Navigation – Plan du site
Notes de lecture

À propos de l’ouvrage de Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier, Économie de l’Asie du Sud-Est. Au carrefour de la mondialisation

Julien Vercueil
Référence(s) :

Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier, Économie de l’Asie du Sud-Est. Au carrefour de la mondialisation, éditions Bréal, 2018, 264 p.

Texte intégral

  • 1 Jean-Raphaël Chaponnière, ancien ingénieur de recherches au CNRS, est membre d’Asyalist et d’Asie 2 (...)
  • 2 Le dernier livre spécifiquement dédié à l’économie de l’Asie du Sud-Est est un Que-Sais-je ?, publi (...)
  • 3 Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam.

1Ce livre, écrit par deux spécialistes français reconnus des économies d’Asie du Sud-Est1, se présente comme un manuel destiné aux étudiants de premier et deuxième cycles universitaires. Il comble opportunément un vide éditorial2 et actualise nos connaissances sur les évolutions économiques d’une région clé du continent asiatique, composée de dix pays3 totalisant 635 millions d’habitants et dont le PIB, cumulé au taux de change courant, est encore aujourd’hui légèrement inférieur à celui de la France. Limitant volontairement l’analyse théorique à son strict minimum, il propose une approche chronologique qui permet de mettre clairement en évidence les bifurcations et les continuités qui ont amené les pays dont il est question aux stades de développement où ils se situent désormais.

2Bien que faiblement théorisé, le livre ne pèche pas par manque d’analyse. Ceci parce qu’il joue pleinement le jeu de la démarche comparative, qui oblige les auteurs à prendre du recul sur les évolutions qu’ils décrivent et à chercher, derrière les similitudes et les différences apparentes, des éléments de compréhension qui permettent de donner du sens aux résultats de l’observation. En cela, il s’agit bien d’un manuel d’économie politique au sens plein du terme, attentif à ne pas tout réduire au résultat des « forces anonymes » du marché et à accorder toute leur place aux dispositifs institutionnels et aux décisions politiques dans l’analyse des trajectoires de développement économique.

3L’ouvrage est court. Il compte 263 pages et neuf chapitres. Chronologiques, les six premiers retracent les grandes étapes de la dynamique économique régionale. Les trois derniers abordent des thématiques transversales : l’industrialisation, les transformations sociales et l’intégration économique régionale. L’écriture est fluide, homogène (le lecteur, même familier des auteurs, a du mal à attribuer la paternité des chapitres), l’appareil critique abondant (d’une cinquantaine à plus de cent notes par chapitre, la majorité consistant en références bibliographiques), de même que les illustrations : les nombreux tableaux, graphiques et encadrés apportent des approfondissements aux lecteurs curieux d’en savoir plus. L’objectif de l’ouvrage était manifestement pédagogique ; il est atteint.

4Dans toute approche comparative internationale, la gageure principale consiste à bien montrer les parentés, sans sursimplifier la description. C’est cette difficulté que les auteurs affrontent, en mettant en évidence une série de points communs qui ont contribué à façonner un certain type de trajectoire économique régionale, sans gommer pour autant les spécificités nationales, déterminées par la géographie, l’histoire, les institutions et les dotations factorielles propres à chaque pays.

Des influences venues d’ailleurs

5Le sous-titre du livre, « carrefour de la mondialisation », est pleinement justifié par l’histoire des influences extérieures que la région a subies : venus d’Inde, de Chine et du Japon, les marchands, artisans, navigateurs, travailleurs ou colonisateurs asiatiques ont laissé leur empreinte sur ces sociétés et leur territoire fragmenté, longtemps faiblement peuplé. Sans sous-estimer l’importance des relations, évoquées dans l’ouvrage, qui se sont développées entre les peuples et les États de la région et qui les ont en grande partie structurés, nous choisissons, dans cette partie, de nous intéresser aux influences allogènes. Les auteurs rappellent que les cités portuaires ont bâti leur prospérité sur le transbordement des marchandises et sur l’organisation de foires et de marchés, ce depuis l’antiquité (p. 16-17). Les fleuves sont aussi des voies de passage de ces influences, essentiellement venues de Chine pour ce qui concerne l’Asie du Sud-est continentale. Le Vietnam, par exemple, ne s’émancipera politiquement de la Chine qu’au xe siècle de notre ère, tout en conservant de multiples témoignages de cette tutelle. Au xiiie siècle, Kubilai Khan soumettra une partie de la région au principe du tribut et la dynastie Ming (xvie siècle) prolongera l’influence chinoise bien au-delà, allant jusqu’à toucher de ses jonques les côtes africaines.

6L’Inde est une autre source d’influence asiatique majeure, se retrouvant davantage actuellement dans les traits culturels, politiques et linguistiques que dans le domaine économique. L’hindouisme s’est exporté dans plusieurs contrées de la région et dès le vie siècle, la forme orientale du christianisme a transité par l’Inde pour toucher l’archipel indonésien, avant que l’Islam ne prenne le même chemin, sporadiquement, dès le xie siècle via les boutres des marchands arabes, puis plus significativement à partir du xiiie siècle (Bertrand, 2004). Sur ce point important de l’influence du monde islamique en Asie du Sud-Est, on aurait souhaité davantage d’éléments de la part des auteurs.

7L’influence japonaise, qui fut timide avant le xixe siècle, s’affirme à la suite de l’ère Meiji. D’abord commerciale, puis militaire, sanglante mais brève durant la Seconde Guerre mondiale, la présence japonaise concurrence, dans une certaine mesure, celle, millénaire, de la Chine, tout en s’ajoutant aux pressions coloniales occidentales. Elle s’accompagne de l’installation de capacités industrielles et financières qui ont un certain impact sur la région. Mais les exactions commises par les troupes japonaises dans les territoires soumis resteront longtemps gravées dans la mémoire des populations, et la défaite contre les Américains provoqua un reflux qui ne sera compensé que plusieurs décennies plus tard (p. 59-66).

  • 4 Signé par Jean II du Portugal, Ferdinand II de Castille et Isabelle d’Aragon, sous l’égide du Pape (...)

8L’Europe et les États-Unis d’Amérique posent aussi leurs lourdes pattes sur la région. À partir du traité de Tordesillas (1494), complété par le traité de Saragosse (1529), le monde est divisé entre Portugais et Espagnols. Mais Anglais, Français et Néerlandais ne s’en laissent pas conter4 et viendront bientôt contester aux colons ibériques leur suprématie dans ces contrées. Maîtres théoriques de l’Océan indien avec leurs possessions à Goa et Malacca, les Portugais devront s’incliner devant ces puissances navales montantes, tandis que l’invincible armada de Philippe II d’Espagne sera défaite au large de l’Angleterre en 1588.

  • 5 Durant ses deux siècles d’existence en tant que compagnie privée, la VOC armera 4 700 navires et co (...)

9Au « grand jeu » des épices, ce sont les Pays-Bas qui gagnent. Les auteurs rappellent que la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC, Compagnie néerlandaise des Indes Orientales), créée en 1602, soit deux ans après sa concurrente anglaise, mais avec un capital dix fois plus élevé, constitue le prototype de la multinationale capitaliste5. Elle développe la finance du commerce au long cours et s’impose par des coups de force militaires comme le bras armé des Provinces Unies, lesquelles obtiennent bientôt leur indépendance de la Couronne espagnole. C’est la VOC qui, dans ses comptoirs, dispose du pouvoir de police, de défense et de justice, elle qui assure sa propre diplomatie sur ses routes commerciales – parfois au mépris des traités internationaux signés par les Provinces Unies.

10Aux xviiie et xixe siècles, un nouveau basculement s’opère au profit de l’Angleterre. Jusqu’alors, le commerce européen avec la Chine et l’Asie du Sud Est était structurellement déficitaire. Les auteurs montrent comment l’Angleterre va utiliser l’Inde, où le Bengale a été soumis par les armes en 1757, pour régler durablement les échanges commerciaux à son profit, en jetant les bases d’un « narco-colonialisme » (p. 28) qui va constituer le point de départ de la plus grande humiliation de l’histoire moderne de l’Empire chinois, avec la signature imposée des « traités inégaux ».

La décolonisation et ses défis

11Le processus de décolonisation, enclenché à la suite de la défaite japonaise de 1945, se complique rapidement du fait des enjeux liés à la guerre froide, particulièrement après la victoire des communistes en Chine continentale. L’ouvrage met en évidence la diversité des situations : la Thaïlande, bien que sous influence française et anglaise, n’a jamais été formellement colonisée. Aux Philippines, les États-Unis lancent le processus de décolonisation juste après la guerre (1946). Au Vietnam et en Indonésie, les leaders nationaux proclament l’indépendance de leur pays en 1945 et doivent faire face aux armées des colonisateurs français et néerlandais. De son côté, la Grande Bretagne se retire sans trop de heurts de la Birmanie (1948), mais tarde à se défaire, en douceur, de la Malaisie (1957). Jamais bien loin, les deux puissances mondiales que sont les États-Unis et l’Union soviétique interfèrent dans nombre de ces processus.

  • 6 Les relations de certains pays (Malaisie, Birmanie) avec le Japon sont toutefois plus complexes que (...)
  • 7 Sur le cas du Laos, on pourra lire l’article critique de Jean-Pierre Barbier (1975). L’auteur remer (...)

12À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, qui a provoqué beaucoup de destructions dans la région, une véritable urgence économique sévit. Partout, la situation sociale – parfois même alimentaire, comme en Indonésie – est critique. Pour en sortir, la Commission économique des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique préconise, en 1950, de stimuler l’épargne et l’investissement (p. 84). Est-ce à dire que les capitaux étrangers, qui commencent alors à affluer par le biais de l’aide internationale et du fait de l’affermissement de la présence américaine, jouent un rôle d’impulsion dans le développement ? Le livre tend à accréditer cette thèse : l’assistance américaine sert d’amorçage, directement mais aussi indirectement : la décision prise de soutenir le Japon, ennemi vaincu, face à la menace communiste chinoise, aidera ce dernier à revenir ultérieurement dans la région, dont il participera à la modernisation (surtout à partir des années 1970-1980), en dépit du souvenir laissé par son occupation lors de la guerre6 (p. 77). Mais les effets de distorsion que l’aide économique a provoqués dans des pays comme le Laos7 rappellent que la relation entre l’aide et le développement économique est beaucoup moins évidente pour l’Asie du Sud-Est que pour les pays d’Asie orientale, qui deviendront des NPI (en particulier la Corée du Sud et Taiwan).

Une combinatoire paradoxale : politiques industrielles et exportations pétrolières

13Les tentatives de collectivisation en Birmanie, au Vietnam du Nord, alors en guerre, et au Laos, débouchent au mieux sur une stagnation, au pire sur des pénuries chroniques qui, s’ajoutant aux destructions de la guerre, ne trouvent de palliatifs que dans l’aide extérieure. L’unification du Vietnam, sous contrôle communiste après la guerre, étendra les difficultés au Sud et provoquera l’exode des Boat People entre 1975 et 1985 (p. 98-104). Dans les pays soutenus par les puissances occidentales, la situation de l’après-indépendance semble à peine plus reluisante. Les Philippines s’empêtrent dans l’endettement extérieur, la Thaïlande des généraux dépend pour ses infrastructures de l’aide américaine. Mais les sombres visions d’économistes et politologues éminents (Mende [1954], Myrdal [1968]) s’avéreront, au fil du temps, exagérément pessimistes.

14En effet, en dépit d’un cadre institutionnel et politique fragile, et dans bien des cas instable, plusieurs pays d’Asie du Sud Est feront des choix de politique de développement qui finiront – malgré les erreurs commises – par porter leurs fruits, si on les compare avec les trajectoires de la majorité des économies d’Afrique, qui présentaient le même niveau initial de développement. La constitution, dans plusieurs pays, d’un appareil étatique capable de formuler et mettre en œuvre, dans la durée, des politiques centrées sur la satisfaction des besoins sociaux les plus criants a joué un rôle dans cette différenciation.

15L’essor économique n’est toutefois ni immédiat, ni universel. En Indonésie, les considérations nationales et religieuses se mêlent aux rivalités idéologiques pour miner la cohésion du pays. Les années 1960 sont particulièrement sombres, marquées par l’un des plus grands massacres de la deuxième moitié du xxe siècle, perpétré entre 1965 et 1967, pour l’essentiel par des milices civiles sur ordre du général Suharto, et dirigé contre le parti communiste et des minorités locales. Suharto devient l’homme fort du pays et demeurera protégé par les États-Unis, soucieux de préserver un bastion anticommuniste face à la Chine. Durant les années 1970, le gouvernement indonésien utilise la manne pétrolière pour se lancer dans une politique industrielle marquée par le favoritisme clanique et familial. Lorsque les prix des matières premières chutent, l’endettement de ces sociétés mal gérées rejaillit sur les finances publiques, qui sont durablement déséquilibrées (p. 112-116).

16La Malaisie est fort mal acceptée, à son indépendance, par les Philippines et surtout par l’Indonésie de Soekarno pour son appartenance prolongée à l’Empire Britannique et l’influence soupçonnée du parti communiste chinois (p. 108). Ses relations régionales vont rester conflictuelles jusqu’à la fondation de l’Asean (1967). Elle dispose en revanche de certains atouts légués par le colonisateur en matière d’infrastructures et d’industrialisation. Sa politique industrielle, proche par certains côtés (notamment sa politique douanière) de celle de la Corée du Sud, parvient à doubler la part de l’industrie manufacturière dans le PIB et l’emploi durant la décennie 1960. Cette progression se poursuit durant la décennie suivante à l’image du développement de l’île de Penang comme zone franche, bientôt répliquée dans d’autres territoires. Une telle forme de promotion des exportations, dans le textile puis dans l’électronique, tranche avec les politiques de substitution aux importations dominantes ailleurs. Comme dans d’autres pays de la région, les recettes d’exportation de matières premières (étain, caoutchouc, puis huile de palme, pétrole puis gaz) assurent l’excédent du compte des transactions courantes. En Thaïlande, un compromis est trouvé entre l’impératif d’industrialisation, qui implique de renforcer la présence économique de la diaspora chinoise dans le pays, et celui de flatter le nationalisme thaï (voir infra). Le pays, selon les auteurs,

[…] poursuit une « stratégie de moustique » combinant des PMI flexibles, des sociétés commerciales et des banques habiles à découvrir des niches sur le marché mondial [comme] le prêt-à-porter, la joaillerie, la taille des pierres précieuses et semi-précieuses, le diamant, les produits plastiques, les mouvements de montre, les jouets. (p. 134)

17À ces secteurs s’ajoute celui de l’énergie, qui se développe à la faveur de la découverte de gisements de pétrole et de gaz et permet, là aussi, de dégager des marges de manœuvre financières.

Comment prendre en compte le facteur Chine ?

  • 8 C’est ainsi que la présente dans les années 1960 Everett D. Hawkins, spécialiste américain des rela (...)

18Le livre rappelle qu’outre l’Europe et les États-Unis, la Chine est considérée par certains observateurs comme l’autre « colonisateur8 » historique, plus structurel et démographique que politique, en Asie du Sud-Est. La diaspora chinoise est plus ou moins présente, mais elle est partout : de Singapour, où elle représente plus des trois quarts de la population, aux Philippines, l’une des plus anciennes destinations d’émigration chinoise, où elle dépasse le million (voir tableau 1), elle se compose de plusieurs strates historiques de peuplement qui ont laissé leur empreinte dans la région et y ont tissé des liens culturels, marchands et désormais industriels, contribuant à sa structuration. Bien sûr, la manière de composer avec cet héritage a varié suivant les pays et les systèmes politiques.

Tableau 1. La population chinoise en Asie du Sud-Est (années 2010)

Pays de résidence

Revenu national brut par habitant, $ PPA (2017)

Nombre (en millions)

Pourcentage de la population

Singapour

90570

2,6

76 %

Malaisie

28650

6,6

23 %

Thaïlande

17090

9,3

14 %

Myanmar

5 830

1,6

2 %

Laos

6 650

0,2

2 %

Indonésie

11900

2,8

1 %

Philippines

10030

1,1

1 %

Vietnam

6 450

0,8

1 %

Cambodge

3 760

0,15

1 %

Sources : Banque Mondiale, 2019 ; Wikipedia https://en.wikipedia.org/​wiki/​Overseas_Chinese#cite_note-CIA_-_The_World_Factbook-11 ; https://en.wikipedia.org/​wiki/​Laotian_Chinese ; https://en.wikipedia.org/​wiki/​Chinese_Cambodian [en ligne, dernière consultation 18/01/2019].

19Singapour est un cas particulier, du fait de sa relation à la Fédération de Malaisie et du poids particulier de la communauté chinoise dans la cité-État. Contrairement aux craintes de certains pays voisins, aucun basculement vers le collectivisme ne suit son indépendance en 1965 : une politique autoritaire, l’apaisement des relations avec l’Indonésie et surtout le positionnement de l’île comme base de production pour les entreprises occidentales à fort contenu technologique attirent les premières entreprises américaines de semi-conducteurs. Le décollage de Singapour commence et l’île devient une terre d’immigration sur la base d’un modèle composite, fait d’une politique industrielle fermement tenue par les autorités, mais flexible dans ses orientations stratégiques et d’une réglementation du travail extrêmement favorable au patronat.

20Dans le même temps, la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie traitent de manière différenciée leur minorité chinoise, globalement surreprésentée dans les milieux économiques. Des pogromes ont marqué de loin en loin l’histoire nationale depuis les indépendances, la menace de leur irruption reste malgré tout dans les esprits. Priorité est donnée aux Bumiputras en Malaisie, aux Pribumis en Indonésie, tous musulmans. Ces politiques de discrimination positive sur une base de nationalisme ethnico-religieux obtiennent des résultats mitigés : en Malaisie, elle provoque des comportements de contournement de la part des Sino-malaisiens (p. 128). En Indonésie, elle « aboutit à la multiplication d’entreprises Ali Baba dans lesquelles le pribumi Ali obtient une licence et sous-traite les opérations commerciales au chinois Baba, qui avance les fonds » (p. 109). Plus habile, la politique Thaïlandaise finit par inclure les entrepreneurs chinois dans les politiques de développement (p. 132-133), ce qui leur sert de relais.

Dépendance de sentier et diversité des trajectoires

21Au-delà des similitudes que l’on vient d’apercevoir, la thèse qui se dégage des descriptions proposées par les auteurs est qu’aucune politique d’industrialisation ne peut être clonée. Les niveaux de revenus et de développement ont toujours été hétérogènes dans la région, et ils continuent de l’être, avec un écart de 1 à 7,6 pour les revenus par habitant en parité de pouvoir d’achat, même si l’on retire Singapour de l’échantillon (tableau 1).

22Cet élément, combiné au legs des institutions et des investissements coloniaux, à la tournure prise par les coalitions politiques dans les années postérieures à l’indépendance, ainsi qu’à l’apport plus ou moins massif de l’aide extérieure, a limité ou étendu, selon les cas, les trajectoires de développement des pays de la région en influant sur leur capacité à moderniser le réseau d’infrastructures, à enclencher des dynamiques cumulatives d’attraction de capitaux, à améliorer le niveau général d’éducation et à renouveler ainsi leur base productive. À chaque moment clé de l’histoire de ces pays (retournement de marché, crise socio-économique, changement institutionnel ou politique), les enjeux sont renouvelés ; les solutions imaginées par les gouvernements comme les entreprises ne font que s’inspirer des leçons du passé pour inventer de nouvelles réponses.

23Le chapitre 7, sans doute le plus abouti et le plus convaincant de l’ouvrage, illustre cet enseignement avec brio. Il montre le mouvement quasi-spiralaire de l’industrialisation par le textile, qui passe du Japon, de Taïwan et de la Corée du Sud à la Malaisie, aux Philippines et à la Thaïlande, puis à l’Indonésie et au Vietnam, pour aboutir au Cambodge (et au Laos, dans une moindre mesure). Cette « industrie de Lewis » (p. 186) assure en général la première transition de l’agriculture vers l’industrie. Mais les donneurs d’ordre occidentaux et asiatiques jouent un rôle déterminant dans le processus, et à chaque étape les usines qu’ils suscitent ont les pieds plus légers, devenant capables de se délocaliser plus prestement. De plus, à l’échelle d’un pays, sortir de cette première étape pour monter en productivité (notamment en diversifiant l’industrie vers l’habillement et d’autres industries connexes) nécessite, comme le rappellent les auteurs, « des qualifications, plus de capitaux et un accompagnement efficace de l’État » (p. 186) : une autre paire de manches, en somme. De cette combinaison entre héritages, contraintes sectorielles et choix politiques émerge une forte diversité de trajectoires d’industrialisation, dans un processus mêlant à des degrés divers contingence, dépendance de sentier et planification centralisée, plus ou moins impérative. L’approche régulationniste de la diversité des capitalismes asiatiques, à laquelle les auteurs n’ont pas jugé bon de s’adosser, trouve pourtant dans ce contexte un matériau de choix.

Des prolongements attendus

24La dernière partie du livre aborde la crise financière internationale après 2008, la question des inégalités sociales et l’ASEAN. Si le premier thème est traité avec un degré suffisant de précision, les deux autres sont davantage survolés et la conclusion n’offre qu’un bref résumé du livre. Mais ce qui laisse surtout le lecteur sur sa faim, c’est l’absence de réflexion structurée sur quelques questions qui sont certes abordées çà et là, mais dont on pressent qu’elles sont essentielles pour imaginer les scénarios futurs de la région.

25La première d’entre elles est la question politique : ces régimes ne se sont que tardivement démocratisés et certains, comme Singapour, le Vietnam, l’Indonésie ou les Philippines, restent autoritaires, voire à tendance dictatoriale. La question que semble poser l’Asie du Sud-Est est celle de la difficulté de concilier, dans les pays émergents, le plein exercice de la vie démocratique et de l’état de droit avec la stabilité institutionnelle et politique nécessaire aux programmes de développement. Les compromis que l’on peut observer dans l’histoire de la région entre la prévisibilité institutionnelle et politique et l’étendue des libertés publiques sont-ils voués à se prolonger à l’avenir ? Au-delà d’un certain niveau de vie de la population, ces compromis ne risquent-ils pas de changer de nature ? Une réflexion sur ces questions serait intéressante à mener, pour la confronter à celle qui a cours à ce sujet à propos de la Chine et de Hong Kong.

26Une deuxième question concerne la coordination monétaire et financière. Dans une zone de plus en plus intégrée commercialement, les à-coups monétaires liés à la volatilité des taux de change justifient de réfléchir à des dispositifs mutualisés de protection contre des phénomènes de « carry trade » ou de « flight to quality ». L’initiative de Chiang Mai est intéressante dans cette perspective, mais peut-on la considérer comme le prélude à une plus forte prise en charge régionale de tels mécanismes assurantiels ou bien, compte tenu des divergences persistantes d’intérêts et d’agenda dans la région, ne risque-t-elle pas de rester sans lendemain, jusqu’à la prochaine crise ?

27La troisième, plus fondamentale, consiste à mettre en parallèle les efforts déployés pour soutenir la croissance et ceux visant à donner davantage de durabilité aux trajectoires de développement, notamment en termes d’impact environnemental : les évolutions sociales sont-elles susceptibles de conduire à une prise de conscience plus large des effets de l’émergence sur l’environnement, ou bien doit-on s’attendre à une forme de passivité des dirigeants et des sociétés d’Asie du Sud-Est en la matière ? La question environnementale serait-elle reléguée trop loin dans les priorités politiques, derrière celles du niveau de vie, de la stabilité et de la sécurité géopolitique ? Le simple fait que les auteurs ne disent rien sur la question n’augure rien de bon.

28Le traitement de ces problèmes, et en particulier celui de l’impensé environnemental, nécessiterait sans doute un deuxième tome, centré sur des questions de prospective et qui aurait un intérêt d’autant plus grand que les derniers chapitres de ce livre-ci soulèvent bien plus de questions qu’ils n’en traitent. En l’état toutefois, l’ouvrage de Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier rassemble suffisamment d’éléments pour en faire un manuel de référence en matière d’analyse économique comparative régionale, qu’il est important de lire pour mettre à jour ses connaissances sur une arène stratégique de la mondialisation contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Barbier J.-P. (1975), « Objectif et résultats de l’aide économique au Laos, une évaluation difficile », Revue du Tiers monde, no 62, p. 333-353. https://doi.org/10.3406/tiers.1975.2551

Defert G. (2008), Birmanie Contemporaine, Bangkok/Paris, Irasec/Les Indes Savantes.

Bertrand R. (2004) : « Islam, pouvoir et modernité en Asie du Sud-est : de la “première modernité islamique” aux radicalismes contemporains », Mouvements, vol. 6, no 36, p. 32-41 [en ligne], consultable sur https://www.cairn.info/revue-mouvements-2004-6.htm [dernière consultation décembre 2018]

Mende T. (1954), L’Asie du Sud Est entre deux mondes, Paris: Armand Colin.

Myrdal G. (1968), Asian Drama. An inquiry into the Poverty of Nations, New York, Pantheon (3 volumes).

Haut de page

Notes

1 Jean-Raphaël Chaponnière, ancien ingénieur de recherches au CNRS, est membre d’Asyalist et d’Asie 21 Futuribles. Marc Lautier est professeur d’économie à l’université Rennes 2 dont il dirige le Master 2 Commerce et Relations Économiques Europe – Asie.

2 Le dernier livre spécifiquement dédié à l’économie de l’Asie du Sud-Est est un Que-Sais-je ?, publié par Maurice Moreau en… 2000. Les éditions successives de L’Asie du Sud-Est, par le canadien Rodolphe de Koninck (U. Montréal, dernière éd. 2012), ouvrage publié dans la collection "géographie" chez le même éditeur, tenaient lieu jusqu’à présent de synthèse sur ces sujets, disponible et actualisée en français. Elle avait été complétée depuis par l’Atlas d’Asie du Sud-Est, Les enjeux de la croissance, de l’historien Hugues Tertrais (université Paris 1), comprenant d’excellentes cartes économiques (Autrement, 2014). Mentionnons aussi Asie de l'Est et Asie du Sud-Est, de l'Émergence à la Puissance, dirigé par Éric Frécon (École Navale) aux éditions Ellipses (2015). Enfin, que ce soit l’annuaire Asie du Sud-Est (IRASEC), dont les chapitres comportent, pour chaque pays de la région, une chronique des évolutions économiques, année par année, ou les monographies nationales de l’IRASEC (Indonésie contemporaine, 2016 ; Philippines contemporaines, 2013 ; Cambodge contemporain, 2008 ; Birmanie contemporaine, 2008, etc.), ces références ont constitué, au cours des dernières années, des outils de référence non spécialisés sur l’économie. L’auteur de la note remercie Elsa Lafaye de Micheaux pour ces compléments bibliographiques.

3 Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam.

4 Signé par Jean II du Portugal, Ferdinand II de Castille et Isabelle d’Aragon, sous l’égide du Pape Alexandre VI Borgia, le traité de Tordesillas divise le monde en deux, le long d’une ligne Nord-Sud passant loin à l’ouest de l’archipel des Açores, ce qui validera la conquête du Brésil par le Portugal, tandis que le reste de l’Amérique latine demeurera espagnol. Le traité de Saragosse fixe pour seconde limite entre les deux empires un pseudo-méridien passant au large de l’archipel des Moluques, riche en épices, ce qui permet aux Portugais de s’y maintenir, tout comme ils l’ont fait sur les côtes africaines, dans des comptoirs indiens, à Macao, et jusqu’à Formose d’où ils organisent le commerce entre Chine et Japon. Mais la conversion des Anglo-Saxons au protestantisme leur fera rejeter l’arbitrage du Pape, tandis que François Ier obtient de Clément VII une interprétation de la bulle qui lui est favorable : seules les terres « connues et non les terres ultérieurement découvertes par les autres Couronnes » sont concernées. La France s’implante donc sur place. Bientôt le Mexique, colonie espagnole, établit une sous-colonie aux Philippines, dont la capitale, Manille, se développe rapidement.

5 Durant ses deux siècles d’existence en tant que compagnie privée, la VOC armera 4 700 navires et comptera, suivant les sources, de 80 000 à 150 000 employés. Elle dispose d’une flotte militaire puissamment armée et même de régiments terrestres qui totaliseront jusqu’à 12 000 hommes.

6 Les relations de certains pays (Malaisie, Birmanie) avec le Japon sont toutefois plus complexes que ne pourrait le suggérer la simple insistance sur l’occupation durant la Seconde Guerre mondiale. On peut rappeler à ce sujet la diversité des alliances politiques locales avec le Japon d’une part, la Chine de l’autre, en particulier dans le cadre des colonies britanniques.

7 Sur le cas du Laos, on pourra lire l’article critique de Jean-Pierre Barbier (1975). L’auteur remercie Pierre Alary pour cette référence.

8 C’est ainsi que la présente dans les années 1960 Everett D. Hawkins, spécialiste américain des relations de travail en Indonésie. S’étonnera-t-on du fait que ce qualificatif ait fait réagir ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « À propos de l’ouvrage de Jean-Raphaël Chaponnière et Marc Lautier, Économie de l’Asie du Sud-Est. Au carrefour de la mondialisation », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15040

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Professeur d’économie, INALCO, Laboratoire CREE (EA 4513), julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page