Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro témoigne de l’internationalisation de la Revue de la régulation. Internationalisation des contributeurs tout d’abord, avec des articles de chercheurs issus de la « vieille » comme de la « nouvelle » Europe (Autriche, Allemagne, Grande-Bretagne, République Tchèque, Slovénie etc.), mais aussi d’autres continents ; internationalisation des thématiques et des aires de recherche ensuite (Asie centrale, Asie du Sud-Est, Asie du Nord, Afrique australe et Afrique de l’Ouest, Europe centrale et orientale etc.). Les contributions de Christian May et Andreas Nölke portent respectivement sur le Brésil, celle d’Ilan Bizberg sur le Mexique et d’autres pays d’Amérique latine, l’article opinion-débat d’Elsa Lafaye de Micheaux sur la reconfiguration récente des relations de la Malaisie avec la Chine alors que celui de Julien Vercueil analyse la compétition Chine-Russie en Asie centrale. L’Afrique est au cœur de la contribution au dossier de Juliette Alenda et Pierre Robert, qui analysent la dépendance du Burkina Faso à l’égard de la France, tout comme dans le varia de Daouda Drabo sur l’hyperinflation au Zimbabwe. L’Europe centrale et orientale fait l’objet d’un tir groupé d’articles : Ana Podvršič et Lukas Schmidt sur la Slovénie, mais aussi Violaine Delteil, Martin Myant et l’entretien avec Jan Drahokoupil sur d’autres régions et pays d’Europe centrale et orientale. Cette internationalisation est celle des concepts et outils d’analyse, par exemple dans la note de lecture de Quentin Ravelli sur l’ouvrage Les classes sociales en Europe qui invite à raisonner statistiquement à une échelle européenne et à penser les classes sociales de manière transnationale. Elle est aussi centrale dans l’œuvre de François Fourquet dont Dominique Plihon discute le dernier ouvrage, posthume, qui est à la croisée de l’interdisciplinarité (avec l’histoire en particulier) et de l’internationalisation (avec cet important débat autour de l’idée défendue par Fourquet de la domination des déterminants internationaux dans le capitalisme). L’internationalisation de la Revue passe enfin par un usage important – mais non exclusif – de l’anglais qui s’est imposé de fait comme lingua franca et cela pour sept articles de ce numéro. Pour autant, la Revue ne néglige pas les questions brûlantes d’économie politique qui traversent la société française. En témoigne l’article opinion-débat de Pierre Merle sur la suppression de l’impôt sur la fortune (dont le rétablissement fait aujourd’hui partie des revendications des Gilets jaunes).

2Saisir le(s) capitalisme(s) par les dépendances qu’il crée et dont il est délicat de s’extirper, tel est l’objet du dossier spécial de ce numéro. Il répond bien au sous-titre de la Revue de la régulation : Capitalisme, institutions, pouvoirs. Par définition, la dépendance repose sur une asymétrie de pouvoir, ses formes varient selon les institutions en place. L’introduction d’Éric Magnin, Violaine Delteil et Julien Vercueil précise les termes de la dépendance : commerciale, financière, stratégique, technologique et politique. Elle évoque également la genèse et le pouvoir explicatif de la notion et sa contribution à une analyse renouvelée de la diversité des capitalismes qui s’inscrit dans la lignée de thématiques centrales pour la Revue et la Théorie de la Régulation : nous avons consacré d’autres dossiers à l’analyse comparée des transformations des capitalismes en Asie, en Amérique latine et en Chine en particulier.

3Ce numéro illustre aussi la vocation interdisciplinaire de la Revue. Sont évoqués les travaux de sociologues sur des questions transverses à l’ensemble des sciences sociales comme la notion de classe sociale, mais aussi sur des questions économiques centrales comme celle de marché. C’est le cas du compte rendu, par Julien Vercueil, de l’ouvrage d’un sociologue majeur de l’économie : Michel Callon. La thèse en sciences politiques et sociales de Damien Piron mobilise la jeune sociologie politique des finances publiques pour saisir la reconfiguration néolibérale d’une Belgique fédérale dans ses interactions avec la gouvernance budgétaire européenne. En écho, la présentation de thèse d’Edoardo Ferlazzo se situe tant en sociologie qu’en économie pour étudier la relation de crédit des collectivités locales et les formes qu’elle a prises au cours du temps. Parmi ces regards croisés entre disciplines, figure également la note d’une économiste institutionnaliste, Florence Gallois, sur l’ouvrage Économie sociale et solidaire et État coordonné par le sociologue Jean-Claude Barbier. À propos de la proposition de bicaméralisme pour gouverner l’entreprise capitaliste que formule Isabelle Ferraras, Antoine Rebérioux relève ce même souci d’échanges disciplinaires en soulignant qu’elle emprunte, pour développer sa thèse, « à tous les champs, sans s’en réclamer d’aucun en particulier ». Ces croisements pourraient au final être qualifiés à l’aune de la science sociale (par opposition aux sciences sociales) que discutent les nombreuses contributions de l’ouvrage, coordonné par Alain Caillé, que Philippe Steiner met en perspective.

4Last but not least, le riche et passionnant entretien avec Mary O’Sullivan « History, Economics and Society. Dividends of Development, Dividends of Interdisciplinarity » est à la fois transdisciplinaire et international. Il en dit long sur les apports d’une analyse réflexive, outillée, ancrée dans les sciences sociales et les pratiques d’enquête, et qui plus est réalisée par une femme sur des sujets longtemps dominés par des hommes : finance et organisation industrielle. Cela ouvre une thématique en termes de genre en économie sur laquelle la Revue reviendra dans le prochain numéro.

5Enfin, il nous semble utile de porter à la connaissance de nos lecteurs un changement important de gouvernance de notre Revue : après douze ans d’activité en tant que rédacteur en chef, Thomas Lamarche, qui a compté parmi les fondateurs de la Revue et veillé à l’accouchement de pas moins de vingt-quatre numéros, passe la main pour s’atteler à d’autres projets. Jean-Pierre Chanteau lui succède, dans le même esprit d’exigence méthodologique, d’ouverture aux différents courants de l’économie institutionnaliste et d’évaluation constructive des textes soumis. Dans cette perspective, la rédaction-en-chef sera désormais organisée de façon encore plus collégiale, sous forme d’un mandat collectif porté successivement pour les numéros à venir par Pierre Alary, Jonathan Marie et Matthieu Montalban. Avec ce renouvellement, la Revue de la régulation se transforme dans la continuité et se projette vers l’avenir !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 24 | 2nd semestre / Autumn 2018, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14350

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page