Navigation – Plan du site
Notes de lecture

la nouvelle économie institutionelle : anything goes ?
Paradigme problématique mais succès académique

à propos de l’ouvrage collectif coordonné par Claude Ménard et Mary Shirley, A Research Agenda for New Institutional Economics, Edward Elgar, 2018
Robert Boyer
Référence(s) :

Claude Ménard & Mary Shirley, A Research Agenda for New Institutional Economics, Edward Elgar, 2018

Texte intégral

1La reconnaissance du rôle des institutions dans l’analyse économique doit beaucoup à la percée de la Nouvelle Économie Institutionnelle dans le champ académique international. La publication de cet ouvrage collectif permet de faire le point sur ses origines, ses notions fondatrices, ses acquis et surtout son programme de recherche adressé aux jeunes générations. C’est aussi l’occasion d’une comparaison avec d’autres approches qui n’ont pas rencontré le même succès. Il se pourrait que la faiblesse des fondements épistémologiques et méthodologiques de la NEI soit à l’origine de sa diffusion et de sa reconnaissance, tout particulièrement dans le monde anglo-américain : tout chercheur peut y apporter sa contribution tant les principes fondateurs sont divers, peu précis et parfois contradictoires. Paul Feyeraband aurait-il raison, quand il dit à ce sujet que : « Anything goes » ?

Un bilan à destination d’un large public et des perspectives de recherche

2L’introduction présente clairement l’ambition d’une théorie qui, apparue dans les années 1970, a transformé le champ de l’analyse économique. Pour citer les deux coordinateurs de l’ouvrage collectif qui rassemble 30 auteurs et autant de chapitres :

NIE aimed to radically alter orthodox economics by showing that institutions are multidimensional and matter in significant ways that can be statistically measured and systematically modeled. (p. 1)

3Une seconde citation permet de caractériser la rupture par rapport aux hypothèses de la théorie néoclassique :

NEI assumes instead that individuals have incomplete information and limited mental capacity and because of this they face uncertainty about unforeseen events and outcomes and incur transaction costs to acquire information. (p. 1)

4La fondation de la théorie remonte aux travaux de Ronald Coase sur la nature de la firme (1937) et le problème du coût social en 1960. Pour les coordinateurs de l’ouvrage et les quatre Prix Nobel, Coase, North, Ostrom et Williamson, le fort impact en matière de politique, la pénétration dans les journaux de référence et le nombre croissant d’adhésions et de recherches dans de nombreux domaines au-delà de l’économie sont autant de signaux que la NEI est un mouvement qui a réussi.

5Le propos du livre est de transmettre le flambeau à de nouveaux auteurs en fournissant de brèves synthèses de l’état des savoirs, mais surtout de définir de nouveaux axes de recherche. Les chapitres dont se compose l’ouvrage sont répartis en six parties : les institutions de gouvernement, les organisations et les contrats, la loi et les droits de propriété, puis les normes, la culture et les croyances, pour terminer par deux parties plus prospectives, l’une consacrée à l’analyse des institutions dans un monde en rapide changement, l’autre à la proposition de nouvelles approches et de nouveaux outils.

6Si de précédents ouvrages et articles avaient déjà dressé un bilan, par exemple le Handbook of New Institutional Economics (2005) ou encore le numéro spécial de Journal of Institutional Economics (2014), celui-ci se veut prospectif :

We are optimistic that the research generated in response to this volume will help keep the field of New Institutional Economics on the frontier of knowledge. (p. 5)

Plutôt que de présenter les mérites et limites de chacun de ces trente chapitres, il est plus éclairant de regrouper les commentaires autour de quelques questions centrales qui parcourent l’ensemble des textes.

Richesse des thèmes, des domaines et des approches

7Par le passé, la référence à la constitution et à l’ordre légal conduisait la NEI à négliger les processus politiques associés à la création ou transformation des institutions. La première partie de l’ouvrage propose de combler cette lacune en s’interrogeant en particulier sur la logique de l’action collective (chap. 1). De la même façon, les contributeurs s’intéressent aux régimes autoritaires (chap. 2) mais aussi au fédéralisme (chap. 3). Pour citer Emilia Simison et Daniel Ziblatt :

We need in short to bring politics and society into the study of institutions. For these reasons, understanding the consequences and origins of federalism requires, in brief, studying underlying patterns of social power and history. (p. 31)

La question du pouvoir se retrouve donc dans un grand nombre d’autres chapitres et c’est une évolution bienvenue par rapport à la logique abstraite que développe à l’origine la NEI. Cette partie comporte un chapitre sur la régulation, selon la définition américaine du terme :

If markets do not work well, as a result of market power, asymmetric information, public goods or externalities then government regulation has the potential to remedy to market failure and make society better off. (p. 34)

8Il va de soi qu’aucun des auteurs ne mentionne la théorie de la régulation entendue comme analyse des transformations structurelles des capitalismes.

9La seconde partie est consacrée aux avancées en matière de contrat et d’organisation. Si le point de départ est évidemment les travaux de Coase et de Williamson, l’originalité tient à la mobilisation d’une grande variété d’outils. Sont ainsi cités les travaux de Philippe Aghion et de Jean Tirole (chap. 7), mais aussi les modèles à agents multiples et hétérogènes, mentionnés dans le chapitre 8 et présentés comme une voie d’avenir, sans oublier les avancées à partir de la théorie de la cognition (chap. 9). Cet éclectisme se prolonge par la référence aux Essais Randomisés Contrôlés (ERC), lorsque Marian W. Moszoro cherche à cerner la spécificité des contrats publics. Ce même chapitre 10 mentionne aussi le pouvoir des méthodes économétriques utilisant des variables instrumentales ou encore les analyses en termes de double différence :

To analyze these policy alternatives novel experiments and empirical tests should be designed. (p. 94)

10Cependant, l’article le plus stimulant et novateur est sans doute celui de Massimiliano Vatiero. Il souligne dès l’introduction qu’une transaction est une construction légale complexe… ce que n’ont pas reconnu les travaux fondateurs de Coase et de Williamson. Il propose en fait de faire retour à John R. Commons lorsque celui-ci souligne que la transaction n’est pas que bilatérale, ne serait-ce que parce que l’environnement politique affecte les choix ouverts aux participants à l’échange. N’est-il pas courageux de reconnaître ainsi que la rupture par rapport au « vieil » institutionnalisme américain ne facilite pas la prise en compte, par exemple, des tiers qui organisent la plupart des transactions ?

11La partie suivante traite des aspects juridiques concernant les droits de propriété. À son tour, Dominic Parker souligne le rôle de l’État, mais aussi des processus historiques qui conduisent à l’établissement de ces droits de propriété (chap. 12). Le chapitre suivant cerne la nature des comportements qui conduisent soit à la tragédie des communs à la Hardin, soit à l’émergence de processus collectifs permettant de gérer des ressources partagées par une communauté locale, comme l’analyse Ostrom. On mesure au passage que l’analyse des communs est loin de mobiliser les mêmes concepts que ceux que proposent Ronald Coase ou Douglass North. Il convient de s’interroger à nouveau sur la rationalité économique et d’analyser, à travers des expériences de laboratoire et des études de terrain, dans quelles directions poussent les institutions, sachant qu’elles évoluent en tandem avec les comportements (chap. 13). Le chapitre suivant montre qu’il n’est pas de causalité stricte entre incomplétude des droits de propriété et sous-développement économique, car tout dépend du système juridique en vigueur. L’auteur, Carmine Guerriero, fournit un exemple saisissant :

Stronger property rights on financial assets have been granted to private investor to enhance liquidity. Such reforms, however can penalize third parties that previously acquired rights through hidden contracts. (p. 132)

Le chapitre consacré à la Chine est loin d’être aussi convainquant. En effet, il s’attache à montrer que, faute de clarté dans les droits de propriété, divers substituts se sont développés : d’abord le guanxi, défini comme un ensemble de relations et de réseaux familiaux et sociaux, ensuite grâce à la constitution de clusters industriels qui bénéficient d’effets à la Marshall. Or, pour Cheryl Long, ce sont de piètres substituts à une définition des droits de propriété en bonne et due forme. L’auteur va même jusqu’à écrire :

Since they rely on informal relationships and local contacts as enforcement mechanisms, their capacity to impose behavioral constraints is limited in scope and reach, making it impossible to benefit of economy on scale in providing an institutional environment. (p. 139)

12C’est là superbement ignorer le rôle du parti-État constitué par le Parti Communiste Chinois, dont le seul rôle pour Cheryl Long est d’organiser la promotion des dirigeants locaux (p. 140). L’auteur va même jusqu’à attribuer au guanxi le rôle déterminant du Parti communiste, sans doute parce qu’il ne fait pas partie du répertoire des organisations/institutions auxquelles s’intéresse la NEI. Sans référence aucune, il est affirmé que les rendements d’échelle ne peuvent exister, alors qu’au contraire, ils se sont érodés dans la plupart des pays de vieille industrialisation, mais ont connu un nouveau cours d’un dynamisme sans précédent dans la Chine d’après 1978, précisément grâce à la stabilité des vues sur l’avenir que permet le parti-État. Enfin, il ne vint pas à l’esprit de l’auteur d’analyser les droits de propriété en Chine : comme l’a montré Bernard Chavance (2017), leur diversification et sophistication sont précisément à l’origine de l’adaptabilité des entreprises à des déséquilibres toujours renouvelés.

13Clairement, la problématique des droits de propriété, d’analytique se fait normative, car la référence implicite est l’absolutisme des droits de propriété de l’école de Chicago, ce qui interdit à l’auteur d’analyser la construction puis la récurrente redéfinition des droits de propriété, à la ville comme à la campagne, et pour les diverses catégories de firmes. D’autres auteurs plus ou moins proches de la NEI ont développé une analyse moins caricaturale, mais il ressort de cet ouvrage collectif que la problématique de la NEI permet de mettre en lumière certains mécanismes et, simultanément, occulte tous ceux qui ne rentrent pas aisément dans le cadre de ses hypothèses fondatrices. Presque tous les ingrédients d’une analyse régulationniste de la Chine sont pourtant présents – le rôle de l’intense compétition entre les régions, l’alignement partiel des objectifs de dirigeants locaux avec celui les autorités centrales par exemple –, mais ils sont perçus comme des anomalies et non pas comme constitutifs d’un régime socioéconomique original. Voilà qui justifie la surprenante conclusion, formulée en 2018, après quatre décennies d’une vigoureuse modernisation de l’économie chinoise :

The argument has been made in the previous sections that rule of law will be a pre-requisite for China’s sustained long term growth. (p. 141)

Une difficile extension du domaine de la théorie

14La cinquième partie de l’ouvrage vise à détecter de nouveaux axes de recherche, en incorporant des objets précédemment négligés, car non nécessaires pour la construction de la problématique générale de la NEI. Les contributeurs traitent ainsi successivement de la famille (chap. 21), des pratiques de travail (chap. 22), de l’agriculture dans les pays en voie de développement (chap. 23), enfin des nouveaux médias (chap. 25). En fait, ces chapitres livrent une revue de littérature très générale avec de trop rares développements sur la contribution de ces entités à l’émergence et au fonctionnement des régimes institutionnels. On cite par exemple les travaux de Barro sur les déterminants de la croissance au sein desquels se trouvent des variables cernant l’activité religieuse. Le chapitre aborde certes la question de la confiance, qui peut provenir de l’appartenance à un même groupe religieux, mais il est notable que le thème de la confiance n’est pas très présent dans l’ensemble de l’ouvrage. Ces développements laissent le lecteur sur sa faim, car ils traitent d’entités constitutives des sociétés contemporaines, mais dont les relations avec la question des coûts de transaction et des institutions ne sont traitées qu’incidemment.

15Le chapitre 24, plus intéressant, traite du blockchain, car cette technique est conçue comme un moyen de garantir la bonne fin et la régularité des transactions, indépendamment de l’environnement institutionnel. On retrouve bien la question des coûts de transaction associés à un système complètement décentralisé sans tierce autorité, apparemment tout au moins. En fait la nature technique du blockchain dissimule la présence d’un tiers et d’une autorité surplombant les parties prenantes de la transaction. Pour leur part, les auteurs Sarah Oh et Scott Wallsten y voient une méthode pour aborder la question de la corruption et du sous-développement. Ils formulent cependant un pronostic mesuré, puisqu’ils considèrent que le blockchain a peu de chance de démanteler et de remplacer l’État moderne (p. 219).

L’éclectisme des champs et des techniques remplace-t-il l’élucidation des bases de la NEI et son unité ?

16Comme il se doit pour un ouvrage qui entend tracer un programme de recherche pour les décennies à venir, les pistes suggérées sont nombreuses et tellement diverses que le lecteur finit par se demander si la NEI n’entend pas annexer l’ensemble des différents programmes institutionnalistes sous l’argument que Ronald Coase a été le premier à poser la question de l’entreprise et Douglas North celle des institutions. C’est le diagnostic que suggère la comparaison des tableaux 1 et 2 : pour le plus grand nombre, les propositions méthodologiques s’affranchissent du cadre initial, voire se sont développées comme autant d’alternatives, et non pas de compléments, à la NEI.

17 La théorie de l’action collective à la Mancur Olson est la bienvenue comme point de départ d’une analyse du politique, mais cette exigence est loin de se retrouver dans les autres chapitres qui continuent à invoquer une théorie normative, à savoir la minimisation des coûts de transaction, sans trop se préoccuper des raisons pour lesquelles les acteurs adopteraient cet objectif ou que leurs interactions y conduiraient.

18 La science juridique n’est que très modérément mobilisée, alors que tant la théorie normative que l’analyse de la jurisprudence devraient éclairer la plupart des questions qu’aborde la NEI, ne serait-ce que l’histoire des droits de propriété ou encore la transformation des institutions du capitalisme sous l’effet des luttes politiques.

19 La référence à des jeux interdépendants, voire hiérarchiquement organisés, ouvre une voie à la compréhension de possibles complémentarités entre domaines, institutions et organisations. Mais à nouveau, l’intérêt de tels modèles est d’expliquer pourquoi organisations ou institutions peuvent ne pas minimiser les coûts de transaction, postulat de la NEI qui est ainsi pris en défaut.

20 Trop peu de chapitres pratiquent les deux grandes voies ouvertes pour convertir une problématique locale et partielle en une théorie à vocation générale. La pratique de comparaisons systématiques permet de cerner des configurations et d’en expliciter les déterminants, ce que réalise le chapitre 19. De la même façon, les études historiques de longue période obligent à abandonner l’hypothèse d’un monde statique au profit d’une analyse de l’invention, de la diffusion, de la maturation puis du déclin de formes organisationnelles et institutionnelles. Les chapitres 17 et 26 sont intéressants à ce titre.

21 Il est intéressant de mobiliser les conceptions et modèles évolutionnistes, précisément pour cerner ces dynamiques historiques au sein desquelles co-évoluent systèmes techniques, modèles organisationnels, régimes des valeurs et types d’institutions. Mais, dans ce cas, les modèles canoniques montrent une grande variété de trajectoires, sans qu’aucun principe d’optimalité ou de recherche de minimisation des coûts de transaction ne se dégage. En termes théoriques, cette adoption des théories évolutionnistes s’avère contradictoire avec le cœur de la théorie, qui postule implicitement une réduction des coûts de transaction pour garantir l’efficacité des droits de propriété, donc la croissance. Mutatis mutandis, la même incompatibilité vaut pour l’usage des modèles à multi-agents hétérogènes : ils permettent d’expliciter des mécanismes d’émergence d’organisations ou d’institutions, mais les coûts de transaction n’y jouent pas nécessairement le rôle central que leur attribue la NEI. Ce sont des résultats de processus dont ils ne sont pas la cause.

22 En résumé, la plupart des méthodologies ainsi mobilisées apportent moins des compléments à l’axiome central de minimisation des coûts de transaction qu’elles n’explicitent les raisons d’un écart systématique par rapport à cette hypothèse. Ce n’est pas l’aspect le moins surprenant de l’ouvrage sous revue. Supposé montrer la puissance de la NEI, il rend apparentes ses faiblesses et il ouvre ainsi un gigantesque et quelque peu anomique programme de recherche.

23 L’introduction de la psychologie et des sciences cognitives permet de mettre en évidence les biais des comportements par rapport à la normativité de la théorie standard. Simultanément, elle montre que les coûts de transaction sont le résultat de procédures cognitives et de mécanismes d’interaction : à nouveau ceci fait ressortir la normativité implicite de la NEI, surtout dans la problématique initiée par Ronald Coase. La même critique s’applique à l’économie expérimentale : elle permet de simuler en laboratoire les processus d’émergence, mais le plus souvent la vision normative du théoricien n’est pas confirmée, d’autant plus que l’on tient compte d’une forte dépendance des résultats par rapport au contexte, sans oublier l’écart qui sépare une série d’analyses microéconomiques situées avec l’esquisse d’une théorie générale, par exemple du développement. À cet égard, la NEI tente de surmonter les anomalies révélées par l’observation par rapport à la théorie standard basée sur une approche par les incitations, mais à leur tour, les études empiriques font ressortir un écart persistant avec ses prédictions.

24 Une visée commune anime nombre de chapitres : la numérisation des économies produit un volume considérable de données dans la plupart des domaines couverts par la théorie, à savoir les contrats, le travail, les organisations, la culture, les médias. Le propos est alors de mobiliser les sciences de l’information pour ordonner ces données, détecter des régularités et, qui sait, tester des hypothèses précises inspirées par une théorie. Les big data reviennent comme une préoccupation récurrente des chercheurs mobilisés par l’ouvrage, d’autant plus qu’ils entendent cerner les transformations contemporaines. C’est une promesse que partagent nombre de chercheurs en sciences sociales, mais d’autres doutent d’une science sans conceptualisation, hypothèse ou raisonnement. Pour l’heure ce n’est qu’une virtualité, car l’exploitation des big data est plus fréquemment pratiquée par les chercheurs travaillant pour les Gafa que par des enseignants-chercheurs du monde académique.

Tableau 1. Les méthodologies et techniques mobilisées ou proposées dans le programme de recherche de la NEI

Méthode

Exemple d’application

Résultat

Chapitre

1. Théorie de l’action collective

Relation avec la capacité de l’État

Diversité des configurations nationales

1, 12

2. Science politique

Régime autocratique et formation des normes

Différences avec les démocraties

2, 12

Fédéralisme

Impact du politique sur les institutions

3

Réglementation

Une conséquence du marché politique

4, 5

3 Droit

La jurisprudence révèle les propriétés des contrats

Un arbitrage entre les diverses dimensions du contrat

11, 21

4. Théorie des jeux

Répercussion des institutions informelles sur les institutions formelles

La notion de matrice institutionnelle : complémentarité, redondance, modularité et diversité

18

5. Analyse comparative

Révélation des configurations locales et nationales

La corruption et les moyens de la réduire

19

6. Histoire économique

Culture et institutions dans l’empire portugais au xvie siècle

Une explication de la diversité des trajectoires nationales

17

Constitution et chute de l’empire romain

Une analyse en longue durée de type Annales

26

7. Modèles évolutionnistes

Co-évolution des institutions et de la culture

Émergence et soutenabilité de la coopération

17, 21

8. Science cognitive

et psychologie

Détection des biais qui influencent la sélection des modes de gouvernance

Donner un contenu à la rationalité limitée

9

Religion et économie

Au-delà de la théorie de l’action rationnelle

20

9. Économie expérimentale

Un test de nouvelles institutions

Un complément aux autres méthodes

29, 30

De possibles inférences causales

Études de terrain, essais randomisés contrôlés (ERC)

Discriminer entre diverses alternatives

Économétrie

10. Théorie des incitations

Conception des contrats publics

Évaluation des politiques publiques

10, 23

ERC

Développement de l’agriculture

11. Modèles multi-agents hétérogènes

Impact des relations entre système technique et institutions

Simulation de l’impact d’arrangements institutionnels

8

12. Big data et sciences de l’information

Recueil systématique de données sur les contrats, le travail, les organisations, la culture, les médias

Vers une démocratisation des outils de la recherche empirique

10, 17, 22, 24, 25, 27, 28

Visualiser le PDF ici

Source. Boyer R.

25Que devient donc l’espoir original des fondateurs de la NEI ? Leurs successeurs peuvent se féliciter du dynamisme de la communauté qu’ils ont créée, mais le lecteur de l’ouvrage sous revue se forme une tout autre perception. Dans leur quasi-totalité, les chapitres s’ouvrent par un coup de chapeau aux pères fondateurs, mais ensuite les auteurs insistent sur la nouveauté du thème qu’ils entendent traiter pour s’éloigner plus ou moins considérablement des intentions originales. La plupart de ces chapitres s’achèvent par de stimulantes propositions, mais qui n’ont plus que de lointains rapports avec le cadre analytique précis de la NEI. Il est heureusement de brillantes exceptions, déjà mentionnées (chapitres 12, 13 ou encore 30), mais elles sont loin d’être la norme (tableau 2).

La lecture du dernier chapitre de l’ouvrage corrobore ce point de vue. Douglas W. Allen y écrit :

Has we all know Coase did not define transaction costs and this led to years of dispute and pointless rabbit holes. But we do know that any old notions of transaction costs will not do, and in particular, a simple “friction” type of cost is certainly inadequate for the institutional hypothesis. The useful and meaning definition must answer the following question. What costs are necessary and sufficient to violate the Coase’s theorem?

L’auteur rappelle alors la réponse qu’il a déjà donnée à cette question :

Namely transaction costs are the costs of establishing and maintaining property rights. (p. 273)

Ce qui n’est pas la définition néoclassique standard, qui insiste seulement sur le fait que les droits de propriété sont définis par la capacité à exercer librement un choix.

Tableau 2. Comment se distribuent les références aux quatre approches que la Nouvelle Économie Institutionnelle (NEI) juge fondatrices

Théorie

Théorie du changement institutionnel

Théorie des communs

Des coûts de transaction

De la gouvernance

Ronald Coase

Oliver Williamson

Douglas North

Elinor Ostrom

Public contracting research (Chap. 10)

A mutually beneficial relationship (Chap. 6)

Collective action (Chap. 1)

Collective action (Chap. 1)

Questions of property rights (Chap. 2)

Contracting in innovative industries (Chap. 7)

Transaction and transactors’ choice (Chap. 11)

Interrelated technical and institutional coordination (Chap. 8)

Experiments inform collective action research (Chap. 29)

Cognition and governance (Chap. 9)

Internal institutions (Chap. 16)

(Real) Behavior meets (real) institutions (Chap. 13)

Solving institutional puzzles (Chap. 30)

Transaction and transactors’ choice (Chap. 11)

The coevolution of institutions and culture (Chap. 17)

How do experiments inform collective action research (Chap. 29)

Institutional analysis of work (Chap. 22)

Modelling the institutional matrix (Chap. 18)

Corruption and NIE (Chap. 19)

Neo-institutionalism in ancient economic history (Chap. 26)

Source. Boyer R.

Certains auteurs rencontrent quelques-unes des questions clés de l’économie institutionnelle

26Lors de cette vaste exploration des pistes ouvertes à la NEI, divers auteurs se distinguent en ce qu’ils dépassent le cadre strict proposé par les pères fondateurs et font un apport à un programme de recherche plus ambitieux. Le premier, et le plus évident, tient à la constatation que l’analyse économique ne peut se passer d’une référence aux institutions, aux organisations et aux règles du jeu, tant en termes théoriques qu’historiques et comparatifs. C’est une différence importante par rapport au courant dominant, pour lequel la référence permanente à un concept fort de rationalité et d’équilibre de marché implique que les ajustements de marché sont premiers et que les institutions ne sont que des résidus, qu’une logique marchande n’a pas pu pour l’instant réduire. C’est bien sûr oublier que l’incertitude annihile la capacité de prévision dans un univers non probabilisable car non ergodique, et que les individus livrés à eux-mêmes ont du mal à se repérer dans des économies et sociétés complexes.

27Un deuxième point de rencontre concerne la reconnaissance du fait que le terme générique d’institution de la NEI recouvre des logiques d’action extrêmement contrastées, même si l’on admet qu’ex post ses diverses déclinaisons contribuent à réduire les coûts de transactions. La convention s’auto-exécute, la règle éthique suppose l’implication des individus, la coutume repose sur des relations informelles, alors que la règle privée est mise en œuvre grâce à l’existence d’un pouvoir au sein d’une organisation. Pour sa part, la loi appelle le pouvoir de l’État qui ne se réduit à aucune des logiques précédentes. Ainsi l’apport de l’un des auteurs, Stefan Voigt n’est pas sans écho au sein de la théorie de la régulation (tableau 3, infra).

28Une troisième convergence vise à dépasser une approche purement microéconomique pour converger vers l’analyse des configurations institutionnelles et organisationnelles qui opèrent au niveau d’ensemble. Bien que cette approche soit minoritaire, elle est intéressante pour les chercheurs de la régulation qui y voient une confirmation de l’accent mis sur la compatibilité, la complémentarité, la hiérarchie ou encore la co-évolution des formes institutionnelles. Pour sa part, Jenna Bednar (chapitre 18) propose d’autres mécanismes tels que la redondance, la modularité et la diversité des institutions. Plus encore, elle souligne l’intérêt d’une approche par la théorie des jeux dans laquelle s’articulent les résultats des interactions dans divers domaines et sphères de la société. On retrouve une convergence avec les travaux menés par Bruno Amable, Stefano Palombarini et Ekkehart Ernst. Ce lien devient fondamental dans les périodes de crises au cours desquelles la séquence des décisions dans les espaces politiques et économiques peut déterminer des résultats contrastés. Que l’on songe aux enseignements du Brexit, qui montrent comment l’autonomisation des conflits dans l’arène politique peut aboutir à des évolutions économiques aussi paradoxales qu’inattendues.

29Un dernier rapprochement vise à réinsérer les phénomènes institutionnels dans l’histoire longue des modes de développement. Le propos de Taco Terpstra (chapitre 26) est de réintroduire le temps de l’histoire longue dans une approche qui ne consiste pas seulement à distinguer entre les bonnes et les mauvaises institutions en matière de croissance, mais à comprendre comment la performance économique évolue au cours du temps. La constitution des institutions économiques, mais aussi leur entrée en crise, sont des étapes essentielles de cette démarche historique. Pour citer l’auteur :

It is imperative to revert to an overarching view of the economic history of the Greco-Roman world […] developing a new longue durée economic view of the ancient world seems to me an exciting challenge with a potential outcome that will be both enlightening to the discipline and useful to economic historians generally. (p. 239)

Tableau 3.a. Une comparaison des modalités d’action des « institutions » : la Nouvelle Économie Institutionnelle

Règle

Type de mise en œuvre

Type d’institution

Exemple

Convention

Auto exécution

Type 1 interne

Règles de grammaire en linguistique

Règle éthique

Implication personnelle

Type 2 interne

Dix commandements, impératifs catégoriques

Coutume

Sanction informelle de la société

Type 3 interne

Normes liées à l’étiquette

Règle privée formelle

Exécution privée à travers une organisation

Type 4 interne

Règles créées par les commerçants (cours d’arbitrage)

Loi étatique

Mise en œuvre organisée par l’État

Type 5 externe

Loi civile et criminelle

Source. Stefan Voigt (2018), « Internal institutions: the major unknowns in institutional economics », in Menard & Shirley (eds), p. 146

Tableau 3.b. Une comparaison des modalités d’action des « institutions » : la théorie de la régulation

NATURE

COMPOSANTE

DÉFINITION

PRINCIPE D’ACTION

SPHERE D’ACTION

ORDRE
CONSTITUTIONNEL

Ensemble de règles générales permettant de résoudre les conflits entre instance de niveau inférieur (institutions, organisations, individus)

Légitimité grâce à la délibération

État-Nation

INSTITUTION

Procédure immatérielle permettant de structurer les interactions entre les organisations (et individus)

Réduit ou élimine l’incertitude associée aux comportements stratégiques.

Une fraction de l’espace social et économique

ORGANISATION

Une structure de pouvoir et un ensemble de routines, en vue de surmonter les problèmes de coordination et les comportements opportunistes

La carotte et le bâton (c’est-à-dire système de rémunération et contrôle) sont liés aux institutions et conventions

Délimitation juridique d’une entité dotée d’une hiérarchie

ROUTINE

Ensemble de règles d’action dérivant de la codification d’une connaissance tacite

La standardisation simplifie des procédures complexes et facilite une compréhension et réactions communes.

Un espace de pratiques qui peuvent être communes à diverses organisations ou institutions

CONVENTION

Ensemble d’anticipations et de comportements se renforçant mutuellement, émergeant d’une série d’interactions décentralisées

Mémoire perdue des origines de la convention qui apparaît alors « naturelle ».

Niveau variable : de l’État-Nation à un espace délimité

HABITUS

Ensemble de comportements incorporés dans les individus, forgés au cours du processus de socialisation d’un individu.

Adaptation à un champ particulier, mais possible déséquilibre par transposition dans un autre.

La sphère de l’individualité

Visualiser le PDF ici

Source. Boyer R. & Y. Saillard (2002), Théorie de la régulation. L’État des Savoirs, Paris, La découverte. Amendé pour les besoins de la comparaison avec le tableau 2 ci-dessus.

30Le chapitre conclusif de l’ouvrage ne devrait pas laisser indifférent le lecteur, puisque Douglas W. Allen donne deux conseils aux chercheurs qui souhaiteraient s’intéresser à la relation entre coûts de transaction et établissement d’une part, et maintien des droits de propriété d’autre part. D’abord, il leur recommande de s’intéresser à une anomalie qui ne trouve pas de réponse dans les théories reçues. Ensuite, il souligne combien la connaissance personnelle d’un domaine est capitale :

Here the lesson to the young scholar is obvious: investigate something of personal interest. The financial rate of return to an academic is not high, so it is important to get utility from research: study something that will not lead to boredom. (p. 276)

31Ces deux préceptes ne sont-ils pas à la base du programme de recherche de la régulation ? D’une part, pourquoi les crises de l’accumulation prennent-elles une forme différente dans les années 1970, et comment expliquer la stagflation et non plus la déflation ? D’autre part, comment la caractérisation qui est ainsi obtenue des sociétés et des économies contemporaines peut-elle éclairer les programmes politiques progressistes ? Ces interrogations n’étaient pas seulement académiques mais aussi personnelles.

Quatre décennies de recherches et pourtant les questions centrales demeurent

32La remarquable efflorescence des domaines et des méthodes de la NEI ne saurait dissimuler une persistante fragilité de ses fondements et une absence de progrès dans des domaines pourtant essentiels à la lumière du projet initial. Voici quelques-unes de ces faiblesses.

Après une originale analyse des composantes participant à la définition d’une transaction, n’est-il pas surprenant que Massimiliano Vatiero conclut :

Despite a voluminous literature on the argument, a consensus on the definition of transaction costs is still out of sight […] One cause of this vagueness surrounding the notion of transaction costs is the lack of a clear-cut definition of what a transaction is. (p. 104)

33Le cœur de sa proposition est de repartir de l’ouvrage de John R. Commons, Legal Foundation of Capitalism, publié en 1924. Il ne s’agit pas de déterminer la transaction entre deux individus, mais de repartir d’une transaction qui implique plus de deux individus, car c’est l’unité d’analyse de l’économie, de l’éthique et de la loi. Il faudrait donc remplacer Oliver Williamson par John R. Commons !

34Si l’on adopte cette position, on comprend mieux pourquoi, comme le soulignent divers auteurs, la tâche centrale consistant à mesurer les coûts de transaction n’a pas été remplie au-delà de la multiplication des articles qui considèrent les coûts de transaction comme une variable explicative centrale des formes d’organisation des firmes.

A next step would be to introduce measurement of management practice in creative industries and compare them to those in traditional non creative industries.

(Ricard Gil & Giorgio Zanarone, p. 69).

De la même façon, le chapitre 16 s’ouvre par l’affirmation suivante  :

Some people claim that “informal institutions rule” (Williamson, 2009). Such a claim will remain an unfounded statement until institutions can be reliably measured. (Stefan Voigt, p. 145)

L’auteur ajoute immédiatement qu’il a publié dans le Journal of Institutional Economics, respectivement en 2013 et 2018, deux articles sur la question. À la lumière de nombreuses références présentes dans les autres chapitres, il ne semble pas que la méthodologie proposée ait fait école. Il se pourrait que la difficulté ne soit pas simplement une question de données mais de conceptualisation, comme avancé par Ricard Gil & Giorgio Zanarone.

35Il est une critique encore plus radicale de la NEI : elle prétend définir une problématique intégrant les apports respectifs de quatre auteurs dont les objets d’analyse, les hypothèses et la méthodologie diffèrent notablement. S’il est exact qu’Oliver Williamson s’inscrit dans la filiation de Donald Coase et vise à une théorie des organisations, pour sa part Douglass North ouvre un tout autre chantier qui porte sur les institutions et leur évolution, de sorte que sa problématique n’a pratiquement aucun rapport avec une analyse en termes de coûts de transactions. Le fossé est encore plus profond avec les travaux d’Elinor Ostrom, puisqu’ils tendent à invalider une approche typiquement normative en surplomb des acteurs. Au demeurant, Oliver Williamson, dans sa conférence de réception du Prix Nobel, a explicitement marqué ses distances à l’égard d’une approche par les communs (Chanteau & Labrousse, 2013). De fait, aucun des articles rassemblés dans l’ouvrage ne tente un exercice de réconciliation entre les figures emblématiques de la NEI. On comprend la difficulté de la tâche : mission impossible ?

36Il est dès lors difficile d’analyser précisément comment les diverses composantes de ce que la NEI appelle « institution » contribuent à réduire les coûts de transaction. Or c’est l’axe central de ce paradigme, comme l’affirment les deux éditeurs à partir d’une citation empruntée à un précédent ouvrage, celui de 2005, déjà cité :

To reduce risk and transaction costs human create institution writing and enforcing constitution, laws, contracts and regulation – so-called formal institutions – and structuring and inculcating norms of conduct, beliefs and habits of thought and behavior. (p. 1)

Comme déjà mentionné, un seul chapitre semble définir, de façon systématique, les mécanismes à travers lesquels ces diverses composantes opèrent (cf. tableau 3 supra). À nouveau, ce précepte est peu mis en pratique dans les autres chapitres.

37Les institutions entendues au sens de la NEI ne fonctionnent pas séparément, puisqu’elles doivent être compatibles au sein de l’équivalent d’un système ou encore d’un régime à peu près cohérent au sens où il se stabilise à travers un certain nombre de degrés de liberté. C’est ce que, à la suite de Douglas North, la NEI appelle « institutional matrix ». On trouve un exemple de ces interdépendances dans le chapitre de Jenna Bednar intitulé « Modeling the institutional matrix, norms, culture, and robust design ». L’auteur reconnaît que la NEI a quelque peu tardé à traiter de la question :

Nearly 25 years later, the field is just beginning to build theories and applications that flesh out how institutions might be connected and how they may aid or impeded one another’s performance. (p. 162).

38Fort heureusement, Rolf Künneke est contraint d’aborder cette question, puisque son objet est de mettre en relation coordination par les techniques et par les institutions. Ce même article reprend un diagramme emprunté à Claude Ménard qui distingue clairement les niveaux de ces interdépendances, soit globales, soit sectorielles, soit au niveau élémentaire des transactions (p. 74). On mesure l’impact à long terme du choix fait par la NEI de partir d’une analyse exclusivement microéconomique, à l’opposé de celui des approches de la régulation, qui ont eu à traiter des architectures institutionnelles encadrant le régime d’accumulation et le mode de régulation. Apparemment, on ne trouve que peu de traces du concept de complémentarité, encore moins de celui de hiérarchie institutionnelle, mis en avant par la variété des capitalismes et la régulation. Il est à cet égard remarquable que les travaux de Hall et Soskice qui, depuis près de deux décennies, font autorité en matière d’analyse comparative des capitalismes, ne soient mentionnés par aucun des auteurs. Dans ces conditions, les auteurs de la NEI qui s’intéressent au développement – par exemple Carmine Guerriero (chapitre 14) – ne négligent-ils pas ce courant de la littérature, alors que, dans la plupart des autres domaines, prévaut un éclectisme certain en matière de méthodologie et d’outils ? Est-il raisonnable de centrer l’analyse sur le seul respect d’une conception assez intégriste des droits de propriété ?

39Ce manque d’articulation entre micro- méso- et macro- pose la question de la théorie de l’action sur laquelle repose la NEI depuis sa fondation. Le propos était de fournir une alternative à la théorie de la rationalité substantive élaborée par la théorie néoclassique, par la prise en compte de l’incertitude et des coûts de transaction. La première partie de l’ouvrage, en particulier le chapitre 1, s’attaque au problème de l’action collective et ses relations avec l’organisation politique. Philip Keefer semble proposer une théorie dans laquelle l’action est conditionnée par la nature des interventions du politique, soit une position finalement proche de celle de la régulation. Pourtant dans nombre d’autres chapitres, les auteurs utilisent implicitement une théorie des incitations au sens de la nouvelle théorie microéconomique. D’autres auteurs encore comptent sur la psychologie et l’économie expérimentale pour révéler les comportements qui se développent au sein d’une organisation institutionnelle, soit un fondement encore différent des deux précédents, ne serait-ce que parce que les expérimentations livrent des résultats situés et contingents au contexte. Le courant de la NEI, dont on a souligné la diversité et la richesse, ne semble pas avoir apporté de contribution propre à cette question centrale pour l’économie et plus généralement les sciences sociales.

40La lecture de l’ouvrage suscite une autre déception : la NEI ouvrait sur la prise en compte de la diversité tant en matière d’organisation des firmes que de configuration institutionnelle. On aurait pu attendre de décennies de recherche menées par une dense communauté internationale de converger vers une forme ou un autre de taxonomie des institutions. Aucun des chapitres sous revue ne tente cet exercice, car les recherches se sont de plus en plus spécialisées selon les domaines et les méthodologies. L’ouvrage s’ouvre même sur un aveu déconcertant :

Nevertheless, despite profound contributions arising from more than 50 years of research, we still only partially understand why societies exhibit significant differences, among themselves and over time in how they resolve the dilemmas of collective action. (p. 9)

41Par contraste, les recherches de la régulation ont progressivement élaboré une typologie des configurations institutionnelles, sans cesse étendue par la prise en compte de nouvelles zones géographiques (Asie, Amérique latine) et pays. On mesure à nouveau la dépendance par rapport au chemin en matière de théorisation : aux yeux de nombreux chercheurs contemporains, les analyses microéconomiques semblent plus pertinentes que les recherches macroéconomiques, mais simultanément, elles ne peuvent répondre véritablement aux enjeux du développement. Dernière différence, alors que les crises économiques, les effondrements financiers, les conflits politiques et les guerres semblent avoir joué un rôle déterminant quant à l’évolution des capitalismes, ce sont autant d’événements porteurs de changements structurels qui ne sont pas abordés par la NEI, si ce n’est de façon très indirecte.

Comment expliquer un tel succès de la NIE ?

42Ainsi, quarante années de recherches ne semblent pas avoir surmonté la double faiblesse de cette approche : d’une part, conceptuellement, les coûts de transaction ne sont pas véritablement définis, au point que cette lacune définit un nouveau programme de travail pour certains des auteurs de chapitres ; d’autre part, ces coûts ne sont pratiquement jamais mesurés, de sorte que l’affirmation selon laquelle les organisations les minimisent repose sur une stratégie de confirmation et non de falsification au sens de Karl Popper. La NEI serait-elle finalement une habile tautologie ?

43Par exemple, il n’est pas très éclairant de réduire le traitement de l’incertitude à un simple coût de transaction. Par ailleurs, le hiatus entre la configuration des firmes et la dynamique des institutions qui gouvernent les économies demeure, en dépit de quelques travaux prometteurs. Cette divergence entre les promesses des travaux fondateurs et le caractère limité des résultats obtenus mériterait investigation de la part des sociologues et épistémologues des sciences. À la lumière des analyses qui précèdent, il est possible d’avancer quelques hypothèses qui rejoignent les conclusions de divers travaux qui ont proposé des critères généraux permettant de comparer les divers institutionnalismes (Mazzoleni & Nelson, 2013 ; Chanteau & Labrousse, 2013). Une comparaison termes à termes de la NEI avec trois autres approches, notamment celles de l’institutionnalisme américain à la Commons et de l’économie des conventions, aide à formuler un diagnostic. Pour des raisons de concision, l’institutionnalisme évolutionniste à la Veblen n’est pas pris en compte car il n’est cité par aucun des auteurs (tableau 4).

44La NEI s’inscrit sans hésitation, dans le champ de l’individualisme méthodologique. C’est une différence majeure avec l’ancien institutionnalisme qui a pour objet central la transaction et les relations entre agents, plus encore avec la théorie de la régulation qui considère que les structures collectives héritées du passé façonnent les comportements individuels. Il était donc plus facile pour l’économie standard de se reconnaître dans la méthodologie de la NEI. Pour sa part, l’économie des conventions dépasse le strict champ de l’activité économique au profit d’une analyse des entités intersubjectives qui parcourent toutes les sphères des sociétés. C’est en opposition par rapport à la tendance qu’ont les économistes à exporter leur théorie de la rationalité substantielle à un grand nombre de domaines des sciences sociales.

45Il est un second avantage concurrentiel de la NEI dans le champ de la théorie économique : elle propose à l’économie standard d’expliquer des phénomènes dont elle est, a priori incapable de rendre compte : pourquoi la firme existerait-elle en l’absence de coûts de transaction ? Rien de tel avec une approche à la Commons car celle-ci vise à proposer des notions qui n’ont pas de correspondant dans la théorie néoclassique. La théorie de la régulation souffre du même handicap puisque, dès l’origine, elle prône un abandon du paradigme central de l’économie pour en construire un autre qui prenne pleinement en compte le temps historique, celui de la transformation des relations sociales. Il n’est dès lors pas étonnant que peu de chercheurs néoclassiques aient adopté cette approche qui au demeurant dévaloriserait nombre des compétences acquises et exigerait la formation d’autres savoir-faire.

46Le principe de parcimonie joue aussi en faveur de la NEI puisqu’elle tend à réduire un ensemble complexe de mécanismes et de déterminants à une seule notion/hypothèse : institutions et organisations ont pour objet de réduire les coûts de transaction. Qu’importe si manquent les médiations qui vont de l’analyse des configurations à une mesure effective de coûts, les mêmes prémisses seraient applicables à un très grand nombre de domaines. L’extraordinaire floraison des concepts que propose la théorie de Commons, a longtemps été et continue à être, l’un des obstacles majeurs à sa diffusion. De même la sophistication des différentes logiques qui prévalent dans les cités de l’économie des conventions a peu de chance de retenir l’attention de l’économiste du courant dominant. Enfin, la généalogie marxiste des concepts de la théorie de la régulation n’incite guère à l’adoption de sa méthodologie, d’autant plus qu’elle exige le croisement de diverses disciplines, méthodologies et techniques.

47Il se peut cependant que la percée et la permanence du succès de la NEI tiennent à une de ses particularités : elle ne propose en rien une révolution ou encore une rupture épistémologique, mais une alliance, simplement grâce à une extension de la théorie en vue d’un plus grand réalisme. L’ouvrage de Claude Ménard et Mary Shirley, confirme cette interprétation puisque nombre d’économistes mainstream sont mobilisés pour consolider leur démonstration. Tel n’est pas le propos de l’institutionnalisme américain ou de la théorie de la régulation : une hybridation avec la théorie standard est fort difficile, si ce n’est impossible, ne serait-ce que parce que les questions posées (d’où viennent les crises, pourquoi changent les architectures institutionnelles, comment le politique façonne-t-il l’économique ?) ne sont pas celles de la théorie néoclassique qui postule l’existence et la stabilité d’un équilibre et examine sa relation avec un optimum social, dans une économie stationnaire, dénuée de changement structurel. L’opposition au paradigme dominant de la profession se traduit donc, en cas d’échec, par une marginalisation (la théorie de la régulation) ou l’oubli (la théorie de Commons).

Tableau 4. L’institutionnalisme en économie : une comparaison de quatre programmes de recherche

Tableau 4. L’institutionnalisme en économie : une comparaison de quatre programmes de recherche

Visualiser le PDF ici

Source. Boyer R.

48Enfin, il faut se souvenir que les économistes appartiennent à une profession qui définit un champ dans lequel entrent en conflit divers groupes porteurs de conceptions différentes de la discipline. Le label de scientificité est donc apporté par la constatation d’un consensus d’une majorité de participants. À cet égard, il est remarquable de noter la grande diffusion de la théorie des coûts de transaction dans le monde anglo-saxon. Ainsi, sur les trente auteurs rassemblés par l’ouvrage édité par Claude Ménard et Mary Shirley, 23 d’entre eux travaillent dans des universités de langue anglaise. On est frappé par le faible nombre de contributions de la part d’Européens, très souvent de qualité, mais qui ne parviennent pas à transmettre une conception plus large des institutions et de leur évolution. Sont encore moins présents les chercheurs d’Amérique latine ou d’Asie.

49Ces quatre facteurs rendent compte des trajectoires contrastées qu’ont connues ces quatre programmes de recherche : oubli du vieil institutionnalisme américain, à l’exception d’une minorité d’académiques, renaissance d’intuitions longtemps négligées puis conquête d’un champ académique pour la NEI, percée dans les sciences sociales de l’économie des conventions mais marginalité par rapport à la profession des économistes, enfin, à contre-courant des tendances à l’empirisme et au refus de l’histoire et de la conceptualisation, la théorie de la régulation n’a pu conquérir le champ académique qu’espéraient ses fondateurs.

Conclusion

50Ainsi, quiconque voudra se familiariser avec la NEI aura intérêt à lire ou parcourir l’ouvrage qui présente une synthèse des origines, du présent et des perspectives de ce courant de pensée. Pour leur part, les tenants d’autres approches sont invités à réfléchir sur les conditions du succès d’une problématique et à prendre conscience du rôle déterminant qu’a la structuration d’une profession sur sa production scientifique et la formation des paradigmes qui font époque.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1997) [1976], Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 2e édition 1982. Réédition, Nouvelle préface, Odile Jacob, Paris.

Amable B., Ekkehart E. & S. Palomnarini (2005), « Comment les marchés financiers affectent les relations industrielles : une approche de complémentarité institutionnelle », Revue socio-économique, vol. 3, no 2, mai, p. 311-330. https://www.cairn.info/l-annee-de-la-regulation-n-6-2002-2003--9782724608925-page-271.htm

Batifoulier P., Bessis F. & G. de Larquier (dir.) (2015), Dictionnaire des conventions : Autour des travaux d’Olivier Favereau, mars, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Boyer R. (2018), « Le Brexit : souveraineté nationale contre internationalisation de l’économie », in Christ J. & G. almon, La dette souveraine, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 133-172.

Boyer R. & Y. Saillard (2002), Théorie de la Régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte (Seconde Edition).

CEPREMAP-CORDES (1977), Approches de l’inflation : l’exemple français, Benassy J.-P., Boyer R., Gelpi R.-M., Lipietz A., Mistral J., Munoz J. & C. Ominami, Rapport de la convention de recherche no 22/176, décembre.

Chanteau J.-P. & A. Labrousse (2013), « L’institutionnalisme méthodologique d’Elinor Ostrom : quelques enjeux et controverses », Revue de la régulation, 14 | 2e semestre /, http://journals.openedition.org/regulation/10555 ; DOI : 10.4000/regulation.10555

Coase R. (1937), « The nature of the firm », Economica, vol. 4, no 16, November. https://doi.org/10.1111/j.1468-0335.1937.tb00002.x

Bernard Chavance, « Ownership Transformation and System Change in China », Revue de la régulation, 21 / Spring 2017, http://journals.openedition.org/regulation/12298 ; DOI : 10.4000/regulation.12298.

Commons J. R. (1924), Legal foundation of capitalism, New York, MacMillan (New edition, 2007).

Feyeraband P. (1975), Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Le Seuil.

Greif A. (2006), Institutions and the path of the modern economy: Lessons from medieval trade, Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Mazzoleni R. & R. Nelson (2013), « An interpretative history of challenges to neoclassical microeconomics and how they have fared », Industrial and Corporate Change, vol. 22, no 6, p. 1409-1451. https://doi.org/10.1093/icc/dtt031

Ménard C. & M. Shirley (eds) (2005), Handbook of New Institutional Economics, Dordrecht, Springer.

North D. (1994), « Economic Performance through time », American Economic Review, vol. 84, no 3, p. 359-368. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/2118057

Olson M. (1965), The logic of collective action: public goods and the theory of groups, Cambridge (MA): Harvard University Press.

Ostrom E. (1998), « A behavioral approach to the rational choice theory of collective action: Presidential address, American political Science Association », American Political Science Review, vol. 92, no 1, p. 1-22. DOI: https://doi.org/10.2307/2585925

Tsebelis G. (1990), Nested games, rational choice in comparative politics, vol. 18, Oakland CA, University of California Press.

Voigt Stefan (2018), « Internal institutions: the major unknowns in institutional economics », in Menard C. & M. Shirley (eds), A research agenda for new institutional economics, Elgar Research Agendas, Edward Elgar publishing, p. 145-152.

Williamson O. (1975), Markets and hierarchies, New-York, Free Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 4. L’institutionnalisme en économie : une comparaison de quatre programmes de recherche
Légende Visualiser le PDF ici
Crédits Source. Boyer R.
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « la nouvelle économie institutionelle : anything goes ?
Paradigme problématique mais succès académique », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le , consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15020

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Institut des Amériques, 60, Boulevard du Lycée, 92170 Vanves, France, r.boyer2@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page