Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La sociologie contre le raisonnement national

À propos de l’ouvrage de Cédric Hugrée, Étienne Pénissat et Alexis Spire : Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent
Quentin Ravelli
Référence(s) :

Cédric Hugrée, Etienne Pénissat et Alexis Spire, Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2017, 272 p.

Texte intégral

1Dans une période de montée en puissance du nationalisme, les livres qui s’efforcent de penser les phénomènes sociaux en dehors des frontières nationales sont trop rares. Moins fréquents encore sont ceux d’entre eux qui ne se contentent pas d’une vision abstraite, acritique – et ne s’embarrassant pas de précision sociologique – concernant une « mondialisation néolibérale » illusoirement conçue comme une pure entreprise de disparition des frontières. Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent réussit cet exercice à contre-courant, en montrant qu’il est possible de raisonner statistiquement à une échelle européenne, et surtout de penser les logiques de classes, avec leurs faux-semblants politiques, à l’échelle d’un bloc de vingt-huit pays. La démarche est d’autant plus ardue que le raisonnement national, multiforme, est loin de se réduire à l’essor de l’extrême droite politique, et se manifeste aussi sous les traits d’un patriotisme économique diffus, devenu une sorte de consensus idéologique dont les sciences humaines ont du mal à se départir. On comprend donc que la démarche des trois auteurs « constitue aussi un acte politique : au-delà du tableau descriptif des inégalités, il s’agit de se demander quelles sont les conditions de possibilité d’un mouvement social européen » (p. 10). De ces deux points de vue, l’objectif est atteint, et on peut espérer que cette démarche de décloisonnement sera suivie – même si une attention aux questions des migrations et du racisme, ou à leur absence des statistiques européennes utilisées, aurait été bienvenue.

Vers une nouvelle cartographie internationale des classes sociales

2Au fil des pages, revient de manière récurrente et convaincante une critique des raisons de l’occultation des logiques de classes internationales : « cette manière de mettre toujours en avant les particularités nationales est la meilleure façon de laisser dans l’ombre les fortes inégalités sociales » (p. 59). En cherchant à inverser cette tendance, les auteurs puisent à une nouvelle source de données empiriques et à un nouvel outil de classification : d’une part la « stabilisation depuis une dizaine d’années d’enquêtes européennes sur l’emploi et les conditions de vie à partir de grands échantillons » (p. 23), en particulier trois enquêtes européennes supervisées par Eurostat (Labour Force Survey, European Union Statistics on Income and Living Conditions et Adult Education Survey) et d’autres enquêtes comme l’European Working Conditions Survey ; d’autre part la mise en place depuis 2014 d’une classification socioprofessionnelle harmonisée en Europe, appelée European Socio-Economic Group (ESEG) et adoptée en 2016 par Eurostat » (p. 24). Cette catégorisation distingue sept groupes socioprofessionnels (cadres dirigeants ; professions intellectuelles et scientifiques ; professions intermédiaires salariées ; petits entrepreneurs non-salariés ; employés qualifiés ; ouvriers qualifiés salariés ; professions salariées peu qualifiées) auxquels s’ajoutent les retraités et autres personnes sans emploi. Ces catégories se subdivisent en trente sous-groupes (on trouve par exemple, parmi les « professions salariées peu qualifiées », les « personnels de services et employés de commerce », « ouvriers peu qualifiés et manœuvres », « agents d’entretien et ouvriers agricoles »), qui résultent d’une réflexion ouverte dans les années 1990 et prolongée dans les années 2000 autour du « multipositionnement » sociologique, qui a suscité d’âpres débats. Ils doivent beaucoup aux travaux de David Rose et Eric Harrison, qui s’inspirent des théories de John Harry Goldthorpe, spécialiste de la stratification et de la mobilité sociales. Les trois auteurs des Classes sociales en Europe font le choix de regrouper les sous-groupes en trois grandes classes sociales (populaire, moyenne et supérieure), dont les interactions sont finement décrites et surtout mises en perspective à partir de grandes transformations historiques. Les conséquences de la crise de 2008, d’abord, qui a « profondément bouleversé les équilibres antérieurs et accru les clivages générationnels et sociaux au sein des classes moyennes » (p. 104), mais aussi la transition économique des ex-pays de l’Est qui a « fait basculer une partie importante des classes populaires dans la grande pauvreté, tout en leur inculquant le sentiment de leur propre indignité » (p. 166). Le propos, ici, n’est pas théorique, et on ne trouvera pas de réflexion sur les définitions des classes sociales, à part un rapide rappel des conceptions de Marx, Weber et Bourdieu. L’intérêt est ailleurs, dans un questionnement concret autour des formes de découpage externes et internes entre classes sociales. Ce travail de scalpel taxonomique est toujours difficile car il conduit à des regroupements inhabituels : « il peut paraître discutable de mettre en équivalence des professions – l’aide-soignante française et hongroise par exemple – dont les caractéristiques (qualification, positionnement hiérarchique, tâches effectuées) peuvent varier d’un pays à un autre » (p. 23). Mais c’est précisément l’intérêt de la démarche : faire exister des classes sociales de part et d’autre des frontières, quitte à opérer des rapprochements inhabituels.

Des classes populaires « prises en tenailles » d’Est en Ouest

3Partant du constat que le terme de classes populaires est « singulièrement absent de la plupart des débats publics sur l’Europe » (p. 13), et que « la fin du prolétariat » prophétisée par Emmanuel Todd ne s’est pas réalisée – « trente ans plus tard, il n’en est rien » (p. 27) – les auteurs affirment que la désindustrialisation a certes fait décliner le groupe ouvrier dans 6 pays fondateurs de l’UE, mais que ce constat n’est pas vrai à l’échelle des 28 : « on assiste plutôt à une nouvelle division du travail de production dans le capitalisme européen » (p. 30). Le changement d’échelle porte donc un coup efficace aux tenants de la société post-industrielle et de la disparition programmée ou achevée du prolétariat. Le deuxième chapitre, consacré aux classes populaires, souligne par exemple que la Commission européenne parle plus volontiers de « pauvres » ou d’« exclus », voire d’outsiders et d’insiders, ce qui laisse entendre que les inégalités sociales se réduisent à des différences de parcours individuels. À l’inverse, Cédric Hugrée, Étienne Pénissat et Alexis Spire rappellent l’importance de l’héritage et de la reproduction sociale comme matrices explicatives des inégalités : la classification qu’ils proposent à partir de l’ESEG et des enquêtes européennes est un pas en avant vers un raisonnement à une échelle de classe en Europe qui montre une homogénéité professionnelle des milieux populaires malgré les variations nationales : le Labor Force Survey indique par exemple que les ouvriers et employés peu ou pas qualifiés constituent la fraction la plus importante des classes populaires européennes (40 %), avec surtout des manœuvres et femmes de ménage, suivis par les ouvriers qualifiés (38 %, avec 12 % dans la métallurgie et l’électronique ou encore 6 % dans la construction), des petits indépendants (agriculteurs, artisans) et des employées qualifiées (7 %), un groupe que les auteurs ont choisi de féminiser pour refléter sa composition essentiellement féminine.

4Les conditions de travail sont toujours pénibles et incluent les mouvements répétitifs (71 % des membres des classes populaires), les positions douloureuses ou fatigantes (58 %), le port de charges lourdes (50 %), le bruit fort (38 %), la fumée ou poussière (24 %), ou encore le travail debout (65 %). On apprendra notamment que si les femmes sont « moins souvent exposées à la fumée ou aux poussières », en revanche « sept femmes des classes populaires européennes sur dix déclarent que leur travail implique de ne jamais ou presque jamais travailler assis ; ce n’est le cas que d’une femme des classes moyennes ou supérieures européennes sur cinq » (p. 69). Confirmant ce tableau clinique, un effarant tableau de la « capacité à se payer une semaine de vacances » montre que de courts congés hors de son domicile ne sont accessibles qu’à 67 % des classes populaires en France, 66 % en Allemagne et en Belgique, 33 % au Portugal, et 31 % en Hongrie (p. 166)

5À ce diagnostic s’ajoute celui d’une précarisation stimulée par les évolutions juridiques, par exemple avec l’extension, dans les années 2000, du statut de « travailleur parasubordonné » de 1973 en Italie, ou encore la création en Espagne du statut de « travailleur autonome » de 2007. Mais la fragilisation prend des tournures différentes selon les régions. Dans le cas de la ségrégation sociale des régions périurbaines, par exemple, des phénomènes inverses sont mis en évidence : une relégation des classes populaires aux marges des villes dans certains cas ; le regroupement dans l’entre-soi des classes moyennes et supérieures dans d’autres. À l’échelle de l’Europe entière, cette fragilisation prend la forme d’une pince socio-économique : « Les classes populaires se trouvent prises en tenaille de part et d’autre du continent : d’un côté celles des pays de l’Est et du Sud sont contraintes d’accepter des bas salaires voire d’émigrer pour trouver un emploi ; de l’autre, celles du Nord et de l’Ouest sont confrontées aux délocalisations et doivent, pour conserver les emplois qui restent, accepter la modération salariale et la flexibilité. » (p. 46)

6Cette situation d’instabilité internationale explique notamment qu’il faille renoncer à l’idée reçue de classes populaires nationalement homogènes, et prétendument moins métissées que les classes moyennes et supérieures, que pourrait encourager le constat des rares déplacements pour des raisons de loisir. Cette vision cède devant les statistiques, car les classes populaires « accueillent beaucoup plus d’étrangers que tous les autres groupes sociaux » (p. 59). Par exemple, concernant les mariages binationaux en Espagne depuis 15 ans : « ce sont les Espagnols les moins qualifiés qui ont statistiquement le plus de chances de contracter une union avec un étranger européen. » (p. 59) De fait, les critères de distinction avec les classes moyennes sont nombreux, même si on pourrait insister – comme le font Cédric Hugrée, Étienne Pénissat et Alexis Spire – sur le caractère artificiel de la notion de classe moyenne, extrêmement hétérogène. Les auteurs ne se risquent cependant pas à rejeter cette notion, ni à la refondre entièrement en intégrant par exemple de vastes pans des classes « moyennes » aux milieux populaires : ils se tiennent à leur tripartition initiale, tout en démolissant de l’intérieur l’exercice de catégorisation.

Classes moyennes : les contradictions font craquer l’artifice politique

7Au lieu d’accepter les définitions apologétiques des classes moyennes comme centres de gravité garantissant l’unité des nations, celles-ci sont d’abord considérées comme un « artefact auquel les gouvernants tentent régulièrement de donner l’apparence d’une réalité tangible pour donner le sentiment de s’adresser à l’ensemble de la société » (p. 100), et de « passer sous silence l’hégémonie des classes supérieures » (p. 88). Cette identité de classe en prend donc à juste titre pour son grade :

Sans contenu ni contours sociologiques très précis, ce groupe social est d’abord construit par les acteurs du champ politique comme un moyen de s’adresser à l’ensemble de la société ; dès lors, tous les malentendus sont possibles, tant la majorité des citoyens s’identifie, à tort, à cet étendard. […] Le succès du terme de classes moyennes, devenu hégémonique, tient donc à sa fonction politique. (p. 87)

  • 1 Engels Friedrich, Lettre à F. Mehring, 14 juillet 1893, in Karl Marx et Friedrich Engels, Études ph (...)
  • 2 Drahokoupil Jan (2015), « Class in Czechia: The Legacy of Stratification Research », East European (...)
  • 3 Ost David (2015), « Stuck in the Past and the Future: Class Analysis in Postcommunist Poland », Eas (...)

Le lecteur pensera ici à la définition classique de l’idéologie comme fausse conscience universalisante selon Engels1. De fait, en République tchèque, parler de classes moyennes est devenu un « poncif médiatique permettant d’entretenir une promesse de prospérité2 ». En Hongrie, en Pologne et en Bulgarie, cela permet de leur faire jouer un rôle de « stabilisation de l’ordre social3 ».

8On pourrait donc s’attendre à ce que la notion soit remise en question, voire abandonnée, et que des fractions entières se retrouvent redistribuées parmi les classes populaires et supérieures. D’un certain point de vue, de nombreux « petits entrepreneurs », cafetiers, commerçants et restaurateurs, pourraient tout à fait être intégrés aux classes populaires, de même que les infirmières ou les employés de bureau, qui gagnent souvent moins que des ouvriers qualifiés des grandes entreprises. Ces incertitudes de catégorisation sont d’ailleurs soulignées dans le cas des fractions supérieures des classes moyennes, comparées aux segments inférieurs des classes supérieures – « le “bas du haut” de l’espace social » (p. 124) – du point de vue du revenu : « les 25 % les mieux payés des classes moyennes gagnent autant que la première moitié des classes supérieures » (p. 129). Alors pourquoi continuer à parler de « classes moyennes » ?

  • 4 Allen Chris (2008), Housing Market Renewal and Social Class Formation, Londres, Routledge.

9En conservant ces frontières sociologiques contestées, les auteurs choisissent de maintenir une certaine unité de la catégorie intermédiaire – ils insistent sur l’importance du contact avec le public ou les clients, ce qui est un critère intéressant –, mais surtout ils appuient d’autant mieux sur les contradictions internes des classes moyennes, écartelées entre quatre pôles distincts. Entre les fractions supérieures et les fractions inférieures, les conditions d’emploi du privé et du public, il est selon eux difficile de reconnaître le dénominateur commun. Que partagent une enseignante et un restaurateur, un policier ou un entrepreneur dans les biotechnologies ? Les différences en termes de confort et de propriété des logements, quoique très variables selon les pays (nombreux propriétaires en Roumanie et en Espagne, beaucoup moins en France et dans les pays scandinaves4), renforcent encore ces lignes de faille. Le poids considérable des dettes (53 % des classes populaires sont en situation de devoir rembourser des dettes de logement, tandis que « seulement 40 % des classes moyennes indépendantes sont dans cette situation », p. 105), aurait même mérité d’être développé, car non seulement il explique l’appauvrissement de pans entiers des classes populaires, mais il rend aussi compte du caractère fictionnel du mode de vie à crédit, brutalement rappelé au réel par les crises. Pour le deuxième clivage, on peut cependant objecter qu’en période de privatisation et de précarisation généralisée des services publics, l’opposition entre le public et le privé, si prisée par les communications gouvernementales qui en font un axe de propagande contre les mouvements sociaux, n’est pas si stable que cela. Et qu’il est donc difficile de soutenir que « l’État et ses périphéries constituent ainsi un refuge relatif contre le chômage pour une part importante des classes moyennes » (p. 95), sans préciser que certaines de ces périphéries sont, à l’inverse, plus instables que le cœur des grandes firmes sous conventions collectives.

Classes supérieures : dominantes et dominées

  • 5 Trois grands segments des classes supérieures sont distingués : 1) les « fonctions de direction dan (...)

10Le choix d’une « définition large des classes supérieures » (p. 122) – distincte de celle de l’économiste britannique Atkinson pour qui « ce sont les personnes qui n’ont pas besoin de travailler » (p. 121) –, est justifié par le risque d’« isoler la pointe supérieure de la pyramide sociale » qui reviendrait à « occulter le rôle des autres fractions des classes supérieures liées aux intérêts de cette caste internationalisée » (p. 122). Mais cette approche conduit de fait à un regroupement au moins aussi hétérogène que celui des classes moyennes5 : tous les médecins, ou tous les avocats, défendent-ils vraiment ces « intérêts de caste » ? Et ne faudrait-il pas distinguer, au sein de cette troisième catégorie, des rapports de domination prononcés, voire structurels ? Ou au moins faire apparaître un pôle capitaliste clairement concentré autour des grands actionnaires et des cadres dirigeants des multinationales, dont les ingénieurs et cadres connaissent l’exploitation, le burn-out et les licenciements ?

11Une réflexion plus ancrée dans une définition marxiste des classes, et intégrant la construction d’une classe « pour soi » par les logiques de mobilisation, aurait sans doute tracé d’autres perspectives, renforcé la critique des sources technocratiques, et permis de comprendre comment des greffiers et des magistrats peuvent se mobiliser ensemble contre des fermetures de tribunaux, comment des pilotes de ligne peuvent se retrouver aux côtés de mécaniciens pour demander des augmentations de salaires, ou encore comment des infirmières et des chefs de services peuvent contester les mêmes réformes hospitalières. De fait, le poids des sources et de leurs catégories limite l’expression d’une vision dynamique des classes et des luttes pour l’appropriation des produits du travail. Cette lutte engendre des inégalités exponentielles, et vertigineuses, que ne reflètent pas les faibles écarts de salaires bruts médians entre les trois groupes : 12 500 pour les classes populaires, 23 600 pour les classes moyennes, et 34 400 pour les classes supérieures, qui englobent donc les actionnaires et leurs employés même favorisés, les multimillionnaires avec les chimistes et les informaticiens à 2 500 euros. Mais là encore, l’objection est partiellement anticipée par les auteurs, qui rappellent que l’enquête EU-SILC ne permet pas de rendre visible le « décrochage d’une toute petite fraction (essentiellement masculine) des classes supérieures qui, avec un niveau de diplôme comparable aux autres membres du groupe, s’est arrogé une croissance exponentielle de rémunérations. » (p. 134)

12Cette réserve mise à part, il est intéressant de rapprocher les différents membres des classes dominantes par certaines caractéristiques communes, comme un « rapport instrumental à la règle consistant à la considérer non pas comme une contrainte externe mais comme un paramètre sur lequel il est toujours possible d’intervenir » (p. 126), privilège de classe dont ne bénéficient pas la plupart des milieux populaires. Dans le même ordre d’idée, on trouvera une distinction éclairante sur l’exposition aux risques professionnels inversée selon les classes : favorisée et rémunérée pour les cadres, elle est « davantage perçue comme la menace d’une sanction en cas d’erreur » pour les subordonnés (p. 135). Par ailleurs, l’attachement renouvelé au capital scolaire et aux stratégies éducatives multigénérationnelles, si importantes pour l’accession à l’élite de la « noblesse d’État », montre bien qu’il y a, culturellement, de fortes distinctions de classes qui font barrière à d’autres formes d’unification, par exemple par le biais des intérêts économiques. Ces derniers sont d’autant plus difficiles à faire émerger comme conscience de classe qu’à l’échelle du continent les formes de domination internationales se compliquent.

Des relations de domination à l’échelle du continent européen

13Les passages les plus éclairants, du point de vue de la compréhension des logiques de classes transnationales, sont ceux qui montrent comment se construit la mise en concurrence des classes populaires. Par exemple, le statut des travailleurs détachés, dont le coût horaire est de 5 euros en Allemagne et 16 en France, explique que plusieurs entreprises françaises de l’industrie de la viande n’aient plus trouvé de débouchés, et que les abattoirs Gad, dans le Finistère, aient dû fermer, entraînant le licenciement de 900 salariés. Le « positionnement de classe contradictoire » – pour parler comme Erik Olin Wright – des classes supérieures des pays de l’Est, dominantes mais dominées, en est une autre illustration, qui fait penser au concept de bourgeoisie comprador – passé de mode et non utilisé par les auteurs – qui aurait peut-être détonné en l’absence d’une analyse terminologique sur la disparition de mots comme « bourgeoisie », « prolétariat » ou « petite-bourgeoisie ». Parmi les exemples éclairants, on peut noter : cadres et dirigeants français de Danone qui investissent dans les terres des paysans polonais ; les bûcherons roumains qui travaillent dans les forêts françaises ; les ouvriers polonais détachés sur les chantiers de Saint-Nazaire ; l’arrivée d’un PDG étranger dans une banque roumaine privatisée au profit d’une multinationale européenne dans les années 2000 ; la politique de promotion des cadres d’une entreprise hongroise de distribution de gaz rachetée par une grande entreprise française qui incite au départ des cadres hongrois plus âgés, remplacés par des jeunes d’origines sociales plus élevées ; le rachat d’une entreprise d’alimentation pour nourrissons polonaise qui met en concurrence de nouveaux cadres parfaitement anglophones avec les « anciens cadres considérés comme “bureaucrates” et “inflexibles” » (p. 182), et qui iront jusqu’à changer de style de vie et d’habillement. Tous ces cas de figure contribuent à rendre concret et nécessaire un raisonnement transnational, bien plus puissant qu’une réflexion désincarnée autour de classes pensées à partir de frontières politiques toujours plus artificielles d’un point de vue économique et social.

14Il aurait peut-être même été possible de pousser un peu plus loin la recherche de la construction de solidarités de classes transnationales. Mais cela aurait supposé, méthodologiquement, d’étoffer les études de cas qualitatives, qui sont foisonnantes mais restent arrimées au squelette du raisonnement construit sur les nouvelles sources européennes, et la nouvelle classification. De ce point de vue, on a l’impression que les auteurs doivent se battre, statistiquement, avec les cadres nationaux qu’ils critiquent. Chassés par la porte, les raisonnements nationaux reviennent par certaines fenêtres, sous la forme d’interprétations qui insistent sur les divisions nationales entre classes : dans le cas des cadres de l’entreprise d’alimentation polonaise, par exemple, on pourrait penser que le phénomène important n’est pas tant la frontière culturelle entre les anciens bureaucrates bousculés et les cadres étrangers qui débarquent – même si cela montre bien la dissymétrie entre l’expatriation vers l’Est, synonyme de « désillusion » et l’expatriation vers l’Ouest, synonyme d’« accélérateur de carrière » (p. 196) –, mais plutôt l’intégration de nouveaux jeunes loups polonais anglophones à une classe supérieure internationalisée. C’est cela qui fait exister, malgré la rémanence des dominations nationales, des logiques de classes plus fortes que le ciment national supposé. C’est d’ailleurs à ce type de rapprochements que concourent les auteurs en rappelant que « les classes moyennes de tel pays présentent des caractéristiques proches des classes supérieures de tel autre pays ». (p. 158)

15On notera, dans tout ce travail, l’importance considérable de l’entrée des pays d’Europe de l’Est dans la structuration européenne des classes. Cette intégration a eu des effets aussi bien sur les classes sociales d’Europe du Nord et de l’Ouest que sur celles des pays nouvellement arrivés, dont les modifications n’ont d’ailleurs pas été les mêmes :

  • 6 Central and Eastern Europe. Europeanization and Social Change, Palgrave McMillan, 2009.

[…] en République tchèque et en Hongrie, par exemple, la population agricole n’a cessé de décliner, alors qu’elle s’est relativement bien maintenue en Pologne et en Roumanie où elle fonctionne comme « un amortisseur social de toute première importance », pour reprendre les termes du sociologue François Bafoil. (p. 165)6

  • 7 Verdery Katherine (2003), The Vanishing Hectare: Property and Value in Postsocialist Transylvania, (...)

16D’une manière similaire, pour comprendre l’inversion des rapports de pouvoir entre propriétaires et locataires dans le village roumain d’Aurel Vlaicu, il faut se référer à la décision de restitution des terres en 1991 sous pression internationale7. Ce degré de précision, qui raccroche les bouleversements locaux à des dynamiques supranationales, n’est hélas pas présent dans le cas des nombreuses formes de racisme, qui dessinent d’importantes fractures internes et externes aux classes sociales européennes, en posant notamment la question des limites de l’Europe elle-même, et de l’existence d’un certain euro-nationalisme décomplexé.

Racialisation et mobilisation : deux absences à combler ?

17Les caractéristiques objectives des classes sociales se répercutent, sans surprise, sur les comportements politiques, comme en témoigne le fait que les ouvriers sont beaucoup plus nombreux à s’abstenir de voter que les patrons et les cadres. La cartographie sociale recoupe donc en grande partie la cartographie sociale, et passe même au milieu des classes moyennes :

  • 8 Knutsen Oddbjorn (2005), « The impact of Sector Employment on Party Choice: A Comparative Study of (...)

[…] les classes moyennes du public, souvent mieux dotées en capital culturel et plus sensibles à l’objectif de pouvoir concilier vie professionnelle et vie familiale, ont plus de chance de se rapprocher des partis de gauche, en général favorables à la baisse du temps de travail. En revanche, les classes moyennes indépendantes et du privé, disposant davantage de capital économique, sont plus enclines à valoriser le travail et ont donc toutes les chances de se reconnaitre dans les programmes des partis conservateurs, qui préconisent plutôt un allégement des « contraintes » qui pèsent sur le temps de travail8.

18Les formes de mobilisation sociale – mentionnées de temps en temps, par exemple au sujet de Podemos en Espagne – s’enracinent elles aussi dans des positionnements de classe objectifs, et posent la question de la définition des classes, qui implique des positionnements subjectifs, individuels et collectifs, qui remettent souvent en question les subdivisions qu’on peut établir à partir des raisonnements statistiques. Évidemment, l’Union européenne ne tenant pas un décompte public du nombre de journées de grèves par catégorie socioprofessionnelle, c’est tout un champ de recherche complémentaire qu’il faudrait ouvrir, ou plutôt rouvrir, et qui dépasse sans doute le cadre d’une réflexion sur les « conditions de possibilité d’un mouvement social européen » (p. 10).

19Cela étant, la sociologie des classes repose aussi sur de fortes logiques intersectionnelles, dans lesquelles la question de la racialisation des rapports sociaux, intégrée de longue date aux sciences sociales anglo-saxonnes, fait ici défaut : la colorblindness des statistiques officielles, même après leur tournant européen, laisse dans l’ombre un aspect essentiel des « nouvelles inégalités sur le vieux continent ». Sans forcément prendre parti pour ou contre la question de statistiques ethniques, l’ouvrage aurait pu mentionner et critiquer cet angle mort statistique, qui englobe la question migratoire sans s’y réduire. Cette question est loin d’être une préoccupation aussi constante que celle des rapports de genre, souvent mentionnés dans l’ouvrage. On trouve certes un court passage sur une enquête ethnographique dans un quartier de Nottingham sur les descendants d’ouvriers jamaïcains confrontés à « des formes de discrimination raciale institutionnalisée, notamment de la part de la police » (p. 76), mais c’est la seule mention dans l’ensemble du texte. Les auteurs reconnaissent trop rapidement que « la question des inégalités liées à l’origine ethnique reste également la grande absente de la statistique européenne » (p. 208), et on aurait pu avoir davantage d’éléments au sujet de cette occultation, que des statistiques des étrangers par nationalités aurait pu amortir. Elle pourrait être contrecarrée en faisant appel à la sociologie politique du vote d’extrême-droite, directement lié aux transformations décrites plus haut, ou encore – plus frontalement – par les formes de racisme politique, structurel, dont toute une partie des classes populaires et moyennes font l’objet. La communauté turque d’Allemagne, les Libyens en Italie, les Indiens et les Pakistanais en Grande-Bretagne, ou encore les Latino-américains et les Marocains en Espagne, sans parler des immigrés des anciennes colonies françaises et de leurs descendants, ni des nombreuses communautés d’Asie du Sud-Est, constituent une fraction importante, et grandissante, des classes populaires européennes, dont l’enjeu social et politique est toujours plus aigu. Moins bien payés, plus précaires, socialement et géographiquement ségrégés, ils ont un positionnement de classe spécifique que l’histoire coloniale et sa perpétuation au cœur d’un passé politique récent contribuent à expliquer.

20La question sensible des frontières de l’Europe est, de fait, liée à ce sujet. On pourrait considérer qu’elle est un peu hors sujet, mais les échanges économiques avec la rive sud de la Méditerranée, et au-delà, sont essentiels à la construction des classes sociales à l’intérieur des frontières de l’Europe. La Roumanie « échange » plus avec la Turquie qu’avec la Suède, l’Espagne avec le Maroc qu’avec la Lituanie, et Chypre avec la Tunisie qu’avec l’Irlande, aussi bien en termes de volumes économiques qu’en termes de transferts de main-d’œuvre. L’interrogation de départ du livre – est-il possible de penser les classes sociales seulement à l’échelle d’un pays ? – engendre donc sa réplication à l’échelon géographique du dessus : est-il possible de penser les classes sociales seulement à l’échelle de l’Europe ? Les classes sociales ne sont-elles pas des phénomènes fondamentalement transnationaux, qui débordent nécessairement les limites administratives et politiques qu’on leur assigne ? C’est sans doute vrai dans les deux cas, mais l’échelle de l’Europe permet déjà de débusquer, chiffres en mains, les impasses du raisonnement national.

Haut de page

Notes

1 Engels Friedrich, Lettre à F. Mehring, 14 juillet 1893, in Karl Marx et Friedrich Engels, Études philosophiques, Paris, Éditions sociales internationales, p. 165-167.

2 Drahokoupil Jan (2015), « Class in Czechia: The Legacy of Stratification Research », East European Politics & Societies, vol. 29, no 3, p. 112.

3 Ost David (2015), « Stuck in the Past and the Future: Class Analysis in Postcommunist Poland », East European Politics & Societies, 29, no 3.

4 Allen Chris (2008), Housing Market Renewal and Social Class Formation, Londres, Routledge.

5 Trois grands segments des classes supérieures sont distingués : 1) les « fonctions de direction dans les entreprises et dans les administrations » ; 2) les « ingénieurs et spécialistes des sciences, des techniques et des technologies de l’information (25 % du groupe) ; les cadres administratifs, financiers et commerciaux (20 %) ; les médecins et autres spécialistes de santé (15 %) ; les avocates magistrats, journalistes et professions artistiques (15 %) » (p. 124), plus souvent des femmes, à l’exception des ingénieurs ; 3) les chefs d’entreprises (5 %) (p. 124).

6 Central and Eastern Europe. Europeanization and Social Change, Palgrave McMillan, 2009.

7 Verdery Katherine (2003), The Vanishing Hectare: Property and Value in Postsocialist Transylvania, thaca/New York, Cornell University Press, p. 165.

8 Knutsen Oddbjorn (2005), « The impact of Sector Employment on Party Choice: A Comparative Study of Eight West European Countries », European Journal of Political Research, vol. 44, no 4, p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Ravelli, « La sociologie contre le raisonnement national », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14024

Haut de page

Auteur

Quentin Ravelli

Chercheur au CNRS (Centre Maurice Halbwachs, Ecole Normale Supérieure) quentin.ravelli@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page