Navigation – Plan du site
Dossier : déployer les études de genre en économie politique

This is a Man’s world : autorité et pouvoir genrés dans le milieu des banques centrales

This is a Man’s World: Gendered Authority and Power in Central Banks.
Guillaume Vallet

Résumés

Cet article traite de la question du genre dans le milieu des banques centrales. Ce dernier est marqué historiquement par la domination masculine, rendue visible par le nombre très faible de femmes dirigeant des banques centrales ou y exerçant des fonctions importantes. À partir d’une approche qualitative basée sur six interviews de femmes banquières centrales ou proches de la direction de banques centrales, ainsi que de l’analyse de données officielles des banques centrales, nous posons l’hypothèse qu’il existe une inadéquation entre pouvoir et autorité, qui s'avère défavorable aux femmes dans ce milieu. Même si nos résultats ne confirment que partiellement cette hypothèse, nous montrons qu’il serait opportun, par rapport au fonctionnement et à la gouvernance des banques centrales, de redéfinir de nouvelles attitudes et de renouveler leur politique de recrutement en donnant davantage de place aux femmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La crise récente dite de la « Grande récession » a fait émerger un très grand nombre de questionnements sur les banques centrales. Sur le plan de la définition et de la mise en œuvre de la politique monétaire, nous pouvons citer en particulier la remise en cause de la frontière établie jusqu’alors entre politiques monétaires « conventionnelles » et « non conventionnelles » (Borio & Disyatat, 2010 ; Aglietta, 2014). Les banques centrales ont en effet été amenées à sortir du cadre de leurs actions dites « conventionnelles », à savoir les actions sur le taux d’intérêt, la base monétaire et le taux de change. Elles ont alors été mobilisées au niveau de la régulation financière et immobilière, de la définition de nouvelles règles macro-prudentielles ou bancaires (par exemple la Banque Centrale Européenne [BCE] avec la mise en place de l’Union bancaire à partir de 2012) ou encore de l’intervention répétée dans les achats massifs de titres de dettes (politiques de quantitative easing).

2Si ces politiques devraient de fait correspondre aux prérogatives normales de toute banque centrale pour être en mesure d’assurer la stabilité du système de paiement associé à une monnaie (Aglietta, 2014), les débats qu’elles ont suscités montrent qu’une banque centrale ne peut plus être pensée uniquement comme une « boîte noire », renvoyant à une image purement « technique » de son fonctionnement (Adolph, 2013). Une banque centrale est une institution publique (même si parfois de droit privé) ayant une action sociétale de service public à travers la mise en œuvre de la politique monétaire considérée au sens large. En d’autres termes, en admettant qu’il soit possible d’identifier des préférences convergentes à la fois au sein de la banque centrale comme de la société (Walsh, 1995), la banque centrale, dont les membres ne sont pas démocratiquement élus, est supposée être l’« agent » d’un « principal » (le « politique », représentant ou incarnant la société civile) en charge de la production d’un bien public (Alesina & Tabellini, 2008). En général, ce bien public fait référence à la stabilité (prix, système de paiements, taux de change), voire à la prospérité, chaque banque centrale précisant le sens concret qu’elle donne à ces termes (Vallet, 2017a).

3Par conséquent, la banque centrale est encastrée dans la société dans laquelle elle mène sa politique monétaire, car “nothing demonstrates so clearly what a people is made of than how it conducts its monetary policy” (Schumpeter, 2014, p. XIV). Cet encastrement sociétal a été mis en lumière par les demandes – accrues depuis la crise récente (Fernandez-Albertos, 2015) – du « politique » à l’adresse de la banque centrale de se positionner sur de nouveaux enjeux, quitte à élargir ses missions traditionnelles. Parmi ces enjeux, citons par exemple le traitement des questions environnementales (Aglietta & Espagne, 2015) ou la gestion d’un fonds souverain (Genier, 2018).

4De ce fait, l’encastrement sociétal des banques centrales les conduit à s’interroger sur les conséquences de leur politique monétaire et sur la façon dont celle-ci reflète les volontés collectives. Leur encastrement sociétal les oblige également à rendre compte de leurs actions à la société, au-delà de la problématique traditionnelle de leur statut et degré d’indépendance (Kydland & Prescott, 1977). Les principes de pouvoir, de responsabilité mais aussi de légitimité sont ici en jeu quand on fait référence à l’encastrement sociétal d’une banque centrale (Pixley, 2018 ; Riles, 2018).

  • 1 Soit le pouvoir de “shape and determine the structures of the global political economy within which (...)

5Ces trois principes font référence au concept de « pouvoir structural » (structural power1) forgé par Strange (1994). Si Strange considère que ce « pouvoir structural » est caractérisé par quatre types de structure (financière, sécurité, production, savoir), c’est surtout la structure financière qui concerne les banques centrales et définit leur cadre d’action. En effet, cette structure intègre la disponibilité des financements mondiaux, les flux de capitaux planétaires et leurs impacts sur les taux de change. La politique monétaire des banques centrales est donc plus ou moins contrainte pour cette raison, car ces-dernières doivent situer leurs actions dans un cadre structural (national et international) marqué par des rapports de force.

6Pour autant, les banques centrales possèdent des marges de manœuvre à l’intérieur de ce cadre structural, et sont susceptibles de le transformer. Elles exercent tout d’abord leur « pouvoir structural » à travers l’impact sur le taux d’inflation, ce qui constitue l’un des pouvoirs de gouvernement les plus puissants, en particulier en référence au nombre d’individus impactés (Lastra, 2006). De même, leur « pouvoir structural » est visible au niveau de l’impact sur la régulation du crédit, ainsi que sur la supervision macro-prudentielle. Pour Strange, les institutions qui contrôlent le crédit contrôlent l’économie monétaire de production, aspect fondamental pour influencer la dynamique du capitalisme (Strange, 1994). Effectivement, étant donné que la politique monétaire impacte de façon croissante l’évolution de variables macro-économiques (PIB, dette), en particulier depuis la récente crise (Caglar et al., 2013 ; Pixley, 2018), la banque centrale se révèle susceptible d’influencer la destinée économique et sociale d’une nation.

7Toutefois, le « pouvoir structural » des banques centrales paraît déconnecté des principes associés de responsabilité et de légitimité susmentionnés. Deux arguments vont dans ce sens. D’une part, la façon dont les banques centrales fonctionnent donne l’impression que la satisfaction de leurs objectifs – lorsqu’elle est accomplie – est un but en soi, en dehors de tout questionnement sur la façon dont leurs politiques sont susceptibles d’affecter l’économie réelle et la société plus largement. De nombreuses recherches soulignent pourtant la nécessité de tenir compte de l’importance de nouveaux canaux de transmission de politique monétaire (Braunstein, 2013), mais aussi de considérer l’impact différencié de la politique monétaire sur les groupes sociaux (Pixley, 2018). Concernant le dernier point, une littérature croissante insiste plus particulièrement sur l’impact distributif de la politique monétaire (Braunstein & Seguino, 2018 ; Brunnermeier & Sannikov, 2012 ; Mishkin, 2012 ; Cour-Thimann, 2013 ; Dietsche et al., 2018 ; Pixley, 2018). Des banques centrales elles-mêmes le reconnaissent (Bank of England, 2012), leur gouverneur expliquant que “the distributional consequences of the response to the financial crisis have been significant” (Carney, 2014).

8D’autre part, le milieu des banquiers centraux est attaché à une vision restreinte et restrictive de la capacité d’action des banques centrales (Fernandez-Albertos, 2015, p. 228). Autrement dit, il existe une résistance interne à faire évoluer leurs objectifs, leurs missions et plus largement les « idées » qu’elles véhiculent (le savoir associé à la politique monétaire). En revenant à Strange, étant donné que le « pouvoir structural » existe aussi à travers le contrôle des « idées », il est logique que les banques centrales cherchent à contrôler – notamment via la science, qui crée une légitimité normative – les sources et canaux de transmission par lesquels le savoir sur la politique monétaire se diffuse. Cela signifie que leur « pouvoir structural » se met aussi en œuvre à l’intérieur même de l’institution, façonnant les « idées » et donc les comportements des acteurs. C’est par ce biais que la reproduction du groupe des banquiers centraux, à la source de la diffusion de ce pouvoir, est assurée. Cette permanence révèle que le monde des banques centrales est très fermé, fonctionnant selon une logique autonome, de façon parfois quasi « clanique » (Moschella, 2015 ; Johnson, 2016), avec une culture particulière (Riles, 2018).

9En particulier, ce monde est très genré : à titre d’illustration, jusqu’au début de la « Grande récession », en 2008, seulement dix des gouverneurs des 160 banques centrales les plus importantes au monde ont été des femmes (Davies & Green, 2010 ; Adolph, 2013). L’exemple récent de Janet Yellen, gouverneure de la Réserve fédérale américaine pendant quatre ans, est plutôt l’exception qui confirme la règle. Au moment d’écrire cet article, seules les banques centrales des pays suivants sont dirigées par des femmes : Aruba, Belize, Cuba, Chypre, Curaçao et Saint-Martin, Équateur, Lesotho, République de Macédoine, Malaisie, Russie, Samoa, San Marin, Serbie, Seychelles.

10Il convient donc de mieux expliquer et comprendre les raisons de cette emprise du genre sur les banques centrales. Comme nous l’expliquons plus loin dans l’article, le genre est ici entendu non pas seulement comme la « part sociale du sexe », mais comme système sociétal structurant des rapports de pouvoir inégalitaires entre les hommes et les femmes considérés en tant que groupes aux intérêts opposés.

11Si la plupart des études existantes se sont principalement focalisées sur les liens entre genre et politique monétaire (Braunstein & Heintz, 2008 ; Diouf & Pépin, 2017), nous nous centrerons au contraire sur le modèle plus large de gouvernance des banques centrales (incluant la façon de concevoir la politique monétaire, mais pas uniquement). Précisément, en nous rattachant à une grille de lecture reliant le concept de « pouvoir structural » de Strange aux formes d’autorité définies par Weber (1971), nous chercherons à démontrer que le positionnement a priori défavorable des femmes dans ce milieu est à relier à l’inadéquation entre le type d’autorité qu’elles incarnent et la nature du pouvoir existant au sein même des banques centrales. En effet, l’autorité est un pouvoir légitime, créant une adhésion et un consentement, mais aussi un « ordre hiérarchique » (Weber, 1971) dont découlent des rapports de domination : « légale-rationnelle », « traditionnelle » ou « charismatique ».

12Notre papier se propose alors de mettre en évidence la tension existant entre pouvoir et autorité dans le milieu des banques centrales, tension qui joue en défaveur des femmes et qui est pour nous au cœur du genre et des rapports sociaux de sexe associés. En conséquence, nous retenons le modèle « centre et liens avec le centre » (hub and spokes) de Vallet (2017b ; 2018) pour comprendre les raisons de cette tension. Ce modèle schématise la logique binaire et inégalitaire du genre en tant que système, créant deux catégories de sexe hiérarchiquement séparées : celles des hommes et celle des femmes, la première dominant la seconde. Au sein de chaque catégorie existe un « centre », à savoir le référentiel principal pour les jeux de pouvoir des acteurs. Les acteurs en dérivent également leur identité et leurs « attitudes » spécifiques (Vallet, 2016b), à travers la socialisation genrée. Dans cette perspective, le « centre » de chaque catégorie participe à la construction de différents modèles d’autorité et de domination s’instituant dans les rapports sociaux de sexe.

13Ainsi, ce modèle montre que le genre fonctionne à partir de rapports sociaux de sexe qui sont des rapports de pouvoir : ces derniers se construisent et se transforment dans le cadre des structures économiques et sociales comme des interactions, pour l’accès aux principales ressources. Le modèle « centre et liens avec le centre » met alors en évidence aussi bien les possibilités de changement que les permanences associées aux questions de genre. Si la force du « centre » dans chaque catégorie est de nature centrifuge, réaffirmant de fait la logique binaire du genre, les « liens avec le centre » s’apparentent à des forces centripètes. En effet, les « liens avec le centre » représentent les relations que les individus entretiennent avec leur modèle de référence : certains peuvent s’y rattacher totalement (liens courts), d’autres au contraire cherchent à s’en éloigner, parfois même en transgressant la logique binaire du genre (liens longs).

14Notre interrogation sur les relations entre pouvoir et autorité s’insère dès lors dans cette problématique, car le pouvoir et l’autorité, dans les banques centrales, demeurent associés au « centre » de la catégorie des hommes. Cela n’empêche pas toutefois l’existence de logiques « transgressives » dans ce milieu, de la part des hommes comme des femmes : ces derniers peuvent s’éloigner du modèle de référence et valoriser d’autres « attitudes ».

15À partir de l’analyse précédente, nous chercherons à démontrer qu’il convient pour les banques centrales de s’ouvrir aux femmes pour construire l’autorité du banquier central autour d’une redéfinition des formes de domination de type « légale-rationnelle » et « charismatique ». Cette réflexion est essentielle pour démontrer que ces questions ne relèvent pas seulement de la situation des femmes dans ce milieu : s’interroger sur le genre amène à repenser le fonctionnement des banques centrales à l’avantage de toute la société. En effet, bien que reposant sur des formes d’expertise particulières, et sur le statut d’indépendance vis-à-vis du « politique », les banques centrales sont inévitablement des institutions politiques parce qu’elles sont censées exercer leur pouvoir dans des démocraties (De Haan & Eijfingger, 2016). C’est ce que nous avons mis en évidence plus haut en associant pouvoir, responsabilité et légitimité.

16Les banques centrales sont par conséquent des « structures de mobilisation » (Joachim, 2007) au sein des démocraties : ce sont des institutions disposant d’une crédibilité, de ressources intellectuelles et de ressources humaines (ressources internes au sens large) suffisantes pour précipiter le changement social lorsqu’elles exercent leur « pouvoir structural ». En ce qui concerne la question du genre, ces ressources internes ne sont mobilisées efficacement que si elles améliorent la situation des femmes, et par ricochet, la situation de l’institution dans son ensemble. En se focalisant sur la tension entre pouvoir et autorité évoquée précédemment, cet article cherche donc à montrer que les femmes sont confrontées à des formes de gouvernance et des cultures organisationnelles résistantes, au sens où des structures cognitives et des routines institutionnelles internes contrecarrent leur capacité de faire coïncider positivement le pouvoir et l’autorité nécessaires à leur légitimité.

  • 2 Nous sommes conscient des limites de notre étude, compte tenu de la faiblesse quantitative des donn (...)

17Nous nous appuyons pour cela sur une analyse théorique rattachée à des données empiriques issues de documents officiels provenant des banques centrales (curriculum vitae et organigrammes essentiellement), ainsi que sur six interviews réalisées auprès de banquières centrales ou de femmes exerçant ou ayant exercé des hautes fonctions dans ces institutions2.

18L’article est organisé de la façon suivante. La première partie traite de la relation triadique autorité, domination, pouvoir, qui se trouve au cœur du genre. L'analyse de cette relation nous permet de comprendre, dans une seconde partie, en quoi le monde des banques centrales est un monde genré. La troisième partie est de nature empirique, puisqu’elle est construite à partir du témoignage des six femmes – témoignages recueillis lors de notre étude. Enfin, la dernière partie formule des remarques conclusives.

191. Autorité, domination, pouvoir : un triptyque au cœur du genre

20Les trois concepts au cœur de cet article, à savoir autorité, domination et pouvoir, sont directement reliés au genre, considéré aussi bien en tant que grille de lecture analytique que comme système social hiérarchisé et structurant (Vallet, 2018). La grille de lecture du genre étant encore relativement peu utilisée en sciences économiques (Benhenda & Salin, 2014), il convient d’emprunter à la sociologie pour appréhender les phénomènes et les espaces économiques genrés, tel que le milieu des banques centrales.

21À l’instar d’autres espaces économiques, celui des banques centrales repose sur une logique genrée dans le sens où il consacre, et se concrétise à travers, des rapports sociaux de sexe (Delphy, 2001 ; Combes et al., 1991 ; Vallet, 2017b). Retenir l’idée que le genre est associé à des rapports sociaux de sexe signifie en premier lieu raisonner à partir du principe de la division des champs sociaux entre catégories de sexe, selon la logique du modèle « centre et liens avec le centre » décrite en introduction. Effectivement, le genre en tant que système social sépare les sexes, car « le genre peut ainsi être défini comme un système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin) » (Bereni et al., 2008, p. 7).

22Par conséquent, le genre « est un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir », c’est-à-dire « un champ premier au sein duquel, ou au moyen duquel, le pouvoir est articulé » (Scott, 1988 in Guionnet & Neveu, 2009, p. 25).

23En second lieu, la citation précédente montre que les rapports sociaux de sexe permettent de penser la relation entre les catégories de sexe des femmes et des hommes comme fondamentalement conflictuelle, en ce qui concerne l’appropriation des ressources des champs sociaux. Les rapports sociaux de sexe sont des rapports de pouvoir impactant tous les individus : le pouvoir des hommes sur les femmes en tant que catégorie, mais aussi le pouvoir des individus sur d’autres individus (avec parfois des femmes sur des hommes). La division entre catégories de sexe se double alors d’une hiérarchisation, celle-ci étant signifiante dans la mesure où elle structure fortement la réalité sociale comme la pensée individuelle.

24À ce stade, l’important est de noter que le pouvoir ne possède pas strictement des caractéristiques individuelles ; il renvoie au contraire à des relations et à des interactions sociales associées à des appartenances groupales et à un certain fonctionnement sociétal (Follett, 1924).

25C’est pourquoi, le genre (en tant que grille de lecture) implique de raisonner avant tout de manière systémique, dans le but de comprendre la dynamique du fonctionnement sociétal : si le genre (en tant que système) est évolutif et peut être marqué par des rapports interindividuels subversifs (des femmes exerçant du pouvoir sur des hommes), sa logique d’ensemble fonctionne avant tout à partir de la domination de la catégorie de sexe des hommes sur celle des femmes, aussi bien sur le plan symbolique, matériel que sur celui de la connaissance : la catégorie de sexe des hommes (et son « centre »), associée à la possession des principales ressources sociétales, est considérée comme légitimement supérieure vis-à-vis de la catégorie de sexe des femmes (et de son « centre ») (Vallet, 2018).

26À ce niveau, l’intérêt du concept de domination masculine (Bourdieu, 1998) est de mettre en évidence une certaine transversalité de l’appropriation des différents champs sociaux et de leurs ressources par les hommes. En effet, les rapports de pouvoir produisant la domination masculine indiquent plus ou moins implicitement que les rôles dévolus à chaque sexe dans les champs sociaux ne s’articulent pas toujours positivement, au sens fonctionnaliste du terme : le genre en tant que système n’est pas forcément utile et profitable dans la même mesure aux deux catégories de sexe ; il est susceptible au contraire de contenir, et d’être sous-tendu, par des inégalités entre les sexes. La domination masculine doit alors exister sous des formes légitimes pour être acceptée et perdurer, car les rapports de domination peuvent être subis, mais aussi consentis d’une certaine manière (Weber, 1971).

27Ainsi, outre son expression extrême sous la forme de la « masculinité hégémonique » (Carrigan et al., 1985) associée au « centre » de la catégorie de sexe des hommes, la particularité de la domination masculine est qu’elle fonctionne de plus en plus à partir d’une oppression sans ségrégation nette (Goffman, 2002). C’est la spécificité des rapports sociaux de sexe contemporains, marqués à la fois par une égalité apparente – « déjà là » dirait Delphy (2001) – et une domination masculine très forte. Les hommes bénéficient, dans ce cadre, de l’oppression, de l’infériorisation et de l’exclusion des sphères de pouvoir des femmes, en tant que catégorie de sexe comme individuellement. Comme le rappelle Connell (1987, p. 185-186), « la masculinité hégémonique doit incarner une stratégie collective réussie par rapport aux femmes ».

28Certes, il conviendrait de parler des masculinités, plus que d’un unique type de masculinité, associées à cette domination, tant les réalités économiques et sociales sont complexes et évolutives. L’existence de différentes relations individuelles au « centre » de la catégorie masculine le confirme. Cependant, la force du genre est de diviser, en fonctionnant essentiellement en référence aux « centres » de chaque catégorie de sexe (Vallet, 2017b). Partant, bien que chaque individu adhère plus ou moins fortement à son « centre » de référence (ainsi qu’à une personnalité-type et des « attitudes » de référence associées), les « centres » exercent une force qui assure la permanence des rapports sociaux de sexe.

29Dans cette perspective, on comprend mieux que si la domination masculine se maintient au fil du temps, c’est parce que ses formes et ses modalités de concrétisation évoluent. Sa reproduction dynamique et son historicité induisent qu’elle fasse partie de l’évolution historique globale des sociétés et qu’elle connaisse son propre développement (Combes et al., 1991). À partir de ces exemples, on constate que les évolutions sociétales tendant vers plus d’égalité apparente induisent symétriquement une plus grande réflexivité de la part des hommes quant à leur positionnement, leur permettant de réinstituer les hiérarchies et d’investir de nouveaux champs sociaux. En particulier, la mixité dans le monde professionnel est souvent associée à tort à l’égalité professionnelle (Achin et al., 2005), alors que les hommes maintiennent leur pouvoir et leur domination. La domination masculine participe à la définition des comportements et des structures qui consacrent le pouvoir des hommes, mais aussi le maintien du modèle de la « masculinité hégémonique ».

30Cette domination et ce pouvoir s'accompagnent d’une légitimation de leur autorité à travers les trois formes identifiées par Weber : légale-rationnelle, charismatique et traditionnelle. Par conséquent, dans le cadre professionnel, l’autorité masculine se concrétise à travers des savoirs et des savoir-faire (légal-rationnel) comme des savoir-être (charismatique et traditionnel) spécifiques permettant la captation des ressources en faveur de la catégorie de sexe des hommes. Ainsi, pour qu’il exerce une force contraignante, le « centre » de la catégorie de sexe des hommes doit exister dans des aspects matériels qui concrétisent le pouvoir, la domination et l’autorité des hommes. Parmi plusieurs facteurs concrétisant les trois formes de cette autorité, et donc le pouvoir et la domination des hommes sur le marché du travail, nous pouvons retenir, à partir de la littérature, cinq facteurs favorables aux hommes et symétriquement défavorables aux femmes.

31(1) Le facteur position : ce facteur renvoie au statut lié à l’exercice d’un emploi, qui induit des conséquences en termes de salaire, de conditions de travail et de carrière plus largement. Par exemple, en France, près d’un tiers des 24,5 % d’écart de salaire entre hommes et femmes peut s’expliquer par la ségrégation de genre par filière d’étude, emploi ou métier (Bozio et al., 2014). Ce facteur est aussi lié à la situation individuelle dans la sphère familiale : l’investissement plus important des femmes dans cette sphère induit un moindre investissement pour elles dans la sphère professionnelle, tout en permettant aux hommes d’y surinvestir (Vallet, 2018).

32(2) Le facteur formation : le diplôme et sa rentabilité sociale jouant un rôle déterminant dans la carrière individuelle, le rapport individuel à la scolarité considérée au sens large est fondamental (Vallet, 2018). Ce facteur est également lié au précédent.

33(3) Le facteur plafond de verre : les femmes ont du mal à occuper des fonctions dirigeantes malgré leurs qualifications, car le recrutement pour les postes à responsabilité s’effectue avant tout parmi les anciennes promotions d’étudiants qui sont moins féminisées (Breda, 2015). Ce facteur fait référence à la particularité de la domination masculine décrite plus haut, à savoir son caractère oppressif sans ségrégation nette, et évolutif.

34(4) Le facteur « modèle » : dans le prolongement du facteur précédent, la capacité des femmes à inscrire positivement leur identité et leur position dans un champ professionnel dépend de la présence d’autres femmes dans des fonctions dirigeantes. La question est de savoir si ces « modèles » sont susceptibles de créer une dynamique favorable à l’ensemble de la catégorie de sexe, ou si l’on tombe au contraire dans le piège de l’« égalité élitiste » (Pochic, 2018). Dans ce dernier cas, la présence minoritaire des femmes ne fait que renforcer la force du « centre » de la catégorie des hommes.

35(5) Le facteur « attitude » : l’« attitude » associant les comportements individuels – façonnés par la socialisation genrée liée aux « centres » des deux catégories de sexe – à la prise en compte de l’environnement social, les femmes exprimeraient davantage un comportement socialement orienté (Berdhal, 1996), se traduisant notamment par une plus grande aversion aux risques (Sunden & Surette, 1998 ; Dwyer et al., 2002). Cette attitude induirait donc un positionnement des femmes moins favorable dans un univers compétitif, surtout si elles sont confrontées à des hommes (Gneezy et al., 2003 ; Gneezy & Rustichini, 2004).

36Si ces facteurs sont en présence pour les entreprises, ils s’appliquent également dans le cadre des banques centrales. L’autorité légale-rationnelle (savoirs et savoir-faire) et celles charismatique et traditionnelle (savoir-être) associées à ces cinq facteurs sacralisent la notion d’expertise (Riles, 2018, p. 2). D’après la littérature, cette expertise est de deux types : « régulatoire » (regulatory) : définition et mise en œuvre de la politique monétaire ; et « communicatoire » (testimonial) : communication publique de la politique monétaire, en lien avec les principes de responsabilité et de légitimité susmentionnés (Dietsche et al., 2018, p. 75). L’exercice de ces deux formes d’expertise va nous permettre de mieux comprendre dans quelle mesure le monde des banques centrales est genré et assure la consécration de la domination masculine.

2. Le monde genré des banques centrales

37Le fonctionnement « fermé » des banques centrales, évoqué dans l’introduction, signifie qu’une vision particulière voire unique de conception de la politique monétaire est en vigueur dans le milieu. Le profil académique des banquiers centraux fait ainsi ressortir les mêmes formations académiques suivies par les différents banquiers centraux, validées par des titres délivrés dans un cercle restreint d’institutions universitaires : “Central bankers use the same language, have the same culture. I mean, sometimes it’s strange how central bankers think” (Johnson, 2016, p. 1).

38Cela favorise un certain « entre-soi » international et la reproduction sociale, dans la mesure où il s’agit d’un groupe social dont les connexions internes transcendent la distance géographique. C’est là une des forces du « pouvoir structural » des banques centrales. Précisément, cet « entre-soi » crée une cohésion interne reposant sur les quatre piliers suivant (Johnson, 2016, p. 3).

39(1) Des principes et des pratiques communément partagés : depuis les années 1990 en particulier, il existe dans le milieu des banques centrales une convergence autour de la « nécessaire » réalisation de la stabilité des prix et du statut d’indépendance des banques centrales qui l’accompagne. Cette convergence, de fait, crée une « communauté épistémique » – facilitée par l’utilisation d’outils communs comme la mathématisation de la recherche – qui renforce la logique de l’« entre-soi ». On retrouve ici un des aspects du « pouvoir structural », car les techniques modélisées créent une forme de « connaissance ésotérique », donc de maîtrise de l’information, que seuls des spécialistes peuvent comprendre et partager.

40(2) Sa culture professionnelle unique : les banquiers centraux ont des cultures académique et professionnelle très similaires. Concrètement, le profil type est d’avoir fait des études en Sciences économiques – formalisées, avec des spécialisations en macroéconomie, en finance et en économétrie – et d’avoir travaillé, ou de travailler après la carrière de banquier central, dans les secteurs bancaire et financier. Le tableau 1 suivant met en évidence, pour les gouverneurs actuels de banques centrales, la tendance à posséder une formation académique en Sciences économiques, même si le gouverneur de la Fed récemment nommé, J. Powell, fait figure d’exception selon ce critère.

Tableau 1. Profil académique des banquiers centraux actuellement en poste

Institution

Gouverneur

Dernier diplôme obtenu

Banque Centrale Européenne

M. Draghi

Doctorat en Sciences économiques, MIT (1976)

Réserve fédérale américaine

J. Powell

doctorat en Jurisprudence-droit, Georgetown (1979)

Banque nationale Suisse

T. Jordan

Doctorat en Sciences économiques, université de Berne (1993) (et post-doctorat, Harvard)

Banque du Japon

H. Kuroda

Master de Philosophie économique, université d’Oxford (1971)

Banque d’Angleterre

M. Carney

Doctorat en Sciences économiques, université d’Oxford (1995)

Banque du Canada

S. Poloz

Doctorat en Sciences économiques, université de Western Ontario (1982)

Banque de Chine

Y. Gang

Doctorat en Sciences économiques, université de l’Illinois (1986)

Banque d’Israël

A. Yaron

Doctorat en Sciences économiques, université de Chicago (1994)

Banque de Russie

E. Nabiullina

Doctorat en Sciences économiques, université d’État de Moscou (1986)

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant des sites des banques centrales du tableau

41(3) Son infrastructure transnationale. Plusieurs éléments sont susceptibles d’être mis en avant ici. Tout d’abord, en lien avec les deux précédents points, les banquiers centraux possèdent la même culture académique, dans la mesure où ils peuvent facilement échanger à partir d’un langage commun simple : les Sciences économiques formalisées appliquées à une même vision théorique. De plus, l’effondrement du système soviétique a facilité la convergence autour de ces méthodes et de cette philosophie de politique monétaire, favorisant l’élargissement de la ramification du réseau international. Enfin, cette architecture est elle-même soutenue par les grandes institutions internationales (Fonds Monétaire International, Banque mondiale, etc.) qui travaillent avec les banques centrales, et dont les dirigeants partagent la même culture.

42(4) Sa relative fermeture par rapport aux « outsiders » : la communauté des banquiers centraux est caractérisée par des liens internes et externes spécifiques, qui nourrissent avant tout son existence et sa cohésion interne. Effectivement, ces liens renforcent la culture, la cohésion interne et les liens entre les différents membres, de façon circulaire : le recrutement sélectif crée une culture professionnelle spécifique avec des principes et des pratiques propres, facilitant l’accès à des ressources organisationnelles et matérielles clés. En somme, cette dynamique accroît le sens de la communauté, d’où la volonté de maintenir l’« entre-soi ».

43Or, concernant le point (4), on peut identifier une logique genrée qui renforce l’« entre-soi » du milieu. Ce dernier consacre la domination masculine décrite dans la partie précédente : très peu de femmes exercent ou ont exercé historiquement des fonctions de gouverneure d’une banque centrale, en particulier dans les pays développés. Certes, des femmes sont présentes dans les organigrammes des banques centrales, et en dynamique, les choses évoluent. Mais il s’agit d’un changement en degré, pas en nature. La domination dans le monde des banques centrales se concrétise malgré tout soit par le maintien de l’exclusion des femmes dans les postes à haut niveau, soit par leur relégation relative à des positions subalternes dans ce champ : à titre d’exemple, citons la non-direction de la banque centrale, l’exclusion des sphères d’influence des comités monétaires ou l’exclusion des réflexions scientifiques stratégiques.

  • 3 L’indice recense la présence des femmes et des hommes dans les organes dirigeants des banques centr (...)

44Le tableau 2 (infra) permet de rendre compte de la situation mondiale au cours des trois dernières années, à partir d’un indice reflétant la composition genrée des principaux organes décisionnels des banques centrales (les gouverneur(e)s et les Deputy Governors (« Central Bank Chairs [CBC] ») essentiellement3. Cet état de la situation confirme le constat empirique d’une domination masculine dans les banques centrales.

Tableau 2. General Balance Index Score 2017-2019 (en %)

Zone géographique

2017

2018

2019

Afrique

23

19

21

Amérique du Nord

68

24

36

Amérique du Sud-Caraïbes

5

11

19

Asie-Pacifique

8

6

9

Europe

28

35

38

Moyen-Orient

11

12

10

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de OMFIF analysis, 2018, 2019

  • 4 Deux femmes sont aussi CBC dans des banques centrales faisant partie de la catégorie des niveaux de (...)

45Ainsi, non seulement la situation des femmes demeure moins favorable que celle des hommes (les scores sont tous inférieurs à 100 %), mais il existe également de très grandes inégalités géographiques. En affinant à partir du niveau de développement du pays, on obtient la répartition suivante4.

Tableau 3. Proportion de femmes « CBC » dans les banques centrales selon le niveau de développement humain

Niveau de développement humain

Nombre de pays

Ratio pays incluant des femmes « CBC »/nombre de pays (en %)

Très élevé

49

18,3

Élevé

52

25,0

Moyen

41

34,1

Faible

42

11,9

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant de Diouf et Pépin (2017)

46Même si le ratio est le plus élevé pour les pays à niveau de développement humain moyen, il n’y a pas de relation statistique de causalité évidente et significative entre le niveau de développement humain et la présence des femmes dans les « CBC ». Pour Diouf et Pépin (2017) néanmoins, sur le long terme, la culture et l’histoire du pays constituent des variables importantes à considérer pour expliquer la situation des femmes au sein des banques centrales, au sens où tous les pays n’ont pas historiquement intégré les femmes dans les banques centrales de la même manière.

47En particulier, les pays de l’ancien bloc soviétique et ceux ayant eu un régime communiste ont été les précurseurs dans la nomination des femmes à la tête des banques centrales : l’ex-Allemagne de l’Est (1950, 1967), la Chine (1985), le Laos (1988), la Pologne (1992), la Hongrie (1993), la Russie (1994, 2013), la Biélorussie (1996, 2011), le Kirghizistan (2011), la Serbie (2003, 2012), le Turkménistan (2003) et l’Ukraine (2014). Certains de ces pays ont cherché plus largement à améliorer la situation des femmes et à promouvoir l’égalité de genre dans de nombreux domaines de la société, dépassant le strict cadre des banques centrales : sphère familiale, sphère éducative, sphère professionnelle, sphère politique.

  • 5 La nomination de Karnit Flug en (2013-2018) et d’un staff féminisé (avec Nadine Baudot-Trajtenberg (...)

48Par contre, la part des femmes dans les « CBC » semble reliée négativement au poids relatif de la religion et de la tradition dans la régulation de la vie politique du pays (Diouf & Pépin, 2017). La Malaisie, avec à sa tête Zeti Akhtar Aziz durant un mandat très long (2000-2016) et actuellement Datuk Nor Shamsiah Binti Mohd Yunus (assistée par deux Deputy Governors, dont une femme), tout comme Israël jusqu’à récemment5, font figure d’exception. Israël est un pays ayant intégré très tôt des femmes dans les institutions nationales du pays, incluant la banque centrale. Mentionnons également la banque centrale d’Équateur qui, sous l’impulsion de sa gouverneure Veronica Artola, a intégré récemment les questions de genre à la fois dans son recrutement et dans l’agenda de la banque centrale en termes de mission.

  • 6 Pour la Réserve Fédérale Américaine, il y a normalement 7 membres dans le Board of Governors; mais (...)

49Enfin, concluons ce panorama non exhaustif par la référence au genre des « CBC » des banques centrales des principales monnaies internationales : les monnaies de réserves du Fonds Monétaire International et le franc suisse, qui joue lors des crises le rôle de monnaie refuge internationale (Vallet, 2016a). A priori, en dynamique, les choses ne sont pas totalement figées, et des femmes commencent à occuper des fonctions importantes au sein de ces institutions. À titre d’illustration, citons la nomination d’Andréa Maechler à la Direction générale de la Banque Nationale Suisse en 2015, et plus récemment celle de Natacha Valla à la direction adjointe de la division « Politique monétaire » de la Banque Centrale Européenne (2018). Aussi le développement récent de nouvelles missions associées à la supervision financière a-t-il renforcé la présence des femmes dans les organigrammes des banques centrales. Pour autant, les données du tableau 4 (infra et en annexe) confirment le constat de « CBC » de banques centrales très genrés, à l’avantage des hommes6.

Tableau 4. Représentation genrée dans les principaux organes de décision de six banques centrales (2018-2019)

Banque centrale

Gouverneur

Vice-Gouverneur

Organe de décisions

Autres comités

Banque Centrale Européenne

M. Draghi

L. de Guindos

Conseil des gouverneurs : 5 hommes + 1 femme (directoire)

18 hommes + 1 femme (gouverneurs des banques centrales nationales)

Conseil général : 29 hommes + 1 femme

Conseil de surveillance prudentielle : 21 hommes + 7 femmes

Banque Nationale Suisse

T. Jordan

F. Zürbrugg

Direction générale : 2 hommes + 1 femme ;

Conseil de banque : 8 hommes + 3 femmes

Réserve Fédérale Américaine

J. Powell

R.K Quarles (pour la supervision)

Board of Governors : 2 hommes + 1 femme ;

Federal Open Market Committee : 9 hommes + 3 femmes

Banque du Japon

H. Kuroda

Policy board : 8 hommes + 1 femme

Monetary affairs department : 3 hommes ;

Financial system and bank examination : 14 hommes ;

Payment and Settlement System Department : 4 hommes ;

Financial Market Departement : 2 hommes (seulement les "Officials")

Banque d’Angleterre

M. Carney

Court of directors: 8 hommes + 4 femmes ;

Monetary Policy Committee : 8 hommes + 1 femme

Financial Policy Committee : 12 hommes + 1 femme ;

Prudential Regulation Committee : 9 hommes + 2 femmes

Banque de Chine

Y. Gang

Management team : 7 hommes

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant des sites des banques centrales du tableau

  • 7 En lien avec la création officielle de la Banque Centrale Européenne en 1998, les premières données (...)

50Ce constat est confirmé en dynamique : dans le temps, les principaux organes de décision s’ouvrent encore très peu aux femmes. Le tableau 5 (infra et en annexe) en offre une illustration, en présentant l’évolution depuis 20 ans7 des membres d’organes de décision et de postes majeurs de quatre banques centrales pour lesquelles les données étaient disponibles. Dans le tableau 5, la faible présence des femmes, en gras, est confirmée.

Tableau 5. Représentation genrée dans les principaux organes de décision de quatre banques centrales (1997-2019)

Banque centrale

Membres et durée de leur mandat

Banque d’Angleterre (Monetary Policy Committee)

A. Budd (1997-1999) ; E. George (1997-2003) ; H. Davies (Juin-Juillet 1997) ; W. Buiter (1997-2000) ; C. Goodhart (1997-2000) ; I. Penderleith (1997-2002) ; M. King (1997-2013) ; D. Julius (1997-2001) ; D. Clementi (1997-2002) ; J. Vickers (1998-2000) ; S. Wadhwani (1999-2002) ; C. Allsopp (2000-2003) ; S. Nickell (2000-2006) ; C. Bean (2000-2014) ; K. Barker (2001-2010) ; Marian Bell (2002-2005) ; P. Tucker (2002-2013) ; A. Large (2002-2006) ; R. Lambert (2003-2006) ; R. Lomax (2003-2008) ; D. Walton (2005-2006) ; J. Gieve (2006-2009) ; D. Blanchflower (2006-2009) ; T. Besley (2006-2009) ; A. Sentance (20062012) ; S. Dale (2008-2014) ; P. Fisher (2009-2014) ; D. Miles (2009-2015) ; A. Posen (2009-2012) ; M. Weale (2010-2016) ; K. Forbes (2014-2017) ; N. Shafik (2014-2017) ; C. Hogg (Mars-Avril 2017) ; I. McCafferty (2012-2018) ; M. Carney (2013-2021) ; B. Broadbent (2011-2019) ; D. Ramsden (2017-2022) : J. Cunliffe (2013-2023) ; A. Haldane (2014-2020) ; J. Huskel (2018-2021) ; M. Saunders (2016-2019) ; G. Vlieghe (2015-2021) ; S. Tenreyro (2017-2020)

Banque centrale européenne (Gouverneur et vice-gouverneur)

W. Duisenberg (1998-2003)-C. Noyer (1998-2002)

J.C. Trichet (2003-2011)-L.Papadimos (2002-2016)

M. Draghi (2011-2019)-V. Constancio (2010-2018), L. de Guindos (2018-)

Banque Nationale Suisse (Direction générale, 3 départements)

J.P Roth (1996-2000 ; 2001-2009) ; B. Gehrig (1996-2003) ; N. Blattner (2001-2007) ; P. Hildebrand (2003-2007 ; 2007-2009 ; 2010-2012) ;

T. Jordan (2007-2009 ; 2010-2012 ; 2012-) ; J.P. Danthine (2010-2012 ; 2012-2015) ; F. Zurbrügg (2012-2015 ; 2015-) ; A. Maechler (2015-)

Réserve Fédérale Américaine

A. Greenspan (1987-1992 ; 1992-2006) ; S. Philipps (1991-1998) ; J. Yellen (1994-1997 ; 2010-2018) ; L. Meyer (1996-2002) ; A. Rivlin (1996-1999) ; R. Ferguson (1997-2006) ; E. Gramlich (1997-2005) ; S. Bies (2001-2007) ; M. Olson (2001-2006) ; B. Bernanke (2002-2005 ; 2006-2014) ; D. John (2002-2010) ; K. Warsh (2006-2011) ; R. Krozner (2006-2009) ; F. Mishkin (2006-2008) ; E. Duke (2008-2013) ; D. Tarullo (2009-2017) ; S. Bloom Raskin (2010-2014) ; J. Powell (2012-2014 ; 2018-) ; J. Stein (2012-2014) ; S. Fisher (2014-2017) ; L. Brainard (2014-) ; R. Quarles (2017-) ; R. Clarida (2018-) ; M. Browman (2018-)

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant des sites des banques centrales du tableau

51En conséquence, en faisant référence aux cinq facteurs d’autorité sur le marché du travail identifiés dans la première partie, les facteurs (1), (3) et (4) semblent particulièrement faire défaut aux femmes. En effet, la carrière précédant l’entrée en fonction dans une banque centrale influence la probabilité d’être accepté dans le milieu, et de prétendre y exercer des fonctions élevées. Le fait d’avoir travaillé dans des institutions bancaires et financières, et plus encore, dans la banque centrale elle-même, est une condition pour obtenir des postes à haute responsabilité. En effet, les banques centrales, en tant qu’institutions soucieuses de leur crédibilité et de leur réputation intertemporelles, privilégient les profils qui leur permettront d’atteindre au mieux leurs missions (Diouf & Pépin, 2017). Le cas de J. Powell, mentionné dans le tableau 1, est à ce titre significatif : bien que non titulaire d’un doctorat en Sciences économiques, il a intégré la Fed dès 2012 en siégeant au Board of Governors.

52Ainsi, la première condition pour que les femmes deviennent gouverneures est de parvenir à obtenir un premier poste dans les banques centrales : de fait, elles « troublent le genre » en étant reliées à une des dimensions du « centre » de la catégorie des hommes. Selon Diouf et Pépin (2017), 71,4 % des gouverneures avaient auparavant exercé des responsabilités telles que vice-gouverneure, membres de comités de politique monétaire, manager d’un département ou économiste. C’est le cas de Janet Yellen par exemple (tableau 5, supra et en annexe). De même, 40, 8 % avaient une expérience dans les secteurs de la banque, de la finance ou de l’assurance, et 33,3 % avaient travaillé dans d’autres institutions internationales. Autrement, seulement 26,5 % étaient universitaires.

53Toutefois, les chiffres des tableaux 4 et 5 montrent combien il est difficile pour les femmes d’accéder et de rester durablement aux principaux postes de direction, renvoyant au facteur (3) du plafond de verre. En effet, les réseaux noués lors de l’exercice de la fonction de gouverneur, notamment avec le « politique » et le secteur économique privé, sont susceptibles de renforcer le processus de recrutement fermé : les postes sont réservés de fait aux membres du réseau, par l’entremise de la « force des liens faibles » (Granovetter, 1973) et de la socialisation genrée propre au « centre » de la catégorie de sexe des hommes. Les liens avec le « politique » sont particulièrement importants, puisque 39,6 % des banquières centrales ont exercé précédemment des fonctions politiques (Diouf & Pépin, 2017). Étant donné que les affaires politiques demeurent encore largement un « domaine réservé » masculin, les femmes sont donc indirectement défavorisées pour l'avancement de leurs carrières au sein des banques centrales. Elles ne sont pas suffisamment présentes dans les réseaux d’influence où les banquiers centraux sont recrutés (Diouf & Pépin, 2017).

  • 8 Nous ne plaçons pas dans le tableau les femmes ayant exercé des mandats d’un an ou moins : Ana Das (...)

54De plus, même la présence à la tête des banques centrales ne semble pas déclencher les externalités positives associées au facteur « modèle », faisant tomber les banques centrales dans le piège de l’« égalité élitiste » (Pochic, 2018). Une des explications que nous avançons est le fait que les gouverneures ne s’inscrivent pas durablement dans les banques centrales : une banquière centrale qui quitte sa fonction la laisse systématiquement à un homme, même quand ces femmes occupent cette fonction durant une période temporelle longue. Cette absence d’ancrage d’une forme d’autorité traditionnelle tend à maintenir le pouvoir et la domination des hommes, qui s’entretiennent par une socialisation spécifique, favorisant la reproduction et l’« entre-soi » genrés. Comme le révèlent les chiffres du tableau 6 (infra et en annexe), c’est davantage l’absence de l’ancrage durable des femmes dans les hautes fonctions des banques centrales que leur absence en soi qui est significative. Cette règle est systématique pour toutes les banques centrales mondiales où des femmes ont été gouverneures8.

Tableau 6. Mandats de banquières centrales n’ayant pas donné lieu à un second mandant de gouverneure

Banque centrale

Gouverneure

Mandat

Afrique du sud

Gill Marcus

2009-2014

Argentine

Mercedes Marco Del Ponte

2010-2013

Autriche

Maria Schaumayer

1990-1995

Bahamas

Wendy Craigg

2005-2015

Barbade

Marion Vernese Williams

1999-2009

Bermudes

Cheryl Ann Lister

2003-2007

Biélorussie

Tamara Vinnikova

Nadezhda Yermakova

1996-1997

2011-2014

Bostwana

Linah Mohohlo

1999-2016

Chine

Chen Muhua

1985-1988

Danemark

Bodil Nyboe Andersen

1991-2005

Équateur

Ana Lucia Armijos

1993-1996

Guatemala

Lilly Zapata

1992-1993

Honduras

Victoria Asfura de Diaz

Gabriela Nunez

1999-2002

2006-2007

Hongrie

Katalin Botos

1993-1994

Israël

Karnit Flug

2013-2018

Kirghizistan

Zina Asankojoeva

2011-2014

Laos

Pany Yathotou

1988-1997

Malaisie

Zeti Akhtar Aziz

2000-2016

Pakistan

Shamshad Akhtar

2006-2009

Paraguay

Monica Lujan Perez Dos Santos

2005-2007

Pérou

Sandra Fuentes

1992-1994

Pologne

Hanna Gronkiewicz-Waltz

1992-2000

Réserve Fédérale Américaine

Janet Yellen

2014-2018

Russie

Tatiana Paramonova

1994-1995

Sao Tomé-et-Principe

Maria Pires de Carvalho Silveira

Maria do Carmo Silveira

1999-2002

2011-2016

Serbie

Kori Udovicki

2003-2004

Thaïlande

Tarisa Wantanagase

2006-2010

Tonga

Siosi Cocker Mafi

2003-2013

Ukraine

Valeriya Hontareva

2014-2017

Vénézuela

Ruth de Krivoy

1992-1994

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant des sites des banques centrales du tableau

  • 9 Il s’agit du comité de direction, avec sept membres représentant la Banque centrale. Au total, il y (...)

55La récente polémique à la Banque centrale de Belgique va également dans ce sens : la seule femme à avoir siégé au « Conseil de régence », un des principaux organes de la Banque9, Marcia De Wachter a été remplacée par un homme, Steven Vanackere.

56Le facteur (2) est plus ambivalent. En premier lieu, notons que les gouverneures en poste possèdent les compétences académiques requises pour l’exercice de la fonction (« expertise régulatoire »), à savoir un doctorat en Sciences économiques. Concrètement, les gouverneures ont un doctorat pour 40,8 % d’entre elles (dont 31,2 % en Sciences économiques et 10,4 % en Business et management), 48,98 % possèdent un niveau Master (dont 31,25 % en Sciences économiques et 18,7 % en finance), 6,12 % possèdent un niveau licence en Sciences économiques, finance, commerce ou gestion et 4,08 % possèdent un autre diplôme.

57Si l’on considère le cas de la France, ce constat confirme la tendance selon laquelle les femmes sont de plus en plus présentes dans les études supérieures en Sciences économiques, et sont désormais devant les hommes (tableau 7). Dans les autres pays développés, la réticence des femmes pour les études en Sciences économiques et en finance révélées par des études il y a 20 ans semble également être démentie (Hale & Regev, 2001).

Tableau 7. Part des étudiants de chaque sexe dans les différentes filières universitaires en 2013-2014 (en %)

Filières

Garçons

Filles

Langues

26

74

Lettres, Sciences du langage

30

70

Médecine, odontologie, pharmacie

38

62

Droit, sciences politiques

36

64

Administration économique et sociale

41

59

Sciences de la nature et de la vie

41

59

Sciences économiques, gestion

47

53

Staps

71

29

Sciences fondamentales et applications

75

25

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant du ministère de l’Éducation Nationale, 2016

58Pourtant, une analyse plus fine montre que, comme pour l’enseignement secondaire ou pour le choix des métiers, les filles ne s’orientent pas de la même manière que les garçons à l’intérieur d’un champ, ces choix conduisant à une moindre appropriation des ressources. Comme le rappelle Coyle (2013), il s’agit de faits et non d’une essentialisation des comportements : quels que soient les pays considérés, les femmes économistes se spécialisent davantage dans des domaines proches de « l’expérience quotidienne », et beaucoup moins dans la macro-économie, la finance ou l’économétrie.

59Or ces domaines spécialisés des Sciences économiques sont ceux exigés pour travailler dans les banques centrales, ces dernières ayant même eu tendance à valoriser de plus en plus les savoirs et savoir-faire associés au fil du temps. Cela a participé indirectement à l’exclusion et à la dévalorisation des femmes dans le milieu : bien que les gouverneures possèdent ce background académique et bien que des femmes soient présentes à parité des hommes en Sciences économiques, trop peu d’entre elles se spécialisent dans les domaines précités pour être en mesure de postuler aux postes à responsabilité dans les banques centrales.

60Au niveau du recrutement au sein des banques centrales, la conséquence est une démarcation hiérarchisée entre hommes et femmes, avec une légitimité quasi « essentialisée » de la maîtrise des savoirs et savoir-faire nécessaires à la profession à l’avantage de la domination masculine. Cela confirme, sur ce plan, les travaux de Bourdieu, dans la mesure où la science « complexe » associée à cette évolution des Sciences économiques est supposée ne pas correspondre aux femmes (Bourdieu & Passeron, 1964).

61De plus, au-delà des savoirs et des savoir-faire, la question des savoir-être se pose, en référence à l’« attitude » associée au facteur (5) : le « centre » de la catégorie de sexe des hommes, consacrant la « masculinité hégémonique », impose pour les individus qui s’y réfèrent de s’inscrire dans une perspective de confrontation et d’opposition, dans le but d’accéder aux ressources disponibles dans un champ (Vallet, 2017b). Il convient pour cela de développer une « attitude » type susceptible de s’inscrire, et de s’imposer, dans la culture du milieu : dans celui des banques centrales, il s’agit pour les gouverneur(e)s de respecter les engagements en matière de stabilité des prix, et de parvenir à inscrire positivement la monnaie dans la compétition internationale. L’absence de coopération monétaire internationale institutionnalisée consacre le pouvoir de certaines monnaies et donc de certaines banques centrales, le pouvoir étant ici associé à l’imposition d’une volonté sur une autre (Weber, 1971).

62Les rapports de force monétaires conflictuels valorisent le monde des hommes décrit précédemment, à travers la consécration d’une « attitude » permettant de s’imposer dans cette compétition. Même la crise récente n’a pas fait fondamentalement évoluer cette culture (Johnson et al., 2018), qui réaffirme l’idée de parvenir à positionner favorablement la politique monétaire dans des rapports de force. La dimension communicationnelle (« l’expertise communicatoire »), liée en partie à l’« attitude » des banquiers centraux, est particulièrement en jeu ici.

63C’est pourquoi le maintien de la domination masculine du milieu renforce l’idée d’une nécessaire essentialisation du métier de banquier central, associée à une culture de la « masculinité hégémonique ». Dans le contexte actuel, cette culture est susceptible de contaminer même les femmes du milieu. En d’autres termes, celles-ci peuvent avoir tendance à se surconformer à la culture du milieu, dans le but de se faire accepter. Les études réalisées sur cette question montrent par exemple que les femmes gouverneures sont relativement plus conservatrices que les hommes, au sens où elles seraient plus attachées à atteindre uniquement l’objectif de stabilité des prix (Diouf & Pépin, 2017). Il existerait même des différences genrées en matière de préférences des objectifs de politique monétaire (Krause & Mendez, 2008). D’autres études (Eckel & Grossman, 2008 ; Croson & Gneezy, 2009) confirment cela en montrant que les femmes sont relativement plus averses aux risques que les hommes, renforçant le côté conservateur de leur attitude banquier central.

64En appliquant au monde des banques centrales des études réalisées sur l’identité genrée, il pourrait même survenir des conséquences négatives pour des femmes du milieu voulant changer cette culture, car elles « transgresseraient » l’identité genrée associée à la culture du milieu. Concrètement, si l’on suit Akerlof et Kranton (2000), dans le but de maximiser leurs préférences individuelles, les hommes et les femmes tendent à réagir différemment au même environnement économique en intégrant différentes normes sociales. Les auteurs montrent alors que transgresser les normes identitaires créerait des tensions qui altéreraient, chez les autres, les gains espérés d’une action. Dans le cas des banques centrales, une femme gouverneure occupant un « métier d’homme » engendrerait un sentiment d’inutilité lié à son identité de femme : elle serait moins crédible dans sa fonction, donc moins à même de respecter les engagements de l’institution.

  • 10 Il s’agit de l’année des dernières données disponibles proposées par la Fed. Elles correspondent au (...)
  • 11 Le premier chiffre de chaque case correspond au nombre de prises de parole selon le sexe. Le chiffr (...)

65Une illustration de cette difficulté des femmes à se positionner dans ce monde d’hommes transparaît dans l’étude des échanges internes aux banques centrales, lors des prises de décision liées à la politique monétaire. Le tableau 8 (infra) présente les prises de parole selon le sexe à la Fed pour l’année10 2013. Il met en évidence le poids relativement plus important des hommes dans cet exercice (même si l’animation des séances par le gouverneur implique une surreprésentation de celui-ci dans les débats)11.

Tableau 8. Prise de parole entre hommes et femmes dans les meetings de la Fed, selon les transcripts, en 2013

Dates des meetings

Hommes prenant la parole

Femmes prenant la parole

29/01/13

157 (51) ; 20 fois

29 ; 13 fois

30/01/13

172 (80) ; 14 fois

18 ; 5 fois

19/03/13

281 (78) ; 18 fois

40 ; 24 fois

20/03/13

121 (50) ; 14 fois

11 ; 4 fois

30/04/13

152 (45) ; 16 fois

6 ; 2 fois

01/05/13

134 (66) ; 19 fois

12 ; 5 fois

18/06/13

186 (63) ; 19 fois

12 ; 5 fois

19/06/13

99 (49) ; 8 fois

12 ; 6 fois

30/07/13

193 (66) ; 26 fois

13 ; 7 fois

31/07/13

190 (82) ; 20 fois

22 ; 7 fois

17/09/13

301 (75) ; 28 fois

13 ; 10 fois

18/09/13

72 (36) ; 10 fois

7 ; 3 fois

16/10/13

160 (70) ; 13 fois

18 ; 5 fois

29/10/13

152 (54) ; 15 fois

6 ; 2 fois

30/10/13

121 (56) ; 14 fois

5 ; 2 fois

17/12/13

273 (69) ; 32 fois

41 ; 15 fois

18/12/13

99 (45) ; 9 fois

4 ; 2 fois

Source : Tableau réalisé par l’auteur, à partir de données provenant du site de la Réserve Fédérale Américaine, 2019

66En somme, bien que des changements se soient opérés en faveur des femmes dans les banques centrales au cours des 20 dernières années, l’étude approfondie des 5 facteurs d’autorité dans ce milieu met avant tout en avant la permanence des structures légitimant la domination masculine, et le « centre » de la catégorie de sexe des hommes. En nous référant à nouveau à Weber, il semblerait que la domination masculine dans ce milieu fonctionne et se reproduise car associée à un pouvoir considéré comme légitime, ce dernier consacrant les trois formes d’autorité évoquées.

67Par conséquent, comme précisé dans l’introduction, nous émettons l’hypothèse que la place et le statut relativement défavorables des femmes dans ce milieu provient essentiellement d’une inadéquation entre pouvoir et autorité. L’autorité des femmes est mise à mal à travers les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être attendus dans ce milieu, en lien avec une certaine culture économique et sociale attendue. Ainsi, même pour les femmes ayant eu la chance d’être « dans » le système, il peut se révéler difficile d’exister avec une personnalité propre, tant la prégnance du genre (et du « centre » de la catégorie de sexe des hommes) est susceptible d’être forte.

68En dernière instance, les banques centrales entretiennent la logique genrée du capitalisme, dont le fonctionnement repose sur l’existence d’institutions favorisant sa reproduction. Ainsi, les politiques publiques telles que la politique monétaire affectant le fonctionnement de l’économie vont d’une manière ou d’une autre chercher à maintenir le système économique et social existant, donc le pouvoir détenu par les hommes en tant que catégorie de sexe (Kimmel, 2013). Ces politiques sont conçues et réalisées par des hommes et pour les hommes, puisqu’ils sont dominants dans ces institutions.

69Les institutions comme les banques centrales insèrent leurs actions dans des rapports de marché capitalistes qui ont été historiquement construits de façon genrée : le marché est associé aux hommes et à la masculinité (Merchant, 1989), du fait d’une aptitude présentée comme naturelle des hommes à entrer en compétition et à affronter les défis économiques. Si le fonctionnement sociétal genré ne doit pas être uniquement associé au capitalisme – historiquement, d’autres sociétés reposaient également sur une logique genrée, même sous d’autres formes (y compris les sociétés soviétiques) (Vallet, 2018) –, les sociétés capitalistes l’exacerbent à travers la compétition, qui fournit le cadre d’expression de la « masculinité hégémonique ».

70En tenant compte des développements précédents, nous constatons que le métier de banquier central s’inscrit dans les « nouvelles » attentes genrées du capitalisme : ce système économique valorise les savoirs et savoir-faire associés à la maîtrise de la technique, la productivité, l’efficience et les « meilleurs » ; donc les comportements compétitifs sur un marché (Beneria, 1999). C’est dans ce contexte que notre hypothèse d’une discordance entre pouvoir et autorité des banquières centrales doit être posée, et cela nous amène à confronter cette hypothèse aux discours des six femmes interrogées pour notre étude.

3. Monde d’hommes, paroles de femmes

71Le genre en tant que concept oblige à changer radicalement de posture intellectuelle et de positionnement épistémologique. Concrètement, cela signifie notamment construire le raisonnement scientifique à partir de la « posture » (standpoint) des femmes. Cette « posture » fait référence à un savoir situé dont il est fondamental de rendre compte, car il est susceptible d’offrir des perspectives non explorées jusqu’à lors (Vallet, 2018). C’est pour nous situer dans ce cadre que nous avons interviewé des femmes travaillant ou ayant travaillé dans des banques centrales, à différents niveaux et selon différents statuts ; pour être en mesure de rendre compte du décalage entre pouvoir et autorité. Précisément, ont répondu à notre sollicitation :

  • 12 Pour des raisons de confidentialité demandées par ces personnes, elles seront dans cet article affi (...)

72- quatre banquières centrales (deux actuellement en poste et deux anciennement) : BC A, BC B, BC C et BC D12 ;

  • 13 Pour les mêmes raisons que les banquières centrales, cette personne sera affiliée à la Banque centr (...)

73- une Deputy Governor en charge de la supervision financière : BC E13 ;

  • 14 Pour les mêmes raisons que les banquières centrales, cette personne sera affiliée à la Banque centr (...)

74- une personne ayant statué dans un comité de banque centrale impliquant les principaux dirigeants de la banque centrale de son pays, en tant que représentante du monde politique, entre 1992 et 2002 : BC F14. Cette personne a en quelque sorte un regard extérieur au sens où elle n’a pas été directement banquière centrale ; toutefois, elle peut témoigner d’une part de la façon dont la politique monétaire « se fait » avec la pression masculine comme contexte, et d’autre part, son témoignage interpelle sur le statut des femmes banquières centrales vu par le monde politique censé incarner la société civile.

75Pour rendre compte de leur « posture », nous appliquons ici la grille de lecture développée dans les parties précédentes, consistant à relier l’autorité wébérienne dans ses trois formes aux savoirs (légale-rationnelle), savoir-faire (légale-rationnelle) et savoir-être (charismatique et traditionnelle) actuellement nécessaires pour concrétiser l’expertise (« régulatoire » et « communicatoire ») de banquier central.

76En premier lieu, relativement aux savoirs et savoir-faire « techniques » exigés par la profession, les avis sont partagés. Certaines ne considèrent pas que la maîtrise des techniques quantitatives nécessaires dans une banque centrale pénalise les femmes :

I don’t think so. Lots of women analysts are working at the National Bank of (BC E) and demonstrating great results in research, forecasting, analysis and statistics. Therefore I would not say they have troubles accessing any positions in this field. (BC E)

BC C et BC A le pensent aussi, mais cette dernière lie ce problème au recrutement et à au profil académique :

Yes, in the sense that the pipeline is too small at the outset. Even at the undergraduate major level, women are underrepresented (about 1/3 of economics majors). Women are underrepresented in Ph.D. programs to an even greater extent, so the numbers who have the skills needed to hold top jobs are small.

BC B de confirmer ce point :

It is not the technicalization per se, in fact there has been a fast rise in the number of women in math and computer science in academia, but not a parallel rise in Economics, so it is clearly not the quantitative aspect which is an obstacle.

77Deuxièmement, au niveau des savoir-être à l’œuvre dans le milieu actuel, si ces femmes reconnaissent se situer dans un monde d’hommes, que ce soit dans le milieu des banques centrales lui-même ou dans leurs interactions avec d’autres institutions nationales ou internationales, trois rejettent unanimement l’idée d’une discrimination visible à leur égard par les hommes, de même que l’idée de nouvelles formes de « résistance » masculine du fait de leur présence statutaire. Elles rappellent que les choses ont évolué en faveur des femmes dans ce milieu, et que les hommes seraient désormais plus inclusifs à leur égard.

Pour autant, BC C explique qu’en interne, une résistance s'est fait sentir à son arrivée.

yes, I think there was an internal difficulty because there are still many people within the Central bank who do not understand how it is possible for a young woman to exert an authority as a Central banker.

78Elle précise que certains hommes lui ont fréquemment rappelé que la tradition de sa banque centrale a toujours été de s’appuyer sur des hommes d’expérience, et donc qu’elle ne rentrait pas dans le profil type attendu. BC C explique qu’il s’agit seulement d’une minorité d’hommes et que ses actions concrètes à la tête de la banque centrale ont mis fin à ces allégations.

79De même, il n’y a pas consensus au niveau de leurs réponses concernant les enjeux relatifs au fonctionnement du système monétaire international et ses rapports à la « masculinité hégémonique » pour manager la monnaie de leur pays. Trois banquières centrales et la Deputy Governor interrogées ont plutôt une position distante par rapport à cette hypothèse.

It is true that such competition is more masculine in its orientation, but women can also perform very well in such positions as well. (BC A)

International monetary competition depends on objective factors such as whether the country is able to meet competition internationally, its macroeconomic and financial conditions, not the masculinity of the banking regulator leaders as a factor. (BC E)

There is no competition between currencies in the sense of textbook economic competition, countries pursue their own goals according to their own social-political systems, and the relative value of their domestic currencies only reflect the outcome of these policies and institutions. (BC B).

80Pour BC D par contre, ce facteur est important à considérer car il s’inscrit dans la dynamique historique du capitalisme qui consacre la domination masculine. Concrètement, la domination masculine est une forme de domination qui est imposée dans le système monétaire international, en plus de la domination des pays développés sur les pays en développement :

Institutions (central banks, international organizations, etc.) reflect in their structures and functioning the tensions manifested in modern capitalism, which is the oucome of a long phase of financial globalization that has led to a shift in power between capital and labor. Increasing inequalities is a manifestation of this stage. Gender issues are another aspect of this tension. (BC D).

Cependant :

[…] the inevitable interaction with the – mostly male – political arena makes it a bigger challenge to build « allies » in order to help pursue or implement our agenda » (BC B). BC A le confirme : « I’ve felt that it’s a bit more difficult to establish friendships and informal interactions with male Governors, and I developed some close friendships with the few women Central Bank governors with whom I interacted.

81Aller plus loin avec la création d’un « club international » de banquières centrales fait débat : si l’idée est jugée intéressante par certaines (BC A ; BC E), elle fait craindre l’officialisation d’une particularité pour une autre excluant les hommes de la réflexion, ce qui serait une erreur selon elle.

The issue of gender balance and equality, at home and in the workforce, is one that is at the level of society, it is not a « women problem » but a « society problem » – in which case I would want as many men to participate in finding solutions, and be part of the solutions, not in marginalizing women further. (BC D)

De plus, le statut des femmes banquières centrales dépend aussi de la culture et de l’histoire du pays, comme nous l’avons évoqué dans la partie 2 :

There is only one central bank per country, so when comparing central banks we are also of course comparing countries. (BC B)

82Ainsi, les pays ayant historiquement un fonctionnement associant les femmes dans la dynamique du marché du travail, notamment dans l’administration publique, sont ceux qui fonctionnent le plus avec des femmes dans les organigrammes des banques centrales. Par exemple :

We don’t have gender barriers for women at first place. At the moment we have almost 50/50 percent of men/women ratio employed at the National Bank of (pays de la BC E). In (pays de la BC E), we are working hard to ensure that there is no resistance or barriers to women realizing professional and leadership potential. Today, many of the leaders driving reform in (pays de la BC E) are women. (BC E)

83À l’inverse, BC D souligne les difficultés plus grandes pour les femmes dans les pays en développement, où la problématique du genre s’associe à des facteurs plus discriminants, tels que l’ethnie et la classe sociale d’appartenance.

84Toutes les femmes banquières centrales interrogées se sentent être des modèles ou en tout cas des exemples pour les autres femmes (« modèle »), en particulier parce qu’elles sont parvenues à s’imposer dans les domaines économiques masculins.

I feel I was a role model for other women. They often told me so and let me know that it was important to them to see me perform well at the highest level » (BC A).

Dans ces conditions, toutes considèrent que la situation et l’acceptation des femmes se sont améliorées dans ce milieu au fil du temps, les hommes étant plus sensibles aux avantages d’une profession davantage paritaire sur le plan du genre.

85Au total, ces savoirs, savoir-faire et savoir-être font que l’autorité que ces banquières centrales incarnent, liée à la mise en œuvre de la politique monétaire, n’est, selon elles, pas remise en question. Toutes contestent l’idée qu’elles seraient forcément plus soucieuses de considérer des objectifs larges de politique monétaires (doves) que la seule atteinte de la stabilité des prix (hawks), pour reprendre la terminologie d’Adolph (2013) : contrairement à ce que mettent en évidence Diouf et Pépin (2017), elles ne se sentent pas obligées individuellement de se surconformer à la culture de la stabilité des prix propre au milieu masculin des banques centrales. Tout dépend du contexte du pays, à nouveau : BC D rappelle que pour les pays en développement, les chocs d’offre sont souvent des données exogènes qui s’imposent au banquier central et qu’il/elle doit gérer ; par conséquent, cette réduction des marges de manœuvre impacte sa façon d’agir. De même, par rapport à la tradition masculiniste de son pays, BC C explique :

maybe I tried to change my methods of doing in order to fit this kind of « job of men ». But finally, I tried on the opposite to change and to impose my personality in this position. This was my personal challenge.

De plus, il existe

a wide range of personalities amongst central bankers, so I am not sure what « should be copied » if at all. (BC B)

Deux banquières centrales citent en exemple Janet Yellen, qui, au-delà de ce qu’exigent les missions de la Fed, est parvenue à mettre l’emploi au cœur des préoccupations de son mandat, indépendamment des pressions des marchés financiers. BC F la met aussi en avant, à travers sa capacité à s’imposer avec son propre style : selon elle, si Yellen s’est sans doute surconformée au modèle dominant à son arrivée, elle est parvenue à se démarquer par la suite pour « faire du Yellen ».

86Le temps d’un ideal-type du banquier central uniquement masculin, associé à une identité telle que modélisée par Akerlof et Kranton (2000), est révolu pour elles :

It is true that once upon a time, central banking was purely a man’s world. But that has changed, and there are many more women in the field. The identity norm of central bankers is not appropriate for women and I don’t think it is now seen that a women governor is occupying a man’s job. This has not been my experience » (BC A).

Bien que BC A :

think that central bankers must value and support price stability as a goal to be successful and accepted in the central bank community, there are certainly central bank doves and I have always been considered one. (BC A)

87En fait, les banquières centrales interrogées mettent surtout en avant leur autorité légale-rationnelle, dédiée à remplir une mission de service public pour leur nation. En termes wébériens, cette autorité s’inscrit parfaitement dans le fonctionnement bureaucratique d’une organisation publique, celle-ci consacrant la prégnance de cette forme d’autorité. BC E précise à ce titre que :

the community’s (and overall population’s) expectations are in fulfilling our mandate. Therefore, the choice of selecting the governor should not be made based on gender, but on professionalism and leadership skills.

De même,

there is a clear goal, which is price stability as specifically defined so of course this is what the committee strives to achieve. (BC B)

L’idéal-type du banquier central, approprié pour les hommes comme pour les femmes, serait alors un profil totalement investi pour sa mission de service public :

highly professional, dedicated to public service, unquestioned integrity, somewhat conservative and practical/pragmatic. (BC A)

C’est à ce niveau que la démarcation et la discrimination seraient davantage effectives, en référence aux banquiers centraux qui s’inscrivent dans le dogme néoclassique. C’est ce que pense BC D :

I think the degree of acceptance among the community of central bankers » is more related to ideology rather than gender. The hegemony of neoclassical economics with its sacred independence of central banks or inflation targeting puts aside heterodox economics.

88Avoir une solide formation et expérience en politique monétaire ne suffit pas ; il est nécessaire de se « convertir » à cette idéologie car cela permettrait d’être reconnu par les mondes universitaire, bancaire et financier, qui sont des sas pour exercer de façon légitime le métier de banquier central. En conséquence, la conception de la politique monétaire ne serait pas une question de genre, mais de capacité de conversion à l’idéologie néoclassique.

89De même, pour ces banquières centrales, un problème majeur des femmes à un haut niveau hiérarchique dans les banques centrales demeure la conciliation du métier avec la vie privée :

This reflects the still very unequal sharing of home and particularly child rearing responsabilities. (BC C)

90BC C précise aussi que de nombreuses femmes à qui elle avait proposé d’occuper des fonctions importantes au sein de la banque centrale ont refusé pour cette raison. BC F le confirme : le « nœud » du genre est clairement dans cette articulation entre sphère professionnelle et sphère familiale. Même si les choses évoluent positivement, il demeure des inerties qui freinent la progression de carrière des femmes, à cause de cette articulation problématique, qui est au cœur du facteur (1) que nous avons utilisé pour notre étude.

91Les témoignages précédents nous amènent désormais à formuler quelques remarques conclusives, centrées essentiellement sur les avantages à attendre d’un milieu des banques centrales plus ouvert aux femmes.

Conclusion : que faire ?

92Les développements précédents ont cherché à investiguer le milieu des banques centrales à travers le prisme du modèle « centre et liens avec le centre » associé au genre, ainsi qu’à partir d’une grille de lecture de l’articulation pouvoir-autorité-domination empruntée à S. Strange et à M. Weber. En nous appuyant en particulier sur des interviews réalisées auprès de femmes anciennement ou actuellement en poste à la tête des banques centrales, nous avons questionné les rapports entre pouvoir associé à cette fonction et autorité incarnée par ces femmes. Précisément, la grille de lecture mobilisée nous permet de comprendre que pouvoir et autorité – déclinée sous ses formes légale-rationnelle, charismatique et traditionnelle – ne peuvent coïncider que si le premier est considéré comme légitime. Dans le cadre de la fonction de banquier central, ces formes d’autorité associées au pouvoir légitime sont reliées aux savoir, savoir-faire et savoir-être en vigueur dans le milieu, en lien avec deux formes d’expertise : « régulatoire » et « communicatoire ».

93La « posture » de femmes de banques centrales révélées par les témoignages ne fait pas apparaître unanimement un ressenti d’inadéquation entre leur pouvoir et leur autorité, contrairement à notre hypothèse de départ. Pour elles, des changements positifs en faveur des femmes seraient survenus dans ce milieu, marqués par une meilleure place et un meilleur statut pour les femmes.

94Pour autant, avoir une femme à la tête ou dans les hautes fonctions d’une banque centrale demeure toujours plutôt l’exception que la règle, comme le montrent les données du tableau 4 (supra et en annexe). Même en dynamique, le nombre de femmes banquières centrales ne s’accroît guère, ce qui reflète une des caractéristiques de la « masculinité hégémonique » : la domination masculine tend à s’entretenir par une socialisation spécifique, qui favorise la reproduction et l’entre-soi (tableaux 5 et 6). Rappelons en conséquence que la force de la domination masculine est de parvenir à évoluer au niveau de ses formes : dans le milieu des banques centrales, la présence croissante de femmes dans les organigrammes n’a pas permis de mettre fin à la domination masculine. Sa particularité incarne l’ambivalence que nous avons rappelée en citant Goffman (2002) : l’égalité des droits coexiste avec l’inégalité de fait, et hommes et femmes sont « ensembles mais séparés ».

95L’« égalité déjà là » affichée dans le milieu des banques centrales est alors trompeuse car seule une minorité de femmes est à la tête de banques centrales, qui ne parviennent pas à inscrire durablement dans le temps l’idée d’une fonction « au féminin ». Si la présence des femmes dans ces institutions existe, elle ne conduit pas à briser le « plafond de verre » intérieur qui conduirait à ce que les femmes soient dominantes, ou au moins à égalité avec les hommes, dans les plus hautes fonctions. Il ne semble ni avoir égalité de fait, ni égalité d’opportunité dans le milieu des banques centrales. Sans aller jusqu’à affirmer que les témoignages des banquières centrales révéleraient une « cécité de genre », l’existence de rapports de force et de pouvoir propres au genre est minimisée dans leurs discours. En particulier, aucune référence à des caractéristiques du « pouvoir structural » n’est citée.

96De même, comme mentionné dans la partie précédente, il est apparu lors des entretiens que les interviewées insistaient essentiellement sur la dimension légale-rationnelle de leur autorité, niant ou ne souhaitant pas mettre en avant les deux autres formes. La citation suivante en est une illustration, lorsqu’est évoquée l’importance de l’autorité charismatique dans la fonction de gouverneur :

The ethos at the [banque centrale de BC A] is that it is engaged in public service; commited to the public interest, values a high degree of professionalism and insists on complete integrity. These are core values. To the extent that women embody these characteristics, they are well suited to serve in such roles. (BC A)

97Compte tenu de notre hypothèse de départ, nous interprétons ce type de réponses soit comme une crainte d’essentialisation de la fonction de gouverneur, soit comme une volonté de se surconformer à la culture du milieu évoquée plus haut dans le texte. Dans les deux cas, il s’agirait de ne pas considérer que le métier de banquier central, et plus largement le monde des banques centrales sont genrés.

98Pourtant ils le sont, essentiellement si l’on considère la culture de référence de ce milieu. Il est donc important de parvenir à changer cette donne, à l’heure où les réflexions autour du futur des banques centrales sont de plus en plus nombreuses, et où les banques centrales sont critiquées quant à leur mode de fonctionnement. Selon nous, la problématique du genre doit s’immiscer dans ces réflexions, et une plus grande ouverture du milieu aux femmes (au sens d’une présence accrue en nombre, et par l’exercice de fonctions dirigeantes) est nécessaire. Pour autant, s’ouvrir davantage aux femmes n’a de sens que par rapport à des objectifs d’amélioration du fonctionnement global des banques centrales. Nous en percevons essentiellement deux.

99Le premier renvoie aux banques centrales en tant qu’institutions produisant un bien public qui doivent être responsables et rendre des comptes à la société, comme précisé en introduction. Parvenir à un milieu plus féminisé est en conséquence un but en soi pour refléter le fonctionnement de la société dans son ensemble. Or si c’est la culture du milieu des banques centrales qui est genrée en défaveur des femmes, discriminer – par des quotas par exemple – ne sert à rien si on ne change pas cette culture : il ne s’agit pas uniquement de faire entrer les outsiders, mais de socialiser tout le monde différemment. Autrement dit, le prisme du genre nous interpelle à la fois sur le positionnement relativement défavorable des femmes à l’égard des hommes dans ce milieu, mais aussi au coût d’opportunité global de ce traitement inégalitaire. Si, au sein des théories féministes, il y a débat sur le positionnement à adopter vis-à-vis des institutions publiques (Caglar et al., 2013 ; Vallet, 2018), nous considérons que l’ouverture aux femmes permettrait de changer positivement la culture.

100Dans ce cadre, de nouvelles formes d’« attitudes » (Vallet, 2016b), de leaderships, de nouveaux organigrammes voire de nouveaux organes impliquant davantage les femmes seront susceptibles de voir le jour. Si le fonctionnement des banques centrales dépend aussi bien de la science que de l’art (Bordes, 2007), alors ce type de changements permettrait de renouveler les déterminants de la politique monétaire, comme de la réflexion scientifique. On touche ici en partie à la nécessité de faire émerger de nouvelles formes d’autorité « charismatique », et d’« attitudes ».

101Deuxièmement, et cet argument se situe dans le prolongement du précédent, ouvrir de façon plus concrète le monde des banques centrales aux femmes est une opportunité de faire en sorte que cette mixité accrue améliore la gouvernance interne. Cette possibilité ne signifie pas raisonner en termes d’essentialisation, car les enjeux sont institutionnels : la « posture » des femmes, mieux prise en compte, peut apporter de nouvelles compétences et de nouvelles voies organisationnelles améliorant la qualité du traitement et de la transmission de l’information, facteurs clés dans les banques centrales. En filigrane, se pose la question des missions d’une banque centrale : si celle-ci se centre uniquement sur la stabilité des prix et sur la supervision financière, alors la mixité doit permettre de mettre en œuvre des moyens nouveaux pour y parvenir plus efficacement. Si celle-ci veut faire évoluer ses missions (croissance, plein-emploi, environnement, etc.), alors de nouvelles compétences sont nécessaires, et la présence accrue des femmes en son sein est une opportunité pour y parvenir.

102Plus largement, cette évolution pose la question du recrutement et des carrières des banquiers centraux. Les femmes peuvent réussir et s’imposer dans le milieu des banques centrales, à condition d’être dans le « pipeline » très tôt, pour emprunter une expression d’une des banquières centrales interviewée (BC A). Cela signifie faire en sorte que dès la formation académique, des femmes s’orientent suffisamment dans les filières économiques susceptibles de les pousser à ce métier. Également, il convient de faire entrer très tôt les femmes dans ce milieu, pour s’y imprégner et gravir progressivement les échelons. La gestion de leur carrière à long terme, incluant la question de la sphère privée, est ainsi clairement en jeu.

103De plus, s’ouvrir à d’autres sciences sociales est aussi une des dimensions sur lesquelles réfléchir. D’une part, cette ouverture permettrait de redéfinir la nature de l’expertise du banquier central : ce dernier est amené à savoir gérer la tension entre la nature technocratique du fonctionnement d’une banque centrale et sa finalité démocratique. En effet, la psychologie ou la sociologie par exemple offrent des analyses très intéressantes sur la rationalité, la confiance, les émotions ou les interactions, qui sont souvent négligées pour rendre compte du fonctionnement d’une économie ou des marchés financiers. Ces facteurs sont pourtant essentiels pour penser la supervision financière et bancaire ou les mécanismes de transmission de la politique monétaire notamment. Cette perspective atténuerait la tendance au recrutement des banques centrales dans les milieux bancaire et financier dominés par les hommes, qui tend à créer ou à donner l’image d’une ploutocratie. D’autre part, les femmes qui sont relativement plus présentes que les hommes dans ces filières universitaires auraient par ce biais une voie concrète de rentrer au sein des banques centrales. Ce deuxième point fait davantage référence à l’émergence de nouvelles formes d’autorité « légale-rationnelle », mais aussi « charismatique ». C’est pourquoi nous considérons que des recherches académiques sur les contours d’une nouvelle forme d’expertise des banquiers centraux, à savoir « l’expertise managériale », doivent être encouragées, notamment à travers la grille de lecture du genre.

104Pour autant, des réflexions sur le changement de nature du pouvoir sont également nécessaires. Dans le prolongement de notre cadre de réflexion sur le « pouvoir structural » à l’œuvre dans les banques centrales et dans lequel s’insère l’autorité des banquières centrales, les recherches sur le genre doivent en particulier amener à reconsidérer la nature du pouvoir associé à la conception et à la mise en œuvre de la politique monétaire. La connaissance théorique existante tend à faire croire à l’idée de politiques économiques neutres sur le plan du genre, alors que comme le rappelle Cox, « theory is always for someone and for some purpose » (Cox, 1981, p. 128).

105Cela confirme à nouveau le fait que le genre doit désormais devenir un prisme intellectuel incontournable dans les études académiques relatives aux banques centrales, le genre produisant un savoir performatif : comme le rappelle Strange, si l’on souhaite changer le pouvoir, il faut changer le savoir. Le « pouvoir structural » est aussi un pouvoir sur les idées. En ce sens, le savoir spécifique associé au genre permet notamment de réfléchir à partir de l’intersectionnalité pour comprendre la nature plurielle du profil des banquiers centraux (croisement de la variable genre avec d’autres variables pertinentes associées). Ce savoir rend aussi pensables les transformations des institutions pour qu’elles génèrent des situations plus favorables aux femmes, et plus largement, améliorent leur fonctionnement d’ensemble (par exemple en améliorant l’accès à l’information par l’introduction de nouveaux réseaux, ou en définissant de nouvelles cibles de politique monétaire reposant sur de nouvelles formes d’expertise, comme « l’expertise managériale » évoquée). C’est d’autant plus important qu’en Sciences économiques : “men dominate the practice of and knowledge production about what we define as economics (Peterson, 2005, p. 500).

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Meda D. & M. Wierink (2005), « Mixité professionnelle et performance des entreprises, le levier de l’égalité », Document d’études DARES, no 91.

Adolph C. (2013), Bankers, bureaucrats, and central banks politics. The myth of neutrality, Cambridge Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139506762

Aglietta M, Ould Ahmed P. & J.-F. Ponsot (2014), « La monnaie, la valeur et la règle », Revue de la régulation, [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10998 ; DOI : 10.4000/regulation.10998

Aglietta M. & E. Espagne (2015), « Financing energy and low-carbon investment: public guarantees and the ECB », CEPII Policy Brief, no 6, 12 p. http://www.cepii.fr/PDF_PUB/pb/2015/pb2015-06.pdf

Akerlof G. & R.E. Kranton (2000), « Economics and Identity », The Quarterly Journal of Economics, vol. 115, no 3, p. 715-753. https://doi.org/10.1162/003355300554881

Alesina A. & G. Tabellini (2008), « Bureaucrats or politicians? Part II: Multiple policy tasks », Journal of Public Economics, vol. 3-4, no 92, p. 426-447. https://doi.org/10.1016/j.jpubeco.2007.06.004

Bank of England (2012), The distributional effects of asset purchases, London, Bank of England.

Beneria L. (1999), « Globalization, Gender and the Davos Man », Feminist Economics, vol. 5 no 3, p. 61-83. https://doi.org/10.1080/135457099337815

Benhenda A. & F. Salin (2014) (dir.), Peut-on faire l’économie du genre ?, Paris, La Découverte.

Berdhal J.L. (1996), « Gender and leadership in work groups: Six alternative models », Leadership Quarterly, vol. 7 no 1, p. 21-40.

Bereni L., Chauvin S., Jaunait A. & A. Revillard (2008), Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

Bordes C. (2007), La politique monétaire, Paris, La découverte.

Borio C. & P. Disyatat (2010), « Unconventional Monetary Policies: An Appraisal », The Manchester School, vol. 78, no 1, p. 53-89. https://doi.org/10.1111/j.1467-9957.2010.02199.x

Bourdieu P. (1998), La domination masculine, Paris, Édition de Poche.

Bourdieu P. & J.C. Passeron (1964), Les Héritiers, Paris, Éditions de Minuit.

Bozio A., Dormont B. & C. García Peñalosa (2014), « Réduire les inégalités de salaires entre femmes et hommes », Les notes du Conseil d’Analyse Économique, no 17.

Braunstein E. (2013), « Central bank policy and gender », in Figart D.M. & T.L Warnecke (dir.), Handbook of research on gender and economic life, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, p. 345-358.

Braunstein E. & J. Heintz (2008), « Gender bias and central bank policy: employment and central bank reduction », International Review of Applied Economics, vol. 22, no 2, p. 173-186. https://doi.org/10.1080/02692170801889643

Braunstein E. & S. Seguino (2018), « The impact of economic policy and structural change on gender employment inequality in Latin America, 1990-2010 », Review of Keynesian Economics, vol. 6, no 3, p. 307-332. DOI : https://doi.org/10.4337/roke.2018.03.02

Breda T. (2015), « Féminisation et performances économiques et sociales des entreprises », Rapport de l’Institut des Politiques Publiques, no 12, 129 p.

Brunnermeier M.K. & Y. Sannikov (2012), « Redistributive monetary policy », Jackson Hole Symposium, 31 août-1er septembre.

Caglar G., Prügl E. & S. Zwingel (eds) (2013), Feminist strategies in international governance, London and New York, Routledge.

Carney M. (2014), « One mission. One bank. Promoting the Good for the People of the United Kingdom », Speech at City University London, 18 mars.

Carrigan T., Connell R. & J. Lee (1985), « Toward a New Sociology of Masculinity », Theory and Society, vol. 14, no 5, p. 551-604. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/657315

Combes D., Daune-Richard A.M. & A.M. Devreux (1991), « À quoi sert une épistémologie des rapports sociaux de sexe ? », in Hurtig M.C., Kail M. & H. Rouch (dir.), Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, Éditions du CNRS, p. 59-68.

Connell R.W. (1987), Gender and Power, Cambridge, Polity.

Cour-Thimann P. (2013), « Monetary policy and redistribution: information from central bank balance sheets in the euro area and the US », Review of Economics, vol. 64, n° 3, p. 293-324. Retrieved 26 Jun. 2019, from doi:10.1515/roe-2013-0303

Coyle D. (2013), « Gender does matter in central banking, Financial Times, 10 octobre, https://www.ft.com/content/c79884ae-319c-11e3-817c-00144feab7de.

Cox R. W. (1981), « Social Forces, States and World Orders: Beyond International Relations Theory », Millennium, vol. 10, no 2, p. 126-155. https://doi.org/10.1177/03058298810100020501

Croson R. & U. Gneezy (2009), « Gender differences in preferences », Journal of Economic Literature, vol.47, no 2, p. 1-27. DOI: 10.1257/jel.47.2.448. URL = http://www.aeaweb.org/articles?id=10.1257/jel.47.2.448

Davies H. & D. Green (2010), Banking on the future: The fall and rise of central banking, Princeton, Princeton University Press.

De Haan J. & S. Eijfingger (2016), « The politics of central banks independence », DeNederlandscheBank Working paper no 539, 28 p.

Delphy C. (2001), L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Paris, Syllepse.

Dietsche P., Claveau F. & C. Fontan (2018), Do central banks serve the people?, Cambridge, Polity Press.

Diouf I. & D. Pépin (2017), « Gender and central banking », Economic Modelling, vol. 61, p. 193-206. https://doi.org/10.1016/j.econmod.2016.12.006

Dwyer P., Gilkeson J. & J. List (2002), « Gender differences in revealed risk taking: evidence from mutual fund investors », Economics Letters, vol. 76, no 2, p. 151-158.

Eckel C.C. & P.J. Grossman (2008), « Men, women and risk aversion: Experimental evidence », in Plott C. & V. Smith (eds), Handbook of experimental economics results, vol. 1, chap. 13, New York, Elsevier, p. 1061-1073.

Fernandez-Albertos J. (2015), « The politics of central banks independence », Annual Review of Political Science, n° 18, p. 217-237. https://doi.org/10.1146/annurev-polisci-071112-221121

Follett M. P. (1924), Creative experience, New York, Longmans Green.

Genier Y. (2018), Le franc Suisse, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

Goffman E. (2002), L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, [Première édition 1977].

Gneezy U., Niederle M. & A. Rustichini (2003), « Performance in competitive environments: Gender differences », Quarterly Journal of Economics, vol. 118, no 3, p. 1049-1074. https://doi.org/10.1162/00335530360698496

Gneezy U. & A. Rustichini (2004), « Gender and competition at a young age », American Economic Review, vol. 94, n° 2, p. 377-381. DOI: 10.1257/0002828041301821. URL : = ttp://www.aeaweb.org/articles?id=10.1257/0002828041301821

Granovetter M. (1973), « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 18, no 6, p. 1360-1380. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/2776392

Guionnet C. & E. Neveu (2009), Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin [Première édition 2004].

Hale G. & T. Regev (2001), « Sex Ratios at Top PhD Programs in Economics », Federal Reserve Bank of San Francisco, Working Paper séries, vol. 9, no 7, p. 1-29.

Joachim J. (2007), Agenda setting, the UN, and NGOs: Gender violence and reproductive rights, Washington, Georgetown University Press.

Johnson J. (2016), Priests of prosperity, How Central Bankers Transformed the Postcommunist World, Ithaca, Cornell University Press.

Johnson J., Arel-Bundock V. & V. Portniaguine (2018), « Adding rooms onto a house we love: central banking after the global financial crisis », Public Administration, p. 1-15, DOI : 10.1111/padm.12567.

Kimmel M. (2013), The Gendered Society, Oxford, Oxford University Press.

Krause S. & F. Mendez (2008), « Institutions, Arrangements and Preferences for Inflation Stability: Evidence and Lessons from a Panel Data Analysis », Journal of Macroeconomics, vol. 30, n° 1, p. 282-307.

Kydland F. & E.C. Prescott (1977), « Rules Rather than Discretion: The Inconsistency of Optimal Plans », Journal of Political Economy, vol. 85, no 3, p. 473-492. http://www.jstor.org/stable/1830193

Lastra R.M. (2006), The legal foundations of international monetary stability, Oxford, Oxford University Press.

Merchant C. (1989), The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, San Francisco, Harper & Row.

Mishkin F.S. (2012), « Central banking after the crisis », Annual Conference of the Central Bank of Chile, 15-16 novembre, Santiago, Chile.

Moschella M. (2015), « Currency Wars in the Advanced World. Resisting Appreciation At a time of Change in Central Banking Monetary Consensus », Review of International Political Economy, vol. 22, no 1, p. 134-161. https://doi.org/10.1080/09692290.2013.869242

Official Monetary and Financial Institution Forum (OMFIF) (2018), « Gender Balance Index », Bulletin Focus, Mars.

Official Monetary and Financial Institution Forum (OMFIF) (2019), « Gender Balance Index », Bulletin Focus, Mars.

Peterson V.S. (2005), « How (the Meaning of) Gender Matters in Political Economy », New Political Economy, vol. 10, no 4, p. 499-521. https://doi.org/10.1080/13563460500344468

Pixley J. (2018), Central banks, Democratic States and Financial Power, Cambridge, Cambridge University Press.

Pochic S. (2018), « Féminisme et égalité élitiste ? », in Maruani M. (dir.), Je travaille, donc je suis, Paris, La Découverte, p. 42-52.

Riles A. (2018), Financial citizenship, Ithaca and London, Cornell University Press.

Schumpeter J.A. (2014), Treatise on Money, Aalten, Wordbridge Publishing.

Scott J.W. (1988), Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press.

Strange S. (1994), « The study of international political economy », in Lehmkuhl U. (ed.), Theorien Internationaler Politik, München/Wien, R. Oldenburg Verlag, p. 310-330.

Sunden A.E. & B.J. Surette (1998), « Gender differences in the allocation of assets in retirement savings plans », American Economic Review, vol. 88, no 2, p. 207-211. https://www.jstor.org/stable/116920

Vallet G. (2016a), « The Role of the Swiss Franc in Switzerland’s European Stance», Research in International Business and Finance, vol. 38, p. 35-44

Vallet G. (2016b), « A local money to stabilize capitalism: the underestimated case of the WIR », Economy and Society, vol. 45, no 3-4, p. 479-504. https://doi.org/10.1080/03085147.2016.1224146

Vallet G. (2017a), « ‘Think twice’: using economics and sociology to understand monetary issues – The case of Switzerland », International Review of Sociology, vol. 27, no 1, p. 160-178. https://doi.org/10.1080/03906701.2016.1223044

Vallet G. (2017b), « La famille mise à “mâle” ? Le cas des pratiquants de bodybuilding », Enfances, Familles, Générations, [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 14 mars 2017, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/efg/1300.

Vallet G. (2018), Sociologie du genre, Paris, Bréal.

Walsh C.E. (1995), « Optimal contracts for central bankers », American Economic Review, vol. 85, no 1, p. 150-167. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/2118001

Weber M. (1971), Économie et société, tome 1 : Les catégories de la sociologie, Paris, Éditions Plon, [Première édition 1922].

Haut de page

Notes

1 Soit le pouvoir de “shape and determine the structures of the global political economy within which other states, their political institutions, their economic enterprises, and (not least) their scientists and other professional people have to operate” (Strange, 1994, p. 318).

2 Nous sommes conscient des limites de notre étude, compte tenu de la faiblesse quantitative des données disponibles. Toutefois, il est important de souligner que les données qualitatives ont été très difficiles à obtenir, puisque de nombreux dirigeants de banques centrales n’ont pas répondu favorablement à notre sollicitation. Celles obtenues l’ont en tout cas été auprès de grandes banques centrales internationales. Le questionnaire utilisé est disponible sur simple demande auprès de l’auteur. Nous avons effectué, en août 2018, cinq interviews par l’intermédiaire d’emails, le questionnaire ayant été envoyé préalablement. Un entretien, d’une durée de 2 heures, a été conduit via Skype le 14 août 2018. Enfin, une des banquières centrales interviewée par email en août 2018 a accepté de nous recevoir pour un entretien de 2 heures le 10 décembre 2018, permettant de compléter les données disponibles pour préparer la version révisée de cet article.

3 L’indice recense la présence des femmes et des hommes dans les organes dirigeants des banques centrales, en pondérant leur nombre par leur importance hiérarchique dans l’institution. Ainsi, on retrouve les coefficients suivants selon les postes : Gouverneur (7), Deputy Governor (5), membre des comités exécutifs (3), membre des comités de politique monétaire (1). Les individus qui se trouvent dans plusieurs catégories sont comptés dans celle qui présente le coefficient le plus élevé. Le Global Score Index de chaque zone calcule ainsi le ratio femmes/hommes pondéré par les coefficients précités. À noter que les scores sont aussi pondérés par la taille des économies correspondant aux institutions concernées. Au total, un score de 100 % signifierait une institution parfaitement paritaire sur le plan du genre. Compte tenu de la méthodologie retenue, il convient toutefois d’être prudent quant à l’interprétation de certains chiffres : par exemple, le départ de Yellen de la direction de la Réserve fédérale américaine en 2018 a eu, cette année-là, un impact fortement négatif sur l’indice pour l’Amérique du Nord.

4 Deux femmes sont aussi CBC dans des banques centrales faisant partie de la catégorie des niveaux de développement humain « non classifiés » selon Diouf et Pépin (2017).

5 La nomination de Karnit Flug en (2013-2018) et d’un staff féminisé (avec Nadine Baudot-Trajtenberg notamment) va dans ce sens.

6 Pour la Réserve Fédérale Américaine, il y a normalement 7 membres dans le Board of Governors; mais au moment de rédiger cet article, 4 postes restaient vacants officiellement.

7 En lien avec la création officielle de la Banque Centrale Européenne en 1998, les premières données se réfèrent à des mandats exercés à ce moment-là. Pour cette raison, nous précisons que, pour les données relatives à la Réserve Fédérale Américaine, certains mandants débutent plus tôt. Nous n’avons donc pas inclus dans le tableau les mandats de D. Mullins (1990-1996), L. Lindsey (1991-1997), et A. Blinder (1994-1996).

8 Nous ne plaçons pas dans le tableau les femmes ayant exercé des mandats d’un an ou moins : Ana Das Lourenco, Angola (2006) ; Sirkka Hämäläinen, Finlande (1998) ; Nadine Baudot-Trajtenberg (2018 (acting gouverneure) ; Ellen Johnson-Sirleaf, Libéria (1980) ; Sarah Alade, Nigéria (2014 (acting gouverneure) ; Yussur Abrar, Somalie (2003). De même, nous n’avons pas retenu les cas de Greta Kuckhoff (1950-1958) et de Margarete Wittkowski (1967-1974) de l’ex-République Démocratique Allemande. Toutefois, toutes ces situations s’inscrivent dans la logique genrée du tableau. Enfin, par manque d’informations sur les mandats, nous n’avons pas traité les cas de Luz Maria Serpas de Portillo (Salvador) et de Sherkersoltan Mukhammedova (Turkménistan).

9 Il s’agit du comité de direction, avec sept membres représentant la Banque centrale. Au total, il y a 25 membres, étant donné qu’il y a des représentants des salariés et du patronat belges.

10 Il s’agit de l’année des dernières données disponibles proposées par la Fed. Elles correspondent aussi à la dernière année complète de l’exercice du mandat de gouverneur de Ben Bernanke. Pour plus de détails, voir le site : https://www.federalreserve.gov/monetarypolicy/fomc_historical_year.htm.

11 Le premier chiffre de chaque case correspond au nombre de prises de parole selon le sexe. Le chiffre entre parenthèses désigne les prises de parole du gouverneur. Le dernier chiffre fait référence au nombre de fois maximum qu’un même individu a pris la parole lors des meetings.

12 Pour des raisons de confidentialité demandées par ces personnes, elles seront dans cet article affiliées aux Banques centrales A, B, C, et D.

13 Pour les mêmes raisons que les banquières centrales, cette personne sera affiliée à la Banque centrale E.

14 Pour les mêmes raisons que les banquières centrales, cette personne sera affiliée à la Banque centrale F. Nous précisons enfin que les opinions exprimées par ces six personnes ne reflètent que leur point de vue, pas nécessairement celui de leur institution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Vallet, « This is a Man’s world : autorité et pouvoir genrés dans le milieu des banques centrales », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14738 ; DOI : 10.4000/regulation.14738

Haut de page

Auteur

Guillaume Vallet

Maître de conférences en Sciences Économiques, université Grenoble-Alpes, CREG ; Institut de Recherches Sociologiques, Genève ; Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques, Paris, guillaume.vallet@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page