Navigation – Plan du site
Notes de lecture

À propos de l’ouvrage dirigé par Alain Caillé, Philippe Chanial, Stéphane Dufoix et Frédéric Vandenberghe : Des sciences sociales à la science sociale. Fondements anti-utilitaristes

Philippe Steiner
Référence(s) :

Des sciences sociales à la science sociale. Fondements anti-utilitaristes. Sous la direction de Alain Caillé, Philippe Chanial, Stéphane Dufoix & Frédéric Vandenberghe, Lormont, Le bord de l’eau, 2018, 363 pages, ISBN : 9782356875716

Texte intégral

1Issu d’une rencontre tenue au Centre culturel internationale de Cerisy en mai 2015, cet ouvrage donne à voir la manière dont les différents auteurs ont répondu à l’appel d’Alain Caillé et de ses collaborateurs à réfléchir à ce que pourrait être la science sociale unifiée au lieu de l’éparpillement – le chaos disait Andrew Abbott (2001) – des disciplines qui forment les sciences sociales contemporaines.

2La liste des contributeurs est impressionnante : M. Sahlins et L. Scubla pour l’anthropologie ; R. Boyer, O. Favereau, A. Orléan pour l’économie ; C. Grataloup, R. Bertrand et F. Hartog pour la géographie et l’histoire ; F. Fistetti, M. Hénaff et E. Pucini pour la philosophie. Le gros bataillon est formé par les sociologues : J. Alexander, A. Caillé et F. Vandenberghe, P. Chanial, F. Costa, F. Dubet, S. Dufoix, N. Heinich, P. d’Iribarne, C. Laval, T. Lindenman, D. Martucelli, A. Rawls, I. F. Silber et M. Wieworka.

3L’ouvrage contient en fait deux parties distinctes. La plus volumineuse accueille les contributions des 24 intervenants. Elle est très riche, et faute de pouvoir résumer les différents apports, on mettra en évidence, dans les lignes qui suivent, quelques-unes seulement de ces contributions, en privilégiant celles qui s’orientent le plus en fonction du problème posé. Plus courtes, l’introduction et la contribution d’A. Caillé et de F. Vandenberghe présentent le projet initial et les premières pistes de réflexions dans deux textes très denses que l’on peut compléter par la lecture de leurs récents ouvrages (Caillé, 2015 ; Caillé & Vandenberghe 2016).

Le projet de la science sociale

4La proposition constitutive de l’ouvrage est qu’à la place du morcellement des sciences sociales contemporaines, une science sociale est non seulement désirable mais possible. Le constat dressé dès les premières pages par les quatre éditeurs est accablant : l’hyperspécialisation, due à l’émergence progressive des différentes disciplines et sous-disciplines dans lesquelles s’installent les sciences sociales, débouche sur un raffinement inégalé de recherches spécialisées, payées au prix fort de la stérilité des résultats obtenus et de l’idiotie des chercheurs qui les produisent. Dans le cas de la sociologie, Caillé et Vandenberghe détaillent cet abaissement en dressant le portrait type du sociologue qui commémore les grands noms (Durkheim, Weber, etc.), se consacre à des recherches sur un domaine restreint (sociologie du droit, de l’école, etc.), applique les méthodes du domaine, et ne résiste guère à des évaluations morales (p. 193). Finalement, la sociologie n’a rien à dire sur la crise économique globale, tant elle est écartelée entre l’abstrait et le concret, et débordée par le courant des studies (études interdisciplinaires sur un objet : la marchandise, le global, etc.) et par la philosophie morale et politique (p. 192-197). Cependant, les éditeurs se veulent rassurant en indiquant l’existence d’une autre voie qui, embrassant la généralité, va produire de l’intelligence grâce à l’approche synthétique qu’ils appellent de leurs vœux. Comment parvenir à renverser la situation ?

5Un point de départ s’offre avec le modèle économique généralisé, ou encore la théorie du choix rationnel, qui vient à propos servir de repoussoir. Ce socle négatif est pertinent, car les contributions au volume rejettent explicitement ou implicitement ce modèle-là ; il y a donc une base minimale commune à ce projet de refondation. Mais au-delà, les choses sont plus floues. Les éditeurs proposent l’anti-utilitarisme maussien comme socle positif, sans pourtant véritablement croire que celui-ci pourrait faire l’objet d’une adoption générale par les « jeunes anti-disciplinaires » que les éditeurs appellent à se réunir pour changer la face des sciences sociales (p. 33). Est-il possible de se ranger derrière une science sociale particulière, ainsi que cela a pu être le cas avec la sociologie, lorsque Durkheim et son équipe lancèrent L’Année sociologique en 1896 ? Ou bien lorsque Weber s’essaya à lui seul à l’encyclopédisme d’Économie et société, ou encore Bourdieu ? À juste titre, les éditeurs écartent cette idée pour proposer quatre concepts clés – la société, la culture, les institutions et l’universalisme – à même d’unifier les champs de la science sociale par une coordination souple, permettant la circulation des idées, une plus grande réflexivité et un surcroît de générosité (p. 25). La même idée est avancée grâce à une métaphore astronomique selon laquelle ces circulations s’organiseraient en constellation autour de quelques étoiles majeures (Jürgen Habermas, Joan Tronto, Marcel Mauss et Axel Honeth). Une configuration qu’ils dénomment « l’astérisme », une figure nouvelle dans l’imagerie épistémologique des sciences sociales. Doit-on s’inquiéter d’une telle prééminence accordée à quelques noms prestigieux ? Probablement pas, puisque cette focalisation s’accompagne d’une large latitude accordée à la manière de s’organiser autour de l’astre ou d’une combinaison d’entre eux. Caillé et Vandenberghe présentent d’ailleurs l’affaire un peu différemment en proposant de créer une théorie sociale néo-classique qui sera comme une plateforme commune, synthétique et dialogique (p. 201) ouvrant sur une science sociale cosmopolite, œcuménique et inclusive (p. 202) dans laquelle la théorie du don sera le roc sur lequel reposera cette plateforme commune. Ils avancent également une suggestion selon laquelle chaque discipline se scindera en deux parties, l’une orientée vers l’intérieur de la spécialité et l’autre tournée vers les dialogues interdisciplinaires (p. 205).

6Les éditeurs ne cachent pas les difficultés formidables à surmonter. Ils en listent trois : les difficultés épistémologiques, linguistiques et institutionnelles. La première pourra être surmontée par l’astérisme ; la seconde, contrairement à ce que l’on aurait pu croire n’est pas celle de la langue – pourtant soulevée avec à propos par M. Wieworka (p. 353) –, mais celle du style de la science sociale qui peut s’orienter vers la forme encyclopédie, la forme théorie de la société ou bien encore la forme social theory, respectivement indexées à la France, à l’Allemagne et aux États-Unis. La dernière provient du fait que les carrières des membres constitutifs de l’armée des sciences sociales sont gérées par arrimage à une discipline et non à la science sociale. Ce n’est qu’avec l’âge (celui des chercheurs réunis dans ce volume) que l’on parviendrait à s’extraire du mono-disciplinaire ; de là, l’appel à la masse des jeunes anti-disciplinaires pour renverser un cours des choses stérilisant, idiotisant par force de raffinement hyperspécialisé.

7Les contributeurs offrent une série de points de vue qui donnent à voir l’état de la réflexion dans les différents domaines des sciences sociales représentés dans l’ouvrage. Chaque contribution mérite d’être lue pour elle-même, mais dans le cadre de ce compte rendu, il est impossible de rendre justice à chacune d’elles. L’anti-utilitarisme, ou le non-utilitarisme qui a la préférence de I. F. Silbert, est au centre de nombre de propos (R. Bertrand, M. Henaff, E. Pucini, J. Alexander, P. Chanial, N. Heinich). Sur ce point, l’unité ne sera pas prise en défaut. Au-delà de ce socle négatif commun, on peut cependant classer les contributions selon deux grandes catégories : la plupart ouvrent sur un type de dialogue (économie et histoire avec R. Boyer ; économie et philosophie avec O. Favereau, etc.) ou bien lancent des ponts avec la philosophie sociale (le convivialisme avec C. Grataloup et S. Costa ; la justice sociale avec F. Dubet et A. Rawls, etc.). Au travers de ces dialogues, on peut donc voir se former les linéaments de l’astérisme mis en avant par les éditeurs. Un plus petit nombre de contributions essaye de répondre plus précisément aux questions relatives à la formation de la science sociale. R. Boyer est celui qui est le plus engagé dans cette voie. Selon lui, on peut procéder de la manière suivante : il convient de prendre un objet qui ne peut être revendiqué par aucune discipline en propre – le capitalisme dans son cas, la valeur pour A. Orléan, tout en notant que ce dernier s’est déjà exprimé sur la question de l’unité des sciences sociales (Orléan 2005) –, pour l’étudier en relation avec les autres sphères sociales, au travers des conflits de temporalités que la dimension économique engendre (p. 67-69). À la suite de quoi, les situations locales permettent d’avancer vers une plus grande généralité grâce à des comparaisons. Une dernière précision vient avec l’idée selon laquelle il est souhaitable d’étudier l’émergence d’événements « qui font époque en changeant la nature même des sociétés, des économies et des systèmes politiques » (p. 66), car c’est là que les sciences sociales deviennent intéressantes. Voilà un exemple de ce que pourrait donner la marche vers la science sociale unifiée, projet des éditeurs de ce volume.

La situation est-elle si désespérante ?

8La spécialisation, voire l’hyperspécialisation est une réalité patente, comme le dommageable émiettement du savoir qu’elle induit. De là à dire que cela produit de la stérilité et de l’idiotie, il y a un pas que les travailleurs de la preuve, pour parler comme Gaston Bachelard, pourront avoir du mal à franchir. Après tout, Durkheim lui-même, souvent sollicité dans l’ouvrage, n’écrivait-il pas, dans sa Division du travail, que l’idéal de l’honnête s’effaçait et qu’il fallait, désormais, se ranger dans le camp de la spécialisation. Indépendamment des cadres disciplinaires contraignants de l’institution académique, la masse des publications fait qu’il est difficile de produire du savoir sans prendre le temps de lire des textes par centaines ; on voit mal comment l’interdisciplinarité, quel que soit le style qui serait adopté, permettrait de résoudre la difficulté en demandant de lire aussi bien d’autres travaux. Et cela sans même faire valoir les langues dans lesquelles ces connaissances sont produites, sauf à s’en remettre, comme M. Wieworka le regrette à juste titre, à l’argument selon lequel ce qui n’est pas publié en anglais n’existe tout simplement pas – une réalité de plus en plus tangible. La charge contre le type de recherche menée sous l’égide disciplinaire est exagérée. Il y a deux manières de produire un savoir spécialisé échappant au reproche d’idiotisation qui lui est fait. Comme le fait remarquer O. Favereau, les disciplines discutent de cœur à cœur ou de marge à marge. Le dialogue aux marges se fait au sein même des recherches spécialisées, car celles-ci demandent de prendre pied sur les multiples facettes de la réalité de l’objet, fut-il méthodiquement construit selon les canons de la discipline initiale. Si le sociologue se met à étudier le phénomène festif, et qu’il ne s’en tient pas à commémorer les textes de Mauss, de Durkheim, et de ceux qui leur ont emboité le pas, il lui faut apprendre un peu de droit public qui forme le cadre juridique dans lequel œuvrent les élus locaux ; il faut aussi qu’il se familiarise avec la gestion d’un centre-ville, de l’activité touristique, et qu’il se se plonge dans les arcanes des finances publiques locales, des systèmes de sécurité et des marchés qui les portent. Le tout en ne manquant pas de prendre en compte les réflexions d’Horkeimer et Adorno sur les industries culturelles et celles de Benjamin sur l’impact de la reproduction des objets culturels. Bref, la recherche est menée dans le cadre d’une interdisciplinarité qui ne devrait pas navrer, d’autant qu’elle peut conduire à des questions engageant bien au-delà de la réflexion spécifique sur tel ou tel terrain, ce maudit terrain que les éditeurs ne portent pas dans leur cœur. Quant au dialogue cœur de discipline à cœur de discipline, il y a encore place pour des travaux disciplinaires qui ne tombent pas sous les critiques des éditeurs. Je me limiterai à l’exemple fournit par les travaux d’Alvin Roth sur l’appariement. Travaux très spécialisés, nourrit de cette formalisation tant honnie, et d’un économicisme évident, ils irriguent, provoquent, suscitent la réflexion de pédagogues, de médecins, d’économistes, de sociologues, de philosophes, etc., sans oublier de noter qu’ils nourrissent la pratique d’institutions comme les ministères de l’Éducation, les agences de transplantation, les sites de rencontre, etc. L’approfondissement du cœur d’une partie d’une discipline, y compris l’économie politique pétrie d’utilitarisme, peut également jouer son rôle et, pour un temps, fournir le cadre d’une pratique joliment décrite par les éditeurs sous le nom d’astérisme. L’œcuménisme doit, parfois, aller jusque-là !

Un monde académique ou intellectuel ?

9Ce projet s’inscrit dans la suite logique de l’intense activité déployée par Alain Caillé et le groupe qu’il a constitué autour de la Revue du M.A.U.S.S., dont on connaît le rôle à la fois fédérateur, œcuménique pour reprendre un terme du présent volume, et le souci constant de porter le regard vers les espaces les plus larges, y compris politique avec l’orientation vers le convivialisme. Le projet à l’origine de cet ouvrage suscitera sans nul doute la discussion, sinon la controverse. Esquissons quelques lignes de réflexion à son propos.

10Si l’ouverture intellectuelle et disciplinaire est impeccable, le projet souffre de deux limites. D’une part, à la différence de Durkheim et de L’Année sociologique, ou de Bourdieu et d’Actes de la recherche en sciences sociales, Caillé et son groupe n’offrent pas un projet scientifique original autour duquel se regrouperaient des chercheurs venus des différentes sciences sociales. Cela a l’avantage de ne pas créer une nouvelle école et d’offrir un espace ouvert, inclusif, convivial ; mais cela a l’inconvénient, comme les éditeurs en sont conscients, de poser l’anti-utilitariste, un rejet, comme base commune. D’autre part, comme il s’agit d’un projet à dimension intellectuelle et pratique – modifier le régime disciplinaire en sciences sociales – le manque de support institutionnel est patent. On cherche en vain les membres du cabinet de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ou les personnes à la tête des services de la DGESIP dans le panel des auteurs retenus pour cet ouvrage. C’est bien regrettable, car la réorganisation de la cité savante autour d’une science sociale unifiée ne pourra pas se faire sans leur participation. Certes, l’élaboration intellectuelle du projet est une tâche en soi, mais il est bien dommage qu’aucune place n’ait été faite à ceux qui ont un pouvoir décisionnaire. Ce manque est d’autant plus criant que l’ouvrage fait comme si l’Université était le lieu du débat intellectuel. Si cette vénérable institution n’a pas de raison d’empêcher l’éclosion de ce dernier, son orientation est de plus en plus forgée par les impératifs de la formation, que les sociologues, comme les autres membres de la communauté académique, ont charge d’ajuster autant que possible aux marchés du travail. Les éditeurs ont négligé la difficulté que constitue la dimension formation attachée aux disciplines universitaires, dimension qui produit une mise à l’écart de la dimension intellectuelle depuis la massification de l’enseignement supérieur. L’Université contemporaine est un monde académique, assez bien résumé par le portrait du sociologue esquissé dans l’introduction, et non un monde intellectuel. On peut bien sûr le regretter et, chacun peut s’affairer à exister au niveau, plus général et plus brillant, du débat intellectuel ; mais il est peu probable que ce dernier prenne une place marquée dans l’institution universitaire contemporaine.

Quel support institutionnel ?

11Deuxièmement, les éditeurs laissent dans le flou la situation dans laquelle se trouverait placée la démarche générale à laquelle ils aspirent. Comment prendrait place le registre de la science sociale dans un cadre interdisciplinaire ? Sera-ce une ardente obligation par laquelle toute recherche devra passer ? Ou bien prendra-t-elle rang comme une sous-sous-discipline qui, pour ne pas s’abîmer dans ce triste statut sous-disciplinaire, se tiendra en surplomb des autres parties de la science sociale ? La lecture de l’introduction ne permet pas de trancher, et si la contribution de Caillé-Vandenberghe, avance une proposition un peu plus précise, avec la sous-division évoquée plus haut, on reste sur sa faim face à la question suivante : comment, dans un monde disciplinaire, une instance non disciplinaire peut-elle se créer, qui fasse dialoguer les différents savoirs ? Voilà qui demande à être clarifié, un peu plus que par la métaphore astronomique ou la scissiparité disciplinaire. Mais on peut également relever un tout autre problème : si on examine la liste des savoirs mobilisés dans ce volume, on constate que l’œcuménisme a ses limites, car aucune place n’est faite aux statisticiens, informaticiens, ou mathématiciens. Or, si l’on veut éviter l’écueil qui consisterait à rebâtir le monde de la science sociale unifié que nous avons perdu, pour démarquer le titre de l’ouvrage de Peter Laslett, ces savants doivent prendre désormais toute leur place dans une science sociale unifiée, et pas uniquement à titres de laborantins ancillaires, mettant au service des synthétiseurs intelligents leurs compétences spéciales. Dans le monde nouveau de quantification massive du social et de soi, ces compétences spécialisées sont déjà devenues indispensables pour faire le lien entre le big data et la science sociale, pour déchiffrer les subtilités des algorithmes qui, de plus en plus, structurent, organisent le monde social et le savoir qui lui correspond. La science sociale unique doit être encore plus large que celle qui est évoquée dans l’ouvrage.

Un premier pas ?

12Pour conclure ces trop brèves remarques, retenons que la production du savoir en science sociale est frappée au coin d’un émiettement bien caractérisé dans l’introduction, même si les termes sont sans doute un peu trop dramatisant. Tout en faisant place à l’exigence de généralisation portée par les éditeurs, et en les remerciant d’avoir tracé une vaste stratégie intellectuelle, la réorganisation proposée semble difficile à réaliser, notamment parce que la dimension formation de l’université, prise en charge, bon gré mal gré, par les sciences sociales a pris une place importante, négligée dans ce projet. Ne serait-il pas plus simple et efficace de le porter au niveau d’une fondation qui mettrait en place une École des Hautes Études Maussiennes dans laquelle la vision agonistique, au sens de Weber ou de Mauss (p. 203), de l’échange interdisciplinaire pourrait se déployer comme la Revue du M.A.U.S.S a su le faire ? Au sein de cet Olympe intellectuelle, les différentes disciplines échangeraient et lutteraient pour faire valoir leurs apports, fussent-ils fondés sur des recherches extrêmement disciplinaires, stimulant ainsi les autres à être encore plus pertinentes de manière à fournir de la clarté, à nourrir l’exigence de la clarté que chaque membre de la communauté scientifique porte, afin de rendre le monde plus vivable, plus dialogique, plus réflexif et, surtout, plus généreux. En un mot, plus convivial : sur ce point, on ne saurait qu’approuver les éditeurs de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (2001), Chaos of disciplines, Chicago, Chicago university press

Caillé, Alain, 2015. La sociologie malgré tout, Paris, Presses universitaires de Paris-Ouest.

Caillé A. & F. Vandenberghe (2016), Pour une nouvelle sociologie classique, Lormont, Le bord de l’eau.

Orléan A. (2005), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’Année sociologique, vol. 55, no 2, p. 279-306

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Steiner, « À propos de l’ouvrage dirigé par Alain Caillé, Philippe Chanial, Stéphane Dufoix et Frédéric Vandenberghe : Des sciences sociales à la science sociale. Fondements anti-utilitaristes », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14192

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Professeur de sociologie, Sorbonne Université, Maison de la recherche, 28, rue Serpente 75006 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page