Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Martino Nieddu nous a quittés, le 11 juin 2018. Il était membre du comité de rédaction de la Revue de la Régulation depuis son origine, un des fondateurs en quelque sorte. Avec l’association Recherche et régulation, nous lui avons rendu hommage dans un texte que nous prolongeons ici. Martino continue d’inspirer à la fois nos questions de recherche et notre façon de faire de la recherche. Il était notre collègue, un ami, un chercheur d’or (de sciences sociales et de poésie) en or, une référence, et c’est une peine immense de le perdre.

2Pour la Revue de la Régulation, il avait une façon particulière de lire les articles que nous recevons, de soutenir une proposition dont il avait repéré un apport original qui l’enthousiasmait tout en entrant dans une critique fine et exigeante, pied à pied en quelque sorte, soulignant tel impensé, tel fil directeur inachevé, tels auteurs oubliés. Durant plus de dix ans, Martino a ainsi apporté une contribution irremplaçable à la vie intellectuelle et au développement de la Revue.

3Martino avait récemment codirigé avec Gilles Allaire et Pierre Labarthe le dossier « Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale » qui retrace vingt ans de recherches régulationnistes sur l’agriculture et son évolution. Ces articles proposent une série d’éclairages complémentaires sur les nouvelles régulations des secteurs agricoles et agro-alimentaires. Ils mettent en évidence des formes de mobilisation sociale qui transforment les échelles sectorielles et territoriales de régulation de l’agriculture. À travers cette démarche s’illustrent l’importance de la sphère agricole dans les travaux régulationnistes – en particulier les travaux méso, plus que macro – et l’importance des études de cas, dont Martino défendra sans relâche la solidité méthodologique.

4Il a aussi produit un certain nombre de notes de lecture – un exercice qui, selon lui, entrait pleinement dans l’activité d’un chercheur – qui donnent une bonne idée de sa curiosité intellectuelle, de sa bienveillance et de sa capacité à tirer des fils nombreux, à tisser des liens entre les recherches et les thèmes. C’est, par exemple, le cas de sa note du livre de Florence Jany-Catrice sur La Performance totale qui lui donne l’occasion de rendre compte de l’ouvrage, tout en soulignant les continuités des travaux de l’auteure avec l’analyse mésoéconomique et les approches « Régulation, Secteur et Territoire » auxquelles il a tant contribué.

5Il avait écrit une longue note (presque un article !) sur le livre Le temps des laboureurs de Mathieu Arnoux, dont le seul titre est déjà un programme : « Pourquoi lire Le Temps des laboureurs lorsqu’on est économiste, de surcroît régulationniste et travaillant sur les patrimoines économiques collectifs ? ». On pourrait reprendre cette contribution par le menu pour dire quel économiste était Martino : s’efforçant d’intégrer des concepts complémentaires, ouvert largement à différentes disciplines, ici l’histoire économique. Bien qu’elle figure parmi les grands courants de pensée fondateurs de la TR, cette discipline à part entière est finalement trop peu présente dans les publications régulationnistes de la période récente. On peut donc lire dans cette contribution un condensé de la méthode de Martino en lien avec sa pratique de l’abduction, qui renvoie toujours à des terrains (terrains bien labourés, a-t-on envie d’écrire). Dans cette note, mais aussi dans l’article cosigné avec Florence Gallois, « Quand l’État décrète le marché : le cas du Plan Borloo », Martino développe les principes de la méthode abductive. Celle-ci n’est pas abordée sous un angle purement épistémologique, mais déployée par l’exemple et mise en situation. Dans la note sur Le temps des laboureurs, il montre aussi de quelle façon rendre compte du régime de la preuve. Dans ses écrits, les registres d’évaluation sont d’ailleurs un élément clé des régulations méso, point commun avec le concept de conventions. Avant de revenir sur la dimension méso de son activité au long cours, soulignons la façon dont, dans sa note sur l’ouvrage The firm as an Entity, il montre l’intérêt de faire discuter la pensée de l’entreprise avec les travaux régulationnistes qui ont pour objet de « faire sortir les registres de performance de la seule entreprise pour les articuler à de nouvelles régulations sectorielles et territoriales ». Martino était en effet très investi dans les travaux du groupe Régulation, Secteur et Territoire dès les années 1990, notamment développés avec Gilles Allaire, Catherine Laurent, Bernard Pecqueur, Christian du Tertre, Jean-Pierre Chanteau et d’autres.

6Martino a apporté une solution originale et pertinente au traitement de la question agraire par la Théorie de la Régulation dès sa thèse (soutenue en 1997), « Dynamiques de longue période dans l’agriculture productiviste et mutations du système agro-industriel français contemporain », en soulignant l’hétérogénéité des « configurations productives » (coordinations autour d’un produit qui supportent une stratégie dans un espace de concurrence) et la variété et la permanence historique des logiques stratégiques des acteurs. Son apport s’est précisé avec sa « Ré-évaluation du concept de patrimoine » (titre de son HDR). L’un des premiers parmi les régulationnistes, avec Denis Barthélémy, il a mobilisé le cadre conceptuel de Commons, notamment le concept de « valeur raisonnable », pour réévaluer la distinction entre bien marchand et bien non-marchand. Ils ont introduit la notion de « relation patrimoniale » en remarquant que les « biens non marchands » désignent en général des biens tels qu’ils produisent une conservation ou un changement d’état de domaines de la société (un état de la fertilité de la terre, de la sécurité alimentaire, etc.) Ces biens qui produisent les « états » du collectif « font tenir » la relation marchande. Cette approche mésoéconomique s’inscrit pleinement dans une économie politique institutionnaliste.

7Chemin faisant, la focale mésoéconomique devient un fil conducteur des recherches de Martino. Cette position est elle-même structurée par les modalités de construction des patrimoines collectifs qui servent aux acteurs à clôturer les espaces de concurrence. Lors de la préparation du colloque « Recherche et Régulation » de 2015, auquel Martino a fortement contribué, nous avions souhaité terminer ce colloque en posant Trois questions à la théorie de la régulation par ceux qui ne l’ont pas fondée. Ces questions ont donné lieu à un court article publié l’année suivante sous le même titre dans la rubrique « Opinions-Débats » de cette Revue. Dans cette contribution, qui débouchera par ailleurs sur trois écrits collectifs publiés ou en cours de publication, Martino a plus particulièrement travaillé la question de la variété des espaces de régulation ainsi que celle des processus de différenciation (ce que l’on retrouve dans un certain nombre de thèses rémoises dont deux ont été présentées dans la Revue : Florence Gallois (« Une approche régulationniste des mutations de la configuration institutionnelle française des services à la personne », automne 2012) et Nicolas Béfort, (« Pour une mésoéconomie de l’émergence d’une bioéconomie : représentations, patrimoines productifs collectifs et stratégies d’acteurs dans la régulation d’une chimie doublement verte », automne 2016).

8Pour prolonger la contribution de Martino à l’analyse méso, nous pouvons simplement ouvrir le sommaire de ce no 23. L’article de Florence Gallois et Amandine Rauly développe sa capacité à saisir les dispositifs institutionnels qui fondent les espaces méso. Dans un registre différent, on pourra lire la contribution de Samuel Klebaner et Guillaume Assogba qui développe, sur un même niveau méso, non pas la méthode développée par Martino Nieddu, mais une entrée par la filière, composant une approche complémentaire. Ces deux approches gagneraient probablement l’une et l’autre à échanger plus intensément.

9C’est un numéro Varia qui est publié ce semestre. Si, logiquement, les contributions n’ont pas de thématique commune, toutes contribuent à une économie politique ancrée dans l’étude des institutions. En ouverture du sommaire, Laurent Cordonnier, Thomas Dallery, Vincent Duwicquet, Jordan Melmiès et Franck Van De Velde reviennent sur l’important débat touchant au coût du capital. En particulier, ils visent à répondre aux critiques à propos de leur indicateur destiné à évaluer le « surcoût » du capital financier. Cette contribution nourrira la discussion et devrait permettre d’approfondir les recherches futures sur le sujet.

10Soulignons que deux contributions nous viennent du Québec, terre d’une branche régulationniste qui jusqu’à présent n’avait pas contribué à la Revue. Voilà ce manque partiellement comblé, qui ouvre de nouvelles perspectives d’échanges fructueux. Emmanuelle Champion propose une analyse du processus d’institutionnalisation de la RSE au sein des organisations syndicales québécoises, sous l’angle des conditions de construction d’une coalition contre les ateliers de misère. Ela Callorda Fossati et Florence Degrave ont mené avec Benoît Lévesque un intéressant entretien, qui part de l’innovation sociale, thème fort avancé au Québec, et par-là reviennent sur les liens intellectuels avec la théorie de la régulation.

11Enfin, en Opinions-Débats, Sophie Jallais lit pour nous des manuels d’économie standard. Elle montre de quelle façon celle-ci ne parvient pas, en dépit de recours à des exemples censés être réalistes, à sortir des mondes imaginaires. Elle nous renseigne ainsi sur la formation des économistes, loin des réalités productives et de l’économie appliquée.

12Regardons enfin les notes de lecture qui composent ce sommaire. L’une d’entre elles, sur l’ouvrage Transformations agricoles et agroalimentaires – entre écologie et capitalisme, coordonné par Gilles Allaire et Benoît Daviron renvoie, elle aussi, à des champs de connaissances sillonnés par Martino : il s’agissait notamment pour lui de donner à comprendre ces transformations possibles de l’agriculture (bioéconomie, agriculture biologique, circuits courts…). Ce n’est toutefois qu’une des nombreuses notes de lecture de ce numéro. Celles-ci discutent, de façon souvent très fouillée, d’ouvrages portant sur des sujets d’importance et d’une grande diversité – de La théorie de l’équilibre général, à L’économie politique de Madagascar, de Morality and Power - On Ethics, Economics and Public Policy à L’économie comportementale en question, en passant par Money in a human economy. Autant de lectures qui témoignent de la vitalité d’une rubrique à laquelle Martino a beaucoup contribué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13298

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page