Navigation – Plan du site
Notes de lecture

De quoi les expérimentations aléatoires sont-elles le nom ?

À propos de l’ouvrage de Jean-Michel Servet : L’économie comportementale en question
Arthur Jatteau
Référence(s) :

Jean-Michel Servet, L’économie comportementale en question, Éditions Charles Léopold Mayer, 2018, 205 p.

Texte intégral

1L’économie comportementale en question, ouvrage que signe Jean-Michel Servet, constitue un titre aussi trompeur qu’éclairant. Trompeur, car il ne s’agit pas strictement d’économie comportementale, du moins telle qu’on l’entend dans la littérature. Aussi, il ne sera pas question d’expériences en laboratoire, de théorie des jeux ou encore de neuro-économie. Mais c’est aussi un titre qui, paradoxalement, permet d’éclairer sous un nouveau jour un courant méthodologique que l’on peut ranger provisoirement sous le terme d’expérimentations aléatoires (randomized controlled trials en anglais). C’est sur ce point que l’apport du livre de Servet nous semble le plus crucial, nous y reviendrons.

  • 1 On parle parfois plus simplement de « randomisation ».

2L’essentiel de son objet porte en effet sur ces expérimentations aléatoires1, popularisées depuis le début des années 2000 par l’économiste franco-américaine Esther Duflo. C’est une méthode d’évaluation qui s’appuie sur la constitution aléatoire de groupes (groupe test et groupe témoin), à l’instar des essais cliniques randomisés, pour mesurer des effets (Jatteau, 2013a). On va ainsi tester l’effet de la distribution de vermifuges (Miguel & Kremer, 2004) ou de moustiquaires (Cohen & Dupas, 2010), de réunions de parents (Avvisati, Gurgand, Guyon, et al., 2014), d’audits anti-corruption (Olken, 2007), etc., en constituant à chaque fois de manière aléatoire des groupes, dont l’un est bénéficiaire de la mesure dont on souhaite mesurer les effets, et l’autre pas.

3Ces expérimentations aléatoires rencontrent un immense succès, dans la sphère académique et au-delà, depuis une quinzaine d’années, dont la moisson de récompenses (médaille Clark, prix du meilleur jeune économiste…) obtenues par Esther Duflo est la plus éclatante démonstration. Dans de nombreuses institutions de développement et départements d’économie, la méthode de l’expérimentation aléatoire est présentée comme le « gold standard » de l’évaluation. Le laboratoire de Duflo, le J-PAL, a contribué à lancer près de 1000 expérimentations aléatoires, et regroupe plus de 150 chercheurs largement reconnus dans le champ (Jatteau, 2018).

4Pendant la première décennie 2000, rares étaient les voix critiques. Si des économistes mainstream comme Angus Deaton (2009 ; 2010) et Dani Rodrik (2008) ont bien fait entendre leur réticence, il a fallu attendre plusieurs années avant qu’un ensemble conséquent de critiques à l’égard de cette méthode ne se forme. En langue française, ce corpus critique a été porté par l’article séminal d’Agnès Labrousse (2010), qui a tracé des pistes suivies par d’autres ensuite. L’économie comportementale en question s’inscrit dans ce corpus critique et doit être compris comme une mise en question des expérimentations aléatoires, à travers la clé de lecture inédite que nous fournit Servet, celle du comportementalisme.

Les expérimentations aléatoires, un nouveau comportementalisme

5Les expérimentations aléatoires dont il est question dans cet ouvrage ont d’abord été popularisées par le biais d’évaluations de projets de lutte contre la pauvreté, impulsées par le J-PAL. C’est la raison pour laquelle elles ont été, dans un premier temps, saisies dans le cadre de l’économie du développement, comme en témoignent les titres des articles de Deaton, Labrousse et Rodrik, qui y font tous référence. Par la suite, cette méthode s’est étendue à l’évaluation de « politiques publiques », sous-entendues dans les pays riches. C’est même ainsi qu’elle est présentée, notamment dans les cours dispensés en master (comme ceux de l’École d’Économie de Paris) : comme une méthode d’évaluation des politiques publiques. Ce terme nous paraît cependant impropre, car ce ne sont pas – et c’est une partie du problème – des politiques publiques, mais bien des projets ou des programmes d’une ampleur bien plus modeste qui sont évalués.

  • 2 Mais qui se muera elle-même en arrogance dans la seconde décennie des années 2000 (Harrison, 2011).

6Mais revenons à l’économie du développement, à travers laquelle les expérimentations aléatoires ont connu leur ascension médiatique, qui a valu à Esther Duflo d’inaugurer la chaire annuelle « Savoirs contre pauvreté » au Collège de France en 2008-2009. La méthode qu’elle promeut a profité du vide paradigmatique offert par le relatif déclin du consensus de Washington (Berr & Combarnous, 2004). Si l’orientation néolibérale de ce dernier ne faisait guère de doutes, la posture originelle2 qu’adopte Duflo, et qui explique sans doute en partie son succès, est à l’opposé de l’arrogance d’institutions comme le FMI et la Banque mondiale. Le positionnement de ce que l’on appelle les « randomistes », en signe de leur attachement à la randomisation, se veut a-idéologique, à rebours de la croyance dans le marché qui transparait dans le consensus Washington.

7De fait, voir en Duflo et les randomistes un nouvel avatar du consensus de Washington pose assurément question. Certaines expérimentations aléatoires montrent les bienfaits des interventions étatiques, et, surtout, les randomistes n’arrivent pas avec une liste de solutions à suivre du point de vue de la politique économique. Le consensus doit porter selon eux sur la méthode à suivre pour les trouver (Jatteau, 2013b). Il serait ainsi réducteur de les ranger purement et simplement dans le camp des suppôts du néolibéralisme, comme certains l’ont fait un peu vite (Bardet et Cussó, 2012).

8C’est sur ce point que l’ouvrage de Servet constitue un apport à la compréhension de ce phénomène randomiste. De quoi les expérimentations aléatoires sont-elles le nom ? Telle pourrait être la question que se propose de traiter l’auteur. Dans la littérature critique des expérimentations aléatoires, aujourd’hui conséquente, on ne trouve pas de tentative si approfondie de classement des randomistes.

9Servet propose une piste : le comportementalisme, ce qui justifie le titre de l’ouvrage. Cette tentative de classification théorique possède plusieurs vertus. D’abord, elle rethéorise un ensemble de travaux qui se voulaient précisément athéoriques. Ensuite, elle rend compte d’une filiation historique avec des travaux antérieurs (et parfois mêmes contemporains mais ignorés), là où les randomistes donnent l’impression, comme d’autres, une myopie bibliographique qui tend à ne citer que des travaux utilisant eux-mêmes la randomisation ou n’épousant, dans tous les cas, qu’une même vision de l’économie (mainstream) et devant être suffisamment récente. Enfin, cet étiquetage de la randomisation permet d’en mieux saisir les limites, à commencer par une focalisation sur le niveau individuel qui manque la nécessaire prise en compte du collectif.

Le primat de l’individu

10Selon Servet, qu’est-ce qui relie le comportementalisme à la Thaler et Kahneman d’une part et le nouveau comportementalisme à la Duflo de l’autre ? Tout d’abord l’idée d’agir sur les comportements humains, au plus près, c’est-à-dire en passant par les individus (et non les structures ou les organisations). En jouant sur des nudges, ces « coups de pouce » qui sont censé orienter les individus dans la « bonne » direction, tout l’enjeu étant ici de savoir qui la détermine. L’apport de Servet porte ici sur la mise au jour de ce rattachement théorique des randomistes au courant comportementaliste, alors qu’ils ne s’en revendiquent pas.

11Ensuite, on trouve chez les randomistes, comme chez les comportementalistes, le primat de l’individu sur le collectif dans l’analyse du monde social. Ce primat doit évidemment lui-même être replacé dans le courant de pensée plus large qu’est l’individualisme méthodologique, qui trouve sa traduction en sciences économiques à travers les approches microéconomiques. Cette mise au jour opérée par Servet est d’autant plus importante que les randomistes se situent dans la sphère du développement. Leur prétention explicite est de « lutter contre la pauvreté », pour reprendre un slogan du J-PAL. La pauvreté est donc comprise comme une variable essentiellement microéconomique et dont la résorption se trouve au niveau des individus. En jouant sur leurs comportements, il serait ainsi possible de les sortir de la pauvreté.

12La méthode des expérimentations aléatoires est présentée et pratiquée comme universelle par les randomistes : une méthode, appliquée de la même manière partout, c’est ce que nous appelons une « unique unité » (Jatteau, 2016). Servet emploie quant à lui la juste expression de « copier-coller ». Il note que cette universalité révèle en creux une conception elle-même uniciste de l’individu, qui serait peu ou prou le même partout. C’est effectivement ce que l’on retrouve dans l’appel que font les randomistes à la réplication de leurs expérimentations à travers le monde (Banerjee & Duflo, 2009). Pour répondre au lancinant problème de la validité externe (les résultats d’une expérimentation sont-ils valables dans un autre contexte que celui dans lequel ils ont été obtenus ?), il faudrait reproduire les expérimentations dans un contexte différent. Sans compter la pression à la publication (Jatteau, 2013b), qui se satisfait mal de reproduire des « traitements » déjà testés, la pertinence de proposer des programmes similaires dans des pays différents, de cultures et d’habitants différents, est à poser. Cette conception réductrice de l’individu pose un problème d’autant plus aigu que les interventions en matière de développement se font par définition dans des pays et des régions souvent très différents.

L’oubli du contexte

13En se fondant sur son expérience d’économiste du développement, Servet regrette à raison que ce primat de l’individu n’obère la prise en compte du poids et du rôle du collectif. Dans le chapitre 2 de son ouvrage, il prend le temps de développer l’exemple d’une expérimentation menée en Inde en microfinance, expérimentation qu’il confronte à sa fine connaissance du terrain.

14C’est l’occasion pour lui de souligner les effets néfastes de l’absence de réelle prise en compte du contexte. Certes, des éléments de contexte sont généralement donnés dans les articles relatant les expérimentations aléatoires, mais ils ont peu à voir avec une dimension ethnographique qui donnerait pourtant plus de profondeur.

15Servet prend ainsi l’exemple de la monnaie. Objet central en économie, mais si central qu’on a vite fait d’oublier les apports considérables de l’anthropologie et de la sociologie en la matière (Blanc, 2009), comme c’est le cas des randomistes. Ils saisissent la monnaie comme un objet autonome, dénué de tout fondement social, politique ou culturel, en un mot décontextualisé. Les travaux de Zelizer (2005) et de la sociologie de la monnaie en général montrent la nécessité de prendre en compte ces aspects, en particulier son origine et ses usages. Un dollar ne vaut jamais un autre dollar, tel pourrait en être le principal enseignement, pourtant ignoré par les auteurs de l’étude sur la microfinance.

16Ces derniers étudient les effets de la manière dont est versée une certaine somme d’argent : en cash pour un groupe, sur un compte en banque pour l’autre, avec l’idée sous-jacente qu’un dépôt éviterait que l’argent ne « brûle les doigts ».

17La force de l’analyse de Servet sur ce point est que sa connaissance fine du terrain lui permet de déceler des prénotions caduques et de révéler des hypothèses implicites non vérifiées de la part des auteurs. Par exemple, l’épargne n’est considérée par ces derniers que bancarisée, là où les métaux précieux jouent un rôle considérable en la matière. De manière plus générale, la fonction d’épargne en nature se rencontre dans de nombreux pays dans le monde, et répond en Inde à un souci de discrétion vis-à-vis de la famille et des voisins, là où un retrait à un distributeur se fait à la vue de toutes et tous.

18Cela n’empêche pas les auteurs de l’expérimentation de conclure que la multiplication de comptes de dépôt est nécessaire pour encourager l’épargne. Sur ce point, Servet souligne deux manquements. Le premier, c’est qu’une telle vision renvoie à un horizon temporel vu comme universel, là où l’on sait qu’il varie suivant les milieux sociaux et les cultures, comme le montre le travail de Pierre Bourdieu (1977) sur les paysans algériens par exemple. Le second, c’est que ces économistes font fi de la monnaie comme objet social, au sens où elle est prise dans des considérations qui dépassent simplement le support sur lequel elle s’inscrit (cash ou dépôt) pour renvoyer à des questions morales et culturelles.

19Cet oubli du contexte doit être en partie pensé comme le reflet de l’ « accessoirisation » – pour reprendre le terme de Servet – des disciplines autres que l’économie par les randomistes. Puisqu’ils ont une « clé passe-partout » avec la méthode des expérimentations aléatoires, pourquoi s’embarrasser d’autres outils ? C’est pourtant ce faible outillage méthodologique et disciplinaire qui limite la prise en compte du contexte et aboutit à ce que des spécialistes comme Servet considèrent, eu égard à leur connaissance du terrain, comme des généralisations hâtives, comme nous l’avions nous-mêmes noté (Jatteau, 2011).

20Ainsi, l’inscription des randomistes dans un retour à l’empirie, mouvement plus vaste de la science économique contemporaine dans lequel s’inscrivent les travaux d’un Thomas Piketty (2001 ; 2013) et de son équipe, doit être nuancée. Pour Servet, cet empirisme constitue un double leurre : parce qu’il circonscrit la discussion à une dimension d’efficacité (est-ce que ça marche ?) et parce qu’il prétend résoudre les problématiques de développement avec une approche strictement comportementale.

Une dimension idéologique importante

21Une explication qui n’est sans doute pas mineure dans le succès des expérimentations aléatoires tient dans leur volonté farouche d’apparaître aidéologiques, plus encore qu’athéoriques. Ce qui est d’ailleurs explicité dans l’ouvrage qu’Esther Duflo signe avec Abhijit Banerjee, Poor Economics (2011), où ils affirment la nécessité de lutter contre ce qu’ils nomment les trois « i » : ignorance, inertie et, donc, idéologie.

22Il faut se rappeler que les expérimentations aléatoires « à la Duflo » naissent dans les pays en développement, et se développent comme un contrepoint au consensus de Washington, ce qui leur vaudra le regard bienveillant d’un journaliste comme Edwy Plenel et de la rédaction de Mediapart, qui voyaient là l’espoir d’une nouvelle voie face à l’ultralibéralisme prôné par le FMI et la Banque mondiale. Cette revendication d’une absence d’idéologie doit être également comprise sous un angle que l’on pourrait qualifier de « marketing », en ce sens qu’il permet d’éviter les critiques portées aux institutions de Washington par le mouvement antimondialisation puis altermondialisation et par certains économistes, y compris d’anciens de ces institutions (Stiglitz, 2002). Revendiquer une approche dénuée d’idéologie, c’est se présenter, comme le note Servet, avec un visage humain, là où le consensus de Washington s’apparentait de plus en plus à une bureaucratie sans visage.

23Pourtant, il ne s’agit pas d’être dupe. C’est pourquoi Servet œuvre pour mettre au jour ce que contient d’idéologique la démarche des randomistes. Tout d’abord, il est permis de qualifier cette idéologie de méthodologique. Comme nous l’écrivions en introduction, il s’agit de passer d’un consensus à un autre, celui des randomistes portant non plus sur les solutions à suivre, mais sur la méthode à adopter pour trouver les solutions. Pour Servet, on passe d’un TINA à un autre : le point commun c’est que dans les deux cas, there is no alternative. L’application aveugle et généralisée des politiques d’ajustement structurel prônées par le FMI et la Banque mondiale, faites de dérégulation, de privatisations et de libéralisation à outrance, laisse place à une application tout aussi aveugle et généralisée de la méthode des expérimentations aléatoires. Les randomistes qui la pratiquent se présentent comme des experts, dans le sens où ils seraient dénués d’idéologie d’une part et où ils posséderaient un savoir qui rend leurs résultats particulièrement pertinents.

24Mais Servet va plus loin dans l’analyse de la dimension proprement idéologique que contient non pas la méthode elle-même, mais plus exactement ce que l’on nomme dans la littérature randomiste le design des expérimentations, c’est-à-dire la manière dont elle s’est pensée. Si la neutralité de ces économistes peut être questionnée dès le choix d’une méthode, elle tombe définitivement si on porte un regard attentif aux programmes qui sont testés. Servet, comme l’a fait de manière approfondie Isabelle Guérin (2015), porte son attention sur les programmes relatifs à la microfinance. Il parle en la matière de « dressage », pour souligner la volonté, plus ou moins consciente d’ailleurs, de la part des randomistes d’encourager les « pauvres » à suivre des voies qui leur seraient favorables. Servet en donne pour preuve l’expérimentation discutée plus haut, qui cherche à montrer les bienfaits de l’extension des services bancaires, sans prendre en compte l’importance et le rôle du cash dans la société indienne. Il en va de même quand Banerjee et Duflo font référence à des dépenses qu’ils semblent juger superflues (télévision…) chez les pauvres. Servet fait à ce titre un parallèle avec la religion, où les pauvres périssent de leurs propres pêchés, leur rédemption pouvant provenir d’un meilleur comportement.

Conclusion

25Cette recension n’épuise pas tous les aspects des nouveaux comportementalistes qu’explore l’auteur. En plus de ceux déjà mentionnés, il mène une critique intéressante de la prégnance du « story-telling » chez les randomistes, notamment dans l’ouvrage de Dean Karlan et Jacob Appel (2011) ou dans celui de Banerjee et Duflo (2011), comme l’a analysé Agnès Labrousse (2017) également.

26Quelques imprécisions mineures peuvent être néanmoins relevées. Sur l’histoire des expérimentations aléatoires, Servet commet une erreur courante, et entretenue sans doute à dessein par les randomistes, qui voit leur naissance à des fins d’évaluations comportementales dans les années 1980, alors qu’on en trouve dès l’entre-deux-guerres (Boruch, Snyder & DeMoya, 2000 ; Forsetlund, Chalmers & Bjorndal, 2007). Ce qui pourrait apparaître comme un détail est d’importance, car laisser la primauté d’une invention méthodologique à un chercheur ou à un groupe de chercheurs, c’est s’interdire d’en dresser la filiation et de s’appuyer sur elle pour en saisir les limites éventuelles.

27Il est plus surprenant de lire, sous la plume de Servet, que les nouveaux comportementalistes cherchent à « proposer des solutions à des problèmes pratiques » (p. 23). Excès d’optimisme selon nous, car dans la majeure partie des cas, ils cherchent plutôt des solutions à des problèmes théoriques et non pas pratiques au sens où ils se poseraient aux acteurs de terrain. Ils répondent bien à des questions… mais que la plupart du temps seuls eux se posent. Pour ne citer qu’un exemple, Aurélie Quentin et Isabelle Guérin (2013) montrent que lors de la présentation des résultats d’une expérimentation aléatoire à l’équipe d’une ONG locale qui avait été chargée de la mettre en place, les membres de cette dernière avaient été très surpris de n’apprendre que des choses qu’ils connaissaient déjà depuis de nombreuses années.

28Ces quelques réserves ne doivent pas masquer l’apport du livre de Servet dans l’étude des expérimentations aléatoires. Le rangement théorique qu’il opère apparaît convaincant et a le mérite d’affilier sur le plan théorique les randomistes, qui eux se sont toujours gardés de le faire. Ce faisant, il ajoute une pierre à l’édifice des analyses critiques de la méthode des expérimentations aléatoires, édifice dont la taille conséquente désormais appelle des réponses de la part des randomistes qui tardent à venir.

Haut de page

Bibliographie

Avvisati f., M. Gurgand, N. Guyon et al. (2014), « Getting Parents Involved: A Field Experiment in Deprived Schools », The Review of Economic Studies, vol. 81, no 1, p. 5783.

Banerjee A.V. & E. Duflo (2009), « L’approche expérimentale en économie du développement ». Revue d’économie politique, vol. 119, p. 691726.

Banerjee A.V. & E. Duflo (2011), Poor Economics: A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty, New York, Public Affairs.

Bardet F. & R. Cussó (2012), « Les essais randomisés contrôlés, révolution des politiques de développement  ? Une évaluation par la Banque mondiale de l’empowerment au Bangladesh ». Revue Française de Socio-Économie, vol. 10, n° 2, p. 175‑198.

Berr E. & F. Combarnous (2004), « L’impact du consensus de Washington sur les pays en développement : une évaluation empirique », Document de travail, Centre d’économie du développement (Université Bordeaux IV).

Blanc J. (2009), « Usages de l’argent et pratiques monétaires ». In P. Steiner et F. Vatin.éd. Traité de sociologie économique. Quadrige. Manuels. Paris, Presses universitaires de France, p. 649‑688.

Boruch R., B. Snyder & D. DeMoya (2000) « The Importance of Randomized Field Trials ». Crime & Delinquency, vol. 46, n° 2, p. 156‑180.

Bourdieu P. (1977), Algérie 60 : structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de Minuit.

Cohen J. & P. Dupas (2010), « Free distribution or cost-sharing? Evidence from a randomized malaria prevention experiment », Quarterly Journal of Economics, vol. 125, no 1, p. 145.

Deaton A. (2009), « Instruments of development: Randomization in the tropics, and the search for the elusive keys to economic development », Working Paper, National Bureau of Economic Research. En ligne : [juin 21, 2016].

Deaton A. (2010), « Instruments, randomization, and learning about development ». Journal of Economic Literature, vol. 48, n° 2, p. 424455.

Forsetlund L., I. Chalmers & A. Bjorndal (2007), « When Was Random Allocation First Used To Generate Comparison Groups In Experiments To Assess The Effects Of Social Interventions? », Economics of Innovation and New Technology, vol. 16, n° 5, p. 371384.

Guérin I. (2015), La microfinance et ses dérives. Emanciper, discipliner ou exploiter  ?, Paris, Demopolis.

Harrison G.W.(2011), « Randomisation and Its Discontents », Journal of African Economies, vol. 20, n° 4, p. 626652.

Jatteau A. (2011), « Les expérimentations aléatoires en économie du développement : enjeux critiques, pratique de terrain et portée politique ». Mémoire de Master 2. Paris, EHESS.

Jatteau A. (2013a), Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte. 2013a.

Jatteau A. (2013b.), « Expérimenter le développement  ? Des économistes et leur terrain ». Genèses, vol. 4, no 93, p. 8‑28.

Jatteau A. (2016), « Faire preuve par le chiffre ? Le cas des expérimentations aléatoires en économie ». Thèse. ENS Paris Saclay.

Jatteau A. (2018), « Comment expliquer le succès de la méthode des expérimentations aléatoires  ? Une sociographie du J-PAL ». SociologieS.

Karlan D. & J.  Appel (2011), More Than Good Intentions. How a New Economics Is Helping to Solve Global Poverty, New York, Dutton.

Labrousse A. (2010), « Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d’un outil de preuve et de gouvernement ». Revue de la régulation, vol. , no 7, p. 2‑32.

Labrousse A. (2017), « Hard Numbers? On the social and narrative construction of social experiments in Poor Economi », Budapest, EAEPE Conference.

Miguel E. & M. Kremer (2004), « Worms: identifying impacts on education and health in the presence of treatment externalities ». Econometrica, vol. 72, no 1, p. 159217.

Olken B.A. (2007), « Monitoring corruption: evidence from a field experiment in Indonesia ». Journal of Political Economy, vol. 115, no 2, p. 200‑249.

Piketty T. (2001), Les hauts revenus en France au xxe siècle. Inégalités et redistributions, 1901-1998, Paris, Grasset.

Piketty T. (2013), Le capital au xxie siècle, Paris, Le Seuil.

Quentin A. & I. Guérin (2013), « La randomisation à l’épreuve du terrain. L’exemple du projet de microassurance SKY au Cambodge ». Revue Tiers Monde, vol. 1, no 213, p. 179‑200.

Rodrik D. (2008), « The new development economics: we shall experiment, but how shall we learn? », HKS Working Paper, vol. 55.

Stiglitz J.E. (2002), La grande désillusion, Paris, Fayard.

Zelizer V. (2005), La signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 On parle parfois plus simplement de « randomisation ».

2 Mais qui se muera elle-même en arrogance dans la seconde décennie des années 2000 (Harrison, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « De quoi les expérimentations aléatoires sont-elles le nom ? », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13148

Haut de page

Auteur

Arthur Jatteau

Membre du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé) et Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille ; arthur.jatteau@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page