Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Transformations agricoles et agroalimentaires : entre écologie et capitalisme

À propos de l’ouvrage coordonné par Gilles Allaire et Benoît Daviron Transformations agricoles et alimentaires. Entre écologie et capitalisme
Alban Pellegris
Référence(s) :

Transformations agricoles et alimentaires. Entre écologie et capitalisme, Versailles, Quae, coll. « Synthèse », 2017, 429 p.

Texte intégral

1La crise des années 1970 est pensée par les régulationnistes comme la crise d’un régime d’accumulation et de ses formes institutionnelles, en l’occurrence le fordisme. À partir du milieu des années 1980, l’agriculture n’échappe pas à l’effritement progressif de ce mode de régulation. L’intensification productive et ses supports – organisation des marchés, du travail et des systèmes de production – connaissent une crise structurelle. Quels nouveaux compromis sectoriels allaient émerger ? Paru en 1995, La grande transformation de l’agriculture, ouvrage coordonné par Gilles Allaire et Robert Boyer, esquissait une réponse à partir de l’analyse du cas français. La référence polanyienne dans le titre signalait un mouvement vers une place croissante du marché dans la régulation. Vingt ans plus tard, le contexte dans lequel évolue l’agriculture n’a cessé de se transformer : les politiques agricoles ont été progressivement libéralisées, le poids de l’agriculture des pays émergents est en croissance, les usages non alimentaires des végétaux se développent, l’économie mondiale a connu sa plus grande crise depuis 1929 et la crise alimentaire de 2008 a mis en évidence des dynamiques des prix agricoles qui rappellent l’enjeu de la sécurité alimentaire. Les différents scandales dans l’agroalimentaire ont remis au centre la sécurité sanitaire, tandis que les problématiques environnementales rendent de plus en plus pressante la transition énergétique et écologique de nos systèmes de production. Autant de recompositions qui nécessitent de continuer à penser les trajectoires à l’œuvre dans l’agriculture. C’est dans ce contexte que s’est tenu en juin 2014, à Montpellier, le colloque « Renouveler les approches sur l’agriculture et l’alimentation : la grande transformation 20 ans après », dont de nombreuses contributions ont été publiées dans Transformations agricoles et agroalimentaires – entre écologie et capitalisme, coordonné par Gilles Allaire et Benoît Daviron. L’ouvrage frappe par la diversité des approches mobilisées et fait la preuve du caractère fécond du pluralisme en économie. Outre les écoles françaises de la régulation et des conventions, des approches d’économie politique internationale telles celles d’économies-monde et de food regime sont mobilisées. On notera également la présence salutaire de travaux se rattachant à l’économie écologique.

2Alors que l’ouvrage est structuré en trois grandes parties, nous proposons ici un cheminement qui s’en écarte légèrement. Nous avons préféré mettre en évidence les trajectoires de l’agriculture sans autonomiser la question des approches théoriques (objet de la 3e partie de l’ouvrage). À la lecture, nous pensons repérer « trois forces » qui pèsent sur l’orientation du secteur. D’abord, l’agriculture est insérée dans un régime métabolique (industriel) insoutenable et en tant que productrice de biomasse, sa place va devoir évoluer (1). En second lieu, les agricultures mondiales sont insérées sur des marchés agricoles mondiaux dont la régulation reste impulsée par un hegemon (2). Enfin, l’influence des grands groupes privés capitalistes compte de plus en plus, que ce soit dans l’organisation et la direction de la production agricole que dans l’expertise et l’orientation des politiques agricoles (3 et 4).

Écologie-monde et place de l’agriculture dans le métabolisme social

3La première partie de l’ouvrage invite à penser la question agraire sur le temps long. Une histoire mondiale des relations société-nature y est menée tout en restant attentive aux rapports de pouvoir et de domination dont elles sont le support.

4Pour Krausmann et Fischer-Kowalski (chapitre 1), nos sociétés ont connu un changement radical de leur métabolisme, à savoir la manière dont sont organisés les flux d’énergie et de matière pour assurer leur reproduction et leur expansion. Dans les sociétés agraires, ce métabolisme s’apparente à un « système d’énergie solaire contrôlé » (p. 25) où la biomasse renouvelable est centrale : elle fournit l’essentiel de l’énergie mécanique (nourriture des hommes et animaux), la chaleur nécessaire aux foyers et activités (bois) ainsi que les différentes matières premières à transformer. Vulnérables (aux aléas climatiques notamment), ces systèmes se caractérisent par leur faible densité territoriale ainsi que par leur faible croissance. En effet, la création d’un surplus – la fameuse « part maudite » de Georges Bataille – susceptible de permettre la complexification, c’est-à-dire le développement d’autres activités, est dépendante des progrès de l’agriculture (intensification) ou encore de l’extension des surfaces mobilisées (notamment par l’établissement de fronts pionniers). Le passage à une économie minière et l’accès à une nouvelle source de biomasse « d’elsewhen » (d’autrefois), expression désignant les fossiles (p. 66), change la donne. Avec la machine à vapeur, le charbon démultiplie l’énergie mécanique à disposition des sociétés et « émancipe le système énergétique de l’espace » permettant de repousser les limites de la croissance économique (p. 28). Le pétrole, plus dense énergétiquement et moins cher à exploiter et à déplacer, ne fera qu’approfondir cette tendance. Ce nouveau métabolisme industriel permet une exploitation de la nature sans précédent : au cours des 100 dernières années, les flux de matières extraites ont été multipliés par 7,5 et l’énergie primaire par 9,6, cette dernière provenant à 80 % de sources fossile (p. 35). Ces prélèvements massifs (et rejets qui vont avec) nous ont précipité dans une crise écologique connue depuis les années 1970, faisant de l’Humanité une force géologique à part entière.

  • 1 Voir au chapitre 7 la contribution de Labatut et Tesnière sur les régimes de sélection de la vache (...)
  • 2 Moore Jason W., « “The Modern World-System” as Environmental History? Ecology and the Rise of Capit (...)

5Pourtant la notion d’Anthropocène est trompeuse, et en suivant Bonneuil et Fressoz (chapitre 2), il faut lui préférer celle de Capitalocène. La dynamique en cause est avant tout celle d’une logique particulière, celle du capital qui, visant son auto-accroissement, est incapable de considérer les limites et l’idée de suffisant. Cette dynamique est d’autant plus problématique qu’elle est profondément inégalitaire. En effet, matières et énergies sont captées, consommées et utilisées au profit d’un centre et de ses alliés et au dépend des périphéries. Déjà en 1973, l’empreinte écologique des États-Unis atteignait 176 %, celle de la Grande-Bretagne 377 %, celle de la RFA 292 % et 576 % pour le Japon, là où « nombre de pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine sont sous un ratio de 50 % » (p. 56). On pourrait ajouter qu’aujourd’hui, seulement 50 % de la population mondiale vit sous un régime métabolique industriel. Ainsi la croissance des pays développés résulte de la production et du captage d’un surplus biophysique sans cesse croissant. Concrètement, cela passe par la colonisation de la nature, autrement dit, le changement « délibéré d’importants paramètres des systèmes naturels » (p. 65) : le déboisement, la sélection génétique des plantes et des animaux1 ou encore la mise en place de systèmes d’irrigation comme celui étudié à Alméria par Buchs et Boisvert (chapitre 6). Autant d’exemples qui révèlent une « production sociale de la nature » (p. 132). Les pays développés ont non seulement mobilisé les ressources de leurs territoires (le charbon anglais, le pétrole états-uniens), mais ils ont également su tirer parti d’échanges inégaux. Ils ont pris soin d’organiser et de sécuriser leur approvisionnement en ressources à bas coût auprès de la périphérie, ce qu’attestent les analyses de l’évolution des termes de l’échange (p. 53). Ainsi, l’ouvrage nous invite à penser la trajectoire de l’agriculture, son rôle dans le métabolisme social et sa régulation dans le cadre de cette écologie-monde2.

6Ce changement de métabolisme social a contribué à reconfigurer l’agriculture de plusieurs manières. La révolution énergétique et des transports a par exemple permis une relative « unification des marchés de biomasse centrés sur l’Europe », posant la question de la régulation de ces marchés mondiaux (chapitre 3, p. 79). De même, l’utilisation du pétrole, à la fois comme source d’énergie et de matière, a été à l’origine d’une certaine sectorisation de l’agriculture, d’un recentrage sur sa fonction alimentaire. Dans le même temps, ce « petro-farming » devenait « énergétiquement déficitaire » (p. 53) : là où une calorie investie dans l’agriculture générait 12,6 calories en 1826 en Angleterre, elle n’en génère plus que 0,64 en 2005 aux États-Unis. La place de l’agriculture dans le métabolisme industriel-fossile a donc radicalement changé par rapport aux sociétés agraires : de pourvoyeuse nette elle est devenue débitrice nette en énergie. À l’heure du réchauffement climatique et de la nécessité de se détourner des énergies fossiles, l’agriculture aura à coup sûr à repenser sa place « jusqu’ici orienté[e] vers la fonction alimentaire » (p. 153). Telle est l’ambition de la bioéconomie, à laquelle deux contributions sont consacrées (chapitre 8 et 9).

7Si initialement le terme a été forgé par les tenants de l’économie écologique pour insister sur l’encastrement des activités économiques dans la biosphère, la bioéconomie se présente actuellement, dans sa version dominante, comme une « voie vers une économie décarbonnée » (des fossiles) grâce à des « usages intégrés et complémentaires » de la biomasse (p. 153). Reprenant l’idéal de l’économie circulaire, il s’agit de promouvoir une industrialisation du vivant, d’organiser sa « versatilité » dans le cadre de la bioraffinerie, afin de transformer durablement « les ressources biologiques renouvelables dans la santé, l’alimentation, l’énergie (biocarburants) et d’autres produits industriels » tels que les matériaux biosourcés. Ce nouveau paradigme révèle la capacité du système dominant à surmonter ses crises et à réintégrer (partiellement) les critiques minoritaires comme celles de l’agroécologie. Son succès n’est pourtant pas assuré car, arrimé à l’objectif de poursuite de la croissance, il risque de ne pas tenir ses promesses de durabilité en accentuant sévèrement la pression sur la biomasse disponible (critique des agrocarburants) dont le rythme de renouvellement doit être respecté. D’autre part, insérée dans des chaînes de valeur internationales, cette version de la bioéconomie néglige les demandes d’ « ancrage local de l’alimentation » (p. 177). En bref, les approches thermodynamiques permettent de penser cette trajectoire du régime agro-industriel actuel vers le non-alimentaire.

Hégémonie et régulation des marchés agricoles

8L’autre transformation importante à noter est celle ayant trait à l’instabilité des cours sur les marchés agricoles internationaux. Une instabilité qui affecte de plus en plus les producteurs, dans la mesure où les soutiens nationaux sont, à la suite du cadre promu par l’OMC, de plus en plus découplés des volumes et des prix. Comment expliquer ce basculement ? Si on en croit l’approche en termes de food regime – dont un stimulant bilan critique est fait au chapitre 16 par Wilkinson et Goodman – la physionomie du système alimentaire, les règles qui encadrent la production et la consommation s’expliquent avant tout par le comportement de l’hegemon : le Royaume-Uni jusqu’en 1914, les États-Unis par la suite. En raison de leur territoire et de la production alimentaire que celui-ci permet, les États-Unis sont un pays exportateur (notamment de blé) là où les britanniques étaient importateurs nets. Ils ont donc intérêt au développement des échanges internationaux tout en garantissant des niveaux de prix rémunérateurs à leurs agriculteurs. Or, comme l’expliquent Courleux et Depeyrot (chapitre 4), « l’ouverture commerciale n’est possible que si chaque pays a suffisamment confiance pour assurer son approvisionnement à un prix relativement stable » (p. 92). Aussi, les États-Unis ont-ils endossé le rôle de « stockeur en dernier ressort » sur la période 1930-1980. Dans le cas du blé, cela s’est traduit par des accords, portés par l’hegemon, visant à « désengorger les marchés internationaux plombés par les surplus » soit par du stockage public, des subventions à la mise en jachère ou encore le recours à l’aide alimentaire. À partir des années 1970, cette régulation va progressivement s’épuiser en raison des comportements non coopératifs de puissances agricoles montantes comme l’Union Européenne ou encore l’Argentine qui s’embarrassent peu de la régulation de leurs excédents et de leurs effets sur le marché mondial :

[…] d’un côté de l’Atlantique, le budget communautaire est mis à rude épreuve pour subventionner les exportations, de l’autre, on paie les agriculteurs pour mettre en jachère leurs champs et on remplit les stocks public afin d’espérer faire remonter les cours mondiaux. (p. 90).

9La discipline agricole collective de l’OMC obligera finalement la PAC à se réformer. Trop confiant dans l’autorégulation marchande, le nouveau cadre laissera toutefois vacante cette position de stockeur en dernier ressort. Ces turbulences économiques peuvent-elles être interprétées comme les symptômes de la fin de l’hégémonie américaine et de l’émergence de la puissance chinoise ? Les auteurs montrent en tout cas qu’il y a des raisons de penser que la Chine endossera à l’avenir ce rôle. D’abord, du point de vue idéologique, le « rêve chinois » de réaffirmation d’une grande puissance l’y incite. Ensuite, ses intérêts matériels l’y poussent aussi : « il y a tout lieu de penser que les évolutions démographiques conduiront à un recours croissant aux échanges internationaux pour assurer son approvisionnement » (p. 95) à l’heure où sa sécurité alimentaire risque d’être « mise en défaut en cas d’incidents climatiques importants et répétés » (id.).

10Qu’en est-il de l’Europe ? La contribution de Marie Dervillé (chapitre 13) s’intéresse aux conséquences de cette réforme de la PAC sur le secteur laitier français, en l’occurrence la fin des quotas laitiers. Elle rappelle que le régime précédent reposait sur une protection des frontières, un stockage privé et public, des aides à l’écoulement ainsi que la définition d’une qualité standard. Ce système assurait un prix minimum, une faible volatilité et finalement une capacité de négociation des producteurs considérable. Avec la dérégulation exigée dans le cadre de l’OMC, les conditions d’accès au marché sont bouleversées pour les producteurs (notamment de montagne), incapables de rivaliser au niveau des coûts. Deux solutions sont alors esquissées pour ces éleveurs. D’une part, celle retenue par les pouvoirs publics, jugée « individualiste », se concentre uniquement sur une stabilité des revenus via l’indemnité pour handicap naturel. D’autre part, celle collective d’une « stratégie globale de filière », de montée en qualité par exemple, vise à sortir de cette « concurrence frontale sur les coûts » et à redonner à ces producteurs un accès au marché (p. 244). Cette dernière remarque rappelle que le tournant de la qualité est aussi une réponse à la mise à mal de la régulation antérieure. Elle montre également l’intérêt à analyser plus en détail les normes qui construisent et permettent le fonctionnement des marchés.

Une nouvelle gouvernance portée par les groupes privés

11Pour Busch (chapitre 12), le régime alimentaire actuel s’est transformé sous l’effet de l’internationalisation de la grande distribution et des multinationales de l’agroalimentaire. Ces acteurs très concentrés (5 distributeurs se partagent 65 % du marché français) ont su réorganiser les marchés à leur profit. Ils ont construit des chaînes d’approvisionnement dont la coordination se fait par l’établissement de standards. Ces standards permettent en effet de faciliter les transactions, réduisent les coûts, augmentent la confiance et les « achats à l’aveugle », permettent la mise en concurrence des fournisseurs ainsi que la production de masse (p. 216). Le développement du régime de standardisation tripartite ou TSR (standards – certification – accréditation) est emblématique de ce mouvement. Dans le cas de l’agriculture biologique, Poméon, Fouilleux, Lemeilleure et Loconto (chapitre 10) montrent que l’institutionnalisation du label bio sous forme d’un standard a engendré une « conventionnalisation » du secteur avec l’arrivée d’acteurs très éloignés du projet critique initial. Cela se traduit par une « désappropriation des acteurs historiques de leur capacité à définir le bio » et la « transformation de valeurs en critères techniques » (p. 191). Ces acteurs sont alors tentés de développer d’autres labels, basés sur de la certification participative. Ce dispositif est jugée mieux à même de garantir leur projet politique, mais également de limiter les coûts qui peuvent être facteur d’exclusion lors du recours à un organisme certificateur.

12En Europe, le modèle de la TSR ne signifie pas le passage à une régulation strictement privée seulement motivée par le souci de réputation et de crédibilité de la part des entreprises. Saulais et Valceschini (chapitre 11) montrent que dans le cadre de la régulation sanitaire des aliments « l’intervention publique a gardé un rôle crucial » (p. 199). À la suite des différents scandales sanitaires, l’Union Européenne a renforcé les obligations de traçabilité ainsi que la responsabilité juridique des entreprises, les obligeant à fournir des preuves. De mêmes les organismes qui habilitent des accréditeurs au niveau international restent publics.

13Si l’État continue à jouer un rôle dans ce nouveau régime, c’est bien un mouvement de retrait par rapport à la régulation antérieure qui est à l’œuvre. C’est ce que constatent Laurent et Landel (chapitre 18) à partir de l’étude des régimes de connaissances. Les connaissances scientifiques relatives à l’agriculture, nécessaires pour pouvoir orienter le développement du secteur, sont de moins en moins produites par l’État. Le manque de compétences techniques concomitant le conduit à se désengager d’une partie des « débats de fond sur les orientations technologiques, les priorités de financement de la recherche et [du] développement au bénéfice de dispositifs multi-partenarial où les entreprises de l’agrobusiness jouent un rôle clef » (p. 319). D’un point de vue démocratique, ces évolutions posent question. Comme le souligne Buchs, elles réduisent la capacité de voice des citoyens sur les politiques agricoles et alimentaires et ne leur laissent que la possibilité d’exit sur le marché.

Le renforcement de l’agriculture de firme

14La grande distribution ne se contente pas seulement d’organiser les chaînes d’approvisionnement avec des standards. Dans certains cas, le contrôle passe par une intégration beaucoup plus forte de l’amont, des exploitations agricoles, dans le but de garantir la qualité et la régularité de leurs approvisionnements. Ainsi, au Japon (Whitetaker & Scollay, chapitre 5), l’enseigne de distribution Aeon a profité de la récente réforme des conditions d’accès à la profession agricole pour acheter des exploitations et devenir ainsi le 1er exploitant agricole du pays. De même en Russie (Grouiez, chapitre 14), l’entreprise agroalimentaire Bonduelle ou encore la Holding Eskima-Agro prennent le contrôle d’anciennes fermes d’État pour des motifs similaires non sans devoir formuler de nouveaux compromis salariaux et locaux.

15D’autres acteurs plus extérieurs au monde agricole participent également à ce mouvement : l’industrie et la finance. Au Japon encore, des groupes industriels électroniques intéressés par les promesses de croissance future de l’IT Farming (gestion des données en temps réel et systèmes de contrôle automatisés) investissent dans des exploitations agricoles afin d’expérimenter ces technologies. Pour la finance, on trouve des motivations de rendements fondées notamment sur une « lecture malthusienne selon laquelle la production agricole ne pourrait suivre la demande », mais pas seulement. Ces fonds sont également animés par la volonté de diversifier leur portefeuille : en se lançant dans l’achat d’exploitation comme en Afrique du Sud ; ils recherchent des actifs alternatifs déconnectés des cours bousier. Loin des discours abstraits sur la financiarisation, la contribution de Anseeuw et Ducastel (chapitre 15) dévoile tout ce travail « de transformation d’une activité économique, la production agricole et ou d’un bien, le foncier agricole, en titre financier » (p. 273).

  • 3 Hervieu Bertrand et François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin, 2013.

16Ces évolutions interrogent sur l’avenir des agricultures familiales, notamment européennes. L’heure est pour l’instant à la coexistence, comme le signalent Hervieu et Purseigle3, mais on peut se demander si le glissement vers la firme, vers un « modèle salarial néoproductiviste » (Touzard et Labarthe, chapitre 17) ne sont pas à l’œuvre même dans des pays comme la France. Au-delà de la très médiatisée ferme des mille vaches, plusieurs éléments vont en ce sens : le relâchement du contrôle des structures, son contournement par le développement de la sous-traitance auprès d’entrepreneurs de travaux agricoles (ETA) ou encore la création de statuts juridiques permettant à des non-exploitants d’apporter du capital à l’exploitation. De quoi surement nourrir un futur volume.

Haut de page

Notes

1 Voir au chapitre 7 la contribution de Labatut et Tesnière sur les régimes de sélection de la vache hollstein

2 Moore Jason W., « “The Modern World-System” as Environmental History? Ecology and the Rise of Capitalism », Theory and Society, vol. 32, no 3, 2003, p. 307‑377.

3 Hervieu Bertrand et François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Pellegris, « Transformations agricoles et agroalimentaires : entre écologie et capitalisme », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13119

Haut de page

Auteur

Alban Pellegris

PRAG économie à l’Université de Rennes 2 et doctorant en économie (Univ. Rennes, LiRIS EA 7841, Rennes, France) ; alban.pellegris@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page