Navigation – Plan du site
Notes de lecture

À propos du livre posthume de François Fourquet : Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation

Dominique Plihon
Référence(s) :

François Fourquet, Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation, Préface de Christian Chavagneux, Posface de Robert Boyer, Paris, La Découverte, 2018, 328 p.

Texte intégral

1La mondialisation est un processus séculaire et multidimensionnel – géopolitique, économique, culturel, etc. – comme l’a si bien montré l’historien Fernand Braudel, qui fait remonter au xve siècle l’émergence de l’« économie-monde ». S’inscrivant dans la tradition braudélienne, François Fourquet avait l’ambition d’écrire une histoire de la mondialisation qu’il n’a pas eu le temps d’achever. Ce livre posthume, édité par ses anciens collègues du Laboratoire d’économie dionysien (LED) de l’université Paris VIII, nous offre la longue et riche introduction de cette histoire ambitieuse et inachevée de la mondialisation. Le texte de François Fourquet est précédé d’une préface de Christian Chavagneux, et suivi d’une postface de Robert Boyer, qui retracent leurs échanges et débats avec François Fourquet.

  • 1 François Fourquet, Richesse et puissance. Une généalogie de la valeur, xvexviiie siècles, La Déc (...)
  • 2 François Fourquet, Les Comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, c (...)

2François Fourquet était un économiste hors normes. Professeur d’économie, il était d’abord un chercheur en sciences sociales. Pour lui, l’économie pure n’existe pas, c’est une branche des sciences sociales. Une conception opposée à celle des économistes mainstream. D’une grande culture, il maîtrisait l’histoire de la pensée économique, il connaissait aussi les instruments de l’analyse économique, ce qui a donné lieu à deux ouvrages importants, sur la pensée des premiers économistes en commençant par le Moyen Âge1, et sur la Comptabilité Nationale2.

3François Fourquet est hors norme également par le caractère original et parfois iconoclaste de ses analyses et de sa méthode. Ce qui peut être illustré par les trois thèses qui fondent sa représentation de la mondialisation, discutées dans cette note de lecture.

Le mondial prédétermine le national

  • 3 François Fourquet, « Le rapport international est toujours dominant », L’Année de la régulation, no(...)
  • 4 Accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada (CETA), entre l’Union (...)

4Pour François Fourquet, on ne peut comprendre les forces économiques du monde sans les appréhender au niveau global, celui de l’économie monde, constituée par l’ensemble des cités de la planète, selon une conception braudélienne. Cette première thèse a fait l’objet d’un article, publié en 2004 dans L’Année de la régulation3, et qui figure dans cet ouvrage posthume. Partant de ce postulat, François Fourquet dénonce l’étroitesse des représentations économiques traditionnelles qui raisonnent le plus souvent sur des bases nationales, parfois en économie fermée. Or le national est déterminé par le global. L’économie nationale lui apparaît « presque comme une fiction… une construction intellectuelle due au caractère essentiellement étatique des sources statistiques ». François Fourquet va même jusqu’à affirmer que « l’Etat-nation est une illusion »… Pour résister aux forces économiques mondiales, les États développent deux stratégies : d’une part, le protectionnisme, et d’autre part, ce que François Fourquet appelle le « hélage du capital », c’est-à-dire les politiques destinées à attirer le capital sur leurs territoires, qui consistent à « dénationaliser les lois nationales pour les adapter aux souhaits des investisseurs étrangers ». On pourrait ajouter à ces stratégies les traités de libre-échange, tels que le CETA et le JETA4, qui aboutiront à une harmonisation internationale des normes nationales, pour le plus grand profit des firmes multinationales, principaux acteurs de la mondialisation actuelle.

5François Fourquet applique son approche de la mondialisation à la question des crises, d’une manière assez éclairante. Il montre que :

[…] la crise des années 1930 pousse à l’extrême la contradiction entre nationalisation de l’économie et mondialisation de ses flux. D’un côté, la crise est bel et bien mondiale. Elle se déclenche à New York, qui s’annonce avec force comme la nouvelle ville-monde ; elle prend sa source dans le réseau des liens financiers noués avant et après la guerre lorsque les États-Unis devenaient créanciers de l’Europe ; puis elle se répand dans le monde le long de ce réseau.

6Cette grille d’analyse est d’une grande actualité. Elle s’applique également à la crise globale qui a débuté en 2007 aux États-Unis sur le marché des subprimes, et qui a donné lieu à des politiques nationalistes, qui cherchent à s’opposer aux effets pervers de l’ouverture internationale, dont le « Make America great again » de Trump et le Brexit sont des illustrations récentes.

L’opposition entre État et marché est artificielle

7Pour François Fourquet, « L’État n’est pas une figure opposée au capitalisme, comme c’est souvent le cas dans les analyses ordinaires. Voici une thèse inhabituelle : l’État fait partie du capitalisme ». L’histoire de la mondialisation est scandée par un mouvement alternatif où tantôt le marché (ou le capitalisme) domine l’État, tantôt l’inverse. Lorsqu’à partir du xve siècle, les États créent, aux Pays-Bas, en Angleterre, en France, des compagnies des Indes occidentales ou orientales, il est difficile de distinguer ce qui relève de la puissance publique et du capital privé. Au xxie siècle, le sauvetage par les banques centrales et les États des banques et autres acteurs financiers à la suite de la crise des subprimes illustre à nouveau l’étroite symbiose entre le capitalisme (finance) et les autorités publiques. L’État et le marché sont deux faces d’une même réalité, d’un même pouvoir social. François Fourquet pousse son raisonnement jusqu’à affirmer qu’il n’y a pas deux civilisations d’une part libérale ou néolibérale, et d’autre part interventionniste, dirigiste ou fordiste. Il n’y a qu’une seule civilisation, tantôt libérale, tantôt dirigiste. Libéralisme et dirigisme sont deux formes d’organisation qui ont besoin l’une de l’autre, et que la civilisation occidentale contient en puissance depuis le Moyen Âge. Le prétendu dualisme État/marché est donc une illusion.

Le mythe du capitalisme

  • 5 François Fourquet, « Quarante-huit thèses sur le capitalisme », Revue du MAUSS, no 34, 2009, p. 189 (...)

8François Fourquet défend une troisième thèse, dans le prolongement de la thèse précédente, qui consiste à récuser la pertinence du concept de « capitalisme » pour analyser et comprendre notre société et la mondialisation. Cette vision a été détaillée dans son article intitulé « Quarante-huit thèses sur le capitalisme5 ». Pour lui, le capitalisme est un concept moral utilisé par les intellectuels marxistes et les militants altermondialistes. L’importance prise par ce concept dans la période contemporaine vient de ce qu’il permet une opposition politique et morale au socialisme, considéré comme la société idéale. François Fourquet reconnaît cependant qu’il lui est difficile de renoncer à l’usage du concept de capitalisme, auquel il donne un sens différent.

J’évite de l’utiliser, mais suis parfois embarrassé car, après tout, c’est un mot qui pourrait avoir une acception tout à fait neutre : un régime économique et social basé sur la propriété privée des moyens de production. Sauf qu’aujourd’hui, il n’y en a pas d’autre ! Pas d’autre régime possible fondé exclusivement sur la propriété publique !

9Par ailleurs, reprenant l’analyse braudélienne, il ajoute que l’histoire du capitalisme doit être interprétée, non comme une structure théorique, mais comme une succession de « dynasties marchandes » qui sont « le cœur actif de la partie supérieure de l’économie-monde », et qui ont existé du xve siècle à Venise au xixe siècle à Londres, et au xxe et xxie siècles à New York et à Washington. Dans cette perspective, François Fourquet attribue un rôle central aux États-Unis, « dynastie marchande » au sens de Braudel devenue dominante. Ce qui l’amène à affirmer : « Le capitalisme, c’est la communauté financière de New York… Capitalisme et États-Unis, c’est la même chose. » Le capitalisme est assimilé à « l’État leader », devenu le plus puissant dans le monde, au cours du xxe siècle. Pour François Fourquet, « L’État américain n’est pas un État comme les autres, simplement plus gros que les autres : c’est l’État singulier du leader de l’économie mondiale ».

  • 6 Dominique Plihon, Le nouveau capitalisme, La Découverte, coll. « Repères », 2003, 370 p., dernière (...)

10J’ai eu personnellement l’occasion d’échanger avec François Fourquet lorsque j’ai publié, en 2003, Le nouveau capitalisme, ouvrage qui analyse les nouvelles dimensions du capitalisme contemporain6. Au rôle dominant que j’attribue à la finance, il m’avait alors objecté que si cela est vrai pour les États en général, cela ne l’est pas pour les États-Unis. Selon lui, si les États ont perdu du pouvoir face aux acteurs financiers privés, ce n’est pas le cas des États-Unis, car ceux-ci « tiennent lieu de régulateur en dernier ressort des marchés mondiaux, et notamment des marchés financiers ». J’avais alors exprimé mon désaccord amical à François Fourquet. On peut penser que son analyse a été contredite par la crise financière internationale qui a débuté en 2007, permise par l’excessive dérégulation financière états-unienne, et qui a coûté cher à l’économie américaine.

François Fourquet, un visionnaire iconoclaste

11La pensée de François Fourquet était iconoclaste, comme on vient de le voir. Ce qui avait le mérite de susciter des débats très riches avec ses collègues et amis chercheurs. On pouvait ne pas être d’accord avec François Fourquet, mais il faut reconnaître que sa démarche intellectuelle présentait des qualités essentielles, absentes des travaux d’un grand nombre d’économistes. En premier lieu, François Fourquet fonde ses analyses sur un socle intellectuel transdisciplinaire, grâce à une connaissance approfondie d’un grand nombre d’auteurs : des historiens, au premier rang desquels Braudel, mais aussi Toynbee ; des philosophes tels que Sartre, qui lui inspire le concept de quasi-sujet ; des sociologues, en particulier Durkheim et Mauss, sans oublier la psychanalyse avec Freud et Guattari. Avant d’être nommé professeur d’économie à l’université Paris VIII en 1994, il avait été secrétaire administratif de la clinique de La Borde (1966-1972) et trésorier du CERFI (Centre d’études, de recherche et de formation institutionnelles) créé par Félix Guattari (1967-1974). François Fourquet se réfère à de nombreux économistes, de Petty, Boisguilbert, Turgot à Smith, Ricardo et Keynes. Paradoxalement, l’économiste qui semble l’avoir le plus influencé est Marx, alors qu’il récuse le concept de capitalisme, et qu’il n’a pas repris sa démarche dialectique. François Fourquet est donc un exemple d’érudition et d’ouverture, qualités de plus en plus rares dans le monde de la science économique…

12La deuxième qualité de la démarche de François Fourquet est – comme l’illustre sa première thèse présentée plus haut – d’être global, au sens où c’est l’ensemble – l’économie mondiale – qui détermine et explique l’évolution des parties qui constituent celle-ci – les États-nations. François Fourquet défend une approche de la mondialisation fondée sur le holisme méthodologique. Ce qui vient contredire la théorie mainstream, qui se réclame de l’individualisme méthodologique, et selon laquelle la macroéconomie doit être micro-fondée, l’évolution des grandeurs économiques globales étant déterminée par celle des acteurs individuels – entreprises, ménages, États – qui composent le système économique. Autre différence avec le mainstream : la mondialisation doit être analysée comme un processus global, et non pas international, résultant des relations entre les États et les espaces nationaux, ce qui constitue la démarche dominante dans l’univers académique qui raisonne le plus souvent en termes d’économie « internationale ». Bien entendu, on conviendra que François Fourquet a poussé trop loin la logique de sa première thèse, et qu’en ce début de xxie siècle, les États-nations et les territoires ont gardé un rôle important, ne serait-ce que parce qu’il n’existe pas de « gouvernement du monde ».

13François Fourquet a le mérite, en troisième lieu, de se situer dans la longue durée, d’où le titre donné à son ouvrage posthume. Non seulement ses analyses de la mondialisation font preuve de recul historique – ce qui est normal s’agissant de la mondialisation qui est un processus ancien –, mais François Fourquet attribue également au temps long un rôle central dans ses analyses, au sens où les évènements sont toujours étudiés par référence à des processus qui s’inscrivent dans la durée. Ainsi, montre-t-il que la globalisation financière – présentée comme un processus récent par la majorité des économistes – peut être interprétée comme un système fondé sur le « hélage du capital », qui désigne l’action des territoires pour « attirer le capital » ; phénomène qui débute au xixe siècle en Angleterre et s’est poursuivi jusqu’à la période contemporaine.

Débat autour des analyses de François Fourquet

14Pourtant, si on est séduit par la représentation de la mondialisation proposée par François Fourquet – en particulier sa vision historique longue, et son approche holiste –, on peut avoir quelques difficultés à accepter certaines de ses analyses. Ainsi en est-il de sa conception de la globalisation financière contemporaine, vue comme une « extension » à l’échelle mondiale de la finance et du pouvoir des États-Unis. S’il est vrai que les États-Unis ont joué le rôle d’hégémon de la mondialisation après la Seconde Guerre mondiale, succédant à l’Angleterre, il apparaît qu’en ce début de xxie siècle, se met en place une mondialisation multipolaire, avec la montée en puissance des pays dits « émergents », hypothèse peu compatible avec la grille d’analyse de François Fourquet. On peut se demander si François Fourquet ne confond pas mondialisation, capitalisme et impérialisme.

15Par ailleurs, il est étonnant que François Fourquet ait récusé le concept de capitalisme, considéré comme un concept « moral », alors qu’il donne du capitalisme une définition neutre et peu idéologique : « régime économique et social basé sur la propriété privée des capitaux », et qu’il reconnaît qu’il lui est difficile de ne pas recourir à ce concept, comme l’indique la citation mentionnée précédemment… À la différence de François Fourquet, on peut défendre l’idée que le concept de capitalisme, inspiré de l’analyse marxiste, n’est pas une catégorie subjective, mais donne au contraire un cadre théorique et historique cohérent pour l’étude de la mondialisation.

16Ce rejet du concept de capitalisme oppose François Fourquet aux analyses régulationnistes, et fait l’objet des remarques de Robert Boyer dans la postface du livre. François Fourquet se différencie notamment des régulationnistes en ne donnant qu’une place réduite aux institutions, si ce n’est aux formes institutionnelles que sont le marché et l’État. Il est intéressant toutefois de noter que, dans sa représentation de la mondialisation, scandée par des phases alternées où dominent successivement les acteurs du marché et l’État, François Fourquet applique aux relations entre le marché et l’État les notions régulationnistes de complémentarité, d’hybridation et de hiérarchie…

17On est enfin surpris de constater que, bien que grand connaisseur de Marx, François Fourquet a souvent évacué l’approche dialectique, pourtant essentielle pour comprendre la mondialisation et les crises du capitalisme. Ce qui l’amène en particulier à réfuter – dans sa deuxième thèse – les dimensions conflictuelles et les contradictions qui caractérisent les relations entre la puissance publique et le marché. L’opposition entretenue aujourd’hui par les libéraux entre État et marché, n’est-elle pas un moyen de combattre la puissance publique pour donner le plus de poids possible aux intérêts privés ? On comprend que Robert Boyer s’exclame à ce sujet : « Quel dommage d’avoir abandonné le concept de capitalisme au moment même où il n’est plus tabou de faire référence à Marx à la lumière de la crise ouverte en 2008 ».

18Pour terminer, il faut souligner que ce n’est pas le moindre mérite de François Fourquet que d’avoir suscité le débat, par ses analyses originales et iconoclastes. D’autant que François était une personne chaleureuse et ouverte à la discussion. Il faut lire ce livre posthume, car il a le mérite de nous faire réfléchir, et de rompre avec les analyses de la mondialisation, souvent réductrices, des économistes du mainstream.

Haut de page

Notes

1 François Fourquet, Richesse et puissance. Une généalogie de la valeur, xvexviiie siècles, La Découverte, 2002 [1989].

2 François Fourquet, Les Comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, coll. « Encres », Éditions Recherches, 1980.

3 François Fourquet, « Le rapport international est toujours dominant », L’Année de la régulation, no 8, 2004-2005.

4 Accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada (CETA), entre l’Union européenne et le Japon (JETA).

5 François Fourquet, « Quarante-huit thèses sur le capitalisme », Revue du MAUSS, no 34, 2009, p. 189 - 207

6 Dominique Plihon, Le nouveau capitalisme, La Découverte, coll. « Repères », 2003, 370 p., dernière édition en 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Plihon, « À propos du livre posthume de François Fourquet : Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14214

Haut de page

Auteur

Dominique Plihon

Professeur émérite, CEPN, Université Paris 13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page