Navigation – Plan du site
Dossier : déployer les études de genre en économie politique

Pour une économie féministe radicalement hétérodoxe

For a radically Heterodox Feminist Economics.
Sylvie Morel, Esther Jeffers, Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre

Texte intégral

Sylvie Morel est économiste et professeure titulaire au Département des relations industrielles de l’université Laval, à Québec, où elle est arrivée en 1996. Ses enseignements et ses recherches portent sur les politiques publiques de l’emploi, la sécurité sociale et la théorie économique (l’économie institutionnaliste de John R. Commons et l’économie féministe). Ses travaux sont menés dans une perspective de genre. Elle a collaboré à plusieurs réseaux de recherche féministes, aux fins, notamment, de l’élaboration de formations sur les théories économiques pour les groupes de femmes. Elle est membre du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) ainsi que chercheuse associée à la Chaire Claire-Bonenfant – Femmes, Savoirs et Sociétés. Signataire du Manifeste pour un Québec solidaire (2005), elle a co-fondé le site Économie autrement – dédié à la promotion de l’économie hétérodoxe – et y a collaboré pendant 7 ans. Elle a aussi siégé quatre ans au Comité de direction du Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion (CEPE), rattaché au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS).

  • 1 Liste complète des publications sur : https://www.fss.ulaval.ca/notre-faculte/repertoire-du-personn (...)
  • 2 In Lien social et Politiques, vol. 47, Le Genre des politiques publiques, 2002.
  • 3 In Nouvelles questions féministes, Perspectives féministes en sciences économiques, vol. 26, no 2, (...)
  • 4 In Revue Interventions économique, Actualité de John Commons, no 42, 2010 ; URL : http://interventi (...)
  • 5 In Canadian Woman Studies/Les cahiers de la femme, vol. 29, no 3, 2012.
  • 6 Paris, Puf, 2000.
  • 7 Actes du 52e Congrès des relations industrielles de l’Université Laval, Les Presses de l’Université (...)
  • 8 Actes du 61e Congrès des relations industrielles de l’UL, Les Presses de l’UL (avec Esther Déom et (...)
  • 9 Réseau des citoyennes pour l’indépendance (RéCI), Les éditions du remue-ménage (avec C. Aubin, G. D (...)

Outre ses publications dans des revues académiques et des ouvrages collectifs1 (incluant « La transformation des obligations de travail pour les mères touchant l’assistance sociale : quels enseignements tirer pour les féministes ?2 », « Pour une “fertilisation croisée” entre l’institutionnalisme et le féminisme3 », « L’économie du travail commonsienne : l’analyse transactionnelle de la relation salariale4 » ou encore « Sécurisation des Trajectoires Professionnelles, Théorie économique et Engagement Citoyen5 »), Sylvie Morel a écrit un ouvrage et en a co-dirigé trois autres : Les logiques de la réciprocité : les transformations de la relation d’assistance aux États-Unis et en France6, La crise de l’emploi, de nouveaux partages s’imposent7, La discrimination en emploi. Quels moyens faut-il prendre ?8 et Un Québec-pays. Le Oui des femmes9.

D’un parcours universitaire « incontestablement marqué par une ouverture à l’hétérodoxie », à une thèse institutionnaliste et féministe à Paris 1

Revue de la Régulation (RR) : À quel moment diriez-vous que vous êtes devenue une économiste féministe ? Pouvez-vous resituer cet intérêt pour les études féministes dans votre parcours d’études universitaires ?

  • 10 En 1960, moins de 5 % des Québécois·e·s ont accès l’Université contre la moitié de nos jours ; C. A (...)
  • 11 J. Laaroussi dans : C. Avery-Benny (2019), op. cit.
  • 12 Elle était à l’avant-plan, notamment, des luttes féministes et anti-racistes ; Id.
  • 13 Cégep : Collège d’enseignement général et professionnel, cursus préuniversitaire d’une durée de deu (...)
  • 14 C. Avery-Benny (2019), op. cit.
  • 15 Pour la chronique détaillée de ce conflit, voir : Gill L. (2014), « La grève étudiante de 1978 en é (...)

Sylvie Morel : J’ai été amenée à l’économie féministe – et j’ajouterai, pour ma part, hétérodoxe, car cette dimension est essentielle – durant ma scolarité universitaire de 1er cycle (le « baccalauréat », c’est-à-dire l’équivalent de la Licence en France) en sciences économiques, que j’ai réalisée à l’université du Québec, à Montréal (UQAM). Le département de sciences économiques y était alors incontestablement marqué par une ouverture à l’hétérodoxie. Pour en comprendre les raisons, il n’est pas inutile de dire quelques mots sur ce que représentait cette université hors du commun dans le paysage universitaire québécois et, plus en amont, sur le contexte général qui prévalait au Québec à la fin des années 1970. L’UQAM avait été créée en 1969, dans la foulée de la « Révolution tranquille », période de grand bouleversement sur les plans politique, culturel, économique et social au Québec (le ministère de l’Éducation avait vu le jour en 1964…)10. Elle avait pour mission de démocratiser l’accès à l’enseignement universitaire et de participer activement à la modernisation de la société québécoise. Régnait dans cette institution une grande effervescence intellectuelle, un anticonformisme affirmé ainsi qu’une forte mobilisation étudiante qui tranchaient avec le modus vivendi des universités traditionnelles, comme l’université de Montréal (UdM) ou l’université Laval (UL) (la première université francophone en Amérique). Mais, en fait, c’était beaucoup plus que cela : à sa création, l’un des discours de l’UQAM « était qu’elle voulait être une université nouvelle, c’est-à-dire en rupture avec les universités traditionnelles, chrétiennes et privées » (comme l’UdM et l’UL)11. Développer l’esprit critique, notamment par l’accès à des savoirs nouveaux en phase avec les changements en cours dans la société (par exemple, c’est à l’UQAM que l’enseignement universitaire de la sexologie a débuté au Québec, reflétant l’évolution des valeurs et des pratiques sexuelles de cette période), changements qu’elle contribuait aussi à impulser12, était la ligne d’action défendue par les étudiant·e·s et ce, souvent dans la contestation. Il faut dire aussi que l’UQAM était elle-même née d’un mouvement de grèves qui avait traversé les cégeps13 et les universités du Québec14. À cet égard, les étudiant·e·s d’économie n’étaient pas en reste. En 1978, ils avaient mené une grève pour pouvoir se prononcer sur le cursus de formation et obtenir un enseignement pluraliste15.

Le département des sciences économiques, dans lequel j’arriverai un an et demi plus tard, après deux ans d’interruption d’études, frappait par la diversité des enseignements hétérodoxes qui y étaient dispensés. Non pas que la vie académique s’y déroulât comme un long fleuve tranquille. Bien au contraire, les luttes entre tenants de l’économie néoclassique et économistes hétérodoxes y étaient nombreuses et intenses et ce, surtout, bien sûr, au moment des ouvertures de postes. Le comité de coordination des étudiant·e·s de sciences économiques, dans lequel j’étais impliquée, s’il jouait un rôle forcément secondaire dans ces confrontations (les réunions départementales en étant le principal théâtre), y prenait néanmoins une part active. Mais enfin, le point sur lequel je veux surtout insister, c’est la richesse de la formation qui m’a été transmise quand j’ai commencé mes études universitaires en économie, des études « coup de cœur » puisqu’elles ouvraient l’esprit à une grande diversité d’horizons théoriques dans la discipline.

  • 16 Internal Labor Markets and Manpower Analysis, Lexington-Mass., M. E. Sharpe, 1971.
  • 17 Catherine Sofer est de celles qui ont critiqué, dans une perspective féministe, ces théories, comme (...)

Outre les cours de microéconomie – dont un avec Ruth Rose, économiste féministe travaillant depuis longtemps avec les groupes de femmes au Québec –, de macroéconomie – Diane Bellemare traitait, outre Keynes, les modèles marxiste et post-keynésien –, j’ai débuté mon apprentissage avec deux cours d’histoire de la pensée économique (HPE) que donnait Gilles Dostaler. Ce survol exhaustif des courants théoriques en économie remettait, bien sûr, l’économie néoclassique « à sa place », si j’ose dire, puisque nous pouvions constater que, malgré la domination qu’elle exerçait déjà dans le monde académique, elle était bien loin de représenter à elle seule « la » « science économique ». À cet égard, un enjeu important pour les étudiant·e·s que nous étions, était que ces cours d’HPE soient accessibles au début plutôt qu’à la fin de notre scolarité de 1er cycle ; d’un point de vue critique, cela fait évidemment toute la différence. Quand je pense aujourd’hui que les étudiant·e·s d’économie, à tout le moins en Amérique du Nord, n’ont souvent même plus accès à des cours d’HPE… Plusieurs autres cours participaient aussi à enrichir notre compréhension de la diversité théorique de la discipline. Je pense, par exemple, aux deux cours d’économie marxiste de Louis Gill, à celui de Jacques Peltier sur l’épistémologie et son application critique à l’économie, ou encore au cours portant sur les théories économiques post-keynésiennes et néo-ricardiennes. C’est aussi grâce à l’enseignement de Paul-Martel Roy en économie du travail (laquelle deviendra mon champ de spécialisation) que j’ai découvert, outre les relations industrielles (« relations professionnelles » en France), l’économie du travail institutionnaliste de la deuxième vague, c’est-à-dire les théories du dualisme et du marché interne de M. J. Piore et P. Doeringer16. Celles-ci occupaient alors une place importante dans l’hétérodoxie en économie du travail, vu l’éclairage nouveau qu’elles jetaient sur les « institutions » ; la discrimination en emploi pouvait trouver une explication, même si, par la suite, j’en ai compris les limites du point de vue du genre17.

  • 18 Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Paris, éd. Calmann-Lévy.

Quant au courant régulationniste, j’y ai été initiée à l’occasion du cours sur la finance internationale de Bernard Élie, mais surtout grâce à la lecture obligatoire, dans un autre cours de G. Dostaler, de l’ouvrage fondateur de Michel Aglietta18. Pour moi, c’était la découverte d’une représentation théorique des rouages de l’économie capitaliste qui frappait par sa robustesse et sa cohérence. Là encore, c’est a posteriori que j’ai pu constater que, dans le « cercle vertueux » du fordisme, on faisait peu de cas de la production domestique et du sous-emploi des femmes. Michel Beaud est aussi venu, en 1982, donner un cours à l’UQAM sur la politique économique de la gauche en France.

C’est durant ces mêmes années que l’économie féministe a commencé à s’imposer à mon esprit, par les cours, mais surtout par la recherche. En « sociologie de la condition féminine », Carole Laflamme traitait de l’oppression des femmes dans le cadre de la famille, de l’emploi et des violences faites aux femmes, en la situant dans les schémas explicatifs des différents courants théoriques féministes. Le cours « Aspects économiques de la condition féminine » de Jeanne Baillargeon était aussi très stimulant, avec des thèmes comme la politique familiale, la situation économique des immigrantes ou encore des Amérindiennes (comme on le disait alors) au Québec, ainsi que l’impact de la crise économique sur les femmes (nous sommes à l’hiver 1982). À partir de 1981, j’ai obtenu, parallèlement à mes études, mes premiers contrats comme chercheure au Laboratoire de recherche sur la répartition et la sécurité du revenu (LABREV), sous la supervision de Diane Bellemare et de Lise Poulin-Simon, également économiste du travail. Ces deux femmes étaient fortement engagées dans la promotion des politiques de plein-emploi au Québec. Le principal mandat de recherche qu’elles m’ont confié et qui m’a marquée au point de devenir ultérieurement mon sujet de mémoire de maîtrise, était d’examiner l’impact des pénuries d’emploi sur l’emploi féminin. Dans le cadre de ce travail, co-dirigé par D. Bellemare et Sidney Ingerman (professeur d’économie à l’Université McGill, où j’ai fait mes études de 2e cycle), j’ai démontré, à partir d’une analyse historique du cas québécois, la relation positive existant entre le phénomène de pénurie d’emploi, chronique depuis la Révolution industrielle, et la discrimination s’exerçant envers les femmes sur le « marché du travail » (j’essaie d’éviter, depuis longtemps maintenant, d’utiliser cette expression…). Le chômage, phénomène inhérent aux sociétés industrielles, est l’un des facteurs explicatifs de l’évolution de la discrimination, car sa récurrence a fait en sorte que celle-ci s’institutionnalisât progressivement, jusqu’à prendre la forme de la « discrimination systémique ». Je dois dire que, par la suite, le chômage n’a plus jamais représenté la même chose pour moi… Ce mémoire (Morel, 1987) (de 414 pages !) a donné lieu à un article (Morel, 1988).

En somme, quand je revois mon parcours dès l’entrée à l’université, je pense que j’ai été privilégiée de bénéficier d’une formation et d’une expérience de recherche qui m’ont permis de faire mes débuts en économie féministe hétérodoxe. Cela a eu, il va sans dire, un impact déterminant sur la suite de ma trajectoire intellectuelle et militante.

  • 19 Elle s’appelle aujourd’hui la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

D’autres expériences de travail, dans des milieux de pratique diversifiés, sont venues ensuite renforcer mes connaissances en économie féministe. Ainsi, j’ai poursuivi l’étude de la discrimination systémique en participant, à la Commission des droits de la personne du Québec19, au démarrage des recherches sur l’« analyse de disponibilité », laquelle précède l’implantation des « programmes d’accès à l’égalité ». Ces derniers, désignés quelquefois par l’anglicisme « programmes d’action positive », qui comprennent des mesures d’embauche préférentielle pour les personnes issues de groupes sous-représentés dans certaines fonctions, dont les femmes, venaient tout juste d’être créés au Québec – nous étions en 1985 – et il fallait en développer la méthodologie d’application. En outre, j’ai traité plusieurs enjeux féministes en agissant comme conseillère économique au bureau de la députée Lucie Pépin, porte-parole de l’opposition en matière de condition féminine à la Chambre des Communes, comme conseillère syndicale, durant deux ans, au Service de recherche de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) (deuxième organisation syndicale québécoiseen termes de nombre d’adhérents) et comme chercheure, pendant deux autres années encore, de 1989 à 1991, au Bureau de la main-d’œuvre féminine, division spécialisée sur l’emploi des femmes au Ministère du travail canadien de l’époque.

  • 20 Ce mémoire (L’indemnisation du chômage en France, au Canada et au Québec, université de Paris 1, se (...)
  • 21 Voir à ce sujet, le texte de présentation du numéro de la revue Économie & Institutions (2003) cons (...)

Durant ma scolarité de 3e cycle à l’Université de Paris I (Économie des Ressources humaines et des politiques sociales) et, par la suite, au cours de mes recherches, j’ai pu renouer avec l’hétérodoxie. Dans mon mémoire de DEA, dirigé par François Michon, j’ai poursuivi mes recherches sur le phénomène de pénurie d’emploi, en examinant son influence sur l’articulation des logiques assurancielle et assistancielle en matière d’indemnisation du chômage. Sur la base de l’histoire comparée des politiques d’assurance chômage et d’assistance sociale au Québec et en France, j’ai expliqué, notamment, pourquoi le RMI était surtout, en réalité, un dispositif d’indemnisation du chômage20. Mais c’est dans le cadre de ma thèse de Doctorat, dirigée par Bernard Gazier – qui avait travaillé sur la pauvreté aux États-Unis – que, menant une fois de plus une analyse comparée, cette fois entre la France et les États-Unis, j’ai découvert l’institutionnalisme de John R. Commons (1862-1945) et développé, sur cette base, une analyse économique institutionnaliste et féministe des politiques d’assistance sociale. Cet institutionnalisme, dont on redécouvre l’actualité, en France, depuis les années 1990 (Bazzoli, 1999 ; Gislain, 1999 ; Gislain & Steiner, 1995)21, a été élaboré aux États-Unis durant le premier tiers du xxe siècle. Mes discussions avec Jean-Jacques Gislain à ce sujet sont à l’origine de mon intérêt pour Commons ; discussions aujourd’hui devenues innombrables, puisqu’il demeure pour moi un interlocuteur de premier choix sur les questions de théorie et de politique économiques de même qu’un précieux allié intellectuel. Ainsi, la méthode et les concepts commonsiens m’ont permis de théoriser les modalités de régulation du travail des pauvres opérée à travers les politiques de workfare américaines et d’insertion françaises, mais, plus largement, via les processus d’évolution de l’institution assistancielle (les développements survenus à partir des années 2000 m’ont amenée ensuite à nuancer cette opposition). La dimension de genre de cette régulation est apparue clairement. J’ai ainsi pu vérifier l’utilité de l’institutionnalisme commonsien pour la construction d’une analyse économique féministe des politiques sociales.

À la croisée du travail académique et de l’engagement militant : la recherche et la formation avec les groupes de femmes

RR : Dans le cadre des réseaux de recherche féministes auxquels vous avez participé, vous faites mention d’une expérience de formation sur les théories économiques pour les groupes de femmes. Pouvez-vous nous en dire davantage à ce sujet ?

Sylvie Morel : Ce projet était en continuité avec mon travail au sein du « Réseau féministe de chercheures et d’intervenantes pour un renouvellement des théories et des pratiques économiques et politiques » (2000-2003) et du Programme Alliance de recherche IREF/Relais-femmes (2000-2005) portant sur les nouveaux défis des rapports sociaux de sexe. Nous avions organisé un atelier portant sur la sécurité économique des femmes, les critiques féministes du discours économique dominant et les politiques sociales. C’est ainsi qu’une soixantaine de chercheuses et d’intervenantes féministes se sont réunies, en octobre 2002, à Québec, pour traiter du thème de l’hétérodoxie féministe en économie (Morel, Brossard, Caron & Goudreault, 2003), une première chez nous dans cette optique « université-communauté ».

  • 22 Y participaient aussi le groupe français ASTER (Actrices Sociales des Territoires Européens Ruraux) (...)

L’expérience de formation, subventionnée par le Ministère de l’éducation du Québec, s’est, quant à elle, déroulée de 2004 à 2006. Elle visait à outiller les militantes des groupes de femmes sur le plan de l’analyse économique et portait sur les hétérodoxies féministes en économie et leurs applications. Intitulée Discours économiques alternatifs et revendications féministes, cette formation, que j’ai co-dirigée, pour la partie universitaire, avec Ruth Rose, alors professeure retraitée de l’UQAM, a été initiée en lien avec la Fédération des femmes du Québec (FFQ), pour la partie associative22. Un résumé de l’un des cahiers de formation a ensuite été mis à la disposition des groupes de femmes (Morel & Druelle, 2008).

J’ai proposé ce projet parce que je trouvais que contester les économistes orthodoxes sur leur terrain, celui de l’économie, plutôt que de combattre les politiques néolibérales en se cantonnant dans du « social », comme le faisaient beaucoup les groupes associatifs, dont les groupes de femmes, était une action politique qui permettait d’aller au fondement de ces politiques. De fait, les groupes féministes impliqués dans ce projet avaient identifié la théorie économique comme étant un enjeu fondamental pour le mouvement des femmes, car ils étaient appelés en permanence à s’impliquer dans des dossiers économiques (économie sociale, développement régional et local, équité salariale, accords de libre-échange, etc.). Tel que le déclaraient elles-mêmes les militantes, si des argumentaires théoriques spécifiques en économie justifient les politiques publiques néolibérales actuelles, l’efficacité de l’action de changement social du mouvement féministe dépend en partie d’un accompagnement permettant de sensibiliser les militantes à ceux-ci. Au total, nous avons rejoint une centaine de femmes dans 6 régions du Québec. La formation s’est poursuivie au Collège coopératif de Paris (CCP) et avec le Réseau ASTER-International. Ce travail était à la croisée du travail académique et de l’engagement militant.

Un réseautage d’économistes hétérodoxes

RR : Parmi vos autres engagements militants, on compte votre collaboration au site « Économie autrement », dont vous avez été co-fondatrice. Pouvez-vous nous expliquer quel était son objet ?

Sylvie Morel : À l’origine d’Économie autrement (ÉA), il y a la parution de deux manifestes qui ont fait grand bruit au Québec : Pour un Québec lucide, publié le 19 octobre 2005, et la réplique, qui ne s’est pas fait attendre : Pour un Québec solidaire, rendu public le 1er novembre suivant. Signé par 12 personnalités, dont Lucien Bouchard, ancien Premier ministre du Québec, et des économistes néoclassiques notoires, dont Pierre Fortin, Robert Lacroix et Claude Montmarquette, le manifeste des Lucides, d’orientation néolibérale, préconisait la lutte contre la dette publique, le dégel des droits de scolarité, le recours aux impôts indirects plutôt qu’à l’impôt sur le revenu des particuliers, etc. Celui des Solidaires prenait, on l’aura compris, le contre-pied du premier : 36 signataires issus des milieux universitaire, artistique et associatif, réfutaient systématiquement l’argumentaire des Lucides en pointant les problèmes écologiques, les inégalités, la pauvreté, la précarité de l’emploi, les problèmes d’intégration des immigrant·e·s, etc. Ces manifestes restent des ancrages dans l’histoire politique récente du Québec. Pour ma part, je trouvais que le manifeste des Solidaires, que j’avais accepté de signer, aurait gagné à être plus étayé sur le plan de l’analyse économique. J’ai donc proposé à des collègues économistes, dont plusieurs étaient des amis, que nous organisions une rencontre pour évaluer notre envie – et notre disponibilité – de participer à l’écriture collective d’un manifeste, qui, quant à lui, présenterait le point de vue d’économistes hétérodoxes sur ces questions. La rencontre s’est tenue à Montréal et c’est ainsi qu’a débuté l’aventure.

  • 23 Béji K. et al. (2008), « Pour une autre vision de l’économie », Le Devoir, 9-10 février.
  • 24 Site Économie autrement, Qui sommes-nous ? (ce site n’est plus accessible).

Nous avons longuement travaillé à la rédaction d’un texte qui est devenu une déclaration intitulée « Pour une autre vision de l’économie23 », laquelle a récolté l’appui, au printemps 2008, de plus de 1 260 citoyen·e·s du Québec, dont plus de 150 économistes. Un triple constat réunissait les signataires de cette déclaration : « 1. La manière dont les débats économiques sont menés actuellement au Québec pose problème : un courant de pensée domine, qui légitime la vision néolibérale ; 2. Il faut revivifier le pluralisme dans le discours économique en redonnant droit de cité aux conceptions alternatives au courant dominant ; 3. Seule une large réflexion, pluraliste et contradictoire, peut nous permettre de surmonter l’impasse économique actuelle et ouvrir sur le plus grand nombre possible d’options de changement social24 ».

  • 25 Site éA, op. cit.

C’est dans la foulée de cette déclaration que le site ÉA a été fondé. Ce dernier a été mis en ligne en février 2009, avec une équipe de rédaction composée d’environ 25 économistes de provenance variée. Le Collectif ÉA avait pour « première mission de favoriser la mise en lien et le rapprochement des économistes œuvrant dans toutes les sphères de la société québécoise, qui considèrent urgent de modifier la manière dont les débats économiques se déroulent25 ». Ce réseautage d’économistes visait surtout à promouvoir l’économie hétérodoxe dans le but d’influencer l’orientation des politiques publiques. Parmi les rubriques thématiques figurant sur le site, on comptait l’économie féministe.

J’aimerais ajouter qu’ÉA reprenait certains des objectifs poursuivis par celles et ceux qui avaient fondé, à Montréal, en 1980, l’Association d’économie politique (AEP)26. L’AEP voulait « répondre aux besoins des organisations syndicales et populaires, dans un monde de plus en plus dominé par le discours néo-libéral27 ». C’était aussi le cas d’ÉA, qui était également un site de vulgarisation économique. Par ailleurs, l’AEP, disposant de moyens qui étaient hors de notre portée, organisait des colloques annuels, des séminaires et réalisait un bulletin ; se voulait un lieu de réflexion multidisciplinaire, de discussion et de confrontation de points de vue sur les problèmes dits « économiques » (définir ce qu’était l’économie politique était une question débattue) entre personnes issues de divers milieux (académique, syndical, associatif28). De fait, Gilles Dostaler, co-fondateur et premier président de l’AEP, ainsi que Bernard Élie, également membre fondateur de l’AEP, appartenaient au groupe qui a rédigé la déclaration de 2008 et fondé ÉA. J’avais, pour ma part, au début des années 1980, fait partie du CA de l’AEP durant un an. Autre économiste impliqué dès les commencements dans ÉA, Vincent van Schendel avait été membre de l’équipe d’animation de la revue d’économie politique Interventions économiques, fondée à Montréal en 1978 ; celle-ci avait publié, en 1988, un numéro spécial Femmes et économie, avec des articles signés, notamment, par les économistes féministes Marie-Thérèse Chicha, Ginette Dussault, Ruth Rose, Diane G. Tremblay et moi-même.

RR : Ces activités militantes ont-elles un lien avec votre positionnement théorique comme économiste institutionnaliste féministe ?

  • 29 Commons J. R. (1964) [1913], « Constructive Research », in Labor and Administration, New York, Augu (...)

Sylvie Morel : Tout à fait. L’implication militante visant à promouvoir l’économie hétérodoxe comme levier de changement des politiques publiques est en droite ligne, premièrement, avec l’institutionnalisme des origines, dont une autre des particularités est sa préoccupation pour la résolution des problèmes réels, ces « dysfonctions institutionnelles » dont parle Marc R. Tool (1994). Cette préoccupation conduit l’économiste institutionnaliste à œuvrer, en vue d’une action de transformation du monde, dans une voie progressiste. Commons considérait que la recherche « constructive » comprenait la recherche académique, la recherche pratique, mais également celle qu’il qualifiait d’« agitationnelle » (agitational research). Témoignant de l’inscription du ou de la chercheur·e dans son contexte social, ainsi que de son engagement face aux problèmes économiques de son temps, c’est cette recherche qui, disait-il, « éveille l’opinion publique » et porte la « conviction que quelque chose doit être fait »29. L’œuvre de Commons traduit cette posture théorique, puisque ses recherches ont concouru à transformer, directement ou indirectement, à travers les étudiant·e·s qu’il a formés, les institutions du droit du travail et de la sécurité sociale aux États-Unis. D’un point de vue féministe également, penser la sécurité économique des femmes pour la traduire en politiques publiques intégrées et inspirées d’un idéal de solidarité passe aussi souvent, au-delà de la recherche, par des actions militantes préconisant de réformer les institutions économiques existantes. S’impliquer socialement dans la promotion de l’économie hétérodoxe relève (avec toute la modestie qui s’impose) de la même logique.

Définir l’économie féministe, une question complexe, un projet de grande envergure

RR : Comment définir à votre avis l’économie féministe ? Quel est son champ d’analyse ? Quelle différence faites-vous entre économie féministe et approche de genre en économie ?

Sylvie Morel : Ces questions sont très complexes. Je vais donc me contenter ici d’avancer quelques points qui me paraissent essentiels. Vos interrogations sur la manière de définir l’économie féministe et de circonscrire son champ d’analyse, en lien avec le concept de genre, m’interpellent à deux égards : comment se présente l’économie féministe actuellement, à travers ses objets de recherche, ses cadres théoriques, ses exigences et visées de transformation sociale… et, par ailleurs, comment toute définition conduit forcément, ne serait que par l’exercice de périodisation qui la sous-tend, à opérer un découpage théorique dans cet immense matériel que représentent les analyses portant sur les inégalités économiques entre les sexes et les dynamiques de hiérarchisation, infériorisant les femmes, qui les re-produisent. Autrement dit, dès qu’on s’engage sur ce terrain, on échappe difficilement, je trouve, aux questionnements et aux débats portant sur les définitions elles-mêmes. Mais ces tensions sont stimulantes pour réfléchir à l’évolution de la pensée féministe en économie.

  • 30 Strassmann D. (1999), p. 360.

Tout d’abord, comment apparaît l’économie féministe aujourd’hui ? Prétendre dresser un état des lieux de ce que Diana Strassmann (1999) appelle « cet ensemble distinct de nouvelles perspectives30 », serait évidemment bien prétentieux. On ne s’étonnera pas, dès lors, qu’introduire l’économie féministe commence souvent par la mise en évidence des difficultés à la délimiter. D’une part, on reconnaît que la définition de l’économie féministe n’est pas stabilisée. Celle-ci renvoie à une littérature abondante et en constante évolution ; pour reprendre les termes de Nancy Folbre (1997, p. 11), elle est « beaucoup trop effervescente pour être mise en bouteille ». Vingt ans plus tard, cela reste le cas. Qu’elle fasse débat n’a donc rien d’étonnant, d’autant que son aspect relativement flou, ou « en construction », comme disent certaines, vient de ce que la visée de transformation sociale de l’action féministe est partie prenante de sa définition. Cela est une dimension majeure de la pensée féministe dans son ensemble.

Ainsi, définir l’économie féministe est complexe, parce qu’il s’agit d’un champ de très grande envergure. Elle a connu un essor important à partir des années 1990, surtout dans le monde anglo-saxon, à la suite de la création, en 1992, de l’Association internationale pour l’économie féministe (AIEF) (International Association for Feminist Economics ou IAFFE) ; il est reconnu que l’AIEF a servi de catalyseur à son développement. Cette association à but non lucratif, vouée à l’avancement de la recherche féministe sur les questions économiques, compte aujourd’hui environ 600 membres (en majorité des économistes, mais aussi des universitaires issus d’autres disciplines, des étudiant·e·s, des féministes membres de milieux associatifs ainsi que des femmes et hommes politiques) répartis dans 64 pays31. Elle édite depuis, 1995, la revue Feminist Economics, une publication phare dans ce domaine, qui, outre la recherche, promeut activement les échanges entre économistes, décideur·e·s politiques et grand public.

L’économie féministe porte sur un vaste ensemble de concepts, écoles de pensée, champs de la discipline et questions de politiques publiques. Déjà en 1999, la recension des travaux en économie féministe dirigée par Janice Peterson et Margaret Lewis (Peterson, Lewis, 1999), ouvrage de référence sur la question (réédité en 2001 et 2004), comptait, sur plus de 800 pages, 99 entrées rédigées par environ 90 économistes. Plus récemment, Deborah M. Figart et Tonia L. Warnecke réunissaient, dans un manuel consacré à la recherche « sur le genre et la vie économique32 », une cinquantaine de féministes, en grande majorité économistes, pour traiter, sur plus de 30 chapitres, de thématiques comme les outils analytiques, les contextes institutionnels, le travail formel et informel, les politiques publiques ainsi que des enjeux globaux, tels que l’activisme environnemental, les migrations, le trafic des femmes, etc. Ces ouvrages illustrent la grande diversité des objets de recherche de l’économie féministe, qui renvoie en même temps à quantité de travaux empiriques, sans parler de nombreuses littératures spécialisées.

  • 33 Strassmann D. (1999), p. 360.

Il faut aussi souligner que les économistes féministes ont beaucoup travaillé sur la définition de l’objet d’étude de l’économie, exercice fondamental dans le cadre de tout corpus théorique dont l’ambition est de rendre intelligibles les faits économiques. Quand D. Strassmann indique que « peut-être l’aspect le plus révolutionnaire de l’économie féministe contemporaine réside dans sa contestation de l’objectif de la recherche économique : à qui la pensée économique doit-elle rendre des comptes et comment peut-elle améliorer la vie humaine ?33 », elle renvoie à ces efforts déployés pour remplacer la définition néoclassique de l’économie comme « science des choix ».

  • 34 Power M. (2004), p. 3-21.
  • 35 Gruchy A. (1987), The Reconstruction of Economics, New York, Greenwood Press, no 4-7, p. 21, rappor (...)

À cette fin, plusieurs économistes féministes ont proposé de centrer la définition de l’économie sur la question de la satisfaction des besoins humains. Pour ce faire, elles ont recouru à la notion de « social provisioning ». Ainsi ont-elles mis l’accent sur cet aspect fondamental de l’activité économique qui a trait aux manières, culturellement déterminées, dont les gens s’organisent collectivement pour garantir leur niveau de vie, en comblant leurs besoins vitaux de nourriture, de logement, d’habillement, de « care », etc. Marilyn Power a analysé ces activités économiques comme des « processus sociaux interdépendants », montrant qu’il faut élargir notre compréhension de ce qu’est l’économie en incluant les activités non rémunérées et hors marché des femmes34. Julie A. Nelson (2003) s’est également intéressée aux manières d’assurer le maintien de la vie humaine pour faire de l’économie une science portant sur « les humains en relation au monde ». Fait intéressant à noter, ces analyses convergent avec l’institutionnalisme des origines. Ainsi, comme le souligne Jennings (1993), Veblen a aussi envisagé l’économie réelle comme un processus de « social provisioning », dans lequel sont incluses les activités économiques des femmes. L’institutionnalisme lui-même a été défini, par Allan Gruchy, comme « la science du social provisioning »35, afin de montrer qu’il s’agissait d’un « paradigme processuel » consistant en l’étude des processus économiques en changement qui ont cours dans des contextes culturels spécifiques. Commons n’a pas théorisé l’interdépendance humaine dans les mêmes termes cependant, comme on le constate avec sa définition de l’économie :

Si le sujet de l’économie politique n’est pas seulement les individus et les forces de la nature, mais les êtres humains gagnant leur vie les uns à partir des autres par des transferts mutuels de droits de propriété, indique-t-il, c’est alors vers le droit et l’éthique qu’il faut se tourner pour saisir les aspects critiques de cette activité humaine. (Commons, 1990, p. 57)

Il faudrait creuser plus avant, je pense, l’analyse de la parenté et des différences existant entre les définitions de l’économie des économistes féministes et celle de Commons.

  • 36 Mutari E. & H. Boushey (1997), « Introduction. The Development of Feminist Political Economy », in (...)
  • 37 Agenjo‐Calderón A. & M. Asgálvez (2019), « Feminist Economics: Theoretical and Political Dimensions(...)

Différentes auteures attirent aussi l’attention sur le fait que, outre la définition de l’économie, l’économie féministe a beaucoup contribué à la critique de nombreux aspects du cadre d’analyse néoclassique. Pour Ellen Mutari et Heather Boushey, par exemple, la mise en cause des principes, catégories et méthodes de ce dernier est la principale caractéristique de l’économie féministe36. Plus encore, Astrid Agenjo‐Calderón et Muñoz Asgálvez voient en celle-ci « l’une des plus importantes écoles de pensée en opposition aux fondamentaux de l’économie néoclassique37 ». Il est clair que les économistes féministes ont beaucoup œuvré à l’élaboration d’un savoir axé sur l’expérience vécue des femmes. Cela a eu pour effet de transformer la théorie économique par l’introduction de nouveaux objets d’étude, plus représentatifs des problèmes réels des femmes, et par le recours à de nouvelles démarches de recherche, à dimension plus qualitative et interdisciplinaire. Sur le plan méthodologique, de nombreux travaux ont aussi mis en évidence la stérilité et le sexisme des raisonnements structurés sur la base des catégories dualistes (Jennings, 1993 ; Nelson, 1992, 1996). Les « métaphores » de genre sont asymétriques, ont montré ces auteures, car les dualismes masculins/féminins sont hiérarchiques. Ainsi, alors que les qualités associées culturellement à la masculinité (l’abstraction, l’objectivité, la raison, etc.) sont valorisées, celles qui sont reliées à l’univers féminin (le concret, la subjectivité, l’émotion, etc.) sont systématiquement dénigrées. La pseudo-neutralité de la science sert ainsi à masquer des rapports de domination, comme l’a montré aussi la philosophe américaine Sandra Harding (1986).

  • 38 Ces articles examinent aussi comment les économistes classiques ont pris en compte les différences (...)

Un point mérite qu’on s’y attarde : les économistes féministes ont examiné l’économie néoclassique, certes pour la critiquer, mais aussi pour l’améliorer. Je veux dire par là que l’économie féministe n’est pas automatiquement à ranger parmi les lectures hétérodoxes de l’économie. Nombre de travaux réalisés dans ce champ de recherche s’inscrivent dans le courant néoclassique, comme le montrent, entre autres, la recension exhaustive de Diana Strassmann (1999) des recherches réalisées dans le monde anglo-saxon, les contributions rassemblées, en France, par Sophie Ponthieux et Rachel Silvera (Ponthieux, Silvera, 2003) dans un ouvrage traitant, notamment, de l’« approche féministe de l’économie », ou encore, l’article de Fatiha Talahite (2014) sur « l’économie du genre »38. L’examen des articles publiés dans la revue Feminist Economics révèle aussi que les auteures recourent, de manière prédominante, dans leurs travaux, à la modélisation et aux méthodes quantitatives (Barker, 2013). Comme le dit Drucilla K. Barker (2013, p. 21), les économistes féministes tentent à la fois « de transformer la discipline et d’y travailler ». Selon elle, cela tient au fait qu’elles « veulent un siège à la table » afin de pouvoir influencer les politiques publiques, ce qui requiert de parler, non seulement le langage du féminisme, mais aussi celui de l’économie dominante.

Bien sûr, je ne nie pas les apports de nombre de ces travaux. Cependant, le problème majeur que je vois dans ce « réformisme » néoclassique, cette ambition de genrer le cadre orthodoxe, c’est qu’il limite grandement la fécondité théorique de l’économie féministe. D’autre part, si cette capacité de manier ces deux langages peut permettre de donner une certaine légitimité à l’économie féministe dans les départements d’économie et d’y faciliter l’intégration professionnelle des jeunes économistes féministes, enjeux pointés par Barker, il s’agit de stratégies institutionnelles qui sont, à mon avis, plutôt incompatibles avec le combat pour une véritable reconnaissance académique des hétérodoxies dans l’enseignement et la recherche en économie.

Probablement comprend-on mieux cette insistance sur le cadre néoclassique quand on examine comment s’est développée l’analyse féministe de l’économie. Celle-ci s’est, en fait, surtout élaborée sur la base des différents courants de la pensée féministe (libéral, marxiste/socialiste, radical, matérialiste, lesbien, poststructuraliste, post/dé/colonial, queer, anarchiste, écologique, etc.) et, en conséquence, moins sur ceux qu’on associe traditionnellement à la pensée économique (incluant les courants de l’hétérodoxie donc), bien que les deux types de configurations théoriques se recoupent partiellement. Il reste donc beaucoup à faire pour approfondir ce travail de croisement théorique entre la pensée féministe et les écoles hétérodoxes en économie, travail qui a déjà fait ses preuves ; à cet égard, inutile de dire que je salue votre initiative de publication de ce numéro de la Revue de la régulation sur les études de genre en économie politique.

J’en arrive maintenant à la question dont j’ai parlé plus haut, celle de la périodisation généralement utilisée pour établir le périmètre de l’économie féministe. Les développements qui précèdent portent à penser que celle-ci est un champ de recherche qui date des années 1990. C’est ainsi, du moins, qu’on la présente souvent, cela parce que l’expression « Feminist Economics » apparaît à cette période dans le monde anglo-saxon et que c’est à partir de là que l’économie féministe acquiert une forte visibilité. Mais les féministes mènent depuis fort longtemps des analyses portant sur les inégalités économiques entre les sexes. L’« économie politique du genre », autre expression employée, notamment, aux États-Unis, remonte aux travaux rattachés à la deuxième vague du féminisme, celui des années 1970, à laquelle on associe, notamment, le féminisme marxiste, le féminisme socialiste et le féminisme matérialiste. Dans le cadre de ce dernier, par exemple, la pensée féministe s’est largement inspirée, du double point de vue méthodologique et conceptuel, du paradigme marxiste, qu’elle a renouvelé en y intégrant les rapports d’exploitation vécus dans le cadre de la famille et l’oppression spécifique des femmes qui s’ensuivait. Plus largement encore, on reconnaît clairement que l’économie féministe plonge ses racines loin dans l’histoire, comme l’indique Strassmann (1999, p. 360). C’est pourquoi je m’interroge sur l’intérêt d’en rester à la période récente (des années 1990 à aujourd’hui) quand on définit l’économie féministe. Je pense, à l’instar d’autres économistes féministes, qu’il faut avoir une définition beaucoup plus large de celle-ci et suffisamment étendue pour pouvoir y incorporer toutes les « vagues » du féminisme, la première d’entre elles, par exemple, ayant également traité, au-delà des enjeux du droit de vote pour les femmes, des questions économiques, et même au-delà.

Un des avantages de procéder ainsi serait de ne pas secondariser des œuvres théoriques qui n’ont pas été reconnues comme elles le méritaient. Je pense ici, par exemple, à celle de Charlotte Perkins Gilman (1998) (1860-1935), qui, dans son ouvrage intitulé Women and Economics, paru en 1898, analysait la dépendance économique des femmes en intégrant la famille et la sexualité, tout en préconisant, comme condition de transformation de ce statut, la libération de celles-ci, mais aussi des hommes. Ce retour aux sources de l’économie féministe devrait aussi inclure les contributions d’hommes économistes qui se sont intéressés à la question de la subordination économique des femmes ; je pense ici, en particulier, à Thorstein Veblen.

Le féminisme matérialiste, comme variante de l’économie du genre, pourrait offrir des outils précieux pour construire une économie féministe radicalement hétérodoxe

  • 39 Sur l’économie du genre, version néoclassique américaine, voir : Jacobsen Joyce P. (1994), The Econ (...)

Les commentaires précédents concernent aussi votre question sur les différences entre l’économie féministe et l’économie du genre. Car inclure la deuxième vague féministe dans l’économie féministe veut aussi dire y incorporer le concept de genre, qui date également des années 1970. On sait que ce dernier marque un tournant majeur dans la pensée féministe en mettant à jour le fait que les différences biologiques entre hommes et femmes sont, en réalité, des construits sociaux. L’exercice de définition se heurte nécessairement ici, cependant, à l’ambiguïté entourant l’utilisation du mot genre, qui reçoit également des acceptions très différentes en France et dans le monde anglo-saxon. Mais, en prenant appui sur la tradition française du féminisme matérialiste, où le genre est théorisé avec une forte charge subversive – Christine Delphy expliquera en 2001, dans l’Avant-Propos de L’ennemi principal. Économie politique du patriarcat, regroupant des textes écrits entre 1970 et 1978, que le « concept de genre » « possède les moyens de déplacer le regard des rôles de sexe vers la construction même de ces “sexes” » (2001, p. 29), avec les rapports de domination qui y participent –, je vois l’économie du genre comme étant, non seulement, l’une des variantes de l’économie féministe, mais également l’une de ses plus radicales. En d’autres termes, je ne pense pas qu’il faille restreindre l’économie du genre à la « economics of gender », souvent associée à l’économie néoclassique (Talahite, 2014)39. Mobiliser l’économie du genre comme partie intégrante de l’économie féministe met aussi en évidence, je crois, le fait que le féminisme matérialiste, production de la sociologie féministe radicale (et l’un des courants du féminisme radical), pourrait offrir des outils précieux pour construire une économie féministe radicalement hétérodoxe.

  • 40 Voir à ce sujet : Devreux A.-M. (dir.) (2016), Les sciences et le genre. Déjouer l’androcentrisme, (...)

Une précision sur ce point. Associée au féminisme matérialiste, l’économie du genre me paraît inconciliable avec l’approche néoclassique, puisque cette dernière évacue de sa représentation de l’économie les situations de domination, et, aspect fondamental du point de vue de l’hétérodoxie économique, offre une représentation de l’économie comme « fait de nature », par opposition à celle de l’économie comme « fait social institué » ; cette opposition représente, selon Gislain (2003), la principale ligne de clivage entre les économistes depuis le xviiie siècle. Il est évident que l’économie néoclassique ne peut être cohérente avec la « désessentialisation » de la pensée qu’a opérée le genre dans les sciences, y compris les sciences « dures40 », et qui conduit, comme l’institutionnalisme commonsien, à une conception relativiste des institutions.

Mais, s’agissant des dangers ou risques de confusion associés à la mobilisation de « l’économie du genre » comme outil pour construire une économie féministe, le débat reste largement ouvert. D’ailleurs, cette question des diverses appréciations des différences existant entre l’économie féministe et l’économie du genre figurait au programme du colloque sur l’économie féministe – intitulé Différents regards sur l’économie féministe – qu’Artemisa Flores Espinola, Fatiha Talahite et moi-même, avions organisé dans le cadre du Congrès international des recherches féministes dans la francophonie (CIRFF), qui s’est tenu à Paris, en août 2018.

Les études de genre intègrent l’approche de l’intersectionnalité, forgée dans le contexte américain, et celle de la consubstantialité, issue de la France et du féminisme matérialiste ; cette seconde approche m’intéresse particulièrement en raison de son ancrage dans le matérialisme, avec la centralité accordée au travail, et de sa visée processuelle (Galerand & Kergoat, 2014). Cela complexifie encore l’économie féministe en intégrant à la dynamique des rapports de sexe, celles d’autres rapports d’oppression vécus par les femmes :

En élargissant la définition de l’économie politique sur laquelle la critique marxiste des rapports de classe est fondée, indiquent Elsa Galerand et Danière Kergoat, les redéfinitions féministes du travail et de l’exploitation viennent en effet modifier les termes à partir desquels on peut penser l’imbrication sexe, classe, race. (Galerand, Kergoat, p. 54)

En outre, dans la foulée du féminisme lesbien et de la mise en évidence de l’hétérosexisme, le féminisme a, depuis les années 1990, évolué au-delà de l’opposition sexe/genre en conceptualisant la pluralité des sexes et des sexualités, ce qui concerne aussi l’économie féministe (Cornwall & Badgett, 1999).

Enfin, une précision s’impose : il ne faudrait pas interpréter ce qui précède comme l’affirmation d’une parfaite adéquation entre le féminisme matérialiste et l’institutionnalisme commonsien. Clarifier les points de convergence et de divergence existant entre ces deux courants théoriques aux fins de la consolidation des fondements méthodologiques et conceptuels de l’économie féministe, reste, pour moi, un programme de recherche à mener.

Économie féministe et institutionnalisme : pour une articulation des théories de l’institution et de l’action

RR : Plus précisément, est-ce que le recours aux approches institutionnalistes, avec leur articulation à une théorie de l’action, renouvellerait l’économie féministe ? et si oui, en quoi ?

Sylvie Morel : Quand on parle d’approches institutionnalistes, il est essentiel de préciser à quels cadres théoriques on se réfère. Car, même en se limitant au champ disciplinaire de l’économie ou encore à l’économie féministe, on sait qu’il existe des référents très disparates derrière l’étiquette institutionnaliste.

En économie du travail, par exemple, trois grandes vagues institutionnalistes ont traversé l’histoire jusqu’aux années 1970, nous léguant des travaux aux ancrages théoriques extrêmement différents. L’institutionnalisme des origines, auquel on rattache Thorstein Veblen, Wesly C. Mitchell et John R. Commons, porte un projet théorique autrement novateur et distinct de l’approche néoclassique que celui des deux générations d’économistes institutionnalistes qui lui succéderont : pour les fondateurs de l’institutionnalisme américain, l’institution est élevée au rang de concept et occupe la place centrale dans l’analyse économique. Pour la deuxième vague institutionnaliste de l’après-guerre, les John Dunlop, Clark Kerr, Richard Lester, etc., il s’agit plutôt d’élargir l’analyse économique par la prise en compte des « institutions » (au sens commun du terme) dans l’analyse économique, tandis que la troisième vague d’élaboration théorique, dont j’ai parlé plus haut, avec les théoriciens des marchés internes et de la segmentation du marché du travail (P. B. Doeringer et de M. J. Piore), reste en porte-à-faux avec l’économie néoclassique, ne rompant que partiellement avec elle. Cette diversité théorique n’a fait que se complexifier avec les développements ultérieurs de l’économie du travail.

La même hétérogénéité s’observe dans le féminisme dit institutionnaliste. Par exemple, l’apport des travaux de Nancy Folbre sur la valeur du travail des femmes, la production domestique, le « coût des enfants » et la conception des enfants comme « bien collectif » (sans parler des autres questions qu’elle a traitées, comme le développement, etc.), est indiscutable. Cette auteure a aussi conceptualisé l’interaction des oppressions multiples à travers son concept de « structures de contrainte collective » (Folbre, 1997). Cependant, Folbre recourt à des référents théoriques diversifiés, dont ceux du cadre néoclassique, raisonnant, entre autres, en termes d’« externalités », de « défaillance du marché », de « défaillance de l’État », de « défaillance de la famille », de « biens publics », d’« asymétrie d’information », etc. Ceci entraînant cela, sa définition de l’institutionnalisme est surtout descriptive :

[...] l’économie institutionnaliste, écrit-elle, considère les normes, les préférences et les valeurs comme partiellement endogènes, et s’interroge sur leur évolution. Elle prend également en compte l’action collective, et s’interroge sur la manière dont les gens peuvent s’identifier avec elle et s’attacher à des intérêts communs à l’intérieur des groupes sociaux. (Folbre, 1997, p. 149)

Ne pas théoriser l’institution, ne pas reconnaître non plus son antériorité logique et historique dans l’analyse (Gislain, 2003) affaiblissent considérablement, selon moi, le pouvoir heuristique de son travail théorique en économie féministe, ou de toute autre recherche similaire.

  • 41 Ostrom E., May Ann M. & G. Summerfield (2012), « Creating a space where gender matters. Elinor Ostr (...)
  • 42 (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, New York, Cambridge University (...)
  • 43 Ostrom E., May A.M. & G. Summerfield (2012), « Creating a space where gender matters. Elinor Ostrom (...)
  • 44 M. Ferber, économiste féministe américaine, a été, entre autres, l’une des co-fondatrices de l’AIEF(...)
  • 45 Ferber Marianne A. & Julie A. Nelson (eds) (1993), l’ouvrage a été réédité en 2003.

Autre cas de figure concernant l’institutionnalisme, bien qu’il s’agisse ici d’une économiste qui ne se présente pas elle-même comme étant féministe, Elinor Ostrom, première femme à recevoir le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel. Elle indique qu’elle a été « profondément influencée » par les institutionnalistes des origines, en particulier Commons41, mais elle renvoie pourtant à la nouvelle économie institutionnelle de Douglass North42 pour sortir de la « grande étroitesse de la vision néoclassique du comportement humain » et du fait que la « structure des institutions et le niveau de confiance entre les individus ne sont pas réellement considérés important dans la théorie économique contemporaine »43 ; par la pratique de l’interdisciplinarité, trait marquant, selon elle, de l’économie politique, on peut aller au-delà de la théorie néoclassique pour couvrir les « institutions ». Les féministes ont aussi investi, outre le néo-institutionnalisme, l’institutionnalisme radical et, bien sûr, à l’autre bout du spectre, l’institutionnalisme des origines. Par exemple, Julie A. Nelson (2003), qui a co-édité avec Marianne A. Ferber44 ce qui a été qualifié de « Manifeste de l’économie féministe », l’ouvrage intitulé Feminist Economics Today. Beyond Economic Man45, renvoie à l’institutionnalisme des origines, en insistant sur son fondement philosophique pragmatiste, à l’instar, avant elle, d’Ann L. Jennings (1993), d’Anne Mayhew (1999), de Charles Whalen et de Linda Whalen (1994) ou encore de William Waller (Waller & Jennings, 1990), économistes féministes se situant, quant à eux, clairement dans la mouvance institutionnaliste radicalement hétérodoxe.

C’est, selon moi, cette dernière veine que les féministes auraient intérêt à creuser. Je pense en effet qu’il s’agit là d’une voie très prometteuse pour renouveler l’économie féministe. Cependant, les féministes ont peu étudié l’œuvre théorique de Commons, comparativement à celle de Veblen. Or, l’institutionnalisme commonsien présente des points de convergence très clairs, sur le plan méthodologique, avec certains courants théoriques féministes. En outre, il propose des concepts qui ouvrent de nouvelles voies de théorisation pour approfondir l’analyse de la division sexuelle du travail et des rapports de sexe ou d’autres types de rapport de domination.

  • 46 Il s’agit de la trilogie composée des formes de marchandage, de direction et de répartition, d’une (...)

L’institutionnalisme de Commons repose sur des fondements philosophiques qui rompent radicalement, au niveau méthodologique, avec l’économie orthodoxe. La logique de l’enquête sociale, héritée de la philosophie pragmatiste de Charles Sanders Peirce et de John Dewey, socle épistémologique du système de pensée commonsien, mais aussi de l’institutionnalisme des origines dans son ensemble, est opposée à la méthodologie des néoclassiques (Tool, 1994). Commons propose aussi des catégories conceptuelles qui renouvellent complètement l’analyse économique, celles d’institution, d’action collective, de coutumes, de transactions (il en propose cinq types46), de groupe social actif (going concern), de psychologie négociationnelle, de futurité, de statuts économiques (des transacteurs) et de raisonnabilité. Cette trame lexicale débouche sur une théorie de l’action qui tranche avec la théorie de l’action rationnelle. Sa conception du sujet de l’analyse économique comme individu inséré dans différents réseaux de relations sociales et comme citoyen doté de droits et de devoirs, la prééminence accordée à la notion de conflit dans la distribution des richesses, son approche évolutionnaire et transdisciplinaire, l’importance de l’éthique et de la question de la sécurité économique dans l’analyse économique composent une grille d’analyse profondément originale en économie.

  • 47 Cela est le fait, plus largement, de l’institutionnalisme des origines (Gislain & Steiner, 1995).

Mais pour en revenir à la question de la théorie de l’action que vous touchez dans votre question, il faut préciser que la pertinence de l’institutionnalisme commonsien tient surtout au fait qu’il refonde l’analyse des institutions47, et cela, pour deux raisons. Premièrement, parce que Commons propose une théorie de l’institution – l’institution est définie comme étant « l’action collective en contrôle de l’action individuelle » – s’articulant à une théorie de l’action (Gislain, 1999 ; Ramstad, 1993). C’est pourquoi, d’ailleurs, je reformulerais votre question : il ne s’agit pas, comme vous dites, d’articuler l’approche institutionnaliste à une théorie de l’action, mais de développer une économie institutionnaliste dans le cadre de laquelle théories de l’institution et de l’action s’emboîtent. Cela représente un changement de perspective majeur. La deuxième raison qui fait de l’institutionnalisme commonsien une théorie originale tient au fait que la catégorie institution est placée au cœur de l’analyse économique plutôt qu’en marge ou en complément de celle-ci. Autrement dit, elle fournit les assises d’une théorie économique unifiée dont l’effet n’est pas de rendre « plus réaliste », mais de remplacer la représentation théorique axée sur le « marché », changement de cap radical par rapport aux schémas de pensée habituels en économie, y compris hétérodoxes (Gislain, 2011).

Aussi, les phénomènes de « marché » (ce dernier terme entendu comme construction intellectuelle reposant sur une série de postulats et d’hypothèses et non comme réalité empirique) s’analysent aussi en termes d’institutions. Il en ressort, comme je l’ai expliqué dans un article, une économie du travail qui peut être qualifiée d’« analyse transactionnelle de la relation salariale » rompant avec la représentation habituelle du « marché du travail » (offre et demande de travail, incitation au travail, équilibre, etc.). Cette conceptualisation de l’économie comme « fait social institué ouvre des voies de recherche fructueuses pour développer une économie du travail féministe.

En quoi l’institutionnalisme commonsien peut-il contribuer, de manière générale, à une reformulation hétérodoxe féministe de l’économie ? J’ai abordé cette question plus en détail dans mon ouvrage sur le workfare et l’insertion, mais disons que, globalement, ce travail d’exploration est à réaliser tant sur le plan méthodologique que conceptuel. Sur le plan de la méthode d’investigation tout d’abord, le pragmatisme opère un renouvellement complet de perspective par rapport à la conception du savoir héritée du cartésianisme, socle épistémologique de la théorie dominante en économie. Or, ce que d’aucuns appellent la « compatibilité profonde » (Waller & Jennings, 1990, p. 614) entre l’institutionnalisme des origines et certains courants du féminisme vient justement de leurs convergences méthodologiques, qui sont celles du pragmatisme. C’est pourquoi, selon A. L. Jennings (1993, p. 111), l’institutionnalisme des origines offre « des opportunités inhabituelles pour la théorisation féministe en économie ». Le rejet de la séparation stricte entre « faits scientifiques » et « jugements de valeur », par opposition à la conception dualiste des néoclassiques, qui postulent l’« objectivité » du discours scientifique, rejoint les féministes qui considèrent la connaissance scientifique comme un phénomène « socialement situé » (Harding, 1986). Dans cette optique, la science est toujours une entreprise politique, subjective et socialement déterminée, notamment, par la position sociale (le sexe, la classe sociale, la culture, etc.) du ou de la chercheur·e. Les autres préceptes méthodologiques du pragmatisme (approche évolutionnaire et transdisciplinaire, méthodologie abductive, préoccupations pour la résolution des problèmes réels, etc.) et qui sont caractéristiques de l’institutionnalisme (Tool, 1994), sont tout aussi déterminants pour l’élaboration d’un savoir qui rende compte de la complexité des situations économiques vécues par les femmes.

  • 48 Guillaumin C. (1978), « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1). L’appropriation des femmes », Qu (...)

Sur le plan conceptuel ensuite, le triptyque transactionnel (transactions de marchandage, de direction et de répartition), renvoie notamment, avec la transaction de marchandage, aux transferts de contrôle légal des droits de propriété entre « transacteurs ». Cela pose directement l’enjeu des rapports sociaux d’appropriation des personnes – le « contrôle légal n’est pas seulement une quantité économique, c’est le contrôle du comportement futur des individus desquels les dimensions de cette quantité économique dépendront » (Commons, 1990 [1934], p. 87) – thématique on ne peut plus féministe, renvoyant au concept de « sexage » forgé par la féministe matérialiste Colette Guillaumin48. Commons a aussi, mieux que quiconque, réussi à donner une consistance théorique à la thématique de la citoyenneté en économie (et de la sécurité économique), en faisant de cette dernière une catégorie centrale de son système de pensée tout comme un thème-phare de son implication pour un capitalisme raisonnable (Commons est radical, théoriquement, mais réformiste, politiquement). Ainsi, la citoyenneté est pleinement intégrée à la théorie de l’action commonsienne : le sujet agissant de l’économie institutionnaliste est un individu-citoyen, c’est-à-dire un acteur doté de droits et de devoirs, de libertés et de vulnérabilités. Cette problématique de la citoyenneté, se déployant comme une théorie des statuts différenciés, concrétisés dans les transactions économiques, converge clairement avec les travaux des féministes qui ont théorisé les politiques sociales en privilégiant l’axe de la citoyenneté et des droits sociaux. J’ai analysé cette question dans une contribution à un ouvrage collectif portant sur les défis de la citoyenneté face au travail et à l’emploi (Morel, 2010). Approfondir cette convergence renouvellerait l’analyse des statuts économiques des femmes et des moyens de les sécuriser. Enfin, comme je le disais plus haut, j’ai suivi, dans ma thèse, cette voie conceptuelle de la citoyenneté pour théoriser l’assistance. Deux figures contrastées des sujets de la relation assistancielle, des « citoyens-allocataires », en sont ressorties : celle de la « dépendante », associée au workfare (les allocataires du programme américain « Aid to Families with Dependent Children » [AFDC] que j’étudiais étaient surtout des femmes dirigeant des familles monoparentales, souvent Afro-Américaines), et celle de l’« exclu », typique de l’insertion (les trajectoires des femmes pauvres étaient plus difficiles à cerner avec le RMI, puisqu’existait aussi l’allocation de parent isolé (API), l’équivalent de l’AFDC). Face aux règles assistancielles qui régulent les comportements d’« employabilité », j’ai mis en perspective le mode de contrôle des femmes dans la famille portant, cette fois, sur la « maternabilité », c’est-à-dire les comportements liés à la fonction de mère.

Pour une « fertilisation croisée » entre l’institutionnalisme de Commons et la pensée féministe

RR : Mais l’orientation de vos travaux ne revient-elle pas à opérer un retournement de la question : non pas comment l’économie institutionnaliste doit prendre en compte le genre, mais comment l’économie féministe doit prendre en compte l’institutionnalisme à la Commons ? Est-ce là une piste pour cet « institutionnalisme féministe », comme vous le suggériez dans un article de 2007 ?

Sylvie Morel : Votre question est intéressante, relativement au fait que ce travail de rapprochement théorique entre institutionnalisme et féminisme peut être lu sur un double registre : le premier, l’institutionnalisme à l’épreuve de l’analyse de genre ; le second, l’analyse de genre à l’épreuve de l’institutionnalisme. Posé ainsi, le processus de construction théorique paraît reposer sur deux mouvements opposés et, qui plus est, indépendants l’un de l’autre. Cependant, si on déplace le regard de l’analyse féministe vers ce que je pense être le véritable enjeu de cet exercice théorique, celui de la construction d’une économie féministe hétérodoxe (car je ne pense pas qu’il faille établir, comme vous le faites implicitement dans votre question, une équivalence entre l’analyse féministe (ou de genre) et l’économie féministe), je pense que cette opposition perd, en bonne partie, son sens.

Car toutes les sources théoriques susceptibles de nourrir l’économie féministe sont les bienvenues, pour autant, et c’est là une question fondamentale, qu’il n’y ait pas, entre elles, d’incompatibilité méthodologique, cela sur le triple plan ontologique, épistémologique et axiologique, dimensions au regard desquelles Charles Whalen et Linda Whalen (1994) évaluent l’utilité de l’institutionnalisme comme fondement de l’économie féministe. Le critère à retenir pour développer une économie féministe satisfaisante n’est-il pas d’abord la pertinence, du point de vue méthodologique et conceptuel, des outils théoriques mobilisés, que ces derniers proviennent de la littérature féministe (laquelle ne va pas sans s’inspirer des courants théoriques des sciences sociales ou des autres sciences) ou non ? L’enjeu premier n’est-il pas que le cadre théorique utilisé pour travailler au développement de l’économie féministe soit performant pour rendre compte des situations de vie concrètes des femmes, ces expériences situées, celles-ci étant à saisir, je le répète, dans leur pluralité ? Je crois que c’est le cas pour autant qu’on mette au centre de l’analyse le travail des femmes. En somme, selon moi, ces deux mouvements sont, d’une certaine manière, inséparables, les qualités de l’institutionnalisme et (de certains courants) du féminisme se rejoignant à plusieurs égards.

C’est ce que j’ai voulu dire quand j’ai proposé, dans cet article de 2007 pour Nouvelles Questions Féministes, ainsi que dans d’autres contributions, de choisir, pour renouveler l’économie féministe, la stratégie de recherche de l’« institutionnalisme féministe », au sens qu’Ann L. Jennings (1993) donne à cette expression, celui d’un rapprochement entre le féminisme et l’institutionnalisme des origines. J’ai aussi indiqué alors qu’il s’agissait de réaliser un exercice de « fertilisation croisée » entre cet institutionnalisme, plus précisément celui de Commons, et la pensée féministe.

  • 49 Devreux A.-M. (2010), « Introduction. Questions de genre aux sciences sociales “normâles” », in Cha (...)

Mais reprenons brièvement chacun de ces mouvements (non contradictoires) séparément. Premièrement, pour ce qui est de mobiliser le cadre analytique de l’institutionnalisme pour travailler à une économie féministe radicalement hétérodoxe (à l’aune de la partition des courants en HPE), j’aimerais ajouter quelques commentaires à ce que j’ai expliqué plus haut. Préconiser, comme les nombreuses féministes institutionnalistes dont j’ai parlé plus haut, d’explorer l’institutionnalisme des origines – et j’ajoute, pour ma part, celui John R. Commons – signifie, avant tout, reconnaître explicitement que les courants hétérodoxes en économie peuvent offrir aux études féministes de véritables opportunités de développement. Cette démarche n’a rien de très original quand on considère les croisements déjà survenus dans l’histoire de l’économie politique féministe entre pensée féministe et hétérodoxies, ou que l’on examine l’évolution de celle-ci dans d’autres disciplines. Ainsi, Anne-Marie Devreux rappelle que « tout au long de sa constitution, la sociologie du genre a […] été en dialogue constant avec les grands cadres théoriques, les courants de pensée, voire les écoles de la sociologie49 ».

Mais, ensuite, il faut opérer un choix parmi ces hétérodoxies et cela, en évitant l’éclectisme, qui débouche sur des incohérences quand sont combinées des théories qui sont incompatibles. Or, les choix privilégiés par les féministes sont, à cet égard, déterminants pour garantir la justesse et la pertinence de leurs analyses. Car la capacité de rendre intelligible la dimension économique des rapports de sexe n’est pas le fait de tous les courants économiques. Aussi, selon moi, l’intérêt heuristique et le pouvoir de transformation d’un cadre d’analyse hétérodoxe tiennent à l’ampleur et à la pertinence de la rupture qu’il opère avec le courant néoclassique. C’est pourquoi, je pense qu’en matière d’hétérodoxie, il faut adopter une position, non pas réformiste, mais radicale (« à la racine »). Une telle rupture signifie aller au fondement du cadre orthodoxe pour en remettre en cause les présupposés épistémologiques et méthodologiques.

À cet égard, William Waller et Ann Jennings (1990, p. 613) établissent une distinction intéressante, je trouve, quand ils affirment qu’une telle démarche fait la différence entre, d’une part, une « économie véritablement féministe », d’autre part, l’« économie faite par les féministes » ou encore « l’économie au sujet des femmes ». Les auteur·e·s évaluent que ni l’économie néoclassique ni le marxisme ne sont des candidats crédibles pour réaliser la première option, à la différence de l’institutionnalisme des origines. Or, eu égard au fondement philosophique de ce dernier, les féministes, qui ont œuvré à l’élaboration d’un savoir axé sur les expériences des femmes, faisant reconnaître ainsi des dimensions de la vie humaine délaissées par l’économie standard (le travail domestique, le « care », l’inégalité des rapports de pouvoir dans la famille, la discrimination en emploi, etc.), méconnaissent généralement, observe Charlene Haddock Seigfreid (1996, p. 57), l’existence de ce prédécesseur, le pragmatisme, qui a déjà développé de façon détaillée une science de la connaissance sociale mettant au cœur de l’investigation l’expérimentation, l’expérience et la démocratie. Si, en philosophie féministe, les choses semblent avoir changé, tel n’est pas le cas en économie féministe.

Un autre point mérite d’être soulevé eu égard à l’économie néoclassique. Je l’ai dit déjà, comme dans les autres sciences sociales, les féministes ont procédé à la déconstruction des discours genrés par rapport au cadre néoclassique. C’est, notamment, sur l’homo œconomicus, vu par plusieurs d’entre elles comme étant une conception conforme à l’idéal cartésien d’un individu abstrait et détaché du monde, tranchant avec la réalité concrète et relationnelle des femmes, qu’a porté la critique de la théorie de l’action néoclassique (England, 1993 ; Folbre, 1995 ; Jennings, 1993 ; Nelson, 1993). Mais, qualifier la conception de la science et de l’économie d’androcentrique ne signifie pas pour autant, selon moi, que la figure l’homo œconomicus reflète les comportements masculins. Ainsi, contrairement à ce qu’affirment de nombreuses féministes, le pouvoir heuristique de la théorie néoclassique n’est pas limité par le fait que cette dernière offrirait une description simplement partielle et incomplète de la réalité économique, de par son omission de dimensions essentielles de la vie des femmes (identifiées comme étant la réciprocité, l’altruisme, la responsabilité face à autrui, etc.) (Folbre, 1995, p. 74). Les limitations de l’approche orthodoxe viennent plutôt du fait qu’elle offre une représentation fictive de l’économie, qui l’empêche de rendre compte de la manière dont s’opèrent les comportements économiques, tant ceux des hommes que ceux des femmes. Cette approche offre une vision erronée des comportements humains et des institutions, en raison notamment de sa lecture des faits économiques héritée d’une méthode de connaissance intentionnellement calquée sur le paradigme rigide de la physique du milieu du xixe siècle (Mirowski, 1988).

  • 50 Burggraf Shirley P. (1997), The Feminine Economy & Economic Man. Reviving the Role of Family in the (...)

On fait donc fausse route en voulant simplement « compléter » la figure de l’homo œconomicus par sa symétrique, la femina œconomica, comme le préconise, notamment, l’économiste néoclassique féministe Shirley P. Burggraf, qui cherche ainsi à rendre compte du fait que, selon elle, dans la sphère de la famille, les femmes « commencent naturellement à penser et à agir comme l’homme économique50 ». Ce procédé de symétrisation, consistant à orienter la critique de l’économie orthodoxe en mettant de l’avant la figure de la femina œconomica, est, à mon avis, une voie à éviter, car, en maintenant l’homo œconomicus comme référentiel, il risque d’en reproduire, en sens inverse, les insuffisances ; bien sûr, il faut le préciser, toutes les économistes féministes néoclassiques ne suivent pas cette démarche. Car, c’est une chose de dire que la « conception des individus comme agents indépendants, responsable de leurs propres besoins, reflète une vision disproportionnellement mâle, adulte et privilégiée » (Strassmann, 1999, p. 362), cela en est une autre de prétendre que la théorie de l’action néoclassique est explicative du comportement humain. Mais ici, la pente est souvent glissante…

Le second mouvement maintenant, celui qui consiste à enrichir l’économie hétérodoxe, plus précisément l’institutionnalisme commonsien, par l’apport des théories féministes radicales (du point de vue hétérodoxe). D’abord, un constat : comme la pensée féministe a méconnu le potentiel théorique de cet institutionnalisme, ce dernier, mais plus encore l’institutionnalisme des origines, a négligé, dans son histoire, à l’exception notable de Veblen, de théoriser l’oppression des femmes. Selon William Waller et Ann L. Jennings (1990, p. 614), cette omission du genre montre, de la manière la plus éclatante qui soit, que ces institutionnalistes ont failli à reconnaître le savoir comme une construction sociale. Car, expliquent-ils, l’économie institutionnaliste est aussi profondément atteinte par la « cécité culturelle » que le reste de discipline, de telle sorte que les outils méthodologiques qui font sa force ont rarement été utilisés (1990, p. 620).

J’ai parlé plusieurs fois d’Ann L. Jennings et des autres économistes féministes adhérant à l’institutionnalisme des origines, qui ont été pour moi une source d’inspiration. Une autre féministe très importante pour réfléchir à ces enjeux est Charlene Haddock Seigfried, féministe spécialiste du pragmatisme américain. Elle a été, sans contredit, une pionnière en matière de recherches axées sur la convergence entre le pragmatisme et le féminisme, double mouvement s’établissant cette fois dans le domaine de la philosophie féministe.

  • 51 Deledalle Gérard (1954). Histoire de la philosophie américaine, Paris, Presses Universitaires de Fr (...)

Que dit-elle concernant cette omission des enjeux de genre dans le pragmatisme ? Son constat est clair : les analyses pragmatistes en sortent appauvries. Car plusieurs dimensions de la théorie féministe peuvent contribuer, selon elle, à un pragmatisme « en évolution ». Par exemple, pour les pragmatistes, la réflexion philosophique « commence et finit avec l’expérience » (Seigfried, 1996, p. 37). Pour Dewey, l’incertitude et le doute sont le point de départ de l’enquête sociale. Ce qu’il importe de saisir donc, ce sont ces « situations spatio-temporelles différentes, qualitativement uniques, qui se nouent et se dénouent d’une manière continue dans l’univers de l’expérience51 », cela afin de repérer les facteurs qui obstruent l’action et apporter une solution aux « situations indéterminées ». Or, si, pour les féministes, comprendre les situations de vie réelles des femmes et les problèmes qu’elles rencontrent au quotidien est central dans leurs recherches, c’est parce que c’est ainsi qu’elles peuvent identifier ce qui enfreint leur liberté d’action. Les philosophes pragmatistes peuvent donc trouver dans les recherches féministes un matériau de première importance puisque, dans les deux cas, on cherche dans la même direction. Considérant ces dimensions de la pensée et de l’action féministes, Seigfried (1996, p. 37) déduit que « le pragmatisme a besoin du féminisme pour réaliser son propre programme de recherche, les féministes étant en première ligne des philosophes s’occupant des questions sociales et politiques qui affectent les femmes ». Cela sans compter le fait que, tant dans le féminisme que dans le pragmatisme, l’expérience est « inextricablement personnelle et sociale » (Seigfried, 1996, p. 37). Bien d’autres éléments pourraient être développés (préoccupations pour le care, enjeux liés à l’éducation ou encore à la démocratie, etc.) pour expliquer pourquoi le féminisme « peut revigorer de manière unique le pragmatisme » (Seigfried, 1991, p. 1).

Enfin, Charlene Haddock Seigfried est aussi de celles qui ont voulu réhabiliter ces contributions féministes restées dans l’ombre dans la philosophie américaine, en particulier durant la période où s’est développé le pragmatisme. Le premier chantier auquel elle s’est attelée, explique-t-elle, a été de travailler « à encourager la redécouverte des femmes pragmatistes dans l’histoire, en examinant leur contribution à la fois au féminisme et au pragmatisme » (Seigfried, 1991, p. 2). Aujourd’hui, on sait que Jane Addams (1860-1935), philosophe et réformatrice sociale très connue, et Charlotte Perkins Gilman ont contribué au pragmatisme de Dewey.

Bref, ces développements sur les avantages que peut retirer le pragmatisme d’une fréquentation plus assidue de la pensée féministe et vice-versa font écho aux propos qui précèdent sur le développement souhaitable d’un institutionnalisme féministe. Ils nous amènent, au bout du compte, à une question fort simple (simple seulement en apparence…) : comment faire interagir davantage féminisme (en particulier, matérialiste) et institutionnalisme commonsien ? À mon avis, l’économie féministe y gagnerait beaucoup.

Haut de page

Bibliographie

Barker D. K. (2013), « Feminist economics as a theory and method », in D. M. Figart & T. L. Warnecke (eds), Handbook of Research on Gender and Economic Life, Edward Elgar Publishing, Elgaronline, p. 18-31.

Bazzoli L. (1999), L’Économie politique de John R. Commons, Paris, Éditions L’Harmattan.

Commons, J. R. (1990) [1934], Institutional Economics. Its Place in Political Economy, New Brunswick/London, Transaction Publishers, 2 Vol.

Cornwall R. & L. Badgett (1999), « Sexual Orientation », in Peterson J. & M. Lewis (eds), The Elgar Companion to Feminist Economics, Cheltenham, Edward Elgar, p. 670-681.

Delphy C. (2001) [1970-1978], L’ennemi principal. Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, coll. « nouvelles questions féministes ».

England P. (1993), « The Separative Self: Androcentric Bias in Neoclassical Assumptions », in Ferber M. A. & J. A. Nelson (eds) (2003) [1993], Beyond Economic Man, Feminist Theory and Economics, Chicago, The University of Chicago Press, p. 37-53.

Ferber M. A. & J. A. Nelson (eds) (2003) [1993], Beyond Economic Man, Feminist Theory and Economics, Chicago, The University of Chicago Press.

Folbre N. (1995), « Holding Hands at Midnight: The Paradox of Caring Labor », Feminist Economics, vol. 1, no 1, p. 73-92. https://doi.org/10.1080/714042215

Folbre N. (1997) [1994], De la différence des sexes en économie politique, Paris, éd. Des femmes.

Galerand. E. & D. Kergoat (2014), « Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, no 2, p. 44-61. https://www.erudit.org/fr/revues/nps/2014-v26-n2-nps01770/1029261ar/

Gislain J.-J. (1999), « Les conceptions évolutionnaires de T. Veblen et J. R. Commons », Économies et Sociétés, Hors série HS, vol. 35, no 1, p. 47-65.

Gislain J.-J. (2002), « Causalité institutionnelle : la futurité chez J. R. Commons », Économie et institutions, vol. 1, no 1, p. 47-66 ; [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/ei/707 ; DOI : 10.4000/ei.707

Gislain J.-J. (2003), « L’émergence de la problématique des institutions en économie », Cahiers d’économie politique, n44, Paris, L’Harmattan, p. 19-50. https://doi.org/10.3917/cep.044.0019

Gislain J.-J. (2011), « Pourquoi l’économie est-elle nécessairement instituée ? Une réponse commonsienne à partir du concept de futurité », Revue Interventions économiques, no 42 ; URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1195.

Gislain J.-J. & P. Steiner (1995), La sociologie économique 1890-1920, Paris, Puf.

Harding S. (1986), The Science Question in Feminism, Ithaca/London, Cornell University Press.

Jennings A. L. (1993), « Public or Private? Institutional Economics and Feminism », in Ferber M. A. & J. A. Nelson (eds), Beyond Economic Man, Feminist Theory and Economics, Chicago, The University of Chicago Press, p. 111-129.

Jennings A. L. (1994), « Towards a feminist expansion of macroeconomics: money mater », Journal of Economic Issues, vol. 28, no 2, p. 555-565. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/4226838

Mayhew A. (1999), « Institutional Economics », in Peterson J. & M. Lewis (eds), The Elgar Companion to Feminist Economics, Cheltenham, Edward Elgar, p. 479-486.

Morel S. (1987), Pénurie d’emploi et discrimination à l’endroit des femmes sur le marché du travail, mémoire de Maîtrise, Montréal, université Mc Gill ; DOI : http://digitool.library.mcgill.ca/webclient/StreamGate?folder_id=0&dvs=1560533657093~789&usePid1=true&usePid2=true

Morel S. (1988), « Pénurie d’emploi et discrimination à l’endroit des femmes sur le marché du travail », Interventions économiques, no 20-21, Femmes et économie, p. 243-263.

Morel S. (1994), « La sécurité du revenu en matière de chômage : une comparaison France-Canada-Québec », in Brunelle D. & C. Deblock (dir.), Amérique du Nord, Communauté européenne, Intégration économique, intégration sociale ?, Actes du Colloque de 1992 de l’Association d’Économie Politique (AEP), p. 353-378.

Morel S. (2010), « Citoyenneté, travail et emploi : les éclairages de la théorie économique et de l’analyse de genre », in Coutu M. & G. Murray (dir.). Travail et citoyenneté. Quel avenir ?, Québec, les Presses de l’Université Laval, p. 229-271.

Morel S., Brossard L., Caron A. & N. Goudreault (dir.) (2003), Actes de l’atelier : La sécurité économique des femmes : les critiques féministes du discours économique dominant et les nouvelles avenues de politiques sociales, Montréal, IREF-Relais-Femmes.

Morel S., adaptation A. Druelle (2008), Une approche économique hétérodoxe qui offre une alternative à l’approche économique dominante : l’institutionnalisme de John R. Commons contre le courant néoclassique, Cahier d’autoformation destiné aux militantes des groupes de femmes, Montréal, Relais-Femmes.

Mirowski P. (1988), Against Mechanism. Protecting Economics from Science, Totowa, Rowman & Littlefield.

Nelson J. A. (1993), « The Study of Choice or the Study of Social Provisioning? Gender and the Definition of Economics », in Ferber M. A. & J. A. Nelson (eds) (2003) [1993], Beyond Economic Man, Feminist Theory and Economics, Chicago, The University of Chicago Press, p. 23-36.

Nelson, J. A. (1996), Feminism, Objectivity, and Economics, London, Routledge.

Nelson J. A. (2002), « Gender, Metaphor, and the definition of economics », Economics and Philosophy, 8, 1, p. 103-125.

Nelson J. A. (2003). « Confronting the Science/Value Split: Notes on Feminist Economics, Institutionnalism, Pragmatism and Process Thought », Cambridge Journal of Economics, no 27, p. 49-64. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/23600345

Perkins Gilman C. (1998) [1898], Women and Economics. A Study of the Economic Relation Between Men and Women as a Factor in Social Evolution, Berkeley, University of California Press.

Peterson J. (1990). « The Challenge of Comparable Worth: An Institutionalist View », Journal of Economic Issues, 24 (2), 605-612.

Peterson J. & M. Lewis (1999), The Elgar Companion of Feminist Economics, Cheltenham/Northampton, Edward Elgar.

Ponthieux S. & R. Silvera (2003), « Sciences économiques, Peut-on faire l’économie du genre ? Introduction », in Laufer J., Marry C. & M. Maruani Margaret (dir.) (2003), Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte/MAGE, p. 209-212.

Power M. (2004), « Social Provisioning as a Starting Point for Feminist Economics », Feminist Economics, vol. 10, no 3. https://doi.org/10.1080/1354570042000267608

Ramstad Y. (1993), « Institutional Economics and the Dual Labor Market Theory », in Tool M. R.  (ed.), Institutional Economics: Theory, Method, Policy, Boston, Kluwer Academic Publishers, p. 173-232.

Seigfreid C. H. (1991), « Where are all the pragmatist feminists? », Hypatia, vol. 6, no 2, p. 1-20. https://doi.org/10.1111/j.1527-2001.1991.tb01390.x

Seigfreid C. H. (1996), Pragmatism and Feminism. Reweaving the Social Fabric, Chicago/London, The University of Chicago Press.

Strassmann D. (1999), « Feminist Economics », in Peterson J. & M. Lewis (eds), The Elgar Companion of Feminist Economics, Cheltenham/Northampton, Edwar Elgar.

Talahite F. (2014), « Genre et théorie économique », Regards croisés sur l’économie, La Découverte, no 15, p. 13-28.

Tool M. R. (1994), « An Institutionalist Mode of Inquiry », in Klein P. A. (ed.), The Role of Economic Theory, Dordricht, Kluwer, p. 197-227.

Waller W. & A. L. Jennings (1990), « On the Possibility of a Feminist Economics: The Convergence of Institutional and Feminist Methodology », Journal of Economic Issues, vol. 24, no 2, p. 613-622. https://doi.org/10.1080/00213624.1990.11505060

Whalen C. & L. Whalen (1994), « Institutionalism: A Useful Foundation for Feminist Economics? », in Peterson J. & D. Brown (eds), The Economic Status of Women Under Capitalism. Institutional Economics and Feminist Theory, Aldershot, Edward Elgar.

Haut de page

Notes

1 Liste complète des publications sur : https://www.fss.ulaval.ca/notre-faculte/repertoire-du-personnel/sylvie-morel ; Sylvie.Morel.@rlt.ulaval.ca

2 In Lien social et Politiques, vol. 47, Le Genre des politiques publiques, 2002.

3 In Nouvelles questions féministes, Perspectives féministes en sciences économiques, vol. 26, no 2, 2007.

4 In Revue Interventions économique, Actualité de John Commons, no 42, 2010 ; URL : http://interventionseconomiques.revues.org/125416

5 In Canadian Woman Studies/Les cahiers de la femme, vol. 29, no 3, 2012.

6 Paris, Puf, 2000.

7 Actes du 52e Congrès des relations industrielles de l’Université Laval, Les Presses de l’Université Laval (UL) (avec G. Laflamme, P.-A. Lapointe, A. Larocque, J. Mercier et F. Morin), 1997.

8 Actes du 61e Congrès des relations industrielles de l’UL, Les Presses de l’UL (avec Esther Déom et Jacques Mercier), 2006.

9 Réseau des citoyennes pour l’indépendance (RéCI), Les éditions du remue-ménage (avec C. Aubin, G. Drouin, L. Guay, S. Morel et S. Moses), 2018.

10 En 1960, moins de 5 % des Québécois·e·s ont accès l’Université contre la moitié de nos jours ; C. Avery-Benny (2019), « 50 ans de l’UQAM : un incubateur de luttes sociales », Montréal Campus ; https://montrealcampus.ca/2019/04/08/50-ans-de-luqam-un-incubateur-de-luttes-sociales/.

11 J. Laaroussi dans : C. Avery-Benny (2019), op. cit.

12 Elle était à l’avant-plan, notamment, des luttes féministes et anti-racistes ; Id.

13 Cégep : Collège d’enseignement général et professionnel, cursus préuniversitaire d’une durée de deux ans (ou de trois ans pour les programmes d’études techniques) au Québec.

14 C. Avery-Benny (2019), op. cit.

15 Pour la chronique détaillée de ce conflit, voir : Gill L. (2014), « La grève étudiante de 1978 en économie à l’UQAM : l’enjeu du pluralisme et de la réflexion critique dans la formation universitaire en économie », Bulletin d’histoire politique, vol. 22, no 2, p. 189-235 ; URL : https://doi.org/10.7202/1021995ar

16 Internal Labor Markets and Manpower Analysis, Lexington-Mass., M. E. Sharpe, 1971.

17 Catherine Sofer est de celles qui ont critiqué, dans une perspective féministe, ces théories, comme le signale Rachel Silvera dans le cadre de son analyse de genre des « approches néoclassiques » et des « courants du modèle non standard » en économie du travail ; Rachel Silvera (2001), « Genre et économie : des rendez-vous manqués », Travail, genre et sociétés, vol. 6, no 2, p. 123-143. https://doi.org/10.3917/tgs.006.0123

18 Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Paris, éd. Calmann-Lévy.

19 Elle s’appelle aujourd’hui la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

20 Ce mémoire (L’indemnisation du chômage en France, au Canada et au Québec, université de Paris 1, septembre 1992, 237 p. plus annexes) est résumé dans : Morel (1994).

21 Voir à ce sujet, le texte de présentation du numéro de la revue Économie & Institutions (2003) consacré à Commons. Gislain J.-J. & S. Morel, « Présentation », Économie et institutions, no 2, p. 5-9 ; [En ligne], 2 | 2003, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/ei/718

22 Y participaient aussi le groupe français ASTER (Actrices Sociales des Territoires Européens Ruraux), la Marche mondiale des femmes, le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail et Relais-Femmes, notamment.

23 Béji K. et al. (2008), « Pour une autre vision de l’économie », Le Devoir, 9-10 février.

24 Site Économie autrement, Qui sommes-nous ? (ce site n’est plus accessible).

25 Site éA, op. cit.

26 On peut aussi penser, s’agissant de l’engagement militant pour le pluralisme dans l’enseignement et la recherche en économie ainsi que dans la formulation des politiques publiques, à l’Association Française d’Économie politique (créée en 2009), au groupe Les économistes atterrés (2011), aux Rencontres nationales sur l’enseignement de l’économie, organisées par la FSU et ATTAC (2003), au Mouvement des étudiants pour la réforme de l’enseignement de l’économie (2000) et aux Économistes contre la pensée unique (1996).

27 Entretien avec Gilles Dostaler, http://www.unites.uqam.ca/aep/presentation.html (ce site n’est plus accessible).

28 Entrevue de Gilles Dostaler, par Eric Forgues et Luc Thériault pour l’AEP, 1995, http://classiques.uqac.ca/contemporains/dostaler_gilles/qu_est_ce_econo_politique/econo_politique.html

29 Commons J. R. (1964) [1913], « Constructive Research », in Labor and Administration, New York, Augustus M. Kelley, Reprints of Economic Classic, p. 7-8.

30 Strassmann D. (1999), p. 360.

31 IAFFE, « History », http://www.iaffe.org/pages/about-iaffe/history/ ; page consultée le 14 juin 2019.

32 Figart Deborah M. & Tonia L. Warnecke (2013), Handbook of Research on Gender and Economic Life, Edward Elgar Publishing.

33 Strassmann D. (1999), p. 360.

34 Power M. (2004), p. 3-21.

35 Gruchy A. (1987), The Reconstruction of Economics, New York, Greenwood Press, no 4-7, p. 21, rapporté dans : Dugger W. M. (1996), « Redefining Economics: From Market Allocation to Social Provisioning », in Whalen C. J. (ed.), Political Economy for the 21st Century: contemporary views on the trend of economics, Armonk, M.E. Sharpe, p 31-43.

36 Mutari E. & H. Boushey (1997), « Introduction. The Development of Feminist Political Economy », in Mutari E., Boushey H., Fraher W., Gender and Political Economy: Incorporating Diversity into Theory and Policy, M.E. Sharpe Publishing, Armonk, p. 3.

37 Agenjo‐Calderón A. & M. Asgálvez (2019), « Feminist Economics: Theoretical and Political Dimensions », The American Journal of Economics and Sociology, vol. 78, no 1, p. 138. https://doi.org/10.1111/ajes.12264

38 Ces articles examinent aussi comment les économistes classiques ont pris en compte les différences de sexe.

39 Sur l’économie du genre, version néoclassique américaine, voir : Jacobsen Joyce P. (1994), The Economics of Gender, Cambridge, Mass., Blackwell Publishers.

40 Voir à ce sujet : Devreux A.-M. (dir.) (2016), Les sciences et le genre. Déjouer l’androcentrisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

41 Ostrom E., May Ann M. & G. Summerfield (2012), « Creating a space where gender matters. Elinor Ostrom (1933-2012) talks with Ann Mari May and Gale Summerfield », Feminist Economics, vol. 18, no 4, p. 27. https://doi.org/10.1080/13545701.2012.739725

42 (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, New York, Cambridge University Press, 1990 ; (2005), Understanding the Process of Institutional Change, 2005, Princeton, Princeton University Press.

43 Ostrom E., May A.M. & G. Summerfield (2012), « Creating a space where gender matters. Elinor Ostrom (1933-2012) talks with Ann Mari May and Gale Summerfield », op. cit., p. 28.

44 M. Ferber, économiste féministe américaine, a été, entre autres, l’une des co-fondatrices de l’AIEF et du comité éditorial de Feminist Economics.

45 Ferber Marianne A. & Julie A. Nelson (eds) (1993), l’ouvrage a été réédité en 2003.

46 Il s’agit de la trilogie composée des formes de marchandage, de direction et de répartition, d’une part ; la paire des transactions routinière et stratégique, d’autre part. La transaction est, pour lui, l’unité de base de l’analyse économique.

47 Cela est le fait, plus largement, de l’institutionnalisme des origines (Gislain & Steiner, 1995).

48 Guillaumin C. (1978), « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1). L’appropriation des femmes », Questions féministes, no 2, p. 5-30. http://www.jstor.org/stable/40619109

49 Devreux A.-M. (2010), « Introduction. Questions de genre aux sciences sociales “normâles” », in Chabaud R., Descoutures V., Devreux A.-M. & E. Varikas (dir.), Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour, Paris, éd. La Découverte, p. 9.

50 Burggraf Shirley P. (1997), The Feminine Economy & Economic Man. Reviving the Role of Family in the Post-Industrial Age, Reading, Addison-Wesley Publishing Company Inc., p. 27.

51 Deledalle Gérard (1954). Histoire de la philosophie américaine, Paris, Presses Universitaires de France, p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Morel, Esther Jeffers, Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre, « Pour une économie féministe radicalement hétérodoxe », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le , consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/14900 ; DOI : 10.4000/regulation.14900

Haut de page

Auteurs

Sylvie Morel

Professeure titulaire au Département des relations industrielles de l’université Laval, à Québec ; Sylvie.Morel.@rlt.ulaval.ca

Esther Jeffers

Professeure des universités, université de Picardie Jules Verne, CRIISEA ; esther.jeffers@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Thomas Lamarche

Professeur des universités, université de Paris, LADYSS ; thomas.lamarche@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Cécile Lefèvre

Professeure des universités, université de Paris, CERLIS ; cecile.lefevre@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page