion de la plus-value et une reproduction élargie du capital (Marx, 2006 [1867]) ou comme le fruit d’un règlement des conduites et une organisation méthodique du processus productif (Weber, 2008 [1905], 2014 [1921]). Dans un cas comme dans l’autre, l’accent est mis sur la quête incessante du profit : celle-ci est permise par une structuration politique – un pouvoir inégalement distribué permettant de délimiter les questions et les problèmes légitimes – qui appelle à une prise en charge par des politiques publiques. Les rapports de force ne viennent pas seulement étayer ou guider la quête incessante du profit : ils les instituent et les structurent intégralement (Palermo, 2007).

La séparation formelle (non pas substantielle) des ordres politique et économique conditionne l’accumulation : le capitalisme se développe précisément dans la mesure où il est perçu comme le produit de logiques économiques autonomes, plus ou moins soutenues ou encadrées par des mesures politiques qui seraient extérieures (Wood, 1981). La question centrale est alors de mettre au jour, dans des situations historiques particulières, les rapports de force qui contribuent à imposer ce principe de vision et de division. Il s’agit donc de caractériser un processus – éminemment politique – de dépolitisation de l’économie.

Le présent appel vise à susciter un débat large sur les approches (donc les concepts et les méthodes) susceptibles de saisir l’accumulation du capital comme le fruit de rapports de force politiques, ainsi que sur la capacité d’explication des processus observés par ces approches. Les propositions pourront questionner les lectures existantes de l’accumulation (la théorie de la régulation par exemple) en évaluant la possibilité d’y introduire une analyse systématique des rapports de force politiques constitutifs du capitalisme. D’autres pourront proposer des lectures alternatives de l’accumulation à partir d’un réexamen de concepts de sciences sociales, qu’il s’agisse de l’appareillage de la sociologie économique, de celui de la sociologie politique (incluant la sociologie de l’action publique) ou bien de la théorie des champs (inter alia). Des propositions tournées vers les dynamiques sectorielles seront les bienvenues, comme d’autres visant à questionner les frontières nationales comme espace pertinent de l’analyse de l’accumulation pour favoriser la prise en compte de jeux d’échelles. Les propositions devront afficher une visée théorique et leur capacité à rendre compte dans le même temps de données empiriques sera valorisée.

Les contributions pourront, entre autres, couvrir les questions suivantes :

  • Quelles sont les forces qui produisent la division et la redéfinition des frontières entre ordre politique et ordre économique ? En quoi cette division et sa forme produisent-elles des régimes économiques de l’ordre politique spécifiques ou des régimes politiques de l’ordre économique ?

  • En quoi les formes de l’accumulation capitaliste sont-elles déterminées par et déterminent-elles les structures politiques ? La financiarisation du capital induit-elle ou est-elle conditionnée à une certaine forme de régime politique ?

  • En quoi la transnationalisation de l’accumulation du capital conditionne-t-elle les transformations politiques et les formes de l’État et des territoires ? En quoi l’accumulation par les firmes transnationales et dans les chaînes globales de valeur ou les formes sectorisées de l’accumulation sont-elles co-déterminées par et avec les régimes politiques ? En quoi une dynamique d’accumulation sectorielle ou régionale différenciée est-elle de nature à façonner des formes d’organisation politique ou étatique ? Et réciproquement, en quoi le processus politique favorise-t-il l’accumulation de certains secteurs ou sur certains territoires vis-à-vis d’autres ? En quoi les approches actuelles permettent-elles de rendre compte ou de dépasser les problématiques en termes de capture réglementaire par les grandes firmes ? En quoi les formes d’accumulation dans l’entreprise ou dans certains secteurs s’articulent-elles avec des formes du rapport salarial et de contrôle/d’exploitation du travail engendrant des conflits et médiations politiques ? Et inversement, en quoi les formes de médiation politique incitent-elles à développer certaines formes d’accumulation et de subordination du travail ?

  • Quels sont les apports et les limites de la théorie de la régulation dans l’intégration des dynamiques politiques et d’accumulation du capital ? En quoi les apports des théories des champs (Bourdieu, 2000 ; Fligstein, 2001), marxistes ou autres peuvent-ils y être intégrés de façon complémentaire ?

  • En quoi le capital peut-il être appréhendé comme un pouvoir et en quoi ce pouvoir se distingue-t-il et s’articule-t-il au pouvoir politique et au pouvoir symbolique ?

Il nous paraît pertinent de lancer un appel sur cette thématique de l’accumulation et la/le politique dans un contexte où les formes d’accumulation du capital se transforment et où un renouvellement sur la dialectique entre ces thématiques et entre les diverses sciences sociales (économie politique, science politique et sociologie) apparaîtrait salutaire.

L’accumulation comme point aveugle des travaux en sociologie économique et science politique

Les sociologues et politistes n’ont guère recouru au concept d’accumulation dans leurs travaux. Tentant d’apporter des réponses aux questions posées par l’économie néoclassique, les sociologues de l’économie tendent à se concentrer sur l’appariement de l’offre et de la demande et la formation des prix (e.g. Callon, 2017 ; Callon, Latour, 2017), la coordination des choix individuels en situation d’incertitude (e.g. Nee, Swedberg, 2007) ou encore la stabilisation des échanges marchands (e.g. Fligstein, 1996, 2001). D’autres mettent l’accent sur la formation des valeurs, déterminée au terme d’ajustements et en appui sur des « formes conventionnelles » (Boltanski, Esquerre, 2017). Les politistes laissent eux aussi dans l’ombre la question de l’accumulation. Le courant des « variétés du capitalisme » distingue des configurations nationales : la coopération entre les firmes amène à une situation d’équilibre que scellent des institutions présentant une certaine complémentarité (e.g. Hall, Soskice, 2001 ; Hancké, Rhodes & Thatcher, 2007 ; Jackson & Deeg, 2012).

De l’accumulation au cœur de l’économie politique critique au besoin croissant d’intégration explicite de l’ordre politique

En quête d’une parade à l’économie néoclassique, des économistes hétérodoxes ont placé au cœur de leur analyse la question de l’accumulation. Les principales analyses postkeynésiennes ont avant tout visé à formaliser les modèles de croissance et leur (in)stabilité, en étendant les principes de la demande effective à long terme ; l’analyse des processus politiques sous-jacents n’était pas leur objet premier (Robinson, 1972 [1956], Kaldor, 1961). Les contributions importantes de Kalecki (1943) et Minsky (1986) doivent cependant être signalées : l’une vise à montrer que les classes dominantes peuvent avoir un intérêt à maintenir le sous-emploi et s’opposer par conséquent à des réformes qui assureraient le plein-emploi et la croissance ; l’autre amène à considérer que les cycles financiers façonnent en partie les attitudes favorables ou non à la dérégulation financière.

Les thèses marxistes issues des travaux sur l’impérialisme ont par ailleurs tenté d’analyser les rapports de force politiques entre États comme conséquences des processus d’accumulation (Luxemburg, 1967 [1913]). Pour Wallerstein (1974), l’appropriation de la plus-value s’opère ainsi au bénéfice de quelques États et au détriment d’autres, périphériques, qui leur offrent une main-d’œuvre à bas coût et de nouveaux marchés de consommation. Des prolongements peuvent être cherchés dans la mise en évidence de processus d’« accumulation dépendante » (Frank & Amin, 1978) ou d’« accumulation par dépossession » (Harvey, 2010 [2003]). Mais ces travaux ne rendent compte des processus politiques que de manière assez distante ; ils n’insistent guère sur les structures politiques sous-jacentes à l’accumulation ni sur la relative autonomie du politique. Les travaux de Poulantzas (2013 [1976]) ont en revanche pu rendre compte de façon assez précise des processus de structuration de l’État comme terrain d’activité stratégique distinct mais connecté au capital ; mais ils n’ont pas permis d’étudier finement les formes prises par l’accumulation. On perçoit qu’un dialogue entre ces deux types de littératures et de problématiques (accumulation et politique) pourrait être fructueux. La théorie de la régulation a suscité des avancées qui appellent des approfondissements.

L’intégration du politique et de l’accumulation

Une première vague de travaux issus de la théorie de la régulation articule une dynamique d’accumulation proprement économique et des mesures politiques externes qui la soutiennent (Aglietta, 1997 [1976] ; Boyer & Mistral, 1979 ; Labrousse & Michel, 2016). Dans cette optique, l’activité marchande est plus ou moins encastrée dans des institutions politiques ; des forces politiques peuvent compenser les effets des forces économiques en imposant des règles de solidarité (Boyer & Hollingsworth, 1997, p. 435-437 ; Boyer, 2015). Une même orientation peut être relevée chez les auteurs qui se concentrent sur les structures sociales de l’accumulation et qui postulent une canalisation des cycles de croissance par des « ordres institutionnels » politiquement négociés (Gordon et al., 1996 ; Kotz, 1994).

Dans un registre voisin, Bob Jessop caractérisait des structures économiques autonomes. Selon lui, des alliances politiques sont par ailleurs nouées entre des fractions de classe. Des « stratégies d’accumulation » sont alors développées pour donner une forme et une cohérence à l’ensemble. Celle qui est relayée par l’appareil administratif de l’État devient un « mode de régulation ». Les articulations observées entre forces économiques et politiques sont contingentes. Mais les premières produisent malgré tout un effet de « sélectivité stratégique » (Jessop, 1982 ; 1991).

Pour une seconde vague de travaux régulationnistes, l’étude des processus de régulation politique est devenue beaucoup plus centrale à l’analyse des transformations du mode de régulation capitaliste. L’approche topologique de Bruno Théret (1992 et 1999) met ainsi en rapport ordre économique et ordre politique et propose une analyse des régimes économiques de l’ordre politique ; elle peut être appliquée à l’étude de l’interaction – vertueuse ou non – entre régime politique et accumulation du capital (cf. par exemple : Marques-Pereira & Théret, 2001-2002).

Wolfgang Streeck (2014) s’attache pour sa part à pointer le démantèlement du « capitalisme démocratique » formé dans l’après-guerre : il met en évidence une forme spécifique d’accumulation lorsque, dans les années 1970, une « révolte du capital » amène à abaisser le niveau de contreparties fiscales qu’assumaient jusqu’alors les détenteurs de capitaux. La prise en compte des classes sociales, des compromis socio-politiques et des logiques d’hégémonie caractérise aussi les travaux récents de Bruno Amable et de Stefano Palombarini (2017), qui en cela se distinguent de ceux de Hall et Soskice (2001). Selon eux, les transformations du capitalisme français plongent leurs racines dans l’effritement du « bloc social » dominant et dans une redéfinition des alliances politiques. Une autonomie est reconnue au politique et l’approche permet de rendre compte des processus politiques amenant aux modifications des institutions des modèles de capitalisme, sans toutefois s’intéresser au premier plan aux dynamiques et formes d’accumulation du capital.

Jonathan Nizan et Shimshon Bichler (2009) abordent quant à eux la question de façon originale, en appréhendant le capital comme un pouvoir. Selon eux, l’accent doit être placé sur les pratiques de « sabotage » (au sens défini par Veblen), autrement dit sur la propension des firmes à contenir leur expansion pour éviter une surproduction qui ferait obstacle à l’accumulation, plutôt que sur les rapports de force capital/travail (Nitzan, Bichler, 2009). C’est la primauté de l’« accumulation différentielle » : dans un système capitaliste, l’accumulation ne serait pas une fin en soi ; l’objectif est d’accumuler plus que les autres pour échapper à leur emprise (Nitzan, 1998). Toute activité économique repose alors sur l’exercice d’un « pouvoir » et engage des considérations politiques (Nitzan, Bichler, 2000). Ces propositions suscitent un certain nombre de questionnements sur la place spécifique du politique par rapport au capital et à l’accumulation (Knafo et al., 2013).

Soumission

L’article définitif devra être envoyé avant le 30 novembre 2018 aux adresses suivantes :

Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Les instructions aux auteurs pour les articles scientifiques quant aux normes éditoriales de la Revue de la Régulation peuvent être trouvées ici : http://journals.openedition.org/regulation/1701

Les articles sélectionnés seront évalués selon la procédure classique d’envoi à des rapporteurs anonymes.

Bibliographie

Aglietta Michel (1997) [1976], Régulation et crises du capitalisme. L’expérience des États-Unis, Paris, Odile Jacob

Amable Bruno (2017), Structural crisis and institutional change in modern capitalism. French capitalism in transition, Oxford, Oxford University Press

Amable B. & Stefano Palombarini (2017), L’Illusion du bloc bourgeois. Alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir.

Baran Paul & Sweezy Paul (1970) [1966], Le Capitalisme monopoliste : un essai sur la société industrielle américaine, Paris, Maspero.

Boltanski Luc & Chiapello Eve (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc & Esquerre Arnaud (2014), « La “collection”, une forme neuve du capitalisme. La mise en valeur économique du passé et ses effets », Les Temps Modernes, no 679, p. 5-72.

Boltanski Luc & Esquerre Arnaud (2017), Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (2000), Les Structures sociales de l’économie, Paris, Liber.

Boyer Robert (2007), « Capitalism Strikes Back: Why and What Consequences for Social Sciences? », Revue de la régulation [En ligne], no 1 | Juin/June, mis en ligne le 24 décembre 2007, consulté le 06 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/2142 ; DOI : 10.4000/regulation.2142

Boyer Robert (2015), Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, Paris, La découverte.

Boyer Robert (1986), Théorie de la régulation. Une analyse critique, Paris, La Découverte.

Fligstein Neil (1996), “Markets as politics: a political-cultural approach to market institutions”, American sociological review, 61(4), p. 656-673

Fligstein Neil (2001), The Architecture of Markets. An Economic Sociology of Twenty-First-Century Capitalist Societies, Princeton, Princeton University Press.

Fligstein Neil & McAdam Doug (2012), A Theory of Fields, Oxford, Oxford University Press.

Frank André Gunder & Amin Samir (1978), L’Accumulation dépendante, Paris, Anthropos.

Friedman Milton (2009) [1962], Capitalism and freedom, Chicago, University of Chicago Press.

Gane Nicholas (2012), Max Weber and contemporary capitalism, Dordrecht, Springer.

Gordon David, Weisskopf Thomas E. & Bowles Samuel (1996) “Power, Accumulation and Crisis: The Rise and Demise of the Postwar Social Structure of Accumulation”, in Lippit Victor D. (ed.), Radical Political Economy: Explorations in Alternative Economic Analysis, Armonk, M.E. Sharpe, p. 226-244.

Hall Peter A. & Soskice David (eds.) (2001), “An Introduction to Varieties of Capitalism”, in Hall Peter & Soskice David (eds), Varieties of capitalism: The institutional foundations of comparative advantage, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 1-71.

Hall Peter & Thelen Kathleen (2009), “Institutional change in varieties of capitalism”, Socio-Economic Review, 7(1), p. 7-34

Hancke Bob, Rhodes Martin & Thatcher Mark (eds) (2007), Beyond Varieties of Capitalism: Conflict, Contradictions, and Complementarities in the European Economy, Oxford, Oxford University Press.

Hardt Michael & Negri Antonio (2004), Multitude, Paris, La découverte.

Harvey David (2010) [2003], Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires.

Hollingsworth J. Rogers & Boyer Robert (1997), Contemporary capitalism: The embeddedness of institutions, Cambridge, Cambridge University Press.

Jackson Gregory & Deeg Richard (2012), “The long-term trajectories of institutional change in European capitalism”, Journal of European public policy, 19(8), p. 1109-1125.

Jessop Bob (1982), The Capitalist State, New York, New York University Press

Jessop Bob (1991), “Accumulation strategies, state forms and hegemonic projects”, in Clarke Simon (ed.), The State Debate, London, Palgrave Macmillan, p. 157-182.

Kaldor Nicholas (1961), “Capital accumulation and economic growth”, in Lutz Friedrich & HAGUE Douglas (eds.), The Theory of Capital, London, Macmillan, p. 177-222.

Kalecki Michal (1943), “Political Aspects of Full Employment”, Political Quaterly, vol. 14, no 4, p. 322-330.

Kotz David (1994), “Interpreting the Social Structure of Accumulation Theory", in Kotz David, McDonough Terrence & Reich Michael (eds.), Social Structures of Accumulation: The Political Economy of Growth and Crisis, Cambridge, Cambridge University Press, p. 50-71.

Knafo Samuel, Hughes Matthieu & Wyn-Jones Steffan (2013), “Differential accumulation and the political economy of power”, in Di Muzio Tim (ed.). The Capitalist Mode of Power: Critical Engagements with the Power Theory of Value, London, Routledge, p. 134-151.

Labrousse Agnès & Michel Sandrine (2016), “Accumulation regimes”, in Jo T-H, L. Chester & C. D’ippoloti (eds), Handbook of Heterodox Political Economy, London, Routledge, 15 p.

Lapavitsas Costas (2009), “Financialised capitalism: Crisis and financial expropriation”, Historical Materialism, 17(2), p. 114-148.

Lordon F. (1999), « Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation, no 3, p. 169-207.

Luxemburg Rosa (1967) [1913], L’Accumulation du capital (Tome 2), Paris, Maspero.

Marques-Pereira J. & Theret B. (2001-2002), « Régime politique, médiations sociales de la régulation et dynamiques macroéconomiques », L’Année de la Régulation, no 5, p. 105-143.

Marx Karl (2006) [1867], Le Capital (Livre 1), Paris, Puf.

Minsky H. (1986), Stabilizing an unstable Economy, New Haven, Yale University Press.

Nee Victor & Swedberg Richard (2007), On Capitalism, Stanford, Stanford University Press.

Nitzan Jonathan (1998), “Differential Accumulation: towards a new political economy of capital”, Review of International Political Economy, 5(2), p. 169-216.

Nitzan Jonathan & Bichler Shimshon (2000), “Capital Accumulation: Breaking the Dualism of ‘Economics’ and ‘Politics’”, in Palan Ronen (ed.), Global Political Economy: Contemporary Theories, New York, Routledge, p. 67-88.

Nitzan Jonathan & Bichler Shimshon (2009), Capital as Power: A Study of Order and Creorder, New York, Routledge.

Palermo Giulio (2007), “The ontology of economic power in capitalism: mainstream economics and Marx”, Cambridge Journal of Economics, 31(4), p. 539-56.

Piketty Thomas (2013), Le Capital au xxie siècle, Paris, Le Seuil.

Poulantzas N. (2013) [1976], L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Les prairies ordinaires.

Rand Ayn (1986) [1967], Capitalism. The Unknown Ideal, London, Penguin.

Robinson Joan (1976) [1956], L’Accumulation du capital, Paris, Dunod.

Streeck Wolfgang (2010), “E pluribus unum? Varieties and commonalities of capitalism”, MPIFG discussion papers, 10/12

Streeck Wolfgang (2015) [2013], Le Temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Gallimard.

Théret Bruno (1992), Les Régimes économiques de l’ordre, Paris, Puf.

Théret Bruno (1999), « La régulation politique, le point de vue d’un économiste », in Commaille J. & Jobert B. (dir.), Les Métamorphoses de la régulation politique, Paris, LGDJ, coll. « Droit et société », p. 83-118.

Vercellone Carlo (2008), « La thèse du capitalisme cognitif : une mise en perspective historique et théorique », in Colletis Gabriel & Paulre Bernard. (dir.), Les Nouveaux horizons du capitalisme. Pouvoirs, valeurs, temps, Paris, Economica, p. 71-95.

Vercellone Carlo (2014), “From the Mass-Worker To Cognitive Labour: Historical and Theoretical Considerations”, in Van Der Linden Marcel, Roth Karl Heinz & Henninger Max (eds.), Beyond Marx. Theorising the Global Labour Relations of the Twenty-First Century, Chicago, Haymarket.

Wallerstein Immanuel (1974), The modern World-System, Capitalist Agriculture and the Origins of the European World Economy in the Sixteenth Century, New York, Academic Press.

Weber Max (1991) [1923], Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard.

Weber Max (2008) [1905], L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Champ-Flammarion.

Weber Max (2014 [1921]), La ville, Paris, La découverte.

Wood Ellen Meiksins (1981), “The separation of the economic and political in capitalism”, New Left Review, no 127.

Haut de page