Navigation – Plan du site
Varia

De la réforme agraire à l’hyperinflation : l’expérience zimbabwéenne (1997-2008)

From Land Reform to Hyperinflation: The Zimbabwean Experience of 1997-2008
Daouda Drabo

Résumés

Cet article a pour objectif de contribuer à la compréhension de l’hyperinflation zimbabwéenne de 2008. La réforme agraire annoncée en novembre 1997 est à l’origine de cette hyperinflation. Celle-ci a provoqué une fuite massive de capitaux et une désorganisation de la production qui entraînent sur plusieurs années la dégradation des comptes extérieurs, et une dépréciation tendancielle du dollar zimbabwéen. La dépréciation, via la hausse des coûts à l’importation, a engendré une forte augmentation des prix. La hausse durable des prix a, par la suite, débouché sur les pratiques d’indexation des prix sur le cours du change. Ces phénomènes d’indexation ont non seulement nourri le processus inflationniste, mais aussi conduit à l’effondrement de la monnaie zimbabwéenne. La réforme agraire enclenche donc un processus qui aboutit à la destruction du dollar zimbabwéen. Notre contribution à la compréhension de l’hyperinflation zimbabwéenne est de montrer comment la décision politique visant à exproprier les terres appartenant aux fermiers britanniques a entraîné un effondrement de l’ordre monétaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Moins d’un mois après l’annonce du programme de réforme agraire par les autorités zimbabwéennes, le dollar zimbabwéen enregistre le 14 novembre 1997 une dépréciation de l’ordre de 75 % par rapport au dollar américain, une première depuis sa création en 1980, au point que ce jour est baptisé le « black Friday » au Zimbabwe (Kairiza, 2009, p. 5). Une décennie après ce choc de change, le Zimbabwe subit ce qui est considéré comme la deuxième plus grande hyperinflation au monde avec un taux d’inflation mensuel estimé à 7,96.1010 % en novembre 2008, soit un doublement des prix toutes les 24,7 heures (Hanke & Krus, 2012).

2Les incertitudes provoquées par l’annonce du programme de réforme agraire ont suscité une défiance à l’égard du dollar zimbabwéen, ce qui a entraîné une fuite massive de capitaux et un déficit du solde de la balance des transactions financières provoquant l’importante dépréciation de la monnaie domestique. Ce n’est pourtant qu’à partir de l’année 2000 que les autorités zimbabwéennes procèdent à l’exécution du programme de réforme agraire. C’est le début de l’expropriation des terres appartenant aux fermiers britanniques. Faute de moyens financiers et d’organisation, les terres récupérées n’ont pas été suffisamment exploitées si bien qu’« environ 70 % de la population zimbabwéenne avait besoin d’une assistance alimentaire » en 2008 (IMF, 2009b, p. 5). Dans le même temps, le PIB chute d’environ 40 % entre 2000 et 2007. Cette baisse importante du produit intérieur brut s’accompagne d’un déficit persistant du solde commercial au début des années 2000. Le déficit conjugué du solde du compte courant et du solde de la balance des transactions financières a exacerbé la crise de change amorcée en 1997.

  • 1 La dollarisation a été officialisée par les autorités zimbabwéennes en janvier 2009 (Kairiza, 2009) (...)

3La crise se caractérise par la destruction progressive du dollar zimbabwéen. Ce dernier a été concurrencé par d’autres monnaies, en l’occurrence le dollar américain et le rand sud-africain. Cette concurrence entre la monnaie nationale et les monnaies étrangères a nourri la crise monétaire jusqu’à la dollarisation1 en 2009. Depuis lors, la monnaie nationale a disparu de la circulation alors qu’en 1980, l’année de son introduction, plus de 95 % des transactions se déroulaient en monnaie locale (Makochekanwa, 2011). L’hyperinflation zimbabwéenne est ainsi révélatrice d’une défiance des agents économiques à l’égard de la monnaie nationale, ce qui est conforme à notre définition de l’hyperinflation, qui est le moment lors duquel une devise se substitue (y compris comme moyen de paiement) à une monnaie domestique. C’est la dernière phase d’un processus d’affaiblissement progressif de la monnaie domestique. Une telle particularité des crises monétaires n’a pas échappé à des auteurs comme Orléan (2007a, b), Théret (2007a, b) et Aglietta et al. (2016) qui, à partir d’un certain nombre de cas, dont celui de l’hyperinflation allemande (1923), ont mis en perspective la dimension qualitative de ces crises monétaires, c’est-à-dire les mécanismes d’indexation et la « fuite devant la monnaie ». Dans les travaux consacrés au processus (hyper) inflationniste au Zimbabwe, on peut distinguer deux grandes familles d’explications. Il y a d’une part les travaux qui insistent sur le rôle des coûts et de l’insuffisance de la production. D’autre part, nous avons les travaux d’inspiration quantitativiste qui soulignent le rôle du déficit budgétaire et donc de la création monétaire dans la dynamique de l’hyperinflation zimbabwéenne.

4Pour Kairiza (2009), l’accélération des prix enregistrée au Zimbabwe entre 1997 et 1999 est due à la dépréciation du taux de change. Quant à la période allant de 2000 à 2003, la hausse des prix enregistrée est le fait de la baisse de la production nationale et de la hausse des salaires nominaux. D’autres études économétriques ont mis en lumière le rôle du taux de change dans la dynamique de l’inflation zimbabwéenne ; ce sont les travaux de Mandizha (2014). Il ressort de ces études que le taux de change a fortement influencé le niveau des prix via la hausse des coûts des biens importés. Ces idées figurent dans les rapports de la Banque Africaine de Développement (AfBD) et de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) (AfDB/OECD, 2002, 2003, 2004). Ici, la hausse des coûts à l’importation due à la dépréciation du change constitue l’un des facteurs explicatifs de l’inflation, enregistrée à la fin des années 1990 et au début des années 2000. De plus, ces rapports insistent sur la baisse de la production agricole, mais aussi sur la chute de la production dans les autres secteurs clés de l’économie.

  • 2 L’hyperinflation débute, selon Hanke & Krus (2012), en mars 2007 pour finir en novembre 2008.

5Quant à la période hyperinflationniste2, Kairiza (2009) souligne le rôle prépondérant de la création monétaire. Un point de vue partagé par Hanke (2008) et Koech (2011) qui accusent la politique monétaire laxiste de la Banque Centrale. Plusieurs raisons expliquent cette création de monnaie. Il y a la participation du Zimbabwe dans la guerre en République Démocratique du Congo en 1998 (Noko, 2011) et les pensions versées aux vétérans de guerre (IMF, 2000, 2005), puis l’augmentation des salaires des fonctionnaires (AfDB/OECD, 2003, 2004). Ces dépenses ont entraîné une hausse du déficit budgétaire. On peut trouver les tentatives de justifications empiriques de cette idée dans les travaux de Makochekanwa (2007a).

6Cependant, ces diverses études omettent le volet qualitatif et historique de cette crise hyperinflationniste, autrement dit le comportement des agents économiques face à la baisse du pouvoir d’achat du dollar zimbabwéen. Ces études ne permettent pas de saisir le rejet et l’effondrement de la monnaie zimbabwéenne. C’est pourquoi une analyse qualitative de la crise monétaire zimbabwéenne est nécessaire afin de repérer l’ensemble des facteurs qui ont concouru à la destruction de la monnaie. Dans cet article, nous cherchons à mettre en avant la défiance des agents économiques vis-à-vis de la monnaie nationale, c’est-à-dire à indiquer comment le rejet progressif de la monnaie a conduit à une flambée des prix puis à l’effondrement du dollar zimbabwéen. Les pratiques telles que l’indexation et la conversion des revenus perçus en monnaie domestique permettent de comprendre la dynamique de la crise monétaire. Ces éléments d’analyses sont habituellement absents des travaux consacrés à l’hyperinflation zimbabwéenne.

7Il s’agit d’identifier les canaux par lesquels le programme de réforme agraire a conduit à la destruction de la monnaie. La ligne directrice de notre article peut se résumer à travers le schéma 1, qui met en relief les différentes phases de l’hyperinflation zimbabwéenne. Selon nous, la réforme agraire a entraîné à court terme une fuite de capitaux, puis une baisse de la production à long terme, alimentant une dépréciation de la monnaie domestique, qui débouche sur des pressions inflationnistes. Celles-ci provoquent, à leur tour, dans un premier temps des pratiques d’indexation des prix puis une fuite généralisée devant la monnaie dans un second temps. C’est la séquence causale de l’hyperinflation zimbabwéenne qui va être proposée dans cet article. Pour ce faire, nous mettrons en évidence dans une première section les caractéristiques de l’économie zimbabwéenne et les secteurs touchés par la réforme agraire. L’exposé de ces faits stylisés va nous permettre de justifier le cadre théorique mobilisé dans cet article. Dans une deuxième section, nous analyserons les causes de l’accélération des prix au Zimbabwe. Dans une troisième, il s’agira de comprendre le rôle des phénomènes d’indexation des prix et des salaires sur le taux de change et de la fuite devant le dollar zimbabwéen.

Schéma 1. La séquence de l’hyperinflation zimbabwéenne de 2008

Schéma 1. La séquence de l’hyperinflation zimbabwéenne de 2008

Source : auteur

1. Faits stylisés

8Le graphique 1 présente l’évolution du taux d’inflation et celle du PIB au Zimbabwe. Notre analyse de la crise monétaire débute en 1997 et s’arrête en 2008, car au début de l’année 2009, la dollarisation met un terme à l’hyperinflation. À partir de l’évolution du taux d’inflation, il est possible de distinguer deux grandes phases de la crise monétaire. La période allant de 1997 à 2006 correspond à la première. C’est lors de cette période que le taux d’inflation passe de deux à trois chiffres et que les autorités zimbabwéennes (en 2000) se livrent à l’expropriation des terres. La seconde phase correspond à la période allant de 2006 à 2008. Lors de cette phase, le taux d’inflation annuel franchit la barre de quatre chiffres entre 2006 et 2008. Aussi, on retrouve les traces des pratiques d’indexation des prix sur les cours du change autour de l’année 2006 (Jefferis et al., 2013). Avant de procéder à l’étude de ces différentes périodes, nous allons d’abord analyser les effets du programme de réforme agraire sur la production nationale et sur les comptes extérieurs du Zimbabwe.

Graphique 1. Taux de croissance annuels du PIB et de l’inflation

Graphique 1. Taux de croissance annuels du PIB et de l’inflation

Vous pouvez consulter ce graphique en annexe au format PDF

  • 3 Le taux d’inflation a été calculé à partir de l’indice des prix à la consommation. Entre 1990 et 20 (...)

Source : graphique construit par l’auteur à partir de Banque Mondiale (2016), indicateurs de développement dans le monde ; et de Hanke & Kwok (2009)3

1.1. Le contexte socio-politique

Le conflit agraire est bien antérieur à l’indépendance de la Rhodésie du Sud en 1980. L’une des principales causes défendues par les indépendantistes est la modification de la répartition des terres, avec comme objectif majeur : davantage d’équité dans celle-ci. C’est le constat fait par Chitiyo (2000, p. 1) :

In the past decade, Zimbabwe has been simultaneously confronted by two enormous and inter-related socio-economic challenges: the land question and the issue of war veterans. The land question is both a cause and consequence of Zimbabwe’s struggle for liberation, the Second Chimurenga (1966-1980). However, it had its origins in the initial anti-colonial struggle, the First Chimurenga (1896-1897).

9Le mouvement des indépendantistes remonte à la fin du xixe siècle en Rhodésie du Sud. La « Second Chimurenga », c’est-à-dire la seconde « guerre de libération » a été la plus sanglante, et a débouché sur une guerre civile qui a finalement conduit la Rhodésie du Sud vers son indépendance en 1980. Les indépendantistes prennent alors immédiatement le pouvoir. Les nouvelles autorités jouent la carte de l’apaisement :

After 1980, the new government, anxious to attract foreign investment, underlined its reconciliation” theme by declaring that white farmers were not the enemy and were in fact a valuable asset to the new Zimbabwe (Chitiyo, 2000, p. 12).

  • 4 Calculé à partir des données de Banque Mondiale (2016).

10Ce compromis a permis au Zimbabwe d’obtenir des taux de croissance élevés (le taux croissance annuel moyen dans la décennie 1980 est de 2,5 %4).

  • 5 En 1992, la population zimbabwéenne est estimée selon les données de la Banque Mondiale (2016) à pr (...)
  • 6 Le taux de croissance moyen a été calculé à partir des données issues de la Banque Mondiale (2016).

11Pendant cette décennie, l’acquisition des terres par le gouvernement s’est déroulée selon une méthode consensuelle. Les terres peuvent être rachetées par le gouvernement à condition que les propriétaires soient disposés à les vendre. En l’absence de consensus, les propriétaires ne sont pas obligés de vendre leurs propriétés (Moyo, 2000 ; Chilunjika & Uwizeyimana, 2015). Toutefois, ce compromis ne dure pas. Entre 1990 et 1993, une importante sécheresse provoque un bilan économique et social catastrophique (Chitiyo, 2000). Alors que l’espérance de vie à la naissance est de 60,8 ans en moyenne pendant la décennie 1980, elle passe à 56,4 ans entre 1991 et 1993 (Banque Mondiale, 2016). Les prix des biens de première nécessité augmentent de 300 % (en rythme annuel) entre 1990 et 1993, et près de 2 millions5 de personnes sont sans emploi en 1992 (Chitiyo, 2000). Le taux de croissance annuel moyen entre 1991 et 1993 est de -8,75 %6. Cette détérioration de la situation économique et sociale débouche sur des mouvements de protestation, notamment dans les zones rurales (Chitiyo, 2000). C’est dans ce contexte que la question foncière refait surface. Les autorités zimbabwéennes tentent alors de la résoudre en employant des mesures destinées à restituer les terres aux autochtones.

12Une loi sur l’acquisition des terres entre en vigueur en 1992. Le compromis entre les fermiers britanniques et les autorités se fragilise. Le contrat de gré à gré n’est plus à l’ordre du jour. Désormais, les fermiers britanniques sont obligés de vendre leurs terres (Moyo, 2000). Il faut attendre le 14 novembre 1997 pour que la liste des propriétés concernées par cette réforme soit connue. C’est le début d’une instabilité politique et sociale qui va durer près d’une décennie :

Une distribution des terres très inégale a toujours menacé la cohésion sociale depuis l’indépendance du pays et la question foncière est devenue une préoccupation dominante au cours des quatre dernières années. Vingt ans après la proclamation de l’indépendance (1980), la distribution des terres n’est toujours pas plus équitable. [sic] Quelques 4.500 grandes exploitations « commerciales », la plupart entre les mains d’agriculteurs blancs, occupent 11 millions d’hectares (ha) sur les terres les plus fertiles et les mieux irriguées du pays. De l’autre côté, on trouve 1.2 million de familles, soit environ la moitié de la population, vivant sur 16.3 millions d’hectares de terres communales de mauvaise qualité et exposées à la sécheresse [...] En novembre 1997, le système de vente de gré à gré est abandonné et remplacé par le rachat obligatoire, annoncé par le gouvernement, de 1 471 exploitations commerciales (près de 40 pour cent des terres possédées par les Blancs). Cette décision a plongé le pays dans une grande confusion. » (AfDB/OECD, 2002, p. 339).

  • 7 Ce parti a été fondé en 1999 à la suite de l’annonce du programme de réforme agraire.

13Faute de moyens, le gouvernement n’a pu racheter que 50 exploitations sur les 1 471 annoncées (Andrew & Sadomba, 2006). De ce fait, il a multiplié les efforts afin d’engranger les ressources nécessaires à l’indemnisation des fermiers, comme la « conférence des donateurs », organisée en 1998 (Andrew et Sadomba, 2006). Mais la conférence ne produit pas les résultats escomptés et le gouvernement ne dispose toujours pas de ressources financières permettant d’indemniser les propriétaires terriens. Il apporte en juin 2000 des modifications à la loi de 1992 afin de faciliter l’acquisition des terres (IMF, 2000 ; De Villiers, 2003). Désormais, les propriétaires ne sont plus indemnisés, ce qui accélère l’expropriation. Cette décision renforce les tensions. Deux grands groupes s’opposent farouchement, au point de déboucher sur des affrontements et des violences. D’un côté le gouvernement, soutenu par les vétérans de guerre ; de l’autre les fermiers britanniques organisés autour du MDC (Mouvement pour le Changement et la Démocratie7), soutenu par la communauté internationale notamment les États-Unis et l’Union Européenne (Andrew & Sadomba, 2006). Ce sont là les acteurs principaux du paysage politico-économique qui vont entretenir des rapports conflictuels pendant près d’une décennie.

  • 8 Selon Boyer (2004, p. 54), le régime d’accumulation est défini comme : « L’ensemble d’accumulation (...)
  • 9 Le mode de régulation définit comme « Tout ensemble de procédures et de comportements, individuels (...)

14Cette brève histoire permet d’entrevoir le régime d’accumulation8 et le mode de régulation9 du Zimbabwe. Le régime d’accumulation dans ce pays repose sur l’agriculture, qui a fait du Zimbabwe le « grenier » de l’Afrique. Entre 60 et 70 % des emplois et des revenus proviennent du secteur agricole et ce secteur fournit près de 40 % des recettes d’exportation (Shayanewako et al., 2016). De plus, près de 60 % des matières premières de l’industrie manufacturière proviennent de l’agriculture (Shayanewako et al., 2016). L’agriculture constitue bien le pilier de l’économie zimbabwéenne. Dans les années 1980, le compromis entre les agriculteurs et les fermiers britanniques a permis de soutenir le mode de régulation. Le choc interne dû à la sécheresse se répercute sur le mode de régulation existant depuis l’indépendance du pays en 1980. Les premiers signes de l’instabilité du mode de régulation apparaissent en 1992 ; celle-ci se confirme en 1997 et le mode de régulation s’effondre en 2000 avec la loi sur l’expropriation des terres. Les sanctions financières internationales, les tensions politiques et sociales n’auront pas permis de substituer le mode de régulation existant et d’assurer la pérennité du régime d’accumulation. Il s’ensuivra une désorganisation profonde de la production nationale et du marché des changes, d’où l’effondrement de l’ordre monétaire en 2008.

1.2. De l’échec du programme de réforme agraire à la désorganisation de la production

15Un problème majeur concernant la réforme agraire est l’exploitation des terres réparties. La question est liée au statut juridique des terres acquises, mais surtout à l’insuffisance du système bancaire. En 2003, le système bancaire zimbabwéen est confronté à deux obstacles majeurs. Il y a d’une part l’insuffisance des dépôts bancaires, qui s’explique par la baisse de l’activité économique et de l’inflation ; et d’autre part, le coût élevé des crédits bancaires, dû à la hausse des taux d’intérêt des banques secondaires (IMF, 2005). De ce fait, les crédits accordés par les banques aux propriétaires terriens sont insuffisants. Par exemple entre 2003 et 2004, les nouveaux exploitants n’ont reçu que 10 % des fonds nécessaires au financement de la campagne agricole (AfDB/OECD, 2004). L’échec de la réforme agraire s’explique donc en partie par un problème d’ordre monétaire (insuffisance du crédit).

Une autre contrainte est celle liée au risque de solvabilité. En effet, les bénéficiaires des terres ne disposaient pas d’un « droit de propriété », ce qui constitue un obstacle à la souscription d’un crédit. Ce faisant, les terres réparties n’ont pas été mises en valeur par leurs propriétaires :

Même sur les terres redistribuées, le droit d’occupation n’est pas garanti. Au lieu d’un titre de propriété, l’État propose un bail sur 99 ans. Cette absence de garantie a des conséquences dramatiques sur la capacité des agriculteurs à financer leur production. (AfDB/OECD, 2004, p. 423).

Ainsi, les nouveaux propriétaires ne peuvent pas financer la mise en production, ce qui a affecté négativement les investissements agricoles.

16Le programme de réforme agraire destiné à transférer une partie des terres aux autochtones a été globalement un échec. Au total, ce sont environ 8,6 millions d’hectares (sur 11 millions) de terres qui ont été expropriées. De surcroît, les terres récupérées n’ont pas été exploitées comme le faisaient jadis les fermiers britanniques. La production agricole baisse de 24 % en 2002, de 15 % en 2003 ou de 39,3 % en 2008 (Tableau 2 en annexe PDF/XLS).

  • 10 Ces chiffres ont été calculés à partir des données de la Banque Mondiale (2016).

17La réforme agraire n’a pas affecté que la production agricole. D’autres secteurs de production tels que l’industrie ont été touchés. En effet, les tensions ont alimenté la défiance des investisseurs. Selon le rapport de l’AfDB/OECD (2003, p. 388) : « Ces incertitudes liées à la réforme agraire et, plus généralement, aux inquiétudes fondamentales concernant la politique économique du pays, ont sapé la confiance des milieux d’affaires et entraîné un repli persistant des investissements privés ». La dépendance de l’industrie manufacturière vis-à-vis du secteur agricole alimente aussi ce repli. La part de la formation brute de capital dans le PIB est passée de 18,13 % en 1997 à 4,99 % en 2002 puis à 1,52 % en 2005 (Tableau 1 en annexe PDF/XLS). Entre 2000 et 2008, le taux de croissance moyen est de -5,99 % et de -2,43 % respectivement pour l’industrie et l’agriculture10. Le programme de réforme agraire, par ses effets d’entraînement, a conduit à une baisse de la production des secteurs agricole et industriel.

18En 2003, la baisse de la production agricole et industrielle conduit à une baisse du PIB de 16,99 %. Le Zimbabwe ne parvient plus à couvrir ses besoins en biens et services à partir de 2004. D’après le Tableau 1, les dépenses de consommation comprenant celles du gouvernement sont supérieures à la production intérieure à partir de 2004, renforçant la dépendance Zimbabwe vis-à-vis des importations de biens et services. Ainsi, la part des importations dans le PIB est passée de 35,90 % en 2000 à 42,49 % en 2005 puis à 68,05 % en 2008. En conséquence, le solde commercial se dégrade entre 2002 et 2008. Il passe de 2,01 % du PIB en 2001 à -26,58 % du PIB en 2008 (Tableau 1). Les importations sont essentiellement constituées de biens manufacturés, qui représentaient 76,89 % et 75,89 % des biens importés respectivement en 1998 et 2003 (Banque Mondiale, 2016). Une telle hausse des importations de biens de consommation finale est liée à l’absence d’investissements au Zimbabwe au début des années 2000, ce qui ne permet pas de relancer la production nationale. Mécaniquement, les exportations de biens et services chutent au début des années 2000. Celles-ci ont baissé de 7,73 % en 2000 et de 20,43 % en 2003 (Banque Mondiale, 2016), ce qui entraîne une baisse des recettes d’exportation, affectant ainsi les réserves de change du Zimbabwe.

  • 11 Le secteur du tourisme a été moins affecté pendant la crise. Paradoxalement, entre 1998 et 2003, pu (...)

19La baisse des exportations s’explique aussi par les mauvais rendements du secteur minier. Ce dernier a enregistré des performances négatives au début des années 2000. La production annuelle baisse de 13,5 % en 2001, de 30,9 % en 2003 et de 39,7 % en 2008 (RBZ, 2008), ce qui a contribué à la baisse des exportations11. Il est aussi important de souligner la détérioration de l’indice des termes de l’échange du pays à la fin des années 1990 et au début des années 2000 notamment entre 2001 et 2006.

1.3. D’autres facteurs importants : les dépenses de guerre, les versements des pensions et les sanctions financières internationales

20Entre 1997 et 2000, certaines dépenses engagées par le gouvernement zimbabwéen ont entraîné un important déficit budgétaire, provoquant une détérioration des finances publiques (IMF, 2005, P.P. 19). Il s’agit des pensions versées par le gouvernement aux vétérans de guerre. C’est près de 60 000 vétérans qui vont être indemnisés par le gouvernement, le montant total des pensions représente environ 3 % du PIB de 1997 (Coomer & Gstraunthaler, 2011, p. 318). À cela s’ajoute les augmentations de salaire accordées aux fonctionnaires (AfDB/OECD, 2003, 2004). Enfin, soulignons l’importance des dépenses engagées par les autorités zimbabwéennes lors de la guerre de la République Démocratique du Congo en 1998 : près de 11 000 soldats zimbabwéens ont été déployés pendant cette guerre (Coomer, 2010, p. 20). Les dépenses de guerre sont estimées à près de 200 millions de dollars américains (Maclean, 2002, p. 522). Selon les rapports du FMI, ces dépenses ont engendré une progression du déficit budgétaire, qui est passé de 9,8 % du PIB en 1999 à 19,6 % en 2000 (IMF, 2005, p. 19). Cette progression des dépenses publiques a entraîné une pression sur la demande extérieure du fait de l’insuffisance de production intérieure, aggravant le déficit du solde commercial ; l’existence de déficits jumeaux est de plus en plus marquée.

21La montée des prix enregistrée à la fin des années 1990 a provoqué une baisse réelle des recettes fiscales selon l’effet Olivera-Tanzi. La capacité de l’État à financer ses dépenses publiques se trouve réduite alimentant la hausse du déficit budgétaire en 2000. Pour financer ce déficit, les autorités zimbabwéennes modifient le statut de la Reserve Bank of Zimbabwe en 1999 afin de faciliter les financements accordés au gouvernement (Ellyne & Daly, 2016, p. 256). La monétisation du déficit de l’État constitue dès lors la principale mission de la Banque Centrale :

Depuis janvier 1999, c’est l’accroissement du besoin de financement de l’État qui oriente la politique monétaire. Ce dernier a fait essentiellement appel aux bons du Trésor et aux lignes de crédit proposées par la banque centrale (Reserve Bank of Zimbabwe - RBZ). Cette stratégie du secteur bancaire pour financer le déficit budgétaire a alimenté la croissance annuelle de la masse monétaire, qui est passée de 56.9 pour cent en janvier 2001 à 102.7 pour cent à la fin de l’année. (AfDB/OECD, 2003, p. 393).

  • 12 Il s’agit des élections présidentielles de 2002.

22Un autre aspect concerne les sanctions qui ont été infligées au Zimbabwe en réponse au programme de réforme agraire. Ces sanctions sont d’ordre politique, mais aussi financier. Sur le plan politique, le Zimbabwe est exclu en 2003 du Commonwealth (Lee, 2003). À cela, s’ajoutent plusieurs sanctions prises par les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union Européenne et les institutions financières internationales. Les plus importantes sont la suspension en 2000 de l’aide financière du Fonds Monétaire Internationale (FMI) et de l’Association Internationale de Développement (AID) au Zimbabwe (Hove, 2012). En 2003, les États-Unis procèdent au gel des avoirs des hauts responsables politiques zimbabwéens (Lee, 2003). Pour sa part, la Grande-Bretagne suspend son aide financière au Zimbabwe, la perte est estimée à 5 millions de dollars américains (Hove, 2012). Relevons aussi l’importance des sanctions financières relatives aux élections présidentielles de 2002 au Zimbabwe. Kairiza (2009, p. 8) rappelle que le Zimbabwe a été le théâtre de violences post-électorales12 en 2002 poussant l’Union Européenne à suspendre tout soutien financier. Ces sanctions réduisent l’aide internationale ; dans le même temps, les investissements directs étrangers ont aussi reculé, passant de 6,94 % du PIB en 1998 à 0,06 % en 2003 (Tableau 2). L’ensemble de ces éléments réduit la quantité de moyens de paiement internationaux disponibles. Ces ressources sont nécessaires, notamment en ce qui concerne l’importation de matières premières et d’équipements. Les sanctions financières ont contribué à l’échec de la réforme agraire.

1.4. Du programme de réforme agraire à la crise de change

  • 13 Cet indice a été utilisé par Ellyne & Daly (2016) pour évaluer le degré d’ouverture du compte des t (...)

23Le Zimbabwe a adopté plusieurs régimes de change depuis son indépendance en 1980. Entre 1980 et 1983, le régime de change en vigueur est celui d’une parité glissante avec un panier de devises, dont la principale est le dollar américain (Ilzetzki et al., 2017). Dans un tel régime de change administré par la banque centrale, le taux de change entre le dollar zimbabwéen et les autres monnaies évolue en fonction des objectifs de change préalablement déterminés par les autorités monétaires. Ce régime est abandonné en juin 1983 au profit d’un régime plus souple de flottement administré. Bien que le taux de change soit flottant dans ce régime, les autorités monétaires peuvent intervenir afin de maintenir une parité souhaitable. En mai 1991, le Zimbabwe libéralise son marché des changes et adopte un régime de change encore plus flexible : les mesures visant à contrôler le taux de change sont assouplies. Le degré de mobilité des capitaux augmente, mais faiblement (graphique 2)13. Ce régime est abandonné en juillet 1994 en faveur d’un régime de flottement administré (Ilzetzki et al., 2017).

  • 14 La fermeture des bureaux de change débute en novembre 2000 et va se poursuivre jusqu’en 2002.
  • 15 Le contrôle de change a été abandonné en 2009 avec l’adoption de la dollarisation. Le compte des tr (...)
  • 16 Les marchés parallèles des changes sont les marchés déconnectés du marché des changes officiels. Ce (...)

24C’est sous ce régime que le dollar zimbabwéen enregistre l’une de ses plus importantes dépréciations depuis sa mise en circulation en 1980. Le taux de change passe de 10,83 dollars zimbabwéens pour un dollar américain en 1996 à 18,6 en 1997, puis à 38,13 en 1999. Les autorités monétaires tentent de stabiliser à nouveau le change entre mars 1999 et juillet 2000, à travers une politique monétaire restrictive, mais aussi par le biais des contrôles de change (Makochekanwa, 2007b). Ces contrôles sont fondés sur deux principales mesures : la fermeture de certains bureaux de change14 en novembre 2000 et l’augmentation des taxes sur les biens importés en 1999. La première mesure vise à limiter l’accès aux devises par les agents économiques. Alors que la seconde mesure vise à réduire la demande de devises en décourageant l’importation de biens et services. Ainsi, l’objectif poursuivi par les autorités monétaires est de préserver les réserves de devises en réduisant l’accès et la demande de monnaies étrangères, ce qui va limiter les sorties de devises hors du système bancaire zimbabwéen15. Cette tentative s’est soldée par un échec, car le taux de change officiel s’est déprécié à la fin de l’année 2000, mais aussi parce que les marchés parallèles se sont développés16.

Graphique 2. L’évolution de l’indice Chinn-Ito de 1984 à 2012

Graphique 2. L’évolution de l’indice Chinn-Ito de 1984 à 2012
  • 17 Le graphique a été construit à partir des données issues de la base de données en ligne de Chinn & (...)

Source : graphique construit par l’auteur17à partir de Chinn & Ito (2014)

25Après ce choc de change intervenu entre 1997 et 2000, le Zimbabwe abandonne le 1er août 2000 le régime de flottement administré en faveur d’un régime de change fixe : la parité est fixée à 55 dollars zimbabwéens pour un dollar américain (Makochekanwa, 2007b). Ce système explose en 2003 du fait du déficit persistant de la balance commerciale et de celui de la balance des transactions financières, mais aussi en raison de l’inefficacité des contrôles de change. De plus, la baisse du taux de change réel a entraîné une baisse des exportations, ce qui a contribué à la dégradation du solde commercial. Notons aussi la baisse des entrées de capitaux due à la crise asiatique enregistrée à la fin des années 1990. Cette crise participe à la réduction des investissements étrangers au début des années 2000 (Tableau 2). Les entrées de devises se trouvent donc réduites. Ainsi, face à un épuisement des réserves de change et à une forte demande de devises, la stabilité du change devient intenable pour les autorités monétaires. Le triangle d’incompatibilité de Mundell indique qu’il n’est pas possible de concilier les trois objectifs que sont : parfaite mobilité de capitaux, autonomie de la politique monétaire et régime de change fixe (Mundell, 1963). En d’autres termes ; pour maintenir le taux de change stable, les autorités monétaires doivent renoncer à l’un des trois objectifs pour que les deux autres soient atteints. Pour cela, les autorités monétaires renforcent les contrôles de change, mais : « Malgré le renforcement des contrôles sur les banques commerciales et la fermeture de bureaux de change en novembre 2002, les taux du marché parallèle ont continué leur progression fulgurante. » (AfDB/OECD, 2004, p. 417)

26Cet échec débouche sur des mesures plus drastiques, comme la fermeture du compte des transactions financières. Ellyne & Daly (2016) montrent à l’aide de l’indice Chinn-Ito que le Zimbabwe a procédé à la fermeture légale de son compte des transactions financières à partir de 2003, et ce, jusqu’en 2008, afin de contrôler les mouvements de capitaux (graphique 2). Malgré ces mesures, les capitaux ont continué à circuler de façon illégale, hors du système bancaire, du fait de l’ampleur du marché parallèle des changes et via des transferts illégaux de capitaux entre la frontière sud-africaine et zimbabwéenne (Ellyne & Daly, 2016). Bien qu’il y ait eu officiellement une faible mobilité des capitaux, les capitaux circulaient à travers des canaux illégaux. Dans de telles conditions, le régime de change fixe ne peut être tenu. Il explose en 2003 : c’est le début d’une dépréciation spectaculaire du taux de change.

27Cet échec des autorités monétaires dans la défense de la monnaie nationale met en relief la défiance des agents économiques à l’égard du dollar zimbabwéen, défiance qui s’est traduite par une préférence grandissante des agents économiques pour le dollar américain. Désormais, les autorités monétaires n’ont plus le contrôle du taux de change, qui est guidé par le marché des changes parallèles. Par conséquent, les agents économiques se réfèrent au taux de change parallèle dans leurs transactions externes (Jefferis et al., 2013), et les importateurs s’approvisionnent sur celui-ci pour leurs importations (AfDB/OECD, 2003, p. 395). Le taux de change devient une référence dans la fixation des prix, comme l’ont remarqué Jefferis et al. (2013, p. 6) :

Parallel market had emerged much earlier, around the end of 1997, but grew through the 2000s as the official exchange rate became more detached from reality. Throughout the decade the parallel market became more vibrant and eventually dominated the official market for both transactions and as the basis for price setting.

28Étant donné l’importance de la dépréciation du change et le fort degré d’ouverture du Zimbabwe (41,10 % en 1997), le cadre théorique que nous mobilisons s’articule autour des théories qui mettent en relief le rôle des coûts liés à l’importation dans l’explication des prix. De plus, comme le taux de change a été une variable clé dans la prise de décisions des agents économiques, cela nous conduit à compléter notre cadre théorique par les approches qui tiennent compte des pratiques d’indexation dans la dynamique des crises hyperinflationnistes. (voir Tableau 3 en annexe PDF/XLS)

2. Analyse de l’hyperinflation zimbabwéenne

29Dans cette section, nous cherchons à saisir le rôle prépondérant du taux de change dans la dynamique de l’hyperinflation zimbabwéenne. Deux actions du taux de change sur les prix vont être exposées. L’approche du pass-through va nous permettre de comprendre l’action du change sur les prix dans une économie dont la propension à importer est élevée. Quant à l’approche institutionnaliste des crises monétaires, elle nous permettra d’analyser le lien entre les prix et le change dans un contexte d’instabilité de l’unité de compte.

2.1. Cadre théorique institutionnaliste

30Notre cadre théorique vise à intégrer l’effet du pass-through et l’approche institutionnaliste de la monnaie du fait de l’important degré d’ouverture de l’économie zimbabwéenne (Tableau 2), du choc de change, mais aussi de l’importance des monnaies étrangères dans l’économie du Zimbabwe.

2.1.1. Le rôle de la dépréciation du taux de change dans la détermination des prix

31L’approche du pass-through cherche à capter l’influence de la dépréciation du change sur les prix intérieurs. Selon Sabiston (2001, p. 426) :

Le pass-through complet se produit quand une appréciation (ou dépréciation) en termes de pourcentage d’une devise étrangère entraîne une augmentation (ou diminution) d’un pourcentage égal du prix d’un bien importé (évalué en devise du pays de destination). De la même façon, on définit un pass-through partiel ou incomplet lorsque la réaction du prix est inférieure au pourcentage donné par le taux de change.

Ainsi, le pass-through mesure l’élasticité des prix par rapport au taux de change, c’est-à-dire l’impact d’une variation du taux de change sur les prix intérieurs. Dans les modèles intégrant l’influence du pass-through, les prix sont influencés par le taux de change.

32Il existe plusieurs mécanismes par lesquels une dépréciation du change entraîne une hausse des prix intérieurs. Lorsque les biens importés constituent des biens intermédiaires, une dépréciation du change conduit à une hausse des coûts de ces biens en monnaie nationale. Ce faisant, les producteurs répercutent cette augmentation des coûts dans les prix intérieurs afin de maintenir leur taux de marge, d’où une hausse du taux d’inflation. D’autre part, lorsque les biens importés constituent pour la plupart des outputs, la hausse des prix peut être plus importante.

  • 18 Dans ce modèle, les prix dépendent positivement du mark-up et du coût unitaire du travail, et négat (...)

33L’impact de la dépréciation du change sur les prix est une problématique qui a été notamment abordée par les auteurs post-Keynésiens. On peut citer les travaux de Vera (2010) et plus récemment Lavoie (2014) ou Charles & Marie (2016). Ils prolongent le modèle post-Keynésien des prix18, en tenant compte de l’ouverture économique. Dans les modèles construits par ces auteurs, le taux de change est une variable explicative des prix. Une dépréciation du change entraîne une hausse des prix via la hausse des coûts des biens importés.

  • 19 Pour une étude sur l’instabilité des prix relatifs, voir Salama & Valier (1990). Ils montrent que l (...)
  • 20 Voir aussi Aglietta et al. (2016), Théret (2007a, b), Aglietta (2002), Aglietta & Orléan (1998), Ag (...)

34Lorsque l’inflation perdure, elle conduit à l’instabilité de la structure des prix relatifs19. La monnaie domestique devient un mauvais indicateur de mesure des grandeurs économiques et des richesses. De ce fait, les agents économiques développent certaines pratiques afin de sauvegarder la valeur réelle de leur épargne ou d’évaluer correctement leurs revenus. Ces problématiques ont fait l’objet de recherches menées par les auteurs institutionnalistes, notamment par Orléan (2007a)20.

2.1.2. Rejet de la monnaie nationale et dynamique des crises hyperinflationnistes

  • 21 Blanc (1998, p. 59) par exemple met en lumière différents contextes historiques qui poussent les ag (...)
  • 22 Voir à ce sujet Ould Ahmed (2015), Ould Ahmed & Ponsot (2015) ou Orléan (2015). Ces auteurs insiste (...)

35L’approche institutionnaliste de la monnaie invite à comprendre les crises hyperinflationnistes à travers les pratiques monétaires des acteurs économiques21. Cette approche considère la monnaie comme « un rapport social » (Orléan, 2007a). La monnaie a un caractère à la fois social et politique22. De ce fait, son instabilité est l’expression d’un déficit cruel de légitimité ou de confiance des agents économiques dans les institutions politiques et monétaires, ce qui peut conduire à une perte de souveraineté monétaire et à une destruction de la monnaie nationale.

  • 23 Sgard (2007) parle de « désintégration monétaire ».

36Concrètement, ces facteurs qualitatifs se manifestent à travers les pratiques d’indexation des prix, mais aussi l’utilisation de monnaie étrangère dans l’épargne comme dans les paiements23. À cet effet, Orléan (2007a) a mis en évidence trois phases dans la dynamique des crises monétaires. Les phénomènes d’indexation constituent la première phase des crises hyperinflationnistes. Il écrit :

Il y a crise monétaire dès lors que cette conflictualité s’exprime au grand jour et que l’unité de l’espace monétaire se trouve remise en cause [...] Son stade premier est le développement des pratiques d’indexation, à savoir le fait que différents acteurs économiques ne croient plus en l’unité de compte existante et utilisent divers supports pour rédiger leurs contrats. Le stade suivant de la crise est la fuite généralisée devant la monnaie en tant que moyen de réserve et la thésaurisation de nouveaux instruments. Le stade final est le refus pur et simple de la monnaie dans les transactions. (Orléan, 2007a, p. 9).

Comme on le remarque avec Orléan, il existe trois phases étroitement liées dans la dynamique des crises monétaires.

  • 24 Voir à ce sujet Drabo (2016) sur la « théorie positive » de Nogaro et d’Aftalion.

37Les phénomènes d’indexation, expression d’une détérioration de l’unité de compte, sont les facteurs permettant de saisir le déclenchement d’une crise monétaire. Dans cette phase, les agents économiques se réfèrent à une unité de compte extérieure et stable pour évaluer les grandeurs économiques. C’est ainsi que les producteurs indexent les prix sur le taux de change. Dans ce cas de figure, les prix suivent le taux de change. Si ce dernier se déprécie alors le taux d’inflation augmente. Ce point de vue est partagé par Salama & Valier (1990, p. 141) : « C’est la substitution de la fonction d’unité de compte qui alimente surtout le processus hyperinflationniste ». Cette idée est initiée par les auteurs comme Nogaro (1922)24, Aftalion (1927) ou encore Robinson (1938) dans leurs analyses des crises monétaires intervenues au lendemain de la Première Guerre mondiale.

38La deuxième phase d’une crise hyperinflationniste, selon Orléan, est caractérisée par la détérioration de la fonction de réserve de valeur. Dans cette phase, la monnaie nationale ne sert plus de réserve de valeur : les agents économiques recherchent d’autres monnaies plus stables pour la constitution de leur épargne. Enfin, la dernière phase des crises monétaires est caractérisée par le rejet de la monnaie en tant que moyen de paiement. Par conséquent, les crises monétaires traduisent une détérioration progressive des fonctions cardinales de la monnaie. Par ailleurs, Orléan (2007b) a fourni un indicateur permettant de saisir le rejet de la monnaie nationale. Il s’agit du rapport (M/P), qui évalue la masse monétaire réelle. Une baisse de cet indicateur traduit alors la perte de confiance dans la monnaie :

La variable M/P, en ce qu’elle évalue la quantité de monnaie réelle désirée par les acteurs économiques, est un bon indicateur pour appréhender, tout au long de la période, les progrès de la crise monétaire. On peut y avoir une mesure grossière du degré de confiance éprouvée par la population allemande pour sa monnaie nationale. (Orléan, 2007b, p. 195-196).

Ainsi, une baisse drastique de cet indicateur va de pair avec l’exacerbation de la crise monétaire. Cet indicateur est mobilisé par la suite de notre analyse.

2.2. Renforcement de l’inflation : 1997-2005

  • 25 Nos résultats vont dans le même sens que ceux de Kairiza (2009).

39Le choc de change enregistré en novembre 1997 a conduit à une forte hausse du taux d’inflation. La dépréciation du dollar zimbabwéen a provoqué un renchérissement des biens importés, ce qui fait que les producteurs zimbabwéens majorent leurs prix pour éviter une baisse de leurs profits. C’est ainsi que le taux d’inflation en rythme annuel est passé de 18,7 % en 1997 à 31,8 % en 1998 puis à 58,51 % en 1999 à la suite d’une dépréciation de change à hauteur de 71,74 % à la fin de l’année 1997. L’annonce du programme de réforme agraire tout en entraînant une dépréciation du change a donc conduit à une accélération des prix25 à la fin des années 1990.

40Rappelons que le début des années 2000 est marqué par une baisse drastique de la production agricole et industrielle : 24 % pour le secteur agricole et 9,9 % pour le secteur industriel en 2002. Par conséquent, le taux de croissance de l’économie zimbabwéenne est négatif entre 2000 et 2008 (Tableau 1). En octobre 2001, les autorités zimbabwéennes instaurent des contrôles des prix. Cette mesure n’a pas produit les résultats escomptés du fait de l’insuffisance des biens et services, ce qui a exacerbé la pression inflationniste : « While supermarket shelves were empty, a thriving black market developed where goods traded at much higher prices » (Koech, 2011, p. 6). Ajoutons à cela la dépréciation persistante du change. Sur le marché des changes parallèle, un dollar américain s’échangeait contre 6 100 dollars zimbabwéens à la fin de l’année 2003, alors que le taux de change officiel était de 75 en 2000. Cela a entraîné une nouvelle et importante hausse des coûts à l’importation :

De nombreuses entreprises (surtout parmi celles qui n’exportent pas) ont été contraintes de recourir au marché des changes parallèle (et d’acheter des dollars des États-Unis à plus de 700 dollars zimbabwéens l’unité à la mi-2002) afin d’importer des matières premières et des pièces détachées. Cette situation a conduit à une flambée des prix et partant, a exacerbé la spirale inflationniste. (AfDB/OECD, 2003, p. 388).

41Au début des années 2000, les biens offerts sont non seulement insuffisants, mais le sont aussi à des prix croissants. Lorsque la monnaie domestique se déprécie continuellement, les biens importés coûtent de plus en plus cher en dollars zimbabwéens.

42Les travaux économétriques de Mandizha (2014) montrent l’existence d’une causalité entre le taux de change et les prix. Entre 2001 et 2005, près de 80 % des variations des prix sont expliqués par celles du cours de change (Mandizha, 2014). La hausse des coûts d’importation constitue le canal par lequel une dépréciation du dollar zimbabwéen entraîne une hausse des prix domestiques. Nos résultats permettent de valider l’approche du pass-through et sont en phase avec les raisonnements menés notamment dans les modèles de Vera (2010), Lavoie (2014) puis Charles et Marie (2016), puisque la dépréciation du change est une variable explicative des prix. Il s’agit là de la première relation entre le change et les prix qui dépend de la propension d’une économie à importer les biens et services.

43Lorsque les tensions inflationnistes s’accroissent et perdurent, les agents réalisent que le dollar zimbabwéen n’est plus une bonne réserve de valeur ni un bon indicateur de mesures des grandeurs économiques. La monnaie domestique est remise en cause dans sa dimension de réserve de valeur et d’unité de compte. C’est ainsi qu’émerge une seconde relation entre le change et les prix qui nourrit la spirale inflationniste. Deux aspects sont à distinguer. Il y a d’une part les pratiques d’indexation et d’autre part la conversion des avoirs et des revenus en monnaie étrangère. Ces pratiques monétaires nourrissent la pression inflationniste, mais aussi la crise de change. D’un côté, les prix vont être indexés sur le cours de change. Le point 2.3 s’intéresse à cette question. De l’autre côté, la fuite devant le dollar zimbabwéen va se traduire par une transformation des avoirs et revenus en devise, ce qui va alimenter la crise de change. Cette question va être traitée dans le point 2.4.

2.3. Développement des phénomènes d’indexation autour de 2006

44L’étude de la corrélation entre les salaires, les prix et le taux de change parallèle ainsi que les travaux de Jefferis et al. (2013) puis de Ellyne & Daly (2016) permettent de révéler les pratiques d’indexation des acteurs économiques. Au début des années 2000, les Nations Unies fournissent leurs propres données sur l’évolution du taux de change au Zimbabwe (Ellyne & Daly, 2016, p. 259). Ces données ont permis aux Nations Unies d’indexer les salaires de leurs fonctionnaires présents au Zimbabwe sur le cours du change permettant aux fonctionnaires de l’ONU de maintenir leur pouvoir d’achat constant sur la base d’un revenu versé en monnaie étrangère. Autrement dit, leurs salaires en dollars zimbabwéens sont revalorisés sur la base de la variation du taux de change. Cette pratique semble avoir été suivie par les travailleurs locaux et les entreprises nationales.

45À partir de 2006, nous observons une forte corrélation entre les salaires et le taux de change, décalé d’une période. En effet, en 2006, les salaires et rémunérations en termes nominaux croissent en fonction du taux de dépréciation du change de 2005. En 2007, on observe le même phénomène, les salaires et rémunérations en termes nominaux croissent en fonction du taux de dépréciation de 2006. Lorsque le taux de change est multiplié par 2,36 en 2005, les salaires nominaux croissent et sont multipliés par 3,11 en 2006. De même, quand le taux de change est multiplié par 12,51 en 2006, les salaires nominaux sont multipliés par 13,71 en 2007 (Tableau 4 en annexe PDF/XLS). Ce lien entre salaires et taux de change n’est pas anodin. Il révèle l’indexation des salaires sur le cours du change passé. En effet, les travailleurs cherchent à préserver leurs revenus en monnaie étrangère. Désormais, ils comptent leurs revenus en dollars américains. Une dépréciation du change conduit les travailleurs à revendiquer des augmentations de salaire à hauteur de l’évolution du change entre le dollar zimbabwéen et la monnaie américaine.

46Les entreprises ne sont pas indifférentes face à la variation persistante du pouvoir d’achat de la monnaie nationale. En effet, le profit nominal des différents secteurs de l’économie augmente dans les mêmes proportions entre 2006 et 2007. Cela implique que ces différents secteurs ont un « dénominateur commun » : le taux de change parallèle. Lorsque le taux de change est multiplié par 2,36 en 2005, le volume de profit nominal des différents secteurs est multiplié par 3,09 en 2006. De même, lorsque le taux de change est multiplié par 12,51 en 2006, le volume de profit nominal des différents secteurs de l’économie est multiplié par 13,71 en 2007 (Tableau 4). Cette forte corrélation entre les profits et taux de change met en lumière l’indexation des profits nominaux sur le cours de change. Cela signifie que les entreprises évaluent dorénavant leurs profits en dollar américain, si bien que leurs profits suivent l’évolution du taux de change. En d’autres termes, elles comptent leurs profits en dollar américain.

  • 26 Notre analyse est en adéquation avec les observations faites par Jefferis et al. (2013, p. 4), qui (...)

47À partir donc cette analyse de la corrélation entre les profits, les salaires des différents secteurs de l’économie et le taux de change, nous avons pu montrer que la stratégie adoptée par l’ONU pour protéger le revenu réel de ses fonctionnaires était répandue. L’évolution des salaires et des profits par rapport au taux de change nous a permis d’attester la présence des phénomènes d’indexation dans l’économie zimbabwéenne26.

  • 27 Pour une étude récente sur le rôle des indexations dans la trajectoire des hyperinflations, voir pa (...)

48Ces pratiques d’indexation destinées à préserver les profits des entreprises en dollar américain ne sont pas sans conséquence sur le niveau des prix intérieurs27. L’indexation met en lumière le rejet du dollar zimbabwéen dans sa fonction d’unité de compte. Du fait de son instabilité persistante, le dollar zimbabwéen est abandonné au profit du dollar américain. Ce dernier sert désormais à exprimer les grandeurs économiques. Les agents économiques cherchent à convertir leurs revenus et avoirs en dollar américain, ce qui exerce des pressions sur le marché des changes, d’où la hausse fulgurante du cours du change. Et comme les prix intérieurs suivent l’évolution du change, on assiste à une exacerbation des tensions inflationnistes. Dans notre cas, le taux de change enregistre une forte progression. Le dollar américain s’est apprécié de 1 351 % en 2006 et de 161 225 % en 2007 (Tableau 4), d’où une hausse du taux d’inflation annuel de 1 016,7 % et de 6 723,7 % respectivement en 2006 et en 2007 (RBZ, 2008). Nous retrouvons ici la seconde relation entre le taux de change et les prix, observée dans un contexte d’instabilité de l’unité de compte domestique. Elle se manifeste à travers l’indexation de l’ensemble des prix sur le cours du change. Cette pratique monétaire tend à alimenter les tensions inflationnistes. L’action du change dans la seconde phase est prépondérante par rapport à la première.

49Nos résultats s’articulent avec l’approche institutionnaliste de la monnaie puisque selon celle-ci, les pratiques d’indexation permettent de saisir le déclenchement des crises monétaires. L’hyperinflation zimbabwéenne partage certaines caractéristiques des hyperinflations de l’entre-deux-guerres comme plus récentes. Par exemple, pendant l’hyperinflation allemande, le dollar américain a été utilisé comme unité de compte par les agents économiques (Orléan, 2007b). Il en est de même pour les hyperinflations de l’Amérique Latine où le dollar américain a servi d’unité de compte dans les transactions intérieures (Salama & Valier, 1990). Cela a été aussi le cas pendant l’hyperinflation bulgare de 1997 avec l’existence des pratiques d’indexation du leva sur le cours du deutsche mark (Charles & Marie, 2017).

2.4. Rejet total de la monnaie domestique en 2008

50Mobilisant le rapport M/P, le graphique 3 nous donne un aperçu de la confiance des Zimbabwéens dans leur monnaie. La nomination d’un nouveau gouverneur à la tête de la Banque Centrale le 1er décembre 2003 permet de la restaurer quelque peu. La masse monétaire réelle augmente entre janvier 2004 et mai 2005, puis baisse à partir de juin 2005, signe d’une perte de confiance dans la monnaie domestique, simultanée à l’exacerbation des tensions inflationnistes, politiques et sociales.

51Cette perte de confiance dans le dollar zimbabwéen alimente la fuite devant la monnaie nationale. Comme les dépôts ne sont pas protégés contre l’inflation, les monnaies étrangères deviennent des refuges pour les agents économiques. Les dépôts bancaires dans la masse monétaire connaissent une baisse importante, ils passent de 86,82 % de la masse monétaire en janvier 2002 à 66,86 % en janvier 2006 (graphique 3), fragilisant le système bancaire. Dès lors, le marché des changes fait face à une demande croissante de devises entraînant ainsi une dépréciation continue du taux de change. C’est dans ce contexte d’instabilité du pouvoir d’achat du dollar zimbabwéen et de fuite devant la monnaie nationale que les autorités monétaires décident de mettre en place une réforme monétaire. Celle-ci entre en vigueur le 1er août 2006.

Graphique 3. L’évolution du rapport des dépôts bancaires par rapport à la masse monétaire totale

Graphique 3. L’évolution du rapport des dépôts bancaires par rapport à la masse monétaire totale
  • 28 Il s’agit des dépôts bancaires effectués en monnaie nationale. La masse monétaire est composée de l (...)

Source : graphique construit par l’auteur28 à partir des données de Ellyne et Daly (2016)

52Cette réforme consiste en l’l’introduction d’une nouvelle unité de paiement. Il fallait 1 000 anciens dollars zimbabwéens pour un nouveau dollar zimbabwéen (Koech, 2011 ; Kairiza, 2009). L’objectif est de stabiliser le change à travers une restauration de la fonction de réserve de valeur :

All those that are holding on to cash for speculative purposes will, without doubt, be expected to bring it back and declare it into the formal banking system. This would lead to a crush in speculative markets, both in foreign exchange and property markets [...]. The removal of three zeros would effectively have a positive psychological effect on people’s reference points when comparing the relative strength of the local currency against regional and international prices, as well as prices for goods and services. (RBZ, 2006, p. 12).

53Cette réforme constitue, selon les autorités monétaires, une phase transitoire vers l’introduction d’une nouvelle monnaie. Pour cela, il fallait d’abord stabiliser le taux de change par un choc psychologique. Quelques mois après la réforme, la masse monétaire réelle augmente, mais temporairement. À partir de novembre 2007, la masse monétaire réelle amorce une nouvelle tendance baissière.

54En avril 2008, le pouvoir d’achat du dollar zimbabwéen est quasiment nul ; plus personne ne veut détenir la monnaie domestique. Chaque agent économique cherche à se débarrasser du dollar zimbabwéen. Les dépôts en monnaie nationale dans la masse monétaire baissent considérablement, ils passent de 68,26 % de la masse monétaire en janvier 2008 à 23,2 % en mai 2008 (graphique 3), fragilisant ainsi le système bancaire. Il s’en suit une intensification de la fuite devant le dollar zimbabwéen, si bien que la part du dollar américain dans l’épargne des agents économiques s’accroît considérablement :

Since October-November 2008, the local currency has virtually disappeared from circulation and dollarization has gained momentum. The banking system shrank, as reflected in deposits that declined from almost US$1 billion at end-2005 to about US$300 million (of which local currency-denominated deposits amounted to an equivalent of US$6 million) at end-2008. (IMF, 2009a, p. 2).

55La disparition du dollar zimbabwéen en avril 2008 est précédée d’un évènement politique majeur. Il s’agit des élections présidentielles, législatives et sénatoriales de mars 2008, qui marque la perte de légitimité du gouvernement en place. En effet, le pouvoir en place perd pour la première fois depuis l’indépendance la majorité au parlement, et l’opposition est en tête du premier tour des élections présidentielles (Kairiza, 2009). Les résultats des élections confirment bien la perte de légitimité des autorités politiques. Le rejet complet du dollar zimbabwéen en 2008 est synonyme d’hyperinflation : le dollar américain est parvenu à se substituer progressivement à la monnaie zimbabwéenne dans ses fonctions de compte, de réserve de valeur et de paiement.

56Les rapports entre les acteurs économiques et les autorités zimbabwéennes se sont détériorés tout le long de cette crise. Les résultats des élections présidentielles et la baisse drastique de la masse monétaire réelle sont les preuves d’une défiance vis-à-vis des autorités politiques comme du dollar zimbabwéen. Aucun compromis social ni politique n’émerge alors entre les différents acteurs. L’hyperinflation signe la perte de souveraineté monétaire.

57La disparition de la monnaie domestique au profit du dollar américain confirme les trois phases d’une crise monétaire définies par Orléan (2007a). L’utilisation du dollar comme monnaie de refuge a permis aux agents économiques de sécuriser leur épargne face à la hausse persistante des prix. Ces pratiques monétaires ont nourri les tensions inflationnistes, mais aussi la dépréciation du dollar zimbabwéen. C’est la fonction de paiement, qui, par la suite, est remise en cause. La dollarisation devient alors intégrale. Si la dollarisation est officialisée et institutionnalisée en 2009, il n’en demeure pas moins que celle-ci est d’abord le fait des agents économiques. Dans le cas du Zimbabwe, la masse monétaire réelle est proche de zéro à partir d’avril 2008, ce qui traduit la forte défiance des agents économiques à l’égard du dollar zimbabwéen. Cette caractéristique de l’hyperinflation zimbabwéenne, matérialisée par une baisse drastique de la masse monétaire réelle, est présente aussi dans les cas allemands de 1923 (Orléan, 2007b) ou Bulgare de 1997 (Charles & Marie, 2017).

Graphique 4. L’évolution de la masse monétaire réelle (M/P) au Zimbabwe entre 2002 et 2008

Graphique 4. L’évolution de la masse monétaire réelle (M/P) au Zimbabwe entre 2002 et 2008

Vous pouvez consulter ce graphique en annexe au format PDF

Source : graphique construit par l’auteur à partir des données de Ellyne et Daly (2016)

2.5. De l’hyperinflation à la déflation

  • 29 Pour plus d’explication, voir Nyarota et al. (2016) qui cherchent à expliquer les causes de cette d (...)

58En janvier 2009 les autorités zimbabwéennes officialisent la dollarisation (Kairiza, 2009). C’est la fin de près d’une décennie d’instabilité monétaire. Avec la dollarisation du pays, le risque de change disparaît, bien que le taux de change réel continue à varier du fait du différentiel d’inflation. Ce changement de régime n’est pas sans conséquence. Entre 2009 et 2012, le Zimbabwe enregistre un taux de croissance à deux chiffres. La hausse du PIB s’explique par une forte progression du niveau des investissements. La part de la formation brute du capital dans le PIB passe de 5,12 % en 2008 (Tableau 1) à 14,29 % en 2009 puis à 22,27 % en 2010 (Tableau 5 en annexe PDF/XLS). Par contre, le rythme de croissance du PIB baisse à partir de 2013 et ce jusqu’en 2016. Le taux de croissance qui s’élève à 14,77 % en 2012 baisse à 5,52 % en 2013 %, puis à 0,63 % en 2016 (Tableau 5). Entre 2014 et 2016, le Zimbabwe entre dans une période de déflation (Tableau 5)29.

  • 30 Pour une littérature détaillée sur le régime de dollarisation, voir Ponsot (2002).

59Toutefois, le niveau de la production intérieure reste inférieur aux dépenses de consommation. Par exemple en 2009, les dépenses de consommation finale sont estimées à 111,29 % du PIB. C’est le même constat entre 2010 et 2016 où les dépenses de consommation sont supérieures à la capacité de production. Cela explique pourquoi, le solde commercial se dégrade pendant cette période : plus de 20 % entre 2009 et 2012. La réduction du rythme de croissance du PIB et la baisse du taux d’inflation mettent en évidence les conséquences néfastes de la dollarisation. Le passage à un tel régime fait que les politiques conjoncturelles (politiques budgétaire comme monétaire) ne sont plus autonomes30. L’insuffisance des crédits bancaires octroyés permet d’expliquer la faiblesse des investissements et de la production.

Conclusion

60La rupture du compromis politique et social à la fin des années 1990 a débouché sur une réforme agraire engendrant une désorganisation de la production et un effondrement de l’ordre monétaire. Cet échec de la réforme a eu des impacts sur la production nationale et sur le taux de change. En effet, dès l’annonce du programme de réforme agraire en novembre 1997, les tensions politiques et sociales se déclenchent. Celles-ci ont fragilisé la légitimité des autorités politiques, ce qui a détérioré la confiance dans la monnaie domestique entraînant ainsi une fuite de capitaux et une hausse du cours du change. Simultanément, l’érosion du pouvoir d’achat a progressivement conduit les agents à rechercher une conversion de leurs revenus en devise, ce qui a renforcé la dépréciation du change. D’autres facteurs relatifs aux réductions des entrées de devise (baisse des exportations, raréfaction des investissements étrangers ou de l’aide au développement) ont contribué à l’instabilité du change. L’effet de la réforme agraire sur la production nationale a néanmoins été décisif, vu l’importance de l’agriculture dans l’économie zimbabwéenne. L’expropriation des terres a engendré une désorganisation de la production du fait de l’insuffisance des ressources financières nécessaires au financement de la production agricole.

61Finalement, l’insuffisance de la production et la dépréciation du change ont été les facteurs déclencheurs des tensions inflationnistes enregistrées au Zimbabwe à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Le dollar américain a progressivement été utilisé comme réserve de valeur et unité de compte : les agents économiques ne comptaient plus en monnaie nationale, mais en monnaie étrangère. De même, ils évaluaient leurs profits et leurs revenus en monnaie étrangère jusqu’à épargner en dollar américain. L’officialisation du dollar américain comme monnaie domestique officielle marque l’effondrement total du dollar zimbabwéen. Près de trois décennies après sa création, le dollar zimbabwéen a fini par céder au profit du dollar américain. L’étude de l’hyperinflation zimbabwéenne a permis de mettre en relief la dimension qualitative des crises monétaires, et ce, à travers les pratiques monétaires des acteurs économiques.

Haut de page

Bibliographie

Abel S. & E. Mudzonga (2016), « The performance of the tourism sector in Zimbabwe during the 2000-08 economic crisis », in Kararach George and Raphael O. Otieno (eds), Economic Management in a Hyperinflationary Environment: The Political Economy of Zimbabwe, 1980-2008, Oxford, Oxford University Press, p. 85-105.

AfDB/OECD. (2002), Perspectives économiques en Afrique 2002, Paris, OECD Publishing.

AfDB/OECD. (2003), Perspectives économiques en Afrique 2003, Paris, OECD Publishing.

AfDB/OECD. (2004), Perspectives économiques en Afrique 2004, Paris, OECD Publishing.

Aftalion A. (1927), Monnaie, prix et change. Expérience récentes et théories, Paris, Sirey.

Aglietta M. (2002), « Les trajectoires de la monnaie », in L’avenir de l’argent, OCDE, Paris, p. 35-80.

Aglietta M., Ould Ahmed P. & J.-F. Ponsot (2016), La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. & A. Orléan (1982), La violence de la monnaie, Paris, Puf, coll. « économie en liberté ».

Aglietta M. & A. Orléan (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. & Orléan A. (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Andrew N. & W. Sadomba (2006), « Zimbabwe : la “soif de terres” aux origines du mouvement des anciens combattants », Critique internationale, vol. 2, no 3, p. 125-144.

Banque Mondiale. (2016), Indicateurs de développement dans le monde  https://data.worldbank.org/country/zimbabwe

Banque Mondiale. (2018), Indicateurs de développement dans le monde ; https://data.worldbank.org/country/zimbabwe

Blanc J. (1998), Les monnaies parallèles. Approches historiques et théoriques, PhD thesis, Université Lumière Lyon 2.

Boyer R. (2004), Théorie de la régulation. 1 : Les fondamentaux, Paris, La Découverte.

Charles S. & J. Marie (2016), « Hyperinflation in a small open economy with a fixed exchange rate: A post keynesian view », Journal of Post Keynesian Economics, vol. 39, no 3, November, p. 361-386.

Charles S. & J. Marie (2017), « Bulgaria’s hyperinflation in 1997: transition, banking fragility and foreign exchange », Post-Communist Economies, vol. 29, no 3, p. 313-335.

Chilunjika A & D. E. Uwizeyimana (2015), « Shifts in the Zimbabwean land reform discourse from 1980 to the present », African Journal of Public Affairs, vol. 8, no 3, p. 130-144.

Chinn M. & H. Ito (2008), « A new measure of financial openness », Journal of Comparative Policy Analysis, vol. 10, no 3, September, p. 309-322.

Chinn M. & H. Ito (2014), Chinn-ito index ; http://web.pdx.edu/~ito/Chinn-Ito_website.htm

Chitiyo T. K. (2000), « Land violence and compensation reconceptualising zimbabwe’s land and war veterans’ debate », African Journal Archive, vol. 9, May, no 1, p. 1-36.

Coomer J. (2010), Zimbabwe’s economic crisis & hyperinflation 1997-2009, Master’s thesis, University of Cape Town, Masters in Financial Management.

Coomer J. & T. Gstraunthaler (2011), « The hyperinflation in Zimbabwe », The Quarterly Journal of Austrian Economics, vol. 14, no 3, p. 311-346.

De Villiers B. (2003), Land reform: issues and challenges: a comparative overview of experiences in Zimbabwe, Namibia, South Africa and Australia, Johannesburg, Konrad Adenauer Publications.

Drabo D. (2016), « Les théories positives de la monnaie d’Aftalion et de Nogaro : quelques fondements de l’institutionnalisme monétaire », Colloque international : Institutionnalismes monétaires francophones : bilan, perspectives et regards internationaux, 1-3 juin, Lyon.

Ellyne M. & M. Daly (2016), « Zimbabwe Monetary Policy 1998-2012: From Hyperinflation to Dollarization », in Kararach George and Raphael O. Otieno (eds), Economic Management in a Hyperinflationary Environment: The Political Economy of Zimbabwe, 1980-2008, Oxford, Oxford University Press, p. 249-289.

Hanke S. (2008), « Zimbabwe: From Hyperinflation to Growth », Cato Journal, no 6, June, p. 1-36.

Hanke S. & Krus N. (2012), « World hyperinflations », Cato Working Paper, vol. 29, no 8, August, p. 1-18.

Hanke S. & A. Kwok (2009), « On the measurement of zimbabwe’s hyperinflation », Cato

Journal, vol. 29, no 2, p. 353-364.

Hove M. (2012), « The debates and impact of sanctions: The Zimbabwean experience », International Journal of Business and Social Science, vol. 3, no 5, p. 72-84.

Ilzetzki E., Reinhart C & K. Rogoff (2017), « The country chronologies and background material to exchange rate arrangements into the 21st century: Will the anchor currency hold? », NBER working paper series, no 23135, p. 1-134.

IMF. (2000), Zimbabwe: Staff Report for the 2000 Article IV Consultation, Washington, D.C., International Monetary Fund.

IMF. (2005), Zimbabwe: IMF Country Report n°. 05/359, Washington DC, International Monetary Fund.

IMF. (2009a), Public Information Notice, no. 09/53, International Monetary Fund.

IMF. (2009b), Zimbabwe: Staff Report for the 2009 Article IV Consultation, Washington, D.C., International Monetary Fund.

Jefferis K., Chigumira G. & E. Chipumho (2013), « A review of Zimbabwe’s optimum future currency regime », Zimbabwe Economic Policy Analysis and Research Unit, p. 2-40

Kairiza T. (2009), « Unbundling Zimbabwe’s journey to hyperinflation and official dollarization », National Graduate Inst. for Policy Studies, Policy Information Center, Discussion Paper, p. 1-19.

Koech J. (2011), « Hyperinflation in Zimbabwe. Annual Report », Globalization And, Monetary Policy Institute, Federal Reserve Bank of Dallas, p. 2-12.

Lavoie M. (2014), Post-Keynesian Economics, Cheltenham, UK, Edward Elgar.

Lee M. (2003), « The western response to the crisis in Zimbabwe », Centre for Development and the Environment, working paper, no 3, University of Oslo.

Maclean S. J. (2002), « Mugabe at war: The political economy of conflict in Zimbabwe », Third World Quarterly, vol. 23, no 3, p. 513-528.

Makochekanwa A. (2007a), « A dynamic enquiry into the causes of hyperinflation in Zimbabwe », Working Paper, University of Pretoria, p. 1-30.

Makochekanwa A. (2007b), « Zimbabwe’s black market for foreign exchange », Working Paper, p. 1-39.

Makochekanwa A. (2011), « Clothed in rags by hyperinflation: the case of Zimbabwe », Munich Personal RePEc Archive, no 28863, p. 1-20.

Mandizha B. (2014), « Inflation and exchange rate depreciation: A granger causality test at the naissance of zimbabwe’s infamous hyperinflation (2001-2005) », Economics and Finance Review, vol. 3, no 09, July, p. 22-42.

Marie J. (2014), « Hyperinflation argentine de 1989 : une interprétation post-keynésienne », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 29 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10794 DOI : 10.4000/regulation.10794

Moyo S. (2000), « The political economy of land acquisition and redistribution in Zimbabwe, 1990-1999 », Journal of Southern African Studies, vol. 26, no 1, p. 5-28.

Mundell R. A. (1963), « Capital mobility and stabilization policy under fixed and flexible exchange rates », The Canadian Journal of Economics and Political Science/Revue canadienne d’Economique et de Science politique, vol. 29, no 4, p. 475-485.

Nogaro B. (1922), Réparations, Dettes Interalliées, Restauration Monétaire, Paris, Puf.

Noko J. (2011), « Dollarization: the case of Zimbabwe », Cato Journal, vol. 31, no 2, June, p. 339-365.

Nyarota S., Kavila W., Mupunga N. & T. Ngundu (2016), « An empirical examination of the dynamics of negative inflation in Zimbabwe », Reserve Bank of Zimbabwe, working paper series, no 1, p. 2-29.

Orléan A. (2007a), « Approche institutionnaliste de la monnaie : une introduction », Paris School of Economics/Paris-Jourdan Sciences Économiques, p. 1-13.

Orléan A. (2007b), « Crise de souveraineté et crise monétaire : l’hyperinflation allemande des années 1920 », in Théret Bruno (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 2, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 185-219.

Ould-Ahmed P. (2015), « La monnaie, vecteur de lien et de contestation sociale », Alternatives Économiques, Hors-série, La monnaie et ses mystères.

Ould-Ahmed P. & J.-F. Ponsot (2015), « Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie », Revue de la régulation, 18|2e semestre ; https://journals.openedition.org/regulation/11370

Ponsot J.-F. (2002), Le Currency Board ou la négation de la Banque Centrale, Thèse de doctorat, Université de Bourgogne.

RBZ (2005), Annual report, appendix-statistical tables, Reserve Bank of Zimbabwe.

RBZ (2006), Currency reforms supplement, 1st half, Reserve Bank of Zimbabwe, Harare.

RBZ (2007), Annual report, appendix-statistical tables, Reserve Bank of Zimbabwe, Harare.

RBZ (2008), Annual report, appendix-statistical tables, Reserve Bank of Zimbabwe, Harare.

Robinson J. (1938), « The Economics of Hyper-Inflation », in Collected Economic Papers, vol. 1, Oxford, Blackwell, 1966.

Sabiston D. (2001), « Le pass-through du taux de change : un survol de la littérature », L’Actualité économique, vol. 77, no 3, septembre, p. 425-454.

Salama P. & J. Valier (1990), L’économie gangrenée, Paris, Editions La Découverte.

Sgard J. (2007), « Hyperinflation et reconstruction de la monnaie nationale : une comparaison de l’Argentine et du Brésil (1990-2002) », in Théret Bruno (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 461-487

Shayanewako B, Chuzu E & A. T. Ntuli (2016), « The impact of hyperinflation on the agriculture sector: lessons from Zimbabwe, 1998-2008 », in Kararach George and Raphael O. Otieno (eds), Economic Management in a Hyperinflationary Environment: The Political Economy of Zimbabwe, 1980-2008, Oxford. Oxford University Press, p. 125-136.

Théret B. (2007a), La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 2, Paris, Éditions de l’EHESS.

Théret B. (2007b), La monnaie dévoilée par ses crises, vol .1, Paris, Éditions de l’EHESS.

Vera L. (2010), « Conflict inflation: an open economy approach », Journal of Economic Studies, vol. 37, no 6, p. 597-615.

Haut de page

Notes

1 La dollarisation a été officialisée par les autorités zimbabwéennes en janvier 2009 (Kairiza, 2009) lorsque les autorités ont donné un statut légal à plusieurs monnaies dont le rand sud-africain, le dollar américain, l’euro. Parmi ces devises, les autorités ont fait du rand sud-africain la principale devise, mais les agents économiques ont préféré utiliser le dollar américain comme principale unité monétaire dans les transactions : « Five foreign currencies were granted official status: the United States dollar, the South African Rand, the Botswana Pula, the British Pound and the Euro. The Rand was initially adopted as the reference currency, however the US dollar has gained prominence and is now being used as the principal currency. Stock exchange trading takes place in US dollars, the payments systems, the banking system and the Reserve Bank of Zimbabwe (RBZ) also maintain accounting in US dollars. The Rand is still prevalent in the South of the country, and it also circulates in the rest of the country, in particular coins. » (Jefferis et al., 2013, p. 2). Cela montre que le dollar américain est largement plus utilisé que le rand sud-africain dans les transactions intérieures.

2 L’hyperinflation débute, selon Hanke & Krus (2012), en mars 2007 pour finir en novembre 2008.

3 Le taux d’inflation a été calculé à partir de l’indice des prix à la consommation. Entre 1990 et 2007, le taux d’inflation est exprimé en termes annuels. Le taux d’inflation observé en 2008 (exprimé en termes mensuels) est celui de novembre de l’année 2008. Il est de 7,96.1010 %.

4 Calculé à partir des données de Banque Mondiale (2016).

5 En 1992, la population zimbabwéenne est estimée selon les données de la Banque Mondiale (2016) à près de 11 millions d’habitants.

6 Le taux de croissance moyen a été calculé à partir des données issues de la Banque Mondiale (2016).

7 Ce parti a été fondé en 1999 à la suite de l’annonce du programme de réforme agraire.

8 Selon Boyer (2004, p. 54), le régime d’accumulation est défini comme : « L’ensemble d’accumulation des régularités assurant une progression générale et relativement cohérente de l’accumulation du capital, c’est-à-dire permettant de résorber ou d’étaler dans le temps les distorsions et déséquilibre qui naissent en permanence du processus lui-même. »

9 Le mode de régulation définit comme « Tout ensemble de procédures et de comportements, individuels et collectifs, qui a la propriété :

- de reproduire les rapports sociaux fondamentaux à travers la conjonction de formes institutionnelles historiquement déterminées ;

- de soutenir et de « piloter » le régime d’accumulation en vigueur ;

- d’assurer la comptabilité dynamique d’un ensemble de décisions décentralisées, sans que soit nécessaire l’intériorisation par les acteurs économiques des principes de l’ajustement de l’ensemble du système. » (Boyer,

2004, p. 54)

10 Ces chiffres ont été calculés à partir des données de la Banque Mondiale (2016).

11 Le secteur du tourisme a été moins affecté pendant la crise. Paradoxalement, entre 1998 et 2003, puis entre 2006 et 2008, le Zimbabwe a reçu autour de 2 millions de touristes par an, un record depuis l’indépendance du pays en 1980 (Abel & Mudzonga, 2016, p. 89).

12 Il s’agit des élections présidentielles de 2002.

13 Cet indice a été utilisé par Ellyne & Daly (2016) pour évaluer le degré d’ouverture du compte des transactions financières au Zimbabwe. L’indice Chinn-Ito a été développé par Chinn & Ito (2008), il permet de saisir le degré d’ouverture financière d’un pays. Lorsque cet indice est égal à un, cela signifie qu’il y a parfaite mobilité de capitaux et que le compte des transactions financières est ouvert. S’il est égal à zéro, alors il y a faible mobilité de capitaux et fermeture du compte des transactions financières.

14 La fermeture des bureaux de change débute en novembre 2000 et va se poursuivre jusqu’en 2002.

15 Le contrôle de change a été abandonné en 2009 avec l’adoption de la dollarisation. Le compte des transactions financières est de nouveau ouvert, mais avec une faible mobilité des capitaux (graphique 2). En effet, entre 2009 et 2012 l’indice de Chinn-Ito est de 0,42, ce qui est inférieur à la valeur extrême qui est égale 1 (parfaite mobilité des capitaux).

16 Les marchés parallèles des changes sont les marchés déconnectés du marché des changes officiels. Ces marchés émergent du fait de l’incapacité des autorités monétaires à répondre à la demande des devises des agents économiques.

17 Le graphique a été construit à partir des données issues de la base de données en ligne de Chinn & Ito (2014). Entre 1993 et 2003, cet indice est de 0,17, cela signifie que le compte des transactions financières est ouvert mais il y a une faible mobilité de capitaux. Avec la dollarisation du Zimbabwe en 2009, l’indice Chinn-Ito passe de 0 à 0,42, ce qui signifie que le compte des transactions financières est à nouveau ouvert et que le degré de mobilité des capitaux augmente.

18 Dans ce modèle, les prix dépendent positivement du mark-up et du coût unitaire du travail, et négativement des gains de productivité.

19 Pour une étude sur l’instabilité des prix relatifs, voir Salama & Valier (1990). Ils montrent que l’instabilité des prix relatifs a entraîné une exacerbation de la spirale inflationniste en Amérique Latine dans les années 1980.

20 Voir aussi Aglietta et al. (2016), Théret (2007a, b), Aglietta (2002), Aglietta & Orléan (1998), Aglietta & Orléan (2002) ou Aglietta & Orléan (1982). Dans leurs études des crises monétaires, ces auteurs insistent sur l’importance des pratiques monétaires dans la trajectoire des crises hyperinflationnistes.

21 Blanc (1998, p. 59) par exemple met en lumière différents contextes historiques qui poussent les agents économiques à utiliser les monnaies parallèles.

22 Voir à ce sujet Ould Ahmed (2015), Ould Ahmed & Ponsot (2015) ou Orléan (2015). Ces auteurs insistent sur le caractère social mais aussi politique de la monnaie.

23 Sgard (2007) parle de « désintégration monétaire ».

24 Voir à ce sujet Drabo (2016) sur la « théorie positive » de Nogaro et d’Aftalion.

25 Nos résultats vont dans le même sens que ceux de Kairiza (2009).

26 Notre analyse est en adéquation avec les observations faites par Jefferis et al. (2013, p. 4), qui signale l’existence des pratiques d’indexation entre 2006 et 2008.

27 Pour une étude récente sur le rôle des indexations dans la trajectoire des hyperinflations, voir par exemple Marie (2014) ou Charles & Marie (2017).

28 Il s’agit des dépôts bancaires effectués en monnaie nationale. La masse monétaire est composée de l’ensemble des dépôts bancaires plus la monnaie en circulation.

29 Pour plus d’explication, voir Nyarota et al. (2016) qui cherchent à expliquer les causes de cette déflation.

30 Pour une littérature détaillée sur le régime de dollarisation, voir Ponsot (2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. La séquence de l’hyperinflation zimbabwéenne de 2008
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 1. Taux de croissance annuels du PIB et de l’inflation
Légende Vous pouvez consulter ce graphique en annexe au format PDF
Crédits Source : graphique construit par l’auteur à partir de Banque Mondiale (2016), indicateurs de développement dans le monde ; et de Hanke & Kwok (2009)3
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 2. L’évolution de l’indice Chinn-Ito de 1984 à 2012
Crédits Source : graphique construit par l’auteur17à partir de Chinn & Ito (2014)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13846/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 3. L’évolution du rapport des dépôts bancaires par rapport à la masse monétaire totale
Crédits Source : graphique construit par l’auteur28 à partir des données de Ellyne et Daly (2016)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13846/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique 4. L’évolution de la masse monétaire réelle (M/P) au Zimbabwe entre 2002 et 2008
Légende Vous pouvez consulter ce graphique en annexe au format PDF
Crédits Source : graphique construit par l’auteur à partir des données de Ellyne et Daly (2016)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13846/img-5.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daouda Drabo, « De la réforme agraire à l’hyperinflation : l’expérience zimbabwéenne (1997-2008) », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13846 ; DOI : 10.4000/regulation.13846

Haut de page

Auteur

Daouda Drabo

Doctorant, Université Bourgogne-Franche-Comté, Laboratoire d’Économie de Dijon (LEDi), (EA 7467) ; daouda.drabo@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page