Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Repenser en interdisciplinarité et dans sa diversité l’universalité du média monétaire

À propos de l’ouvrage dirigé par Keith Hart : Money in a Human Economy
Jean-Michel Servet
Référence(s) :

Keith Hart, Money in a Human Economy, New York/Oxford, Berghahan, VI-308 p.

Texte intégral

  • 1 Au sens donné à l’interdisciplinarité (distincte de la pluridisciplinarité et de la multidisciplina (...)
  • 2 Signalons ici, comme une poursuite de ces analyses, le séminaire « La souveraineté monétaire et la (...)

1L’ouvrage coordonné et introduit par Keith Hart sous le titre Money in a Human Economy [La monnaie dans une économie humaine] doit intéresser celles et ceux qui combattent les approches orthodoxes de la monnaie et de la finance en ayant pour objectif de contribuer à une pensée alternative. Dans la Revue de la Régulation, ont été cités et analysés divers ouvrages qui traitent de la monnaie en intégrant des apports des autres sciences sociales et humaines avec la collaboration d’économistes. On pense notamment aux discussions poursuivies depuis la publication, il y a vingt ans, de La Monnaie souveraine (Aglietta & Orléan, 1998) ou, une décennie plus tard, engagées par La Monnaie dévoilée par ses crises dirigé par Bruno Théret (analysé par Boyer, 2008). Leur écriture s’est faite au cours d’échanges interdisciplinaires denses1 et ils apparaissent comme des exemples de collaborations fécondes2.

  • 3 L’ethnologie apparaît aujourd’hui comme la discipline ayant le plus renouvelé la vision de la monna (...)

2Les articles constituant Money in a Human Economy ont été rédigés par six anthropologues3 : deux sociologues, deux historiens économistes, deux économistes hétérodoxes et un professionnel sans affiliation disciplinaire. Cette prépondérance d’anthropologues par rapport aux économistes traduit :

  • 4 On pourrait ici établir un parallèle avec une autre marchandise fictive (au sens de Karl Polanyi) : (...)

3- d’une part une révolution dans les savoirs, qui fait qu’un objet traité longtemps comme essentiellement du domaine des économistes4 et accessoirement des historiens numismates est désormais investi par l’ensemble des sciences sociales et en particulier par l’anthropologie ;

  • 5 Cela peut être réalisé dans un lieu où l’observateur est potentiellement en position dominante ou, (...)

4- et d’autre part un souci d’aborder la question non pas de façon distancée, mais comme le fait un ethnologue sur le terrain, en relevant de façon la plus précise possible, ce que les gens pensent, ce qu’ils désirent et ce qu’ils apparaissent faire réellement5.

5Les apports des différents savoirs ne sont pas agglutinés par pluri ou multidisciplinarité. L’ouvrage est interdisciplinaire au sens d’une déconstruction révélant des hypothèses fondatrices du discours des économistes sur les rapports des humains aux ressources, au financement de leurs activités, sur la transformation de la matière et la production (dont celle des moyens de communication), sur le transfert des biens et services et leur consommation finale.

6Cette publication prolonge une conférence, « Money in the Making of World Society6 », tenue du 19 au 21 août 2014 dans le cadre d’un programme sur l’économie humaine que, depuis 2011, Keith Hart co-anime en Afrique du Sud, à l’université de Pretoria7. Cet anthropologue britannique, né en 1943 à Manchester et diplômé de Cambridge University, travaille depuis près d’un demi-siècle aux confins de l’économie. Son approche apparaît comme une contribution pertinente à la critique des hypothèses constitutives de ce savoir et de sa distanciation croissante d’avec le réel au cours des dernières décennies. Il a enseigné et participé à des programmes de recherches à travers le monde dans un nombre impressionnant d’universités depuis le milieu des années 1960 : East Anglia, Manchester, Yale, Michigan, McGill, Chicago, Northwestern, University of West Indies, Cambridge, Aberdeen, Goldsmiths, Londres, Pavie, Oslo, Stellenbosch, Witwatersrand, Kwazulu Natal et finalement Pretoria. Avant d’entamer une carrière universitaire après la soutenance de son doctorat (1969), sa passion pour les jeux d’argent, d’abord les courses de chevaux, le cours de la bourse et celui de produits agricoles, puis sa fonction de consultant en développement l’avaient engagé dans des recherches de terrain originales. Pour un apprenti anthropologue, il s’agissait d’expériences exceptionnelles. Il n’a pas abandonné les jeux d’argent quand il est devenu universitaire (Hart, 2013).

  • 8 Keith Hart prépare actuellement la publication d’une autobiographie. Sans attendre celle-ci, on peu (...)
  • 9 La sphère de ceux ayant une formation d’économiste qui le citent ou ont collaboré aux mêmes ouvrage (...)
  • 10 Traduit sous le titre de The Human Economy, voir : Cattani, Hart & Laville, 2010. Voir son analyse (...)

7Jusqu’ici, Keith Hart a été reconnu par les économistes surtout comme initiateur de l’idée d’« économie informelle » dans ses travaux de terrain réalisés au Ghana entre 1965 et 1968 (Hart, 1973) ; une expression reprise par une mission de l’OIT au Kenya en 1972 et largement diffusée ensuite (International Labor Office, 2013, p. 3-4). Cette innovation lui a valu, en tant qu’anthropologue (fait remarquable), de contribuer au célèbre Palgrave Dictionary of Economics (Hart, 1987). Ses autres travaux sur les marchés et la monnaie8 et sur Karl Polanyi et l’anthropologie économique (Hann & Hart, 2009 ; 2011) paraissent, pour le moment, moins connus des économistes9 tout comme sa contribution à l’édition anglaise du Dictionnaire de l’économie solidaire10. Bruno Théret et Jérôme Blanc ont par exemple fait référence à ses travaux sur la monnaie, notamment en prolongeant son idée d’une triple face de celle-ci (Théret, 2008 reprenant Hart, 1986).

Une dédiabolisation de l’interdépendance des humains par le média monétaire

  • 11 Sur cette opposition, voir : Godelier, 1971, p. 134 et 137. Voir surtout Godelier 1974 et son inter (...)

8L’expression « économie humaine » promue par Keith Hart n’est pas un oxymore ; ce qu’elle paraît aux yeux de ceux qui pensent que l’économie ne peut qu’être inhumaine et même s’oppose à la solidarité. Car sa compréhension de l’économie peut être considérée comme « substantive ». De ce point de vue, elle poursuit la vision polanyienne11. Selon celle-ci (Servet 2018b) les activités appréhendées comme « économiques » et visant à la satisfaction des besoins humains, matériels et immatériels, sont immergées dans l’ensemble des pratiques sociales. Elles impliquent une pluralité de rapports de production et d’échange qu’expriment une interdépendance des activités des humains, leurs interactions et leurs liens avec la nature, dont ces rapports sont partie prenante. Cette compréhension dite « substantive » de l’économie s’oppose à celle dite « formaliste ». Celle-ci réduit l’économique à une rationalité optimisatrice ajustant les fins et les moyens dans un monde en perpétuelle lutte contre la rareté et où les individus, vus comme désocialisés ou plutôt comme reliés par la seule logique de la confrontation de leurs intérêts sur les marchés, et guidés par les mouvements de prix, sont dépourvus d’identités sociales mais sont essentiellement porteurs de fonctions économiques. Comme le montre La monnaie dans une économie humaine, si les humains ajustent leurs fins aux moyens dont ils disposent, il apparait erroné de réduire toute l’activité économique à son exercice sur des marchés concurrentiels. Un des co-auteurs de l’ouvrage, pour définir l’économie humaine et sa relation à la monnaie, indique :

  • 12 « The human economy idea refers to an economy whose focus is placed “both on what people do for the (...)

L’idée d’économie humaine se réfère à une économie dont le centre se situe « tant dans ce que les gens font pour eux-mêmes que sur le besoin de trouver les marches à suivre qui doivent impliquer toute l’humanité d’une façon ou d’une autre ». L’argent et les marchés sont indispensables à ce processus12.

(Sean Maliehe, p. 229, reprenant un passage de Hart, Laville & Cattani, 2010)

  • 13 Hart, 1986 ; 2000 ; 2009, « Money in the making of world society » ; ainsi que sa contribution à Ha (...)
  • 14 Goux, 1973 ; 1984. Sur ce lien voir aussi : Dupré, 2016.
  • 15 Ce résultat a été est obtenu à partir de tests de reconnaissance des monnaies ayant cours et n’ayan (...)

9Comme dans de précédentes publications13, le projet de Keith Hart est ici de sortir de l’a priori de la définition de la monnaie par ses fonctions (de paiement, de compte et de réserve) en s’appuyant, entre autres, sur certains apports des sciences sociales et de la philosophie (comme John Locke, Max Weber, Karl Marx, John Maynard Keynes, Karl Polanyi, Georg Simmel et Marcel Mauss) et en les prolongeant. Son objectif est de comprendre l’institution monétaire essentiellement pour ce qu’elle est et apporte aux humains comme instrument de communication (et dont ses fonctions sont la conséquence). On retrouve ici le parallèle avec le langage, dont l’économie a déjà donné des exemples depuis le xviiie siècle. Ce qu’ont montré notamment Jean Joseph Goux dans Économie et Symbolique : Marx, Freud14(1973) et Michel Foucault dans Les mots et les choses (1966) qui a mis en parallèle trois types de discours devenus la linguistique, la science économique et la biologie. Toutefois les langues, lorsqu’elles fonctionnent comme pidgin ou langues dites « internationales », comprennent des traits locaux et nationaux dans leur lexique et leur syntaxe. Les monnaies, quant à elles, peuvent plus aisément franchir les frontières, être converties et s’inter-nationaliser par les vertus du chiffre et la simplicité du change comme traducteur ; sans pour autant parvenir à constituer aujourd’hui ce qui serait une monnaie mondiale (Aglietta, 2017). On peut donc analyser des fondements culturels nationaux d’une monnaie (Bellon, 2017). Dans le programme de Keith Hart, le rapprochement entre langage et monnaie est original puisqu’il s’appuie sur la convergence, via le développement de la numérisation des données et leur traitement électronique et informatique, pour communiquer dans les deux domaines (Hart, 2000). L’aboutissement actuel en est l’usage d’un même instrument, le téléphone portable et l’ordinateur, pour parler et pour payer à distance. Toutefois on peut remarquer que ce lien ne concerne pas seulement l’actuelle révolution des façons de communiquer et ses virtualités. Une validation de l’hypothèse d’un développement simultané du langage et de la reconnaissance monétaire dans l’espèce humaine est engagée par des tests récents sur le fonctionnement du cerveau. Ils sont présentés dans un article au titre, de ce point de vue, percutant : « La monnaie : les bases naturelles d’une institution ». Sacha Bourgeois-Gironde (2009) y montre que : « La monnaie émerge à partir d’une réalité biologique préconstituée, et que des faits sociaux et institutionnels inédits et primitifs sont permis grâce à cette émergence de la monnaie15. » Ce résultat a été est obtenu à partir de tests de reconnaissance de pièces d’une part ayant cours et d’autre part n’ayant plus cours. Ceux-ci lui permettent d’affirmer :

Le stimulus « monnaie » semble emprunter les voies de traitement neuronal utilisées pour la catégorisation d’objets naturels, alors qu’il s’agit d’un objet culturel. Il peut sembler étonnant en effet que la détection de la valeur d’une pièce de monnaie ne s’appuie pas sur les mécanismes cérébraux de décodage sémantique de stimuli verbaux. Une pièce de monnaie semble être traitée par le cerveau à un niveau propre au traitement de stimuli écologiques – comme les visages ou la nourriture – et qui suffit à lui attribuer de la valeur.

10Bien souvent, les tests de ce type ont pu être critiqués car les publics cobayes présentaient des caractéristiques sociologiques et culturelles particulières qui faisaient douter de leur représentativité. Même si l’échantillon de Sacha Bourgeois-Gironde avait été constitué d’étudiants éduqués et d’origine dite « caucasienne » vivant dans des milieux à revenus supérieurs (en général les étudiants des professeurs), les conclusions peuvent ici être reconnues. En faisant des enquêtes dans un bidonville au sud du Sénégal en 1985 et en 1990, sur les comportements d’épargne et les représentations de la monnaie (Servet, 1990), j’avais remarqué que ses habitants étaient incapables de décrire les détails des billets de banque dont ils avaient un usage courant, mais qu’ils les identifiaient immédiatement de façon globale par l’impression générale qu’ils en avaient. Je l’avais attribué à leur illettrisme. Le test dont rend compte Sacha Bourgeois-Gironde (2009) peut l’expliquer si l’on transpose aux billets les résultats obtenus avec des pièces :

[Sa] valeur n’est pas attribuée à la pièce après un décodage de ses propriétés sémantiques (la valeur numéraire inscrite, l’origine nationale) ou conventionnelles (le sujet se représente explicitement que cette pièce qu’on lui montre a cours dans tel ou tel pays). […] Pour expliquer ces observations à première vue surprenantes, on peut formuler l’hypothèse que la monnaie a détourné de son rôle initial un circuit dédié à la détection des objets naturels – très probablement ceux qui sont particulièrement pertinents du point de vue de la survie d’un individu comme les visages des congénères ou la nourriture. […] Nos attitudes face à l’argent révèlent peut-être tout autant une partie de notre patrimoine biologique que de notre identité sociale.

11Si de nouveaux tests similaires à ceux qui viennent d’être cités permettaient de mieux généraliser les résultats des premiers, pourrait être validée l’hypothèse selon laquelle la monnaie est, comme le langage, un élément archaïque (au sens de premier et d’essentiel) de l’humanité. Je vais revenir sur le sens donné à ce qualificatif et sur les conséquences de cette hypothèse à propos des monnaies dites « primitives ». L’idée de la monnaie comme média et certains parallèles avec le langage sont développés par Jane Guyer dans « Money is Good to Think », le deuxième article du livre, qui fait suite à l’introduction de Keith Hart.

12Sacha Bourgeois-Gironde, en 2009 comme dans un article collectif publié en 2011, en a conclu que le test validait l’hypothèse forte en économie de fongibilité générale de la monnaie ; une propriété théorique faisant qu’une monnaie ayant cours légal est supposée, pour payer, être totalement équivalente à une autre monnaie ayant cours légal dans le même espace politique et économique monétaire. Il s’agit d’une vision en quelque sorte idéalisée de la monnaie comme catégorie générale qui ne résiste pas à des enquêtes de terrain sur les comportements monétaires. On peut lui objecter que ce n’est pas parce que les humains opposent les catégories de comestibles et d’incomestibles, que tous les aliments comestibles sont équivalents et sont parfaitement substituables les uns aux autres en tant qu’aliments qui auraient des propriétés uniquement physiques pour la nutrition. On voit ici la nécessité de distinguer les apports des sciences dites « humaines et sociales » de sciences dites « naturelles ». Nous opposons le cru et le cuit, le sucré et le salé, ce que nous aimons manger et ce qui déplait voire répugne : les grenouilles ou le cheval pour les Anglais (mets dont nombre de Français raffolent) ; ou le pidan chinois que les étrangers qualifient d’œuf pourri du fait de son odeur. Nous faisons varier les entrées, le plat principal et les desserts, et selon les cultures, ces catégories. Une infinité d’aliments distincts et non substituables constituent un repas qui n’a pas le même contenu au sein d’une même société selon qu’il est ordinaire, de jeûne, de fête ou de réception.

13De même, le fait d’opposer les visages entre ceux connus et ceux inconnus ne permet pas de faire de ces deux groupes deux catégories homogènes. Parmi ceux dont nous identifions le visage comme « déjà vu », il y a ceux que nous aimons, ceux que nous détestons et ceux qui nous sont indifférents ; ceux qui appartiennent au voisinage ou à une relation professionnelle, etc. Il y a ceux et celles avec qui nous pouvons avoir, ou désirer avoir, tel ou tel type de rapports, les membres de notre famille et ceux qui sont de simples « connaissances », etc. Et parmi les « inconnus », il y a ceux dont l’apparence inspire méfiance et ceux qui suscitent un degré de confiance plus ou moins élevé, avec l’adage selon lequel « l’habit ne fait pas le moine » ou que « le séjour d’un morceau de bois dans l’eau ne le transforme pas en crocodile ». Il en va de même des différents instruments monétaires utilisés dans un système de paiement. On le constate quand on observe la quantité moins importante de cash que les Français détiennent dans leur porte-monnaie en comparaison avec les Allemands, les Suisses ou les Nord-Américains, parce que les premiers paient beaucoup plus fréquemment, naguère par chèques et aujourd’hui par cartes de crédit, que les trois autres populations. Cela révèle une complexité d’usages, qui cloisonnent plus ou moins les divers types de monnaies (liquide, usage de tel ou tel type de compte) et, selon ces usages, les divers supports (carte de crédit, mobile et chèque par exemple). Ces distinctions ne sont pas seulement pratiques et faites pour bien gérer nos budgets. C’est ce qu’ont supposé les nouveaux comportementalistes (Servet, 2018a). En fait, ces distinctions correspondent à des classifications morales qui peuvent s’appliquer à la ressource qui les a rendues disponibles. Des socio-économistes l’ont étudié (Morduch, 2015). On peut illustrer à travers le temps et l’espace la multiplicité des frontières entre ce que l’on peut payer avec une monnaie, et ce qu’il est impossible d’obtenir contre elle ; tout comme les multiples spécialisations des divers instruments, spécialisations qui illustrent les illusions quant à une fongibilité généralisée de la monnaie. Comme l’ont montré Viviana Zelizer, Jane Guyer ou Jérôme Blanc, à la suite des travaux de Karl Polanyi, la monnaie n’est pas fongible. Ses usages sont diversement et plus ou moins limités, cantonnés et plus ou moins intensément cloisonnés. L’anthropologie a joué un rôle essentiel pour penser cette hypothèse et la généraliser au-delà de sociétés exotiques.

14L’ouvrage dirigé par Keith Hart contribue à une dédiabolisation de la monnaie. Comme le marché (Hillenkamp & Servet, 2015), elle n’est pas en soi un instrument d’oppression ou de libéralisation (Servet, 2017). Mais, selon les circonstances, les humains en font le vecteur de l’une ou l’autre ; et même à des degrés divers de l’une et de l’autre. « Money is a great equalizer, but it also fuels inequality », écrit Keith Hart (p. 11). L’ouvrage illustre et argumente abondamment cette double nature : la monnaie apparaît antisociale d’un côté et comme un liant social fort de l’autre. C’est l’une de ses qualités. L’idée séduira ou au contraire irritera certainement les inconditionnels de l’une ou l’autre croyance ; ceux qui, comme Lénine, ont rêvé de supprimer la monnaie et d’utiliser l’or pour faire des latrines et ceux, à l’opposé, qui ont espéré réduire tous les rapports humains à des relations commerciales en croyant ainsi libérer les humains. L’objectif de la réflexion de Keith Hart est de saisir les capacités de la monnaie à jouer un rôle majeur dans les transformations qu’il juge positives et nécessaires dans l’organisation des sociétés contemporaines, en les situant à des niveaux tant locaux que globaux (Hart, 2016). Cela ne peut se réaliser que si la notion de communauté monétaire n’est pas réduite au duo paiement via le marché versus via le circuit public, mais que le rôle des organisations de la société civile est pleinement reconnu (Blanc, 2017) ; notamment à travers, de façon plus générale, les dimensions de commun de la monnaie.

15Toutefois, alors que l’ouvrage donne une approche très nuancée de cette ambiguïté monétaire, il n’évacue pas complétement certaines représentations traditionnelles de la monnaie. Ainsi, Keith Hart réaffirme que la monnaie sert à tout acheter : « If you have some money, there is almost no limit to what you can do with it » affirme-t-il (p. 10). Tout comme Noam Yuran dans « Luxury and the Sexual Economy of Capitalism » – sa contribution à Money in a Human Economy nous redonnant à lire une belle œuvre de Sombart – indique : « In capitalism everything is up for sale. Commoditization makes this ideal indispensable » (p. 95) ; mais il nuance à la page suivante son propos. Ne convient-il pas de rappeler que c’est respectivement en 1833 et 1848 que le Royaume-Uni et la France, les nations parmi les plus avancées du capitalisme de ce temps, ont interdit définitivement l’esclavage dans leurs colonies ? Ce qui constitue une remarquable restriction de la sphère marchande, décidée pour des raisons non de profit mais de morale. La pratique a pu perdurer y compris sous la forme de la servitude par dettes (Breman, Guérin & Prakash, 2012), de façon illégale. Par ailleurs, dans l’ouvrage sont documentés des exemples de cloisonnements monétaires et des limites morales aux usages des divers instruments de paiement dans un même espace (en ce sens, voir Servet, 2009). Quand est affirmée une capacité universelle d’usage d’une monnaie, n’y a-t-il pas confusion entre la représentation de la monnaie et ses formes d’apparition marquée par des complémentarités d’usage de ses divers supports ? Il existe de multiples fractionnements et non un moyen de paiement universel permettant de tout acheter et de tout payer. Cela a bien été analysé par Jérôme Blanc depuis sa thèse sur les monnaies parallèles publiée en 2000. Cela prolonge la critique de l’hypothèse d’une fongibilité générale de la monnaie précédemment évoquée.

  • 16 Sur celles-ci, voir notamment la synthèse de Pepita Ould Ahmed & Ponsot (2015) et les introductions (...)
  • 17 Rien d’étonnant dans la mesure où Hadrien Saiag, avant d’intégrer en tant que post-doctorant le pro (...)

16Compte tenu de la forte compétence francophone de Keith Hart, cette publication aurait pu introduire parmi les chercheurs anglo-saxons, et au-delà par cette médiation linguistique anglophone, quelques spécificités des pensées institutionnalistes monétaires francophones contemporaines16. Espoir déçu. Un tropisme anglophone ou américanophone domine la plupart des articles. En général, il est déterminé par la croyance entretenue par les auteurs (et les éditeurs) selon laquelle le caractère scientifique de leur production serait d’autant plus élevé quand les références sont uniquement de source anglophone. Cela fait que les auteurs contemporains francophones, germanophones, hispanophones, italiens, lusophones, etc. ne paraissent dignes d’être pris en considération que s’ils ont été traduits en anglais (y compris aux yeux d’auteurs polyglottes) ; quand bien même il est possible de considérer leurs écrits comme précurseurs. À la différence de David Graeber (2011), pas (ou très peu) de références aux travaux institutionnalistes contemporains francophones sur la monnaie dans les contributions au volume dirigé par Keith Hart ; et pratiquement aucune dans les autres articles, à l’exception de celui de Nigel Dodd (professeur de sociologie à la London School of Economics) évoquant des travaux de ou édités sous la direction de Michel Aglietta et d’André Orléan (La violence de la monnaie [1984], Souveraineté, Légitimité de la Monnaie [1985], La monnaie souveraine [1998]) et surtout celui de l’économiste et anthropologue Hadrien Saiag17. Dans la mesure où les différents articles de l’ouvrage renvoient peu les uns aux autres, hormis par des références à des travaux de Keith Hart et à ses textes introductifs, l’ouvrage n’a pas produit cette hybridation intellectuelle et culturelle. On espère qu’il sera, sans trop tarder, aisé aux mono-anglophones de mieux connaître et de se référer à ce courant monétaire institutionnaliste français actif depuis les années 1970, grâce à la traduction en anglais d’un ouvrage édité par Pierre Alary, Jérôme Blanc, Ludovic Desmedt et Bruno Théret. Ils ont réuni dans Théories françaises de la monnaie, paru aux Presses Universitaires de France en 2016, sept textes représentatifs de ce courant, en les précédant d’une substantielle introduction. C’est imprégné de ce regard que j’ai lu ce cinquième volume de la collection The Human Economy dirigée par Keith Hart chez l’éditeur anglo-américain Berghahn. Je n’ai retenu ici que quelques points directement relatifs à la monnaie et laissé de côté d’autres éléments qui ont trait notamment à une redéfinition du capitalisme, même si les questions monétaires via la finance sont fortement liées à celui-ci.

17Sous différents contextes (notamment anciens avec ceux de la Grèce et de l’Égypte antiques, de l’Inde à différentes époques et du Lesotho colonial, mais surtout actuels avec ceux de la Chine, du Zimbabwe, de l’Argentine, du Salvador, du Brésil, d’Haïti, de l’Australie, des États-Unis, de la France, d’Israël, et de beaucoup d’autres, dont l’espace non localisé de la cryptomonnaie bitcoin), l’ouvrage fait se rencontrer divers types de monnaie en les traitant comme des innovations. Parmi celles anciennes sont présentées l’invention des pièces et les systèmes de comptabilité publique dans l’Antiquité ainsi que les transferts en Asie du sud ; et parmi les récentes : les cartes de crédit et de dépôt, les transferts monétaires par téléphone portable et les cryptomonnaies. L’universalité de la monnaie est pensée à partir de cette diversité passée et contemporaine. Pour se faire, l’ouvrage se compose de quatre parties dont une introduction du coordonnateur de l’ouvrage. Les trois parties suivantes sont intitulées : « Thinking about Money » ; « The Evolution of Money Today » et « Money in its Time and Place ». On notera la présence d’un index détaillé retenant les thèmes, les concepts, les pays et les auteurs, mais qui semble avoir été réalisé en collant les informations données par les différents auteurs sans effort d’intégration dans un ensemble cohérent.

Une couverture faisant référence à la démonétisation en Inde en novembre 2016

18Il est exceptionnel que le compte-rendu d’un livre signale l’image de sa couverture alors qu’il n’y est pas directement fait référence dans le corps du texte, si ce n’est de façon très allusive (p. 120) par Supriya Singh dans son article intitulé : « The Future of Money is Shaped by the Familiy Practices of the Global South ». Je la commente parce qu’elle se révèle partie intégrante du contenu de l’ouvrage. On y voit des billets indiens de 100, 500 et 1000 roupies18. Cette illustration d’un livre traitant de la dimension humaine de la monnaie, par la figure de Gandhi représentée sur ces coupures, renvoie implicitement à la mesure de démonétisation prise par le gouvernement indien en novembre 2016, postérieure à la rédaction de l’ouvrage mais antérieure à sa parution. Son objectif était de « moderniser les comportements monétaires » grâce à une forte réduction de l’usage du cash dans le pays et son remplacement par des paiements par virement de compte à compte, par carte bancaire ou par transfert téléphonique. Outre les troubles provoqués par cette décision pendant plusieurs semaines dans les relations économiques et sociales au quotidien et même le renforcement de certains rapports informels d’échange et de production pour suppléer la forte et subite carence en moyens de paiement (Fouillet, Guérin & Servet, 2018), on peut relever sa principale conséquence macroéconomique : alors que le taux de croissance du revenu national indien s’établissait à 7,5 % au troisième trimestre 2016, il est tombé respectivement à 6,1 % et à 5,7 % les deux premiers trimestres de 201719, pour ne retrouver un niveau supérieur à 7 % qu’une année plus tard. Comme l’Inde a déjà connu dans un passé récent des périodes de diminution de son rythme de croissance, la cause n’est pas uniquement ce brutal remplacement des billets de 500 et 1000 roupies par de nouvelles coupures de 1000 et 2000 largement indisponibles dans un premier temps. Cette décision politique inattendue (et mal préparée) a contribué à la chute imprévue de la croissance indienne. Pourquoi ? Des migrants sont rentrés chez eux parce que leurs employeurs ne pouvaient plus les payer ; de nombreux commerces ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer, etc. Pour beaucoup, il a fallu presqu’un semestre pour que les activités, au sein desquelles les règlements en liquide prédominent, reprennent leur cours normal. C’est le cas des mariages aussi, qui impliquent le versement d’une dot… et de nombreuses dépenses chez des commerçants. Une brutale réduction de la liquidité disponible dans un pays peut donc immédiatement casser les interdépendances économiques et sociales, provoquant une rupture de liens monétaires avec des effets économiques et sociaux en chaîne ; ici temporairement puisque presque la totalité de la masse monétaire a in fine été convertie et l’argent « au noir » a pour l’essentiel été converti dans les nouveaux billets. Sans nul doute, les autorités indiennes, instruites par des économistes orthodoxes et intégrant seulement la confiance méthodique en la monnaie, croyaient-elles naïvement que celle-ci est un simple moyen pour payer et transmettre des fonds et que les diverses composantes de la masse monétaire peuvent indifféremment et spontanément être substituées les unes aux autres pour assurer ces fonctions essentielles. Les Indiens, privés temporairement de billets, étaient donc supposés spontanément adopter d’autres moyens de paiement considérés comme plus modernes et ensuite conserver ces nouvelles habitudes. Kenneth Rogoff, un des actuels penseurs de l’abandon du cash dans The Curse of Cash (2016), a lui-même très rapidement mis en garde contre la précipitation de la décision du gouvernement indien à l’automne 201620.

19Les diverses contributions de l’ouvrage de Keith Hart permettent de comprendre le caractère vicié de cette anticipation et de saisir certains processus d’innovation et de transformation monétaires que les sociétés humaines ont connus dans le passé ou sont en train de vivre aujourd’hui.

Penser l’universalité monétaire avec et grâce à sa diversité

20Les nombreux exemples traités dans l’ouvrage permettent de bien saisir les tensions existantes entre :

  • 21 Sur les débats sur le lien entre production de produits de luxe et essor du capitalisme, voir : Fra (...)

21- d’un côté une appréhension négative de la monnaie en tant qu’élément permettant l’enrichissement aux dépens des autres ; ce qui dissout la société par l’individualisation, celle-ci pouvant elle-même être appréhendée dans ses aspects négatifs, mais aussi comme un trait positif permettant d’échapper à de nombreuses formes d’oppression et de libérer des capacités personnelles, y compris dans celles de nouer des relations amoureuses comme l’analyse Noam Yuran (p. 81-99) en s’appuyant sur une lecture de Werner Sombart (1921)21 ;

22- et de l’autre la reconnaissance de son pouvoir de faire le bien en liant les humains, notamment grâce à une mesure collectivement acceptée (comme Aristote en a fait la démonstration dans son Éthique à Nicomaque à propos de la valeur relative du produit de l’activité d’un cordonnier et d’un architecte à travers le prix relatif d’une chaussure et d’une maison (Servet & Swaton, 2017).

  • 22 Ayant publié en 1984 une étude à partir du dépouillement de nombreux articles et livres publiés sur (...)
  • 23 « μετάδοσις » ; https://lsj.translatum.gr/wiki

23La reconnaissance de la diversité monétaire étant affirmée dans l’ouvrage, il paraît surprenant que son troisième article (« The Shadow of Aristotle. A History of Ideas about the Origins of Money » par Joseph Noko), à travers un utile inventaire de diverses hypothèses formulées quant à « l’invention de la monnaie », reprenne sans apport critique la fameuse fable du troc. Cet exemple, dans l’ouvrage, de l’apparition des premières pièces en Grèce antique peut être considéré comme scorie d’une ancienne façon d’aborder la monnaie, assez typique d’une représentation économiste de la monnaie saisie à travers ses fonctions traditionnelles. Une vision que j’ai critiquée dans de nombreux travaux, notamment dans Nomismata (Servet, 1984). Quelle que soit la modernité apportée par les pièces, la présentation des premières diffusions de celles-ci comme concrétisant des « Origins of Money in Barter » (titre d’un paragraphe p. 63) (d)étonne. Ce qui serait le témoignage d’Aristote sur une transformation monétaire, en l’occurrence l’introduction dans les cités grecques antiques de pièces (dont les premières furent sans doute frappées en Asie mineure et peut-être coulées simultanément en Chine et peu temps après en Inde) est peu convaincant. Tout d’abord, il conviendrait de prouver que les premières pièces dans les cités grecques fonctionnaient comme monnaie et qu’elles étaient plus que des médailles, ou en quoi ces médailles ont une dimension monétaire… et surtout que leurs fonctions étaient plus modernes que les lingots ou que les obeloï [broches en fer]. Celles-ci ont été en usage simultanément à Sparte et ont donné leur nom à une pièce, l’obole, valant un sixième de drachme ; un terme qui a pour origine, en grec, un poids. N’est-ce pas ici confondre pièce et monnaie ? Ce qui est reconnu en fin d’article dans sa dernière note par Joseph Noko (p. 78). Ou bien cela signifie-t-il que le devenir des pièces comme monnaie doit être privilégié ? Et que leur caractère de monnaie était intrinsèque à ces rondelles de métal précieux ou vil ? Une raison implicite du choix de cet exemple pourrait être que des pièces ont rapidement et largement circulé entre cités, et par conséquent ont dépassé le caractère local de paléomonnaies comme les obeloï qui viennent d’être citées. Au-delà de ces instruments, au départ principalement à usages locaux, quelques siècles avant les pièces, des lingots à base de cuivre ayant une forme standardisée de peaux de bœuf ont circulé à large échelle dans le monde méditerranéen à partir de Chypre jusqu’à la Sardaigne aux côtes levantines, en passant par la Grèce, la Crète, les îles égéennes ; et plus loin, vers l’est, dans le bassin de la mer Noire et sur les reliefs anatoliens (Liard 2010) ; donc beaucoup plus intensément et loin que les toutes premières pièces grecques ou d’Asie mineure, qui avaient des usages essentiellement locaux. Le choix des pièces est sans doute pertinent compte tenu du poids de la numismatique dans l’évolution monétaire. Mais n’aurait-il pas mieux valu, afin d’échapper à tout anachronisme dans les arguments, analyser d’autres périodes davantage documentées et permettant d’obtenir des résultats plus concluants et généralisables22 ? Car le Stagirite, si souvent cité à propos d’une prétendue connaissance de l’invention de la monnaie (confondue avec l’introduction des pièces) n’a pas été témoin de l’événement. Il a vécu plus de deux siècles, voire quatre, après cette innovation dans les cités grecques, qui, en la matière, ont transposé une invention venue de petits royaumes d’Asie mineure (Lydie), et donc l’ont interprétée et fait progresser grâce à leur maîtrise de la gravure des gemmes (donc celle des coins) et des fours à haute température pour les céramiques (donc celle de la fusion du métal). On remarque aussi que Joseph Noko, l’auteur de « The Shadow of Aristotle » n’a sans doute pas vérifié le texte grec qu’il cite dans une traduction anglaise de 1912 (p. 64) recourant à des termes comme « money » et « barter », là où Aristote emploie « nomisma » et « metadosis ». Nomisma ne désigne pas la monnaie en général mais une pièce et « metadosis », avec sa racine « dosis » [= don], est une façon parmi d’autres (une trentaine) de désigner un « don » en grec ancien ; ici avec le sens de « donner sa part », « répartir », « communiquer oralement ou par écrit », « contribuer »23. L’auteur ignore-t-il ou refuse-t-il (mais avec quels arguments ?) la lecture percutante que Karl Polanyi a proposée de ce commentaire de La Politique que l’on trouve dans Trade and Market in Early Empires, ouvrage non cité en bibliographie (Polanyi [1957] 2017 p. 159) ? Et peut-on parler, à propos de ces pièces, d’une « origine de la monnaie » s’il y a eu une « monnaie avant la monnaie », selon le titre donné par Alain Caillé à un article du Bulletin du Mauss (no 14, juin 1985) ? Je vais revenir sur la question des monnaies dites « primitives » non abordée dans l’ouvrage.

  • 24 Les nouveaux comportementalistes n’intègrent pas le cœur de l’apport de Zelizer (2011) : le fait qu (...)
  • 25 J’en avais fait l’analyse dans Servet 1998a, à partir des résultats d’une expertise collective mené (...)

24Les innovations et les transformations monétaires ne sont pas seulement des changements dans la mécanique des transferts grâce à des supports différents. Ce qui serait succomber au travers le plus courant : réduire la monnaie à son état matériel. Les innovations et les transformations monétaires s’appuient sur des façons de penser les relations aux autres à travers la monnaie. Une part appartient donc à l’imaginaire et à l’inconscient, que révèle l’analyse des façons de parler de monnaie et des cloisonnements monétaires que les acteurs créent selon les origines de leurs ressources et les classifications morales de leurs activités, de leurs revenus et de leurs dépenses. Ces cloisonnements ont été bien analysés par Viviana Zelizer, et les études des nouveaux comportementalistes les ont en partie reconnus24, Ils transcendent ce que les humains font et ceux-ci n’en ont qu’exceptionnellement conscience. En observant une transition monétaire contemporaine, il est possible de découvrir une autre ambiguïté du rapport des humains au média monétaire. D’un côté, la monnaie est vécue comme un instrument trivial permettant d’accomplir des actes dits « économiques », dans un sens substantiviste ou formaliste, et c’est ainsi qu’elle est utilisée (au sens premier de rendue utile…). Et d’un autre côté, ce qui n’est généralement ressenti que dans des crises : elle ne peut se réaliser comme monnaie qu’en s’appuyant sur les relations de chacun à la totalité sociale, aux autres et à soi-même25. Ces relations de niveaux différents fonctionnent en complémentarité. Les divers contextes d’hyper ou de forte inflation peuvent être compris comme une dissolution de cette articulation complexe. Le fait que dans nos sociétés, la monnaie soit pensée d’abord à travers ce à quoi elle sert dans la sphère des relations dites « économiques » éclaire l’illusion de partis politiques, d’extrême gauche comme d’extrême droite, qui, lors de la transition des anciennes monnaies nationales européennes à l’euro et après celle-ci, avaient cru que les populations la vivraient comme une amputation de leurs identités nationales et donc s’y opposeraient rapidement et fortement. L’erreur a été symétrique chez les leaders de partis politiques favorables à une intégration européenne, qui se sont imaginés que l’absence de contestation nationaliste forte à l’encontre de l’euro signifiait l’adhésion définitive des citoyens à une fédéralisation de l’espace européen et à ses objectifs de « grand marché » où circulent sans entraves les capitaux, les biens, les services et les travailleurs, sans urgence d’une homogénéisation des politiques fiscales et sociales. Les angoisses face à l’adoption de l’euro se sont manifestées avant et pendant la transition essentiellement à un niveau pratique : notamment comme capacité personnelle à identifier les nouveaux instruments de paiement, à apprécier des échelles de prix et à voir maintenu le pouvoir d’achat de ses revenus et de son épargne ; vulgairement parlant des peurs de se faire avoir. Une fois celles-ci surmontées, grâce notamment à une intense campagne d’information pendant la période de transition (Vissol, 1998-1999), les usages pratiques de la monnaie ont retrouvé leur train-train habituel en donnant à chacun l’impression d’être moderne et de vivre positivement les changements, comme il se doit dans une société liquide (au sens de Zygmunt Bauman, 2005, 2006).

25Cette occultation des fondements politiques et moraux de l’organisation économique ne signifie pas qu’ils ne (re)surgissent pas, y compris violemment en certaines circonstances. C’est le cas, relevé plus haut, quand l’ordre économique est fortement ébranlé par une hausse de prix (qui se traduit toujours par une variation des prix relatifs, donc de la hiérarchie des revenus et des patrimoines) ou par une dissolution chaotique d’un ordre politique ; et même d’une combinaison des deux comme l’avait illustré l’hyperinflation allemande entre 1921 et 1924 (Orléan, 1979) ; les deux pouvant se renforcer. Ce trouble n’est pas alors un élément supplémentaire conjoncturel qui soudainement s’ajouterait et engendrerait des dysfonctionnements. Cette interprétation occulte les fondements moraux et politiques de la communauté, qui permet à une monnaie d’exister. Une crise peut faire éclater l’apparent consensus pratique qui valide les utilisations faites de la monnaie. Deviennent alors manifestes certains éléments du fondement social et politique de la monnaie. Ces dysfonctionnements, généralement vues comme une manifestation temporaire, doivent être comprises comme des effluves de l’archaïsme monétaire. Un peu comme un volcan encore en activité fait ressurgir la lave qui est au cœur de la Terre ou comme l’inconscient est révélé par des troubles mentaux. L’observation de la routine des transactions monétaires l’oublie généralement.

Mais un champ d’innovations monétaires restreint

  • 26 Servet (2012a). Voir les comptes rendus de Swaton (2013) et de Warnier (2013) ; ainsi que Farinet ( (...)
  • 27 Voir Breton (2002) et l’ensemble des articles de ce numéro de la revue L’Homme (2002) consacré à un (...)
  • 28 Cette affirmation a souvent été appuyée sur l’exemple des chasseurs collecteurs aborigènes australi (...)

26Les innovations considérées dans l’ouvrage sont celles de sociétés à État. Aussi ne sont pas explicitement pris en compte ce que l’on peut désigner comme des archaïsmes monétaires ; archaïsme ne devant pas être compris dans un sens évolutionniste mais dans un sens essentialiste26. Les exemples traités sont essentiellement contemporains et les « monnaies primitives » n’ont pas été abordées dans l’ouvrage. Mais la raison de leur absence peut être autre. Keith Hart, en tant qu’anthropologue, se conforme-t-il au point de vue d’anthropologues les pensant comme étant des monnaies autres27 ; voire qu’il y aurait des sociétés humaines sans monnaie28 ? Il ne justifie pas cette restriction du champ monétaire. Doit-on la comprendre à partir d’un commentaire de son introduction par Bill Maurer (p. 168) ? Cet anthropologue, directeur de l’Institute for Money, Technology and Financial Inclusion à l’université de Californie, y indique : « money is a mode of extending the local into the global and vice versa ». Si ce trait peut correspondre à certaines monnaies, il n’a rien d’universel. Ce caractère ne pourrait pas s’appliquer à de nombreuses émissions de pièces de l’Antiquité dont la circulation est infiniment plus localisée et les usages sont beaucoup plus centrés en tant qu’instrument de la citoyenneté (Servet, 1984) que les coquillages cauris par exemple. Ces derniers, depuis les îles Maldives, ont voyagé de l’Océan indien vers l’Est jusqu’en Asie orientale, et à l’Occident ils ont pénétré le cœur de l’Afrique via la plaque tournante de caravanes transsahariennes venues du Caire ; puis ils ont envahi en masse ses côtes en étant importés par les navires européens, notamment en relation avec la traite négrière. Et il est possible aussi de citer la circulation de colliers et de bracelets de coquillages dans la kula, entre les îles Salomon. On peut voir une circulation monétaire dans l’enchevêtrement des transactions qui font entrer et sortir ces paléomonnaies et forment un cycle de transferts inversés entre villages distants de plusieurs centaines de kilomètres. Cette circulation, sans atteindre celle transcontinentale des cauris, dépasse très largement les frontières des communautés qu’elles relient à travers les obligations mémorisées que portent ces paléomonnaies.

27Un autre argument possible tient au caractère du paiement. On peut ici distinguer d’un côté des relations monétaires qui perpétuent un lien, et de l’autre celles ayant la propriété (idéale) de le clore. Dans ce dernier cas, les relations économiques sont pensées comme des contrats non soumis à d’autres rapports sociaux que la relation juridique et économique d’échange autonomes ; et la monnaie dans sa fonction de paiement est vue comme un instrument permettant non de poursuivre une relation par une série alternée de transferts réciproques mais, en soldant les dettes, d’être une coupure laissant chaque partenaire quitte grâce aux contreparties et équivalences remises. Toutefois, cette distinction ne serait pertinente que si cette opposition avait complètement disparue et si son contenu n’était pas aujourd’hui latent à travers l’opposition que l’on peut faire entre les relations de place de marché et celles de lien de clientèle, qu’Hadrien Saiag mobilise dans sa contribution (p. 253-255). Cette distinction permet aussi de penser des prix qui ne sont pas les prix objectifs d’une chose ou d’un service, mais la valeur (ou l’estime) d’une relation à autrui. Selon les échangistes, indépendamment du volume relatif des quantités offertes et demandées, le prix varie. Doit être intégrée cette ambiguïté de la monnaie comme élément de rupture par le paiement qui solde les dettes et comme lien faisant que tout paiement est promesse d’une future transaction (à la manière d’une chaine de dons-contre dons). Tout comme il faut comprendre comment la monnaie circule dans des relations horizontales, qui ne peuvent fonctionner qu’avec un ordre hiérarchique qui leur est éthiquement supérieur (Lantz, 2000).

  • 29 Parmi de multiples exemples, voir celui du nord-ouest des îles Salomon par Monnerie (2002a).
  • 30 Le recours au terme « parure » ne résout rien car cette désignation présume un usage ornemental de (...)

28Si l’on reconnaît les monnaies dites « primitives » dont un exemple est brièvement donné (p. 232 par le cas de perles circulant à grandes distances en Afrique du Sud au xixe siècle), comme des formes d’archaïsme monétaire, elles n’ont rien de dépassé ou de primitif. Bien au contraire, car il s’agit alors d’une dimension primordiale tenant aux origines profondes de l’institution monétaire des sociétés ; un processus qui a rendu celles-ci humaines, tout comme l’usage des langues qui ne sont pas seulement des codes. Il s’agit d’instruments, matériels ou immatériels, permettant de créer et d’entretenir des interdépendances au sein des communautés humaines et entre celles-ci. En cela, les « monnaies primitives » qui peuvent se matérialiser dans des sociétés à accumulation (Testart, 2012) par des paléomonnaies (Servet, 1981 ; 2012), mais pas seulement (à travers les relations de dettes et de partage sans intermédiaire matérialisé que l’on trouve chez les chasseurs collecteurs), sont aussi une manifestation de pratiques monétaires et un moyen pour les humains de communiquer entre eux grâce à celles-ci. Il paraît étonnant d’éliminer du champ monétaire ces monnaies tout en proposant une définition communicationnelle de la monnaie. Même si beaucoup (trop) d’études ont appréhendées les paléomonnaies sur une base strictement fonctionnelle en montrant en quoi elles remplissaient plus ou moins (et en général moins que plus) tout ou partie des fonctions monétaires de paiement, de compte et de conservation des valeurs (Einzig, 1949 ; Quiggin, 1949 ; Morvant-Roux & Servet, 2014), on dispose aujourd’hui d’excellentes études de cas analysant comment ces monnaies servent à communiquer29. Elles ne sont pas (seulement), ainsi que l’affirment encore beaucoup de préhistoriens, des « parures30 ». L’exemple le plus frappant de palémonnaies servant à communiquer est sans doute celui des wampum d’Amérique du Nord, dont la disposition des perles les constituant crée des dessins et indique différents messages envoyés et reçus.

  • 31 On peut l’illustrer par l’exemple de Community forge dont le logiciel est utilisé par des centaines (...)
  • 32 Problématique notamment développée par Amato (2016) en s’appuyant plus particulièrement sur l’œuvre (...)

29La reconnaissance d’un archaïsme monétaire permet aussi d’aborder la dimension de commun de la monnaie, à laquelle se réfère Hadrien Saiag (p. 264-266). Keith Hart ne l’aborde pas alors qu’aujourd’hui cette piste ouvre une voie prometteuse pour penser des alternatives mobilisant la monnaie. Les communs monétaires et financiers (le financier pouvant être compris comme transfert dans l’espace et le temps des valeurs monétaires) présentent une particularité par rapport aux autres communs. La gestion des ressources dites « naturelles » en tant que commun doit chercher, pour les préserver, à en limiter la consommation-dépense afin d’assurer leur reproduction ou leur conservation et le juste accès pour chacun. Pour des communs touchant à l’immatériel et à la connaissance, au contraire, l’accès du plus grand nombre n’épuise pas la ressource une fois les coûts de leur création amortis ; ce qu’illustre l’usage d’un logiciel dit « libre31 ». Pour la monnaie, comme pour les immatériels, on ne se situe pas dans un registre de division, mais dans celui d’une multiplication. Ce qui les distingue d’une ressource physique rare. Car pour permettre le partage de celle-ci, son accès doit être réparti et son usage être rationné. Mais, différence essentielle entre monnaie et immatériels comme les brevets ou la connaissance, sa reproduction ne peut se faire que si elle circule. Or cela suppose sa dépense via la consommation ou l’investissement. L’amélioration d’un brevet tout comme l’approfondissement d’un savoir passe par une diffusion élargie. Cependant, la restriction de la diffusion de ces immatériels ne met pas en cause leur reproduction. Ils peuvent, sans circuler, être conservés tels quels, en vue d’un éventuel usage ultérieur. La négligence d’un savoir ne l’altère pas ; même si l’on peut penser que son utilisation élargie peut permettre, sur la base de celle-ci, de produire des connaissances nouvelles ; donc de l’enrichir. Il en va bien différemment de la monnaie. Celle-ci doit être sans cesse activée en reliant les agents économiques. Car seuls ses flux induisent des effets multiplicateurs réels des revenus assurant les conditions mêmes de sa reproduction et une dynamique dans ce qu’on désigne comme le « circuit économique32 ». Ce sont les dépenses des uns qui donnent à autrui accès à la monnaie et qui permettent à celle-ci d’être régénérée. Au xvii e siècle notamment, la circulation monétaire a été comparée à celle du sang (Servet, 1979 ; Theret, 2014, p. 124). Belle comparaison de ces deux fluides. Car si la circulation du sang s’interrompt dans une partie du corps, celle-ci se gangrène. Et inversement, une hémorragie peut être tout aussi mortelle. Quand l’usage de la monnaie et du crédit est largement partagé, leur quantité peut s’accroître grâce aux flux de revenus et aux dépenses rendues possibles par ceux-ci, dépenses productives ou improductives pour des consommations intermédiaires ou finales engendrées de façon séquentielle ; et ainsi par effet multiplicateur répandre une certaine prospérité matérielle. Cette apparente prospérité peut s’accompagner d’effets négatifs.

30Car une autre façon de lier monnaie et commun est d’intégrer le poids relatif de l’empreinte écologique des diverses activités humaines. La financiarisation de la gestion des entreprises pousse à privilégier des retours financiers à (très) court terme (Chambost, 2013 ; Giraud, 2013, 2014). Cette quête du retour financier maximal pousse les entreprises (non soumises à des impératifs moraux ou de responsabilité sociale) à une optimisation du moins disant social, environnemental et fiscal. Ainsi augmente l’empreinte environnementale des entreprises dont les rendements doivent être de plus en plus élevés pour répondre aux exigences strictement financières de leurs actionnaires. La financiarisation des entreprises engendre une course accrue aux gains entraînant une dévalorisation du capital humain, un gaspillage des ressources techniques et des savoir-faire accumulés. Cela ne correspond pas à un processus traditionnel d’obsolescence et de modernisation se traduisant par le remplacement d’une technique de production par une autre plus performante et plus adaptée aux besoins des populations ; autrement dit à une destruction créatrice. Les délocalisations répondent à des avantages fiscaux, à des normes sociales et environnementales inférieures, qui, en réduisant les coûts marchands, diminuent le bien-être et la capacité des collectivités locales et des États à répondre aux besoins de leurs administrés. Et cela du fait d’une baisse de leurs ressources. Se trouve promue une gestion des services publics fondée sur un accès des usagers cantonné à leurs capacités personnelles à en payer le prix ; ce qui, par conséquent, est éloignée d’une gestion de communs. C’est une conséquence forte et néfaste d’un financement des entreprises par les avances bancaires (sur la base d’une création monétaire quasi libre par la monétarisation des reconnaissances de dettes des entreprises et des ménages) et par des prises de participation, elles-mêmes alimentées par les opérateurs financiers abondés par la surliquidité ambiante (Servet 2018c). La chaine de production des valeurs des biens et services est déformée par les ponctions financières accrues au détriment de la rémunération des facteurs réels et qui abondent la surliquidité. Cela est le résultat direct et indirect d’une création monétaire non contrôlée comme devrait l’être celle d’un commun (Arnsperger, 2015).

Les monnaies dites « imaginaires »

  • 33 Une innovation en matière de change, de crédit et de transfert monétaire que l’ouvrage aurait pu au (...)

31Vue la compréhension parallèle de la monnaie et du langage, en tant que média, rappelée au début de l’ouvrage, il est tout à fait judicieux que sa dernière contribution soit consacrée à un exemple de monnaie dite « imaginaire », en l’occurrence le dollar haïtien. Federico Neiburg, professeur d’anthropologie à l’université fédérale de Rio de Janeiro, présente le cas de cette monnaie de compte ayant un rapport d’un à cinq avec la monnaie manuelle du pays, appelée « gourde ». L’histoire monétaire montre à travers le temps et l’espace de très nombreux exemples d’une séparation entre unité de compte et moyen de paiement ; compter et payer étant réalisés avec des instruments différents : par exemple dans la France d’Ancien Régime (sauf dans un court laps de temps après 1577) les biens et services étaient estimés en livres, sous et deniers et payés avec des pièces dont le cours en unités de compte était fixé par le souverain et variait en cas de mutation monétaire de la valeur du métal et donc des pièces. Remarquons que ce type de dénomination n’est pas limité à des sociétés « en développement ». À Genève, en particulier au marché aux puces, il est encore courant de se voir demander une « thune » pour quelque chose valant cinq francs et que l’on peut acheter avec une pièce de cinq francs. À Haïti, vu la parité fixe existant entre la gourde et le « dollar haïtien », on est dans une situation similaire à celle de l’usage populaire en France pendant quatre décennies, persistant jusqu’à l’introduction de l’euro, des « anciens francs » ou celle pendant quasi deux siècles des « sous » (un « sou » équivalant à cinq francs, puis avec les « nouveaux francs » cinq centimes). À Haïti, les biens et services sont évalués à partir d’un système à base cinq. Si un objet vaut « un dollar », il faut payer 5 gourdes pour l’acquérir ; « cinq dollars », 25 gourdes ; et ainsi de suite. On peut interpréter ces pratiques comme une relation entre familiers : en l’occurrence un « entre soi » local s’opposant à l’anonymat de la distance avec « les autres ». Elles diffèrent donc des « monnaies imaginaires » de l’Europe d’Ancien Régime mobilisées grâce aux transferts internationaux au xvi e siècle de lettres de change par de riches marchands banquiers européens33 et au change manuel des diverses monnaies pour réaliser de lucratives spéculations, du fait précisément de l’absence de parité fixe. Bien sûr on pourrait évoquer un entre soi d’une communauté des marchands banquiers italiens qui nouaient, au-delà des frontières des États, des alliances à la fois matrimoniales et financières. Des actes notariés en conservent la trace.

  • 34 16 se dit eerin din logun = « est inférieur à vingt de quatre (unités) » ; 17 se dit eeta din logun(...)
  • 35 9 se dit « 12-3 » ; 13 se dit « 12 + 1 ».
  • 36 26 se dit ñaar fukk ak juroom benn [deux dix et cinq, un : 2×10+5+1].

32Les unités locales dites « imaginaires » comme celle d’Haïti permettent à la monnaie d’être en quelque sorte appropriée et intégrée. Le décalage monétaire à base 5 observé par Federico Nieburg est plus courant dans les sociétés africaines (Servet 1998 in La monnaie souveraine) qu’il ne l’indique (en citant les seuls exemples de Madagascar et de Mauritanie en note 10 p. 285). Il lui aurait été possible sur la base de cette information d’expliquer le cas haïtien comme une autre forme d’archaïsme monétaire. Si la numération en créole haïtien est à base décimale, les langues parlées par les esclaves déportés aux Caraïbes (fon, éwé du golfe du Bénin, kikongo du Bas Congo et du nord de l’Angola, yoruba et igbo du Nigéria, etc.) connaissent une pluralité de systèmes de compte à bases multiples. Si l’igbo compte, comme le créole, avec un système à base 10, le système de numération yoruba par exemple comporte des éléments d’une base 2034. Chez les Birom du Nigéria septentrional, le système est à base 1235. Sur l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, on rencontre une diversité de systèmes de numération. Par exemple, celui des Wolof au Sénégal est décimal tout en utilisant de façon auxiliaire la base 536. Ajoutons que les esclaves, dont un certain nombre provenaient de communautés où circulaient la monnaie cauri, n’étaient pas sans monnaie (Servet 1998 in La monnaie souveraine). Ont été relevées à la fin du xviii e siècle dans les Caraïbes, des associations d’épargne et de crédit (des tontines) appelées comme dans le Golfe du Bénin, esusu (Servet, 2006 p. 361, note 61). On peut aussi mettre en relation la numération monétaire à base 5 avec la disposition sur les places de marché des biens à vendre en petits tas ; ces tas ayant une valeur de 5, 10, 20. Cela permet notamment de faire varier la taille du tas sans en modifier le prix, dans le cas d’une hausse ou d’une baisse de la valeur unitaire de ce qui est vendu (Servet, 1989). Un autre élément sans nul doute nécessaire pour comprendre cet usage est l’existence de 1881 à 1912 d’une parité entre la gourde et la pièce française de 5 francs. Ensuite l’indexation s’est établie sur la base de 5 gourdes pour un dollar des États-Unis.

33Avec cette façon particulière de dire la monnaie, on assiste à une réappropriation collective d’une identité perdue ou fortement réprimée ; en l’occurrence une différenciation ou un compromis avec ce qui apparaît comme l’actuel système de numération monétaire des Européens. Ainsi il est possible d’interpréter cet usage d’un dollar américain imaginaire comme une des expressions de l’archaïsme monétaire, celui d’une essence communautaire de la monnaie. Ce dernier exemple approche la monnaie par le compte alors qu’une grande partie des contributions de l’ouvrage privilégie l’usage du paiement.

  • 37 Voir supra, note 7.

34Incontestablement, l’ouvrage sort de nombreux sentiers battus en nous faisant (re)découvrir des aspects oubliés de certaines œuvres (un exemple parmi beaucoup d’autres : le lien entre l’essor de productions de luxe et celui du capitalisme, en relation avec de nouveaux rapports entre les sexes –analysé chez Sombart par Noam Yuran, p. 81 sq.– une tout autre lecture que celle de Max Weber quant au lien entre certaines formes du protestantisme et de la manipulation de la monnaie par les capitalistes). Il offre une riche documentation pour comprendre l’universalité monétaire à travers sa diversité. La profusion d’exemples rend l’ouvrage touffu. Mais cela lui permet d’articuler de façon pertinente des niveaux locaux et globaux et des échelles d’observation différentes tout en gardant les pieds sur terre comme savent le faire les ethnologues et comme veut le promouvoir Keith Hart dans son programme d’économie humaine37. Ce nouvel ouvrage, qu’il a dirigé donne matière à (re)penser la monnaie, voire dans le contexte actuel à la re-panser, et sans nul doute son économie politique grâce à des regards venus surtout de l’anthropologie.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel & André Orléan (1984), La violence de la monnaie, Paris, Puf.

Aglietta Michel & André Orléan (dir.) (1995), Souveraineté, Légitimité de la Monnaie Paris, AEF/CREA.

Aglietta Michel & André Orléan (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta Michel, Pepita Ould Ahmed & Jean-François Ponsot (2016), La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, Odile Jacob.

Aglietta Michel (2017), « entretien avec Adrien Faudot », Revue Interventions économiques, no 59, [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3958

Akin David & Joel Robbins (eds.) (1999), Money and Modernity: State and Local Currencies in Melanesia, Pittsburgh, Univ. Pittsburgh Press.

Alary Pierre & Jérôme Blanc (2013), « Monnaie et monnaies : pluralité et articulations », Revue Française de Socio-Économie, vol. 2, no 12, p. 15-25.

Alary Pierre, Jérôme Blanc Jérôme, Ludovic Desmedt & Bruno Théret (dir.) (2016), Théories françaises de la monnaie, Paris, Puf.

Amato Massimo (2016), « La monnaie comme bien commun ? Histoire, pratiques et enjeux des systèmes de compensation », Contribution à la Conférence internationale sur le Développement. 12e édition, Paris, Agence Française de Développement. 1er et 2 décembre 2016

Arnsperger Christian (2015), « Monnaie » in Dominique Bourg & Alain Papaux (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Puf, p. 651-654.

Bauman Zygmunt (2000), Liquid Modernity, Cambridge, Polity.

Bauman Zygmunt (2005), Liquid Life, Cambridge, Polity.

Bauman Zygmunt (2006), Liquid Fear, Cambridge, Polity.

Bauman Zygmunt (2006), Liquid Times, Cambridge, Politity.

Bellon Charlotte (2017), « La stabilité monétaire comme culture ou comment penser l’ordre monétaire au prisme de la culture ? L’exemple allemand », Revue Interventions économiques, no 59, [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3874

Bichot Jacques (1984), Huit siècles de monétarisation, Paris, Economica.

Birouste Jacques (1998), « Confiance et monnaie. Psychologies des liens réparateur, protecteur et intégrateur », in La monnaie souveraine, p. 325-356.

Blanc Jérôme (2000), Les monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L’Harmattan.

Blanc Jérôme (2017), « La communauté comme construction monétaire », Revue Interventions économiques/Papers in Political Economy, no 59, [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3915

Bloch Maurice & Jonathan Parry (eds.) 1989, Money and the Morality of Exchange, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourgeois-Gironde Sacha (2009), « La monnaie : les bases naturelles d’une institution », Tracés, Revue de Sciences humaines, no 17, [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/4247 ; DOI : 10.4000/traces.4247

Boyer Robert (2008), Note de lecture : « Bruno Théret (Dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Éditions de l’EHESS, Paris, 2007 », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/4813

Boyer-Xambu Marie-Thérèse, Ghislain Deleplace & Lucien Gillar (1986), Monnaie privée, pouvoir des princes, Paris, Presses de la FNSP.

Breman Jan, Isabelle Guérin & Assem Prakash (eds.) (2012), India’s unfree workforce. Old and new practices of labour bondage, New Delhi, Oxford University Press.

Breton Stéphane (2002), « Présentation : monnaie et économie des personnes », L’Homme, no 162, numéro spécial « Questions de monnaie », Breton, Stéphane (dir.), p. 13-26.

Caillé Alain (dir.) (1985), Bulletin du Mauss, no 14, juin.

Caille Alain (1987), Monnaie des sauvages et monnaie des modernes, Bulletin du M.A.U.S.S. no 21, p. 143-150.

Callataÿ, François de, 2001, « Sur les origines de la monnaie stricto sensu (nomisma). A propos de deux livres récents (S. von Reden et L. Kurke) », Revue Numismatique, 6e série, tome 157, p. 83-93 ; http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2001_num_6_157_2319

Cattani Antonio David, Keith Hart Keith & Jean-Louis Laville (2010), The Human Economy: A citizen’s guide, Cambridge, Polity Press.

Chambost Isabelle (2013), « De la finance au travail. Sur les traces des dispositifs de financiarisation », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/1012

DOI : 10.4000/nrt.1012

Courbis Bernard (1986), Compte-rendu de « Marie-Thérèse Boyer-Xambu, Ghislain Deleplace, Lucien Gillard, 1986, Monnaie privée, pouvoir des princes », Cahiers d’économie politique, no 18.

Demosthenous Catherine, Boni Roberston, Anuja Cabraal & Supriya Singh (2006), « Cultural Identity and Financial Literacy : Australian Aboriginal Experiences of Money and Money Management », Paper presented to the Financial Literacy, Banking and Identity Conference, 25th and 26 th October Storey Hall, RMIT University, Melbourne.

Dupré Denis (2016), « Un concept nouveau de monnaie par une approche philosophique praxéologique » Sixième congrès de l’Association Française d’Économie Politique (AFEP) « La frontière en économie », Juillet 2016, Mulhouse : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01326630/document

Einzig Paul (1949), Primitive Money in its Ethnological, Historical and Economic Aspects. London, Eyre/Spottiswoode.

Farinet (dir.) (2018), Pour une socioéconomie engagée, Paris, Garnier.

Faudot Adrien, Jonathan Massonnet & Jean-François Ponsot (2017), « La monnaie en tant que relation sociale. Enjeux théoriques et portée institutionnelle, Revue Interventions économiques, no 59, [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3872

Foucault Michel (1966), Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Fouillet Cyril, Isabelle Guérin Isabelle & Jean-Michel Servet (à paraître 2018), « La démonétisation indienne, un an après », France Forum.

Franchetti Cody (2013), « A Reconsideration of Werner Sombart’s Luxury and Capitalism International Review of Social Sciences and Humanities, vol. 5, no 2 p. 135-139.

Giraud Gaël (2013), Vingt propositions pour réformer le capitalisme, Paris, Flammarion.

Giraud Gaël (2014), Illusion financière. Des subprimes à la transition écologique, Paris, Éditions de l’Atelier.

Godelier Maurice ([1966] rééd. 1971), Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero.

Godelier Maurice, 1974, « Présentation » in : Karl Polanyi et al., Les Systèmes économiques dans la théorie et dans l’histoire, Paris, Larousse, 1974, p. 9-32.

Goux Jean-Joseph (1973), Economie et Symbolique : Marx, Freud, Paris, Le Seuil.

Goux Jean-Joseph (1984), Les Monnayeurs du langage, Paris, Galilée.

Graeber David (2011) [trad. 2013], Debt: The First 5,000 Years, Melville House.

Guyer Jane (ed.) (1995), Money Matters: Instability, Values and Social Payments in the Modern History of West African Communities, Portsmouth, Heinemann.

Guyer Jane (2004), Marginal Gains: Monetary Transactions in Atlantic Africa, Chicago Univ., Chicago Press.

Hann Chris & Keith Hart (2009), Market and Society: The Great Transformation today, Cambridge University Press.

Hann Chris & Keith Hart (2011), Economic Anthropology: History, ethnography, critique Cambridge, Polity Press.

Hart Keith (1973), « Informal income opportunities and urban employment in Ghana », Journal of Modern African Studies no 11, p. 61-89.

Hart Keith (1991a) [1987], « Informal Economy » in John Eatwell, Murray Milgate & Peter Newman (eds.) (1991), The New Palgrave Dictionary of Economics, London, MacMillan vol. 2 p. 845-846.

Hart Keith (1991b) [1987], « Barter », in : John Eatwell, Murray Milgate, Peter Newman (eds.), 1991, The New Palgrave Dictionary of Economics, London, MacMillan, vol. 1 p. 196-198.

Hart Keith (1986), « Heads or tails? Two sides of the coin », Man, 21(4), p. 637-656.

Hart Keith (2000), The Memory Bank: Money in an Unequal Wolrd, London, Profile Books.

Hart Keith (2009), « Money in the making of world society », in Market and Society: The Great Transformation today, Cambridge University Press.

Hart Keith (2013), « Making money with money: reflections of a betting man », in Rebecca Cassidy, Andrea Pisac & Claire Loussouarn (eds), Qualitative Research in Gambling: Exploring the production and consumption of risk, Routledge, London, p. 15-27.

Hart Keith (2016), « A human economy approach to development, Open Democracy / ISA RC-47: Open Movements, 19th May. https://opendemocracy.net/keith-hart/human-economy-approach-to-development

Hart Keith & Horacio Ortiz (2014), « The anthropology of money and finance : Between ethnography and world history », Annual Review of Anthropology, vol. 43, p. 465-482.

Hillenkamp Isabelle (2011), « Note de lecture The Human Economy. A Citizen’s Guide, Hart Keith, Laville Jean-Louis & Antonio David Cattini (dir.) (2010), Cambridge Polity Press. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00563764/document

Hillenkamp Isabelle & Jean-Michel Servet (dir.) (2015), Le Marché autrement, Paris, Garnier.

International Labor Office (2013), Decent Work and the Informal Economy, Geneva.

Jorion Paul (2017), L’argent mode d’emploi, Nouvelle édition, Paris, Fayard, Coll. « Pluriel ».

Jounin Nicolas (2016), Voyage de classes, Paris, La Découverte.

Lantz Pierre (2000), « La monnaie hantée par l’argent », Socio-anthropologie, [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 27 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/99

DOI : 10.4000/socio-anthropologie.99

Liard Florence (2010), « Le cuivre chypriote et la Crète. Les régions d’importation des lingots peau-de-bœuf », Revue archéologique, vol. 49, no 1, p. 47-65 ; https://www.cairn.info/revue-archeologique-2010-1-page-47.html

Massonnet Jonathan (2017), La monnaie et le problème de son association avec les grandeurs réelles : théories et politiques, Doctorat en Sciences économiques, Universités de Fribourg et de Dijon.

Maurer Bill (2006), « The anthropology of Money », Annual Review of Anthropology, vol. 35, p. 15-36

http://www.anthro.uci.edu/~wmmaurer/bio/Maurer-AR.pdf.

Monnerie Denis (2002a), « Monnaies de Mono-Alu », L’Homme, no 162, p. 81-106.

Monnerie Denis (2002b), « Argent moderne et monnaies traditionnelles en Mélanésie », L’Homme n°162 | avril-juin 2002, p. 271-278.

Morduch Jonathan (2015), « Economics and the Social Meaning of Money », New York University ; http://wagner.nyu.edu/impact/research/economics-and-social-meaning-money ; à paraître dans Nina Bandelj, Frederick F. Wherry & Viviana Zelizer (eds.) (2017), Money Talks, Princeton University Press.

Morvant-Roux Solène & Jean-Michel (2014), « Digression on the relations between anthropology and economics on the topic of “primitive” currencies: a page in the history of thought », in Roberto Baranzini & François Allison (eds) Economics and Other Branches – In the Shade of the Oak Tree, Essays in Honour of Pascal Bridel, Pickering Chatto, p. 213-222.

Orléan André (1979), « Une nouvelle interprétation de l’hyperinflation allemande », Revue économique, volume 30, no 3, p. 518-539.

Ould Ahmed Pepita & Jean-François Ponsot (2015), « Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie », Revue de la régulation, 18 | 2e semestre / Automne 2015 http://journals.openedition.org/regulation/11593

Parry Jonathan & Maurice Bloch (ed.) (1989), Money and the morality of exchange, Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Polanyi Karl (2017) [1957], « Aristote découvre l’économie », in Polanyi Karl, Arensberg, Conrad & Pearson Harry W. (eds), Commerce et marché dans les premiers empires, Paris, Le Bord de l’eau, p. 131-160.

Quiggin Hingston Alison (1949) Survey of Primitive Money, London, Metheun.

Rogoff Kenneth (2016), The Curse of cash, Princeton University Press.

Roover Raymond de (1953), L’évolution de la lettre de change, xive-xvii e siècle, Paris, Armand Colin,

Saiag Hadrien (2016), Monnaies locales et économie populaire en Argentine, Paris, Karthala.

Servet Jean-Michel (1979), « Le Prince masqué (formation de l’économie politique et occultation du politique : l’exemple de l’argent) », Procès, no 4, p. 153-184.

Servet Jean-Michel (1981), Genèse des formes et pratiques monétaires, Thèse de doctorat, Université Lyon 2.

Servet Jean-Michel (1984), Nomismata. État et origines de la monnaie en Grèce antique, Lyon, Presses universitaires.

Servet Jean-Michel (1989), « Des mesures et des hommes », Revue économique, volume 40, no 1, janv. 1989, p. 111-118.

Servet Jean-Michel (1990), « Représentations de la monnaie et des supports d’épargne et limites de la mobilisation de l’épargne informelle en Afrique noire », in Henault G., M’Rabet M. (ed.), L’Entrepreneuriat en Afrique francophone : culture, financement et développement, Paris, Libbey.

Servet Jean-Michel, 1998a, L’euro au quotidien, une question de confiance, Paris, DDB.

Servet Jean-Michel, 1998b, « Démonétarisation et remonétarisation en Afrique. xixe et xxe siècle », in Aglietta Michel & André Orléan (dir), 1998, La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, p. 289-324.

Servet Jean-Michel (2009), « Toward an alternative economy: Reconsidering the market, money, and value », in Chris Hann & Keith Hart (eds), Market and Society. The Great Transformation Today, Cambridge University Press, p. 72-90.

Servet Jean-Michel (2006), Banquiers aux pieds nus, Paris, Odile Jacob.

Servet Jean-Michel (2012a), Les monnaies du lien, Presses universitaires de Lyon.

Servet Jean-Michel (2012b), « Possibilité et nécessité de pensées interdisciplinaires en temps de crise », Journal of Interdisciplinary. History of Ideas, volume 1, Issue 2, section 2, articles, p. 3-27. www.ojs.unito.it/index.php/jihi/article/download/179/198

Servet Jean-Michel (2017), « Crise et issues solidaires », in Jean-Louis Laville, Geoffrey Pleyers, Elisabetta Bucolo & Jose Luis Corragio (eds.), Mouvements sociaux et économie solidaire, Paris, Desclée de Brouwer, p. 385-403.

Servet Jean-Michel (2018a), L’économie comportementale en question, Paris, ECLM.

Servet Jean-Michel (2018b), « Quelques raisons de (re)lire "Commerce et marché" », Revue du MAUSS permanente, 28 mai 2018 ; http://www.journaldumauss.net/./?Quelques-raisons-de-re-lire-Commerce-et-marche

Servet Jean-Michel (2018c), L’interdiction de création de la monnaie par les crédits bancaires. Objet d’un prochain vote en Suisse, Document de travail. Juin 2018, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01800528

Servet Jean-Michel & Sophie Swaton (2017), « Penser la dimension de commun à partir de l’exemple des monnaies complémentaires locales », Revue Interventions économiques/Papers in Political Economy, no 59, n° La nature sociale de la monnaie. Enjeux théoriques et portée institutionnelle. https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3613

Sombart Werner [1921] (1967), Luxury and Capitalism, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Swaton Sophie (2013), Compte rendu de Jean-Michel Servet, Les monnaies du lien, Œconomia. History/Methodology/Philosophy, 3(1), p. 165-170.

Tallon-Baudry Catherine, Florent Meyniel & Sacha Bourgeois-Gironde (2011) Fast and Automatic Activation of an Abstract Representation of Money in the Human Ventral Visual Pathway. PLoS ONE, 6(11): e28229. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0028229

Testart Alain (2012), Avant l’histoire, Paris, Gallimard.

Théret Bruno (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, no 4, vol. 59, p. 813-841.

Théret Bruno (2014), « Philosophies politiques de la monnaie, une comparaison de Hobbes, Locke et Fichte », Œconomia. History/Methodology/Philosophy, 4(4), p. 517-589.

Théret Bruno (dir.) (2007), La monnaie dévoilée par ses crises, 2 volumes, Paris, Éditions de l’EHESS.

Théret Bruno (dir.), 2018, La monnaie contre l’État ? La souveraineté monétaire en question, à paraître.

Vissol Thierry (dir.) (1998-1999), « Intégrer le facteur humain. Aspects psychosociologiques du passage à l’euro », Revue du Marché commun et de l’Union européenne, septembre 1998/février 1999.

Zelizer Viviana A. (1994), The Social Meaning of Money, New York, Basic Books.

Zelizer Viviana A. (2011), Economic Lives. How Culture Shapes the Economy, Princeton University Press.

Warnier Jean-Pierre (2013), Compte rendu de Jean-Michel Servet, Les monnaies du lien, L’Homme, no 206.

Haut de page

Notes

1 Au sens donné à l’interdisciplinarité (distincte de la pluridisciplinarité et de la multidisciplinarité) dans Servet, 2012a.

2 Signalons ici, comme une poursuite de ces analyses, le séminaire « La souveraineté monétaire et la souveraineté politique en idées et en pratiques : identité, concurrence, corrélation ? », sous la direction de Bruno Théret (2018, à paraître), ainsi que deux nouveaux séminaire initiés en 2017 : « Politiques de la monnaie » par Laurent Le Maux et Pepita Ould Ahmed et le séminaire EHESS/CESSMA « La financiarisation par le bas. Une économie morale et politique de la dette » par Isabelle Guérin, Solène Morvant-Roux et Hadrien Saiag.

3 L’ethnologie apparaît aujourd’hui comme la discipline ayant le plus renouvelé la vision de la monnaie comme fait social. L’illustrent notamment les articles réunis par Bloch et Parry (1989), pour l’Afrique par Guyer (1995 ; ainsi que sa synthèse personnelle dans Guyer, 2004) et pour la Mélanésie par Akin et Robbins (1999). Ces relectures ont été synthétisées notamment par Maurer (2006). Paul Jorion, un autre anthropologue ayant quant à lui fait carrière comme banquier aux États-Unis, après avoir collaboré au Bulletin du Mauss dans les années 1980, a également apporté un nouveau regard sur la finance et la monnaie (voir notamment Jorion, 2017).

4 On pourrait ici établir un parallèle avec une autre marchandise fictive (au sens de Karl Polanyi) : le travail.

5 Cela peut être réalisé dans un lieu où l’observateur est potentiellement en position dominante ou, de façon novatrice, à l’inverse, où les enquêtés portent un regard condescendant sur leurs observateurs, comme le montre l’étude menée dans un « beau quartier » de Paris par Nicolas Jounin avec ses étudiants venus de Seine-Saint-Denis (Jounin, 2016).

6 Pour entendre l’enregistrement de l’ensemble des contributions à la conférence (y compris celles non reprises dans l’ouvrage), consulter le site : http://thehumaneconomy.blogspot.com.br/2014/09/money-in-making-of-world-society_31.html. Sur le programme dirigé par Keith Hart, voir : https://www.opendemocracy.net/keith-hart/human-economy-approach-to-development

7 Voir : http://www.up.ac.za/human-economy-programme

Ce programme a été initié en relation avec le World Social Forum (Hart, 2013).

8 Keith Hart prépare actuellement la publication d’une autobiographie. Sans attendre celle-ci, on peut percevoir quelques éléments de son rapport à l’argent comme vécu et comme objet scientifique, dans Hart 2013.

9 La sphère de ceux ayant une formation d’économiste qui le citent ou ont collaboré aux mêmes ouvrages ou conférences semble étroite. En croisant sur Google (le 2 décembre 2017), « Keith Hart » (88 200 entrées) avec quelques noms, et en ne retenant que les plus grandes fréquences, j’ai obtenu avec « Michel Aglietta » 375 entrées ; avec « Jérôme Blanc » 750 entrées ; avec « John Bryden » 455 entrées ; avec « José Luis Coraggio » 485 entrées ; avec « Isabelle Guérin » 385 entrées ; avec « Isabelle Hillenkamp » 480 entrées ; avec « Solène Morvant-Roux » 221 entrées ; avec « André Orléan » 330 entrées ; avec « Hadrien Saiag » (co auteur de l’ouvrage) 259 entrées ; avec « Jean-Michel Servet » 889 entrées ; avec « Philippe Steiner » 507 entrées ; avec « Bruno Théret » 681 entrées et avec Noam Yuran (co auteur de l’ouvrage) 2500 entrées. À noter que le croisement de « Keith Hart » et « Informal Economy » ne donne que 7720 entrées, l’introduction du concept étant très antérieure à la création des sites internet. Son article publié en 1973 représente près de la moitié de ces entrées.

10 Traduit sous le titre de The Human Economy, voir : Cattani, Hart & Laville, 2010. Voir son analyse par Hillenkamp, 2011.

11 Sur cette opposition, voir : Godelier, 1971, p. 134 et 137. Voir surtout Godelier 1974 et son interview dans Socio-Anthropologie en 2000 intitulée « Aux sources de l’anthropologie économique », suivi d’un article publié en 1971 dans J. Copans, S. Tornay, M. Godelier & C. Backès-Clément, L’Anthropologie : science des sociétés primitives ?, Paris, Éditions E.P., 1971, p. 225-237 ; https://socio-anthropologie.revues.org/98

12 « The human economy idea refers to an economy whose focus is placed “both on what people do for themselves and on the need to find ways forward that must involve all humanity somehow”. Money and markets are indispensable to this process. »

13 Hart, 1986 ; 2000 ; 2009, « Money in the making of world society » ; ainsi que sa contribution à Hann & Hart, 2009 ; Hart & Ortiz, 2014.

14 Goux, 1973 ; 1984. Sur ce lien voir aussi : Dupré, 2016.

15 Ce résultat a été est obtenu à partir de tests de reconnaissance des monnaies ayant cours et n’ayant plus cours. Ceux-ci lui permettent d’affirmer : « Le stimulus “monnaie” semble emprunter les voies de traitement neuronal utilisées pour la catégorisation d’objets naturels, alors qu’il s’agit d’un objet culturel. Il peut sembler étonnant en effet que la détection de la valeur d’une pièce de monnaie ne s’appuie pas sur les mécanismes cérébraux de décodage sémantique de stimuli verbaux. Une pièce de monnaie semble être traitée par le cerveau à un niveau propre au traitement de stimuli écologiques – comme les visages ou la nourriture – et qui suffit à lui attribuer de la valeur. Cette valeur n’est pas attribuée à la pièce après un décodage de ses propriétés sémantiques (la valeur numéraire inscrite, l’origine nationale) ou conventionnelles (le sujet se représente explicitement que cette pièce qu’on lui montre a cours dans tel ou tel pays). […] Pour expliquer ces observations à première vue surprenantes, on peut formuler l’hypothèse que la monnaie a détourné de son rôle initial un circuit dédié à la détection des objets naturels – très probablement ceux qui sont particulièrement pertinents du point de vue de la survie d’un individu comme les visages des congénères ou la nourriture. […] Nos attitudes face à l’argent révèlent peut-être tout autant une partie de notre patrimoine biologique que de notre identité sociale. »

16 Sur celles-ci, voir notamment la synthèse de Pepita Ould Ahmed & Ponsot (2015) et les introductions à Alary, Blanc, Desmedt & Théret (2016) et à la revue Interventions économiques no 59 (Faudot, Massonnet & Ponsot, 2017).

17 Rien d’étonnant dans la mesure où Hadrien Saiag, avant d’intégrer en tant que post-doctorant le programme dirigé par Keith Hart à Pretoria, a soutenu sa thèse en économie à l’université Paris-Dauphine (2011) sous la co-direction de Bruno Théret et de moi-même. Cette thèse a fait l’objet d’une publication (Saiag, 2016) et son auteur est devenu, en 2013, chargé de recherche au CNRS en anthropologie et a intégré le IIAC/LAOIOS de l’EHESS.

18 Interrogé sur ce choix, Keith Hart m’a indiqué dans une correspondance du premier janvier 2018 qu’il avait choisi cette illustration parce que ces billets montrent « Gandhi as the human face of money » et non en référence à la démonétisation de ces billets qui s’est produite après que ce choix a été fait.

19 https://tradingeconomics.com/india/gdp-growth-annual

20 Voir ses interviews du 7 novembre 2016 https://www.youtube.com/watch?v=IuaAZO_YZBs et du 18 janvier 2017 dans https://economictimes.indiatimes.com/et-now/experts/demonetisation-execution-couldve-been-better-kenneth-rogoff/videoshow/56646139.cms

21 Sur les débats sur le lien entre production de produits de luxe et essor du capitalisme, voir : Franchetti Cody, 2013.

22 Ayant publié en 1984 une étude à partir du dépouillement de nombreux articles et livres publiés sur les premières pièces frappées en Grèce antique (Servet, 1984), j’ai pu constater que peu d’hypothèses nouvelles avaient été formulées en trois décennies… Voir aussi Callataÿ, 2001.

23 « μετάδοσις » ; https://lsj.translatum.gr/wiki

24 Les nouveaux comportementalistes n’intègrent pas le cœur de l’apport de Zelizer (2011) : le fait que ce sont les origines mêmes de la somme reçue qui marquent moralement les flux monétaires. Prenant en compte la seule utilisation de la monnaie (sous forme de revenu, de dette ou d’épargne), sa neutralité n’est donc pas fondamentalement remise en cause par la nouvelle économie comportementale. Selon eux, un dollar égale un dollar, quelle que soit sa provenance. L’argent demeure ainsi sans odeur ni couleur. Voir Morduch (2015) et Servet (2018a).

25 J’en avais fait l’analyse dans Servet 1998a, à partir des résultats d’une expertise collective menée pour la DG XXIV de la commission européenne dans le cadre d’un projet initié par Thierry Vissol (voir en particulier sur ce point la contribution de Jacques Birouste dans Birouste, 1998).

26 Servet (2012a). Voir les comptes rendus de Swaton (2013) et de Warnier (2013) ; ainsi que Farinet (2018).

27 Voir Breton (2002) et l’ensemble des articles de ce numéro de la revue L’Homme (2002) consacré à un débat autour de La Monnaie souveraine.

28 Cette affirmation a souvent été appuyée sur l’exemple des chasseurs collecteurs aborigènes australiens (notamment à la suite d’Alain Testart). Or, outre les jeux d’obligations-dettes, il est possible de trouver dans ces communautés des éléments matériels reconnus comme « monnaie », comme l’ocre échangée contre le pituri (une drogue) ou d’autres objets considérés comme sacrés (Demosthenous, Roberston, Cabraal& Singh, 2006).

29 Parmi de multiples exemples, voir celui du nord-ouest des îles Salomon par Monnerie (2002a).

30 Le recours au terme « parure » ne résout rien car cette désignation présume un usage ornemental de ces objets. C’est une hypothèse parmi d’autres pour ce qui est de leur utilisation. Il en va de même lorsque des préhistoriens parlent de « haches » ou de « couteaux » alors que ce ne sont pas des objets utilitaires. Ils ne présentent aucune trace d’usure et se casseraient si l’on s’en servait pour trancher un objet. Or ces objets apparaissent similaires à d’autres reconnus comme « paléomonnaies » par des ethnologues.

31 On peut l’illustrer par l’exemple de Community forge dont le logiciel est utilisé par des centaines de monnaies locales et systèmes d’échange local dans le monde, notamment plus de 500 en France. Voir : http://communityforge.net/

32 Problématique notamment développée par Amato (2016) en s’appuyant plus particulièrement sur l’œuvre de J. M. Keynes. Voir aussi la thèse de Massonnet (2017) qui redonne une actualité aux travaux de Bernard Schmitt (1929-2014).

33 Une innovation en matière de change, de crédit et de transfert monétaire que l’ouvrage aurait pu aussi spécifiquement analyser et que Marina Martin, dans sa contribution consacrée aux transferts par hundi, actifs parmi les marchands indiens pendant des siècles, aurait pu comparer. Voir les travaux de de Roover (1953) et après ceux-ci, les travaux de Bichot (1984) ; enfin, voir l’ouvrage de Boyer-Xambu, Deleplace & Gillard (1986) et son commentaire critique par Courbis (1987) notamment.

34 16 se dit eerin din logun = « est inférieur à vingt de quatre (unités) » ; 17 se dit eeta din logun = « est inférieur à vingt de trois (unités) » ; 18 se dit eeji din logun = « est inférieur à vingt de deux (unités) ». À noter que le système à base 20 n’est pas totalement absent du créole avec l’usage de 80 (comme 4 fois 20) et 90 (comme 4 fois 20 plus dix). Et non huitante et nonante en usage par exemple à Lausanne.

35 9 se dit « 12-3 » ; 13 se dit « 12 + 1 ».

36 26 se dit ñaar fukk ak juroom benn [deux dix et cinq, un : 2×10+5+1].

37 Voir supra, note 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Servet, « Repenser en interdisciplinarité et dans sa diversité l’universalité du média monétaire », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13092

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Servet

Professeur honoraire à l’IHEID Genève, associé à l’UMR 245 IRD, Université Paris 7, et à l’UMR 5206 CNRS ENS Lyon ; jean-michel.servet@graduateinstitute.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page