Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pourquoi et comment faire l’histoire du mainstream ? Entre économie (néo)classique et néolibéralisme

À propos de l’ouvrage de Mike Berry, Morality and Power. On Ethics, Economics and Public Policy
Irène Berthonnet
Référence(s) :

Mike Berry, Morality and Power. On Ethics, Economics and Public Policy, Edward Elgar Publisher, 2017.

Texte intégral

1Les économistes hétérodoxes oscillent souvent entre l’idée qu’il faut connaître le mainstream avant d’être hétérodoxe et celle selon laquelle ce n’est qu’en l’ignorant qu’on peut progresser dans la construction d’autres approches. Si la première stratégie permet de savoir précisément pourquoi l’on ne se situe pas dans le mainstream, elle implique un effort souvent considéré comme usant voire inutile. La seconde stratégie, au contraire, présente l’avantage de pouvoir se concentrer sur la construction d’autres approches dont on peut se revendiquer sans devoir se positionner uniquement par rapport au mainstream. En revanche, elle conduit à méconnaître une bonne partie de sa discipline.

2L’ouvrage de Mike Berry sera particulièrement utile aux hétérodoxes adeptes de la seconde stratégie, dans la mesure où il constitue une introduction à l’histoire de la théorie standard, de ses soubassements théoriques, éthiques et philosophiques, et qu’il tente de lier ces éléments à une analyse des politiques publiques contemporaines pouvant être qualifiées de « néolibérales ». Il propose donc une synthèse des principaux enjeux théoriques et politiques du mainstream, autour de la thèse suivante : la situation macroéconomique du début du xxie siècle (instabilité du capitalisme, hausse des profits sans croissance, et donc hausse des inégalités) peut être en partie attribuée à la théorie économique, à la fois pour des raisons historiques dues à la constitution du mainstream depuis le xviiie siècle et pour des raisons plus conjoncturelles liées à l’absence de refondations après la crise de 2008. L’ouvrage se propose de replacer l’économie orthodoxe dans une tradition de philosophie morale qui remonte au xviiie siècle, pour expliquer d’une part, comment elle en est arrivée là où elle est aujourd’hui, et d’autre part, en quoi elle est la source d’inspiration directe de politiques publiques néolibérales, le tout dans une perspective critique.

La thèse de l’ouvrage et son exposition

3Plus qu’une contribution directe à la recherche, l’ouvrage doit être vu comme un manuel pour étudiants en fin de cursus ou pour chercheurs non spécialistes qui introduirait une vision personnelle, pédagogique et documentée de la question suivante : en quoi la théorie économique néolibérale est-elle au moins en partie responsable de ce que l’on pourrait qualifier de crise contemporaine des démocraties occidentales ? Par sa question même, l’ouvrage s’inscrit dans une perspective d’économie politique et propose une réflexion qui mêle histoire de la pensée économique, philosophie économique et analyse de politiques publiques pour éclairer les grands enjeux économiques et politiques contemporains. La crise des démocraties occidentales est le point d’arrivée de l’ouvrage, et M. Berry cherche à en identifier les origines théoriques et politiques. Sa contribution remonte donc aux racines théoriques de l’économie (néo)classique pour montrer comment certains de ses outils ont été mobilisés pour l’analyse et la préconisation de politiques publiques qui ont contribué à l’augmentation des inégalités de ces dernières décennies. Cette augmentation se trouve pour M. Berry au cœur de la crise des démocraties.

4La thèse de l’ouvrage est exposée en trois parties : la première partie retrace les origines néoclassiques de la pensée néolibérale ; la deuxième partie propose un cadre d’analyse pour évaluer les politiques publiques néolibérales ; la troisième partie discute ces politiques et leurs implications.

5La première partie de l’ouvrage (Foundations) relève de l’histoire de la pensée économique et montre que l’économie néoclassique s’est constituée par simplifications progressives à partir des apports classiques. L’objectif est de montrer que l’économie standard contemporaine n’est qu’une lecture possible des contributions de Hume, Bentham et J.S. Mill, dans lesquelles on trouvait certes les racines de l’analyse moderne, mais aussi d’autres éléments qui ont été ignorés. M. Berry remonte au libéralisme classique du xviiie siècle pour montrer qu’à l’origine, la pensée sur l’économie était encastrée dans une tradition normative et éthique, dont la pensée économique du xixe siècle se débarrassera. Cette opération de désencastrement de la pensée économique hors de l’éthique et du normatif sera le fait des révolutions marginaliste et ordinale, qui résumeront l’analyse économique à une approche microéconomique essentiellement axée sur l’étude de la formation des prix. Ce faisant, ces nouvelles traditions d’analyse opèrent également un glissement du bien (explicitement recherché dans les approches précédentes) vers le rationnel, qui est pour M. Berry un soubassement normatif non perçu comme tel de l’analyse néoclassique.

  • 1 Sinon celui qu’elle considère évidemment acceptable, à savoir qu’il est bon que les ménages satisfa (...)

6La deuxième partie (Analysis) interroge plus spécifiquement la notion d’efficacité, opérationnalisée par des outils néoclassiques qui seront bientôt au cœur de la mise en place de politiques publiques néolibérales, tel l’optimum de Pareto. Revenant sur les traditions de Cambridge et de Lausanne, M. Berry montre comment le succès de l’optimum de Pareto dans la nouvelle économie du bien-être s’accompagne d’une conception de l’économie comme science indépendante des jugements de valeur1. L’objet de l’économie est alors resserré sur la seule question de la rareté, ce qui met au premier plan la question de l’efficacité, abordée comme enjeu totalement distinct de la distribution. Ce dernier aspect est ensuite renforcé par le passage de la théorie néoclassique ancienne aux politiques néolibérales modernes, passage qui s’effectue par le biais de l’analyse coût/bénéfice, que M. Berry interprète comme un rapprochement posthume entre Pigou et Pareto. Ce mouvement s’opère alors même que diverses limites sont identifiées : coûts de transaction, information imparfaite et asymétrique, théorème de Lipsey-Lancaster, enjeux psychologiques mis en évidence par l’économie comportementale (crowding in/out par exemple), etc. Pour interroger les liens entre éthique et efficacité dans l’analyse mainstream des politiques publiques, pour prendre ses distances avec les jugements de valeur qui les sous-tendent, et pour évaluer les politiques néolibérales sur la base de leurs résultats, M. Berry propose ensuite de fonder une éthique conséquentialiste compréhensive inspirée d’A. Sen. Ce cadre d’analyse, explicitement normatif, est fondé sur la nécessité de diminuer les inégalités : M. Berry veut avoir les moyens intellectuels de penser et expliquer les phénomènes sociaux en fonction de critères éthiques et politiques qui s’appuient sur la nécessité de lutter contre les inégalités. C’est seulement par la reconstruction de ce cadre philosophique normatif qu’il pense pouvoir ensuite distinguer et évaluer bonnes et mauvaises politiques, et ainsi dénoncer l’hégémonie intellectuelle néoclassique sur les politiques au regard de leurs piètres résultats (intensification des inégalités). Enfin, ce cadre se veut pragmatique et fondé sur une analyse institutionnelle, permettant de penser la justice sociale comme la recherche d’une amélioration constante et non l’atteinte d’un idéal théorique parfait.

7La troisième partie (Outcomes) mobilise ce cadre philosophique pour évaluer un certain nombre de phénomènes contemporains au regard de leur effet sur les inégalités. M. Berry utilise ainsi les travaux de Piketty pour qualifier l’évolution des inégalités économiques à grande échelle ainsi que leur déclinaison dans d’autres domaines (santé, éducation…). Il discute également un certain nombre d’aspects plus spécifiques, comme par exemple les effets des privatisations : hausse du chômage, baisse de la qualité des emplois, de la qualité de service, hausse de la corruption, etc. Ces effets concrets sur les inégalités sont mis au regard des légitimations de ces privatisations issues de la théorie standard. Finalement, la troisième partie consiste essentiellement en un large panorama des problèmes posés par le capitalisme financiarisé (environnement, système financier, etc).

8M. Berry conclut sur les trois horizons possibles du capitalisme : démocratie sociale revigorée marquée par la coopération et la réduction des inégalités ; capitalisme avec État autoritaire ; fascisme (version dégénérée du capitalisme autoritaire). Il prône un programme cohérent et pratique de réformes politiques progressistes fondé sur les grands principes éthiques qu’il a mis en évidence au cours du texte.

9L’ouvrage dans son ensemble est bien écrit, les explications sont très pédagogues et accompagnées de nombreux exemples. On peut regretter cependant que l’envergure du sujet – traité en seulement 300 pages – laisse au lecteur une impression de survol général. Cette impression est parfois amplifiée par le fait que plusieurs chapitres n’abordent leur objet que par le biais de sources secondaires. Ce point est particulièrement regrettable pour ce qui concerne les chapitres de la première partie sur l’histoire de l’économie, partie que M. Berry présente pourtant dans son introduction comme un des principaux apports de son travail. Par exemple, le chapitre sur Hume introduit surtout la lecture de Hume par Rawls et celle de Smith par Sen… L’ensemble constitue néanmoins une brève mais bonne histoire des fondements philosophiques et éthiques de la théorie mainstream, ainsi qu’un manuel intéressant pour étudiants avancés.

  • 2 Ce théorème met en évidence le fait que l’optimalité parétienne ne peut être obtenue que « tout d’u (...)

10Par ailleurs, l’un des points d’intérêt de l’ouvrage est que son histoire inclut les critiques – à la fois internes et externes – qui ont été formulées à l’égard du mainstream. M. Berry les introduit en les expliquant et discute leur réception dans le mainstream, qu’elles aient été prises au sérieux (théorème d’impossibilité de Arrow), ou qu’elles aient été largement ignorées (théorème de Lipsey-Lancaster2). Ces exemples, relevant de la critique interne, côtoient des critiques plus extérieures (Polanyi, Galbraith), et des approches intermédiaires (Piketty). Cet assemblage appelle plusieurs questions méthodologiques quant à la manière de faire une histoire des approches mainstream : la critique interne fait-elle partie du mainstream ? Les frontières du mainstream sont-elles dès lors mouvantes ? Comment différencier la critique interne de la critique externe ? Ces deux critiques forment-elles un continuum ou s’opposent-elles radicalement ?, etc. Malheureusement, M. Berry ne traite pas ces questions, et si sa manière de mobiliser les critiques internes et externes permet de mettre en évidence la nécessité d’un positionnement théorique hétérodoxe, elle ne lui permet pas d’aller plus loin que la critique du mainstream depuis ses marges. En effet, il ne suffit pas de faire de la philosophie économique – même normative – pour se situer en-dehors du mainstream, car toute démarche minoritaire dans le champ n’est pas pour autant nécessairement hétérodoxe. Même si M. Berry pense le contraire, la question de savoir si la philosophie économique normative est nécessairement un positionnement hétérodoxe mérite d’être discutée et qualifiée. Un approfondissement de cette question aurait en effet permis de clarifier son propre positionnement, et aurait également permis de proposer une définition du mainstream qui intègre la diversification des approches standard. Cette réflexion aurait été un véritable apport pour l’histoire de la pensée mainstream, et M. Berry avait à sa disposition tout le matériau nécessaire pour la mener. La suite de cette recension propose une interprétation personnelle du champ de travaux dans lequel se situe l’ouvrage de M. Berry : celui-ci s’inscrit dans un programme de recherche qui mobilise différents chercheurs issus de différentes disciplines des sciences sociales. La section 2 dessine les grandes lignes de ce programme, qui ne se présente pas encore comme tel à notre connaissance ; la section 3 propose quant à elle quelques pistes ultérieures de développement pour ce programme de recherche.

Quelle articulation entre théorie (néo)classique et néolibéralisme : un programme de recherche ?

11Comme mentionné précédemment, le questionnement qui sert de cadre à l’ouvrage de M. Berry est celui de savoir dans quelle mesure le néolibéralisme est au moins en partie responsable de la crise contemporaine des démocraties occidentales. L’un des éléments de réponse qu’il propose consiste à remonter aux racines théoriques du néolibéralisme, pour montrer que ce dernier va s’inspirer des fondements théoriques classiques et néoclassiques. Cette démarche est en soi un apport, car la question des liens et influences entre théorie (néo)classique et néolibéralisme est non seulement loin d’être tranchée, mais aussi assez peu documentée. La plupart des économistes hétérodoxes considère comme intuitive et évidente l’existence de racines néoclassiques au néolibéralisme, tout en admettant aussi que ce sont cependant deux courants différents. Bref, les termes exacts de l’articulation entre les deux restent délicats à trouver. La recherche de cette articulation a pourtant une histoire, et on pourrait même presqu’y voir un véritable programme de recherche ouvert dès fin des années 1970, si les travaux qui y contribuent n’étaient pas si éparpillés. La suite de cette section met en évidence l’existence d’un programme de recherches en sciences sociales, qui n’est cependant pas encore posé comme tel. Il semble que les chercheurs en sciences sociales qui y contribuent n’aient pour l’instant qu’assez peu conscience de travailler dans une même direction, malgré le fait qu’ils partagent souvent une même question, une même thèse, et une même façon de contribuer à cette question.

  • 3 Cf p. 135 « du point de vue économique, le néolibéralisme qu’est-ce que c’est ? Rien de plus que la (...)

12La première contribution est probablement celle de Foucault dans sa Naissance de la biopolitique. La thèse de Foucault sur les origines théoriques du néolibéralisme peut être résumée comme suit : 1. alors que le libéralisme classique ménageait un espace distinct pour le marché, le néolibéralisme prônait plutôt un débordement de logiques marchandes dans l’ensemble de la société ; 2. l’attention spécifique à la construction de la concurrence par l’État que prône le néolibéralisme en fait un enjeu de gouvernementalité plutôt qu’un enjeu de théorie économique3 ; 3. les liens entre l’économie classique, néoclassique et néolibérale passent surtout par la représentation de l’homo oeconomicus, que Foucault fait remonter à Hume et Locke, mais dont il attribue la théorisation en tant que telle à Walras et Pareto (Foucault 2004, p. 275). Foucault traite ces problèmes de manière très large, essentiellement pour mettre en évidence les enjeux de gouvernementalité. L’économie est appréhendée plutôt dans son ensemble que dans la discussion de ses méandres internes. C’est pourquoi du point de vue de l’histoire de la pensée économique, le mérite de Foucault est plutôt d’avoir soulevé la question que d’y avoir répondu de manière définitive.

13Cette question, susceptible de fonder un programme de recherche en histoire des idées économiques et politiques, a été reprise ponctuellement par différents chercheurs issus de diverses sciences sociales, et qui ne semblent pas avoir conscience de travailler sur la même question. On peut supposer que cela est dû au fait que l’articulation des liens entre théorie néoclassique et néolibéralisme est toujours présentée comme une étape d’un raisonnement ou d’une recherche et jamais comme une question de recherche en soi. Dans cette veine, on peut citer par exemple Harcourt, qui dans the Illusion of Free Markets (Harcourt 2011), met en évidence les liens entre déréglementation des marchés et massification de l’emprisonnement à travers une histoire qui part de Beccaria pour aller jusqu’au néolibéralisme états-unien moderne. On pense également à l’ouvrage de Fine et Milonakis (2009), qui montre que l’impérialisme économique contemporain prend ses racines dans l’économie néoclassique marginaliste de la fin du xixe siècle. D’après eux, ce n’est que par tradition que la science économique standard du xxe siècle a continué à s’intéresser au marché, alors même qu’elle était déjà devenue une méthode reposant presqu’exclusivement sur l’hypothèse de choix rationnel, et prête à être appliquée à divers objets. Ce n’est cependant qu’à la fin du siècle, notamment avec l’approfondissement des recherches sur les imperfections du marché que cette extension est effectivement réalisée (Fine & Milonakis 2009, chapitre 3).

14Ces travaux abordent le problème de manière large, en brossant une histoire longue de la pensée économique. Outre le fait de se poser la même question, ils aboutissent également à une thèse similaire, malgré la diversité de leurs entrées : tous considèrent que le néolibéralisme s’est construit à partir des théories classiques et néoclassiques, par simplification. Le néolibéralisme se serait ainsi débarrassé de pans entiers de ces théories pour n’en conserver que le squelette du choix rationnel. Paradoxalement, le fait de limiter l’ampleur théorique a permis d’étendre les prétentions explicatives du néolibéralisme qui a alors investi d’autres sphères sociales que la seule économie.

15Ainsi, si l’on propose de considérer cet ensemble disparate de travaux comme un programme de recherche pour l’instant implicite et peu conscient de lui-même, c’est parce qu’on y retrouve une question de recherche commune (celle des fondements théoriques du néolibéralisme empruntés aux théories économiques des xviii et xixe siècles), une thèse également commune (le néolibéralisme se construit en se débarrassant de divers aspects des théories (néo)classiques ce qui lui permet paradoxalement d’étendre ses prétentions explicatives à d’autres sphères sociales que celle de l’économie), mais aussi parce qu’on peut identifier une approche commune. En effet, plusieurs recherches alimentent la question et la thèse en procédant de la même manière : c’est l’étude des outils de légitimation et/ou d’évaluation des politiques publiques qui permet de mettre en évidence les origines théoriques du néolibéralisme. Ces contributions montrent comment certains éléments néoclassiques ont été importés puis opérationnalisés par le néolibéralisme pour permettre le calibrage et l’évaluation des politiques publiques, retraçant l’histoire de ces outils (Berthonnet 2016) ou mettant en évidence leurs portée normative (Picavet 1999), et toujours pour en montrer les enjeux politiques. Le travail de M. Berry se situe dans cette même perspective, et contribue à ce programme de recherche, notamment en faisant le lien entre optimalité parétienne et analyse coût/bénéfice. De même, son hypothèse de fusion posthume entre Pareto et Pigou apporte un regard intéressant sur la réalité de la transmission d’outils de la théorie néoclassique vers la théorie néolibérale.

Perspectives ultérieures

16L’identification de ce programme de recherche a pour objectif de lui faire prendre conscience de lui-même mais également de le faire avancer. Cette section propose donc quelques pistes de recherches qui permettront d’approfondir ou d’élargir ses premiers résultats.

  1. Définition et qualification : à ce stade, certains éléments de définition et de qualification doivent être approfondis, même si l’on peut supposer que cet approfondissement ouvrira plus de questions qu’il ne donnera de réponses. Ainsi, la question de recherche centrale que nous avons identifiée – celle des racines (néo)classiques du néolibéralisme – suppose que néoclassicisme et néolibéralisme soient deux théories différentes. Au-delà de leurs quelques désaccords de fond, ces théories diffèrent surtout par leur nature : théorique/pratique ; pure/appliquée ; économique/politique ; scientifique/militante… aucun de ces clivages n’est adéquat en soi, mais chacun éclaire une partie de la question. Or, si l’on trouve un certain nombre de travaux qui discutent la diversité des théories néolibérales (Denord 2007 ; Audier 2012) ; un certain nombre aussi qui s’interrogent sur son caractère idéologique (Harvey 2005 ; Bihr 2011 ; Orléan 2011) ; on n’en trouve que très peu qui cherchent à qualifier épistémologiquement la nature de la théorie néolibérale. Ainsi, un travail reste à faire pour identifier les contours et les objectifs de la théorisation néolibérale. Le passage par les outils d’évaluation des politiques publiques comme moyen par excellence d’identifier une continuité entre économie néoclassique et néolibéralisme (cf section 2) peut aussi s’expliquer comme un moyen de contourner la difficulté de qualification précise de la nature de l’une et l’autre des deux théories. Plus précisément, cela évite de qualifier dans le détail la nature de la théorie néolibérale qui est pour l’instant abordée sous l’angle de sa mise en pratique.

  2. La question des synthèses théoriques : la recherche des racines et interactions des théories néoclassiques et néolibérales implique aussi de traiter ce qu’elles ont en commun. M Berry part du principe qu’il fait l’histoire du mainstream, et ce terme de mainstream lui permet d’englober différentes approches qui présentent certains points communs. Faire l’histoire du mainstream a bel et bien un sens, même si cela fera grincer les dents de ceux qui préfèrent mettre l’accent sur les différences plutôt que sur les similitudes. Cependant, pour faire l’histoire du mainstream il faut là aussi faire un effort de définition pour qualifier ce mainstream, puisqu’il semble désormais évident que la théorie néoclassique n’en est qu’une des branches. Au-delà de la définition, cela interroge aussi la manière dont une théorie dominante le devient, la manière dont elle cesse de l’être, les déterminants de ces évolutions, etc. Cela suscite encore d’autres questions comme celles de savoir s’il y a nécessairement une pensée dominante en un lieu et temps donné ; si cette pensée dominante se constitue nécessairement par fusion d’approches initialement plus ou moins différentes (comme tendrait à le laisser penser le fait que la nouvelle synthèse néolibérale – entre économie néoclassique et néolibéralisme – succède à l’ancienne « synthèse néoclassique ») ; comment identifier un cœur théorique commun en faisant abstraction de différences que l’on considérera comme plus anecdotiques, etc. Ces questions atteignent un tel niveau de généralité que pour y répondre, le programme de recherche sur les racines néoclassiques du néolibéralisme ne sera sans doute pas suffisant… Mais il pourrait être un des éléments d’une interrogation plus structurelle sur l’évolution des idées.

  3. La question de l’extériorité à ce mainstream. M. Berry tente de créer un cadre d’analyse non mainstream, mais oscille entre la critique en manque de réalisme et la critique par l’éthique. Or, ces deux types de critiques existent déjà dans le mainstream lui-même. Pour analyser à partir d’une réelle extériorité et pour aller plus loin dans l’histoire du mainstream, M. Berry devrait analyser les théories non pas au regard de cadres éthiques, mais plutôt en traitant les théories économiques comme des objets sociaux. Cela reviendrait à tenter de découvrir non seulement leur traduction en pratique mais encore leur contexte de production et de diffusion, et surtout leur fonction (en particulier, leur fonction en tant que mainstream). Il pourrait alors faire une histoire de la pensée qui s’inscrive dans une économie politique plutôt que dans une éthique, dans la veine de ce que fait par exemple Henry (2009) : une histoire de la pensée qui analyse non seulement les conséquences du mainstream, mais aussi ses causes et ses fonctions dans une économie politique qui mêle analyse des idées et des faits.

  4. La méthodologie adéquate pour développer ces pistes. Ces perspectives impliquent toutes de mobiliser une méthodologie d’histoire de la pensée spécifique. En effet, analyser des théories de statut épistémologique différents (point 1.), qualifier leurs interactions et les évolutions de ces interactions (point 2.) et penser l’histoire des idées comme partie intégrante d’une analyse d’économie politique (point 3.), impliquent tous trois de renoncer à une histoire de la pensée trop « micro » pour se lancer dans une « macro-histoire » de la pensée… Cette dernière s’intègre dans une tradition existante (par exemple chez Canguilhem), mais en perte de vitesse depuis quelques décennies. Cette histoire est difficile à faire à l’échelle individuelle dans la mesure où elle implique une connaissance fine de courants entiers, dans leur diversité interne et avec leur dimension historique, en interaction avec d’autres écoles ou paradigmes. C’est pourtant là une base nécessaire pour pouvoir discuter ensuite des évolutions globales des théories économiques et des structures de pensée en général.

Haut de page

Bibliographie

Audier S. (2012), Néo-libéralisme(s) : une archéologie intellectuelle. Paris, Grasset.

Berthonnet I. (2016), « Pareto efficiency from Pareto to contemporary economics ». History of Economic Ideas, XXIV (3) : 165‑86.

Bihr A. (2011), « L’idéologie néolibérale », Semen [en ligne] no°30, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 02 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/8960

Denord F. (2007), Néo-libéralisme version française : histoire d’une idéologie politique, 1 vol. Paris, France, Demopolis.

Fine B. & D. Milonakis (2009), From Economics Imperialism to Freakonomics: the Shifting Boundaries between Economics and Other Social Sciences, Routledge, Londres, Royaume-Uni.

Foucault M. (2004), Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France (1978-1979), Paris, France, Gallimard.

Harcourt B. (2011), The Illusion Of Free Markets. Punishment and the Myth of Natural Order, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press.

Harvey D. (2005), A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Royaume-Uni.

Henry J. (2009), « The Illusion of the Epoch: Neoclassical Economics as a Case Study ». Studi e Note di Economia 1: 27‑44.

Lipsey R.G. & Lancaster K. (1956), « The General Theory of Second Best », The Review of Economic Studies 24(1): 11‑32.

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur : refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Picavet E. (1999), « De l’efficacité à la normativité », Revue Économique, vol. 50, no°4, p. 833‑858.

Haut de page

Notes

1 Sinon celui qu’elle considère évidemment acceptable, à savoir qu’il est bon que les ménages satisfassent leurs préférences.

2 Ce théorème met en évidence le fait que l’optimalité parétienne ne peut être obtenue que « tout d’un coup » et qu’on ne peut donc pas se rapprocher progressivement de l’optimalité, par réformes successives (Lipsey & Lancaster, 1956).

3 Cf p. 135 « du point de vue économique, le néolibéralisme qu’est-ce que c’est ? Rien de plus que la réactivation de vieilles théories économiques déjà usagées. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Berthonnet, « Pourquoi et comment faire l’histoire du mainstream ? Entre économie (néo)classique et néolibéralisme », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13099

Haut de page

Auteur

Irène Berthonnet

Ladyss, Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page