Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La théorie de l’équilibre général : un colosse aux pieds d’argile

À propos de l’ouvrage de Claire Pignol : La théorie de l’équilibre général
Vincent Desreumaux
Référence(s) :

Claire Pignol, La théorie de l’équilibre général, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, 130 p.

Texte intégral

  • 1 En tout cas, une certaine interprétation de ses résultats peut participer de l’idée générale selon (...)

1Faut-il encore écrire sur la théorie de l’équilibre général ? Un ouvrage consacré à un exposé de cette théorie semble, pour au moins deux raisons, ne pouvoir échapper à l’exposé préalable des arguments légitimant sa rédaction même. D’une part, parce que les investigations sur ce thème paraissent déjà nombreuses et peut-être définitives. D’autre part, et surtout, parce la théorie de l’équilibre général elle-même semble avoir acquis le statut de cadre « standard », qui n’aurait plus à faire l’objet de discussions, mais à l’intérieur duquel il conviendrait simplement que les économistes exercent leur activité. Dès son introduction, l’auteure de La théorie de l’équilibre général se prête donc à l’exercice, en rappelant utilement les deux éléments suivants. D’une part, même si le plus souvent on n’y prête plus particulièrement attention, le concept d’équilibre irrigue toute l’analyse économique, y compris la plus contemporaine : il y est systématiquement supposé que, d’une manière ou d’une autre, l’offre et la demande sur les marchés se trouveront égales, qu’on sera donc « à l’équilibre ». D’autre part, l’analyse économique étudie systématiquement la question de l’efficience (au sens de l’optimalité de Pareto) de telle ou telle situation, et repère les motifs d’inefficience du côté des « imperfections de la concurrence ». Autrement dit, la théorie de l’équilibre général (désormais TEG) constitue un arrière-plan, plus ou moins explicite, de la plupart des travaux d’analyse économique standard. Il est donc essentiel d’être au clair sur cette théorie, ses hypothèses, ses résultats, ses limites. S’il fallait, encore, convaincre de l’importance de ce travail d’élucidation, on ajouterait volontiers qu’en plus de constituer une sorte de matrice des travaux théoriques des économistes, la TEG exerce une influence considérable sur au moins deux autres pans de la vie sociale. Elle conserve, premièrement, une place prépondérante dans l’enseignement de l’économie dans le supérieur (universités, écoles de commerce). Deuxièmement, si l’on admet avec l’auteure (on y reviendra) que d’une manière bien précise, elle constitue « un plaidoyer pour la concurrence », alors cette théorie offre un argumentaire en faveur des politiques concrètes de mise en place de la « concurrence libre et non faussée1 ». Définitivement et plus que jamais, le travail de clarification proposé par Claire Pignol nous semble donc particulièrement utile. Il nous apparaît aussi, ici, très abouti.

2L’un des attraits principaux de l’ouvrage est qu’il parvient, selon nous, à allier un exposé et une discussion des aspects techniques ou analytiques de la TEG, qui le plus souvent retiennent exclusivement l’attention des observateurs, à une mise en perspective des implications fondamentales de ceux-ci en termes de philosophie politique et morale – ces dernières étant trop souvent éludées. Car, et l’auteure le rappelle à juste titre, l’ambition qui anime les auteurs historiques de premier plan de la TEG (Walras, bien sûr, Arrow, Hahn, Debreu et quelques autres ensuite dans la version « néowalrassienne ») est tout à fait considérable. La démarche de l’auteure consiste à la prendre au sérieux, à en mesurer l’importance et le degré d’accomplissement. À la suite d’Arrow et Hahn (1971), on illustrera cette ambition en revenant à la métaphore de la main invisible de Smith : il s’agit de rien moins que de démontrer qu’une société dans laquelle chacun poursuit son intérêt personnel, sans se soucier de l’intérêt commun, sera une société cohérente et heureuse. L’auteure consacre une partie de son travail à exposer les résultats positifs concernant cette tentative de démonstration : ce sont les questions d’existence et d’optimalité de l’équilibre général (1). Puis elle expose les difficultés de la théorie, qui résident dans sa conception de la concurrence et dans l’impossibilité où elle se trouve de démontrer que ses mécanismes conduisent à l’équilibre général (2) ; enfin, plus fondamentalement, la métaphore de la main invisible implique une définition très spécifique des relations entre les individus et la société, de sorte que la TEG contient un projet de philosophie politique que l’auteure présente et discute (3).

L’équilibre général existe, et il est souhaitable

  • 2 Surtout si l’on se figure que, pour obtenir un système complet de marchés, il faut considérer qu’un (...)
  • 3 La lecture de la TEG comme tentative de démonstration de la main invisible est admise par beaucoup (...)

3L’auteure insiste à juste titre sur la nécessité d’accorder à la question de l’existence d’un équilibre général, souvent minimisée, sa place primordiale : c’est une question économique majeure, rien moins que celle de la coordination de décisions individuelles indépendantes. À la question de savoir ce qu’il adviendrait d’une économie composée d’unités de décision nombreuses et indépendantes, qui ne se coordonnent en aucune façon et agissent chacune pour leur propre compte sans concertation et sans préoccupation aucune pour l’harmonisation de leurs comportements individuels, l’intuition répond que cela devrait conduire au chaos : des pénuries sur certains marchés, des excédents sur d’autres. Il semble ne pas y avoir de raison particulière pour qu’automatiquement les souhaits des nombreux producteurs indépendants correspondent à ceux des consommateurs simultanément sur la multitude des marchés existants2. Or, la théorie économique, depuis le xviiie siècle – avec Smith notamment, puis avec la TEG qui poursuit la démonstration de la main invisible3 –, s’évertue à montrer que non seulement le résultat de cette configuration des activités économiques sera non pas chaotique mais coordonné (théorème d’existence), mais de surcroît qu’il sera harmonieux (théorèmes du bien-être). Ces résultats positifs sont obtenus grâce au mécanisme des prix et à la concurrence. Il est donc tout à fait primordial d’en rendre compte.

  • 4 À vrai dire la condition de continuité des fonctions de demande nette n’est que suffisante, pas néc (...)
  • 5 Voir l’encadré p. 29-30.

4On sait donc que, si un ensemble de conditions sont respectées, il « existe » un système de prix qui équilibre simultanément tous les marchés. La démonstration et les conditions en question sont clairement exposées et rendues accessibles dans l’ouvrage. L’auteure souligne que ces hypothèses sont faites non parce qu’elles auraient été observées dans la réalité, mais parce qu’on en a besoin mathématiquement. Elles ont toutefois un contenu concret qui n’est pas neutre. C’est pourquoi l’auteure cherche à extraire la signification concrète et les implications de chacune d’entre elles. Parmi elles, on pense notamment à la fameuse hypothèse dite de la « dotation de survie » (qui contribue à obtenir des fonctions de demande nette continues) qui stipule en substance qu’un agent peut subsister en ne prenant part à aucun échange, simplement en consommant sa dotation initiale. Cette hypothèse pose tout de même un problème redoutable au regard de l’ambition même du modèle : celui-ci vise à montrer qu’une collection d’individus indépendants se coordonne automatiquement sur le plan économique, ce qui devrait, à tout le moins, impliquer la pérennité matérielle de ses membres ; or la nécessité de poser cette hypothèse signifie que cette survie de chacun n’est pas un résultat qu’on peut déduire des hypothèses du modèle4. Comme le signale l’auteure, l’hypothèse de dotation de survie s’avère surtout cruciale en cas de division sociale du travail, laquelle peut conduire un individu à se spécialiser dans un bien unique qu’il ne peut vendre qu’à un prix trop bas pour en retour acquérir un panier de biens suffisant pour vivre5.

  • 6 Sous réserve qu’on admette les deux autres caractéristiques du critère : son welfarisme et son cons (...)

5Mais si la TEG est présentée par certains comme un « plaidoyer en faveur de la concurrence » (p. 39), c’est non seulement que l’équilibre général existe, mais de surcroît qu’il est souhaitable. En effet, sous des hypothèses très proches de celles du théorème d’existence, on sait qu’a également été démontré le premier théorème du bien-être, qui stipule que tout équilibre général concurrentiel est un optimum de Pareto. La définition de l’optimalité au sens de Pareto est clairement présentée, ainsi que sa portée et ses limites. Ce critère, parce qu’il repose sur l’unanimité des jugements individuels, semble posséder la force de l’évidence : il paraît acceptable de ne pas rester en un état dont il serait possible de s’écarter à l’avantage de tous et sans pénaliser personne6. Mais ce haut degré de généralité implique aussi le caractère éminemment incomplet dudit critère. En effet, l’autre facette de cette unanimité est une forme de droit de veto : dès qu’un seul individu serait affecté par un changement, la logique de Pareto qualifie la situation courante d’optimale. Autrement dit, le critère de Pareto est incomplet : il ne permet pas de comparer la plupart des états sociaux, dès que se joue entre les deux un conflit de répartition. Il est donc le plus souvent muet. Singulièrement, il ne permet pas de classer entre eux tous les états sociaux pareto-optimaux. Or, ce qui se joue alors, c’est la question de la distribution du bien-être. C’est pourquoi, comme l’explique l’auteure, il faut conclure que le critère de Pareto n’a rien à dire sur les questions de justice. Son contenu éthique est donc assez limité, comme en conviennent par exemple Arrow et Hahn, mais son pouvoir de séduction reste considérable, et c’est en ce sens qu’on peut dire qu’il parachève la démonstration néoclassique de la main invisible : tout équilibre général concurrentiel est « efficace ».

  • 7 En supposant que cette expression ait un sens. On peut imaginer, à chaque génération, une telle rec (...)

6Partant de n’importe quelle distribution initiale des ressources, on obtient donc par fonctionnement des marchés concurrentiels un équilibre général final qui est un optimum de Pareto. Il est clair que la distribution finale du bien-être dépend donc de la distribution initiale des ressources. Autrement dit, alors que le marché conduit à l’efficacité, la question de la justice sociale, elle, se joue en amont du marché. C’est alors qu’intervient le second théorème, qui, de fait, sépare les questions d’efficacité et de justice en renvoyant les secondes à la distribution initiale des ressources : si l’on vise un équilibre général bien précis, caractérisé par une distribution jugée juste en vertu d’un quelconque critère, il suffit de « choisir » – et d’obtenir par des redistributions pré-marchandes des dotations – une distribution initiale adéquate, puis, comme le démontre en substance le second théorème du bien-être, on obtiendra après fonctionnement des marchés concurrentiels l’équilibre général équitable visé. En ce sens, comme le souligne l’auteure, la théorie conçoit une justice absolument compatible avec le principe des marchés. Il faut l’instaurer en dehors des marchés (plus précisément avant qu’ils ne fonctionnent7), par redistribution forfaitaire des dotations initiales, puis faire fonctionner les marchés concurrentiels. On aura alors atteint l’équilibre efficace et juste. Comme le synthétise l’auteure : « La justice passe par la distribution des ressources. Elle complète la théorie économique du marché sans s’y opposer. » (p. 59).

  • 8 C’est une idée qu’on trouve aussi dans le néolibéralisme : la concurrence n’est pas naturelle mais (...)
  • 9 Voir Lipsey et Lancaster (1956).

7Bien que la TEG se présente comme une théorie des marchés, on saisit qu’elle conçoit aussi l’intervention de l’État. Trois rôles lui sont attribués. D’abord, ainsi qu’on vient de le voir, si l’on poursuit un objectif de justice sociale, il revient à l’État d’établir la redistribution initiale des ressources requise pour atteindre un équilibre efficace et juste. Ensuite, parce que les conditions théoriques de la concurrence ne s’établissent pas toutes seules, qu’elles ne sont pas naturelles, l’État a pour rôle d’instaurer les conditions de la concurrence, d’organiser cette dernière et de la protéger8. Enfin, l’État est en charge de pallier les « défaillances de marché » : externalités, biens publics, notamment. Puisque dès que les hypothèses de la concurrence ne sont pas vérifiées, l’équilibre général n’est plus optimal, la TEG en fait n’affirme pas que, toujours, le résultat des marchés serait efficace et souhaitable. Elle élabore des concepts permettant d’en discuter. Lorsque les conditions de la concurrence ne sont pas respectées, explique l’auteure, « l’État peut intervenir pour pallier les défaillances de marché » (p. 57). Ce point précis n’est que peu exploré ensuite. Si l’État est supposé être en charge de rétablir les conditions de la concurrence faisant défaut, il aurait pu être intéressant d’évoquer, comme un autre résultat négatif de la TEG, les travaux de Lipsey et Lancaster, qui en substance démontrent que si plusieurs conditions de la concurrence ne sont pas vérifiées, le fait d’en établir une de plus ne rapproche pas la situation de l’optimum de Pareto et, pire, peut même l’en éloigner. Ainsi, il n’est pas possible d’approcher pas-à-pas de la concurrence et de ses supposés bienfaits9. Autrement dit, la politique de libéralisation progressive de l’économie n’est théoriquement pas fondée.

8Quoi qu’il en soit, il est également intéressant de noter que la critique des hypothèses de la concurrence est interne à la TEG : elle ne conduit pas à changer de théorie, au contraire, comme le signale l’auteure, elle la nourrit puisque intrinsèquement son objet est celui-là : il s’agit d’étudier les conditions d’optimalité des marchés et les hypothèses qui y conduisent, et d’envisager les écarts à ces hypothèses et leurs conséquences.

  • 10 La section suivante revient largement sur la mesure dans laquelle on peut affirmer le passage en it (...)

9L’édifice élaboré jusqu’ici par les théoriciens de l’équilibre général impressionne par son ampleur et son ambition. Comme le souligne l’auteure, « cette théorie des prix a pour ambition de comprendre comment des individus dont les désirs sont définis séparément les uns des autres, qui ne sont soumis à aucune instance politique de coordination, peuvent trouver une cohérence de leurs choix » (p. 12, je souligne10). Les théorèmes d’existence et d’optimalité de l’équilibre général tendent à conclure que cette cohérence est rendue possible par l’organisation de l’économie sous forme de marchés concurrentiels.

10Il reste toutefois, évidemment, une question redoutable, qui se pose au sujet des prix d’équilibre : d’où viennent-ils ? Ils sont censés n’être décidés par personne, mais par un mécanisme. Personne, c’est-à-dire pas les individus, qui sont supposés price taker, mais a priori pas non plus l’État. Ils devraient « émerger » à l’issue du processus concurrentiel sur les marchés. Mais de quel genre de concurrence parle-ton ? De quel genre de marchés ? S’agit-il vraiment d’un processus décentralisé ?

Un modèle décentralisé ?

11Nous avons suivi la présentation de l’auteure en envisageant d’abord les questions d’existence et d’optimalité d’un équilibre général sans, presque, évoquer la question des modalités institutionnelles de sa réalisation. Il est temps d’y venir. Comme elle le souligne en conclusion du chapitre 2, la critique la plus radicale du modèle de l’équilibre général provient de la question de la stabilité : que resterait-il si, même sous les meilleures hypothèses, la concurrence ne conduisait pas à l’équilibre général Pareto-optimal ? Si celui-ci existait, mais que les comportements hypothétiques des agents du modèle n’y menaient pas ? Ces questions peuvent être traitées en deux temps : premièrement, il faut exposer les résultats négatifs obtenus par les théoriciens de l’équilibre général eux-mêmes, et en cerner les implications ; deuxièmement, il faut tenter d’en faire découler le rôle exact qu’il est possible de donner à une institution organisatrice pour pallier les problèmes du marché.

12L’exposé du problème de la stabilité, ainsi que de la différence et de la complémentarité des questions d’existence et de stabilité est dans l’ouvrage d’une grande clarté. La question est la suivante : peut-on concevoir un processus concret, qui conduise, par un jeu de forces, depuis une situation de déséquilibre vers un équilibre général, dont on sait désormais qu’il « existe » ? Y a-t-il, autrement dit, un processus d’équilibrage ?

  • 11 Le même problème se pose pour démontrer l’unicité de l’équilibre général. Ce qui, comme le signale (...)

13Pour l’essentiel, la théorie elle-même est conduite à formuler à cette question une réponse négative, comme en attestent certains travaux établis dans les années 1970. On peut synthétiser les conclusions des contributions de Sonnenschein, Mantel et Debreu de la façon suivante : il n’est pas possible de déduire des hypothèses du modèle des fonctions de demande nette agrégée qui garantiraient la stabilité11 ; autrement dit, l’équilibre général existe, mais rien ne permet d’être assuré qu’il puisse être atteint. Ainsi que le résume l’auteure, « La conclusion est que l’on n’a aucune idée de la manière dont un mécanisme de prix concurrentiel peut mener à l’équilibre » (p. 68). Ce verdict, dévastateur, appelle plusieurs commentaires.

  • 12 À ce sujet, voir l’éclairage de Guerrien (2017).

14D’abord, il faut se figurer l’étrange conception de la concurrence qui sous-tend la TEG. Les hypothèses de la fameuse « concurrence pure et parfaite » des manuels de microéconomie12, censées décrire de manière réaliste une économie de marché, ne correspondent pas au modèle mathématique de Walras puis de Arrow-Debreu. Dans le cas de ces derniers, la concurrence repose sur deux hypothèses : le comportement « price taker » des agents et la figure du commissaire-priseur.

  • 13 Aspect dont les auteurs néoclassiques Lange et Lerner n’ont pas manqué de tirer les conséquences en (...)
  • 14 Et les tentatives d’élaboration d’un processus d’équilibrage différent du tâtonnement, notamment ce (...)

15Comme le mentionne l’auteure, ce comportement prêté aux agents n’est pas « réaliste », il ne correspond pas à une hypothèse factuelle, ni ne se déduit de la rationalité individuelle. Au contraire, c’est un comportement peu rationnel à vrai dire : les individus agissent comme si les prix affichés étaient d’équilibre en indiquant, pour ces prix, les quantités qu’ils demandent et qu’ils offrent de chaque bien ; ils sont ensuite détrompés puisqu’on leur propose un nouvel ensemble de prix, néanmoins à nouveau ils agissent comme si ce vecteur était d’équilibre, et ce, tant que les prix d’équilibre n’ont pas été trouvés. Durant tout ce processus dit de « tâtonnement », aucun échange n’est autorisé. Cet étrange comportement price taker prêté aux agents implique la deuxième hypothèse, celle du commissaire-priseur. Seconde hypothèse non factuelle très encombrante et centralisatrice, mais qui comble un vide logique : sans lui, il n’y a personne pour fixer les prix, puisque les agents ne s’expriment que sur les quantités. On constate donc que la représentation de la concurrence sur les marchés est diamétralement opposée à l’intuition de sens commun qu’on peut se faire d’une économie de marchés concurrentiels ; qu’en tout cas la procédure est loin d’être décentralisée13. À quoi s’ajoute, ensuite, le résultat négatif sur la stabilité : rien ne garantit que le processus de tâtonnement, même centralisé au plus haut point, n’aboutisse à un équilibre général14.

  • 15 Voir aussi Rebeyrol (1999), notamment, sur ce point.
  • 16 Dans un mouvement initié par Pareto, le successeur de Walras à Lausanne, qui n’y voyait que verbiag (...)
  • 17 D’où le recours fréquent mais peu convaincant à l’hypothèse d’atomicité, conséquence d’une supposée (...)

16À ce point, la démarche de l’auteure s’avère à nouveau très éclairante : via l’histoire de la pensée, et en l’occurrence un retour sur l’œuvre complète de Walras, on saisit la cohérence celée de cet étrange scénario du tâtonnement. Le modèle de Walras est en effet sous-tendu par une conception de la justice15. Le marché doit être neutre sur ce plan : il ne faut donc pas que certains puissent s’enrichir en manipulant les prix à leur avantage, d’où l’hypothèse de price taking, d’où également l’unicité du prix. D’où aussi le pouvoir exorbitant du commissaire-priseur, qui interdit littéralement les échanges hors équilibre. Mais dans la théorie moderne, toute référence à un idéal de justice a été abandonnée16, de sorte que ne subsistent que deux hypothèses désincarnées, irréalistes et très encombrantes17.

17L’éclairage de l’auteure est, sur ces questions, tout à fait convaincant, mais peut-être aurait-il été possible d’en dire encore davantage, non pas sur le registre de l’histoire de la pensée mais sur celui de l’épistémologie. Si l’on suit notamment l’analyse de Berthoud (1988), le modèle de l’équilibre général, inspiré de la mécanique, serait à comparer à une machine. Cette analogie permet de rendre raison des deux hypothèses discutées ici. D’un côté, à propos du comportement price taker prêté aux agents, si ceux-ci sont les éléments d’une machine, à proprement parler ils n’agissent pas, ils répondent de façon paramétrique à la variable prix, de façon passive, semblables à des mobiles mus par des forces en physique. De l’autre, s’il y a machine, il y a logiquement centre organisateur de la machine : c’est la figure du commissaire-priseur.

  • 18 On peut aussi envisager l’utilisation d’une monnaie, mais son introduction dans la TEG est défailla (...)

18Il reste un dernier point sur lequel achoppe la TEG : c’est la question de la réalisation concrète des échanges qui permettent de passer du panier que chacun possède dans la situation initiale au panier qu’il désire dans l’équilibre final. Admettons la stabilité, comment concrètement chaque agent obtient-il effectivement sa dotation ? La présentation par l’auteure de l’impossibilité pour les agents de réaliser les échanges qui le permettraient est saisissante. Dès qu’il y a au moins quatre agents et quatre biens, le troc direct ne fonctionne pas, mais le troc indirect – où les agents acquièrent un bien qu’ils ne désirent pas de façon transitoire en tant que moyen de paiement pour obtenir ensuite les biens désirés – ne fonctionne pas non plus. L’encadré 8 p. 72 présente ainsi le spectacle édifiant de quatre agents échangeant indéfiniment leurs biens sans jamais parvenir à obtenir leur dotation d’équilibre. À nouveau, seule une solution centralisée serait envisageable18. C’est ce qu’indique Debreu, qui évoque une chambre de compensation, tenue par un comptable bénévole. Étrangement, dans ce modèle, les individus sont consommateurs, mais jamais échangistes, ce qui ne manque pas de surprendre pour une théorie des marchés.

19En définitive, les résultats négatifs sur la stabilité signifient, comme le résume l’auteure, que : « Quelles que soient les conditions, l’économiste ignore quelle réponse donner à la question de la coordination dans une économie de marché » (p. 77). C’est un résultat dévastateur. L’auteure regrette qu’il soit le plus souvent ignoréCécilia Monteiro2018-07-04T12:13:00CM (la plupart des économistes choisissant de « raisonner à l’équilibre »), mais elle souligne aussi que ce sont les auteurs de la TEG eux-mêmes qui ont produit cette réponse à une question importante et difficile.

La société de marché

  • 19 C’est une hypothèse que nous partageons, et que nous avons explorée dans Desreumaux (2013).
  • 20 Voir Rosanvallon (1989).

20L’une des originalités de l’ouvrage, qui contribue, en plus de sa clarté et de son didactisme, à le rendre précieux, est qu’il est cimenté par un postulat tout à fait essentiel : celui selon lequel la TEG n’est pas qu’un modèle économique au sens strict, mais qu’il est sous-tendu au contraire par une conception bien précise des rapports entre les individus et la société qu’ils composent. Autrement dit, l’auteure étaye l’idée selon laquelle il s’agit autant d’une contribution à la philosophie politique qu’à l’analyse économique au sens strict19. Fondamentalement, la question posée est de nature politique : comment se fait-il que la société, composée d’une multitude d’individus aux intérêts divergents, se maintienne avec un certain degré de cohérence, de paix et de prospérité ? Existe-t-il un despote centralisant le pouvoir et faisant régner un ordre de façon plus ou moins coercitive, comme le dirait Hobbes ? Y a-t-il, plutôt, ainsi que l’explique Rousseau, signature symbolique d’un « contrat social » exprimant la volonté générale à laquelle chacun se soumettrait librement parce que cette dernière se trouverait latente en son for intérieur ? En poursuivant la présentation éclairante de Rosanvallon sur cette question20, sur laquelle nous nous appuyons ici, on aboutit à une troisième explication possible, concurrente des deux précédentes, mise au jour par Adam Smith : il n’y a pas de despote, il n’y a pas de contrat social, il y a les marchés. Autrement dit, la cohésion paisible et prospère de la multitude des individus composant la société est le résultat non intentionnel, non concerté, et non centralisé, de l’organisation marchande des échanges économiques. Dès lors, si l’on admet que la TEG cherche à approfondir et démontrer l’hypothèse smithienne, on est amené à conclure que la question qu’elle pose et les réponses qu’elle apporte, mais également le cadre d’analyse au sein duquel elle s’emploie à le faire, sont de nature politique.

21Quel genre de société est donc dépeint par la TEG ? Pour reprendre les termes de l’auteure, la TEG est l’« expression d’une conception dans laquelle la société doit se comprendre à partir des individus qui la composent. Ce n’est pas le moindre des mérites de la TEG que de s’être proposé de mettre au jour tout ce qu’implique cette conception de la société et de faire apparaître ses contradictions » (p. 13). On peut encore exprimer cette conception de la manière suivante : la société n’est pas autre chose, ou davantage, que la somme des individus qui la composent, ce qui implique deux choses : il faut, d’une part, que la coordination des actes individuels se fasse automatiquement, sans l’intervention d’une entité extérieure ; d’autre part il faut que l’appréciation normative des résultats de cette coordination soit le reflet des jugements individuels, à l’exclusion de tout autre. Les résultats obtenus sur l’existence et la stabilité permettent de se faire une idée du succès de la première exigence (voir ci-dessus). Quant à la deuxième, elle relève de ce qu’il est convenu d’appeler l’économie du bien-être, dont l’auteure rend compte, essentiellement dans le 5e et dernier chapitre de l’ouvrage.

  • 21 Il faut d’ailleurs insister sur le caractère privé du rapport subjectif des individus aux biens, le (...)

22On connaît les deux registres d’appréciation des économistes sur les états sociaux : l’efficacité et la justice sociale. La première est ramenée au critère de Pareto, dont l’auteure ne manque pas de relever certaines caractéristiques : ce critère, qui est comme on l’a dit basé sur l’unanimité des jugements individuels – au motif qu’il n’y a pas d’autre source de jugements pertinents – repose aussi sur le postulat selon lequel l’objet du jugement des individus réside exclusivement dans des paniers de biens, dont leurs préférences autonomes, de consommateurs souverains, indiquent leur appréciation subjective, et non sur leur appréciation plus globale des états sociaux (p. 47). Mais il s’ensuit que les individus sont absolument étrangers au jugement collectif qui qualifie de souhaitable un état efficace au sens de Pareto. C’est ainsi l’achèvement de la main invisible : pour que celle-ci fonctionne, il ne faut pas que les individus aient d’autre préoccupation que la poursuite de leur intérêt strict, il ne faut pas qu’ils se soucient de l’intérêt général et se mettent en tête d’y contribuer21.

  • 22 Hormis dans le cas particulier de Walras. Mais dans la version moderne de la TEG, on l’a dit, les c (...)

23Pour l’essentiel, il en va de même avec la question de la justice sociale. On dispose, schématiquement, de deux manières de faire rentrer les questions de justice dans la TEG, qui a priori n’en parle pas22 : l’élaboration d’une fonction de bien-être social (FBS) ou la mise au jour d’un critère d’équité.

  • 23 Le caractère définitif de ce verdict est parfois remis en question, mais le message, pour l’essenti (...)
  • 24 Voir sur ce point Schumpeter (1983) ou Picavet (1996), entre autres.

24Historiquement, c’est la première modalité qui a d’abord été explorée. À la suite de la critique que Robbins a formulée dans les années 1930 à l’endroit de la démarche utilitariste adoptée par l’économie du bien-être, qui proposait d’additionner les utilités individuelles pour obtenir une expression de l’utilité collective, et de procéder à des comparaisons interpersonnelles d’utilité pour comparer les états sociaux, la nouvelle économie du bien-être est devenue « parétienne » : elle s’est donné comme objectif de produire une expression du bien-être collectif sur la base des préférences individuelles ordinales et non comparables. La FBS de Bergson-Samuelson a précisément cette visée : « L’ambition est d’établir une fonction de bien-être collectif qui ne dépende d’aucun autre élément que les jugements individuels » (p. 109). La lecture la plus courante de l’histoire des idées en la matière présente ensuite le théorème d’impossibilité du choix collectif de Arrow (1950) comme le coup d’arrêt décisif à cette démarche : il n’est pas possible d’établir un choix collectif démocratique et rationnel sur cette base des préférences individuelles ordinales et non comparables23. On pourrait ajouter que l’abandon du projet d’élaboration d’une fonction de bien-être social est en conformité, aussi, avec la philosophie sociale individualiste évoquée ci-dessus : quelle que soit la manière dont elle est conçue, une fonction de bien-être social représente un point de vue surplombant, on pourrait dire supérieur, à celui de chaque consommateur souverain, et en cela elle s’éloigne du projet esquissé ci-dessus24.

  • 25 Il faut signaler que dès que l’on considère une économie de production, de redoutables problèmes se (...)

25Les travaux ultérieurs sur l’équité cherchent donc à poursuivre l’effort de mise au jour d’une conception de la justice sociale, en s’abstenant de recourir à une FBS et en gardant les exigences d’ordinalité des préférences et de refus des comparaisons interpersonnelles. En ce sens, on peut dire qu’ils s’intègrent mieux au modèle de la TEG. La quintessence de cette démarche réside dans la théorie de l’équité comme absence d’envie. Ce critère parvient à obtenir une forme de jugement sur la distribution des paniers de biens qui ne se base que sur les préférences du consommateur et n’effectue aucune comparaison interpersonnelle : chacun est invité à évaluer, à l’aune de ses goûts, son propre panier et celui de tous les autres, et il sera réputé envieux s’il préfère le panier de quelqu’un d’autre au sien ; on estimera alors que l’état social est équitable si personne n’est envieux. Le résultat le plus célèbre obtenu sur la base de ce critère est le suivant : partant d’une dotation initiale parfaitement égalitaire, dans une économie d’échanges, l’issue du fonctionnement des marchés concurrentiels produit un équilibre général équitable – et évidemment efficace en vertu des théorèmes du bien-être. L’auteure note la similitude assez forte de ce résultat et de l’approche de Walras : hormis quelques différences, on retrouve une incarnation du principe walrassien résumé dans l’expression « égalité des conditions, inégalités des positions ». Ainsi qu’elle le souligne, « comme chez Walras, la justice est tributaire d’une théorie de l’échange et des prix » (p. 114). La principale différence entre les deux conceptions de la justice porte sur l’égalité initiale des dotations, plus forte que la simple égalisation des dotations en terre chez Walras, et remettant plus fortement en cause le droit initial de propriété. Au-delà de cette similitude, les théoriciens modernes de l’équilibre général, avec l’équilibre général efficace et sans envie, achèvent le projet d’intégration de la justice dans le modèle de la TEG25.

  • 26 Varian, dans son article de 1975, présente de fait son résultat comme une alternative à ces théorie (...)

26Mais cet achèvement ne manque pas de susciter une certaine perplexité. Comme le signale l’auteure, le critère d’équité lui-même est purement formel : l’envie n’est pas douloureuse pour les individus concernés, et définir la justice comme absence d’envie est la décision du théoricien, pas des individus composant la société. On le voit, les consommateurs exercent leur jugement sur des paniers de biens, pas sur la justice de la distribution, qui est pourtant la question collective en jeu. C’est d’une certaine manière l’aboutissement de la main invisible : la procédure marchande conduit, sans qu’ils le recherchent, les homo œconomicus vers le meilleur état social possible : efficace et équitable. Mais à aucun moment leur volonté ou leur consentement n’a été requis en ce sens. Le marché se substitue, d’une certaine manière, à la discussion politique. En ce sens, on peut voir ce modèle comme une proposition de philosophie politique concurrente du contrat social ou de l’utilitarisme26.

Conclusion 

27Le modèle de l’équilibre général a fait l’objet de nombreuses critiques. Les hypothèses sur lesquelles il est basé sont discutables et fort éloignées de la réalité, sa conception du comportement individuel et des institutions peut paraître rudimentaire, les résultats négatifs concernant la stabilité semblent rédhibitoires. Les divers courants dits de l’hétérodoxie en prennent acte et explorent d’autres manières de faire de l’analyse économique. Pourtant, comme le signale Bridel (2000), la persistance et le succès de la TEG ne se démentent pas, et reflètent « l’aura quasi-mystique que d’innombrables économistes attribuent aux mécanismes de marché », (Bridel [2000], p. 59) liée au mystère du « miracle » de la main invisible. L’ouvrage de Claire Pignol ne cherche pas à trancher. Il propose un exposé de la TEG qui met au jour tant l’ampleur de la démarche et la pertinence des questions que pose cette théorie que la fragilité de ses hypothèses et de certains de ses résultats.

28Ainsi, au-delà soit de la critique soit de l’apologie, l’auteure dresse deux conclusions à l’issue de son investigation. La première a trait aux liens ambigus qu’entretient la TEG avec le libéralisme : bien que la TEG constitue à certains égards un plaidoyer en faveur de l’économie de marché et de la concurrence, il est excessif de dire qu’elle défend de manière univoque le libéralisme, car en creux elle ménage une place à l’intervention de l’État. La seconde relève de la philosophie politique et morale : si les résultats positifs de la TEG (théorèmes d’existence et du bien-être) suggèrent que l’on peut concevoir la cohérence de la société à partir des choix individuels, ses résultats négatifs (concernant la stabilité, mais également l’impossibilité du choix social) montrent que déduire des résultats collectifs solides exclusivement à partir des comportements ou des jugements individuels est un projet inaccessible, dès lors que les agents sont hétérogènes.

29Il ressort de l’ouvrage que l’originalité et l’envergue de la TEG se mesurent au moins autant par les questions qu’elle pose que par les réponses qu’elle y apporte ; que sa force repose aussi sur le cadre conceptuel à l’intérieur duquel questions et réponses sont jugées intelligibles. L’hégémonie de la TEG vient de ce que ce cadre reste largement accepté. Le mérite de l’ouvrage de Claire Pignol réside, selon nous, dans la possibilité qu’il offre au lecteur de se faire à son sujet un avis éclairé.

Haut de page

Bibliographie

Arrow K. & F. Hahn (1971), General Competitive Analysis, San Francisco, Holden Day.

Aspremont C. (d’) (1995), « Économie du bien-être et utilitarisme », in Gérard-Varet L.-A. et Passeron J.-C. (dir.), Le modèle et l’enquête, chap. 5, Paris, EHESS, p. 217-41.

Berthoud A. (1988), « Économie politique et morale chez Walras », Économies et Sociétés, série PE, no 9, p. 65-93.

Blaug M. (2007), « The Fundamental Theorems of Modern Welfare Economics, Historically Contemplated », History of Political Economy, vol. 39, p. 185-207.

Bridel P. (1988), « Quelques réflexions sur l’idée de “main invisible” », Revue européenne

des sciences sociales, vol. 36, n° 82, p. 79-98.

Bridel P. (2000), « L’homo oeconomicus aurait-il peur de l’homo sapiens ? ou la peur de l’irrationnel peut-elle mener à l’obscurantisme ? », Revue européenne des sciences sociales, vol. 38, no 119, p. 45-64.

Desreumaux V. (2013), « Équilibre général et justice sociale : la théorie néoclassique comme philosophie politique ? », Cahiers d’économie Politique, 2013/1 no 64, p. 75-110.

Dupuy J.-P. (1977), « Autonomie de l’homme et stabilité de la société », Économie appliquée, no 1, p. 85-111.

Fleurbaey M. & P. Mongin (2005), « The News of The Death of Welfare Economics is Greatly Exagerated », Social Choice and Welfare, vol. 25, no 2-3, p. 381-418.

Guerrien B. (2017), « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? », disponible en ligne à l’adresse http://bernardguerrien.com

Lipsey R.G. & Lancaster K. (1956), « The General Theory of Second Best », Review of Economic Studies, p. 11-36.

Picavet E. (1996), Choix rationnel et vie publique, Paris, Puf.

Rebeyrol A. (1999), La pensée économique de Walras, Paris, Dunod.

Rosanvallon P. (1989), Le libéralisme économique. Histoire de l’idée de marché, Paris, Le Seuil.

Schumpeter J. (1983), Histoire de l’analyse économique. III L’âge de la science, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 En tout cas, une certaine interprétation de ses résultats peut participer de l’idée générale selon laquelle le fonctionnement concurrentiel des marchés constitue une modalité efficace d’allocation des ressources.

2 Surtout si l’on se figure que, pour obtenir un système complet de marchés, il faut considérer qu’un bien (et donc un marché) est défini non seulement par ses qualités mais par la date à laquelle il sera échangé, ce qui en allonge singulièrement la liste, comme le souligne l’auteure.

3 La lecture de la TEG comme tentative de démonstration de la main invisible est admise par beaucoup d’historiens de la pensée économique, même si elle n’est pas tout à fait consensuelle. Voir Blaug (2007). C’est en tout cas celle qui ressort de l’article de Arrow et Hahn (1971), cité par l’auteure. On la trouve aussi chez d’Aspremont (1995) ou Bridel (1988).

4 À vrai dire la condition de continuité des fonctions de demande nette n’est que suffisante, pas nécessaire, à l’existence d’un équilibre général. Elle garantit toutefois cette existence, et en son absence l’existence n’est donc pas certaine.

5 Voir l’encadré p. 29-30.

6 Sous réserve qu’on admette les deux autres caractéristiques du critère : son welfarisme et son conséquentialisme.

7 En supposant que cette expression ait un sens. On peut imaginer, à chaque génération, une telle rectification des dotations initiales, par taxation et redistribution des héritages.

8 C’est une idée qu’on trouve aussi dans le néolibéralisme : la concurrence n’est pas naturelle mais construite.

9 Voir Lipsey et Lancaster (1956).

10 La section suivante revient largement sur la mesure dans laquelle on peut affirmer le passage en italiques.

11 Le même problème se pose pour démontrer l’unicité de l’équilibre général. Ce qui, comme le signale l’auteure, pose un problème pour les analyses en termes de statique comparative : puisqu’on ne parvient pas non plus à démontrer l’unicité, dès lors que l’on modifie les données de l’économie, plusieurs nouveaux équilibres sont possibles et on ne sait pas lequel choisir pour le comparer à l’ancien.

12 À ce sujet, voir l’éclairage de Guerrien (2017).

13 Aspect dont les auteurs néoclassiques Lange et Lerner n’ont pas manqué de tirer les conséquences en proposant un modèle dit du socialisme de marché dans les années 1930.

14 Et les tentatives d’élaboration d’un processus d’équilibrage différent du tâtonnement, notamment celles d’Edgeworth et de Cournot, ne semblent guère plus convaincantes. Voir le chapitre 4 de l’ouvrage pour leur présentation.

15 Voir aussi Rebeyrol (1999), notamment, sur ce point.

16 Dans un mouvement initié par Pareto, le successeur de Walras à Lausanne, qui n’y voyait que verbiage métaphysique.

17 D’où le recours fréquent mais peu convaincant à l’hypothèse d’atomicité, conséquence d’une supposée multitude d’acteurs – mais Walras et Arrow-Debreu n’ont jamais utilisé cette hypothèse de nombre élevé d’acteurs ; voir, à nouveau, Guerrien (2017) sur ces hypothèses supposées réalistes, présentées dans les manuels de microéconomie, mais qui n’ont aucun rapport avec les hypothèses mathématiques du modèle.

18 On peut aussi envisager l’utilisation d’une monnaie, mais son introduction dans la TEG est défaillante, parce qu’il n’y a pas de raison qu’elle soit désirée par les agents, de sorte que les échanges risquent de rester bloqués.

19 C’est une hypothèse que nous partageons, et que nous avons explorée dans Desreumaux (2013).

20 Voir Rosanvallon (1989).

21 Il faut d’ailleurs insister sur le caractère privé du rapport subjectif des individus aux biens, le caractère indépendant, même asocial, des « préférences individuelles » : le consommateur souverain est seul. Voir sur ce point Dupuy (1977), par exemple.

22 Hormis dans le cas particulier de Walras. Mais dans la version moderne de la TEG, on l’a dit, les considérations de justice sont absentes.

23 Le caractère définitif de ce verdict est parfois remis en question, mais le message, pour l’essentiel, est accepté. Pour une remise en cause de cette lecture, voir Fleurbaey et Mongin (2005).

24 Voir sur ce point Schumpeter (1983) ou Picavet (1996), entre autres.

25 Il faut signaler que dès que l’on considère une économie de production, de redoutables problèmes se posent, autour notamment du caractère intransférable des aptitudes individuelles.

26 Varian, dans son article de 1975, présente de fait son résultat comme une alternative à ces théories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Desreumaux, « La théorie de l’équilibre général : un colosse aux pieds d’argile », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13175

Haut de page

Auteur

Vincent Desreumaux

Chargé d’enseignement à l’IESEG School of Mangement. vdesreumaux@hotmail.com (ou v.desreumaux@ieseg.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page