Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

Les choix de facturation du commerce international : état des lieux, déterminants, inertie de la monnaie

Adrien Faudot

Résumés

Malgré une apparente concurrence entre les monnaies, le dollar américain est la monnaie adoptée par la majorité des participants aux échanges internationaux, exportateurs et importateurs. C’est ce que montre l’état des lieux statistique proposé dans cette thèse. Partant d’un tel constat, l’objectif de cette thèse est d’expliquer les choix de monnaies de facturation du commerce international. Différents déterminants ont été établis par la littérature académique pour expliquer les choix de monnaies de facturation. Trois approches, aux méthodologies sensiblement distinctes, y contribuent, et peuvent dès lors être confrontées : l’approche macroéconomique standard, l’approche institutionnaliste, et l’approche de l’économie politique internationale. Le principal résultat de cette thèse est de montrer que la compréhension du choix du dollar américain ne peut se contenter des déterminants mis en évidence par les approches instrumentales de la monnaie qui dominent la macroéconomie internationale, et dans lesquelles la monnaie est avant tout vue comme un outil de maximisation d’utilités individuelles : leurs apports sont utiles mais insuffisants. En appliquant la lecture institutionnaliste aux échanges internationaux, la thèse introduit l’importance des rapports de confiance et d’adhésion des acteurs à l’égard de la monnaie et de l’ordre politique et social défendu par ses institutions régulatrices. Cette importance se vérifie dans l’histoire du xxe siècle, à la fois dans l’échec des monnaies concurrentes du dollar, et dans la persistance de la monnaie américaine elle-même.

Haut de page

Texte intégral

Thèse soutenue le 30 juin 2017 à l’Université Grenoble Alpes

Sous la direction de Jean-François Ponsot

Jury : Pierre Berthaud, Maitre de Conférences HDR, Université Grenoble Alpes

Juliet Johnson, Full Professor, McGill University

Marc Lavoie, Professeur des Universités, Université Paris 13

Jean-François Ponsot, Maitre de Conférences HDR, Université Grenoble Alpes

Louis-Philippe Rochon, Full Professor, Laurentian University

Laurence Scialom, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre

Question de recherche

1La question à laquelle la thèse cherche à répondre est la suivante : comment expliquer l’hégémonie du dollar dans la facturation et le règlement des échanges internationaux ? Cette question, en réalité, en soulève trois autres. La première porte sur les données disponibles pour les chercheurs : si les travaux de macroéconomie internationale tiennent pour acquis que le dollar domine les échanges internationaux, statistiquement, à quel degré se situe cette domination ? Est-elle homogène dans le monde ? La seconde concerne les facteurs qui poussent les exportateurs et importateurs à se porter sur le dollar. La dernière évalue la possibilité pour le dollar américain de demeurer le seul horizon de l’économie mondiale. La thèse s’interroge à la fois sur les possibilités de contestations du dollar par d’autres monnaies ainsi que sur les propositions de réformes du système monétaire international, en examinant les obstacles auxquels se confrontent ces projets. Autrement dit, la thèse interroge l’inertie du dollar, telle qu’elle est analysée dans les travaux dominants d’économie internationale.

Méthode

2La thèse a d’abord établi un état des lieux statistique et technique relatif aux choix de monnaies de facturation. Cela a nécessité une étude de la forme des systèmes de paiement et des systèmes bancaires, mais aussi une collecte de données sur les parts des principales monnaies utilisées pour les échanges internationaux, lesquelles proviennent principalement des banques centrales, portant sur la période 2005-2016. Ensuite, les travaux théoriques sur cette question ont été identifiés comme appartenant à trois groupes de contributions aux méthodologies distinctes : le groupe de la macroéconomie internationale standard (Kamps, 2006 ; Goldberg & Tille, 2013), celui de l’institutionnalisme monétaire (Aglietta & Orléan, 2002 ; Blanc, 2000 ; Cartelier, 2001 ; Servet, 2012) et celui de l’économie politique internationale (Strange, 1987 ; Cohen, 2015a, 2015b ; Helleiner, 2003). Dès lors, la thèse s’est située dans le cadre des approches institutionnalistes de la monnaie, intégrant également des concepts centraux de l’économie politique internationale (en particulier le pouvoir hégémonique), afin de fournir une critique de la littérature existante sur les déterminants des choix de facturation, le plus souvent dominée par une vision néoclassique, c’est-à-dire instrumentale de la monnaie. Enfin, la thèse a consacré une troisième partie à l’étude historique de variables particulières qui ont influencé les choix de monnaies de facturation au profit du dollar (telles que le marché du pétrole, ou la dynamique de financiarisation) afin de repenser la domination du dollar en exploitant la grille de lecture théorique établie dans la seconde partie.

Résultat

3La thèse est parvenue à trois résultats. Si le fait que le dollar domine les échanges internationaux depuis longtemps fait consensus chez les économistes, il reste qu’ils n’ont jusqu’ici produit ni les informations ni les outils leur permettant de préciser à quel degré le dollar est utilisé dans les échanges. La raison principale de ce manque est la rareté des données effectivement disponibles sur la monnaie de facturation. La thèse expose ainsi cette réalité à travers une étude statistique ainsi qu’une étude du système de paiement en dollar américain. Cet exposé permet d’observer que le dollar domine largement à l’échelle globale, bien qu’il subsiste tout de même des disparités régionales : par exemple, l’Europe est la région dont la dépendance au dollar américain est la plus faible, puisqu’elle parvient à facturer plus de 50 % de ses exportations en euro, grâce aux effets d’agglomération autour de la monnaie unique et à l’intégration commerciale et productive poussée que cette dernière favorise (Faudot, 2015).

4Le second résultat s’appuie sur des approches institutionnalistes de la monnaie, selon lesquelles la monnaie est une institution qui préexiste au marché et qui conditionne même celui-ci. La monnaie repose à la fois sur un système de paiement (Cartelier, 2013) et sur un système de confiance à l’égard d’un pouvoir souverain (Blanc, 2000 ; Aglietta & Orléan, 2002). Elle n’est ni un instrument, ni une marchandise, mais un système : la monnaie-institution structure les comportements des acteurs et assure la coordination dans l’économie marchande. Elle est inévitablement associée à une souveraineté consacrée par ses usagers. Il s’agit d’un construit social par essence. Ainsi, cette approche, qui comprend une analyse du rapport des individus aux autorités monétaires d’une part et du rapport des individus à la dimension éthique de la monnaie d’autre part, permet d’analyser les fondements de l’hégémonie du dollar américain, lesquels s’expliquent non seulement par l’infrastructure extrêmement performante qu’est le système de paiement en dollar (Faudot, 2018), mais aussi par les interventions bienveillantes des autorités américaines – qu’il s’agisse de la politique monétaire ou de la politique étrangère – qui ont pour résultat d’assoir son statut international.

5Le troisième résultat est la démonstration que la théorie macroéconomique standard, fondée sur une approche instrumentale et individualiste de la monnaie, est insuffisante pour comprendre la domination du dollar. Considérant que la monnaie n’est qu’un instrument au service de la maximisation des utilités individuelles, cette approche en déduit que le maintien de l’usage du dollar à un niveau élevé, alors même que l’économie américaine est jugée dans un déclin au moins relatif – sinon absolu –, est une prolongation qui échappe à la rationalité. C’est pourquoi les analystes mobilisent, sans la définir, la notion « d’inertie » de la monnaie internationale pour expliquer en fin de compte la domination actuelle du dollar. Or, la thèse montre que l’hégémonie du dollar est toujours actuelle, et qu’elle s’appuie sur des paramètres que les approches instrumentales de la monnaie ne peuvent capturer : par exemple, la monnaie américaine tire, auprès du reste du monde, une légitimité du rôle crucial que les autorités politiques et monétaires américaines continuent de jouer, non seulement pour renforcer la performance et la fiabilité du système de paiement en dollar, mais aussi pour défendre un ordre social particulier dont tirent profit les participants aux échanges internationaux, en particulier les firmes transnationales. On ne saurait donc parler d’inertie une fois mis en évidence ces rapports sociaux d’adhésion et de domination qui sont consubstantiels à l’institution monétaire. L’étude historique de l’établissement de l’hégémonie du dollar montre que le dollar a incarné au xxe siècle à la fois « le monde libre » et la défense de la libre entreprise, et ses autorités régulatrices ont mis toute leur puissance militaire et diplomatique au service de ce dessein à partir de 1945.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1988), « L’ambivalence de l’argent », Revue française d’économie, vol. 3, no 3, p. 87-133.

Blanc J. (2000), Les monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L’Harmattan,

Cartelier J. (2001), « Monnaie et marché. Un point de vue critique sur les modèles de prospection », Revue économique, vol. 52, no 5, p. 993-1011.

Cartelier J. (2013), « Beyond modern academic theory of money. From “fiat money” to “payment system”  », in Ulgen F., M. Meaulle, R. Tortajada & R. Stellian (2013), New Contributions to Monetary Analysis, New York, Routledge, p. 155-171.

Cohen B. (2015a), Currency Power: Understanding Monetary Rivalry, Princeton, Princeton University Press.

Cohen B. (2015b), « The Demise of the Dollar? », Revue de la régulation, no 18, 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 29 juin 2018.

URL : http://journals.openedition.org/regulation/11501  ; DOI : 10.4000/regulation.11501

Faudot A. (2015), « The Euro: an international invoicing currency? », International journal of political economy, vol. 44, no 1, p. 51-70.

Faudot A. (2018), « The US dollar and its payments system: architecture and political implications », Review of Keynesian economics, vol. 6, no 1, p. 83-95.

Goldberg L. & C. Tille (2016), « Micro, macro, and strategic forces in international trade invoicing: Synthesis and novel patterns », Journal of International Economics, vol. 102, p. 173-187.

Helleiner E. (2003), The Making of National Money: Territorial Currencies in Historical Perspective, Ithaca, Cornell University Press.

Kamps A. (2006), « The Euro as Invoicing Currency in International Trade », Working Paper Series, no 665, Banque Centrale Européenne, August.

Keynes J.M. (1930), A Treatise on Money, London, Macmillan.

Minsky H. (2016), Stabiliser une économie instable, Paris, Les petits matins/Institut Veblen.

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Prasad E. (2014), The Dollar Trap: How the US Dollar Tightened its Grip on Global Finance, Princeton, Princeton University Press.

Servet J-M. (2012), Les monnaies du lien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Strange S. (1987), « The Persistent Myth of Lost Hegemony », International Organization, vol. 41, no 4, p. 551-574.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Faudot, « Les choix de facturation du commerce international : état des lieux, déterminants, inertie de la monnaie », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13186

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page