Navigation – Plan du site
Opinions-Débats

Entre buen vivir et néo-extractivisme : les quadratures de la politique économique équatorienne

Entretien avec Matthieu Le Quang
Matthieu Le Quang et Violaine Delteil

Texte intégral

Doctorant en science politique au Laboratoire du changement social et politique (LCSP) de l’université Paris Diderot. Ses travaux de recherche portent sur le Bien Vivre, l’écosocialisme et l’analyse politique de l’Équateur. Ses dernières publications sont :

  • Matthieu Le Quang (ed.), La Revolución Ciudadana en escala de grises : avances, continuidades y dilemas, Quito, Instituto de Altos Estudios Nacionales, 2017 ;

  • « L’écosocialisme comme alternative politique, sociale et écologique au capitalisme », ContreTemps, octobre 2017, http://www.contretemps.eu/​ecosocialisme-alternative-capitalisme/​ ;

  • « La trajectoire politique de l’initiative Yasuní-ITT en Équateur : entre capitalisme vert et écosocialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 130, 2016, p. 105-121 ;

  • « Le Bien Vivre, une alternative au développement en Equateur ? », Revue du MAUSS permanente, octobre 2016, http://www.journaldumauss.net/​./​?Le-Bien-Vivre-une-alternative-au

Site web: https://univ-paris7.academia.edu/​MatthieuLeQuang

Revue de la régulation. Pourriez-vous nous rappeler l’héritage politique et économique de l’Équateur au début des années 2000 ? Les similitudes et singularités du modèle équatorien au regard des pays de la région (andine, latine) ?

  • 1 En mars 1999, un dollar s’échangeait contre 10 000 sucres.

Matthieu Le Quang. Au début des années 2000, l’Équateur sort d’une grave crise économique et financière qui a eu des répercussions très graves au niveau social. Les réformes néolibérales préconisées par le Consensus de Washington pour l’ensemble de l’Amérique latine durant les années 1980-1990 ont eu pour conséquences, en Équateur, un fort endettement de l’État, la libéralisation des terres, la privatisation des ressources naturelles (surtout le pétrole) et leur exploitation par des entreprises multinationales étrangères, la paupérisation d’une grande partie de la population, en particulier des paysans et des classes moyennes. Mais la politique la plus dommageable a été la libéralisation des banques qui a conduit à une crise bancaire sans précédent à la fin des années 1990. En 1999, le Président Jamil Mahuad a décrété ce qui, dans la mémoire collective, s’est appelé le Feriado bancario, c’est-à-dire la fermeture durant une journée des banques (qui a finalement duré cinq jours) et la « congélation » des comptes en banque de plus de deux millions de sucres1 (environ 200 dollars). Le résultat a été la fermeture de plus de 70 % des institutions financières du pays dont la plus importante, Banco del Progreso.

  • 2 Le nombre de migrants équatoriens n’a jamais été officiel, mais il tourne autour de 1,5 million de (...)

Cela n’a rien réglé et a même aggravé la crise économique. En janvier 2000, Mahuad a décidé de « dollariser » l’économie : le sucre a disparu et le dollar est devenu la monnaie officielle de l’Équateur avec un taux de change d’un dollar pour 25 000 sucres. Ce fait est très important puisque, depuis, aucun gouvernement ne dispose de la monnaie comme instrument de stabilisation, notamment en temps de crise économique. De plus, les Équatoriens ont perdu une partie de leurs économies lors de la fermeture des banques en 1999 et ont vu les prix augmenter avec l’arrivée du dollar. Les inégalités se sont fortement accrues et la classe moyenne s’est largement réduite du fait de l’augmentation du chômage, de l’affaiblissement de l’État et de la quasi-disparition de l’industrie. Enfin, évoquons un drame social qui continue d’avoir des répercussions aujourd’hui et qui est l’émigration d’environ 10 à 15 % de la population entre 1999 et 2002, principalement aux États-Unis et en Europe2. Cette émigration est importante car, en plus des déchirements familiaux, la majorité venait d’une classe moyenne diplômée qui avait perdu toutes ses économies lors de la crise économique. Ainsi, le pays perdait une grande partie de sa main-d’œuvre qualifiée.

  • 3 Voir Massal J., Les mouvements indiens en Équateur. Mobilisations protestataires et démocratie, Par (...)

Toutefois, tout cela ne s’est pas fait sans une forte réaction de la population. La contestation face à ces réformes a fait surgir un nouvel acteur sur la scène nationale, d’abord au niveau social à partir de 1990, puis comme mouvement politique en 1995 : le mouvement indigène3. L’émergence de cet acteur social explique, en grande partie, les mobilisations sociales sans précédent qu’a vécues le pays dans les années 1990 et au début des années 2000. La conséquence de ces mobilisations et des différents soulèvements indigènes a été la destitution de trois présidents de la République en huit ans : Abdalá Bucaram en 1997, Jamil Mahuad en 2000 et Lucio Gutiérrez en 2005. Ces mobilisations ont eu d’autres effets d’ordre politique : l’arrivée d’outsiders politiques comme Lucio Gutiérrez en 2003 ou Rafael Correa en 2007, l’incorporation, dans l’agenda politique, ou le positionnement, dans le débat public, de nouvelles revendications comme la reconnaissance des droits indigènes, la plurinationalité, la nationalisation des ressources naturelles, la défense de la souveraineté nationale (principalement contre le dollar et contre la base militaire américaine de Manta sur la Côte Pacifique), et aussi la rénovation du système de partis.

Enfin, le système politique équatorien était l’un des plus instables d’Amérique latine. Le retour à la démocratie en 1979 s’est fait dans un relatif consensus. Depuis 1979, quatre partis politiques se sont partagés le pouvoir jusqu’en 2003 : l’un était situé à droite du champ politique (le Parti Social-Chrétien, PSC), deux autres au centre-droit (le Parti Roldosiste équatorien, PRE, et la Démocratie Populaire, DP) et le dernier au centre-gauche (la Gauche Démocratique, ID). Ceux-ci cohabitaient avec d’autres petits groupes politiques qui aspiraient à obtenir une représentation au Congrès et dans les institutions locales. L’instabilité politique était un trait marquant de cette période, en raison d’un système politique fragmenté mais dominé par ces quatre partis qui se succédaient les uns aux autres, le pourcentage de voix qui leur était attribué restant pratiquement inchangé jusqu’en 2006. Cette forte instabilité politique était symbolisée par la succession de sept présidents de la république en dix ans. Avant l’arrivée de Rafael Correa au pouvoir, le dernier président à avoir terminé son mandat était Sixto Durán-Ballén entre 1992 et 1996.

Pour résumer, à l’arrivée au pouvoir de Rafael Correa en janvier 2007, la société équatorienne sort d’une grave crise économique qui a abouti à la perte de son indépendance monétaire (dollarisation), à la disparition d’une grande partie de son appareil productif (désindustrialisation) et à la migration de nombreux travailleurs qualifiés et d’une classe moyenne diplômée. On se trouve face à un panorama politique et social assez négatif, avec un fort rejet du système de partis politiques et une crise des organisations sociales qui avaient mené l’opposition au néolibéralisme lors des grandes mobilisations sociales des années 1990 et du début des années 2000. L’amorce du déclin du mouvement indigène a commencé à être visible par son absence des grandes mobilisations de 2005 dont la composition sociale était fortement marquée par la présence des classes moyennes urbaines et dont le slogan était assez clair : « Que se vayan todos » (« Qu’ils s’en aillent tous »).

RR. La victoire de Rafael Correa aux élections présidentielles de 2006 a bouleversé la scène politique équatorienne, et remis en cause nombre des éléments qui avaient marqué le système politique depuis le retour de la démocratie en 1979. Quelles sont les forces internes ou externes ayant présidé à ce changement ?

  • 4 Ce terme, qui pourrait être traduit par « particratie », est beaucoup utilisé par les dirigeants de (...)

MLQ. Rafael Correa a su capitaliser sur le dégoût des Équatoriens face aux partis et à la classe politique traditionnelle en général en s’appuyant sur un discours anti-partidocracia4 et de rénovation de la manière de faire de la politique. Il faut rappeler que Correa, à la surprise générale, termine deuxième au premier tour de l’élection présidentielle en octobre 2006, ce qui lui a permis d’affronter le chef d’entreprise le plus riche du pays au second tour, lors duquel il gagne avec plus de 56 % des voix cinq semaines plus tard.

  • 5 Mejía Acosta A. & J.C. Machado Puertas, « Las democracias asfixiadas en los Andes Altos: elecciones (...)

La notion d’outsider peut désigner « un candidat avec une trajectoire politique minimale ou inexistante qui construit sa plateforme électorale par opposition à l’ordre établi, mais sans nécessairement offrir une alternative idéologique concrète ou sans compter avec l’appui d’un parti politique établi5 ». Cette définition s’applique à Rafael Correa dont l’exercice du pouvoir consistait en une courte expérience de trois mois comme ministre de l’Économie du gouvernement Palacio, d’avril à juin 2005. Ses activités publiques se limitaient à sa présence dans les médias, en tant qu’invité pour réaliser des analyses et commenter la situation économique du pays, et comme professeur dans une université de Quito. Il se présentait comme un « humaniste de gauche chrétienne ».

  • 6 Le politologue Simón Pachano pense que le fait de ne pas présenter de candidat aux élections législ (...)

Toutefois, lors des élections présidentielles de 2006, il ne suffisait pas d’avoir un discours anti-parti, puisque l’analyse du premier tour montre que les quatre premiers candidats étaient des personnages ne provenant pas des partis politiques traditionnels. La différence entre Rafael Correa et les trois autres candidats est qu’il développe ce discours anti-système avec de grandes promesses de changement : son discours anti-parti s’articule avec un discours anti-néolibéral et nationaliste ainsi que la proposition d’un processus constituant. Mais son pari de convoquer un référendum pour appeler à des élections pour une Assemblée Constituante chargée d’écrire une nouvelle Constitution était loin d’être gagné. En effet, il a choisi une option risquée, puisqu’en même temps que sa candidature aux élections présidentielles de 2006, il n’a pas présenté de candidats pour les élections législatives qui avaient lieu le même jour. Cette décision a préfiguré la position politique qu’allait tenir Rafael Correa, c’est-à-dire une stratégie de changement politique radicale6. Il allait ainsi à la rencontre d’un électorat profondément hostile aux partis politiques.

La première année de son mandat est marquée par la dissolution du Congrès, deux processus électoraux (un référendum pour la convocation à une Assemblée Constituante et les élections des députés pour cette Assemblée) largement remportés par Correa et son mouvement politique naissant, Acuerdo PAIS qui deviendra plus tard Alianza PAIS, et enfin l’installation de l’Assemblée Constituante en novembre 2007 qui sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution en huit mois. Le dynamisme du président qui voyage dans tout le pays et la rénovation du personnel politique – que ce soit au sein du gouvernement ou de son mouvement politique – permettent à Correa d’avoir une bonne image au sein de la population.

C’est lors des débats au sein de l’Assemblée Constituante que vont prendre forme aussi bien le mouvement politique et son programme que les futures tensions politiques qui se révéleront au grand jour lors de la transition post-constituante.

RR. Certains, comme le sociologue Franklin Ramirez, ont attribué à la nouvelle Constitution de 2008, issue de ce processus constituant, le qualificatif de « post-néolibérale », du fait de l’interdiction de la privatisation des ressources stratégiques de l’État (pétrole, gaz, eau, etc.), de la récupération par l’État d’un contrôle sur la politique monétaire, de la lutte contre les discriminations et les inégalités, du changement de cap économique, ou encore de l’introduction de mécanismes de démocratie directe visant à assurer une participation citoyenne (éléments reprenant nombre des revendications émises par les organisations sociales du pays). Avec le recul de plus d’une décennie, comment évaluez-vous le rôle qu’a joué cette nouvelle Constitution dans la révision ou fabrique de nouvelles règles institutionnelles et politiques publiques ? Lesquelles de ces dernières sont les plus symptomatiques d’une rupture de modèle économique ?

  • 7 Stoessel S., « Giro a la izquierda en la América Latina del siglo XXI. Revisitando los debates acad (...)
  • 8 Le Quang M. & F. Ramirez Gallegos (2016), « Introduction », Cahiers des Amériques latines, no 83, p (...)
  • 9 Ramírez Gallegos F., « Perspectivas del proceso de democratización en Ecuador. Cambio Político e in (...)

MLQ. Tout d’abord, il faut indiquer qu’il y a de grands débats académiques sur la caractérisation du post-néolibéralisme en Amérique latine au tournant du millénaire avec l’arrivée de différents gouvernements de gauche et de centre-gauche7. Le flou autour de la définition du post-néolibéralisme8, qui dénote aussi des continuités avec le modèle néolibéral dues aux contextes politiques et économiques dans lesquels s’inscrivent les processus progressistes, ouvrait le débat sur les sens à donner au développement9. La centralité des principes du Bien Vivre dans la Constitution équatorienne de 2008 apparaît comme un des points les plus innovants au niveau politique. La Constitution équatorienne, dans son préambule, établit que « Nous, peuple souverain de l’Équateur […] décidons de construire […] une nouvelle forme de vie en commun, citoyenne, dans le respect de la diversité et en harmonie avec la nature, pour atteindre le Bien Vivre, sumak kawsay ».

En plus du Titre VII qui fait référence à un régime du Bien Vivre, celui-ci fait aussi l’objet d’un ensemble de droits contenus dans le deuxième chapitre du titre II – divisé en huit sections : Eau et alimentation ; Environnement sain ; Communication et information ; Culture et science ; Éducation ; Habitat et logement ; Santé ; Travail et sécurité sociale. Ces droits montrent qu’il est nécessaire de préserver les biens communs et publics afin d’améliorer les conditions de vie des personnes. Toutefois, cela n’est pas suffisant car la base de la société alternative proposée par les auteurs du Bien Vivre correspond au renouvellement des relations sociales et communautaires. En effet, les besoins vitaux des êtres humains et des sociétés dépassent les besoins sociaux de base classiques (alimentation, eau, santé, habitat, éducation, etc.). Leur satisfaction s’effectue dans les relations sociales, c’est-à-dire, en d’autres termes, la reproduction de la vie passe aussi par la sociabilité entre êtres humains, la participation politique, la contemplation, les loisirs gratuits, etc.

Cette nouveauté s’est articulée à une spirale de conflictualité socio-politique qui a fini par se transformer en un des traits constitutifs du gouvernement de la Révolution Citoyenne. Les fractures post-Assemblée constituante au sein de la gauche équatorienne pourraient s’expliquer en partie par les disputes interprétatives au sujet du Bien Vivre et de la transition pour parvenir à la société du Bien Vivre, c’est-à-dire du sens à donner à l’orientation du modèle de développement. Ces tensions entre le néo-développementalisme et les principes du Bien Vivre comme horizon post-capitaliste sont présentes au sein de la Constitution de 2008. Celle-ci a repris les revendications et les différentes visions du développement qui se trouvaient au sein du mouvement politique Acuerdo PAIS, espace très hétérogène où confluaient diverses idéologies politiques.

  • 10 Pour une analyse plus détaillée de ces trois courants, voir Le Quang M., « Le Bien Vivre, une alter (...)

La définition générale du Bien Vivre, assez large et floue, – une vie en harmonie avec soi-même, entre êtres humains et entre ceux-ci et la nature – a permis la manifestation de diverses interprétations qui s’explique aussi par le fait qu’il s’agit d’un concept encore en construction. Trois courants du Bien Vivre ont été identifiés : le « culturaliste et indigéniste », l’« écologiste et post-développementaliste » et l’« éco-marxiste et étatiste10 ». À l’intérieur même des débats entre ces trois courants, l’un des points en conflit est la transition vers une société post-extractiviste, c’est-à-dire la voie vers un changement de modèle d’accumulation.

  • 11 Cubillo-Guevara A. P., « Genealogía inmediata de los discursos del buen vivir en Ecuador (1992-2016 (...)

Une des critiques a été la suivante. Ana Patricia Cubillo-Guevara observe que la signification du Bien Vivre, telle qu’elle a été construite depuis le gouvernement de la Révolution Citoyenne, a été vidée de son « contenu essentialiste indigène » pour lui donner un « nouveau contenu post-néolibéral », d’où le fait qu’elle le qualifie d’« usurpation pragmatique du Bien Vivre comme un concept omnibus de développement post-néolibéral11 ». L’usurpation, selon elle, est due à l’incertitude de la Révolution Citoyenne quant à sa vision du modèle de développement qu’elle voulait mettre en place, d’où l’emploi des mots de développement humain, de révolution citoyenne et de Bien Vivre, qui aboutira à l’adaptation de ce dernier concept pour qu’il soit compatible avec les deux autres concepts. Cela allait à l’encontre du Bien Vivre comme alternative au développement porté par les secteurs indigènes et écologistes.

Pourtant la question est complexe : comment peut-on défendre les droits de la nature reconnus dans la Constitution de 2008, lutter contre sa dégradation et, en même temps, chercher le bien-être, l’extension des droits sociaux et la fin de la pauvreté de la population à travers la croissance économique ? Ou, en d’autres termes, comment lier l’écologique et le social sans nuire ni à l’un ni à l’autre dans un pays qui a un haut niveau de pauvreté et une importante biodiversité, mais dont le régime d’accumulation est basé sur l’exploitation et l’exportation de ses ressources naturelles ? Le problème de l’équateur, c’est qu’il doit changer son modèle de développement actuel et que, pour cela, il a besoin de ressources financières dont l’État ne dispose pas, et ce d’autant plus dans une société dollarisée ; sans laisser de côté l’urgence de lutter contre la pauvreté et de couvrir l’ensemble du pays de services publics de base. Il s’agit ici d’une tension qui se trouve dans les deux plans de développement et peut se résumer ainsi : utiliser les ressources financières de l’extractivisme pour sortir de l’extractivisme.

Une des caractéristiques du post-néolibéralisme en Équateur a été le rôle central de l’État dans l’activité économique du pays (que ce soit par les investissements publics, la construction d’infrastructures ou par les marchés publics), mais aussi la récupération de ses capacités de planification et de régulation, fondamentales pour la transition écologique et sociale vers une société post-extractiviste. Ainsi, le Plan national pour le Bien Vivre 2009-201312 représentait la première étape d’une planification sur vingt ans à partir de laquelle le gouvernement équatorien voulait aboutir à un nouveau modèle socio-économique qui ne serait plus basé sur l’exploitation de ses richesses naturelles, mais qui devait transiter vers une économie de services, centrée sur la connaissance, et vers le développement de l’industrie nationale dans le cadre d’une politique de substitution sélective des importations. Le Plan national pour le Bien Vivre 2013-201713 renforçait cette vision en ayant comme principaux objectifs le changement de la matrice productive et l’éradication de l’extrême pauvreté.

Les efforts de la Révolution Citoyenne pour changer structurellement le modèle socio-économique, notamment avec l’investissement dans l’éducation et surtout l’éducation supérieure (notamment avec l’octroi de bourses pour étudier à l’étranger et une meilleure régulation pour transformer les universités) et l’extension des droits sociaux, se confrontent aussi à un obstacle important au moment d’engager une transition vers un post-extractivisme : la dépendance aux marchés du Centre et à la fluctuation des prix des commodities conditionnés par la demande mondiale et autres spéculations financières. Sortir de cette dépendance est particulièrement difficile au cours d’une période de hausse des prix des commodities, surtout quand l’objectif du gouvernement, conjugué à d’autres objectifs de court terme, est l’éradication de la pauvreté. Ceux-ci ne peuvent pas être dissociés d’une obligation politique : gagner les élections afin de rester au pouvoir. À cette difficulté, s’ajoute le fait que l’économie équatorienne est dollarisée depuis 2000 et dépend des flux d’argent entrant, l’équilibre de la balance des paiements étant fondamentale dans une économie sans monnaie propre. La Révolution Citoyenne a connu certaines difficultés à associer le pragmatisme éthique (lutte contre la pauvreté), économique (la nécessité de disposer de devises) et politique (réélection), à son objectif à plus long terme qui était le changement de la matrice productive.

RR. Sur le terrain économique justement, quel a été l’impact de ce virage radical sur les inégalités, la pauvreté ? La création d’un ministère du Bien Vivre (en 2013) a-t-elle permis de donner un nouvel élan aux changements de fond revendiqués ? Le rôle des classes moyennes, tour à tour analysées en économie du développement comme des forces de transformation ou comme des forces de conservation, est-il à signaler ?

  • 14 Alberto A., La Maldición de la Abundancia, Quito, Abya Yala, 2009.
  • 15 La pauvreté et l’extrême pauvreté correspondent ici au niveau de revenus. Le seuil de pauvreté évol (...)
  • 16 Cet instrument de mesure correspond à l’indice de pauvreté humaine du PNUD. Cet indice est calculé (...)

MLQ. Jusque fin 2014, la croissance économique significative, l’augmentation de la perception des impôts, les prix élevés des matières premières, surtout le pétrole, ont permis à la Révolution Citoyenne de répondre à nombre de demandes de la population, comme l’élargissement des droits sociaux, l’amélioration des infrastructures productives (symbolisée par les routes et les aéroports), une importante baisse de la pauvreté, une certaine mobilité sociale qui a accru la classe moyenne, quelques avancées parmi d’autres qui ont transformé la société équatorienne. Une des particularités de l’expérience équatorienne est que la pauvreté a baissé en même temps que les inégalités : cela contredit la théorie de la « malédiction de l’abondance14 » qui affirme que les pays abondants en ressources naturelles rencontrent des difficultés à lutter contre la pauvreté et à réduire les inégalités. Selon l’Institut National des Statistiques et du Recensement (INEC), la pauvreté est passée de 37,6 % en décembre 2006 à 22,9 % en décembre 2016, l’extrême pauvreté de 16,9 % à 8,7 %, et le coefficient de Gini de 0,551 en décembre 2007 à 0,466 en décembre 201615. Quant à la pauvreté pour les besoins fondamentaux non satisfaits16 qui n’est mesurée qu’à partir de décembre 2008, elle est passée de 47 % à 32 % en décembre 2016. Bien entendu, il existe des inégalités entre zones urbaines et zones rurales, mais aussi entre hommes et femmes.

La baisse de tous types de pauvreté a été significative à partir de 2011, après la récupération de l’impact de la crise mondiale de 2008-2009 et la renégociation des contrats avec les entreprises pétrolières étrangères. Cette renégociation – une décision politique qui n’était pas simple à prendre et qui a été refusée par certaines entreprises qui ont dû quitter le pays – a permis à l’État d’augmenter ses revenus pétroliers à partir de 2011, après une baisse de la production en 2010 : si avant les renégociations, les firmes transnationales s’accaparaient environ 80 % de la rente pétrolière, après 2010, l’État récupérait environ 75 % de cette rente. Avec l’augmentation des prix du pétrole dans la première moitié des années 2010, la manne financière générée par le pétrole a fortement augmenté pour l’État équatorien et a été utilisée pour financer les investissements publics dont le pays avait besoin comme les centrales hydro-électriques (ce qui a permis à l’équateur d’être souverain au niveau énergétique quand, avant 2010, il importait une partie de son électricité). Toutefois, les besoins sont encore très importants en ce qui concerne l’eau potable et les égouts, surtout dans les zones rurales, qui relèvent des compétences des collectivités locales. Or ces dernières se caractérisent par leur faible niveau de perception des impôts.

  • 17 Voir Secretaria Nacional de Planificación y Desarrollo, Estrategia Nacional para la Igualdad y Erra (...)
  • 18 Une personne en condition de vulnérabilité se trouve au-dessus du taux de pauvreté et la probabilit (...)
  • 19 Selon l’INEC et la Banque Mondiale, 7 % des personnes qui se trouvaient en situation de vulnérabili (...)

Selon les différents rapports nationaux et internationaux17, deux facteurs ont eu des conséquences sur la baisse de la pauvreté et des inégalités : la croissance et la redistribution. Si tous les secteurs de la population ont vu leurs revenus et leur consommation augmenter, ce sont les secteurs les plus pauvres qui ont été les plus favorisés : le niveau de consommation des plus pauvres s’est accru de manière plus importante que celui des plus riches. Cela peut également se refléter dans l’analyse de la mobilité sociale entre pauvreté, condition de vulnérabilité18 et classe moyenne. S’il a existé une certaine mobilité descendante19, entre 2006 et 2014, la mobilité sociale en Équateur s’est caractérisée par une forte ascension : 41 % des pauvres de 2006 sont sortis de leur condition de pauvreté pour passer vers la vulnérabilité (26 %) ou la classe moyenne (15 %) en 2014 ; 27 % de la population en situation de vulnérabilité en 2006 est passée à la classe moyenne en 2014. Donc 42 % des personnes qui se trouvaient en situation de pauvreté ou de vulnérabilité en 2006 ont connu une mobilité ascendante et font partie de la classe moyenne en 2014.

  • 20 Ces débats ont opposé des auteurs critiques des gouvernements progressistes au pouvoir à d’autres q (...)

À partir de là, se pose la question de l’articulation entre d’un côté, l’amélioration des conditions matérielles de larges secteurs de la population et, de l’autre, la transformation des imaginaires et des subjectivités ou, en d’autres termes, la transformation culturelle. Les débats des dernières années autour de la fin de cycle supposée des régimes post-néolibéraux en Amérique latine20 ont largement discuté l’hypothèse de la carence de la transformation culturelle, ce qui aurait empêché la diffusion d’une certaine hégémonie politique des forces populaires. En Équateur, le discours de la Révolution Citoyenne autour, entre autres, des thèmes de l’égalité, de la garantie universelle des droits, de la récupération des biens publics et de l’intégration des peuples a été persistant. Il n’en reste pas moins qu’il y a de grandes interrogations sur le fait de savoir si ce discours a réussi à altérer l’ordre culturel dominant. On peut résumer ce dernier par les valeurs de l’individualisme moderne : consommation, possession, compétition, propriété privée, etc. Il reste encore à analyser si les changements sociaux et les discours gouvernementaux ont eu, ou non, des effets sur la conscience politique et les représentations sociales de la population pour mettre en œuvre une contre-hégémonie culturelle face à la dynamique marchande qui se trouve dans les espaces de la vie. Cela aurait dû être le rôle du concept de Bien Vivre qui aurait pu disputer l’hégémonie du sens commun néolibéral, notamment pour sa critique de certaines caractéristiques de la modernité comme l’individualisme.

  • 21 Pour une présentation du cas OXY, voir Procuraduría General del Estado, Caso OXY: Defensa jurídica (...)

Les mobilisations de juin 2015 contre deux réformes de l’impôt sur l’héritage d’un côté et sur l’impôt sur la plus-value de l’autre, viennent apporter un élément de réponse à l’échec d’une transformation culturelle que le contexte économique n’aura pas facilité. Lors des trois dernières années au pouvoir, le gouvernement de Rafael Correa a dû affronter une crise économique venant de quatre composantes : la dépendance de l’économie équatorienne à la volatilité des prix internationaux des matières premières (entre 2014 et 2016, le prix du pétrole est passé d’environ 120 dollars à 20 dollars, c’est-à-dire à son plus bas niveau) ; la présence d’un dollar fort aux conséquences négatives pour ses exportations et donc pour la balance des paiements ; la dévaluation des monnaies des pays voisins, le Pérou et la Colombie, qui a porté atteinte à la compétitivité de ses produits ; et les conséquences du tremblement de terre d’avril 2016 évaluées à environ 3 % du PIB. Il faut ajouter à cela la perte d’un arbitrage international contre la firme pétrolière OXY21 et le paiement de plus d’un milliard de dollars au début de 2016. Les conséquences sur le PIB ont été un taux de croissance de 0,2 % en 2015 et de - 1,5 % en 2016 (la seule année où il y a eu une contraction du PIB durant les dix ans au pouvoir de Correa).

  • 22 Le Quang M., « El retorno de la política en Ecuador en 2015: conflictividad socio-política y diálog (...)
  • 23 Gramsci A., Cartas desde la cárcel, Buenos Aires, Editorial Losada, 2015.

Pour affronter cette crise, une décision économique a été de mettre en place de manière provisoire (suivant les règles imposées par l’OMC) des droits de douane sur certains produits considérés comme non fondamentaux pour décourager certaines importations et donc la sortie de devises qui en résulte. Les mobilisations, qui ont commencé en mars 2015, contre ces mesures se sont accrues en juin contre les réformes des impôts22. Elles ont surtout mobilisé les classes moyennes urbaines, sensibles aux discours consuméristes et ayant des aspirations d’ascension sociale. Durant les dix années de la Révolution Citoyenne, malgré l’existence d’un certain discours – devenu hégémonique – du gouvernement en faveur du droit des classes populaires à accéder à des droits sociaux, il n’y a pas eu de changements profonds dans le sens commun23 à partir duquel se construisent des formes spécifiques de subjectivité. Il est évident qu’il est difficile de changer le sens commun en si peu de temps. La création du secrétariat d’État au Bien Vivre, en juin 2013, avait pour objectif non pas tant de proposer de nouvelles politiques publiques que de construire de nouvelles subjectivités autour du Bien Vivre, à partir desquelles auraient pu se construire les bases d’une contre-hégémonie culturelle au néolibéralisme. De fait, cette institution n’a pas rempli ses objectifs.

RR. L’affirmation d’un nouveau paradigme se démarquant du néolibéralisme n’a pas été sans buter sur un certain nombre de tensions et divisions internes, opposant notamment les partisans du Bien Vivre aux adeptes du néo-développementalisme. En témoigne, par exemple, l’échec de la réforme fiscale visant à renforcer la dimension redistributive de l’économie équatorienne (voir l’entretien avec Rafael Correa). Pourriez-vous revenir sur ces oppositions ? En outre, en quoi la composition sociologique, ethnique, ou encore l’idéologie ont-elles joué sur ces divisions internes (y compris internes au parti présidentiel « Alianza Pais ») ? Quel rôle, par ailleurs, ont exercé les mobilisations collectives, soutien de la « Révolution citoyenne », sur la pratique et l’évolution des choix gouvernementaux ?

MLQ. Comme indiqué auparavant, les conflits à l’intérieur du gouvernement et entre celui-ci et les organisations sociales viennent des tensions qui se trouvent dans la Constitution. Depuis ses débuts, le processus de la Révolution Citoyenne était traversé par des luttes entre partisans du paradigme du Bien Vivre – impliquant la reconnaissance des droits de la nature et la nécessité d’imposer des limites aux activités extractives – et les adeptes du néo-développementalisme. Ces derniers cherchaient à étendre les droits économiques et sociaux en renforçant le régime d’accumulation dépendant largement de l’exploitation des ressources naturelles, afin de le redistribuer ensuite. Les antagonismes ont surgi autour de la question de la convergence entre justice environnementale et justice sociale lors de la transition post-néolibérale.

Pour les tenants du Bien Vivre et de la limitation de l’extractivisme, il n’est pas si facile de se confronter à l’idéologie néo-développementaliste qui reste dominante au sein du gouvernement mais aussi de la société équatorienne en général. L’exploitation du pétrole en Équateur a entraîné toute une mystique du développement à tous les niveaux de la société en général : le pétrole est un don offert par la nature et il faut en profiter pour aller vers le progrès. Le discours dominant est que si cela ne s’est pas réalisé jusqu’à aujourd’hui, c’est à cause d’une classe dirigeante corrompue ou des entreprises pétrolières étrangères qui n’agissent pas au nom du bien commun de toute la population : le problème vient de la redistribution de la rente et non des effets structurels négatifs engendrés par l’extractivisme. La découverte du pétrole devait permettre l’entrée de l’Équateur dans la modernité.

  • 24 Ramírez Gallegos F., & S. Stoessel (2015), « Postneoliberalismo, cambio y conflicto político en el (...)

Toutefois, les conflits autour du modèle socio-économique et de la transition post-néolibérale ne sont pas les seuls qui ont surgi. S’il n’y a pas eu de grandes mobilisations, comme dans les années 1990, cela ne veut pas dire que, tout au long de la Révolution Citoyenne, la conflictualité socio-politique n’a pas été importante. Franklin Ramirez et Soledad Stoessel ont identifié « quatre lignes de conflit [qui] font référence à différents champs de dispute : reconnaissance politique ; représentation et participation sociale au sein de l’État ; libertés individuelles ; et orientation du modèle de développement et bien vivre24 ». Ces conflits sont la conséquence du désaccord de divers acteurs socio-politiques avec les politiques du gouvernement : mouvement indigène ; syndicats d’enseignants, des travailleurs de la santé ou des fonctionnaires ; étudiants ; écologistes ; féministes ; mouvements LGBTI ; médias ; syndicats de journalistes ; chambres de commerce et d’industrie ; groupes d’affaires ; forces armées ; etc.

  • 25 Le MPD était un parti avec une idéologie maoïste et qui avait une grande influence dans le mouvemen (...)

On peut observer trois étapes distinctes avec différentes dynamiques socio-politiques et une évolution des acteurs en conflit. Lors de la première étape constitutionnelle et constituante, entre 2007 et 2009, la scène politique était divisée en deux camps : le slogan « tous contre la partidocracia et le néolibéralisme » a tracé une frontière politique antagonique entre le camp des anti-néolibéraux et anti-partis et l’ensemble de la classe politique (la partidocracia) qui a participé à la mise en œuvre du néolibéralisme pendant les vingt dernières années. Le principal objectif est alors l’approbation de la Constitution. À partir de 2009, on commence à observer l’apparition d’un troisième bloc : à la Révolution Citoyenne et à l’opposition de droite, s’ajoute une opposition de gauche, représentée par le mouvement indigène (CONAIE et Pachakutik), le Mouvement Populaire Démocratique (MPD25) et les organisations syndicales qui lui sont liées, et d’anciennes figures d’Alianza PAIS comme Alberto Acosta, ex-président de l’Assemblée Constituante. Cette scission est principalement due à des désaccords liés à des conflits corporatistes, des conflits pour les ressources naturelles ou à la manière de faire de la politique de Correa, qu’ils qualifient d’autoritaire.

  • 26 Les lois de la transition correspondent aux 18 lois contenues dans la première disposition transito (...)
  • 27 Pour une analyse plus approfondie des dynamiques parlementaires et de la conflictualité sociale aut (...)
  • 28 Monodesi M., « Usos del concepto gramsciano de revolución pasiva en América Latina », Revista Obser (...)

Cette seconde étape est caractérisée par la transition post-Constituante avec l’approbation des lois de la transition26, dont certaines ont généré de la conflictualité (eau, communication, loi sur le service public)27. Lors de cette période, les droits sociaux se sont étendus et une large gamme de politiques publiques a été mise en œuvre, répondant ainsi aux demandes sociales de la population. De plus, il y a une récupération de la souveraineté nationale (par exemple avec la fermeture de la base militaire des États-Unis à Manta, la rupture avec la Banque Mondiale et le FMI, l’audit de la dette, etc.), stratégie qui est allée de pair avec la construction d’espaces d’intégration régionale (intégration à l’ALBA, UNASUR, CELAC, projet de la Banque du Sud) dont l’Équateur a été un moteur important. Mais, en même temps, les dynamiques collectives et les différentes formes de participation ont été largement ignorées. C’est ce que certains ont appelé une « révolution passive », c’est-à-dire un processus de transformation imposé de manière verticale par l’État sans la participation de la société. Cela « met en évidence la tension entre processus de réformes modernisatrices et dynamiques de « passivisation » ou « subalternisation »28. À partir de là, une série de conflits a commencé autour de l’interprétation de la Constitution et du modèle de développement à mettre en œuvre.

Cette seconde étape se termine avec les élections présidentielles et législatives de 2013, quand la Révolution Citoyenne expérimente une hégémonie électorale sans précédent depuis le retour à la démocratie : Rafael Correa est réélu au premier tour avec 57 % des votes et Alianza PAIS obtient 70 % des députés. Pendant la campagne électorale, il positionne comme priorité du nouveau mandat le changement de la matrice productive qui, en plus d’être un discours technocratique, ne se dirige pas vers les mêmes acteurs sociaux. Il laisse de côté les forces progressistes et populaires et s’adresse davantage à la bourgeoisie nationale et aux entrepreneurs. De même, le changement de figure à la vice-présidence (d’une figure plus sociale à une autre plus proche des secteurs stratégiques) est le signal d’un changement dans le rapport de force au sein même du gouvernement : les secteurs productifs et stratégiques (secteurs extractifs, communication, électricité, etc.), dont les personnes clés appartiennent à la droite du gouvernement, prennent plus de force que ceux liés au social, à l’éducation supérieure et au talent humain, secteurs dans les mains de la gauche du gouvernement. Cet éloignement des forces populaires a eu pour conséquence des résultats qui n’ont pas répondu aux expectatives des dirigeants d’Alianza PAIS lors des élections locales de 2014, notamment avec la perte des principales grandes villes dont la capitale Quito. Ces résultats ont rompu la dynamique électorale de la Révolution Citoyenne et permis la réactivation des forces d’opposition au niveau local, ainsi que l’activisme de la rue.

  • 29 Mouffe C., En torno a lo político, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2011, p. 27.
  • 30 Ibid., p. 128.

Pour analyser cette conflictualité socio-politique, on peut reprendre la thèse de Chantal Mouffe – pour l’appliquer ensuite à la Révolution Citoyenne – que le politique est un champ conflictuel qui dessine une frontière entre « eux » et « nous » et que l’opposant politique est défini comme un adversaire. Cela lui permet d’affirmer que la démocratie doit transformer l’antagonisme en agonisme qui « établit une relation nous/eux dans laquelle les parties en conflit, même s’ils admettent qu’il n’existe pas de solution rationnelle à leur conflit, reconnaissent toutefois la légitimité de leurs opposants29 ». C’est seulement ainsi que peuvent s’ouvrir des canaux politiques, institutionnels ou non, qui soient reconnus comme légitimes par les parties en conflit. Mais avant d’ouvrir des canaux politiques légitimes, les parties en conflit doivent se reconnaître comme légitimes : « il en ressort l’existence, dans une société démocratique, d’une pluralité d’intérêts et de demandes qui, même s’ils sont en conflit et si finalement ils ne peuvent jamais être réconciliés, devraient pourtant se considérer comme légitimes30. »

  • 31 Ibid., p. 12-13.

Lors de la première période de la Révolution Citoyenne, la frontière nous/eux a clairement été tracée entre les anti-néolibéraux et les néolibéraux, entre le peuple et la partidocracia. Toutefois, cette division s’est brouillée quand une partie de la gauche est passée dans l’opposition à partir de 2009. Le champ politique équatorien est peu à peu tombé dans la moralisation de la politique, dans le sens où « le politique s’exprime dans un registre moral » dans lequel « le nous/eux, au lieu d’être défini à travers des catégories politiques, s’établit dorénavant en termes moraux. Au lieu d’une lutte entre “gauche et droite”, nous sommes confrontés à une lutte entre “bien et mal”31 ». Cette frontière s’est peu à peu construite entre corréistes et anti-corréistes, qui reprend la division entre le bien et le mal. De plus, à partir de 2013, le président Correa a tracé une autre frontière entre ceux qui ont ou disent la vérité (son gouvernement) et ceux qui mentent (les médias et l’opposition en général). Donc l’opposant n’est plus vu comme un adversaire mais comme un ennemi. Les conflits ne peuvent plus se régler de manière agoniste. Les demandes et mobilisations des acteurs socio-politiques opposés à la Révolution Citoyenne sont considérés comme illégitimes, fermant les canaux de dialogue et de débat avec ces acteurs. Il a fallu attendre l’augmentation progressive de la conflictualité, à partir de septembre 2014, mais aussi de la violence avec laquelle elle s’exprimait, pour que ces canaux se rouvrent avec la mise en place du dialogue national qui s’est inscrit dans un contexte politique tendu et particulier pour la Révolution Citoyenne, notamment parce que les mobilisations de juin 2015 se déroulaient à quelques jours de l’arrivée du Pape François dans le pays.

RR. Parallèlement, en quoi les tensions externes ont-elles pesé sur l’agenda économique du président Correa ?

MLQ. Pour comprendre l’influence des pressions externes, prenons trois exemples de politiques antagoniques avec l’ordre néolibéral dominant : l’annulation d’une partie de la dette en 2008, l’échec de l’Initiative Yasuni-ITT en 2013 et la dénonciation des Traités Bilatéraux d’Investissement (TBI).

  • 32 Le rapport complet de cette commission, composée de représentants de l’État et de la société civile (...)
  • 33 Acosta A., Breve historia económica del Ecuador, Quito, Corporación Editora Nacional, 2002.

Dès mai 2007, le président Correa émet un décret pour créer la Commission pour l’Audit Intégral du Crédit Public, qui avait pour mission de faire un audit complet de la dette publique interne et externe entre 1976 et 200632. L’audit de la dette était une revendication présente au sein de certaines organisations sociales depuis la fin des années 1990 et reprise par le candidat Correa lors des élections. Un des grands problèmes était qu’à partir des années 1980, suivant les conseils des organismes internationaux, les rentes générées par l’exploitation et l’exportation pétrolière ont été mises au service du paiement de la dette externe, ce qui avait pour conséquence le non-investissement dans les services publics et le secteur social33.

  • 34 Toussaint é., « Les leçons de l’Équateur pour l’annulation de la dette illégitime », 29 mai 2013 : (...)

Les résultats de cet audit ont été l’annulation de dettes considérées comme odieuses et illégitimes ainsi que la renégociation d’une autre partie de la dette publique extérieure34. La suspension du paiement de titres de la dette venant à échéance en 2012 et 2030 a permis à l’Équateur de les racheter à une valeur comprise entre 20 et 35 % de son montant. Ainsi, au total, l’État a économisé environ 7 milliards de dollars, qu’il a réinjectés dans les services sociaux et l’investissement dans certaines infrastructures. Toutefois, cet audit n’a pas eu que des conséquences positives. Les marchés financiers internationaux et les institutions internationales (comme le FMI ou la Banque Mondiale) ont fermé leurs portes à l’Équateur qui a dû chercher ailleurs où emprunter. Et c’est vers la Chine que le gouvernement s’est tourné avec deux types de mécanismes : l’emprunt à des taux plus élevés et l’échange pétrole contre crédit. C’est ainsi qu’une grande partie du pétrole exploitée par l’Équateur était hypothéquée pour payer la dette qu’il avait avec la Chine.

  • 35 Pour une analyse plus détaillée du sens politique de l’Initiative Yasuni-ITT, voir Le Quang M., « L (...)

Le deuxième exemple est l’Initiative Yasuní-ITT35 (sigle venant d’Ishpingo-Tambococha-Tiputini, les trois forages d’exploration qui se trouvent dans la zone), un symbole des limites tant internes qu’externes pour changer de modèle de développement en Équateur. Cette politique publique, présentée en juin 2007 par le président Correa, consistait à laisser sous terre 20 % des réserves de pétrole du pays (838 millions de barils de pétrole), situées dans une région de méga biodiversité, le parc national Yasuní, au nord-est de l’Amazonie. Pour compenser les pertes financières de la non-exploitation, l’État équatorien demandait aux pays du Nord une contribution financière internationale équivalente à la moitié de ce qu’il aurait pu gagner avec l’exploitation (3,6 milliards de dollars calculés à partir des prix du pétrole de 2007). Cette politique était ambitieuse notamment dans ses objectifs de changer la matrice énergétique d’un pays qui, bien qu’exploitant et exportant son pétrole, n’en est pas moins un importateur de ses dérivés et en restait dépendant pour la génération d’électricité. Mais elle devait aussi participer à l’effort collectif pour changer le modèle d’accumulation basé sur le secteur primaire et les secteurs d’importation qui ne créent aucune richesse et valeur ajoutée, mais au contraire servent d’intermédiaires et spéculent sur les produits importés. En plus d’autres objectifs d’amélioration des conditions de vie de la population en Amazonie et au niveau national, comme le paiement de la dette sociale envers les populations amazoniennes et la lutte contre les inégalités, la lutte contre la perte de biodiversité et la déforestation ou la protection des peuples indigènes en isolement volontaire.

  • 36 En février 2013, Rafael Correa a été réélu avec plus de 57 % des voix au premier tour, dépassant so (...)
  • 37 Weber M., Le savant et le politique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963 (1919).

Face à la faiblesse des contributions financières, et s’appuyant sur sa forte légitimité politique après son triomphe électoral de février36, le 15 août 2013, à travers un discours télévisé au peuple équatorien, Rafael Correa a annoncé la fin de ce projet. Si nous reprenons les concepts de Max Weber37, on peut interpréter que la décision de Correa se baserait sur l’éthique de responsabilité envers le peuple équatorien, laquelle l’emporterait sur l’éthique de conviction (éthique de conviction qui a été fondamentale pour les deux autres exemples pour confronter les secteurs opposés à ces décisions) : une grande partie de la population équatorienne a des besoins fondamentaux insatisfaits (éducation, santé, eau potable, égouts, habitat, etc.) et d’importantes ressources financières sont nécessaires pour couvrir l’ensemble du territoire de services publics de base.

  • 38 Notre système socio-économique est très dépendant du pétrole. Dans le bilan énergétique mondial que (...)
  • 39 Copinschi P., Le Pétrole, quel avenir ? Analyse géopolitique et économique, Bruxelles, Ed. De Boeck (...)

L’échec de cette politique montre que certains arbitrages ne dépendent pas seulement de la volonté politique ou de la conviction d’un gouvernement national, mais aussi de la présence de certains lobbys puissants (ici le lobby pétrolier) ou des rapports de force internationaux. Lorsque l’Initiative Yasuní-ITT est entrée dans les discussions internationales, elle n’était plus totalement sous le contrôle du gouvernement équatorien, puisqu’elle dépendait d’autres acteurs politiques et économiques. C’est ainsi que cette politique publique de l’État équatorien s’est confrontée à l’idéologie (néolibéralisme et capitalisme vert) et aux forces en présence au sein de la géopolitique du changement climatique (États du Nord dominants, entreprises multinationales, etc.). Tout d’abord, laisser le pétrole sous terre, c’est s’attaquer à la ressource naturelle qui est la base de la société thermo-industrielle et du capitalisme depuis un siècle38. Au-delà de ces chiffres, le pétrole est de loin la source d’énergie la plus influente dans l’économie mondiale, car c’est « celle qui affecte le plus profondément la demande pour les autres biens et la capacité d’utilisation de ces biens39 ». Une des raisons pour lesquelles les États du Nord n’ont pas appuyé l’Initiative Yasuní-ITT était la possible reproductibilité de cette idée dans d’autres pays, ce qui aurait pu être dangereux pour la stabilité du capitalisme mondial, l’expansion de ce dernier étant basée sur l’exploitation du pétrole et, de plus, d’un pétrole à bas prix.

  • 40 Voir le dossier sur l’économie verte des Cahiers français, no 355, mars-avril 2010, La documentatio (...)

Ensuite, si le pétrole est devenu indispensable pour le fonctionnement de notre société moderne, il semble nécessaire de se préparer dès maintenant à une société post-pétrolière, davantage en raison des changements climatiques extrêmes, dont le pétrole est en partie responsable, que de l’inévitable épuisement de ses réserves. Une décision forte du gouvernement équatorien était d’avoir inscrit l’Initiative Yasuní-ITT dans la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, c’est-à-dire d’avoir mis l’accent sur la non-émission de gaz à effet de serre qu’engendrerait la non-exploitation du pétrole. L’Équateur avait pour objectif de proposer une nouvelle orientation pour les négociations internationales sur les changements climatiques. Mais sa position géopolitique ne lui permet pas de peser sur les décisions internationales, ni de remettre en cause le cadre des négociations sur le changement climatique dont le concept central est l’économie verte40. Ce concept participe d’une vision économiciste qui cherche ouvertement à poursuivre l’objectif de croissance économique sans prendre en compte le caractère fini du monde dans lequel se développe cette économie, et ses limites physiques. Sous cet angle, laisser le pétrole sous terre serait une hérésie économique allant à l’encontre de l’objectif de croissance.

  • 41 Les TBI sont des instruments juridiques internationaux signés entre deux États ayant pour objet de (...)
  • 42 Le rapport de cette commission a été rendu public en mai 2017. Pour télécharger le résumé du rappor (...)

Enfin, l’exemple des Traités bilatéraux d’investissement (TBI)41 nous montre comment l’insertion des pays latino-américains au sein de la division internationale du travail, comme fournisseurs de matières premières, est subordonnée aux règles commerciales néolibérales. Celles-ci représentent une domination et un obstacle pour changer de modèle socio-économique. Depuis l’approbation de la Constitution, le gouvernement équatorien avait pour objectif de dénoncer ces TBI, une décision courageuse au sein du commerce international. Pour cela, il a mis en place, en mai 2013, une Commission pour l’Audit Intégral Citoyen des Traités de Protection Réciproque des Investissements et du Système d’Arbitrage international en Matière d’Investissement (CAITISA), en prenant exemple sur la commission citoyenne qui avait permis l’audit de la dette et sa dénonciation en 200842.

Pour résumer, les TBI protègent les investissements des firmes étrangères face aux changements possibles des lois nationales, à travers des dispositions qui limitent l’action étatique face aux possibilités d’administrer et de contrôler l’investissement étranger en fonction de ses intérêts légitimes et souverains. Par exemple, si l’État équatorien décide de renforcer les normes sociales ou environnementales, les firmes transnationales peuvent dénoncer l’État au sein du système d’arbitrage international dont le principal tribunal, le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), appartient à la Banque Mondiale.

  • 43 Au total, les demandes des investisseurs contre l’État équatorien ont été de 21,2 milliards de doll (...)

En Équateur, la grande majorité des TBI a été signée entre 1992 et 2002, à l’apogée du néolibéralisme. En raison du caractère extractiviste de l’économie équatorienne, les plus gros investissements étrangers se font dans ce secteur, responsable de plus des deux tiers des demandes internationales43. Ces investissements étrangers, en plus de ne pas avoir contribué au développement économique et social national comme local, ont affecté la vie communautaire, le régime foncier, la sécurité alimentaire et ont généré des déplacements et des conflits dans les zones où ont été effectués ces investissements. Une partie des demandes vient d’entreprises pétrolières qui n’ont pas accepté les renégociations de contrats en 2009-2010 et dont les contrats n’ont pas été reconduits. Elles estiment que l’État équatorien a changé les règles juridiques et fiscales, ce que les TBI interdisent. Le système juridique des échanges commerciaux internationaux, qui favorise le libre-échange et surtout les investissements des firmes transnationales, représente donc un obstacle contre tout changement qui irait contre ces règles, par le risque de coût économique pour l’État.

RR. Le modèle extractiviste fondé sur la rente pétrolière a-t-il été un atout ou un obstacle à l’affirmation d’une autonomie du modèle économique national vis-à-vis du capitalisme nord-américain ? Une diversification de l’économie a-t-elle pris place ?

MLQ. À partir de 2013, le changement de la matrice productive a été central tant dans les discours des dirigeants de la Révolution Citoyenne que dans les différents plans de développement. La rente générée par l’extractivisme, principalement l’exploitation et l’exportation du pétrole, était essentielle pour cette transformation. Le problème principal est que, même si l’investissement dans l’éducation supérieure et dans le domaine des sciences et de la technologie est parmi les plus élevés de la région, les bases d’une transformation de la structure productive du pays ne sont pas clairement posées et le secteur industriel n’a pas été dynamisé. Cela n’est pas si simple en si peu de temps et au milieu de la conflictualité que nous avons analysée auparavant. Et cela s’est compliqué encore plus à partir de la fin 2014, lorsque la crise économique a débuté.

En ce qui concerne l’extractivisme, le retour de l’État s’est caractérisé par l’interdiction constitutionnelle de privatiser les ressources stratégiques du pays. Cette souveraineté nationale sur le sous-sol a permis à l’Équateur de capter une plus grande part de la rente pétrolière, principalement en fixant des conditions (notamment fiscales) d’exploitation des ressources naturelles par des entreprises étrangères. Comme nous l’avons déjà indiqué, la renégociation des contrats avec différentes multinationales pétrolières – dans le contexte de prix élevés des commodities – n’a pas été menée sans conflits, mais lui a permis d’augmenter ses revenus et ainsi d’avoir un peu plus d’autonomie par rapport au pouvoir global.

Une certaine redistribution de cette rente pétrolière a été possible. Il faut noter que, contrairement à d’autres pays latino-américains (comme le Brésil par exemple), les programmes sociaux ne sont pas financés par les revenus de la rente pétrolière, car la Constitution de 2008 interdit l’utilisation de revenus non permanents (les revenus du pétrole dépendant de la fluctuation des prix au niveau international sont considérés comme des revenus non permanents) pour financer des coûts permanents. Par exemple, il est possible de financer la construction d’infrastructures (écoles, hôpitaux, routes, etc.) avec la rente pétrolière, mais pas les salaires des fonctionnaires (professeurs, médecins, etc.).

  • 44 Acosta A. (2011), « Extractivismo y neoextractivismo: dos caras de la misma maldición », in Lang M. (...)
  • 45 Svampa M., « “Consenso de los Commodities” y lenguajes de valoración en América Latina », Nueva Soc (...)

Une des critiques les plus courantes, notamment de certains auteurs du courant « écologiste et post-développementaliste » du Bien Vivre, quant aux expériences post-néolibérales en Amérique Latine est qu’avec le retour de l’État, on ne serait passé qu’à un néo-extractivisme44 qui s’appuierait sur la flambée des prix des matières premières au niveau mondial pour financer les politiques sociales de redistribution et de lutte contre la pauvreté. Le Consensus de Washington aurait laissé place à un « consensus des commodities45 » qui serait la base de la reprimarisation des économies latino-américaines. Cette généralisation continentale cache les particularités nationales, comme le montre l’Équateur. L’analyse du cas équatorien témoigne qu’il s’agit plutôt d’une extension territoriale de l’extractivisme qui n’aboutit pas forcément à une reprimarisation de l’économie. En effet, selon les données de la Banque Centrale équatorienne, la part du secteur primaire dans le PIB est passée de 20,8 % en 2006 à 13,9 % en 2016 (avec un pic à 23,4 % en 2008) et celle du secteur pétrolier et minier de 11,4 % en 2006 à 4,3 % en 2016 (avec un pic à 14,5 % en 2008). Donc le poids des activités extractivistes par rapport au PIB a diminué, et ce malgré l’augmentation des prix du pétrole. On n’assiste donc pas à une reprimarisation de l’économie en Équateur (contrairement au Brésil ou à l’Argentine par exemple). Ce qui ne signifie pas non plus que l’économie équatorienne se soit diversifiée ces dernières années, puisque l’augmentation du budget de l’État a surtout été réalisée grâce à une meilleure perception des impôts.

  • 46 Carrión A., « Extractivismo minero y estrategia de desarrollo : entre el nacionalismo de los recurs (...)

L’extension territoriale de l’extractivisme est le résultat à la fois du changement dans l’usage du sol, l’extension de la frontière extractiviste mais aussi de la diversification de l’extractivisme (notamment avec l’activité minière et les monocultures dans l’agriculture). Dans son étude sur la politique minière de la Révolution Citoyenne, Andrea Carrión nous dit que « le nationalisme étatique sur les ressources naturelles se construit en opposition aux conflits socio-environnementaux et inclut l’usage des ressources publiques pour rendre possible les projets à grande échelle46. » Selon Carrión, les réformes à caractère nationaliste (nationalisation des ressources naturelles, plus grande participation de l’État dans les royalties, respect des normes environnementales et du droit du travail nationaux, etc.) permettent l’expansion globale du capital transnational à travers la concession de territoires pour l’exploration et l’exploitation minières.

  • 47 L’Observatoire des conflits miniers en Amérique Latine, avec l’aide de nombreuses ONG dans les diff (...)
  • 48 Pour une analyse et une classification plus approfondies de ces conflits socio-environnementaux, ap (...)

Cette expansion territoriale entraîne une augmentation des conflits socio-environnementaux en Equateur, comme dans le reste de l’Amérique Latine47. Ces conflits territorialisés sont dus à l’extension de l’extractivisme, notamment liée à l’amplification de la superficie du territoire pour l’exploitation minière à grande échelle, qui a pour conséquence la fragmentation spatiale, la création d’économies enclavées générant peu d’emplois, la désintégration et parfois le déplacement de communautés indigènes et rurales. Ces conflits peuvent avoir différentes revendications : la défense du territoire comme lieu de vie culturel ou de subsistance économique ; la défense de l’environnement et de l’eau contre les pollutions émises par les activités extractivistes ; la défense de modes de vie ; la redistribution de la rente générée par ces activités ; entre autres demandes48.

L’exemple de l’Équateur pour la discussion sur l’extractivisme, la question de la redistribution de la rente, les différents conflits socio-environnementaux et l’insertion dans la division internationale du travail, peut s’étendre à une grande partie de l’Amérique latine, par exemple la Bolivie, l’Argentine, le Venezuela, la Colombie, etc. Pour cette région, résoudre les tensions entre justice sociale et justice environnementale dans des pays qui dépendent de l’exploitation et l’exportation de leurs ressources naturelles est un des enjeux majeurs du xxie siècle.

Haut de page

Notes

1 En mars 1999, un dollar s’échangeait contre 10 000 sucres.

2 Le nombre de migrants équatoriens n’a jamais été officiel, mais il tourne autour de 1,5 million de personnes. Voir Ramírez F. & J. Ramírez, La estampida migratoria ecuatoriana (1997-2003): crisis, redes y repertorios de acción, Quito, CIUDAD, Abya-Yala, 2005. Pour une analyse des enjeux politiques et institutionnels des migrants équatoriens durant les dix années de la Révolution Citoyenne, voir Herrera Ríos W., « Rediseñando la presencia estatal extraterritorial: el manejo político e institucional de la emigración bajo la Revolución Ciudadana del Ecuador », in Le Quang M., La Revolución Ciudadana en escala de grises: avances, continuidades y dilemas, Quito, IAEN, 2016, p. 105-131.

3 Voir Massal J., Les mouvements indiens en Équateur. Mobilisations protestataires et démocratie, Paris, Karthala, 2005.

4 Ce terme, qui pourrait être traduit par « particratie », est beaucoup utilisé par les dirigeants de la Révolution Citoyenne pour désigner, de manière péjorative, le système politique, souvent inefficace, corrompu et clientéliste, qui a prédominé lors de la période néolibérale et qui était dominé par les partis politiques. La déqualification de la forme parti oblige à un renouvellement de la manière de faire de la politique mais aussi du personnel politique.

5 Mejía Acosta A. & J.C. Machado Puertas, « Las democracias asfixiadas en los Andes Altos: elecciones e inestabilidad en Bolivia, Ecuador y Perú », in Alcántara Sáez M. & F. García Díez (coord.), Elecciones y política en América Latina, México, Instituto Electoral del Estado de México, Sociedad Mexicana de Estudios Electorales, 2008, p. 190-191.

6 Le politologue Simón Pachano pense que le fait de ne pas présenter de candidat aux élections législatives n’était pas une stratégie, mais une décision pragmatique marquée par une difficulté : « […] Rafael Correa n’a pas présenté de candidats pour les législatives en raison de la difficulté à les structurer et non par simple calcul. Si c’est ainsi, cela renforcerait la condition d’outsider du gagnant et ce serait une preuve de plus du caractère flexible et lâche du système politique équatorien. », Pachano S., « Renovación, agonía y muerte del sistema de partidos de Ecuador », in Alcántara Sáez M. & F. García Díez (coord.), Elecciones y política en América Latina, México, Instituto Electoral del Estado de México, Sociedad Mexicana de Estudios Electorales, 2008, p. 151.

7 Stoessel S., « Giro a la izquierda en la América Latina del siglo XXI. Revisitando los debates académicos », Polis, vol. 13, no 39, 2014, p. 123-149.

8 Le Quang M. & F. Ramirez Gallegos (2016), « Introduction », Cahiers des Amériques latines, no 83, p. 17-32 ; Féliz M. & E. Lopez, « La dinámica del capitalismo periférico postneoliberal neodesarrollista. Contradicciones, barreras y límites de la nueva forma de desarrollo en Argentina », Revista Herramienta, no 45, octobre, 2015, p. 109-124 ; Thwaites Rey M., « Después de la globalización neoliberal: ¿Qué Estado en América Latina ? », OSAL, Año XI, no 27, abril, 2010, p. 19-43.

9 Ramírez Gallegos F., « Perspectivas del proceso de democratización en Ecuador. Cambio Político e inclusión social », in Dargatz A. & M. Zuazo (dir.), Democracias en Transformación. ¿Qué hay de nuevo en los nuevos Estados andinos?, La Paz, FES-ILDIS, 2013, p. 103-155.

10 Pour une analyse plus détaillée de ces trois courants, voir Le Quang M., « Le Bien Vivre, une alternative au développement en Équateur ? », Revue du MAUSS permanente, 2016, http://www.journaldumauss.net/?Le-Bien-Vivre-une-alternative-au

11 Cubillo-Guevara A. P., « Genealogía inmediata de los discursos del buen vivir en Ecuador (1992-2016) », América Latina Hoy, no 74, 2016, p. 130.

12 Voir Plan Nacional del Buen Vivir 2009-2013 : http://www.planificacion.gob.ec/wp-content/uploads/downloads/2012/07/Plan_Nacional_para_el_Buen_Vivir.pdf

13 Voir Plan Nacional del Buen Vivir 2013-2017 : http://www.buenvivir.gob.ec/69

14 Alberto A., La Maldición de la Abundancia, Quito, Abya Yala, 2009.

15 La pauvreté et l’extrême pauvreté correspondent ici au niveau de revenus. Le seuil de pauvreté évolue selon l’indice des prix au consommateur. En 2006, le seuil de pauvreté était de 56,64 $ et celui de l’extrême pauvreté de 31,92 $, alors qu’en 2016, ils étaient respectivement de 84,68 $ et 47,72 $. Quant au coefficient de Gini, il mesure ici les inégalités de la distribution des revenus.

16 Cet instrument de mesure correspond à l’indice de pauvreté humaine du PNUD. Cet indice est calculé à partir des trois dimensions de l’indice de développement humain (IDH) : santé, instruction, niveau de vie décent.

17 Voir Secretaria Nacional de Planificación y Desarrollo, Estrategia Nacional para la Igualdad y Erradicación de la Pobreza, Quito ; Reporte de pobreza por consumo Ecuador 2006-2014, INEC, Banco Mundial, 2015. Les données qui suivent viennent de ce dernier rapport.

18 Une personne en condition de vulnérabilité se trouve au-dessus du taux de pauvreté et la probabilité qu’elle passe en dessous de ce seuil est de plus de 10 %.

19 Selon l’INEC et la Banque Mondiale, 7 % des personnes qui se trouvaient en situation de vulnérabilité en 2006 sont passées en situation de pauvreté en 2014. De plus, 7 % de la population située dans la classe moyenne en 2006 est passée en situation de pauvreté en 2014 et 12 % en situation de vulnérabilité.

20 Ces débats ont opposé des auteurs critiques des gouvernements progressistes au pouvoir à d’autres qui les soutenaient. Ils sont apparus en 2015, au moment des défaites des forces au pouvoir, lors des élections présidentielles en Argentine, des élections législatives au Venezuela et de l’impeachment contre Dilma Roussef au Brésil. Les critiques les plus importantes tournaient autour de deux axes : le manque de radicalité dans les réformes structurelles de l’économie c’est-à-dire la non-remise en cause de l’extractivisme, voire son approfondissement, et un exercice vertical du pouvoir de l’État vers la société, d’où le manque d’intégration des acteurs sociaux dans les transformations en cours. Voir par exemple Modonesi M., « Fin de l’hégémonie progressiste et tournant régressif en Amérique Latine », ContreTemps, 2015, 27 novembre, http://www.contretemps.eu/fin-de-lhegemonie-progressiste-et-tournant-regressif-en-amerique-latine/; Gaudichaud F., « Fin de cycle en Amérique du Sud ? Mouvements populaires, gouvernements “progressistes” et alternatives écosocialistes », ContreTemps, 2015, 10 décembre, http://www.contretemps.eu/fin-de-cycle-en-amerique-du-sud-mouvements-populaires-gouvernements-progressistes-et-alternatives-ecosocialistes/ ; Sader E., « ¿El final de un ciclo (que no existió) ? », 2015, p. 12, 17 septembre, https://www.pagina12.com.ar/diario/contratapa/13-281814-2015-09-17.html

21 Pour une présentation du cas OXY, voir Procuraduría General del Estado, Caso OXY: Defensa jurídica de una decisión soberana y en derecho del Estado ecuatoriano, Quito, Procuraduría General del Estado, 2014, http://pge.gob.ec/images/docman/libro_caso_oxy_08_2014.pdf.

22 Le Quang M., « El retorno de la política en Ecuador en 2015: conflictividad socio-política y diálogo social », e-l@tina. Revista electrónica de estudios latinoamericanos, vol. 14, no 56, juillet-septembre, 2016, p. 35-48.

23 Gramsci A., Cartas desde la cárcel, Buenos Aires, Editorial Losada, 2015.

24 Ramírez Gallegos F., & S. Stoessel (2015), « Postneoliberalismo, cambio y conflicto político en el Ecuador de la Revolución Ciudadana », in Argento M. & A.L. Ciccone (Comp.), Pulsión de cambio. Movimiento latinoamericano en la construcción de proyectos contra-hegemónicos, Rosario, Editorial Último Recurso, 2015, p. 151.

25 Le MPD était un parti avec une idéologie maoïste et qui avait une grande influence dans le mouvement étudiant, certains syndicats de travailleurs et au sein de L’Union nationale des éducateurs (UNE).

26 Les lois de la transition correspondent aux 18 lois contenues dans la première disposition transitoire de la Constitution de 2008. Ces lois devaient être approuvées dans un délai maximum d’un an mais les dernières l’ont été en 2013 (communication et eau) et 2016 (culture).

27 Pour une analyse plus approfondie des dynamiques parlementaires et de la conflictualité sociale autour des lois, voir Ramirez F. & M. Le Quang, Coaliciones parlamentarias y conflictividad social en el Ecuador (2009-2011), Quito, Asamblea Nacional, 2013. Le conflit autour de la Loi sur le service public a abouti à une tentative de coup d’État par la police et certains secteurs de l’armée le 30 septembre 2010.

28 Monodesi M., « Usos del concepto gramsciano de revolución pasiva en América Latina », Revista Observatorio Latinoamericano y Caribeño, no 1, 2017, p. 53-54.

29 Mouffe C., En torno a lo político, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2011, p. 27.

30 Ibid., p. 128.

31 Ibid., p. 12-13.

32 Le rapport complet de cette commission, composée de représentants de l’État et de la société civile, se trouve à l’adresse suivante : http://www.cadtm.org/IMG/pdf/Informe_Deuda_Externa.pdf

33 Acosta A., Breve historia económica del Ecuador, Quito, Corporación Editora Nacional, 2002.

34 Toussaint é., « Les leçons de l’Équateur pour l’annulation de la dette illégitime », 29 mai 2013 : http://www.cadtm.org/Les-lecons-de-l-Equateur-pour-l

35 Pour une analyse plus détaillée du sens politique de l’Initiative Yasuni-ITT, voir Le Quang M., « La trajectoire politique de l’initiative Yasuní-ITT en Équateur : entre capitalisme vert et écosocialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 130, 2016, p. 105-121.

36 En février 2013, Rafael Correa a été réélu avec plus de 57 % des voix au premier tour, dépassant son score de 2009 (52 %). De plus, Alianza PAIS a obtenu 100 des 137 sièges à l’Assemblée Nationale, possédant ainsi la majorité absolue au parlement, contrairement à la période antérieure.

37 Weber M., Le savant et le politique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963 (1919).

38 Notre système socio-économique est très dépendant du pétrole. Dans le bilan énergétique mondial que propose l’Agence Internationale de l’Énergie, le pétrole satisfait 32 % des besoins mondiaux d’énergie primaire en 2016 (contre 45 % en 1973), suivi du charbon (27 %), du gaz naturel (22 %), des énergies renouvelables (14 %) et l’énergie nucléaire (5 %). Même si son pourcentage est en baisse depuis les années 1970 et que cette tendance va se poursuivre jusqu’en 2040, selon les prévisions de l’AIE, le pétrole restera la première énergie dans le bilan mondial avec plus de 27 % devant le gaz et le charbon.

39 Copinschi P., Le Pétrole, quel avenir ? Analyse géopolitique et économique, Bruxelles, Ed. De Boeck, 2010, p. 5.

40 Voir le dossier sur l’économie verte des Cahiers français, no 355, mars-avril 2010, La documentation française.

41 Les TBI sont des instruments juridiques internationaux signés entre deux États ayant pour objet de protéger réciproquement des investissements au niveau international. L’objet de la protection est l’investissement privé d’une personne ou une entreprise d’un pays dans un autre pays.

42 Le rapport de cette commission a été rendu public en mai 2017. Pour télécharger le résumé du rapport de cette commission : www.caitisa.org. Les informations qui suivent viennent de ce rapport intitulé : Auditoria integral ciudadana de los tratados de protección recíproca de inversiones y del sistema de arbitraje en materia de inversiones en Ecuador.

43 Au total, les demandes des investisseurs contre l’État équatorien ont été de 21,2 milliards de dollars, dont 1,5 milliard de dollars ont déjà été déboursés (1,34 milliard d’amendes, notamment pour Oxy et Chevron et 156 millions pour les arbitres et buffets d’avocats internationaux spécialisés dans ce genre de procès). Les demandes en cours s’élèvent à 13,4 milliards de dollars ce qui représente 52 % du budget de l’État de 2017.

44 Acosta A. (2011), « Extractivismo y neoextractivismo: dos caras de la misma maldición », in Lang M. & D. Mokrani (Comps.), Más allá del desarrollo (Grupo permanente de trabajo sobre alternativas al desarrollo), Quito, Fundación Rosa Luxemburgo/Abya Yala, 2011, p. 83-118 ; Gudynas E., « Si eres tan progresista, ¿por qué destruyes la naturaleza ? Neoextractivismo, izquierda y alternativas », Ecuador Debate, no 79, 2010, p. 61-82.

45 Svampa M., « “Consenso de los Commodities” y lenguajes de valoración en América Latina », Nueva Sociedad, no 244, 2013, p. 30-46.

46 Carrión A., « Extractivismo minero y estrategia de desarrollo : entre el nacionalismo de los recursos y los conflictos socioterritoriales », in Le Quang M. (Ed.), La Revolución Ciudadana en escala de grises: avances, continuidades y dilemas, Quito, Instituto de Altos Estudios Nacional, Collection Pensamiento Radical, 2016, p. 182.

47 L’Observatoire des conflits miniers en Amérique Latine, avec l’aide de nombreuses ONG dans les différents pays latino-américains, recense les conflits liés à l’exploitation minière : http://basedatos.conflictosmineros.net/ocmal_db/. En plus des autres références bibliographiques citées, voir aussi Gaudichaud F. (2016), « Ressources minières, “extractivisme” et développement en Amérique latine : perspectives critiques », IdeAs, n° 8, Automne-Hiver, http://ideas.revues.org/1684.

48 Pour une analyse et une classification plus approfondies de ces conflits socio-environnementaux, appuyées sur le cas du Pérou, voir Bebbington A. & D. H. Bebbington, « Actores y ambientalismos: conflictos socio-ambientales en Perú », Íconos, no 35, 2009, p. 117-128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Le Quang et Violaine Delteil, « Entre buen vivir et néo-extractivisme : les quadratures de la politique économique équatorienne », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15076 ; DOI : 10.4000/regulation.15076

Haut de page

Auteurs

Matthieu Le Quang

Doctorant en science politique au Laboratoire du changement social et politique (LCSP) de l’université Paris Diderot.

Violaine Delteil

Maître de conférences en Économie, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Laboratoire ICEE ; viodelteil@outlook.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page