Navigation – Plan du site
Opinions-débats
Opinions-débats « capitalismes dépendants »

Malaysia Baru : réaménager la nouvelle dépendance du capitalisme malaisien à la Chine

Une chronique des premières réformes économiques post-mai 2018
Malaysia Baru: Converting the new Malaysian capitalism’s dependency on China. A Chronicle of the first post-GE 2018 economic reforms
Elsa Lafaye de Micheaux

Résumés

À la suite des élections du 9 mai 2018, la Fédération de Malaisie est entrée dans une nouvelle ère, dite Malaysia Baru. Inattendu et historique, ce renversement guidé par le très vieux leader Mahathir Mohamad ouvre la voie à une reprise en main de la souveraineté du pays, face à la Chine. Sous le précédent Premier ministre Najib Razak, la Chine, nouveau centre de gravité de l’Asie orientale s’était rapprochée de la Malaisie sur tous les plans au risque d’une dépendance accrue, accompagnée de corruption et d’un fort endettement public, sans pour autant en altérer les cohérences institutionnelles. Nous proposons, dans ce texte basé sur une enquête de terrain auprès des principales administrations économiques, une chronique des premières réformes en mettant l’accent sur les mesures prises vis-à-vis de la Chine. Il apparaît que la coopération entre les deux pays se reconfigure rapidement, mais non dans le sens d’une rupture : la relation s’approfondit dans le cadre d’une dépendance aménagée et consentie à la Chine, tandis que c’est le régime d’accumulation malaisien, dominé par l’État et l’insertion internationale, issu de la Nouvelle politique économique de 1971, qui pourrait s’en trouver transformé en direction d’une répartition des revenus moins défavorable au travail.

Haut de page

Texte intégral

9 mai 2018, un coup de théâtre démocratique remet en cause l’étroite relation Malaisie-Chine

  • 1 1 Malaysia Development Berhad (1MDB) est un fonds public d’investissement créé par Najib Razak en 2 (...)

1Le 9 mai 2018, les élections générales malaisiennes conduisent au renversement du Premier ministre Najib Razak, certes impliqué dans un scandale de corruption pharaonique, mais donné gagnant par tous les analystes et commentateurs, locaux comme étrangers. En effet, et malgré une compétition politique réelle et permanente, ces élections nationales majeures se sont toujours soldées par une victoire de la coalition conservatrice, Alliance puis Barisan Nasional, dominée par le parti malais UMNO (United Malays National Organization). Cette capacité à remporter la victoire s’était nourrie, au cours des dernières années, d’un durcissement des conditions de l’état de droit, et d’une répression croissante, en particulier depuis 2014-2015, des différentes formes de la critique politique. Or, en mai 2018 et pour la première fois depuis l’indépendance du pays en 1957, l’alternance politique est advenue. Le nouveau Premier ministre issu de la coalition d’opposition Pakatan Harapan, qui veut dire espoir, n’est autre que Mahathir Mohamad, ex-Premier ministre ayant régné sans partage de 1981 à 2003. Sous son règne, la Malaisie accélérait son industrialisation et sa croissance économique, entrait dans le Miracle asiatique, s’imposait à l’échelle régionale et en défendait les valeurs culturelles. Le pays subissait et résistait à la crise financière de 1997, puis accédait à la catégorie de pays émergent, tout en visant le statut de pays pleinement développé à l’horizon 2020. À 92 ans, Mahathir Mohamad revenu de tout et notamment, semble-t-il, de ses dispositions autoritaires, bénéficie d’un soutien et d’une affection populaire inédits. À l’admiration dont sa force politique et sa clairvoyance ont toujours fait l’objet, y compris de la part de ses détracteurs, s’est ajoutée en 2018 une confiance exceptionnelle. Il a su en tirer profit pour construire et emporter une victoire inattendue, devenant à la fois l’homme providentiel… et le maillon le plus fragile (du fait de son grand âge) de la jeune démocratie malaisienne. Dans le programme du nouveau gouvernement, le retour de l’état de droit, la restauration de la dignité et d’une certaine fierté nationale après la honte liée au scandale 1MDB1, vont de pair avec la reprise en main de la défense de la souveraineté malaisienne et ce, très explicitement, vis-à-vis de la Chine.

2Sortant du post-colonialisme, la Malaisie entre ainsi dans un nouvel âge que d’aucuns ont appelé l’ère de « son indépendance en substance », après « l’indépendance nominale » négociée avec les Britanniques en 1957 : les Malaisiens la baptisent Malaysia Baru (ou Baharu), c’est-à-dire « Nouvelle Malaisie ». Dès lors, et de manière extrêmement significative, le nouveau gouvernement s’est employé à desserrer la relation, et donc la pression et la dépendance objective établie en quelques années par Najib Razak à l’égard de la République populaire de Chine, devenue entre-temps l’incontournable premier partenaire commercial (16 % du commerce bilatéral) comme en termes de projets d’investissements (25 % des projets sur 2016-2018). Très sensible à l’échelle de l’Asie du Sud-Est, la montée en puissance de la Chine se décline dans ses relations avec la Malaisie selon des modalités asymétriques, structurées selon différentes dimensions. Leur rapprochement se caractérise par son accélération portée par une valorisation politique claire à partir de 2013.

Carte 1 : La Fédération de Malaisie dans son environnement régional

Carte 1 : La Fédération de Malaisie dans son environnement régional
  • 2 Le Parti communiste chinois est lié depuis 2010 par un accord (MoU) à l’UMNO. Un partenariat straté (...)
  • 3 En effet Anwar Ibrahim, ancien vice-Premier ministre de Mahathir Mohamad jusqu’à son renvoi et empr (...)

3Nous avions, dès 2013, commencés à étudier les contours nouveaux de cette étroite relation, et montré, dans un opinion-débat de cette même revue, qu’un consensus extrêmement large entourait alors le rapprochement plus rapide des deux économies (Lafaye de Micheaux, 2014a). Un travail collectif et pluridisciplinaire, mené avec Nathalie Fau depuis Kuala Lumpur et avec David Delfolie régulièrement sur place, entre 2014 et 2016, a ensuite donné lieu à une analyse approfondie des différentes facettes de cette relation dense : diplomatique et politique, industrielle, financière, commerciale et monétaire autant qu’immobilière, mais qui se décline aussi en termes de transport et d’aménagement du territoire (Delfolie, Fau & Lafaye de Micheaux, 2016). Il en est ressorti que la Malaisie avait construit une nouvelle dépendance étroite à l’économie chinoise sur une base fortement politique, répondant aux desseins stratégiques de la Chine, tout en s’y traçant une voie singulière et confortable pour le pouvoir malaisien lui-même. Sa « précieuse relation » à la Chine a en effet fortement bénéficié à Najib Rakak, à son parti – l’UMNO –, et au pays (dans cet ordre) sur le plan de ses propres relations internationales, permettant à ce dernier, dans une logique dite de hedging, de desserrer sa dépendance traditionnelle à l’Occident (États-Unis, Europe) et au Japon, d’être valorisé dans son rôle de leadership en ASEAN, tout en neutralisant toute prise de position commune sur la mer de Chine du Sud. Enfin, et peut-être surtout, Najib Razak s’est ainsi trouvé soutenu politiquement par des aides symboliques et vraisemblablement sonnantes et trébuchantes2, là où les États-Unis permettaient à son adversaire le plus direct, Anwar Ibrahim, de s’exprimer publiquement depuis sa prison malaisienne3, bénéficiant d’une tribune dans le Wall Street Journal. Pendant ce temps, la justice américaine diligentait la première grande enquête internationale (enquête FBI puis arrêt de la cour de Californie) sur les centaines de millions, puis les milliards de dollars d’avoirs détournés de 1MDB. Aussi, durant cette période, la rivalité sino-américaine globale se diffractait-elle au sein de l’échiquier politique malaisien.

4Ainsi, il ne s’agit plus tant ici de démontrer dans quelle mesure le capitalisme malaisien serait devenu dépendant de la Chine, associant étroitement les plans politiques, géopolitiques et économiques, que de souligner comment, à très peu de distance d’une rupture démocratique majeure et dans un contexte sud-est asiatique transformé par la montée en puissance chinoise, affirmation de souveraineté et engagements économiques étroits s’articulent et se reconfigurent en Malaisie.

Encadré 1. Souveraineté nationale et dépendance du capitalisme malaisien : une dialectique au cœur de la construction nationale et du développement

Une question centrale, qui s’est posée dès le début de notre propre travail sur la Malaisie, a été celle de la souveraineté de ce pays par ailleurs extraverti - les exportations et importations représentaient 220 % du PIB à la fin des années 1990 -, et dont la conjoncture semblait être totalement dépendante de la demande extérieure (Lafaye de Micheaux, 2012). C’était d’ailleurs le cas dans les premières décennies d’un xxe siècle colonial (Sultan Nazrin Shah, 2017), que l’administrateur britannique J. S Furnivall a pu décrire comme « une colonisation par le capital ». À partir des années 1970, la construction d’une spécialisation industrielle est rendue possible par la dépendance aux capitaux et technologies étrangères dans l’électronique (États-Unis puis Japon, Taiwan, Corée). Les investissements directs étrangers représentaient 10 % du PIB au cours de la décennie 1990. De même, là où la colonisation avait littéralement bouleversé la démographie de la péninsule malaise, en important coolies chinois et saigneurs d’hévéa tamouls au xixe et début xxe, l’économie nationale repose toujours très largement sur du travail étranger (indonésien, philippin, bangladeshi, pakistanais, népalais, etc.) estimé à plus de 20 % de la main-d’œuvre (Bastide, 2019).

N’ayant véritablement rompu avec les structures coloniales qu’au niveau du rôle de l’État dans l’économie, et ce relativement tardivement (1971), la Malaisie a pourtant construit un développement souverain grâce à cet État qui, à partir du gouvernement de Tun Abdul Razak (1970-1976), puis très fortement sous Mahathir Mohamad (1981-2003), s’est affirmé comme central et interventionniste, quand le laisser-faire du libéralisme britannique avait jusque-là prévalu. L’industrialisation, le développement et la réduction des inégalités interethniques ont été les caractéristiques de la singulière trajectoire malaisienne. Nous soulignions cependant, jouant sur la double signification de la souveraineté selon Sieyès (1789), que si la nation était souveraine, le peuple ne l’était pas sous ce régime semi-autoritaire gouverné par la même coalition depuis l’indépendance. Les ouvertures démocratiques du successeur Abdullah Badawi (2003-2009) se sont accompagnées à la fois d’une réelle diversification de la spécialisation internationale, tant sectorielle qu’en termes de partenaires, et d’une ouverture diplomatique à la Chine. Celle-ci s’est vite traduite, à partir de la crise financière globale, par une nouvelle forme de dépendance économique, devenue également politique dans la deuxième partie du mandat de Najib Razak (2009-2018). Tandis que les liens du pays à la Chine devenaient étroits et denses, le dépit conçu par Najib face à son semi-échec électoral en 2013 et la révélation, en 2014-2015, d’un énorme scandale financier l’impliquant directement, ont concouru à faire reculer l’état de droit dans ce pays (Fau, 2014 ; Lafaye de Micheaux, 2015 et 2016 ; Weiss, 2015). Ainsi, dépendance économique, développement souverain et souveraineté populaire s’articulent-ils selon des modalités variables au cours du temps.

Source : auteure

5Nous proposons ainsi d’enrichir ce dossier de la Revue de la Régulation sur les capitalismes dépendants en poursuivant notre réflexion sur la souveraineté du développement malaisien lorsque, à la faveur du moment historique de 2018, souveraineté populaire et souveraineté nationale semblent réaffirmées dans le cadre même d’une dépendance durable et croissante vis-à-vis de la Chine. La lecture « à chaud » d’un moment politique exceptionnel, offerte ici, est éclairée par une analyse d’économie politique et de sociologie politique au long cours.

  • 4 La présente chronique repose sur une série d’entretiens et d’observations rendue possible grâce à l (...)

6Le point de vue d’économie institutionnaliste développé articule la question de la dépendance, au fort contenu politique et géopolitique dès lors qu’il s’agit de la Chine, à la dynamique des rapports sociaux objectifs et tels qu’ils sont représentés dans les discours politiques ou dans les médias. Il intègre à l’analyse de cette nouvelle dépendance l’histoire particulière de la relation Malaisie-Chine, celle, coloniale, de l’extraversion du pays et enfin, celle de sa politique économique très interventionniste depuis 1971. Il s’appuie sur une enquête de terrain4 menée en août 2018 dans les capitales politique (Kuala Lumpur) et administrative (Putrajaya). Le texte fait ainsi, derrière l’étude des inflexions de sa nouvelle dépendance à la Chine, la chronique économique d’un changement politique : elle débute au 9 mai 2018 et se clôt au moment de l’annonce du budget, le 2 novembre 2018.

7Ce propos se distingue par ses entrées particulières, empruntant parfois la petite porte d’un entretien avec des acteurs de la Nouvelle Malaisie investis d’une position toute fraîche que l’on resitue en note. Il s’écarte aussi, par sa réflexion sur la souveraineté et plus généralement sur les relations concrètes et pratiques entre économique et politique, des perspectives des économistes d’affaires, en particulier les analystes des grandes banques présentes en Malaisie, régulièrement interrogés et cités dans les journaux économiques, les revues économiques régionales (Nikkei Asian Review ; Financial Times ; Wall Street Journal ; The Washington Post ; The Diplomat) qui mettent l’accent sur l’enjeu de la corruption et sur la chute du parti UMNO. Il s’éloigne du discours du gouvernement lui-même, souvent excessif lorsqu’il s’agit de Mahathir Mohamad et que l’on a cherché à faire entendre, qui apparaît rapidement repris par les jeux politiciens, les questions d’allégeance et les querelles de succession sur l’après-Mahathir. Il se distingue enfin des institutions financières internationales, comme la Banque mondiale, qui a publié à la fin juin « Navigating Change », son rapport annuel, positif et nuancé, sur l’économie nationale, ou le FMI, qui mettent au premier rang des préoccupations et préconisations le maintien de l’équilibre macroéconomique et d’équilibre des comptes publics : “Important policy measures resulting from the government election mandate to lower living costs will need to be managed carefully to ensure they do not bring additional risks to the economy” (p. 9).

8Le présent texte est construit en trois temps. Il part du mouvement de reprise en main de la souveraineté nationale par le nouveau pouvoir à la fin du printemps 2018, lorsque la Chine se retrouve clairement prise à partie (1.). Mais la réalité de la relation étroite Malaisie-Chine, positive, durable et asymétrique s’impose à Mahathir Mohamad ; celui-ci est alors amené à chercher à réaménager sotto voce cette dépendance au profit des Malaisiens, dans l’objectif de la poursuite d’une trajectoire de développement très ouverte sur l’extérieur (2.). Enfin, tandis que le pouvoir malaisien reformule la maîtrise politique de sa dépendance à son profit, au sein de l’intense concurrence industrielle régionale, on conçoit qu’il pourrait bien engager in fine le système économique national dans un nouveau régime d’accumulation (3.). D’après les réformes entamées et les priorités annoncées, la transformation du rapport salarial au cœur de la division régionale et internationale du travail pourrait ainsi être l’enjeu réel de la Malaysia Baru.

1. La reprise en main d’une souveraineté malmenée par la Chine

9Malaisie et Chine sont impliquées dans une trajectoire d’approfondissement de leurs relations commerciales ininterrompue depuis plus de vingt ans : la part des exportations chinoises dans le commerce malaisien, de 2 % en 1990 et 5 % en 2001 atteint désormais 14 %. Sous Najib Razak, la Malaisie est devenue le premier partenaire ASEAN de la Chine, tandis que la Chine devenait son premier fournisseur et son premier client (ou le deuxième, selon les années, derrière Singapour). De ce fait, la devise nationale, le ringgit, est devenue étroitement liée à la monnaie chinoise. Enfin, entre 2013 et 2015, l’investisseur chinois, jusque-là marginal, prend soudain le rang de partenaire industriel et financier crucial, avec les implications politiques que l’on a dites. Restaurer une souveraineté nationale menacée, dont il avait été l’inlassable et brillant promoteur à la fin du xxe siècle, est l’une des priorités de Mahathir Mohamad. Le desserrement des liens avec la Chine figure ainsi dans les 10 points du Manifesto du Pakatan Harapan : lors de sa campagne, et aux côtés de promesses concernant la lutte contre la corruption, le sauvetage des institutions nationales et le relèvement du pouvoir d’achat, le candidat Mahathir avait annoncé qu’il reviendrait sur une partie des contrats signés entre Najib Razak et le gouvernement chinois, dénonçant ainsi une implication trop étroite, un lien devenu trop proche et une souveraineté bradée par son prédécesseur. À peine nommé, il a demandé à son ministre des Finances, par ailleurs Chief minister de l’État de Penang et leader du Democratic Action Party, Lim Guan Eng, de revoir les « traités inégaux » que la Chine avait établis avec la Malaisie dans la précédente période. Cette première partie revient sur la rupture opérée entre mai et août 2018 par le nouveau pouvoir malaisien, par-delà la rhétorique électorale, dans les relations économiques et notamment industrielles à la Chine. Elle montre que certains projets, comme l’acquisition du port de Kuantan et sa mise aux normes en eau profonde ; le projet de ligne Est-Ouest ; la ligne à grande vitesse Nord-Sud, s’inscrivent dans une stratégie de la Belt and Road initiative et relèvent de contrats plus ou moins avantageux pour la Malaisie. Le gouvernement de Mahathir va s’employer au plus vite à en remettre certains en cause, découvrant, une fois au pouvoir, que ces liens étroits sont parfois difficiles à dénouer.

1.1. Des contrats revus à la baisse avec la Chine, sur fond de découverte de l’état réel des comptes publics

10De fait, les « cadeaux » de la Chine à la Malaisie, ont été non seulement nombreux, comme le 2e pont de Penang, la ligne de chemin de fer Est-Ouest ou le parc industriel binational de Kuantan, mais de plus en plus élevés financièrement et selon un timing étroitement lié aux échéances politiques malaisiennes : les 13e élections générales en 2013 puis, plus encore, les 14e élections générales de 2018. En effet, la question de sa réélection était devenue cruciale au fil d’investigations internationales impliquant Najib Razak, protégé par son immunité de Premier ministre. Sur la période la plus récente, les investissements chinois massifs semblent intervenus selon un calendrier qui semblait répondre aux mesures judiciaires états-uniennes prises à l’encontre d’avoirs illégaux, sans doute destinés à financer la campagne UMNO des 14e élections générales.

11Dérogeant à son principe de non-ingérence en vigueur en relations internationales chinoises, la Chine de Xi Jinping a ouvertement exprimé son soutien à Najib Razak en 2018, comme avait d’ailleurs été soutenue puis saluée l’élection de 2013. Cette implication plus explicite du gouvernement chinois a eu pour effet d’éroder le large consensus intérieur en faveur d’une étroite relation Malaisie-Chine qui, en 2018, n’est plus de mise (Yeoh, 2018). Bien au contraire, à la suite des faveurs si lisibles accordées par la RPC à Najib Razak et à l’UMNO, une division inédite se met en place au cœur de l’échiquier politique malaisien : Najib Razak affiche ses liens et succès avec la Chine, tandis que leurs médias respectifs se gardent d’évoquer les points de tensions entre les pays (incursion chinoise dans les eaux territoriales malaisiennes ; réfugiés ouigours à Kuala Lumpur réclamés par la Chine, familles de disparus du vol MH370). Réciproquement, la question de la dépendance à la Chine et la dénonciation politicienne d’une « invasion » dans le cadre de programmes immobiliers gigantesques pour des intérêts chinois, deviennent des arguments de campagne du Pakatan Harapan.

12Ce contexte explique la remise en cause par Mahathir de la relation politique du gouvernement chinois avec l’ancien Premier ministre malaisien : avec le temps, les dettes contractées par la Malaisie devenaient de plus en plus liées à la personne de Najib Razak et à son bénéfice personnel. Lorsque, véritable secousse dans la situation géopolitique fragile et tendue en mer de Chine du Sud, la Malaisie a annoncé acquérir en novembre 2016 des navires militaires de patrouille côtière auprès de la Chine, remettant implicitement en cause son indépendance en matière de défense, le reste de souveraineté de la Malaisie semblait bien avoir été bradé au profit de bénéfices politiciens et de contrats commerciaux.

  • 5 Le Council of Eminent Personnes (CEP), appelé ironiquement Council of Elderly Personnes, a été cons (...)
  • 6 « China’s south-east Asia push threatened by new Malaysia régime. Status as Belt and Road posterchi (...)

13Élu après une campagne très courte ayant déjoué tous les pronostics, le gouvernement s’attelle à la tâche avec une ambition immense, la conscience d’assumer un moment historique et des moyens limités. Un conseil des sages, formé par Tun Daim Zainuddin, deux fois ministre des Finances de Mahathir Mohamad5 (1984-1991 puis 1999-2001), se met immédiatement à l’œuvre. Cet attelage d’union nationale, conçu pour conseiller le Premier ministre placé dans une situation exceptionnelle, compte deux figures très respectées : Tan Sri Zeti, ancien gouverneur de la banque centrale, et K. S. Jomo, économiste Prix Léontiev, ancien assistant du Secrétaire général pour le développement économique à l’ONU. Le Conseil est mandaté pour répondre dans les cent jours aux attentes des citoyens, et la référence à l’histoire de France est explicite. Plus d’une centaine de professionnels et personnalités malaisiennes sont auditionnés et le Conseil remet son rapport (non diffusé) le 17 août. Il se dissout alors de lui-même, contrairement au souhait de Mahathir Mohamad et aux calculs de Daim. Les urgences sont là : la première d’entre elles touche aux comptes publics, officiellement sains (déficit budgétaire de 3 % en 2017, prévu à 2,8 % en 2018), mais qui masquent une corruption de très grande ampleur et des grands projets de l’État, en nombre, qui se révèlent mal gérés voire légalement douteux. Au travers des dossiers, les économistes rassemblés par K. S. Jomo et Tan Sri Zeti découvrent « un vrai désastre ». Parmi les projets incriminés, nombreux sont des investissements chinois ou des projets publics impliquant d’importants financements de Chine. Dans ce contexte, Mahathir Mohamad déclare souhaiter revoir un certain nombre de ces accords et pouvoir en étudier et éventuellement en renégocier les termes. Cette annonce sonne comme une rupture non seulement dans les relations Malaisie-Chine, mais aussi dans la liberté de manœuvre dont jouit la Chine jusque-là en Asie du Sud-Est, en particulier pour y déployer depuis 2013 son projet de nouvelles routes de la soie, la Belt and Road Initiative6.

  • 7 Pour l’Ambassade de France, la croissance (5,9 % en 2017) est jugée robuste. Un autre point de vigi (...)
  • 8 À l’occasion de la présentation du Budget 2019, le ministre des Finances a publié son traditionnel (...)
  • 9 Pris dans une phase de chute des ressources budgétaires liées au pétrole, le gouvernement précédent (...)
  • 10 World Bank, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 28-29.

14L’inquiétude des ambassades européennes vis-à-vis de la Nouvelle Malaisie, à l’été 2018, porte moins sur le contexte macroéconomique, jugé favorable, sur sa légitimité ou sur ses options politiques, observées avec confiance, que sur la capacité du nouveau gouvernement à rester dans le cadre au niveau des finances publiques7. De fait, le ministre des Finances rend public8, dans son discours sur le budget 2019, l’information selon laquelle le déficit budgétaire s’élève en réalité de 3,7 % et qu’en juin 2018 la dette publique réelle s’établissait à un tiers de plus que le montant officiel, atteignant plus d’un millier de milliards de MYR (1 065 mds MYR soit 255 mds US$). La Malaisie, en partie protégée par sa rente pétrolière, est certes coutumière des écarts à l’orthodoxie budgétaire, en menant par le passé une politique de stimulus budgétaire dans le sillage immédiat des crises rencontrées, comme en 1997, 2000, 2008 (Lafaye de Micheaux, 2017). Mais depuis la chute des cours en 2014, la part de la manne pétrolière a été réduite dans le budget de l’État et les marges de manœuvre se sont rapidement rétrécies9. Pour autant, comme le souligne le rapport de la Banque mondiale de 2018, la part de la dette du gouvernement fédéral dans le PIB reste dans les standards internationaux (le critère souvent retenu est 60 % du PIB) et, mieux encore, semble en phase de réduction : passée de 51,6 % en 2012 à 54,5 % en 2015, elle est redescendue progressivement jusqu’à 50,8 % en 2017. Enfin, pour évaluer plus complètement les risques en termes d’endettement public, il faut aussi prendre en compte le fait que la multiplication des projets d’infrastructure à grande échelle conduits par des entreprises directement liées à l’État et par les entreprises publiques (Non Financial public corporations NFPCs) ont donné lieu à une nette croissance des garanties de dette par l’État (passée de 15 à 17,6 % du PIB entre 2016 et 2017), tandis que les engagements de l’État dans le cadre de partenariats publics privés (PPP) pour limiter l’implication financière de l’État se traduisent par des engagements fiscaux à hauteur de 15 % du PIB à la fin 201710.

  • 11 Malaisie, Ministère des finances, Budget 2019, 2 novembre 2018.
  • 12 Entretien, Putrajaya, 24 août 2018. Sous l’ancien gouvernement, Johan Mahmood Merican était le dire (...)
  • 13 Nous citons ici le Premier ministre afin de restituer cette langue politique très particulière, tou (...)

15Ainsi, Mahathir Mohamad et son équipe savent-ils que la crédibilité de la Nouvelle Malaisie sur les marchés, dont ils dépendent beaucoup, repose sur le respect des normes en matière de comptes publics. La maîtrise du déficit budgétaire reste une priorité : les engagements sont de le limiter à 3,4 % du PIB en 2019 ; 3 % en 2020 et 2,8 % en 202111. Cette maîtrise est affichée, malgré la décision prise au lendemain des élections de supprimer immédiatement la taxe sur la valeur ajoutée introduite en 2014 : le taux de la très impopulaire Goods and Services Tax, introduite sous Najib Razak en 2015 et qui assurait 20 % des recettes budgétaires en 2017, est passé de 6 à 0 % au 1er juin 2018. Mais elle est partiellement compensée par la réintroduction d’une ancienne taxe sur les services aux entreprises (SST) à partir du 1er septembre. De la même manière, des mesures de soutien au prix du pétrole à la pompe ont aussi été immédiatement reprises – elles avaient été supprimées par Najib Razak en 2014. Pour autant, et malgré les doutes exprimés par les chancelleries, la conviction que l’équilibre budgétaire n’est pas en péril s’entend dans les administrations, y compris auprès de Johan Merican, directeur du budget au ministère des Finances12. Pour couper court aux spéculations sur la capacité de son gouvernement à équilibrer les comptes, Mahathir Mohamad enfonce brutalement le clou à sa manière, en parlant de son ministre des Finances, Lim Guan Eng, le 9 octobre : « si le budget n’est pas à l’équilibre, je le flingue13 ».

1.2. Des projets chinois suspendus sine die ; d’autres maintenus

  • 14 Cette visite s’est déroulée entre le 17 et le 21 août après celle rendue dès le mois de juin au Jap (...)

16Derrière l’assurance de mise, les mégaprojets engagés avec la Chine posent problèmes, et ils sont réexaminés les uns après les autres. Ainsi, la ligne à grande vitesse Kuala Lumpur-Singapour, estimée à 36 mds US$ et dont la Chine possède déjà le site de la gare à Kuala Lumpur, est-elle suspendue fin mai. Un autre projet d’infrastructure majeur à être mis en cause, qui a été comparé aux projets d’infrastructures au Sri Lanka ayant surendetté le gouvernement : la ligne reliant la côte est de la péninsule malaise au grand port de Klang, à l’ouest de Kuala Lumpur. Le projet d’East Coast Railway Line (ECRL), au budget de 17 mds US$, a été lancé en novembre 2016, en complément des grands investissements chinois à Kuantan, aménageant un port en eau profonde et un parc industriel binational (MCKIP), estimés à 9 mds US$. La nouvelle ligne devait connecter la partie sud de la Thaïlande aux deux États de la côte est, le Kelantan et le Terengganu, avant de passer par Kuantan au Pahang, puis de traverser la péninsule d’est en ouest. Malgré l’absence de définition technique claire de la Belt and Road Initiative chinoise (Tham, 2018), elle est désormais présentée comme une composante malaisienne de ce programme. Des lignes ferroviaires mal mises en valeur et endommagées par les grandes inondations de 2014 existent déjà au nord, le long de la côte est, mais la ligne transversale est une innovation. Entamé en 2017, le chantier devait être mené par la China Communications Construction Company et financé à 85 % par un prêt consenti par l’EXIM et la Bank of China, deux entités publiques. Selon K. S. Jomo, ce projet a été accordé par le gouvernement Najib Razak sans procédure transparente et sans mise en concurrence, tout en accordant des exemptions fiscales. La date de livraison fixée à 7 ans n’était pas réaliste non plus (échéance recommandée : 18 ans). Qui plus est, en 4 mois de travaux, un quart du prêt total était déjà déboursé. Enfin, ce projet apparaît complètement surdimensionné par rapport aux besoins et aux possibilités financières malaisiennes, sans compter les prévisibles surcoûts, très élevés dans ce type de projets. Le projet ECRL a donc été stoppé, selon une annonce faite le 20 août par Mahathir Mohamad lors de sa première visite d’État à Pékin14, où les termes de traités inégaux et d’invasion chinoise ne sont plus de mise : Mahathir Mohamad choisit alors de jouer la partition du dirigeant d’un pays du tiers-monde endetté : « Je crois que la Chine elle-même ne souhaite pas voir la Malaisie devenir un pays en faillite (bankrupt country). »

  • 15 Les postes de la haute fonction publique sont pris, dès l’été, dans des jeux d’allégeance à forte d (...)

17Plus tard, devant une assemblée de fonctionnaires et responsables d’entreprises publiques, jugés pour certains corrompus et prêts au sabotage en interne, autre épineux problème pratique soulevé par la phase de transition15, il fera aussi référence à la Chine comme à un modèle dans la lutte anticorruption. Un modèle dont, dit-il en soulignant l’ironie de la situation, il se distancie pour éviter la peine capitale aux fonctionnaires malaisiens coupables. Ainsi, le gouvernement malaisien, conscient, comme l’est d’ailleurs son opinion publique, des dimensions proprement internes et structurelles de la corruption en Malaisie, au-delà des sommets atteints par 1MDB, semble-t-il décidé à desserrer le nœud étroit, noué par le régime précédent, entre corruption et implication chinoise dans l’économie nationale.

  • 16 Straits Times (Singapour), 1er juin 2018 : « Scrapping high-speed rail project will carry high cost (...)

18Mais, comme pour la ligne à grande vitesse16, la Chine a rapidement fait valoir qu’elle exigerait des pénalités très importantes pour stopper la ligne ECRL et les enthousiasmes nationalistes ont été douchés. Des solutions à petite échelle et à moindre coût pour développer le rail sur la côte est, économiquement moins favorisée, et à travers la péninsule, sont avancées dans l’automne par le ministre des Transports : le coût en serait deux fois moindre. Pour conforter la thèse selon laquelle ce n’est pas l’influence chinoise qui est contrée mais bien plutôt des investissements mal négociés, devenus intenables dans un contexte de finances publiques sous pression, d’autres projets publics de développement des infrastructures de transport urbain, domestiques ceux-là, sont stoppés (nouvelles lignes de métro MRT3).

19Lors de la visite en Chine a aussi été annoncé l’arrêt du financement d’un pipelines de gaz (Sabah) construit par une filiale chinoise : selon le New York Times et le Washington Post, citant Mahathir Mohamad, la quasi-totalité des frais aurait été déboursée sans que les travaux ne commencent. Cependant, lorsque des chantiers sont engagés financièrement à 80 % mais réalisés entre 0 et 15 %, comme c’est le cas pour les pipelines, a-t-on intérêt à les suspendre ou ne doit-on pas plutôt laisser l’entreprise terminer ?

20Enfin, d’autres investissements se poursuivent mais rencontrent des difficultés comme Forest City, gigantesque projet d’aménagement de quatre îles artificielles près de Singapour et conçu pour 30 ans (Delfolie et al, 2016, p. 225 ; Fau N., 2019). Enfin, le nouveau port de Malacca sur la nouvelle route maritime de la soie, dit Malacca Gateway, là encore pris sur la mer et censé accueillir industrie, croisières de luxe et tourisme de masse, sans compter une importante activité portuaire de transbordement, a été annoncé lors de la visite de Li Kekiang à l’automne 2015 comme augurant « a new High », un nouveau sommet dans la relation : il est lui aussi remis à plus tard.

Carte 2. Localisation des principaux investissements chinois en Malaisie

Carte 2. Localisation des principaux investissements chinois en Malaisie

Source : Nomura ; Land Public Transport Commission
© FT

1.3. Exit le nucléaire chinois

21Inattendue, l’exclusion du nucléaire dans le mix énergétique malaisien a été annoncée en octobre. La China General Nuclear Power, première entreprise publique chinoise du nucléaire, avait été présente à partir de 2015 en Malaisie et défendait la perspective du nucléaire pour ce pays, notamment lors de la réunion des ministres ASEAN de l’énergie à Kuala Lumpur à l’automne 2015. Les scenarii malaisiens présentés n’y mettaient pas en relief le recours à cette technologie, dans ce pays en excédent d’électricité. Cependant, d’autres analystes n’hésitaient pas prédire dans leurs schémas à 5 ou 10 ans une part du nucléaire dans la production malaisienne. À la suite de ce meeting, China General Nuclear Power a officialisé le rachat d’une usine électrique et de son site au centre de Kuala Lumpur, à un prix très au-dessus du marché. Issue du portefeuille d’actifs de 1MDB (alors plus ou moins en faillite et sous les projecteurs des enquêtes pour détournement de fonds), cette centrale électrique a fait l’objet d’une acquisition clairement complaisante, véritable bouffée d’air pour le fonds d’investissement et soulagement pour le Premier ministre Najib Razak. Depuis, la piste du nucléaire civil semblait, en 2016-2017, progresser rapidement sous les auspices d’un futur nouveau partenariat économique et technologique avec la Chine. Un accord bilatéral aurait été passé en ce sens, et la création d’une centrale nucléaire chinoise en Malaisie était prévue pour 2022 (Morin, 2019). Suspendant sur ce terrain particulier une dépendance jugée par ailleurs déjà trop étroite et politiquement contraignante, le nouveau gouvernement a donc jugé que la Malaisie n’aurait pas recours à l’énergie nucléaire.

  • 17 Financial Times, 23 mai 2018 : “Malaysia will take a shrewder view on investment from China, From J (...)
  • 18 Quatre sur cinq  des priorités malaisiennes figurent dans les dix secteurs retenus par la Chine : l (...)

22Pour autant, et ce dès le mois des élections en mai 2018, les écrits qui mettent trop directement en relief les signaux défavorables adressés à la Chine suscitent des réactions : ainsi, l’économiste membre du CEP, K. S. Jomo, envoie-t-il une lettre au Financial Times, à la suite de la publication d’un article (qui d’ailleurs le citait) annonçant la remise en cause des investissements chinois : habilement, Jomo expose que, « comme le gouvernement chinois lui-même », le gouvernement malaisien devient beaucoup plus regardant sur les investissements qui entrent dans le pays, mais reconnaît la valeur et l’importance cruciale des IDE et du transfert de technologie pour son avenir17. Le projet de train ECRL est pris comme un exemple de mauvaise gestion à dénoncer, tandis que plusieurs secteurs prioritaires en matière d’accueil des IDE chinois sont mentionnés : les télécommunications 5G, les applications d’intelligence artificielles « utiles », les technologies financières, l’énergie renouvelable, les nouveaux médicaments et les véhicules électriques. Il est à noter que ces secteurs font fortement écho aux dix priorités chinoises du programme Made in China 202518. De fait, Jomo comme Mahathir Mohamad restent très préoccupés par l’avenir industriel du pays dont ils connaissent les limites, notamment éducatives et technologiques (Jomo, 1993 ; Jomo, Felker & Raziah, 2000 ; Felker, 2015). Doit-on l’interpréter comme une influence directe de l’agenda chinois sur celui de la Malaisie ? On peut y voir plutôt, pour la Malaisie, une manière de maîtriser la dépendance en choisissant ses propres points d’appuis industriels et technologiques, tout en s’alliant l’autre partenaire.

  • 19 The Diplomat, 16 juin 2018 : « How China Lost Sight of Malaysia’s Changes. China’s ethical missteps (...)

23Ainsi, et certains commentateurs malaisiens ne manquent pas de le souligner eux-mêmes, la relation est trop précieuse pour être fondamentalement remise en cause. C’est le point de vue de l’universitaire Peter T. C. Chang qui considère que, certes, la Chine a manqué le coche avec la Malaisie en soutenant un gouvernement qui perdait le soutien de la population : le pouvoir chinois s’est trouvé pris de court lorsque les implications de la Chine dans les détournements de fonds publics de l’administration Najib Razak ont fait surface. Pour autant (et nous apprécierons l’euphémisme), “The China-Malaysia relationship is unlikely to be derailed by this complication19”. En effet, comme va le montrer la partie suivante, la relation n’est pas sur le point de dérailler, bien au contraire : dimensions commerciale, industrielle, monétaire continuent à se déployer et à rapprocher les économies l’une de l’autre.

2. Une relation qui reste asymétrique à long terme

  • 20 Dans les derniers temps d’une campagne compliquée et extrêmement courte (11 jours), quelques person (...)
  • 21 Dans une lettre rendue publique ultérieurement, Najib Razak avait demandé le soutien de la CIA en c (...)
  • 22 Avocate et ancienne présidente du barreau de Malaisie, étroitement surveillée par le pouvoir dont e (...)

24La relation à la Chine est une relation de long terme aussi asymétrique qu’essentielle et évidente, pour des raisons tant culturelles que géographiques ou géopolitiques. Absolument majeure, c’est une relation dans laquelle le futur de la Malaisie est inscrit, et ce indiscutablement. Ceci reste valable, même si la Chine avait pu négliger la possibilité d’un échec de Najib Razak. Il faut dire qu’ils étaient très rares à y croire, y compris du côté du Pakatan Harapan20. Du côté du pouvoir en place, en revanche, et compte tenu des nombreuses manœuvres entourant le scrutin, l’éventualité n’était semble-t-il pas envisagée21. Comme le dit avec humour la grande défenseure des droits humains, Ambiga Sreenevasan, « le Barisan n’avait pas de plan B… et le Pakatan n’avait pas de plan A22 ».

25Que ce soit au niveau du Conseil des éminentes personnes, de l’Autorité du développement des investissements industriels (MIDA), de la banque centrale ou encore au département du Budget du ministère des Finances, les hauts fonctionnaires en charge des institutions clés de l’administration économique malaisienne restent prudents et très en deçà des discours mahathiriens quant à l’avenir de la relation avec la Chine : les responsables interrogés ne mentionnent pas le moindre mot d’ordre pour limiter la présence chinoise en Malaisie, ni ne semblent s’en alarmer, ni n’être mandatés pour prendre en charge à leur niveau les éventuels préjudices de la dépendance. L’écart entre la rhétorique de campagne, les premiers projets remis en cause et la conduite des affaires semble établi.

2.1. Investissements chinois en Malaisie : en réalité ils s’amplifient

  • 23 The Star, 31 mai 2018, « More Chinese firms invest in Malaysia after new Govt installed ».

26Si les journaux malaisiens et étrangers ont beaucoup publié sur les projets suspendus ou annulés, ils ont peu relayé l’information selon laquelle, durant les premières semaines du nouveau régime, des montants d’investissements ont été accordés par la Chine à la Malaisie. Selon l’Ambassadeur de Chine en Malaisie, Bai Tian, ils sont très élevés : 1,2 mds MYR en moins de trois semaines, soit le tiers du montant reçu en 201723.

27Ces nouveaux investissements chinois qu’accueille ainsi la Malaysia Baru s’inscrivent dans une forte dynamique de progression en 2018, décrite par les données dont on dispose via l’administration chargée de l’accueil et de l’autorisation des nouveaux investissements industriels, la Malaysia Investment Development Authority (MIDA).

Tableau 1 : Investissements industriels étrangers autorisés par le MIDA par principaux pays d’origine, 2016-2018 (mars)

2016

2017

Janvier-Mars 2018

Total

2016-Mars 2018

Pays

Projets

Montant

Projets

Montant

Projets

Montant

Projets

(nombre)

Montant

(mds MYR)

Chine

En % du total

33

4,77

21

3,85

9

6,19

63

14,81

17,4 %

17,9 %

62,0 %

25,1 %

Pays-Bas

18

3,21

13

2,03

31

5,24

Singapour

96

2,13

100

2,30

17

0,30

213

4,73

Allemagne

21

2,64

18

1,51

1

0,03

40

4,18

Japon

53

1,86

41

1,31

10

0,55

104

3,72

Total

--

27,40

--

21,50

--

9,97

--

58,87

en nombre de projets et en milliards de MYR

Source : MIDA, août 2018

28Ces données rassemblées depuis 1987 ont le mérite d’offrir une vue détaillée par état et par secteur économique des montants d’investissements projetés. Elles complètent les données d’IDE entrants fournies par le département de statistiques de Malaisie (DOSM) qui mettent aussi en relief le poids désormais dominant de l’Asie (63,5 %) dans les IDE malaisiens en 2017, avec au premier rang Hong Kong (7,7 mds MYR), la Chine (6,9 mds MYR) et Singapour (6,1 mds MYR).

29En renseignant sur la dynamique à venir, les données du MIDA illustrent les intentions industrielles chinoises à l’égard de la Malaisie et permettent ainsi d’anticiper les tendances. Leur évolution témoigne, à défaut des investissements effectivement réalisés, des directions géographiques et sectorielles vers lesquelles se portent l’intérêt de la Chine : dans une perspective d’économie politique, elles sont à la fois précises et suggestives (Delfolie et al., 2016, p. 157-172). Ainsi, grâce au MIDA peut-on savoir que l’important investissement chinois dans le caoutchouc et ses dérivés, annoncé par la Chine en 2018, tranche fortement avec trois décennies de faibles investissements dans ce domaine par les entreprises étrangères (1,4 % des montants des projets à capitaux étrangers autorisés entre 1987 et 2014 et 1,5 % des projets chinois) et inaugure donc une coopération industrielle inédite. Enfin, une nuance se doit d’être apportée ici : ces données ne renseignent pas sur les investissements immobiliers ni sur les infrastructures de transports, autres postes majeurs de l’implication de la Chine dans l’économie et le territoire malaisiens. Cependant, et comme l’a souligné S.-Y. Tham à propos de BRI en Malaisie, le financement de ces derniers projets, financés par des crédits commerciaux par exemple, échappe lui-même largement à la mesure des IDE (Tham, 2018).

  • 24 Miss Choo, directrice de la planification, MIDA, 20 août 2018, Kuala Lumpur. Avec 37 ans de métier (...)

30Quant à la question de savoir si, au niveau du département de la planification du MIDA, des consignes politiques visent à temporiser face aux projets chinois, la réponse est négative. Le nouveau gouvernement, qui a repositionné le personnel administratif après son arrivée, lui a confirmé qu’il s’agit de continuer à encourager les entrées d’investissement, en particulier chinois. Quant à d’éventuelles réserves émises, elles concernent uniquement le volet environnemental de ces investissements, qui doit désormais être intégré à l’évaluation et va conditionner les accords, mais, semble-t-il, de manière encore assez floue24.

Tableau 2 : Total des investissements industriels étrangers à participation chinoise (en MYR)

Année

Montants

Premiers secteurs d’investissements

2016

4,77 mds

Produits Électroniques & Électriques

(1,8 mds)

Produits minéraux non-métalliques

(1,4 mds)

Produits Métallurgiques de base

(1,3 mds)

2017

3,85 mds

Produits minéraux non-métalliques

(2,4 mds)

Équipement de transport

(0,9 mds)

2018

janvier-mars

6,19 mds

Caoutchouc

et dérivés

(3,2 mds)

Produits Métallurgiques de base

(2,9 mds)

Source : MIDA, août 2018

31À côté du secteur des caoutchoucs et dérivés, de nouveaux domaines sont investis par la Chine en 2018, en particulier à Kuantan (Pahang), qui concentre dans le parc industriel Malaysia China Kuantan Industrial Park (MCKIP), un grand nombre d’usines liées aux gouvernements chinois et malaisien respectifs. Ce sont en effet les entreprises publiques ou à capitaux publics qui ont été missionnées par les autorités, comme souvent depuis la nouvelle phase dans laquelle sont entrées les relations Malaisie-Chine (Lim, 2015). Ces entreprises ont été mobilisées pour donner une consistance industrielle au parc bi-national MCKIP, un aménagement malaisien-chinois sorti de nulle part qui a pu un temps apparaître aberrant en termes de localisation (Delfolie et al., 2016, p. 183-193). Mais le projet de la ligne Est-Ouest ECRL lui a conféré tout son sens stratégique : partie de la Belt and Road Initiative, celle-ci relie le port de Kuantan, devenu à 49 % chinois en 2013, à la côte ouest. Desservant le parc industriel bi-national MCKIP qui, mois après mois, accueille de nouvelles grandes entreprises publiques chinoises, la ligne aboutit à Klang, le premier port de Malaisie et le second d’Asie du Sud-Est, dont une grande partie des entrepôts ont été récemment acquis par la Chine. Enfin, via cette ligne de train, Kuantan sera aussi relié à terme au futur port en eaux profondes du Malacca Gateway, également projet à capitaux chinois et prochaine étape de la route de la soie, le long du détroit de Malacca, situé entre Klang et Tanjung Pelapas, au nord de Singapour (Fau & Tréglodé, 2018).

2.2. Une coopération institutionnelle qui se poursuit sur fond d’approfondissement des échanges monétaires et financiers

  • 25 Mohamad Nozlan Khadri, directeur adjoint du département de la politique monétaire où il travaille d (...)

32La devise malaisienne, le ringgit, à nouveau flottante depuis l’été 2005, est gérée par la banque centrale, appelée Bank Negara, dans un souci de « croissance, stabilité des prix et stabilité monétaire » mais priorisant clairement le soutien à la croissance. Cette orientation, retenue depuis 1971, est maintenue après les élections25. En raison des excédents commerciaux structurels, les réserves de changes sont très élevées. Enfin, le taux directeur a été augmenté d’1/4 de points en janvier 2018, à 3,25 %, à la suite de la hausse du taux de la réserve fédérale américaine et a été maintenu à ce pourcentage ensuite. Dans un contexte de ralentissement des perspectives de croissance mondiale à la fin 2018, de chute de la lire turque et de dépréciation de nombreuses monnaies régionales, en particulier de la roupie indonésienne, la monnaie malaisienne se maintient nettement et apparaît comme la plus stable des devises de pays émergents.

  • 26 Entretiens, Kuala Lumpur, 17 août et 24 août 2018.

33Depuis les dernières années, et comme la plupart des monnaies régionales, la devise nationale, le ringgit, est devenue étroitement liée à la monnaie chinoise. Selon K. S. Jomo, cette dernière est désormais la plus déterminante26, ce que confirment les responsables de la Bank Negara. Pour encadrer cette nouvelle source d’interdépendance monétaire, la banque centrale malaisienne est insérée dans une série d’accords monétaires régionaux, multipliés et diversifiés, où la relation à la Chine, en termes de volume engagés, reste la plus conséquente. En effet, la Malaisie participe à plusieurs accords de swap de devises, d’abord pour assurer la stabilité de sa monnaie en cas de choc de liquidité et pour soutenir la stabilité monétaire dans l’ASEAN (ASEAN Swap Arrangement [ASA], correspondant aux engagements malaisiens de 300 millions de US$), ensuite pour permettre les échanges commerciaux en monnaie locale (accord de swap bilatéral avec la Chine [BCSA] : 22 mds US$) et avec la Corée du Sud (BCSA : 3,7 mds US$). Quant à l’accord de multilatéralisation de Chiang Mai (CMIM, 2000), conduit par la Chine auprès des pays d’Asean + 3 au lendemain de la crise de 1997 (Figuiere & Guilhot, 2007), elle a été reconduite année après année. Selon cet accord, la Malaisie est engagée à hauteur de 9,1 mds US$ (3,7 mds MYR) pour participer à la stabilité monétaire régionale. Mais aucune demande de soutien n’a été enregistrée jusque-là : aucun de ces accords de swap n’a été activé (Bank Negara, Annual Report 2017, p. 174-175).

  • 27 CIMB-PRINCIPAL, China Direct Opportunities Fund Prospectus, “Harnessing the opportunities from dire (...)

34Par ailleurs, les opérations de change entre les deux devises, autorisées depuis 2016 et opérées par la Banque of China en Malaisie, ont pris de l’ampleur après être restées quasi atones jusque-là. Dernier né de l’internationalisation du renminbi en direction de la Malaisie, l’octroi de quota d’opérations financières en renminbi autorisées pour la Malaisie depuis 2016 (RQFII), ouvre l’accès du marché de certains titres (A-shares) en devise chinoise aux investisseurs malaisiens. L’établissement ayant pour le moment le monopole de l’accès au marché est CIMB, une grande banque malaisienne jusque récemment dirigée par Nazir Razak, frère de Najib Razak. Intitulé China Direct Opportunities Fund27, le fonds de placement malaisien ayant accès à ce segment du marché des capitaux chinois, a été ouvert en mai 2018. Le plafond accordé par la Chine est de 600 millions RNB, soit 100 millions US$.

  • 28 Entretien, Bank Negara, Kuala Lumpur, 23 août 2018.

35Quant à la part de renminbi dans les réserves de change malaisiennes, bien qu’en augmentation, elle reste gardée secrète par les autorités monétaires28. Cette coopération monétaire institutionnalisée au cours de la dernière décennie vise essentiellement à encadrer et soutenir, sur le plan monétaire, l’important volume des échanges marchands entre les deux pays.

2.3. Un commerce bilatéral très élevé… pris dans les incertitudes de la guerre commerciale US-Chine mais sur une trajectoire stable

  • 29 La chute des exportations malaisiennes de 16 % a été résorbée dès l’année suivante.

36Les échanges avec la Chine sont très anciens mais, durant la période contemporaine, leur volume est entré dans une nouvelle phase, progressant d’abord lentement au cours de la décennie 1990, puis s’envolant durant de la décennie 2000. Cette accélération se déroule sur fond de pénétration par la Chine de la chaîne de valeur de l’électronique asiatique, dans laquelle la Malaisie est engagée de longue date. Ceci explique le ciseau entre les exportations à destination de la Chine, croissantes, et celles, en forte baisse, vers le Japon, le donneur d’ordre de la région dans le secteur électronique (graphique 2), tandis que le contenu global en importations des exportations malaisiennes reste stable (OMC). Conséquence de la crise financière globale qui a affecté l’Asie par le canal du commerce, la Chine est devenue, à partir de 2009, le premier partenaire commercial de la Malaisie. Au cours de la première moitié de la décennie 2010, le commerce bilatéral était encore en progrès, mais il semble désormais connaître une phase de stabilisation (Delfolie et al., 2016). Pour finir, compte tenu du maintien à un bon rythme des exportations malaisiennes au cours de la décennie, on peut envisager l’hypothèse selon laquelle ce nouveau partenaire a fortement contribué à soutenir la dynamique de croissance malaisienne, notamment face au choc de demande mondiale en 2009, lorsque la demande des pays occidentaux et du Japon s’effondrait brutalement alors que la Malaisie était encore ouverte à hauteur de 162 % (montant de ses importations et exportations dans le PIB)29. À nouveau en 2014-2015, lorsque la chute du prix du pétrole semblait menacer d’affecter la balance commerciale malaisienne, la stabilité et la composition des exportations vers la Chine (les composants électroniques comptant pour 41 % du total) jouait un rôle positif dans la dynamique économique malaisienne. Enfin, il semblerait que les relations commerciales que la Malaisie a récemment développées avec la Chine débordent les facteurs explicatifs classiques (Devadason, 2015).

Graphique 1. La Chine dans le commerce total malaisien (2004-2017)

Graphique 1. La Chine dans le commerce total malaisien (2004-2017)

Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF

Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018

Graphique 1 bis : Zoom sur les balances commerciales (2004-2018)

Graphique 1 bis : Zoom sur les balances commerciales (2004-2018)

Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF

Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018

  • 30 The News Straits Times, juin 2018, « Bilateral trade between Malaysia, China to exceed US$100 bln »

37Un temps excédentaire sur ses échanges bilatéraux avec la Chine, la Malaisie est devenue déficitaire à partir de 2012. Et c’est au niveau de ce déficit que l’on observe désormais l’évolution la plus nette du commerce Malaisie-Chine dans la mesure où son accroissement semble désormais structurel. Au cours de l’année 2017, le commerce malaisien avec la Chine a augmenté de 21 % (+28 % pour les seules exportations). Le volume de commerce bilatéral a atteint 96 mds US$ en 2017 et devrait dépasser la barre des 100 mds US$30 en 2018 : la part de la Chine dans le commerce bilatéral malaisien est passée de 10 à 16 % entre 2004 et 2017.

  • 31 Source : Ministère de l’Industrie et du Commerce, MITI, 2018, dernières données disponibles.
  • 32 Xiamen est la ville chinoise dont l’université a ouvert une antenne en Malaisie, à Sepang, près de (...)

38Sur la période janvier-août 2018, les exportations à destination de la Chine sont passées à 13,7 % (contre 13,1 % en 2017), devançant dès lors Singapour (14,7 % en 2017 contre 13,6 % en 2018)31. Le vice-ministre du Commerce, Dr Ong Kian Ming s’est rendu à la 20e foire du commerce international du commerce et de l’investissement (CIFIT) à Xiamen32, avant de visiter la 15e foire-expo Chine-ASEAN de Nanning où 174 entreprises malaisiennes (contre 13 en 2017) et 12 agences gouvernementales et chambres de commerce ont fait le voyage (7-13 septembre 2018). La diplomatie économique entre les deux pays ne marque donc aucune pause.

Graphique 2. Les exportations à destinations des principaux partenaires (2004-2017)

Graphique 2. Les exportations à destinations des principaux partenaires (2004-2017)

Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF

Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018

39Un autre point d’étroite coopération touche au commerce en ligne et à son avenir. Dans ce domaine, la Malaisie a misé sur sa coopération technologique et financière avec la Chine depuis 2017, et le nouveau gouvernement en reprend le fil de manière très continue. Soutenu par une structure publique dédiée, la Malaysia Digital Economy Corporation (MDEC), le commerce en ligne est inscrit dans une politique beaucoup plus large et soucieuse de ne pas laisser se creuser les inégalités, destinée à accélérer la transition numérique de la Malaisie, déjà largement connectée, puisque 80 % des habitants ont accès à internet, essentiellement via les téléphones mobiles, un taux comparable à celui des pays industrialisés. La stratégie nationale vise aussi à diffuser les technologies de l’électronique, moderniser l’industrie électronique et digitale, promouvoir les compagnies locales dans ce secteur, créer des écosystèmes de l’économie numérique, favoriser le secteur de la « créativité digitale » (jeux vidéo, animation), susciter la création d’entreprises dans ces domaines et les mettre en lien avec le marché, etc.

  • 33 Le but affiché est de doubler le volume du e-commerce à l’horizon 2020 pour le porter à 211 mds de (...)
  • 34 Cainiao, la filiale logistique d’Alibaba, Lazada, le vecteur d’e-commerce d’Alibaba en Asie du Sud- (...)
  • 35 « Alibaba Signs MoU with Malaysia’s MDEC and Hangzhou Municipal Government to Facilitate Global Tra (...)
  • 36 e-fulfilment hub : a one-stop online cross-border trading services platform, cooperation in e-paym (...)
  • 37 World Bank, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 57-60.

40Inscrite dans la Stratégie nationale du E-commerce (NeCSR)33 portée par un conseil au sein du MITI, la structuration du commerce électronique a connu un essor important en 2017 à partir des accords conclus entre Najib Razak et Jack Ma, le créateur et directeur du géant mondial du commerce en ligne, l’entreprise Alibaba. Le but est de positionner la Malaisie comme un hub de transbordement régional du commerce en ligne, à partir de la création d’une zone franche pilote. La Digital Free Trade Zone (DFTZ), première au monde, a été actée par Alibaba et le gouvernement malaisien en mars 2017, à destination des PME malaisiennes, afin de soutenir leurs capacités d’exportation. Un accord de mise en relation de la DFTZ malaisienne avec sa jumelle chinoise (le premier e-hub en Chine, créé par Alibaba à Hangzou) est signé en mai 2017 pour développer une plateforme de commerce en ligne entre la Malaisie et la Chine. Ce projet très ambitieux et cohérent avec d’autres innovations financières et logistiques34, sous l’égide de Jack Ma qui veut bâtir à terme la plateforme mondiale du commerce en ligne, Electronic World Trade Platform (eWTP), une initiative reprise par le G20 en 2016, a été signé par les autorités chinoises locales (Che Jun, Secretary of Communist Party of China’s Zhejiang Provincial Committee, Hangzou) et malaisiennes (Najib Razak lui-même) en mai 201735. Inaugurée en novembre, elle se situe à Sepang, à proximité de l’aéroport International Kuala Lumpur pour offrir le support de la technologie digitale : concrètement la DFTZ comporte un immense entrepôt ultrasophistiqué et offre des équipements et services complets nécessaires au commerce international en ligne36. Ce projet est identifié et salué par le rapport de la Banque mondiale comme l’une des initiatives malaisiennes allant dans la bonne direction, à savoir « débloquer le potentiel de l’économie digitale37 ».

  • 38 MITI 2017 Report, p. 44.

41En 2018, le nouveau gouvernement a repris à son compte ces contacts et ces initiatives pour soutenir le développement des PME malaisiennes et l’essor de l’économie numérique. Le bureau régional pour l’Asie du Sud-Est d’Alibaba est inauguré en présence de Mahathir Mohamad en juin 2018 à Kuala Lumpur : Jack Ma y émet le vœu que le nouveau gouvernement lui fasse confiance et lui permette de mettre en œuvre ses idées afin de contribuer au développement de la Malaisie. Pour tous, dit-il, la relation entre la Malaisie et la Chine, est “so strategically important”. Le ministère du Commerce et de l’Industrie a ouvert une rubrique « E-commerce » sur son portail, et son rapport annuel 2017 met en évidence la DTZ qui aurait impliqué 2000 PME, tandis que les points d’accès au système de logistique internationale en ligne, développés par la coopération des entreprises de logistique, se seraient multipliés38.

42À noter, dans ce domaine, que le développement des infrastructures physiques de la communication numérique (câblage en fibre numérique de la péninsule), lui-même plus ancien, avait aussi été confié en large partie aux grandes compagnies chinoises, publiques comme ZTE, ou indirectement liées à l’État, comme Huawei (Li & Cheong, 2017). Cette dernière a fait de la Malaisie son hub régional à partir d’Iskandar en 2015. Plus généralement et comme s’en félicite Abraham Liu, le PDG de Huawei Malaisie, cette entreprise peut légitimement être vue comme un contributeur clé dans le développement des télécommunications numériques malaisiennes : haut-débit, 4G et autres (Li & Cheong, 2017).

  • 39 Muhamad Aizuddin, Lim Boon Seong, Daryl Yong, Chang Wen Huei, Rantai ak Naga, Ooi Kiesha, Catharine (...)
  • 40 Malgré un recul des biens agricoles qui représentent 7 % de ses exportations, contre 84 % d’exporta (...)

43On l’a dit, plus de 40 % des exportations malaisiennes à destination de la Chine tiennent au secteur des composants électroniques et relèvent de l’inscription ancienne de la Malaisie dans la chaine globale de valeur de l’électronique. Ces exportations électroniques vers la Chine correspondent à des produits majoritairement issus des usines des États-Unis, du Japon et de Taiwan présentes sur le territoire malaisien (Penang, mais aussi Selangor et Johor). Ces produits dont certains composants ont eux-mêmes été importés de Chine, sont ensuite assemblés et emballés en Chine pour être exportés en grande partie vers les États-Unis, l’Europe, le Japon. La manière dont la guerre commerciale américano-chinoise va retentir sur le commerce malaisien n’est pas clairement estimée, dans la mesure où la traduction locale de ces tensions en termes de changements induits dans la chaîne de valeur de l’électronique asiatique reste pour le moment, difficile à évaluer39. Toutefois, début 2018, la Nouvelle Malaisie poursuit la trajectoire engagée, avec une progression de ses échanges commerciaux de 6 % sur les 8 premiers mois, enregistrant un excédent commercial plus élevé de 12 % par rapport à l’année précédente : les perspectives commerciales semblent donc favorables dans l’immédiat pour le nouveau gouvernement40.

3. Jongler avec les contradictions du capitalisme malaisien

44La montée en puissance chinoise, au sein d’une mondialisation où la Malaisie était en très bonne place au cours des décennies précédentes, soulève cependant une autre question centrale pour le développement malaisien, celle dite du « piège des pays à revenus intermédiaires » (Felipe, 2012). Le Middle Income-trap est d’abord une menace ressentie et exprimée par le gouvernement au moment où le pays enregistrait les effets de la crise de 2009 (Lafaye de Micheaux, 2014b). Par la suite, elle a été démentie par les bons résultats économiques de la Malaisie dont la croissance s’est élevée à 5,9 % en 2017, et devrait atteindre, selon les chiffres du gouvernement publiés en novembre, 4,7 % en 2018 ; 4,9 % en 2019. L’horizon désiré du statut de nation à hauts revenus se rapproche en effet, après plusieurs années de croissance supérieure à 5 % (sauf 2013 :4,7 % et 2016 : 4,2 %). Pourtant la question continue à se poser au sein d’une Asie du Sud-Est, de plus en plus intégrée régionalement à l’Asie orientale, où les salaires des pays voisins, notamment le Vietnam, apparaissent attractifs dans les secteurs comme l’électronique qu’ils développent rapidement à leur tour.

45Avec Mahathir Mohamad, c’est un véritable expert dans la diversification des partenaires économiques et diplomatiques qui revient au pouvoir. Celui qui avait su jouer la carte de l’ouverture à la mondialisation pour assurer le développement souverain du pays devrait à nouveau habilement jongler avec les contraintes et les possibilités de l’insertion internationale, pour articuler ressources externes (capitaux, travailleurs, technologies importés) et besoins nationaux spécifiques dans le contexte d’une compétition régionale renouvelée. Dans cette dernière partie, les priorités formulées par le nouveau gouvernement sont articulées, dans une perspective plus large, à la structure institutionnelle du capitalisme malaisien. Soumises aux enjeux économiques présents, en particulier industriels mais aussi soumises à des attentes démocratiques extrêmement fortes, les réformes envisagées sont susceptibles de transformer le régime d’accumulation malaisien, si elles se donnent les moyens de prendre en charge, dernière la question du niveau de vie, celle des salaires, de la qualification et de la productivité des travailleurs.

3.1. Remonter la chaîne de valeur et requalifier la main-d’œuvre nationale

46L’idée, partagée au sein du nouveau gouvernement et de son administration économique, est qu’il ne s’agit plus de se laisser leurrer par les bons chiffres de la croissance, mais d’admettre que celle-ci est peut-être plus pauvre en qualité que celle des pays à hauts revenus. Ce diagnostic étant posé, la question des solutions à construire reste pour l’heure ouverte. En effet, la Malaisie souffre d’un problème ancien et chronique de qualité de sa main-d’œuvre qui limite l’éventail des emplois qualifiés de même que la R&D et donc pèse sur les possibilités de montée en gamme.

  • 41 Rapport de la Banque mondiale, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 22.

47Le haut et le bas de l’échelle des qualifications en Malaisie font l’objet de mouvements internationaux. Au niveau des hautes qualifications, on a assisté aux nombreux départs de diplômés malaisiens qualifiés, qui ne sont pas, le plus souvent, d’origine malaise (Chinois et Indiens de Malaisie). À Singapour, et selon le recensement de 2010, 47 % des travailleurs étrangers qualifiés sont malaisiens. Cette fuite des cerveaux qualifiés, le fameux brain drain, ne s’explique pas par la nécessité de fuir la pauvreté, mais par celle de s’éloigner d’un système économique et social fondé institutionnellement sur une large discrimination positive en faveur des Malais allant de l’éducation à l’emploi, en passant par la propriété de la terre et du capital, le soutien aux PME, le prix du logement et l’accès aux appels d’offres (Gomez & Saravanamuttu, 2013). Dans le même temps, le système éducatif lui-même souffre de défauts qualitatifs assez graves, en particulier dans l’enseignement supérieur (Lafaye de Micheaux, 2019), amenant beaucoup de jeunes malaisiens à faire leurs études à l’étranger, où ils s’installent ensuite facilement. À l’autre extrémité du spectre, l’abondant recours aux travailleurs étrangers (certains parlent d’un tiers de l’emploi privé industriel) permet de maintenir la pression sur les salaires des emplois non qualifiés, dans un contexte de manque structurel de main-d’œuvre et de chômage stable et très bas, inférieur à 3,5 %. D’ailleurs, le taux de chômage est en moyenne un peu plus marqué pour les diplômés (4,5 %) que pour les non-diplômés41.

48Le contenu en qualifications de la croissance et des exportations, la position de la Malaisie à l’avenir dans une compétition régionale où le Vietnam progresse rapidement et vient désormais se positionner sur une spécialisation en électronique et semi-conducteurs manifestement proche, renouent avec les analyses critiques plus anciennes de Jomo, Felker et Rasiah sur l’industrialisation malaisienne et son système nationale d’innovation : les réformes en la matière n’ont jamais été véritablement menées à bien.

49La dépendance aux technologies étrangères, donnée structurelle de l’industrialisation malaisienne et pan essentiel de son système productif, reste donc la solution pour avancer face à ces défis. Aussi le Japon a-t-il constitué la première visite officielle de Mahathir Mohamad à l’étranger, tout début juin. Le projet d’une nouvelle voiture y a été évoqué, non plus nationaliste comme l’était la Proton voulue par Mahathir Mohamad au début des années 1980 et développée dans les décennies suivantes, mais contribuant à réindustrialiser le tissu économique national et à dégager les effets d’apprentissage et l’entraînement technologique nécessaires. Il est attendu de cette coopération qu’elle permette de poursuivre une spécialisation qui repose aussi sur la montée en gamme industrielle. Les entreprises européennes et américaines de l’aéronautique ont déjà contribué à ces progrès depuis quelques années. Enfin, comme on l’a montré plus haut, les relations à la Chine, mieux calibrées et orientées, vont également être mobilisées dans d’autres secteurs pour repousser le piège d’une spécialisation bloquée en milieu de gamme et conduisant à maintenir les salaires à un niveau médiocre, à grand renfort d’importation de travail étranger.

50Dominée par le rôle de l’État dans l’économie, la structure institutionnelle du capitalisme malaisien ménage en effet à la forme institutionnelle du travail le rôle le plus subalterne (Gomez & Lafaye de Micheaux, 2017). Ce statut revêt une très forte continuité depuis la période coloniale. L’État malaisien, planificateur, producteur, investisseur, redistributeur a acquis depuis 1971 un rôle de tout premier plan dans l’accumulation et le développement (1). De ses orientations, et à l’appui de ses politiques industrielles et de redistribution, découle la dimension de l’insertion internationale (2) ré-engagée, lors des années 1970, dans le but explicite et premier de résoudre les contradictions sociales du pays, et en particulier la marginalité économique et la pauvreté des Malais, dits aussi Bumiputra, population majoritaire en faveur de laquelle une politique de discrimination positive a été adoptée. La dimension monétaire est au service de cette insertion et de la croissance (3) avant que ne soit définie la forme de la concurrence (4), complexe en Malaisie, car s’y entrecroisent les dichotomies nationale/étrangère ; entreprises publiques/privées et la dimension ethnique (entreprises sino-malaisiennes, Bumiputra – malaises, fortement soutenues par une politique de discrimination positive, autres.) et la question de la taille (PME versus – le plus souvent – grandes entreprises publiques ou multinationales étrangères). Dans ce schéma, le rapport salarial (5) est subalterne, totalement déterminé (voir la configuration 1971-2018, tableau 3).

  • 42 Elles ont conduit la Malaisie à en devenir le premier exportateur mondial en quelques mois, et prem (...)

51Nous estimons que le récent et rapide rapprochement avec la Chine, y compris sur les plans politiques, financiers, industriels et monétaires, bien que très important sur un plan quantitatif, n’a pas pour autant mis en jeu la stabilité ni encore moins la hiérarchie de l’architecture institutionnelle malaisienne. La dépendance du pays à la Chine est d’abord une étroite interdépendance, ensuite une forte asymétrie en raison des masses respectives et de la capacité potentielle de la Chine, par ces projets démesurés rapportés à l’échelle malaisienne, de déstabiliser un secteur (la sidérurgie) ; un marché immobilier localement (Iskandar) ; un marché (l’électricité sur laquelle la Chine se positionne essentiellement sans produire –solaire – ou en produisant à perte – barrages au Sarawak). Sans compter les dégâts environnementaux qu’une administration trop complaisante (ou corrompue) a pu laisser occasionner par des exploitations de bauxite dérégulées, avant de réagir tardivement comme au Pahang en 2015 et 201642. C’est donc au gouvernement d’assumer ses responsabilités en matière de réglementation en particulier environnementale, mais sa position prééminente dans la hiérarchie du système économique malaisien, reconnue et même soutenue par le pouvoir chinois, n’est pas remise en question.

52Ménageant les complémentarités institutionnelles existantes, les liens spécifiquement établis avec la Chine n’ont pas non plus véritablement mis en cause l’insertion internationale, puisque c’est le secteur de l’électronique qui a été le plus sollicité par le déploiement des échanges commerciaux, la coopération monétaire entre les pays étant plutôt venue soutenir l’édifice d’ensemble, conférant à la monnaie malaisienne une meilleure stabilité, et facilitant encore davantage des échanges déjà en place. Les projets de e-commerce transfrontière engagés avec Alibaba accélèrent ces échanges, à la fois marchands et monétaires, mais ne les créent ni ne les déforment. La forme de la concurrence enfin n’est pas bouleversée non plus, mis à part sans doute dans les secteurs de la métallurgie ou un pan particulier de l’immobilier résidentiel, puisque les entreprises publiques chinoises intervenant en Malaisie via des accords de coopération (« memorandum of understanding ») se lient le plus souvent à leurs partenaires malaisiens des compagnies publiques ou liées à l’État (Governement Linked Companies). Il semblerait toutefois que cette architecture institutionnelle, laissée intacte par la nouvelle dépendance à la Chine, soit porteuse, après plusieurs décennies et compte tenu de l’environnement régional marqué par une nouvelle vague de pays émergents, de certaines contradictions : cette cohérence pourrait se trouver modifiée dès lors que l’on envisage, dans les réformes en cours, une remise à plat de la question salariale.

3.2. Prendre en charge la question des salaires et du niveau de vie : un enjeu politique partagé

53La possibilité, pour le gouvernement malaisien de revenir, par une série de réformes cohérentes, sur la rémunération du travail articulée à l’amélioration des qualifications des salariés, afin d’ouvrir de nouvelles potentialités en matière de productivité, de capacités d’innovation et de compétitivité au sein des échanges régionaux semble se dessiner au lendemain des élections générales de mai 2018.

  • 43 Sur fond d’un scandale financier aux montants exorbitants avec, au premier plan, des perquisitions (...)
  • 44 Selon le Global Financial Integrity, la Malaisie arrive au 2e rang mondial derrière la Chine sur la (...)

54L’une des grandes priorités du gouvernement, la seconde selon le budget 2019, touche au « bien-être socio-économique des Malaisiens ». Sur ce sujet, on assiste en effet à un consensus des responsables de la Banque centrale et du directeur du budget au ministère des Finances, dont les réflexions se déploient à partir d’études scientifiques révélant la baisse du niveau de vie des 40 % les plus pauvres43. Outre l’affirmation renforcée du principe de la lutte contre la corruption, le souci de redistribuer des dividendes au-delà de la classe d’affaires est exprimé. La croissance doit redevenir plus « inclusive » et la question de la redistribution doit être sérieusement reposée. En effet, ce sujet n’a jamais déserté les discours politiques de l’UMNO, dans la mesure où les derniers budgets et le 11e Plan Malaisien évoquaient les mesures ciblées en faveur des quatre premiers déciles, le Bottom 40 faisant d’ailleurs l’objet d’une catégorie statistique en soi, particulièrement surveillée. Cependant, la réouverture de l’échelle des inégalités par le haut, l’enrichissement ostentatoire de la frange politique supérieure, l’explosion de l’évasion fiscale44 ont amené les Malaisiens à considérer que leur situation ne s’améliorait plus, voire se dégradait. La TVA de 6 % introduite par Najib Razak en 2014 s’est avérée hautement impopulaire dans ce contexte.

  • 45 Ang Jian Wei, Athreya Murugasu, Chai Yi Wei, « box.1: Low-Skilled Foreign Workers’ Distortions to t (...)

55Le relèvement du salaire minimum et l’orientation à la hausse du niveau général des salaires sont envisagés pour améliorer les perspectives sociales des jeunes diplômés malaisiens. De fait, la formation de la main-d’œuvre était déjà jugée comme « le maillon faible du système national d’innovation » selon G. Felker au début du xxie siècle. Les pistes envisagées par le gouvernement sont étonnamment larges. Sur le volet du travail et de sa revalorisation, une hausse du salaire minimum est prévue dans le budget 2019 : 1 100 MYR (soit 235 euros) par mois à partir du 1er janvier 2019, contre 1000 actuellement (le salaire minimum avait été instauré par Najib Razak en 2014). Mais les hésitations entourant la redéfinition de nouvelles formes institutionnelles (qui encadrent le régime d’accumulation) se sentent clairement à l’endroit des travailleurs immigrés45. Ce sujet est au cœur de tensions objectives entre le souci conjoncturel de faire diminuer le recours aux travailleurs immigrés pour tenter de contrer la montée du chômage des jeunes malaisiens diplômés ; le recours structurel à cette main-d’œuvre étrangère pour limiter la hausse des salaires ; la volonté de faire progresser les qualifications et la spécialisation industrielle vers une production à plus haute valeur ajoutée ; les évidentes limites éducatives qui freinent ces progrès. D’autant plus que la nécessité, inscrite dans une perspective de long terme, de redévelopper un système éducatif de qualité ne semble pas véritablement assurée par la nomination déjà controversée d’un ministre de l’Éducation, docteur en études islamiques.

  • 46 C’est sur ce plan que nous avons observé la principale distanciation entre les interventions publiq (...)

56La nouvelle politique à l’égard des travailleurs migrants s’inscrit sur un terrain où la Malaisie de Najib Razak était très mal classée par le Département d’État des États-Unis dans les rapports successifs sur le trafic d’êtres humains. La déshumanisation du traitement des étrangers et la corruption notoire des administrations en charge des travailleurs étrangers avaient été poussées très loin par le précédent régime. La chasse policière aux travailleurs clandestins s’est durcie en juillet et août 2018 : les étrangers sans papiers, très nombreux en particulier à Kuala Lumpur, font l’objet de mesures policières intensives et médiatisées. Ces mesures contredisent les ambitions et les attentes des défenseurs des droits en termes de progrès des droits humains, qui s’attendaient à ce que le cadre juridique, policier et administratif en la matière progresse rapidement sous le nouveau gouvernement. Cependant, un mois plus tard, à rebours de ce durcissement des conditions des migrants en Malaisie, la taxe pour les travailleurs étrangers prolongeant leur contrat en Malaisie est imputée aux employeurs au lieu d’être acquittée en quasi-totalité par les immigrés46.

57En mettant à l’agenda l’éducation, le travail et sa rémunération, et en envisageant de reconsidérer le recours massif au travail étranger peu qualifié, les réformes en cours pourraient conduire à profondément modifier la hiérarchie institutionnelle qui fait du rapport salarial la dimension la plus subalterne du capitalisme malaisien. Les nouvelles autorités sont conscientes qu’une clé de répartition de la valeur ajoutée d’environ 35 % pour les salaires contre 65 % pour la rémunération du capital, exceptionnellement favorable au capital, pourrait devenir source de blocage des progrès sociaux. Le consensus historique durable accompagnant le régime d’accumulation mis en place à partir de 1971 plaçait le développement conduit par l’État et tiré par les exportations, sous le signe d’une redistribution des ressources pro-Bumiputra (Gomez et Lafaye de Micheaux, 2017). Il avait donné lieu, au cours des dernières années, à une forte corruption, longtemps inscrite dans un système de patronage politique de la croissance, plus récemment liée à un nombre très restreint d’individus et centré sur le Premier Ministre Najib Razak (Gomez et al, 2017). Ainsi, le travail ferait-il à moyen et long terme l’objet de profondes transformations qualitatives et en termes de répartition : mieux rémunéré ; de moins en moins marqué par le critère ethnique ; favorisant la main-d’œuvre nationale au détriment de l’importation de travail étranger ; offrant des débouchés locaux aux jeunes malaisiens plus formés et mieux qualifié, sa transformation ouvrirait de nouvelles possibilités macroéconomiques et systémiques au capitalisme malaisien, bloqué dans une trajectoire de spécialisation à relativement bas salaires et faible contenu technologique.

3.3. Malaysia Baru : des réformes porteuses d’un nouveau régime d’accumulation

58Il semblerait ainsi qu’avec Mahathir Mohamad un nouveau régime d’accumulation s’esquisse actuellement : cette transition s’impose suite aux nombreuses contradictions dont le régime d’accumulation précédent, qui avait soutenu le pouvoir de l’UMNO, était porteur. Nous proposons d’inscrire en perspective historique longue la nouvelle structure institutionnelle qui, sur la base d’un consensus politique inédit, pourrait se dessiner sous nos yeux.

Tableau 3 : Configurations institutionnelles du capitalisme malaisien : une perspective historique

Formes institutionnelles

Malaya coloniale

1874-1957

Malaisie indépendante I

1957-1970

Malaisie indépendante II

1971-2018

Malaysia Baru

Post Élections

mai 2018

1

Sommet de la hiérarchie institutionnelle

Insertion internationale

Insertion internationale

Relation État/Économie

Relation État/Économie

2

Régime monétaire

domine l’insertion internationale entre 1939 et 1957 (Zone sterling)

Formes de la concurrence

Insertion internationale

Insertion internationale

3

Formes de la concurrence

Relation État Post colonial /Économie

Régime monétaire

Rapport salarial

4

Relations État Colonial/

Économie

Régime monétaire

Formes de la concurrence

Régime monétaire

5

Dimension la plus subalterne, dépendante des autres

Rapport salarial

Rapport salarial

Rapport salarial

Formes de la concurrence

Source : l’auteur

59Les nouvelles autorités politiques, de même que les premières administrations économiques du pays et en particulier Bank Negara, la banque centrale, telles qu’on a pu les rencontrer lors de notre récente enquête de terrain, ne savent pas encore très bien dans quel ordre procéder.

  • 47 Comme l’indique le préambule du discours sur le budget 2019, Lim Guan Eng, Budget Speech 2019, 2 no (...)

60Le maintien du rôle de l’État dans l’économie au premier rang semble acquis, tandis que la priorité politique est donnée à la lutte contre la corruption et le pillage de la nation. Le mandat démocratique en ce sens est sans équivoque : « les Malaisiens ont remplacé un gouvernement de kleptocratie générale par un gouvernement transparent (clean) et démocratique47 ». À l’automne, Najib Razak et sa femme avaient déjà été arrêtés et mis en prison. Dans chacun des cas, l’incarcération a été effective mais très courte et suivie d’une libération sous (conséquente) caution. Outre une villa coûteuse, d’innombrables biens de luxe ont été réquisitionnés et sont ainsi redevenus propriétés de l’État. Leur procès reste à venir, vraisemblablement en février 2019. Au principe de justice s’ajoute ici le souci de ramener dans les caisses de l’État la plus grande partie possible des milliards détournés, ce que permettront aussi l’arrestation et la condamnation du multimillionnaire Jho Low, jet-setter et homme d’affaires de Najib Razak. Plus systémique, la taxe sur l’héritage devrait être réintroduite, selon une annonce faite en octobre par Mahathir Mohamad. Le 2 novembre, elle n’apparaît toutefois pas dans le premier budget du nouveau gouvernement. En revanche, sur le strict volet des engagements en faveur du pouvoir d’achat, une baisse immédiate des taxes a été opérée au lendemain des élections, avec l’abandon de la TVA au 1er juin (passée de 6 à 0 %). Simultanément, l’objectif de soutien à la croissance est maintenu et réaffirmé via l’annonce d’une politique monétaire favorable à l’activité et au pouvoir d’achat, tandis que le projet de budget 2019 prévoit une inflation comprise entre 2,5 et 3,5 %, après 1,5-2,5 % en 2018.

  • 48 Entretien avec Mhd Rozlan Khadri, Monetary policy department, BNM, Kuala Lumpur, 23 août 2018 ; Zul (...)

61Une autre priorité gouvernementale est de restaurer la confiance dans les institutions. Cela devrait permettre à l’État de retrouver de l’efficacité dans la conduite du développement et de dégager des marges de manœuvre budgétaires. L’une des premières mesures a donc été de reconsidérer les mandats des grandes bureaucraties et des entreprises publiques ou semi-publiques, dites Government linked companies. Nées des politiques pro-malais de l’UMNO, ayant participé au succès politique de Najib Razak et au soutien artificiel de l’activité économique, via jusqu’à 50 % des investissements au cours de la décennie 2010, ces entreprises ont constitué en quelques mois, et en quelques déclarations fracassantes de leurs dirigeants, une ligne de fracture au sein de la bureaucratie, selon les allégeances personnelles aux hommes politiques clés du pays (Mahathir Mohamad, Daim, Najib Razak, Anwar etc.). La volonté de redéfinir le rôle du gouvernement dans l’économie, devenu très étendu au cours des dernières décennies (Gomez et al., 2017), en partant du large secteur des grandes entreprises et diverses agences publiques, est très claire. On peut en cela considérer que la dimension institutionnelle dite des formes de la concurrence serait en passe de devenir la plus subalterne ; car, sortant de la logique de patronage au service de la continuité du pouvoir politique, elle devient elle-même directement dépendante de la dimension financière et monétaire. Ceci s’opère par le vecteur d’une banque centrale en support de la croissance et des réformes, au service d’un soutien actif au pouvoir d’achat et à la réduction de nouvelles inégalités48. Cependant, l’annonce de la mise au pas des grandes entreprises publiques, de la bureaucratie économique et des entreprises liées au gouvernement, fait encourir un risque de blocage de l’administration malaisienne. En effet, celle-ci est en majorité d’ethnie malaise, elle est directement le produit du compromis historique précédent. Cependant, une large partie d’entre elle ayant voté pour la nouvelle Malaisie, la conversion du système bureaucratique et économique publique malaisien, souhaitée par le nouveau gouvernement, reste tout à fait possible. Les récents départs d’importants membres du parti UMNO pour la coalition de gouvernement, comme celle de Mustapa Mohamed, l’ancien ministre du commerce international et de l’industrie de Najib Razak, devraient faciliter ce basculement.

62Ainsi, et dans le contexte qui s’esquisse actuellement, la relation salariale, articulée à nouveaux frais aux autres formes institutionnelles, deviendrait une nouvelle force du développement. Cette transition pourrait s’opérer dans un cadre de relative prospérité économique, de dépendance maîtrisée à la Chine et à la faveur d’une rupture politique, elle-même vectrice d’une continuité plus forte qu’il n’y paraît.

Un changement structurel profond envisagé pour le capitalisme malaisien, dans le cadre d’une dépendance aménagée et consentie à la Chine

  • 49 Asean-Today, 9 octobre 2018, « How a Political Trial is Straining Sino-Malaysian Relations ».

63En octobre 2018, un nouvel élément vient mettre en lumière la relation Malaisie-Chine autour du procès de Najib Razak pour les détournements de fonds (1MDB) qui se montent à plusieurs milliards de dollars. Cette action de la justice est nécessaire dans le cadre du retour de l’état de droit, et cohérent avec les efforts entrepris par le gouvernement pour lutter contre la corruption au niveau de la tête des grandes entreprises publiques. Elle implique non seulement la femme de Najib Razak, également arrêtée, mais aussi Jho Low, homme de main de Najib Razak. Placé en accusation par contumace et sous mandat d’extradition, le multimillionnaire serait à Macao et entrerait désormais dans un jeu de marchandage, selon les termes de Mahathir Mohamad, de la part de la Chine, qui pour le moment, se garde de le remettre aux autorités malaisiennes49. La capacité de Mahathir Mohamad à obtenir au moment où il le souhaite ce qu’il demande légitimement sera, sans doute, un test de son pouvoir personnel de persuasion vis-à-vis de la Chine, connue pour sa forte résistance aux demandes d’extradition. Mais devra-t-on, comme le soulignent les commentateurs, y voir une mise en jeu de la souveraineté du pays dans le cadre de la nouvelle dépendance ? En mai, les commentateurs estimaient que la victoire politique malaisienne allait conduire la Chine à réviser son modus operandi peu regardant de l’éthique et des droits humains en Asie du Sud-Est ; en octobre, c’est le doute qui domine dans la presse internationale. Cependant les lignes de force de la « précieuse relation » sont tellement bien dessinées désormais, que l’on penche plutôt vers une dépendance maîtrisée, pensée sur le long terme et sans à-coups politiques, et qui permettra à Mahathir Mohamad, puis à son successeur, de continuer à construire la prospérité du pays dans un cadre financier, économique et géopolitique apaisé. C’est notre opinion à l’heure où, en particulier lors de la visite d’État en Chine en août 2018, il a été signifié et entendu que la corruption n’était plus de mise ; où les intérêts communs pour la paix et l’intégration économique régionale ont été rappelés ; où les domaines de transferts de technologie des investissements chinois vers la Malaisie sont conjointement identifiés, et où, enfin, il a été acté que la ligne de train Est-Ouest connectera effectivement le port en eaux profondes de Kuantan en mer de Chine du Sud, à Klang, sur le détroit de Malacca.

64Les élections malaisiennes ont bien constitué une surprise : c’est un véritable coup de théâtre démocratique né de larges aspirations en matière de justice, de retour au droit et de préservation du pouvoir d’achat. Tout en ménageant une forme de continuité dans un grand nombre de domaines, la nouvelle dépendance économique et ses soubassements politiques vis-à-vis de la Chine ont amené le nouveau gouvernement à reconsidérer de manière extensive des relations devenues trop étroites et marquées par les malversations et le soutien à un régime corrompu. Le grand voisin avait soutenu Najib Razak et engagé la Malaisie dans une forme de dépendance nouvelle et encombrante pour ce pays très ouvert mais jaloux de sa souveraineté. Cette dépendance à la Chine, qui ne mettait cependant pas en cause la structure institutionnelle du capitalisme malaisien va clairement être re-calibrée et définie à nouveaux frais. Mahathir Mohamad jongle avec les différents partenaires économiques et diplomatiques du pays, pour mener à bien des réformes (travail, salaires, éducation, droits fondamentaux, réindustrialisation) jugées nécessaires à la poursuite du développement du pays. En le faisant, il pourrait moins, finalement, réduire les liens avec la Chine que modifier en profondeur le caractère du capitalisme malaisien, notamment en revenant pour la première fois de l’histoire économique moderne sur une répartition des revenus structurellement défavorable au travail. L’articulation entre le maintien d’une dépendance au commerce, aux technologies et aux capitaux étrangers, avec la remontée de la part du travail dans la valeur ajoutée, pourrait faire figure de modèle.

Haut de page

Bibliographie

Banque centrale de Malaisie (2018), « A Critical Assessment of Direct Investments Abroad (DIA) and the Changing Nature of Foreign Direct Investments (FDI), Bank Negara Malaysia Quaterly Bulletin (16p.), mars 2018.

Banque centrale de Malaisie (2017), BNM Annual Report 2017, Kuala Lumpur.

Bastide L. (2019), « Internationalisation des marchés du travail et mobilisation de la rente migratoire en Malaisie », in Delfolie D., Fau N. & E. Lafaye de Micheaux (dir.), Malaisie Contemporaine, Bangkok-Paris, IRASEC-Indes Savantes. (à paraître)

Boyer R. (2016), Économie politique des capitalismes, Paris, La Découverte.

Delfolie D., Fau N. & E. Lafaye de Micheaux (2016), « Malaisie-Chine : examen politique, socio-économique et socio-géographique d’une relation inscrite dans la continuité », Carnet de l’Irasec/Irasec Discussion Paper, 272 p. http://www.irasec.com/ouvrage135

Dellas J. (1953), « La zone monétaire sterling », Revue économique, vol. 4, no 6, p. 859-883.

Devadason Evelyn S. (2015), « Framing China-Malaysia trade relations beyond ASEAN:

Factoring the Regional Comprehensive Economic Partnership », The Journal of Developing Areas, vol. 49, no 2.

Fau N. (2019), « Iskandar Malaysia : le nouveau mégaprojet de la Malaisie contemporaine », in Delfolie D., Fau N. & E. Lafaye de Micheaux (dir.), Malaisie Contemporaine, Bangkok-Paris, IRASEC-Indes Savantes. (à paraître)

Fau N. & B. de Tréglodé (dir.) (2018), Mers d’Asie du Sud-Est, Paris, CNRS éditions.

Felipe J. (2012), « Tracking the Middle-Income Trap: What it is, Who is in it, and Why? », ADB Economic Working Paper Series no 306.

Felker G. (2003), « Southeast Asian industrialisation and the changing global production system », Third World Quarterly, vol. 24, no 2, p. 255-282.

Felker G. (2015), « Malaysia’s Development Strategies, Governing distribution-through-growth », in Meredith Weiss (ed.), Routledge Handbook of Contemporary Malaysia, Abingdon, Routledge, p. 133-147.

Figuière C. & Guilhot L. (2007), «Vers une typologie des "processus régionaux", le cas de l’Asie Orientale », Revue Tiers-Monde, Vol.192, n°4, 895-917.

Furnivall J. S. (1948), Colonial Policy and Practice: A Comparative Study of Burma and Netherlands India, New York, New York University Press.

Gomez. E. T. & K. S. Jomo (1999), Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits (1997), Cambridge, Cambridge University Press.

Gomez E. T. & J. Saravanamuttu (2013), The New Economic Policy in Malaysia, Petaling Jaya, Sird.

Gomez. E. T., Lee A. A. & E. Satkunasingam (2015), « The State’s Business: Government-Linked Companies, the Financial Sector, and Socioeconomic Development in Malaysia », in Gomez E. T., Bafoil F. & Kee Cheok Cheong, The State’s Return to Business: The Global Financial Crisis, Neo-liberalism, and GLCs, Abingdon, Routledge.

Gomez. E. T. & E. Lafaye de Micheaux (2017), « Diversity of Southeast Asian Capitalisms: Evolving State-Business Relations in Malaysia”, in Nederveen Pieterse J., Embong A.R. & S.-Y. Tham, Changing Constellations of Southeast Asia: From Northeast Asia to China, Abingdon, Routledge.

Gomez E. T., Padmanabhan T., Kamaruddin N., Bhalla S. & F. Fisal (2017), Minister of Finance Incorporated, Ownership and Control of Corporate Malaysia, Singapour, Palgrave MacMillan.

Jomo K. S. (ed.) (1993), Industrialising Malaysia. Policy, Performance, Prospects, London, Routledge.

Jomo K. S. (ed.) (1995), Privatizing Malaysia. Rents, Rhetoric, Realities, Boulder, Westview Press.

Jomo K. S. (1988), A Question of Class. Capitalism, the State and Uneven Development in Malaysia, Singapour, Oxford University Press.

Jomo K. S. (1998), « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development, vol. 26, no 8, p. 1563-1574.

Jomo K. S. (2001), « Rethinking the role of government in Southeast Asia », Rethinking the East Asian Miracle, in Stiglitz J. & S. Yusuf (eds), Washington/New York, World Bank/Oxford University Press, p. 461-508.

Jomo K. S., Felker G. & R. Rasiah (eds.) (2000), Industrial Technology and Development in Malaysia Industry and Firm Studies, London, Routledge.

Khoo B. T. (1995), Paradoxes of Mahathirism. An Intellectual Biography of Mahathir Mohamad, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Lafaye de Micheaux E. (2012), La Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, ENS Éditions.

Lafaye de Micheaux E. (2014a), « Chine-Malaisie (vue de Malaisie) : menace ou relation consensuelle inscrite dans la continuité ? », dossier « Economie Politique de l’Asie » (II. Asie Orientale), opinion débat, Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014. http://regulation.revues.org/10760

Lafaye de Micheaux E. (2014b), « La Malaisie aux prises avec le middle-income trap? 2003-2013 : incertitudes du présent et crispations politiques », Dynamiques Internationales, vol. 9, no 4, p. 3-22.

Lafaye de Micheaux (2016), « La Malaisie de Najib Razak : solidité économique sur fond de tension politique », IFRI : Asie Visions, no 85, Avril.

Lafaye de Micheaux E. (2017), The Development of Malaysian capitalism, From British Rule to the Present Day, Petaling Jaya, SIRD.

Lafaye de Micheaux E. (2017), « Malaisie 2017 : Disgrâce », Asie du Sud-Est 2017, A. Pesses et C. Tran (eds), Bangkok-Paris, IRASEC-Indes Savantes.

Lim G. (2015), « China’s investments in Malaysia: choosing the “ right ” partners  », International Journal of Chinese Studies, 6:1, 1-30.

Morin A. (2019), Stratégies d’implantation des entreprises publiques chinoises au Cambodge et en Malaisie, thèse de doctorat, Université Rennes 2 (non soutenue).

Nazrin Shah (Sultan), (2017), Charting the Economy: Early 20th Century Malaya and Contemporary Malaysian Contrasts, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Tham S.-Y. (2018), « Chinese Investment in Malaysia: Five Years into the BRI », ISEAS Perspective, no 11, February.

Li R. & K-C. Cheong (2017), « Huawei and ZTE in Malaysia: The Localisation of Chinese Transnational Enterprises », Journal of Contemporary Asia, vol. 47, no 5, p. 52-73.

Teh Y.K. (2018), From BMF to 1MDB, A Criminal and Sociological Discussion, Petaling Jaya, SIRD.

Yeoh K.K. (2018), « Malaysia: Perception of Contemporary China and Its Economic, Political and Societal Determinants », The Pacific Review, October 2018. DOI : 10.1080/09512748.2018.1480522

Haut de page

Notes

1 1 Malaysia Development Berhad (1MDB) est un fonds public d’investissement créé par Najib Razak en 2009, qui cumulait les postes de Premier ministre et de ministre des Finances. Nous détaillions et analysions dans un texte intitulé « Disgrâce », les fondements de ce scandale au retentissement planétaire et ses immédiates répercussions politiciennes. Dès lors que la critique et l’expression publique étaient devenues quasi impossibles, dans un contexte politique de plus en plus répressif mêlant l’intimidation et la menace, ce scandale avait engendré une forme de honte, d’accablement et de désespoir populaire (Lafaye de Micheaux, 2017). Pour une étude complète de 1MDB, voir Teh Yik Koon (2018).

2 Le Parti communiste chinois est lié depuis 2010 par un accord (MoU) à l’UMNO. Un partenariat stratégique a été établi en 2014, l’année de l’amitié Malaisie-Chine. Plusieurs visites d’État ont été échangées. Des accords industriels commerciaux de très grande ampleur (plusieurs dizaines de milliards de US$) ont été signés en novembre 2016.

3 En effet Anwar Ibrahim, ancien vice-Premier ministre de Mahathir Mohamad jusqu’à son renvoi et emprisonnement politique en 1998, était devenu le fer de lance, à la fin des années 1990 du mouvement d’opposition Reformasi, puis le leader de la première coalition d’opposition Pakatan Rakyat. Il a été à ré-emprisonné sous Najib Razak, consécutivement à un nouveau simulacre de procès en février 2015.

4 La présente chronique repose sur une série d’entretiens et d’observations rendue possible grâce à l’invitation de l’Ambassade de France et à un accueil à l’Institut Pondok Perancis, Kuala Lumpur, Malaisie.

5 Le Council of Eminent Personnes (CEP), appelé ironiquement Council of Elderly Personnes, a été constitué par l’ancien ministre Daim, connu en Malaisie pour avoir développé la corruption à grande échelle lors des privatisations qu’il a conduites dans les années 1980. Il avait été rappelé par Mahathir Mohamad après la crise asiatique de 1997, alors qu’il était aussi trésorier du parti UMNO (Gomez & Jomo, 1999, p. 53-56 ; Jomo, 1995). Aux hautes figures intellectuelle et administrative de K. S. Jomo et Tan Sri Zeti s’ajoutent enfin l’homme le plus riche du pays et presque centenaire « roi du sucre » Robert Kuok, grand magnat du capitalisme familial sino-malaisien, multimilliardaire de l’agroalimentaire, et Tan Sri Hassan Marican, ancien président de Petronas, l’entreprise pétrolière publique et première multinationale malaisienne.

6 « China’s south-east Asia push threatened by new Malaysia régime. Status as Belt and Road posterchild at risk as Mahathir vows to review Chinese projects » dans le Financial Times du 16 mai 2018 ; ou encore, le même jour, dans The Diplomat, « What’s Next for Malaysia-China Relations After the 2018 Elections? A closer look at how bilateral ties will likely shape up under the new government in the coming years ».

7 Pour l’Ambassade de France, la croissance (5,9 % en 2017) est jugée robuste. Un autre point de vigilance porte sur l’endettement privé, en particulier des ménages (84 % du PIB, + 2 points par rapport à 2010). « Malaisie, cadre économique et financier », Publications du service économique, DG Trésor, août 2018.

8 À l’occasion de la présentation du Budget 2019, le ministre des Finances a publié son traditionnel rapport économique, le 2 novembre 2018. La dette publique imputable à 1MDB serait de 44 milliards de MYR (10 mds US$).

9 Pris dans une phase de chute des ressources budgétaires liées au pétrole, le gouvernement précédent résolvait la quadrature du cercle en sortant artificiellement de ses comptes un grand nombre de projets d’investissements publics (Lafaye de Micheaux, 2016).

10 World Bank, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 28-29.

11 Malaisie, Ministère des finances, Budget 2019, 2 novembre 2018.

12 Entretien, Putrajaya, 24 août 2018. Sous l’ancien gouvernement, Johan Mahmood Merican était le directeur adjoint de la planification au sein de l’Economic Planning Unit (EPU), une entité directement rattachée au Premier ministre, lui-même alors ministre des Finances. La réorganisation de l’administration économique, dont le déclassement d’EPU dépendant désormais du ministère des Affaires économiques, a été opérée par le nouveau gouvernement qui n’a pas l’intention d’accorder le même pouvoir ni les mêmes moyens à la planification à l’avenir. L’ancien numéro 2 d’EPU est en charge du budget au ministère des Finances à Putrajaya, dans un ministère dirigé par le Secrétaire général Ahmad Badri. La sérénité et le caractère cohérent de ses vues par rapport à celles de la banque centrale et aux échos du Conseil des Éminentes Personnalités confèrent de la crédibilité aux réformes qui vont être engagées.

13 Nous citons ici le Premier ministre afin de restituer cette langue politique très particulière, toujours théâtrale, excessive, expressive et ironique, qui communique, sur la scène domestique, un projet et un message politique essentiels. Langue que les Malaisiens entendent et comprennent dans le cadre de la culture politique malaise et malaisienne décrite par C. Kessler (1995) après A. Milner (1962) et qu’il serait certainement insuffisant de qualifier ici de diatribe populiste. Tout autre est le ton du discours du même Mahathir Mohamad à la 73e Assemblée des Nations Unies, le 28 septembre 2018.

14 Cette visite s’est déroulée entre le 17 et le 21 août après celle rendue dès le mois de juin au Japon, pour bien souligner que Mahathir Mohamad souhaite conserver la maîtrise de son agenda diplomatique, et son souhait de revenir lui-même sur la hiérarchie entre les puissances régionales.

15 Les postes de la haute fonction publique sont pris, dès l’été, dans des jeux d’allégeance à forte dimension personnelle : largement clivés non seulement selon la ligne de partage UMNO/ Pakatan Harapan mais aussi, au sein de la nouvelle coalition, par une fracture selon le pour ou contre Daim. Mahathir Mohamad n’est pas neutre dans cette dynamique et s’inquiète des possibilités de sabotage, dont chacun comprend qu’elle peut miner le crédit et l’action du nouveau gouvernement. À titre d’exemple, Dr Suraya Ismail, chercheuse au Khazanah Research Institute (KRI), devenue directrice après le départ de son directeur Dato’ Charon Mokzhani, qui juge extrêmement injustes et destructrices les déclarations cinglantes de l’exécutif à propos de Khazanah, le premier fonds souverain du pays et bras armé du gouvernement. Khazanah a été publiquement accusé de ne pas avoir rempli son mandat : tout le conseil d’administration a démissionné (Entretien, KRI, Kuala Lumpur, 20 août 2018). À l’inverse, Dato’ Charon Mokzhani, ancien membre du CA de Khazanah et proche de Daim, a pris la tête du département des investissements du Malaysian Industrial Development Finance Bhd, le plus ancien fonds de développement des investissements domestiques (1965), désormais rattaché à l’autre très grand fonds d’investissement national PNB, désormais présidé par Tan Sri Zeti. À la colère qui s’exprime à Khazanah s’oppose l’optimisme face à l’avenir de MIDF (Entretien, 17 août 2018, MIDF, Kuala Lumpur).

16 Straits Times (Singapour), 1er juin 2018 : « Scrapping high-speed rail project will carry high costs for Malaysia », citant depuis Pekin le tabloïd chinois Global Times.

17 Financial Times, 23 mai 2018 : “Malaysia will take a shrewder view on investment from China, From Jomo Kwame Sundaram, Kuala Lumpur, Malaysia.” https://www.ft.com/content/d0c0e63a-5dab-11e8-ad91-e01af256df68

18 Quatre sur cinq  des priorités malaisiennes figurent dans les dix secteurs retenus par la Chine : l’éducation, l’information, les télécommunications, la santé, les soins aux personnes âgées, les équipements aérospatiaux et aéronautiques, les voitures électriques, les transports et les énergies renouvelables.

19 The Diplomat, 16 juin 2018 : « How China Lost Sight of Malaysia’s Changes. China’s ethical missteps in Malaysia offer lessons for the Belt and Road », Peter T.C. Chang (ICS, University of Malaya).

20 Dans les derniers temps d’une campagne compliquée et extrêmement courte (11 jours), quelques personnalités qui suivaient les déplacements politiques avaient senti croître la foi dans la possibilité de la victoire de Mahathir Mohamad et ses alliés. Eddin Khoo, intellectuel malaisien et fils du grand historien national Khoo Boo Teik, journaliste et écrivain, en faisait partie. Entretien, Kuala Lumpur, 2018.

21 Dans une lettre rendue publique ultérieurement, Najib Razak avait demandé le soutien de la CIA en cas de désordres publics : ceux-ci étaient envisagés non pas en cas d’échec, mais bien suite à une trop courte victoire.

22 Avocate et ancienne présidente du barreau de Malaisie, étroitement surveillée par le pouvoir dont elle dénonçait systématiquement et farouchement les atteintes aux droits humains comme à la constitution, Dato’ Ambiga Srenevasan a été nommée, au lendemain des élections, membre de la commission de réforme des institutions, chargée de la transformation du droit malaisien et de son système judiciaire en général. Entretien, le 24 août 2018, Kuala Lumpur.

23 The Star, 31 mai 2018, « More Chinese firms invest in Malaysia after new Govt installed ».

24 Miss Choo, directrice de la planification, MIDA, 20 août 2018, Kuala Lumpur. Avec 37 ans de métier au MIDA, Miss Choo a conduit durant des décennies le département de statistiques, qu’elle a tenu avec une rigueur et une impartialité légendaires, se rendant indispensable auprès des ministres successifs. Devenue directrice de la planification, elle semble manifestement heureuse de se mettre au service du nouveau gouvernement. Mais, lors de notre visite, le statu quo entoure l’activité de cette administration confiante dans son avenir et dans celui du pays, car le nouveau ministre (Darell Leiking) n’était alors pas encore nommé. Le précédent (et très respecté) ministre du Commerce International et de l’Industrie, élu du parlement pour l’UMNO, ralliera lui-même le Pakatan Harapan le 27 octobre 2018.

25 Mohamad Nozlan Khadri, directeur adjoint du département de la politique monétaire où il travaille depuis de nombreuses années. À la différence des autres administrations moins indépendantes, la continuité est extrêmement forte à la banque Centrale : au poste de gouverneur, Nor Shamsiah, ancien adjoint pour la finance de Zeti, succède à Muhammad bin Ibrahim, ancien adjoint pour les investissements de Zeti. En poste à la banque centrale depuis 1987, Shamsiah y a été vice-gouverneur à partir de 2010 avant de quitter l’institution en avril 2016, en même temps que Zeti qui résistait alors à Najib dans une période troublée par le scandale 1MDB. À l’époque, c’est le premier adjoint, Mohamed Ibrahim, qui avait été nommé gouverneur à sa suite avant d’être remercié par la nouvelle équipe au pouvoir. Shamsiah a été rappelée du FMI à New York le 18 juin et, nommée par Mahathir Mohamad, a pris son poste de gouverneur au 1er juillet. Entretien, Bank Negara, Kuala Lumpur, 23 août 2018.

26 Entretiens, Kuala Lumpur, 17 août et 24 août 2018.

27 CIMB-PRINCIPAL, China Direct Opportunities Fund Prospectus, “Harnessing the opportunities from direct investments in China A-Shares”, mai 2018. Nous ne disposons pas encore de données sur l’activité de ce fonds, dans la mesure où le premier bilan en sera établi dans le premier rapport annuel, qui ne sera publié que début 2019.

28 Entretien, Bank Negara, Kuala Lumpur, 23 août 2018.

29 La chute des exportations malaisiennes de 16 % a été résorbée dès l’année suivante.

30 The News Straits Times, juin 2018, « Bilateral trade between Malaysia, China to exceed US$100 bln ».

31 Source : Ministère de l’Industrie et du Commerce, MITI, 2018, dernières données disponibles.

32 Xiamen est la ville chinoise dont l’université a ouvert une antenne en Malaisie, à Sepang, près de l’aéroport : les travaux avaient été inaugurés par Najib en 2014.

33 Le but affiché est de doubler le volume du e-commerce à l’horizon 2020 pour le porter à 211 mds de MYR, soit 50 mds US$ en 2020. Six directions sont privilégiés : accélérer l’adoption du e-commerce par les vendeurs ; élever l’adoption des approvisionnements par le même biais (e-procurement) ; lever les barrières non tarifaires (documents remplis en ligne ; paiement électronique transfrontalier ; protection des consommateurs) ; refondre les systèmes d’incitations ; investir dans les partenaires stratégiques du e-commerce ; promouvoir les marques nationales par le biais du e-commerce). World Bank, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 59.

34 Cainiao, la filiale logistique d’Alibaba, Lazada, le vecteur d’e-commerce d’Alibaba en Asie du Sud-Est et la poste malaisienne devaient développer ensemble un centre régional d’e-distribution à la fin 2017 (il s’agit d’assurer la fonction de e-fulfillement), tandis que le Alibaba Cloud, bras informatique du groupe, prévoyait déjà d’ouvrir un centre en Malaisie.

35 « Alibaba Signs MoU with Malaysia’s MDEC and Hangzhou Municipal Government to Facilitate Global Trade for SMEs Under eWTP », Hangzhou, China, May 12, 2017.

36 e-fulfilment hub : a one-stop online cross-border trading services platform, cooperation in e-payment and financing, and the development of e-talent training that will support Malaysia’s planned transformation into a digital economy”, Source : communiqué de presse (Alibaba) :« Alibaba Signs MoU with Malaysia’s MDEC and Hangzhou Municipal Government to Facilitate Global Trade for SMEs Under eWTP », Hangzhou, China, May 12, 2017. Pour mieux « comprendre » le climat et le contexte de cette initiative : https://www.youtube.com/watch?v=SzPqkEDSVDw

37 World Bank, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 57-60.

38 MITI 2017 Report, p. 44.

39 Muhamad Aizuddin, Lim Boon Seong, Daryl Yong, Chang Wen Huei, Rantai ak Naga, Ooi Kiesha, Catharine Kho, « Escalating Trade Tensions and Potential Spillovers to Malaysia », BNM Quaterly Bulletin, 3rd Quarter, 2018.

40 Malgré un recul des biens agricoles qui représentent 7 % de ses exportations, contre 84 % d’exportations industrielles manufacturées et 9 % pour les produits miniers (dont pétrole et gaz) ; Source Matrade/ MITI.

41 Rapport de la Banque mondiale, Malaysia Economic Monitor 2018, p. 22.

42 Elles ont conduit la Malaisie à en devenir le premier exportateur mondial en quelques mois, et premier fournisseur de la Chine (50 % de ses importations). Cette activité, sous moratoire depuis, devrait reprendre selon une annonce du gouvernement Mahathir Mohamad en septembre 2018.

43 Sur fond d’un scandale financier aux montants exorbitants avec, au premier plan, des perquisitions dans les nombreuses résidences de Najib et de sa femme, les images de sacs à main de luxe par centaines, de diamants extravagants ou encore de l’immense yacht de Jho Low, d’une valeur de 250 millions de US$ et dont le Trésor ne pourra jamais récupérer la valeur.

44 Selon le Global Financial Integrity, la Malaisie arrive au 2e rang mondial derrière la Chine sur la décennie 2000-2010 pour l’évasion fiscale (Antonin Morin, 2019, thèse de doctorat non publiée).

45 Ang Jian Wei, Athreya Murugasu, Chai Yi Wei, « box.1: Low-Skilled Foreign Workers’ Distortions to the Economy », Bank Negara Report 2017, 2018, p. 35-43.

46 C’est sur ce plan que nous avons observé la principale distanciation entre les interventions publiques de Mahathir Mohamad et le discours de ses hauts fonctionnaires (banque centrale, ministère des Finances) sur les travailleurs étrangers.

47 Comme l’indique le préambule du discours sur le budget 2019, Lim Guan Eng, Budget Speech 2019, 2 novembre 2018 (p. 2). http://www.treasury.gov.my/pdf/budget/speech/bs19.pdf

48 Entretien avec Mhd Rozlan Khadri, Monetary policy department, BNM, Kuala Lumpur, 23 août 2018 ; Zul-Fadzli Abu Bakar and Ho Sui-Jade, « Central Banking and Inequality: The Current State of the Conversation », Bank Negara Malaysia Quaterly Bulletin no 1, 2017. http://www.bnm.gov.my/files/publication/qb/2017/Q1/p8_fa1.pdf

49 Asean-Today, 9 octobre 2018, « How a Political Trial is Straining Sino-Malaysian Relations ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La Fédération de Malaisie dans son environnement régional
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Carte 2. Localisation des principaux investissements chinois en Malaisie
Crédits Source : Nomura ; Land Public Transport Commission© FT
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 1. La Chine dans le commerce total malaisien (2004-2017)
Légende Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF
Crédits Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 1 bis : Zoom sur les balances commerciales (2004-2018)
Légende Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF
Crédits Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Graphique 2. Les exportations à destinations des principaux partenaires (2004-2017)
Légende Vous pouvez consulter ce document en annexe au format PDF
Crédits Source : Bank Negara, tableau 3.6.3., 2018
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/13949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Lafaye de Micheaux, « Malaysia Baru : réaménager la nouvelle dépendance du capitalisme malaisien à la Chine », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13949 ; DOI : 10.4000/regulation.13949

Haut de page

Auteur

Elsa Lafaye de Micheaux

Centre Asie du Sud-Est, UMR 8170 CNRS-EHESS-INALCO, Paris ; Maître de conférences à l’Université Rennes 2 ; elsa.lafaye-demicheaux@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page