Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Revisiter les marchés par les organisations

À propos de l’ouvrage de Michel Callon : L’emprise des marchés. Comprendre les marchés pour pouvoir les changer
Julien Vercueil
Référence(s) :

Michel Callon, L’emprise des marchés. Comprendre les marchés pour pouvoir les changer, Paris, La Découverte, 2017, 501 p.

Texte intégral

  • 1

1Michel Callon, sociologue ayant une formation d’ingénieur et d’économiste, est connu pour ses travaux de sociologue des sciences, des techniques et de l’économie1. Avec L’emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer (La Découverte, 2017), il développe le troisième de ces champs et propose une théorie sociologique des marchés et de leur emprise sur les agents. En neuf chapitres, l’ouvrage passe en revue les conceptions existantes des marchés et leur oppose une approche en termes d’« agencements marchands », dont il dérive quelques propositions politiques pour l’encadrement de leur fonctionnement. Cette note de lecture commente les cinq chapitres centraux, qui développent le cœur de la théorie de l’auteur, mais n’analyse pas ses propositions normatives.

1. De l’énigme à la méthode

2Le livre vise à mettre au jour des ressorts fondamentaux et largement ignorés, selon l’auteur, du fonctionnement des marchés. Il s’agit de résoudre un « problème stratégique » (p. 415-416), une « énigme » (le mot, utilisé pour titrer le prologue, revient souvent dans le livre), un « miracle constamment renouvelé » : la réalisation des transactions marchandes analysées comme une « action collective orientée » (p. 45). La question de recherche est formulée de la manière suivante : « Comment les agents sont-ils amenés […] à payer pour acquérir des biens […] ou, symétriquement, à exiger un paiement pour les biens qu’ils produisent ? » (p. 39). Dans la construction de sa réponse à la question, l’ambition de l’auteur est de « saisir l’unité de l’ordre marchand tout en maintenant [la compréhension de] la diversité de ses configurations possibles » (p. 59) et « d’aboutir à une description plus réaliste [des] processus complexes » (p. 157) engagés dans les marchés.

3Cette ambition est vaste, comme il en convient au cours d’échanges épistolaires avec ses premiers lecteurs, judicieusement reproduits en fin d’ouvrage (p. 479-496). En effet, il ne s’agit pas moins que de passer en revue les théories existantes, de montrer leurs insuffisances et de proposer une approche qui les dépasse. Ce faisant, Michel Callon n’hésite pas à se comparer à mots couverts à Copernic, faisant face à des Tycho Brahé dont il démonterait les arguments (p. 447-448)… Au terme de l’ouvrage, la question de la réussite de l’entreprise est posée : les Tycho Brahé du marché sont-ils à terre ? La révolution copernicienne est-elle accomplie ? L’auteur lui-même semble en douter, qui affirme que « personne ne connaît ni ne connaîtra jamais la réponse à l’énigme du marché, parce que la réponse n’existe pas. Elle est toujours à réinventer » (p. 295). Mais alors, tout compte fait, l’entreprise en valait-elle la peine ? En l’absence de résultat réellement probant, c’est la méthode qui sera notre juge de paix.

4La première étape de la méthode de Michel Callon consiste à révoquer les approches existantes. Il les regroupe sous l’appellation de « marchés interfaces ». Dans ces approches, les marchés sont réduits à leur définition minimale, qui comprend la mise en relation d’agents préparés à devenir vendeurs et acheteurs, l’établissement d’une concurrence entre ces agents pour conclure des transactions (contre paiements monétaires) et la réalisation de transferts de propriété des biens et services entre eux, le tout dans un cadre institutionnel qui doit assurer sécurité et viabilité aux transactions marchandes. De la théorie de la concurrence pure et parfaite (Alfred Marshall, Maurice Allais) jusqu’aux approches conventionnalistes et à la sociologie économique contemporaine (Mark Granovetter, Jens Beckert), en passant par les approches évolutionnistes, Michel Callon entend montrer que, derrière leurs différences – portant notamment sur l’équipement cognitif et le comportement des acteurs –, ces conceptions présentent des défaillances communes qui aboutissent à laisser de côté des éléments essentiels pour la compréhension des processus marchands.

Les foires, les hypermarchés, les algorithmes de rencontre, les technologies de production, les outils de calcul et de gestion, les instruments métrologiques, les campagnes publicitaires, les formules de fixation des prix, les marques, les innombrables moyens mis en œuvre en vue de provoquer des attachements sont autant de dispositifs […] qui formatent et orientent les comportements et les interactions de manière encore plus puissantes que ne le font les supposés intérêts humains ou la seule emprise des règles, normes, lois, coutumes (p. 46).

5L’argument principal est posé : ces dispositifs matériels et immatériels sont laissés de côté par les théories des marchés, quelles qu’elles soient, ce qui limite notre capacité à saisir les modalités de la coordination marchande. L’objet du livre est de mettre au jour et d’analyser ces « agencements marchands ».

2. Caractériser les agencements marchands

6Outre la liste d’exemples précédemment citée, Michel Callon offre plusieurs définitions complémentaires de la notion d’agencements marchands. Ils sont envisagés tantôt par leurs finalités stratégiques, tantôt par leurs résultats, leurs contenus, leur mode de fonctionnement, leur dimension normative ou même par métaphore.

7La finalité des agencements marchands est d’organiser et de promouvoir l’instauration de transactions bilatérales (p. 46, p. 268, p. 403, p. 410 et p. 415). C’est « un ensemble de pratiques et d’actions ayant pour but d’organiser matériellement la confrontation entre agences [dans le vocabulaire de l’auteur, les “agences” sont des agents économiques individuels ou collectifs] et biens » (p. 234). L’une des thèses déployées dans l’ouvrage est que le résultat est généralement obtenu de manière satisfaisante « par le déploiement d’une action collective (distribuée) structurée par une série de cinq cadrages et prend la forme d’un réseau multisite qui organise leur alignement et leurs articulations. Ces réseaux peuvent être décrits comme des réseaux d’innovation en compétition les uns avec les autres » (p. 416), qui résolvent « en pratique le problème posé par l’attachement d’un bien à une agence contre paiement monétaire » (p. 402). La notion d’agencement marchand conduit ainsi à une extension du terme de « marché » à des procédures et dispositifs souvent considérés comme situés en amont de celui-ci : « sont incluses dans le marché toutes les activités visant à ce que les biens se trouvent un marché » (p. 53).

  • 2 Comme nous l’avons indiqué en introduction, la dimension normative du livre, qui occupe le dernier (...)

8Cet élargissement est illustré par une métaphore : l’agencement marchand est comme « un réseau ferré » assorti de son dispositif d’aiguillages qui conduit les agences et les biens à se retrouver. « Ce serait une bien piètre entreprise de chemins de fer qu’une compagnie qui se désintéresserait de cette infrastructure ! » (p. 237). Cette citation nous amène à évoquer2 la dimension normative de la définition des agencements marchands. Car, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, le projet est de « comprendre les marchés pour pouvoir les changer ». La remise en question de tel ou tel agencement marchand ne doit pas conduire à un relativisme inconditionnel : « toutes les configurations [de marché] ne se valent pas » (p. 422). Or, si l’on refuse d’entrer dans l’analyse des agencements marchands et des processus – notamment d’évaluation – qui les structurent, « il ne sert à rien de dénoncer les rapports de domination, la violence symbolique ou l’emprise des marchés capitalistes » (p. 214). L’avantage de la perspective revendiquée par l’auteur est donc de permettre de « proposer de nouvelles cibles pour les pouvoirs publics dans le but avoué de prendre en charge les problèmes cachés qui, s’ils ne sont pas explicites, n’en existent pas moins » (p. 430).

3. Les agencements sont séquentiels

9Le point de départ de l’analyse des agencements marchands est la séquence. Un agencement est avant tout une « séquence d’opérations » (p. 147) qualifiées de « cadrages », qui profilent les interactions sociales pour les accorder à l’objectif de réaliser des transactions. Cinq « cadrages » successifs sont distingués (« passiva(c)tion », « évaluation », « organisation des rencontres », « attachement des biens » et « formulation des prix ») ; cinq chapitres sont consacrés à leur étude. Dans le détail cependant, la séquence n’est pas une règle absolue. Elle autorise des simultanéités, des allers-retours et des interactions entre les cadrages. La description qui en est faite par l’auteur peut être représentée par le schéma suivant :

Schéma 1. Les cinq cadrages de l’agencement marchand

Schéma 1. Les cinq cadrages de l’agencement marchand

Source : Julien Vercueil

10Le premier cadrage, appelé « passiva(c)tion » marchande, est présenté comme le « prélude obligé à la marchandisation » (p. 128). Il consiste principalement à « dissocier convenablement le bien de son milieu » (p. 76), pour le rendre transférable à son utilisateur ultérieur. Dans cette conception, les biens ont des « carrières », « leur histoire et leur matière comptent » (p. 70), leur trajectoire traverse parfois les frontières entre des mondes supposés étanches les uns aux autres : le religieux et le profane (voir les parcours des reliques ou des objets votifs de sociétés autochtones africaines, amérindiennes ou asiatiques), le personnel et le collectif (le sang et le plasma), etc. Les carrières des « marchandises fictives » de Karl Polanyi – la terre, le travail humain et la monnaie – sont étudiées à ce titre comme des illustrations de la prégnance des dispositifs de « passiva(c)tion » (p. 93-126). Ce nom « étrange », comme le reconnaît l’auteur, est donné « au processus étrange qui amène une entité […] à être active, agir et faire agir [dans] des cadres préparés à l’avance » (p. 80), lesquels organisent et préparent les transactions marchandes.

11Le deuxième cadrage consiste à équiper les agents d’outils pour « produire des jugements et effectuer les calculs qui leur permettent d’introduire de l’ordre dans l’univers des biens » qui, sans cela, ne serait que « chaos et indifférenciation » (p. 156). Ce sont les « agences qualculatrices », « entités disposant d’équipements […] qui les assistent dans ce travail de mise en ordre, les aident à établir des listes et identifier les similitudes et les différences » (p. 156) dans l’univers des biens, qui se chargent de cette tâche. Les qualités comme « religiosité, robustesse, beauté, originalité, efficacité » (p. 170) sont ainsi attribuées aux biens par les agents sous l’influence des agences « qualculatrices » (le néologisme est censé représenter la combinaison d’évaluations qualitatives et quantitatives qui caractérise le travail de ces agences), qui sont omniprésentes « tout au long du processus de passiva(c)tion » (p. 182-183) et « contribuent à façonner et à transformer les activités » (p. 185). Les agences qualculatrices, qui peuvent être aussi bien des fonds de pension que des consommateurs individuels, se trouvent en position de concurrence les unes par rapport aux autres, ce qui implique que « les rapports de domination qui traversent et structurent les marchés sont inscrits dans les rapports de qualculs » (p. 207). L’auteur en déduit une proposition théorique critique :

voir dans les ressources […] dont les agents disposent le terreau sur lequel prospèrent les relations de pouvoir et de domination [est] une démarche […] inadaptée à l’analyse des agencements marchands puisque […] il n’existe de capital et de valeur du capital que par la grâce des équipements qualculatoires mis en œuvre (p. 206).

12Le troisième cadrage est l’organisation des rencontres marchandes. Il s’agit dans ce chapitre d’identifier les « dispositifs de rencontre » (p. 229), des « plate-formes » ou « exploratorium » (p. 238-239) qui « permettent l’investigation conjointe des biens et des agences et produisent en continu leur singularisation » (p. 249) et les transforment. Car « qui entre dans un exploratorium [un supermarché, un site de rencontres, une plate-forme d’échanges en peer-to-peer] en pensant être X ressort Y. Qui croyait rencontrer A finit par rencontrer B » (p. 249). Dans ces conditions, selon l’auteur, le niveau des offres et des demandes dépend des performances des plateformes qui réalisent les ajustements marchands : « Donnez-moi la plate-forme (Meetic, Amazon, Roche), et je vous donnerai les courbes d’offre et de demande » (p. 257).

13Le quatrième cadrage consiste en l’agencement des affects, la gestion des attachements des agents aux biens. L’auteur entend réintroduire pleinement les émotions dans l’analyse des décisions économiques, trop souvent associées exclusivement à l’hypothèse de rationalité, même si certains auteurs, y compris parmi les grands anciens comme Max Weber identifiant le capitalisme avec « la maîtrise, ou du moins la modération rationnelle de cette pulsion irrationnelle au gain » (Weber, 1971, p. 493), ou Wilfredo Pareto et sa théorie de la dérivation, ne les avaient pas totalement écartées. À partir de l’idée que « le marché est une superstructure qui s’appuie sur une infrastructure faite de sentiments et d’états d’âme » (p. 272), l’auteur veut « comprendre comment les rencontres participent aux profilages conjoints des biens et des agents » (p. 287), « permettent ajustements et appariements et […] préparent l’attachement » (p. 291). Plusieurs dispositifs d’attachement sont étudiés, dont la puissance va croissant, jusqu’à l’addiction et les méthodes utilisées par certaines agences pour entretenir cette forme ultime de l’influence du bien sûr l’individu : la dépendance (p. 295-312).

14Le cinquième et dernier cadrage est la formulation des prix. Elle s’inscrit dans « le long et tortueux processus de singularisation des biens et des agences » (p. 317) charrié par la notion d’agencement marchand. Bien qu’ils obéissent à un cahier des charges précis, on a vu plus haut que ces agencements ne sont pas purement séquentiels : « la formulation des prix résulte d’un processus qui ne succède pas au processus de qualification des biens. Elle l’alimente et le poursuit » (p. 318).

15Le chapitre consacré à la formulation des prix annonce que « le renversement des positions par rapport aux approches traditionnelles [s’y] manifeste avec le plus d’intensité » (p. 319). Il entend en effet contester l’idée simple selon laquelle « le niveau des prix est déterminé par les marchés et par leur fonctionnement » (p. 319). À la lecture, on se rend compte que le marché est entendu, dans cette expression, dans sa forme canonique, celle qui met en présence une multiplicité d’agents offreurs et demandeurs. Il suffit donc à l’auteur d’expliquer que le marché qu’il envisage consiste en « l’affrontement [sic] entre des monopoles discriminants, chacun d’entre eux proposant à chacun de ses clients un bien et un prix particuliers » (p. 352). Dans ces conditions, « c’est parce qu’il est déjà attaché et qu’il a déjà été conduit jusqu’au point où il consent à payer que le client potentiel […] peut se laisser aller à comparer les prix et se décider en fonction des résultats de cette comparaison » (p. 356). La maîtrise de la formulation des prix est donc la condition de l’autonomie de l’agent. Dans les cas du marché du coton, des prêts à la consommation, des sites marchands des compagnies aériennes, des grands laboratoires pharmaceutiques qui sont choisis pour illustrer son propos, l’auteur montre que cette maîtrise échoit systématiquement à l’offre, sauf dans les cas où la demande est une organisation, comme l’UFC que choisir, qui « emploie cent salariés, a un budget de trente millions d’euros […], mobilise ses adhérents-lecteurs pour réaliser des enquêtes et se dote de ses propres moyens d’essais afin d’obtenir le droit de participer à la lutte pour la formulation : c’est le ticket d’entrée à payer pour qui veut participer au processus de découverte et de fixation des prix, c’est-à-dire peser sur leur formulation » (p. 380).

4. Jusqu’où a-t-on progressé dans la compréhension des marchés ? De quelques approximations et problèmes analytiques plus sérieux

  • 3 « Aux yeux d’un spécialiste des sciences sociales, qu’il soit économiste ou sociologue, les institu (...)

16L’approche de Michel Callon est volontiers provocatrice, ce qui paraît nécessaire pour un projet de renouvellement théorique radical (l’auteur parle de « rupture » pour comparer sa théorie à celles qui l’ont précédée). Il n’hésite pas, par exemple, à renvoyer dos à dos la théorie néoclassique de la concurrence et les développements récents de la sociologie économique, leur reprochant les mêmes insuffisances, en particulier leur aveuglement à la matérialité des marchés3. Pour autant, son approche est loin d’être caricaturale. Au contraire, elle est empreinte de nuance et ouverte à la complexité. Les références bibliographiques sont très nombreuses, diversifiées, elles témoignent de l’érudition de l’auteur. Le poids donné aux dynamiques d’évolution des dispositifs, aux remises en cause et aux « débordements » des régularités établies par son analyse enrichit régulièrement son approche et lui maintient, tout au long de l’ouvrage, un caractère contrasté, tandis que ses intuitions ouvrent souvent des pistes de recherche prometteuses. Mais l’impératif de réalisme qui surplombe cette approche comporte un risque : celui de proposer une carte dont le dessin devienne aussi peu lisible que le territoire. Ce que l’auteur reproche à la notion d’« assemblage » s’appliquerait alors à sa propre approche : « la description devient aussi monstrueuse que [l’assemblage] qu’elle décrit. Il se pourrait même que la description contribue à le rendre encore plus monstrueux qu’[il] ne l’est » (p. 401). En lieu et place d’une théorie jugée excessivement simplificatrice, le lecteur perdrait alors le fil de l’approche, trop complexe et alambiquée, qui perdrait en cohérence ce qu’elle aurait gagné en vraisemblance.

  • 4 La solution, très simple, consiste à partir de la notion de « produit », qui peut être un bien (mat (...)
  • 5 Des confusions similaires concernent les notions d’« externalités » – confondue avec subventions (p (...)

17Pour éviter le piège, il faut partir de concepts tirés au cordeau, qui étayent solidement tant la critique que les propositions alternatives que l’on entend porter. Quelques problèmes – mineurs – surviennent dès ce stade du projet : les biens sont confondus avec des services (p. 77), alors que distinguer entre les deux est nécessaire, y compris pour montrer que des services sont très souvent associés aux biens4. En s’appuyant sur l’exemple classique d’une automobile, qui est d’abord conçue sur la « planche à dessin » (souvent, en fait, le logiciel de conception assistée par ordinateur) avant de passer, d’étape en étape, au statut de prototype puis à celui de produit industriel, l’auteur n’hésite pas à indiquer « qu’on doit parler du produit comme d’un processus » (p. 52), ce qui induit une autre confusion, entre les objets et les procédures. Si un produit est un processus parce qu’un processus a présidé à sa production, alors tout devient processus et il ne sert plus à grand-chose de parler de processus. Ce qui constitue le processus n’est-il pas plutôt l’ensemble des activités qui conduisent à sa transformation, à sa « requalification » lors de sa « carrière », pour employer le vocabulaire de l’auteur ? Dans un raccourci saisissant, Michel Callon écrit que « le bien-processus articule offres et demandes » (p. 53) en lieu et place du marché. Si, dans le même temps, le marché est envisagé de manière extensive comme l’ensemble des activités visant à ce que des biens se trouvent un marché (p. 53), alors le brouillage des catégories et des frontières devient vraiment problématique : dans la théorie, on ne distingue plus ce qui relève du marché, des biens et de l’activité des agents, et les fondations de ce nouvel édifice sont mal plantées5.

4.1. « Passiva(c)tion ». Comment juger de l’apport d’un néologisme ?

18Le livre de Michel Callon entend innover du point de vue théorique. L’une des marques de cette ambition est l’usage de néologismes, dont certains sont empruntés à d’autres sociologues. Nous nous attarderons sur le plus central d’entre eux, « passiva(c)tion », conçu par l’auteur.

19Pour savoir s’il apporte quelque chose à l’analyse, il faut se poser une première question : ce terme comble-t-il un vide sémantique ? L’idée qu’il faut requalifier les objets pour les arracher à l’univers d’où ils sont issus et les faire ensuite entrer dans l’univers marchand est constitutive de l’économie des conventions, qui entend questionner l’évidence de la présence de produits sur un marché. Plus tôt, Benetti et Cartelier avaient relevé l’hypothèse implicite de « nomenclature des biens » inhérente aux modèles néoclassiques de concurrence marchande, insistant sur le caractère figé de la représentation des marchés par cette approche, et rejoignant les analyses plus anciennes de Thorstein Veblen puis de Joseph Schumpeter sur le rôle de l’innovation dans la structuration et la déstructuration des marchés. Les processus conduisant une entité à être considérée comme une « marchandise » ont des dimensions juridique, économique, sociologique et souvent politique dont la mise au jour remonte aux historiens de l’école des annales, aux ethnologues travaillant sur des sociétés traditionnelles (en particulier lorsqu’elles se sont trouvé confrontées aux colonisateurs), prolongés par les travaux de Karl Polanyi. Il est vrai que le terme de « passiva(c)tion » présente l’avantage de rassembler ces approches en un seul concept cadre, susceptible de rendre compte de toutes les formes que prend concrètement ce processus. Mais en quoi se distingue-t-il du terme « marchandisation » ? Qu’apporte-t-il de neuf par rapport à cette notion à la fois simple et clairement identifiable, toutes qualités qui ne sont pas précisément la marque de « passiva(c)tion » ? La réponse tient dans le fait qu’il ne couvre pas l’ensemble, mais seulement une partie du processus de marchandisation, qui inclut quatre autres cadrages : « un bien passa(c)tivé (sic) […] ne devient pas mécaniquement une marchandise » (p. 137).

20Le dernier commentaire, mineur, que l’on peut faire à propos de ce néologisme est qu’il n’est pas totalement stabilisé : « passiva(c)tion », forme canonique du terme, devrait en toute logique donner lieu à des dérivés verbaux du type « passiva(c)tiver ». Mais il n’en est rien et la parenthèse centrale ajoute à l’hésitation du scribe, qui bute plus souvent qu’à son tour sur les difficultés qu’elle fait naître : on trouve successivement « pass(acti)ver » (p. 131), puis « pass(act)iver » (p. 188, p. 266, p. 317), « passa(c)tiver » (p. 137), « pass(acti)vation » (p. 334) et « passiv(a)ction (p. 484). La question est certes vénielle, mais les néologismes gagnent en général à être constants, ne serait-ce que pour que le lecteur s’en souvienne bien…

4.2. Les apories de l’animisme sociologique

21Plus sérieux est, à notre sens, le problème posé par le parti pris par l’auteur de « refuser l’évidence » de ce qu’il qualifie de « grand partage », c’est-à-dire de la « séparation entre les différents agents engagés d’un côté et les biens destinés à devenir des marchandises de l’autre » (p. 61-62). Confondre agents et biens apporte-t-il quelque chose à l’analyse sociologique des marchés ? Rien n’est moins sûr. L’auteur convient que ce sont bien les « espaces socialement constitués qui imposent leurs règles de circulation » aux biens et aux agents et non pas les propriétés intrinsèques de telle ou telle entité qui la rendent propre ou impropre à devenir marchandise. Il entend se parer ainsi contre le risque de naturalisme (p. 66). Mais en escamotant la frontière entre produits et individus, Michel Callon verse dans une forme d’animisme sociologique et attribue aux objets des capacités d’action qui relèvent de l’imaginaire et non pas de l’analyse scientifique. Cet animisme prend parfois une forme « douce », que l’on retrouve par ailleurs dans le style journalistique de la presse économique lorsque sont prêtées aux marchés des « capacités cognitives » (p. 327). Mais il revêt fréquemment dans l’ouvrage une forme plus affirmée, comme lorsque l’auteur imagine que les « carrières » des biens sont guidées par des « cours d’action » qu’ils conduisent, ou lorsqu’il s’intéresse à la manière dont « les biens agissent sur les agents au point que ces derniers consentent à payer » (p. 287).

22Cette façon de doter les objets de capacité d’action, à la limite de l’intentionnalité, peut passer pour une licence poétique ou littéraire lorsque l’auteur, évoquant les corps chimiques et les effets inattendus qu’ils peuvent provoquer sur les communautés dans lesquels ils sont introduits, note qu’ils sont « des êtres [qui] sont difficiles à éduquer convenablement » (p. 128). Mais elle devient franchement un problème lorsque l’on se rend compte que la métaphore est prise au sérieux, voire revendiquée comme un résultat de l’analyse : « il n’est pas absurde de décrire un marché comme un processus de mutation-sélection entre des biens combattant pour leur propre survie, les agents ne faisant que se plier de la manière la plus intelligente possible à la logique qui organise leurs variations » (p. 37). Plus loin, cette affirmation est reprise et prolongée : « les entités auxquelles on a appris, par reformatage, à s’engager dans des cours d’action déterminés, peuvent à tout moment reprendre l’initiative, agir de manière inopinée, entraîner leurs destinataires dans des aventures incontrôlables » (p. 78-79). La formulation des prix, qui constitue le cinquième cadrage du schéma de l’auteur, offre un autre exemple de cette forme d’animisme : « la formule [de détermination d’un prix] tisse un réseau. Sa force est mesurée par sa capacité d’associer et d’exclure, ou de perdre l’agence qui devient sa proie dans un labyrinthe de qualculs » (p. 372). Par un singulier renversement, l’agent devient passif, le produit devient actif : le premier a perdu toute faculté de jugement et de décision, il « devient agi » par le second.

23Quels que soient les progrès accomplis en matière d’intelligence artificielle (curieusement, cette évolution aux conséquences significatives pour la structuration future des marchés n’est mentionnée nulle part dans le texte, alors qu’elle aurait pu servir de point d’appui à cette partie de l’analyse de l’auteur), il ne fait aujourd’hui aucun sens d’attribuer aux produits dans toute leur généralité de telles facultés. Le fait incontestable que les produits et les agencements marchands exercent une influence sur les comportements des agents (phénomène traduit par la notion d’« affect » dans le chapitre 5), tout comme le fait de qualifier d’« irréaliste » le « partage entre agents et biens » (p. 484), n’autorisent pas l’observateur qui cherche à décrire les processus marchands à présenter les produits comme des entités douées d’initiative, tout en minorant les capacités de décision des êtres humains : cela ne peut conduire qu’à perdre de l’information et introduire à sa place de la confusion.

24En revanche, le brouillage des fonctions entre biens et services, les « zones franches » (p. 411-413) situées à mi-chemin entre marché et organisation, les nouvelles interactions entre les processus de production et les modes de consommation engendrées par la nomadisation des moyens de communication et de paiement, les mille et un usages commerciaux du big data et de l’intelligence artificielle, voire de leur combinaison, exigent un aménagement urgent des théories existantes du fonctionnement des marchés. Nombre de propositions de Michel Callon peuvent y contribuer. Elles sont utiles pour observer de manière plus fine ces innovations et réfléchir à leurs conséquences sur ce que nous appelons les marchés.

4.3. Théorie des marchés ou théorie des organisations ?

25Dans son analyse des agencements marchands, Michel Callon présente une vision très éloignée de celle des économistes classiques, qui décrivaient les organisations au sein des marchés comme des « îlots de pouvoir conscient dans un océan de coopération inconsciente, comme des morceaux de beurre flottant dans le babeurre » (Robertson, 1923, p. 85). C’est la configuration inverse qui est présentée dans l’ouvrage : le « marché » de Michel Callon est presque entièrement dissous dans l’organisation, où l’essentiel de la coordination économique prend forme et se développe. Les cinq cadrages principaux (« passiva(c)tion », évaluation, organisation des rencontres, attachement des affects, formulation des prix) ont lieu au sein des organisations. Les exemples pris pour illustrer ces cadrages sont empruntés aux entreprises, qui sont souvent de grande taille (banques, laboratoires pharmaceutiques, constructeurs automobiles, opérateurs de réseaux de téléphonie mobile, enseignes de la grande distribution et du commerce en ligne, compagnies aériennes, organisations de l’industrie agroalimentaire et de la viticulture, etc.). De ce point de vue, la théorie des agencements marchands apparaît donc davantage comme une théorie des organisations qu’une théorie des marchés. La proposition – jamais explicitée – selon laquelle les organisations dominent le marché aurait pu être questionnée et affinée, notamment en étudiant l’évolution et les comportements des petites entreprises et des microentreprises, qui constituent l’essentiel de la population des organisations, et ce partout dans le monde. Cet élément manque à une construction théorique qui se veut plus réaliste que ses devancières.

26Découlant de ce premier parti pris, un deuxième biais affecte l’analyse : considérer que seul le côté de l’offre est digne d’intérêt pour comprendre le fonctionnement des marchés, et non celui de la demande. Significativement, les rares fois où l’auteur consent à accorder un brin d’analyse aux demandeurs, ceux-ci sont collectivement organisés, comme dans le cas déjà mentionné de l’UFC que choisir (p. 380). Aucun développement n’est consacré à la manière dont se construisent les comportements d’achat et de consommation, du point de vue des individus et des collectifs concernés. En l’absence d’analyse, le lecteur est conduit à accepter sans discussion l’idée que ces comportements sont entièrement déterminés par les agencements marchands qui, comme on l’a vu, sont organisés par l’offre. La relation de travail, et en particulier les modes de détermination de la rémunération de celui-ci, qui auraient pu être envisagés dans leur diversité à partir de la notion d’agencements marchands – tiraillés qu’ils sont entre une relation salariale de type classique et l’émergence de nouvelles formes « ubérisées » de rétribution de services –, ne sont pas envisagés par Michel Callon. Leur étude aurait pourtant permis à l’auteur de confronter sa théorie à une situation où le rapport de force penche de manière plus évidente du côté des demandeurs, quel que soit leur type. La référence aux « marchandises fictives » de Karl Polanyi, utilisée en début d’ouvrage, offrait pourtant des pistes intéressantes en ce sens (Polanyi, 1944 ; Postel & Sobel, 2010).

  • 6 Compte tenu de la centralité de la notion de transaction pour le propos de l’auteur, on s’étonne qu (...)
  • 7 Symptomatique de cette focalisation sur les seuls contours apparents du marchand est l’absence de r (...)

27Plus fondamentalement, la faiblesse principale de cette approche ne réside-t-elle pas dans la manière dont elle définit empiriquement son sujet ? Michel Callon insiste sur le fait qu’il prend pour point de départ « l’énigme de la transaction réussie6 ». À la question « pourquoi a-t-elle réussi ? », il répond : grâce aux agencements marchands, qui sont logés dans les organisations. L’auteur en conclut que la cause de la réussite des transactions est à rechercher dans les organisations. Mais ce faisant, il oublie toutes les transactions préparées dans les organisations… et qui ont échoué. Quid des flops et des ratés, des produits géniaux sortis des bureaux d’études qui n’ont jamais trouvé leurs consommateurs, des « innovations radicales » qui ont entraîné dans leur échec leurs inventeurs et leurs organisations, quid des cathédrales dans le désert, des Concorde, des Renault 14 et des voitures propulsées au GPL, des téléphones à clapet de Nokia et du Galaxy Note 7 de Samsung, quid d’Autolib’ et du film Valérian de Luc Besson, quid de l’EPR Olkiluoto-3 d’Areva, quid de la myriade de start-up qui ne passeront pas l’hiver ? Pour étudier comment fonctionne un marché, il ne suffit pas d’analyser ce qu’il a sélectionné, il faut aussi comprendre ses procédures d’exclusion. C’est cette analyse qui manque à l’ouvrage, faute d’avoir développé une méthode d’investigation empirique permettant d’étudier (presque) tous les processus marchands7.

28Sans doute le parcours intellectuel et les centres d’intérêt de l’auteur, issu d’une formation d’ingénieur, expliquent-ils cet attrait exclusif pour l’organisation productive et ses procédures. Celle-ci présente l’avantage de se prêter à l’observation directe sur site, tandis que les goûts et les attentes des consommateurs sont moins facilement observables. Mais cette focalisation ne manque pas de déséquilibrer la théorie proposée. Prolixe à propos des agencements qui structurent l’offre, elle reste muette lorsqu’il s’agit d’interroger les évolutions contemporaines des modes de consommation, pourtant essentielles pour comprendre les transformations actuelles et à venir de la notion de marché. C’est un travail qui reste à faire pour fonder plus solidement une théorie d’une ambition aussi vaste que celle de Michel Callon.

Haut de page

Bibliographie

Allaire G. (2013), « Les communs comme infrastructure institutionnelle de l’économie marchande », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10546 ; DOI : 10.4000/regulation.10546

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, Troisième série, vol. 36, p. 169-208.

Callon M., Lascoumes P. & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris, Le Seuil.

Commons J. R. (1959), Institutional Economics. Its place in political economy. Madison, University of Wisconsin Press.

Polanyi K. (1983) [1944], La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, (trad. fr., 1re édition anglaise 1944).

Postel N. & R. Sobel (2010), « Le concept de “marchandise fictive”, pierre angulaire de l’institutionnalisme de Karl Polanyi ? », Revue de Philosophie économique, 2010/2, vol. 11, p. 3-35.

Robertson D. H. (1923), The Control of Industry, New-York, Harcourt, Brace & Co.

Weber M. (1971), Économie et société, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1

Pour deux exemples connus de ses nombreux travaux dans ces domaines, voir Callon (1986), Callon et al. (2001).

2 Comme nous l’avons indiqué en introduction, la dimension normative du livre, qui occupe le dernier chapitre, n’est pas l’objet de cette note.

3 « Aux yeux d’un spécialiste des sciences sociales, qu’il soit économiste ou sociologue, les institutions, les ressorts psychologiques ou les valeurs culturelles sont souvent des réalités sans corps » (p. 44).

4 La solution, très simple, consiste à partir de la notion de « produit », qui peut être un bien (matériel) ou un service (immatériel).

5 Des confusions similaires concernent les notions d’« externalités » – confondue avec subventions (p. 384) – et de « liquidité de la monnaie » – confondue avec les trois fonctions canoniques de la monnaie (p. 108).

6 Compte tenu de la centralité de la notion de transaction pour le propos de l’auteur, on s’étonne qu’il ne mentionne pas la théorie institutionnaliste de J. R. Commons. Celui-ci construit en effet le concept de transaction d’une manière à la fois réaliste et rigoureuse, puis l’insère dans une théorie plus large du rôle des institutions dans l’économie (Commons, 1959).

7 Symptomatique de cette focalisation sur les seuls contours apparents du marchand est l’absence de référence au non-marchand, qui aurait pu servir de point d’appui à une approche normative plus large du sujet. Pour un exemple de discussion sur l’interrelation entre les communs non marchands et l’univers des marchés, voir Allaire (2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Les cinq cadrages de l’agencement marchand
Crédits Source : Julien Vercueil
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/14185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Revisiter les marchés par les organisations », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14185

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page