Navigation – Plan du site
Introduction au dossier « Capitalismes dépendants »

La dépendance dans les relations entre capitalismes nationaux : quelle portée analytique ?

Introduction au dossier « Capitalismes Dépendants » de la Revue de la Régulation
Dependency as a Typical Relation Between National Capitalisms: an analytical insight. Introduction to the “Dependent Capitalisms” special issue.
Éric Magnin, Violaine Delteil et Julien Vercueil

Texte intégral

1Dans l’analyse économique, la thématique de la dépendance est au moins aussi ancienne que le concept de capitalisme. L’idée que s’établissent, entre les nations en voie d’industrialisation et les nations industrialisées, des rapports de domination économique et politique est en effet présente dès le début du xixe siècle en Europe. La dimension économique des conflits diplomatiques et militaires n’échappe pas aux observateurs de l’époque, qui peuvent la vérifier dans les rapports entre puissances européennes comme dans l’expansion coloniale des empires continentaux.

2L’économiste allemand Friedrich List est un témoin de ce temps. Dans son essai en forme de contre-feu vis-à-vis du libre-échange tel qu’il est alors théorisé par les libéraux britanniques et français, il remarque que les intérêts des nations les plus industrialisées ne peuvent que pencher vers le libre commerce, puisque celui-ci leur permet d’assujettir des économies moins puissantes qu’elles :

L’histoire offre même des exemples de nations entières qui ont péri pour n’avoir pas su, en temps opportun, résoudre le grand problème d’assurer leur indépendance morale, économique et politique, par l’établissement de manufactures et par la constitution d’une classe puissante de manufacturiers et de commerçants (List, 1998 [1842], p. 108).

3Cette vision des rapports économiques internationaux est prolongée, et dans une certaine mesure radicalisée, par Karl Marx puis par les marxistes-léninistes qui entendent tous débusquer, sous les dehors du « doux commerce », la brutalité des rapports de domination et de dépendance, à l’échelle individuelle comme à celle des nations. La dépendance qui est pointée par le courant marxiste est à la fois politique, commerciale et financière, et ne se limite pas aux colonies. Outre leurs marchandises, les puissances européennes exportent leurs capitaux, ce qui permet de rendre compte de l’existence de « formes variées de pays dépendants qui, nominalement, jouissent de l’indépendance politique mais qui, en réalité, sont pris dans les filets d’une dépendance financière et diplomatique » et sont qualifiés pour cette raison de « semi-colonies » (Lénine, 1952 [1916], p. 77).

  • 1 En France, pour ne prendre qu’un exemple, on peut citer François Perroux, qui tente d’élaborer, au (...)

4Ces approches critiquent de manière virulente la conception classique, puis néoclassique, du libre-échange comme moyen d’assurer l’optimisation de l’allocation internationale des ressources. Elles lui opposent une vision politique des relations économiques internationales, caractérisées par une asymétrie entre les nations, que le libre commerce ne saurait résorber mais qu’il tendrait au contraire à entretenir, voire approfondir. S’appuyant sur cette critique, de nombreux auteurs ont tenté de préciser, tout au long du xxe siècle et jusqu’à nos jours, les contours de cette asymétrie et des processus qui l’entretiennent et la font évoluer, ainsi que les politiques susceptibles de s’y adapter1. Dans cet effort, ils ont pu s’appuyer sur l’observation d’expériences historiques longues et variées, touchant l’Amérique latine, l’Asie du Sud-Est, l’Europe orientale, l’Afrique et le Proche et Moyen-Orient.

5La vague la plus récente de mondialisation révèle un nouveau contexte et de nouvelles logiques, à distance de ceux de l’ère fordiste et des premiers travaux sur la dépendance. Elle se traduit par une montée en puissance des firmes multinationales (FMN) et de leur pouvoir prescriptif (direct ou indirect) sur les cadres institutionnels ; une financiarisation qui n’est plus l’apanage des économies libérales anglo-saxonnes ; une hiérarchie économique comme politique qui s’affiche toujours plus polycentrique avec des dominations plus relatives et contestées, entre États et FMN ; et corrélativement, l’affirmation de pays émergents porteurs d’une dialectique plus complexe entre développement, dépendance (variablement maîtrisée), et pouvoir sur la scène internationale, comme illustré par la Chine et son « impérialisme à l’envers » (Dockès, 2013).

6Les textes du présent dossier forment une contribution actualisée et originale à ce courant de réflexion déjà ancien. La plupart divergent partiellement ou totalement de la veine marxiste, ou ne disent rien de l’approche listienne. Ils n’en demeurent pas moins structurés par des questionnements similaires aux leurs.

  • 2 Pour des exemples de méthodes standard de traitement de ces questions au sein de la Banque mondiale (...)

7Dans les contributions à ce dossier, le concept de dépendance est envisagé comme une relation structurelle et asymétrique entre des systèmes économiques nationaux. En cela, son étude s’inscrit dans le prolongement des approches de l’économie politique internationale (EPI), qui entendent combiner les analyses en termes de puissance politique, voire d’hégémonie (Kindleberger, 1973), à celles des interactions économiques internationales (Kébabdjian, 1999, ; Berthaud & Kébabdjan (dir.), 2006). Cette conception est donc à rebours de l’interprétation standard qui consiste à n’envisager lesdites relations qu’en termes d’interdépendances entre variables macro-économiques, sous la forme de liaisons techniques réciproques affectant le cycle des affaires2. Chacune des acceptions du terme adoptées par les auteurs met au contraire en avant la dimension institutionnelle et politique du concept de dépendance. Les variations dans l’usage que les auteurs font de cette notion se logent plutôt dans les dimensions et les contenus attribués à cette relation :

  • commerciale, la dépendance traduit une situation où le bouclage macro-économique est réalisé via un fort déséquilibre extérieur, dont le caractère récurrent traduit une incapacité structurelle à construire une offre compétitive aux prix internationaux sur une partie importante de la production industrielle du pays (voir les contributions à ce dossier de Alenda et Robert [2018] et Bizberg [2018]) ;

  • financière, elle se caractérise par un recours répété du système financier national à un financement en devises étrangères, ce qui induit des charges et des risques croissants sur les comptes privés et publics des acteurs nationaux. Elle se traduit également par une dépendance aux remises (ou transferts) des migrants, et donc en amont à la vigueur des marchés du travail des pays d’immigration (voir les contributions à ce dossier de Alenda et Robert [2018], Bizberg [2018], Delteil [2018), May et Nölke [2018], Podrvšič et Schmidt [2018], Lafaye de Micheaux [2018], Vercueil [2018] notamment).

  • stratégique industrielle, elle rend compte de la prise de contrôle des principales entités productives du pays par un petit groupe de firmes étrangères. Dans ces entités, les décisions d’investissement, de production, d’innovation et d’emploi dépendent alors de maisons mères localisées à l’étranger (voir les contributions de Bizberg et de Myant [2018]) ;

  • technologique, la dépendance signale le défaut de constitution d’une base éducative, scientifique et technique de nature à participer à l’évolution du système technique mondial et à sous-tendre une augmentation de la productivité et des rémunérations dans le pays, et l’obligation corrélative d’importer les technologies et parfois les compétences pour les mettre en œuvre (voir la contribution de Myant) ;

  • politique, elle indique le fait que les conditions d’exercice de la régulation politique dans le pays – quel que soit par ailleurs son rapport à la démocratie – sont fortement influencées par une ou plusieurs puissances extérieures (Institutions supranationales, États, mais aussi FMN), qui ont ainsi la capacité de modifier les institutions du pays (voir les contributions de Alenda et Robert [2018], Delteil [2018] et Vercueil [2018]).

8Suivant les contributions, les auteurs insistent plus volontiers sur l’une ou l’autre de ces dimensions de la dépendance. Mais ils se retrouvent pour considérer que le caractère structurel de la dépendance provoque des effets durables sur la trajectoire socio-économique des pays étudiés.

9Au regard de ces contributions, la question que pose le dossier est celle de la valeur ajoutée théorique de l’approche en termes de « capitalismes dépendants », si l’on se réfère aux productions préexistantes sur le sujet et à l’évolution contemporaine des rapports entre économies nationales. Cette question peut être déclinée sous ses deux aspects :

  • Dans quelle mesure l’approche par les formes de dépendance permet-elle de résoudre des problèmes laissés en suspens par d’autres formes d’analyse comparative des capitalismes ?

  • Quelles nouvelles questions de recherche cette approche permet-elle de soulever ?

10Cette introduction au dossier entend souligner l’apport des auteurs à l’analyse des formes de dépendance internationale. La première section cherche à montrer le rôle du contexte historique – et géo-économique – dans la réapparition contemporaine de la thématique, qui s’affirme au premier chef dans les travaux portant sur l’Europe centrale et orientale depuis la crise de 2007, et répond à de nouveaux enjeux théoriques. La seconde section souligne les apports et les pistes de réflexion initiés par cette approche en les illustrant par les différentes contributions, et en les confrontant avec l’approche régulationniste.

1. La ré-émergence du concept de dépendance en Europe centrale et orientale au cours des années 2000

11Le concept de dépendance renvoie initialement aux travaux des années 1960-1970 sur l’Amérique latine dans un cadre théorique marxiste (Frank, 1967). Il est alors utilisé pour désigner des économies « périphériques » dont les ressorts de la croissance dépendent des décisions d’acteurs appartenant au « centre » hégémonique. La réapparition récente de ce concept pour qualifier les économies des pays d’Europe centrale et orientale (PECO) intervient dans un contexte historique et théorique bien différent de celui de cette filiation originelle : celui des débats théoriques de l’analyse comparative des capitalismes (ACC) au cours des années 2000 et de la crise financière de 2008.

1.1. Dépendance et analyse comparative des capitalismes

  • 3 Pour une comparaison entre approche de la VoC et Théorie de la Régulation, on peut se reporter à (...)

12Depuis 1990, les travaux consacrés à l’analyse comparative des modèles de capitalisme se sont considérablement développés. Deux grandes approches, à partir desquelles nous positionnerons ici toutes les autres, se distinguent dans cette abondante littérature : l’approche dite de la « variété des capitalismes » (VoC, Varieties of Capitalism) proposée par Hall et Soskice (2001), et l’approche de la « diversité des capitalismes », d’inspiration régulationniste, portée par Amable (2003) dans le sillon tracé par Boyer (1986, 1993, 2002). Le principal débat entre les deux approches renvoie à une critique, par la seconde, de la réduction de complexité opérée par la première, qui privilégie une dimension en particulier – la firme et ses problèmes de coordination – et un critère de séparation – la place du marché3. En conséquence, la classification binaire, distinguant économies de marché libérales (EML) et économies de marché coordonnées (EMC), ne permet pas d’intégrer toutes les économies développées, comme le reconnaissent eux-mêmes Hall et Soskice (2002, p. 66) en évoquant les « positions plus ambiguës » de certains pays (France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce). Ces cas intermédiaires les conduisent alors à invoquer la possibilité d’un « type distinct de capitalisme qualifié parfois de “méditerranéen” » (Ibid., p. 67). Cette observation est d’autant plus intéressante qu’elle fait référence à la typologie d’Amable, qui ne correspond pas au cadre théorique de la VoC.

  • 4 Schématiquement, le concept de « dépendance du chemin » renvoie, dans le cadre de la transition pos (...)
  • 5 Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement.

13L’analyse des transformations postsocialistes a joué un rôle décisif pour alimenter et renouveler la comparaison des capitalismes. Elle suppose en effet de s’intéresser à la question de l’issue de la transition. Quels modèles de capitalisme émergent-ils de ce changement systémique ? Les PECO vont-ils composer une nouvelle famille de capitalisme, portant l’empreinte des trajectoires passées (path dependence4) ? Ou bien vont-ils converger vers les types déjà identifiés de capitalismes européens ? Parallèlement, le processus d’intégration des PECO à l’Union Européenne (UE) relance le débat sur la diversité des capitalismes en l’élargissant à l’ensemble du continent européen. En effet, l’exaltation des performances économiques des États-Unis au cours de la décennie 1990, dans le contexte d’une recrudescence des processus de mondialisation, incite de nombreux États, sous la pression des organisations internationales, à imiter les institutions du modèle anglo-saxon. C’est aussi le sens du message adressé par l’UE aux pays candidats à l’intégration, suivant en cela les recommandations portées par la BERD5 et le Consensus de Washington (Williamson, 1990) dès le début des années 1990. L’éclatement de la crise en 2007-2008 a contribué à ralentir cette tendance mais ne l’a pas stoppée.

14L’analyse comparative des capitalismes va ainsi s’enrichir d’un grand nombre de travaux appliqués aux PECO, dans lesquels se reflète le débat entre les deux approches précitées. Dans un premier temps, les auteurs s’intéressent principalement à la convergence ou non des économies est-européennes vers des modèles existants. La question de la dépendance n’interviendra que dans un second temps, lancée notamment par les contributions de King (2002, 2007). Ces travaux peuvent être alors regroupés en fonction de leur proximité avec l’approche régulationniste ou celle de la VoC. Parmi les premiers, qui s’appuient généralement sur une analyse de données conforme à la méthode utilisée par Amable (2003), on peut citer ceux de Berrou et Carrincazeaux (2005) et de Farkas (2011). Berroux et Carrincazeaux mettent en évidence l’existence d’un sixième modèle de capitalisme en Europe centrale au début des années 2000, sans être convaincus de la stabilité du modèle en raison du caractère « transitionnel » des économies concernées. Selon les auteurs, ce « nouveau » modèle présente des caractéristiques communes avec le modèle méditerranéen dans les domaines de la finance, la protection sociale ou l’éducation, mais pourrait néanmoins évoluer vers un capitalisme fondé sur le marché, compte tenu des réformes libérales déployées en Europe de l’Est. L’étude de Farkas (2011), quant à elle, couvre l’ensemble des nouveaux États membres (à l’exception de la Croatie). Elle montre qu’un modèle original de capitalisme émerge en Europe post-socialiste, qu’elle appelle faute de mieux le « modèle d’Europe centrale et orientale ». Dans cette classification, seule la Slovénie se rapproche du modèle européen continental, dans une trajectoire originale qu’étudient Podrvšič et Schmidt dans ce dossier. Le nouveau capitalisme postsocialiste présente donc une dimension hybride, avec des points communs aux modèles continental et méditerranéen, plus rarement au capitalisme anglo-saxon. Il est le résultat, « dépendant du chemin », du passé socialiste et des trajectoires de transformation postsocialistes. Selon l’auteur, le manque de capitaux nationaux, la faiblesse de la société civile et l’influence des organisations internationales et de l’UE ont contribué à l’émergence de ce modèle, qui lui paraît plus durable que transitoire.

15Parmi les travaux fidèles à l’approche de la VoC, on peut citer les exemples typiques que représentent ceux de Feldmann (2006) et de Buchen (2007), centrés sur l’Estonie et la Slovénie, considérées respectivement comme des cas d’école d’économie de marché libérale et d’économie de marché coordonnée. Feldman met essentiellement l’accent sur les relations industrielles. Buchen confirme les résultats de Feldman et étend l’analyse aux autres sphères d’activités et à la notion d’« avantages comparatifs institutionnels » proposées dans le cadre de la VoC (Hall & Soskice, 2001). Il montre que les deux pays présentent un degré élevé de complémentarité institutionnelle entre les relations industrielles (fortes ou faibles), les caractéristiques du marché du travail (protégé ou non) et la formation professionnelle (apport de compétences spécifiques ou générales). Et comme le prévoit la théorie, ces configurations différentes d’institutions complémentaires sont susceptibles, l’une comme l’autre, de soutenir des performances macroéconomiques remarquables – ce qui est le cas jusqu’à la crise de 2008.

  • 6 « Capitalisme » et « économie de marché » sont deux termes qui, pour les auteurs, font référence à (...)

16Mais le développement le plus abouti de la VoC, s’agissant des nouveaux États membres de l’UE, est proposé par Nölke et Vliegenthart (2009), qui prolongent les travaux précédents tout en dépassant leurs contradictions, en mobilisant notamment le concept de dépendance. Ces derniers voient dans les économies d’Europe du Centre-Est (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) une troisième forme appelée « économies de marché dépendantes » (EMD), à côté des EML et EMC6. Ces deux catégories ne permettent pas selon eux de prendre en compte une caractéristique centrale de ces pays : leur forte dépendance vis-à-vis des investissements réalisés par les multinationales. Les auteurs insistent sur la complémentarité des institutions de ce nouveau modèle, source de performances économiques élevées. La gouvernance des firmes est liée au contrôle hiérarchique exercé par la maison-mère de la multinationale sur sa filiale. Les relations industrielles s’appuient sur une semi-flexibilité du marché du travail et des négociations salariales au niveau de l’entreprise, garantissant une croissance modérée des salaires et une stabilité de la production. Le modèle économique de la firme à capitaux étrangers, caractéristique des EMD, repose sur un faible coût du travail, des exonérations fiscales et le transfert de technologies de la maison-mère. Celle-ci s’accommode donc du niveau intermédiaire de formation de la main-d’œuvre apporté par le système éducatif national. Dans ces conditions, les EMD, dont les principales caractéristiques sont rappelées dans le tableau 1, présentent un avantage comparatif en tant que plateformes d’assemblage de biens de consommation durables.

Tableau 1 : trois variétés de capitalisme

Variété

Institution

Économies de marché libérales

(EML)

Économies de marché coordonnées

(EMC)

Économies de marché dépendantes

(EMD)

Mécanisme de coordination

Marchés concurrentiels et contrats formels

Réseaux et associations inter-entreprises

Dépendance des hiérarchies intra-entreprises au sein des FMN

Principale source de financement de l’investissement

Marchés des capitaux domestiques et internationaux

Crédit bancaire domestique et autofinancement

Investissement direct étranger et crédit des banques étrangères

Gouvernance des firmes

Contrôle par les outsiders : actionnariat dispersé

Contrôle par les insiders : actionnariat concentré

Contrôle par les états-majors des FMN

Relations industrielles

Pluralistes, fondées sur le marché, très peu d’accords collectifs

Corporatistes, plutôt consensuelles, accords de branche ou même nationaux

Conciliation vis-à-vis des travailleurs qualifiés, accords collectifs au niveau de l’entreprise

Système éducatif et formation professionnelle

Compétences générales, dépenses élevées de R&D

Compétences spécifiques à l’entreprise ou à l’industrie, formation professionnelle

Dépenses limitées à celles qui accroissent les qualifications professionnelles

Transfert des innovations

Fondé sur les marchés et sur des contrats formels

Rôle important des joint-ventures et des associations professionnelles

Transfert entre entreprises d’une même multinationale

Avantages comparatifs

Innovations radicales dans les secteurs des technologies et des services

Innovations incrémentales dans les biens d’équipement

Plates-formes d’assemblage de produits industriels semi-standardisés

Source : Nölke & Vliegenthart (2009)

  • 7 La référence théorique au développement dépendant n’est pas pour autant absente de la démarche, com (...)

17La notion de dépendance réapparaît donc au sein d’un développement particulier de la VoC, dans un domaine de référence théorique bien différent des « théories de la dépendance » d’inspiration marxiste des années 1960-1970, associées à l’époque aux dynamiques de développement de l’Amérique latine7. Les auteurs de ce courant reconnaissent la paternité de King (2002, 2007) dans le choix du terme de dépendance. King considère que les économies d’Europe du Centre-Est (Hongrie, Pologne, République tchèque) relèvent d’un capitalisme libéral dépendant, marqué par le poids des investisseurs étrangers dans le capital des entreprises et des banques. Les performances économiques dépendent de la stratégie des FMN industrielles et financières qui apportent capitaux, technologies, compétences et accès aux marchés mondiaux. King oppose ce modèle au capitalisme post-communiste patrimonial (Russie, Ukraine, Roumanie), marqué par la collusion des élites politiques et économiques et le rôle central des relations clientélistes. Dans l’article de Nölke et Vliegenthart (2009), et à l’inverse de King, la dépendance n’est d’ailleurs pas présentée comme un phénomène nécessairement négatif. Structurée par les IDE qui impriment leur marque aux autres formes institutionnelles, la dépendance semble même un gage de complémentarité institutionnelle vertueuse, source de stabilité du modèle économique et d’avantages comparatifs. Le capitalisme dépendant en Europe du Centre-Est est ainsi considéré comme un modèle économique stable et plutôt performant, mais qui comporte un certain nombre de risques et de vulnérabilités, en particulier une difficulté à monter en gamme et à sortir de la périphérie, ainsi qu’une tendance à l’accroissement des disparités de revenu entre les salariés des secteurs exportateurs et les autres.

18Dans le champ de l’ACC, le débat entre VoC et TR s’est progressivement déplacé dans le courant des années 2000. Il est apparu que l’une comme l’autre devaient faire évoluer leur cadre analytique pour mieux prendre en compte l’évolution des économies est-européennes. La notion de dépendance a contribué au renouvellement des grilles d’analyse. Ainsi, Drahokoupil et Myant (2011) estiment que l’analyse comparative des capitalismes a été élaborée à partir de l’exemple des pays développés et que les critères qu’elle mobilise ne permettent pas de rendre compte des spécificités des économies en transition (héritage du système socialiste, cadre institutionnel émergent, déséquilibre extérieur, relations économiques non stabilisées). Le point essentiel, placé implicitement par les auteurs au sommet de la hiérarchie institutionnelle, est l’insertion dans l’économie mondiale, marquée notamment par différentes formes de dépendance (par rapport aux IDE, aux flux financiers ou aux remises des migrants), que l’on observe à des degrés divers dans les différents pays. En croisant les formes prises par l’intégration internationale et d’autres caractéristiques institutionnelles (formes de la propriété, rôle de l’État, etc.), les auteurs mettent en évidence cinq types de capitalisme dans les économies post-socialistes : les économies (de second rang) fondées sur les IDE (Europe du Centre-Est), les économies de marché périphériques (États baltes, Europe du Sud-Est), le capitalisme oligarchique ou clientéliste (Russie et certains pays de la CEI), les États d’ordre (Bélarus, Ouzbekistan), les économies fondées sur les transferts monétaires des émigrés et l’aide internationale (Albanie, Moldavie, Arménie).

19Il est possible de confronter les approches précédemment citées à l’aide d’un référentiel combinant deux dimensions méthodologiques : d’un côté, le nombre de critères utilisés pour classer les formes de capitalismes ; de l’autre, l’évolutivité de ces critères en fonction des transformations constatées sur le terrain. La première dimension donne une idée de la complexité qui est intégrée par l’approche, la deuxième reflète son degré d’historicité (Labrousse et al., 2017). La figure 1 propose une représentation graphique de cette confrontation. Elle montre l’écart méthodologique qui sépare les théories classiques de la dépendance des théories contemporaines, qui ont pour point commun une forte évolutivité des facteurs pris en compte. Elle rapproche également l’analyse en termes de capitalismes dépendants de la théorie régulationniste centrée sur la diversité des capitalismes : toutes deux tentent à la fois d’assimiler une grande diversité de critères et de les renouveler au fur et à mesure des transformations observées dans les économies concernées. En cela, elles paraissent à même de dépasser certaines limites de la VoC, bridée par les deux dimensions qu’elle utilise pour la construction de sa typologie. Enfin, la figure 1 oppose ces approches à la théorie standard des économies de marché ouvertes, dont les deux critères essentiels de différenciation sont le degré d’ouverture et les dotations en facteurs de production.

Figure 1. Une cartographie des approches comparatives des formes de capitalisme

Figure 1. Une cartographie des approches comparatives des formes de capitalisme

Visualiser ce document en annexe au format PDF

Source : élaboration des auteurs

20Dans les travaux de Drahokoupil et Myant (2011), la dépendance prend une connotation plus négative que dans ceux de Nölke et Vliegenthart (2009). Elle souligne les vulnérabilités structurelles des modèles de croissance de ces économies. L’une des raisons de cette différence a trait à l’histoire : entre-temps, la crise financière internationale a brutalement mis en lumière les fragilités des PECO.

1.2. Une dépendance révélée par la crise de 2008

21La crise de 2008 a contribué de manière décisive au renouvellement du concept de dépendance. Elle agit comme un révélateur des vulnérabilités des PECO, dont les modèles de croissance sont particulièrement extravertis. Son impact sur ces économies renforce la pertinence d’une analyse en termes de capitalismes dépendants, qui présentent différentes variantes nationales.

22Les pays d’Europe du Centre-Est, emblématiques de la notion de « capitalisme dépendant », sont fortement exportateurs et importateurs et attractifs, dès les années 1990, pour les investissements directs étrangers. Avec la crise, ils ont dû faire face à une chute de la demande en provenance d’Europe de l’Ouest et à une contraction brutale des flux de capitaux entrants. Les effets de la crise ont été durables : dans sa contribution centrée sur les pays d’Europe centrale (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie), Myant remarque que leur rythme de croissance s’est depuis ralenti.

  • 8 Banque Européenne d’Investissement.

23Mais les pays les plus touchés sont ceux où la dépendance financière s’est fortement développée (pays baltes, Europe du Sud-Est, Hongrie). Dans ces pays, les IDE ont afflué de manière significative dans les secteurs bancaire et immobilier, contribuant à l’émergence d’une deuxième forme de capitalisme dépendant, selon Drahokoupil et Myant (2011), marquée par une dépendance financière prononcée et un régime de croissance alimenté par l’abondance du crédit (EBRD, 2009). L’accès facile au crédit a notamment permis de soutenir la consommation des ménages par une forme de « keynésianisme privé » (Bohle, 2010), compensant une protection sociale minimaliste et une dynamique salariale maintenue sous contrôle et en deçà de l’évolution des gains de productivité. Mais la crise bancaire de 2008 a mis en lumière les dangers de cette seconde forme de dépendance. La contraction du crédit au niveau mondial, suivie du retrait des capitaux des pays d’Europe centrale et orientale, a entraîné une crise de liquidités et une forte dépréciation des monnaies en régime de change flottant – comme le forint – aggravant la situation des agents emprunteurs en devises. La contribution de Podrvšič et Schmidt (2018) illustre cette problématique régionale avec le cas de la Slovénie, happée par un processus qualifié de « financiarisation dépendante » par les auteurs. Les pays les plus exposés (Hongrie, Lettonie, Roumanie) ont été contraints de recourir à l’aide financière conditionnelle du FMI et de l’UE, en échange de programmes d’austérité et de privatisations. Cette mise sous tutelle prescriptive a renforcé d’autant le caractère dépendant de ces modèles de croissance confirmés dans leur dimension low cost, ainsi que le montre la contribution de Delteil à ce numéro (Delteil, 2018). L’aide financière s’est inscrite également dans le cadre de l’Initiative de Vienne (2009), destinée à coordonner les actions des principaux acteurs impliqués pour faire face à la crise : gouvernements est- et ouest-européens, maisons mères des filiales de banques étrangères implantées en Europe de l’Est, organisations financières internationales (BERD, FMI, Banque mondiale, BEI8) et Commission européenne. Les banques de l’UE-15 ont insisté pour que le soutien macroéconomique du FMI aux pays en crise accompagne leur propre effort de refinancement de leurs filiales locales (EBRD, 2009).

24Les remises des migrants, considérées par Drahokoupil et Myant (2011) comme étant à l’origine d’une troisième forme de dépendance, concernent essentiellement les pays à bas revenus de la CEI, dotés de cadres institutionnels formels moins structurants, et traités par Vercueil dans ce dossier. Mais comme le montre la contribution de Delteil, ces remises sont également importantes dans certains nouveaux États membres de l’UE, qui sont des pays d’émigration comme la Bulgarie, les pays baltes et la Roumanie, et jouent un rôle non négligeable en Slovaquie et en Pologne. L’envoi de fonds, d’Europe de l’Ouest principalement, contribue à soutenir la demande intérieure de ces pays et représente une source de liquidités pour eux. La crise de 2008 a contribué à tarir le flux des remises en provenance de certains pays ouest-européens touchés par le chômage, comme l’Italie, l’Espagne, l’Irlande ou la France.

25En révélant ou en exacerbant ces dépendances économiques, la crise a aussi nourri une critique nouvelle à l’endroit de dépendances perçues comme de moins en moins bénéfiques, et de plus en plus problématiques. Cette critique, qui s’est exprimée avec vigueur dans les PECO, Hongrie et Pologne en tête, a pointé en particulier le rôle joué par les multinationales sur les territoires d’accueil. Ces firmes n’auraient pas tenu les promesses faites à l’État (en échange de cadeaux fiscaux et autres avantages) ; et dans le cas d’IDE brownfields réalisés par acquisition d’entreprises existantes, aux salariés des filiales en matière d’emploi, d’investissement et de redistribution de la valeur ajoutée (revalorisation des salaires en deçà des gains de productivité, rapatriement des bénéfices dans la maison mère). Comme le rappelle Myant dans sa contribution au présent dossier, les multinationales occidentales ont pu profiter du caractère permissif des conditions institutionnelles des pays d’Europe centrale comparativement à l’Europe de l’Ouest, leur permettant de dégager des niveaux de profitabilité impossibles à atteindre dans leurs pays d’origine. L’entretien avec Drahokoupil qui figure dans ce dossier est intéressant à cet égard : tout en montrant le rôle central des grands constructeurs automobiles dans la restructuration du secteur en Europe centrale, il relativise son rôle institutionnel dans ces pays (Drahokoupil et al., 2018). La critique autour de la (non)-redistribution s’élargit au constat que les IDE ont produit de puissants effets de polarisation salariale (dans un contexte de pénurie de certaines qualifications) et spatiale (effets d’agglomération ou de polarisation spatiale des richesses), à rebours des promesses de diffusion de la richesse à l’ensemble du territoire et de ses effets en termes de cohésion sociale.

26La critique ouverte de cette dépendance économique a trouvé des relais dans la sphère politique depuis le début des années 2010. Les revendications souverainistes et nationalistes, les entorses aux règles et principes communautaires sont venues contester la dépendance politique vis-à-vis de l’UE. Dans les PECO, mais aussi ailleurs, les références répétées au modèle chinois d’« ouverture maîtrisée », puis dépassée au moyen d’usage stratégique des ressources externes, notamment technologiques, sont emblématiques de ces nouvelles résistances.

27Cette maîtrise de la dépendance est aussi devenue le credo de la « nouvelle Malaisie », depuis le coup de théâtre politique de mai dernier analysé par Lafaye de Micheaux (2018) : les premiers pas du gouvernement de Mahathir Mohamad vont ainsi à la renégociation des accords très asymétriques conclus avec la Chine, sur fond de promesse de remontée de l’économie dans les chaînes de valeur internationale, de hausse des salaires et de lutte contre la corruption (étroitement liée aux contrats passés avec la chine).

2. Dépendance et théorie de la régulation

28Dans les débats évoqués précédemment, les anciennes théories de la dépendance sont une source d’inspiration lointaine. C’est aussi le cas dans ce dossier, dont les contributions cherchent à renouveler le concept de dépendance et à souligner son actualité et sa pertinence en le faisant interagir avec le cadre théorique régulationniste.

  • 9 Bresser-Pereira (2009, p. 538) rappelle que la « théorie » de la dépendance n’en est pas une. Il s’ (...)

29Dans la plupart des contributions, la notion de dépendance s’inspire des travaux des années 1960-1970 de manière explicite, comme le rappellent les références à Frank (1967), Amin (1973), Cardoso et Faletto (1979) ou Evans (1979)9. Les auteurs en retiennent essentiellement deux éléments. D’une part, ils s’appuient sur l’idée que la source principale de l’accumulation du capital, de la croissance et du développement est l’afflux de capitaux étrangers apportés par les FMN, industrielles ou financières, par les organisations financières internationales ou par l’Union Européenne. La croissance dépend donc essentiellement de décisions économiques prises à l’extérieur du pays, dans le cadre de la stratégie des firmes multinationales et des bailleurs de fonds internationaux. D’autre part, ils insistent sur le rôle central des rapports de force politiques entre acteurs nationaux et étrangers, qui ne se réduisent pas à une simple opposition entre pays dominants et dominés, mais à un jeu de coalitions entre acteurs internes et externes. Cette domination se traduit par des spécialisations inégalitaires en termes de production de valeur ajoutée et de termes de l’échange. Cependant, la désignation du « centre » par rapport à l’idée de « périphérie » se diversifie dans le contexte de cette dernière vague de mondialisation et renvoie à différents pays ou elle est abordée au niveau supranational : de l’UE (Podrvšič et Schmidt ; Delteil ; Myant) aux États-Unis (Delteil) pour les travaux centrés sur l’Europe de l’Est ; de l’Amérique du Nord à l’Asie du Sud-Est (Japon, Corée du Sud) pour les contributions portant sur l’Amérique latine (Nölke & May ; Bizberg), au rôle de la France en Afrique subsaharienne (Alenda & Robert), à la compétition Chine-Russie en Asie centrale (Vercueil), ou enfin, à la Chine vue par la Malaisie (Lafaye de Micheaux).

30Toutefois, au-delà de ces points communs avec les anciennes théories de la dépendance, les contributions du présent dossier cherchent à renouveler et approfondir le concept de dépendance dans le cadre d’un dialogue avec la théorie de la régulation (TR), qui offre plusieurs pistes de réflexion.

2.1. Le rôle de la dépendance dans l’évolution des formes de capitalisme et des modèles de développement

31Ainsi, Myant considère que le concept de dépendance, en mettant l’accent sur le processus de développement et les ressorts du changement, est à même d’introduire une dimension dynamique dans le cadre jugé parfois statique de l’analyse comparative des capitalismes. Les trajectoires de développement en Europe centrale et orientale dépendent des stratégies des firmes multinationales, qui selon lui conduisent à un cercle vicieux entre salaire faible, attractif pour les FMN, et productivité faible, associée aux activités intensives en main-d’œuvre de qualification intermédiaire. L’auteur partage cette idée de lock-in avec Drahokoupil (voir l’entretien dans ce dossier). Selon Myant, la dépendance invite aussi l’ACC à prendre en compte les relations de conflit et de coopération entre l’État, les milieux d’affaires nationaux et les investisseurs étrangers, pour mieux comprendre la dynamique du changement. Toutefois, les remarques et la démarche de l’auteur s’adressent sans doute plus à la VoC qu’à la TR dans le champ de l’analyse comparative des capitalismes. Cette dernière place en effet au centre de son analyse le jeu des conflits et des alliances entre groupes sociaux à l’origine de compromis institutionnalisés, fondateur des formes institutionnelles et facteur de leur évolution.

32Ce dernier point est d’ailleurs mis en avant par Alenda et Robert, de même que la thématique de la diversité des trajectoires nationales dans le temps et dans l’espace, qui apparaît pour les auteurs parmi les apports essentiels de la TR permettant de dépasser le caractère déterministe des théories marxistes de la dépendance. Toutefois, ces trajectoires interrogent la TR sur sa capacité à appréhender la dynamique du développement et le blocage éventuel de ce dernier. Les auteurs rejoignent ainsi des critiques plus anciennes, qui considèrent que le cadre d’analyse initial de la TR s’étant appuyé sur les modèles capitalistes occidentaux, dont le fordisme, il apparaît comme un point d’aboutissement et ne peut être transposé sans adaptation aux spécificités des systèmes socio-économiques des pays en développement (Talha, 1995; El Aoufi, 2009 ; Hugon, 2015). La notion de « sous-fordisme », mobilisée initialement pour décrire les pays d’Amérique latine, s’inscrit précisément dans cette démarche (Lipietz, 1985). Les concepts de rapport salarial ou d’échanges monétaires paraissent peu adaptés à la réalité économique fractionnée de la plupart des pays d’Afrique, dans lesquels l’économie « traditionnelle » reste très présente, à côté de secteurs économiques modernes où règne la logique capitaliste. Se pose alors le problème de l’articulation entre formes institutionnelles et mode de régulation capitalistes, et secteurs non capitalistes. Alenda et Robert se proposent d’y répondre en analysant la forme de l’État et les compromis sociopolitiques noués entre les acteurs pour se partager la rente. Ces compromis sont à l’origine de régulations à même « d’articuler différents régimes de production dans le cadre national ». Cette question de la transposition du cadre d’analyse régulationniste aux pays en développement n’est pas sans rappeler les débats présentés précédemment à propos des économies en transition d’Europe centrale et orientale : certains auteurs (Bohle & Greskovits, 2007 ; Drahokoupil & Myant, 2011) ont mis en doute la pertinence des typologies établies dans le champ de l’analyse comparative des capitalismes pour appréhender la réalité de ces pays. Enfin, Alenda et Robert, s’interrogeant sur les interactions entre développement dépendant et TR, ouvrent en creux deux pistes de réflexion. D’une part, ils soulèvent le problème de la distinction entre diversité des capitalismes et diversité des modèles de développement. Quels sont les critères permettant de différencier les deux concepts ? Le capitalisme dépendant, identifié en Europe centrale et orientale par Nölke et Vligenthart ou Drahokoupil et Myant, est-il une nouvelle variété de capitalisme ou un modèle de développement ? Comment la TR peut-elle appréhender cette distinction ? D’autre part, ils proposent, de même que Bizberg sur l’Amérique latine, une réflexion sur la distinction entre régime rentier et économie dépendante. S’appuyant sur la définition de Hugon (2015, p. 9), ils définissent la rente comme « l’obtention de revenus sans contribution à la production de biens et services supplémentaires » et considèrent qu’au Burkina Faso, elle prend trois formes différentes : une rente liée à l’aide au développement, une rente fondée sur les remises des migrants et enfin, une rente relevant de l’exportation de matières premières ou de produits de base. Cette approche englobe la vision proposée par Bizberg dans ce dossier, pour qui la rente repose principalement sur la domination des produits de base dans les exportations. Toutefois, une économie rentière est-elle nécessairement dépendante ? La rente pétrolière ne confère-t-elle pas à l’Arabie Saoudite un poids politique et économique significatif à l’échelle internationale ? La dépendance est-elle le problème principal des économies rentières ou doivent-elles plutôt craindre le « mal hollandais » (Dutch disease) ?

2.2. La dimension stratégique de la dépendance

33Dans les contributions au présent dossier, la dépendance n’apparaît plus seulement sous les traits d’une relation univoque et essentiellement subie, mais parfois également comme une situation « choisie ». Pour les acteurs nationaux, en effet, la dépendance peut être pourvoyeuse de ressources, économiques ou politiques. Elle apparaît alors comme le résultat contingent de coalitions politiques entre acteurs nationaux et étrangers, émergeant de rapports de force et de conflits entre groupes sociaux aux intérêts divergents.

34En Europe du Centre-Est, Myant rappelle que les mesures visant à réduire les impôts et à déréguler le marché du travail viennent d’abord de l’alliance entre les élites économiques et politiques nationales. Les FMN n’en demandaient pas tant, même si elles y étaient évidemment favorables. Pour l’Europe orientale, Delteil souligne que l’influence des chambres de commerce américaines sur l’édiction des lois est fortement médiatisée par le jeu national : elle n’opère que lorsque l’agenda de réforme des acteurs transnationaux converge avec celui du gouvernement. Dans le contexte de l’Amérique latine, Bizberg montre que la composition de la coalition sociopolitique dominante joue un rôle décisif dans la structuration des modèles de capitalisme. Lorsque la société civile ne se fait pas entendre, une alliance entre État, milieux d’affaires nationaux et multinationales peut entraîner le pays sur la voie d’un capitalisme dépendant dont les acteurs dominants tirent des bénéfices. Enfin, dans le cas particulier du Burkina Faso, Alenda et Robert exposent comment une large coalition pilotée par l’État entre acteurs internes, élites politiques et économiques, classe moyenne et chefs locaux traditionnels, et acteurs externes (FMN, organisations internationales) conduit à l’extension et au renforcement d’un régime économique rentier.

35L’idée d’une dépendance « choisie » n’est pas étrangère à la théorie de la dépendance, même s’il faudrait opérer une distinction entre ses différents courants, comme nous y invite Bresser-Pereira (2009). Si le courant originel, dans la lignée des travaux de Frank (1967), insiste sur le siphonage des ressources et la surexploitation de la main-d’œuvre subis par les pays dépendants, d’autres interprétations, comme celles de Cardoso et Faletto (1979) ou Furtado (1971) et Sunkel (1970), s’intéressent au rôle des coalitions politiques entre acteurs internes et externes dans l’instauration d’un « développement dépendant », expression dont les deux termes ne sont pas systématiquement contradictoires. Toutefois, les auteurs du présent dossier restent pessimistes sur la capacité des capitalismes dépendants, que la dépendance soit choisie ou subie, à rattraper le niveau de vie des capitalismes occidentaux.

36Myant, de même que Drahokoupil (voir l’entretien dans ce dossier) ou Delteil, estime que les trajectoires des PECO sont prisonnières d’un modèle low cost les cantonnant à une insertion périphérique dans l’UE, largement dépendante du cadre communautaire. Bizberg en vient à des conclusions similaires pour les économies dépendantes d’Amérique latine. Le Mexique est aspiré dans une spirale descendante où la faiblesse des salaires rejoint celle de la productivité, de la croissance et de l’emploi et ne permet pas au pays de sortir des activités à faible valeur ajoutée. Quant au Brésil, décrit par May et Nölke, ou à la Slovénie de Podrvšič et Schmidt, leurs fragilités liées à l’ouverture aux capitaux étrangers ont déjà été soulignées. Ces fragilités sont impliquées dans les crises qui ponctuent leurs trajectoires et touchent, à des degrés divers, leurs sociétés. Enfin, la consolidation du régime rentier au Burkina Faso, ne peut être considérée pour Alenda et Robert comme favorable au développement, car le pays reste soumis aux aléas des marchés internationaux. Néanmoins, des solutions existent pour éviter l’enfermement (lock in) des pays dépendants dans des trajectoires de moindre développement, solutions que les analyses situent plus volontiers sur le terrain politique national ou supranational (UE par exemple) que dans le domaine strictement économique.

2.3. Renouveler l’approche en termes de dépendance : les apports de la théorie de la régulation

  • 10 Cette démarche s’inscrit dans le courant dit « critique » de l’analyse comparative des capitalismes (...)

37Podrvšič et Schmidt s’attèlent à renouveler le concept de dépendance, en proposant une grille de lecture pour analyser la transition postsocialiste en Slovénie puis son intégration dans l’UE, dans laquelle « théorie » de la dépendance et approche régulationniste s’articulent et s’enrichissent mutuellement10. Selon ces auteurs, un des apports majeurs de la théorie de la dépendance est l’accent porté sur les rapports de force entre les niveaux nationaux et le niveau international. La TR est mobilisée pour sa capacité à produire une explication des mécanismes qui peuvent menacer la stabilité d’un régime d’accumulation et sa fécondité pour analyser les crises et étudier leur rôle dans l’émergence éventuelle d’un nouveau régime d’accumulation.

38Les auteurs s’intéressent plus particulièrement au régime d’accumulation financiarisé qui émerge aux États-Unis au cours des années 1980-1990 et tend à se diffuser dans le monde entier avec plus ou moins de succès (Boyer, 2011), qu’ils transposent au cas de la Slovénie des années 2000 sous le terme de « financiarisation dépendante ». Cette dépendance par rapport à la finance, qui est l’une des formes déjà rencontrées du capitalisme dépendant en Europe centrale et orientale, apparaît tardivement en Slovénie avec la libéralisation des flux de capitaux, l’accès au crédit facile auprès des banques étrangères et la montée de l’endettement des entreprises, conduisant à un ensemble d’effets déstabilisants associés à une économie en surchauffe.

39Centrant l’analyse sur l’accumulation, les auteurs mettent en lumière implicitement l’asymétrie fondamentale entre TR et « théorie » de la dépendance. Si la première peut être considérée comme une théorie élaborée de la dynamique du capitalisme, ce n’est pas le cas de la seconde qui, comme les auteurs le rappellent, n’est pas une théorie unifiée au sens strict, mais plutôt un ensemble de travaux centrés sur une problématique commune et partageant certaines analyses. Enfin, les auteurs mobilisent une autre dimension de la TR dans leur démarche combinant cette dernière à l’approche de la dépendance : la « (dé)-territorialisation » des modes de régulation et des régimes d’accumulation. Ces derniers ne relèvent plus seulement de l’espace national mais d’une imbrication complexe entre les niveaux local, national et supranational.

40Dans le cas de la Slovénie, le processus d’intégration européenne puis l’entrée dans la zone euro ont conduit à un transfert de l’autorité de régulation de la concurrence et de la politique monétaire au niveau supranational (doté par ailleurs d’une fonction de discipline budgétaire). Les déterminants du mode de régulation et du régime d’accumulation ont été alors en partie « déterritorialisés » au profit de l’échelle communautaire, au détriment de leur ancrage sur le territoire national, et des capacités de l’État slovène à faire face à la crise de 2008.

41La complémentarité institutionnelle, un des concepts centraux de l’analyse comparative des capitalismes, apparaît dans la plupart des contributions et permet d’enrichir la problématique de la dépendance. Bien que commune aux deux approches, VoC et TR ne l’appréhendent pas de manière identique : plus stable et porteuse de performances économiques dans le premier cas, elle s’avère davantage traversée par des tensions et des luttes internes susceptibles de la remettre en cause dans le second.

42Mobilisant le cadre de la VoC, Nölke et Vligenthart (2009) sont sans doute les premiers auteurs à avoir associé complémentarité institutionnelle et dépendance en soulignant la forte cohérence de la configuration institutionnelle typique des EMD, présentée précédemment. Dans un cadre régulationniste, Delteil souligne également ces relations de complémentarité entre institutions constitutives des capitalismes dépendants en Europe centrale et orientale. Elles sont présentes également dans les variétés de capitalisme en Afrique et en Amérique latine. Alenda et Robert évoquent, par exemple, la complémentarité entre forme de l’État et modalités d’insertion à l’international qui tend à consolider le régime rentier au Burkina Faso dans les années 2000.

43Pour May et Nölke, le Brésil semble hésiter entre deux idéaux-types, le capitalisme « dominé » par l’État (SME, state-permeated market economies), illustré par la Chine et l’Inde, et le capitalisme dépendant des PECO. Le premier modèle présente également une forte cohérence entre un État très présent, le poids du capital national, un grand marché intérieur et relativement protégé, une relative protection vis-à-vis des marchés financiers internationaux, etc. Toutefois, le caractère hybride du Brésil, lié à une ouverture aux firmes multinationales et aux capitaux étrangers, source d’une « dépendance résiduelle » moins prononcée qu’en Europe centrale et orientale mais néanmoins réelle, tend à affaiblir la complémentarité institutionnelle et la stabilité de l’économie qui en découle.

44Parce qu’elle est le produit de complémentarités institutionnelles, la dépendance est susceptible de s’inscrire dans la durée. Les institutions qui la sous-tendent se renforcent mutuellement et acquièrent une certaine stabilité dans une configuration spécifique. Le capitalisme dépendant et ses différentes variantes est-européennes, sud-américaines et africaines peuvent alors constituer un modèle susceptible de persister dans le temps, même si les formes prises par la dépendance peuvent changer, à la suite d’une crise par exemple. En conséquence, la stabilité des variétés observées de capitalismes dépendants est relative : elle peut être remise en cause par les à-coups de l’économie mondiale et les réponses politiques qui leur sont données, comme le montre l’exemple de la crise financière et de ses suites (voir les contributions de Delteil, Podrvšič et Schmidt ou May et Nölke par exemple).

  • 11 Sur la distinction entre compatibilité, cohérence et complémentarité institutionnelle, on peut se r (...)

45La complémentarité institutionnelle soulève une autre question, qui parcourt le dossier mais tend à le dépasser : doit-elle être nécessairement associée à une dynamique macroéconomique vertueuse ? Plus proches de la VoC, May et Nölke répondent à cette question par l’affirmative. Ce faisant, ils soutiennent la thèse de certains auteurs de la « théorie » de la dépendance, pour qui un développement dépendant est possible sous certaines conditions (Bresser-Pereira, 2009). En effet, les premiers considèrent que, compte tenu de leur complémentarité institutionnelle, les EMD et les SME sont des modèles vertueux au niveau macroéconomique et que c’est l’affaiblissement de cette complémentarité, dans le cas du Brésil, qui entraîne des effets pervers en déstabilisant le modèle. Quant à Bizberg, tout en mettant en évidence une certaine cohérence, il estime que le terme n’est pas adapté pour décrire des formes « désarticulées » de capitalisme comme le cas du Mexique, dont la trajectoire apparaît verrouillée sur un chemin de moindre développement. Mais ne peut-on envisager le cas symétrique où la complémentarité institutionnelle est associée à une dynamique macroéconomique non vertueuse, comme le suggèrent Delteil et Myant dans le cas des PECO11 ?

  • 12 Le concept de hiérarchie institutionnelle s’inscrit dans la tradition régulationniste récente (Amab (...)
  • 13 Amable, Guillaud et Palombarini (2012) emploient l’expression de « bloc social dominant » pour dési (...)
  • 14 Pour les auteurs, ces groupes sont les représentants de la classe moyenne, les élites politiques, l (...)

46Dans cette perspective, un apport décisif de la TR à la théorie de la dépendance, qui apparaît de manière plus ou moins explicite dans les différentes contributions à ce dossier, est le concept de hiérarchie institutionnelle12. Il traduit l’idée qu’une forme institutionnelle joue à un moment donné un rôle prépondérant par rapport aux autres, à la fois dans l’organisation des relations de complémentarité et dans l’évolution de l’architecture institutionnelle. La formation de cette hiérarchie est le résultat de rapports de force et de compromis politiques13, mais il s’agit du produit émergent et non intentionnel d’un processus de confrontation d’intérêts historiquement situé. Les contributions à ce dossier rendent compte de l’évolution de cette hiérarchie dans les pays qu’elles étudient. Dans le cas de la Slovénie, Podrvšič et Schmidt montrent comment, au cours des années 2000, le pays bascule du primat du rapport salarial, dans le cadre d’un modèle qualifié de « néocorporatiste » par Bohle et Greskovits (2007), à la domination de la finance, à l’occasion de l’arrivée inédite au pouvoir d’une coalition de centre-droit. Pour Myant, c’est l’alliance entre milieux d’affaires nationaux et élites politiques qui a contribué à réduire le rôle de l’État dans l’économie en Europe du Centre-Est postsocialiste, et à confier croissance et développement à une forme d’insertion internationale dominée par le poids des firmes multinationales. C’est parce que la forme État est « faible » que l’insertion internationale domine les capitalismes dépendants d’Europe orientale étudiés par Delteil. Alenda et Robert placent l’État au sommet de la hiérarchie institutionnelle en Afrique subsaharienne, où il fait l’objet de luttes de pouvoir et d’alliances entre groupes socio-politiques14. Dans leur analyse, c’est la quête de ressources pour assurer la pérennité de l’État qui contribue à déterminer la forme d’insertion de l’économie dans les échanges internationaux et l’élargissement de la rente. En Malaisie, Lafaye de Micheaux montre que l’État interventionniste domine également l’architecture institutionnelle, et que ses politiques volontaristes influent directement sur les modalités de l’insertion internationale du pays. La dépendance nouvelle à l’égard de la Chine n’a pas remis en cause cette hiérarchie. May et Nölke insistent quant à eux sur le caractère hybride du type de capitalisme Brésilien, évoluant au gré des luttes politiques et des coalitions au pouvoir, tantôt vers un modèle où l’État reste dominant (SME), tantôt vers un modèle où l’ouverture internationale aux FMN et aux capitaux étrangers le remplace au sommet de la hiérarchie institutionnelle (EMD). Dans la plupart des pays étudiés, l’affaiblissement de l’État apparaît comme l’un des vecteurs de la dépendance externe, alors qu’à l’inverse son affirmation dans un cadre national semble susceptible de contrecarrer le phénomène, comme en témoignent les politiques d’ouverture internationale contrôlée des États chinois et indien.

47Que ce soit la forme de l’État ou l’insertion internationale qui domine la hiérarchie institutionnelle, le rapport salarial paraît désormais relégué à sa base. La dépendance conduit en général à la neutralisation du pouvoir de négociation des travailleurs, ainsi que le montre l’ensemble des contributions au dossier. La concurrence entre pays d’accueil des IDE et la recherche d’avantages comparatifs fondés sur la faiblesse des coûts salariaux exercent une pression sur les salaires, phénomène largement documenté par l’article de Myant et celui de Delteil. En retour, l’asymétrie des rapports de force alimente la dépendance en laissant le champ libre à l’État et aux élites économiques de s’allier aux acteurs extérieurs. En Malaisie, le rapport salarial occupe également une position subalterne dans la hiérarchie institutionnelle, et la hausse des salaires est freinée par l’abondante main-d’œuvre étrangère. Toutefois, Lafaye de Micheaux montre que les réformes récentes centrées sur l’éducation et la rémunération du travail pourraient conduire à un bouleversement de la hiérarchie marqué par une remontée du rapport salarial.

48Dans les exemples précédents, l’idée de hiérarchie permet de spécifier la nature et les modalités de la dépendance. La forme institutionnelle dominante apparaît comme le vecteur privilégié de la dépendance, qui donne sa forme au capitalisme dépendant, qu’il s’agisse d’une forme de dépendance commerciale, qui s’exprime dans la structure par produit des exportations et des importations (voir les contributions de Myant, de Bizberg et de Vercueil), d’une forme technologique et capitalistique, médiatisée par les investissements directs étrangers et la prise de contrôle du capital national par des firmes multinationales (Bizberg, Delteil, Myant, Nölke & May, Lafaye de Micheaux), et/ou d’une forme financière de dépendance via les financements et l’aide internationale ou les remises des migrants (Alenda & Robert, Delteil). Ainsi, face à une critique facile, qui nierait les relations de dépendance entre économies nationales au nom d’une interdépendance généralisée dans le contexte de la mondialisation, les changements institutionnels dégagés par les articles de ce dossier mettent en évidence, au contraire, une dépendance canalisée par des arrangements institutionnels hiérarchisés.

Conclusion : un dialogue théorique à consolider

49Face aux nouveaux enjeux analytiques portés par la mondialisation contemporaine, l’approche par les formes de dépendance se révèle prometteuse à de nombreux égards. Elle offre, sinon des réponses définitives, du moins des pistes précieuses pour résoudre des problèmes laissés en suspens par d’autres formes d’analyse comparative des capitalismes, VoC en tête.

50Dominant le champ de l’analyse comparative des capitalismes, l’approche par la VoC a révélé un certain nombre d’écueils analytiques lorsqu’il s’est agi d’appréhender des formes de capitalismes émergentes et dépendantes. La focalisation de la grille d’analyse sur les institutions de coordination des activités marchandes et celle des droits de propriété a conduit à une analyse parcellaire des économies entrées plus tardivement dans le capitalisme mondial, analyse qui contraste avec les riches approches historiques développées dans la veine des travaux de Gershenkron (1962). C’est le cas notamment des analyses portant sur les économies post-socialistes d’Europe centrale et orientale, structurées selon les auteurs autour du pouvoir – supposé quasi exclusif et incontesté — des FMN (de leurs maisons mères).

51Qu’elles viennent compléter ou contredire le cadre de la VoC, les contributions du présent dossier prennent le parti d’analyser de manière plus détaillée et systématique les différentes formes institutionnelles : « insertion internationale » et « forme de l’État » (toutes les contributions), mais aussi « formes de concurrence » (Myant) et « régime monétaire » (Podvrsic et Schmidt), comme pour en penser les interactions, à partir des notions de « complémentarités institutionnelles » et de « hiérarchies institutionnelles ». Elles permettent de proposer des lectures de la dépendance alternatives à celles qui ne s’intéressent qu’aux droits de propriété sur les entreprises et à leurs conséquences.

52Beaucoup accordent une attention particulière à la « forme de l’État » dans sa capacité problématique à se poser en intermédiaire des rapports sociaux pour élaborer et soutenir des compromis (souvent précaires) qui intègrent variablement les exigences dérivant de la dépendance (maîtrise des coûts salariaux, avantages offerts aux FMN, etc.). Dépassant la conception d’un État non partisan, arbitre et régulateur des intérêts en présence, plusieurs articles du dossier soulignent les formes de clientélisme, de corruption politique voire de capture, qui pèsent sur ces économies aux cadres institutionnels et contre-pouvoirs plus limités. Certaines contributions analysent avec originalité la question de la rente et le rôle de l’intermédiation étatique dans la répartition de celle-ci, qui complètent les approches déjà développées par les textes régulationnistes (Boyer, 2015).

53L’approche centrée sur les capitalismes dépendants, alimentée et renouvelée par les textes du dossier, soulève en outre de nouvelles questions de recherche qui sont autant d’invitations à consolider le dialogue théorique avec la TR comme avec l’économie politique internationale. On se bornera à souligner ici quelques pistes de réflexion, qui sont autant d’invitations à des développements analytiques futurs.

54Le premier porte sur le champ géo-économique des capitalismes dépendants, qui n’a pas reçu dans ce dossier de couverture à la dimension – vaste – des territoires concernés. Ce champ doit être élargi, à l’Asie bien entendu (c’est un point insuffisamment développé du dossier), mais aussi à l’Amérique latine et à l’Afrique. Pour ces régions, l’articulation entre la dépendance d’un côté, l’émergence et/ou le développement de l’autre, constitue une piste de recherche importante. La trajectoire chinoise d’une émergence adossée à une « ouverture maîtrisée » (notamment pour la réception sélective des IDE) reste certainement un cas atypique. Résonnant davantage avec des questions de développement, l’exposition des pays à la dépendance peut aussi être contenue, sinon maîtrisée, par des économies disposant de pans d’activités encore étanches à la dynamique capitaliste et organisées sur la base de l’informalité. À cet égard, le recours à des approches institutionnalistes plus fines, qui intègrent notamment les analyses des institutions informelles et nécessitent l’apport de l’anthropologie économique peut se révéler précieux pour qualifier ces segments non capitalistes, en apprécier les logiques intrinsèques et aussi évaluer, selon l’articulation qui les lie aux segments capitalistes internationalisés, leur degré d’exposition et leur vulnérabilité aux aléas de la dépendance.

55Une seconde piste de développement invite à faire dialoguer la question des capitalismes dépendants avec celle, plus politiste, de la résurgence du protectionnisme et des revendications de souveraineté, voire des nationalismes. Peut-on lire les développements récents en Russie, en Europe centrale et orientale, au Brésil comme une réponse (éventuellement populiste) à certaines conséquences de l’évolution des capitalismes dépendants ? Dans le cas de l’UE, une des questions posées est celle du rôle joué par le cadre communautaire (politiques d’intégration et de libéralisation des marchés, coordination des politiques macro-économiques et salariales, directives) dans la construction d’une dépendance « durable » ou « soutenable » des économies périphériques (est-européennes en tête) vis-à-vis du cœur de l’Europe et des FMN occidentales.

56Au-delà de ces questions analytiques, et de manière plus fondamentale, l’approche par les formes de dépendance pose la question de la consolidation/clarification de son cadre théorique. Dépassant les limites d’une simple adaptation de la VoC, l’ambition théorique invite à préciser et compléter les outils d’analyse ainsi qu’à renforcer le cadre institutionnaliste pour mieux identifier :

  • le contenu des formes institutionnelles et les différents facteurs susceptibles d’informer chacune d’entre elles ;

  • les complémentarités institutionnelles, sans préjuger de leur performance, a contrario de la VoC ;

  • les hiérarchies institutionnelles et leurs recompositions, autour du rôle clé joué par l’insertion internationale et les formes variées de dépendance associées.

57Ces exigences analytiques montrent l’importance d’un dialogue plus étroit entre l’économie, la sociologie et la science politique, apte à appréhender de manière plus fine les jeux d’acteurs, leurs stratégies et les coalitions, au besoin internationales, qui les rassemblent. Prendre en compte de manière plus systématique la manière dont les acteurs interagissent, s’adossent à des schèmes cognitifs, utilisent les institutions et règles et les transforment, permet de proposer une analyse évolutionnaire et historique des capitalismes, intégrant le poids du passé et l’épaisseur historique, à distance de l’approche essentiellement statique de la VoC.

58Dans cet effort, il reste aussi à poursuivre la construction d’outils d’analyse systématique des articulations entre les échelles du collectif, pour apprécier des régulations désormais davantage multiscalaires. « Dénationaliser » ou « transnationaliser » l’analyse du mode de régulation suppose de réviser ou compléter les typologies relatives aux rôles de l’État (par exemple « l’État mondialisateur » évoqué notamment par Andreff (2013), ou « l’État garant d’une mondialisation maîtrisée », etc.), mais aussi de réviser les outils de l’analyse méso-économique des capitalismes, pour mieux appréhender les articulations internes aux économies nationales entre secteurs exposés (directement dépendants) et secteurs abrités (protégés ou indirectement dépendants).

59Les textes rassemblés dans le présent dossier nous offrent un échantillon diversifié et, nous l’espérons, stimulant d’analyses qui s’engagent dans ces directions.

Haut de page

Bibliographie

Alenda J. & P. Robert (2018), « La cohérence institutionnelle d’une économie dépendante : formes de l’État et conflits redistributifs autour de la rente au Burkina Faso », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13740

Amable B. (2003), The Diversity of Modern Capitalism, Oxford, Oxford University Press.

Amable B., Guillaud E. & S. Palombarini (2012), L’économie politique du néolibéralisme. Le cas de la France et de l’Italie, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Amin S. (1973), Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Paris, Éditions de Minuit.

Andreff W. (2013), « L’État “mondialisateur” survivra à la crise de la mondialisation », in Andreff W. (dir.), La mondialisation, stade suprême du capitalisme ? Hommage à C-A. Michalet, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, p. 299-317, <10.4000/books.pupo.2721>.

Arinci S., Pessina L. & M. Ebenau (2015), « All Varieties Are Equal…: Contributions from Dependency Approaches to Critical Comparative Capitalisms Research », in Ebenau M., Bruff I. & C. May (eds), p. 189-206.

Becker J. (2016), « Europe’s other Periphery », New Left Review, no 99, p. 39-64.

Becker J. & J. Jäger (2012), « Integration in Crisis: A Regulationist Perspective on the Interaction of European Varieties of Capitalism », Competition and Change, vol. 16, no 3, p. 169-187.

Becker J., Jäger J., Leubolt B. & R. Weissenbacher (2010), « Peripheral Financialization and Vulnerability to Crisis: A Regulationist Perspective », Competition and Change, vol. 14, no 3-4, p. 225-247.

Berrou J.-P. & C. Carrincazeaux (2005), « La diversité des capitalismes et les pays d’Europe centrale et orientale : une analyse statistique », Cahiers du GRES, no 2005-18, sept.

Berthaud P. & G. Kébabdjian (dir) (2006), La question politique en économie internationale, Paris, La découverte.

Bizberg I. (2018), « Is There a Diversity of Dependent Capitalisms in Latin America? », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13701

Bohle D. (2010), « East European Transformations and the paradox of Transnationalization », Working paper 2010/01, European University Institute.

Bohle D. & B. Greskovits (2007), « Neoliberalism, Embedded Neoliberalism and Neocorporatism: Towards Transnational Capitalism in Central-Eastern Europe », West European Politics, vol. 30, no 3, p. 443-466.

Bohle D. & B. Greskovits (2012), Capitalist Diversity on Europe’s Periphery, Cornell Studies in Political Economy, Ithaca, Cornell University Press.

Boyer R. (1986), La théorie de la Régulation : Une analyse critique, Paris, Agalma, La Découverte.

Boyer R. (1993), « La grande transformation de l’Europe de l’Est : une lecture régulationniste », préface à l’édition japonaise de l’ouvrage de Yamada T. & R. Boyer (dir.), La Grande transformation du Socialisme, Tokyo, Fujiwara.

Boyer R. (2002), « Les institutions du capitalisme contemporain : variété du capitalisme versus théorie de la régulation », L’Année de la régulation, vol. 6, p. 167-203.

Boyer R. (2005), « Coherence, diversity and the evolution of capitalisms: The institutional complementarity hypothesis, Evolutionary and Institutional Economic Review, vol. 2, no 1, October, p. 43-80.

Boyer R. (2011), Les financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica.

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte, coll. « Grands repères ».

Bresser-Pereira L. C. (2009), « Amérique Latine : de l’interprétation nationaliste à l’interprétation par la dépendance », Revue Tiers Monde, no 199, juillet-septembre, p. 533-546.

Buchen C. (2007), « Estonia and Slovenia as Antipodes », in Lane D. & M. Myant (eds), Varieties of Capitalism in Post-Communist Countries, Basingtoke, Palgrave Macmillan, p. 65-89.

Cardoso F. & E. Faletto (1979), Dependency and Development in Latin America, Berkeley CA, University of California Press.

Chavance B. & E. Magnin (2000), « National Trajectories of Post-socialist Transformation : Is There a Convergence Towards Western Capitalisms ? », in Dobry M. (ed.), p. 221-233.

Dobry M. (dir.) (2000), Democratic and Capitalist Transitions in Eastern Europe: Lessons for the Social Sciences, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Delteil V. (2018), « Capitalismes dépendants » d’Europe centrale et orientale : pièges de la dépendance externe et instrumentations domestiques », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13486

Dockès P. (2013), « Mondialisation et “impérialisme à l’envers” », Andreff W. (dir.), Mondialisation, stade suprême du capitalisme ? Hommage à C-A. Michalet, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, p. 131-155.

Drahokoupil J. & M. Myant (2011), Transition Economies: Political Economy in Russia, Eastern Europe, and Central Asia, Hoboken, John Wiley & Sons.

Drakokoupil J., Delteil V., Magnin E. & J. Vercueil, (2018), « Unlocking the Dependent Model of Capitalism », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14169

Ebenau M., I. Bruff I. et C. May (dir.) (2015), New Directions in Comparative Capitalisms Research. Critical and Global Perspectives, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

EBRD (2009), Transition report: Transition in crisis?, EBRD, London.

El Aoufi N. (2009), « Théorie de la régulation : la perspective oublié du développement », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/7641 ; DOI : 10.4000/regulation.7641

Evans P. (1979), Dependent Development: The Alliance of Multinational, State, and Local Capital in Brazil, Princeton NJ, Princeton University Press.

Farkas B. (2011), « The Central and Eastern European model of capitalism », Post-Communist Economies, vol. 23, no 1, March, p. 15-34.

Federowicz M. (2000), « Anticipated Institutions: the Power of Path-Finding Expectations », in Dobry M. (ed.), p. 91-106.

Feldmann M. (2006), « Emerging Varieties of Capitalism in Transition Countries. Industrial Relations and Wage Bargaining in Estonia and Slovenia », Comparative Political Studies, vol. 39, no 7.

Frank A. G. (1967), Capitalism and Underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Press.

Furtado C. (1971), « Dépendance externe et théorie économique », L’Homme et la société, no 22, p. 53-65. https://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1971_num_22_1_1456

Gershenkron A. (1962), Economic backwardness in historical perspective: A book of essays. Cambridge, MA, Belknap Press of Harvard University Press.

Hall P. & D. Soskice (eds) (2001), Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Hall P. & D. Soskice (2002), « Les variétés du capitalisme », L’Année de la Régulation, vol. 6, 2002-2003, Presses de Sciences Po, Paris. Trad. fr. de « An Introduction to Varieties of Capitalism » in Hall P. & D. Soskice (eds) (2001).

Hancké B., M. Rhodes & M. Thatcher (dir) (2007), Beyond Varieties of Capitalism. Conflict, Contradictions and Complementarities in the European Economy, Oxford, Oxford University Press.

Hugon P. (2015), « Débats entre les théories de la régulation et l’économie du développement. Illustrations par le processus involutif de Madagascar », Colloque Recherche & Régulation, Paris, 9-12 juin 2015.

Kébabdjian G. (1999), Les théories de l’économie politique internationale, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

Kindleberger C. (1973), The World in Depression, 1929-1939, Berkeley, University Press of California.

King L. (2002), « Postcommunist Divergence: A Comparative Analysis of the Transition to Capitalism in Poland and Russia », Studies in Comparative International Development, vol. 37, no 3, p. 3-34.

King L. (2007), « Central European Capitalism in Comparative Perspective », in Hancké B., M. Rhodes & M. Thatcher (eds), p. 307-327.

Kose A. M., Lakatos C., Ohnsorge F. & M. Stocker (2017), « The Global Role of the US Economy. Linlages, Policies and Spillovers », World Bank Policy Research Working Paper, no 7962, February.

Labrousse A., Vercueil J., Chanteau J.-P., Grouiez P., Lamarche T., Michel S. & M. Nieddu (2017), « Ce qu’une théorie économique historicisée veut dire. Retour sur les méthodes de trois générations d’institutionnalisme », Revue de philosophie économique, vol. 18, no 2, p. 153-184. DOI : 10.3917/rpec.182.0153. UR : https://www.cairn.info/revue-de-philosophie-economique-2017-2.htm-page-153.htm

Lafaye de Micheaux E. (2018), « Malaysia Baru : réaménager la nouvelle dépendance du capitalisme malaisien à la Chine », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13949

Lénine (1952), L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, Paris, Garnier-Flammarion, Éditions sociales, (première édition russe : 1916).

Lipietz A. (1985), Mirages et miracles. Problèmes de l’industrialisation dans le Tiers-Monde, Paris, La Découverte.

List F. (1998), Système national d’économie politique. Paris, Gallimard (Trad. fr, 1re édition allemande 1842).

Magnin E. (2002), « Path-dependence and initial conditions in the transition process: the cases of Hungary and Romania », East-West Journal of Economics and Business, vol. V, no 1, p. 67-87.

May C. & A. (2018), « Dangers of Residual Dependency in State-permeated Capitalism: The Case of Brazil during Labor Party Rule », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13481

Myant M. (2018), « The Limits to Dependent Growth in East-Central Europe », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13351

Nölke A. & A. Vliegenthart (2009), « Enlarging the Varieties of Capitalism: The Emergence of Dependent Market Economies in East Central Europe », World Politics, vol. 61, no 4.

OECD (2018), « Policy Challenge from closer international trade and financial integration : dealing with economic shocks and spillovers », Chap. 2, in OECD Economic Outlook, Vol. 2018, Issue 1, p. 49-92.

Perroux F. (1948), « Esquisse d’une théorie de l’économie dominante » , Économie appliquée, vol. 1, no 2-3, p. 243-300.

Perroux (1950), « Note sur le dynamisme de la domination », Économie appliquée, vol. 3, no 2, p. 245-258.

Petit P. (2005), Croissance et richesse des nations, Repères no 419, Paris, La Découverte.

Podvršič A. & L. Schmidt, « From Crisis to Crisis », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13378

Talha L. (1995), « Théorie de la Régulation et développement », in R. Boyer & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 452-458.

Sunkel O. (1970), « Intégration capitaliste transnationale et désintégration nationale en Amérique Latine », Politique étrangère, no 6, p. 641-699. https://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1970_num_35_6_2079

Vercueil J. (2018), « Taming the Bear while Riding the Dragon? Central Asia confronts Russian and Chinese economic influences », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre/Automn 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13626

Williamson J. (1990), Latin American Adjustment: How Much Has Happened?, Washington, Institute for International Economics.

Haut de page

Notes

1 En France, pour ne prendre qu’un exemple, on peut citer François Perroux, qui tente d’élaborer, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, une théorie non marxiste de la domination économique à l’échelle internationale (Perroux, 1948, 1950).

2 Pour des exemples de méthodes standard de traitement de ces questions au sein de la Banque mondiale ou de l’OCDE, voir Kose et al. (2017), OECD (2018).

3 Pour une comparaison entre approche de la VoC et Théorie de la Régulation, on peut se reporter à Boyer (2002).

4 Schématiquement, le concept de « dépendance du chemin » renvoie, dans le cadre de la transition postsocialiste, au poids de l’héritage de l’ancien système socialiste dans la détermination des trajectoires de transformation. Il lui a été souvent reproché, dans une lecture rapide, d’insister sur l’aspect inertiel du passé, au détriment des stratégies des acteurs du présent (Chavance & Magnin, 2000 ; Federowicz, 2000 ; Magnin, 2002).

5 Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement.

6 « Capitalisme » et « économie de marché » sont deux termes qui, pour les auteurs, font référence à une même réalité. Pour mieux dialoguer avec la VoC, ils privilégient le terme d’« économie de marché » pour qualifier leurs idéaux-types.

7 La référence théorique au développement dépendant n’est pas pour autant absente de la démarche, comme en témoigne la référence à Evans (1979).

8 Banque Européenne d’Investissement.

9 Bresser-Pereira (2009, p. 538) rappelle que la « théorie » de la dépendance n’en est pas une. Il s’agit plutôt d’une « analyse sociologique de la forme dépendante du capitalisme tel qu’il se manifestait en Amérique Latine, thèse généralement associée au marxisme puisque son fondateur, André Gunder Frank, était un éminent économiste marxiste ».

10 Cette démarche s’inscrit dans le courant dit « critique » de l’analyse comparative des capitalismes, évoqué par Nölke dans ce dossier, ainsi que dans les travaux de Becker (2016), Becker et Jäger (2012), Becker et al. 2010, Arinci et al., (2015).

11 Sur la distinction entre compatibilité, cohérence et complémentarité institutionnelle, on peut se reporter à Boyer (2005).

12 Le concept de hiérarchie institutionnelle s’inscrit dans la tradition régulationniste récente (Amable, 2003 ; Boyer, 2005 ; Petit, 2005). Il est absent du cadre de la VoC.

13 Amable, Guillaud et Palombarini (2012) emploient l’expression de « bloc social dominant » pour désigner les groupes sociaux dont les demandes sont prises en compte dans la définition des politiques publiques.

14 Pour les auteurs, ces groupes sont les représentants de la classe moyenne, les élites politiques, les chefs traditionnels Mossi, les organisations financières internationales, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une cartographie des approches comparatives des formes de capitalisme
Légende Visualiser ce document en annexe au format PDF
Crédits Source : élaboration des auteurs
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/14340/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Magnin, Violaine Delteil et Julien Vercueil, « La dépendance dans les relations entre capitalismes nationaux : quelle portée analytique ? », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14340 ; DOI : 10.4000/regulation.14340

Haut de page

Auteurs

Éric Magnin

Maître de conférences en Économie, Université Paris Diderot, Laboratoire LADYSS ; eric.magnin@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Violaine Delteil

Maître de conférences en Économie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Laboratoire ICEE ; violaine.delteil@sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Julien Vercueil

Description auteur : Professeur d’économie, INALCO, Laboratoire CREE (EA 4513), julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page