Navigation – Plan du site
Opinions-Débats

« Perdre en simplicité pour gagner en pertinence » : les défis contemporains de la théorie de la régulation

Entretien avec Robert Boyer
Robert Boyer et Pierre Alary

Texte intégral

1. La théorie de la régulation, une aventure collective

Revue de la régulation : Pourriez-vous mettre en perspective l’aventure à l’origine de la théorie de la régulation (TR) ? Comment les rencontres se sont-elles faites et comment un groupe de chercheurs a-t-il décidé de travailler ensemble ?

  • 1 Le modèle FIFI (« PHYsico-FInancier ») visait à produire des projections à moyen terme de la croiss (...)
  • 2 Lire par exemple Boullé J., Boyer R., Mazier J. & G. Olive (1974), « Le modèle STAR », Économie & P (...)
  • 3 Modèle de prévision économique de court terme, le premier en France (1966), conçu par Philippe Herz (...)

Robert Boyer : Il faut se reporter à la période très particulière des années 1970. Les événements de 1968 avaient paradoxalement débouché sur un regain de croissance accompagné d’inflation, et surtout, ils avaient favorisé une floraison intellectuelle à partir des différentes variantes du marxisme et des théories radicales. C’est dans ce contexte que des économistes de la Direction de la Prévision (ministère de l’Économie) et de l’INSEE se rencontrent autour de projets professionnels, en l’occurrence centrés sur l’analyse et la formalisation macro-économiques. Michel Aglietta est associé aux travaux de modélisation au titre du modèle FIFI1, alors qu’un autre groupe de chercheurs s’attache à construire un modèle de prévision STAR2 qui, à la suite de Zogol3, visait à formaliser un « Schéma Théorique d’Accumulation et de Répartition ».

Or l’usage de ces modèles en prévision révèle une inadéquation croissante : dès 1967, le chômage ne cesse d’augmenter à partir d’un niveau de suremploi plus que de plein-emploi ; le choc pétrolier de 1973 révèle le caractère original d’une récession marquée par la coexistence d’une accélération de l’inflation et d’une montée du chômage. Les macro-économistes découvrent alors que les régularités économiques sont contingentes et n’ont en rien l’invariance que postulaient à l’époque les théories, tant néoclassique que keynésienne. Au demeurant, les mécanismes peu orthodoxes que retenait le modèle STAR (rôle déterminant du taux de profit et de la structure de bilan des entreprises sur l’investissement, caractère endogène de la finance, mécanisme original de formation des prix nominaux) n’arrivaient pas non plus à capturer les nouveautés des années 1970.

Ce fut d’abord l’occasion de créer un groupe de travail informel avec des collègues spécialistes de l’histoire économique. Un autre groupe fut constitué pour discuter la thèse de Michel Aglietta consacrée à l’analyse de l’histoire longue américaine à partir d’une mobilisation critique des concepts marxistes. Son point d’aboutissement fut la publication en 1976 de l’ouvrage fondateur de la variante dite parisienne de la TR, Régulation et crises du capitalisme. Telle fut la source d’inspiration de la constitution d’un troisième groupe de chercheurs de diverses spécialités et nationalités qui, au sein du CEPREMAP, se consacra à l’analyse des transformations du capitalisme français depuis la révolution de 1789.

C’est de ce réseau que naît un cadre analytique nouveau, qu’on appellera la « Théorie de la Régulation ». Cadre que lancent l’ouvrage de Michel Aglietta donc, puis celui que j’ai co-écrit avec Jacques Mistral, Accumulation, inflation, crises (1995) [1978]. Ainsi, la discussion de la thèse de Michel Aglietta au sein de ce petit groupe d’économistes travaillant dans l’administration économique a joué un rôle déterminant dans la construction collective de ce cadre analytique, dérivé d’une analyse critique de l’héritage de Marx, grâce à une plongée dans l’histoire économique de longue période des États-Unis et de la France. Après avoir assimilé les concepts avancés par Michel Aglietta et discutés par ce groupe de recherche, je me suis attaché à préciser la définition des formes institutionnelles, en organiser l’architecture et mobiliser ce cadre analytique pour rendre compte de la trajectoire française.

RR : Il semble donc que le contexte socio-économique des Trente Glorieuses ait été déterminant pour la genèse de la TR. Aurait-elle pu apparaître à un autre moment ?

RB : La configuration de la théorie doit beaucoup à la particularité des circonstances observées au début des années 1970.

D’abord, l’idée d’une codification de nature juridique des formes institutionnelles n’aurait pu apparaître dans le contexte tourmenté des années d’après-guerre, encore moins à la fin du xixe siècle, à une époque encore toute marquée par l’hypothèse naïve qui attribuait un caractère naturel au capitalisme concurrentiel, tout au moins dans la tradition intellectuelle anglaise. En effet, ce furent les luttes sociales et politiques, à l’issue de la Première puis de la Seconde Guerre mondiale, qui imposèrent une codification juridique originale du rapport salarial, l’émergence d’un système national de protection sociale fédérant une myriade de régimes mutualistes ou encore celle d’une intervention étendue en matière de politique industrielle et scientifique de l’État.

Ensuite, la France était a priori le pays dans lequel le projet d’un contrôle de l’économique par le politique était le mieux admis, sachant qu’aujourd’hui encore une telle stratégie est fortement contestée aux États-Unis et plus généralement dans les capitalismes anglo-saxons. Il est certes une problématique voisine, celle de la Social Structure of Accumulation (SSA), mais elle n’a eu que peu de succès aux États-Unis, encore moins que la TR dans le contexte beaucoup plus favorable français. Or, comme devaient le montrer les études comparatives, le capitalisme à forte impulsion étatique est loin d’être généralisé à l’échelle internationale. C’est une seconde contingence quant à l’émergence d’une théorie qui place au premier plan les institutions et au second plan la logique concurrentielle portée par les marchés.

Surtout, la théorie marxiste a pu être mobilisée, non pas comme arme idéologique dans les luttes politiques, mais comme outil analytique dans les recherches en sciences sociales. La rencontre avec les historiens de l’École des Annales était finalement très française, puisque le projet d’une histoire qui fait dériver l’économique des structures sociales est assez peu répandu dans le monde académique international.

Il est une dernière particularité. Que des chercheurs appartenant à l’appareil d’État aient pu mobiliser des outils empruntés à l’hétérodoxie (Keynes et plus encore Kalecki ou encore l’École de Cambridge au Royaume-Uni) apparaît rétrospectivement comme assez exceptionnel à l’échelle internationale.

Au demeurant, l’histoire intellectuelle française depuis les années 1970 s’est chargée de souligner le caractère largement idiosyncratique de la TR. La progressive normalisation du système académique et de recherche français ainsi que l’orientation délibérément libérale de la plupart des gouvernements, de droite comme de gauche d’ailleurs, n’ont cessé d’affaiblir les bases institutionnelles sur lesquelles recrutait le courant de la TR. Faut-il rappeler, à ce titre, l’adage clé de ce courant : « Toutes les théories économiques sont filles de l’histoire », et non l’inverse comme le postulerait un idéalisme hérité de Hegel. Elles naissent locales, elles ont donc à prouver, par une série de comparaisons internationales systématiques, qu’elles peuvent prétendre à un certain degré de généralité. Ce processus d’extension des hypothèses initiales s’est accompagné d’un réaménagement de l’architecture de la TR et de l’adjonction de nouvelles notions.

RR : Quels étaient alors vos liens avec les institutions publiques de recherche ? De quels supports institutionnels particuliers avez-vous bénéficié pour conduire le projet scientifique en question ?

RB : Effervescence intellectuelle dans la société et préoccupations professionnelles au sein de l’administration économique (INSEE, ministère des Finances, Commissariat Général du Plan) sont les deux sources de la TR. En d’autres termes, orientations politiques personnelles et capacités à développer de nouveaux outils techniques se sont combinées dans les premiers travaux. Cela aurait pu être un feu de paille sans lendemain, mais la difficulté à poursuivre ce projet au sein de l’administration publique a conduit la plupart des fondateurs à devenir des chercheurs au sein de l’Université ou du CNRS. Ce dernier offrait la possibilité de développer des recherches de longue haleine sans subir la pression à la publication d’articles davantage destinés à montrer l’activité du chercheur qu’à rendre compte de réelles percées conceptuelles, comme c’est hélas devenu le cas aujourd’hui.

  • 4 Le Centre d’études prospectives d’économie mathématique appliquée à la planification (1967-2004) av (...)
  • 5 Créé en 1946 auprès du Premier ministre pour éclairer la reconstruction puis la modernisation de l’ (...)
  • 6 Le Comité d’Organisation des Recherches appliquées sur le Développement économique et social (CORDE (...)

En outre, il ne faut pas sous-estimer le rôle que joua pendant plus de deux décennies la petite équipe du CEPREMAP4, renouvelée par de nouveaux talents et un déplacement du centre de gravité de la théorie, devenue plus conceptuelle et historique que formalisatrice. En effet, la demande du Commissariat général du Plan5 aux chercheurs du CEPREMAP : « Pourquoi l’inflation et non pas la déflation après le choc pétrolier de 1973 ? » fut le point de départ de la mobilisation des concepts de la régulation pour rendre compte des transformations de longue période du capitalisme français. Le rapport pour le Cordes6, qui clôt cette recherche collective, témoigne de cette imbrication entre demandes des administrations et stimulation d’une recherche ambitieuse (CEPREMAP-CORDES, 1977).

Il est remarquable que cette matrice ait continué à être utilisée au-delà de la diversité des trajectoires personnelles qui se sont orientées, selon les cas, vers la haute administration publique ou privée, la tentation du politique ou la volonté de former une autre génération de chercheurs et d’enseignants. Le trait distinctif de ces divers auteurs est que la pertinence l’emporte sur la virtuosité technique, à partir d’hypothèses bien commodes mais dramatiquement erronées. On n’insistera jamais assez sur le rôle déterminant de petits groupes informels aux marges des institutions établies quant à la stimulation et l’innovation intellectuelles. En effet, c’est souvent de la confrontation, si ce n’est du conflit entre logique d’institution et curiosité du chercheur que peuvent naître de nouvelles approches. Qu’on songe au « groupe de Bloomsbury », qui discuta le premier jet de la Théorie Générale pour le keynésianisme, à la constitution de la Société du Mont-Pèlerin pour les Hayekiens, sans oublier les rencontres informelles qui conduisirent à la révolution de la physique moderne.

RR : Le 10 mai 1981 est une date marquante de l’histoire politique de la France d’après-guerre. L’évènement fit naître des espoirs, suscita des peurs, mais assez rapidement l’une et l’autre s’estompèrent ou se recomposèrent. Vous avez pris des distances par rapport aux groupes de travail conseillant le pouvoir exécutif auxquels vous étiez associé au départ. Où situez-vous les contradictions entre le conseil de politique économique et les logiques proprement politiques ?

RB : Il faut se souvenir que le programme commun conclu entre les partis socialiste et communiste avait pour principaux objectifs d’unifier le peuple de gauche et de proposer une alternative à une reconduction d’un giscardisme quelque peu discrédité. La cohérence et le réalisme proprement économiques n’étaient pas à l’ordre du jour. Cette élection fut d’abord une bonne surprise car il était commun dans la gauche de considérer que la constitution de la Ve République était taillée sur mesure pour empêcher un tel évènement. Un petit groupe d’économistes régulationnistes fut convié à l’Élysée et ne manqua pas de donner son appréciation sur les conséquences macro-économiques de l’application du programme électoral du gouvernement : compte tenu de la faiblesse du système productif français, la forte croissance de la dépense publique était condamnée à stimuler les importations plus que la production nationale. Mieux aurait valu annoncer que, compte tenu d’une situation encore plus grave qu’anticipée, d’abord viendrait une politique industrielle et des revenus, puis que son succès permettrait ensuite la distribution des dividendes associés à ces réformes, conformément aux promesses électorales.

Mais notre message était inaudible, car primait le projet politique de mise en œuvre des mesures promises afin de sceller l’alliance entre socialistes et communistes et de répondre à la vague d’espoir suscitée au sein du peuple de gauche. Notre diagnostic sur la conjoncture macro-économique était cependant exact et se trouva confirmé par le brutal retournement de la politique en 1983, sous la pression du déséquilibre extérieur et de celui des finances publiques. Ce retournement fut présenté comme une simple parenthèse alors qu’il s’agit du point de bifurcation qui, rétrospectivement, marque l’abandon, par les partis de gauche, de la volonté de transformation de la société à travers celui du mode de régulation économique.

On trouve un second exemple de ce divorce entre les objectifs du pouvoir politique et les connaissances accumulées par la communauté des chercheurs inspirés par l’approche de la Régulation lors des discussions autour d’une politique industrielle de reconquête du marché intérieur qui donna lieu, en 1982, à un rapport officiel rédigé par Michel Aglietta et moi-même, Une politique industrielle pour la France. Les statistiques et études économétriques pointaient la faiblesse structurelle de la plupart des branches industrielles, les études historiques montraient qu’une ou deux décennies étaient nécessaires avant qu’une réforme majeure porte ses fruits. Pourtant, la réponse du politique fut d’affirmer que « partout où s’exprime la volonté politique, s’ouvre un chemin pour l’économie ». Bref, victoire à la Pyrrhus du volontarisme politique sur la lucidité analytique de l’économiste.

Une autre occasion se présenta fugitivement quand Michel Rocard devint Premier ministre. L’un de ses conseillers était Jacques Mistral, compagnon de la première heure. Nous imaginâmes ce que pourrait être un rapport salarial adapté aux transformations de l’économie française : les gains de productivité devraient se partager entre formation, réduction du temps de travail et augmentation de la rémunération afin de piloter l’émergence d’une alternative à la croissance fordiste. Mais cela ne correspondait en rien aux priorités politiques du moment.

  • 7 Le Conseil d’analyse économique est créé en 1997 auprès du Premier ministre, Lionel Jospin, en tant (...)

Une dernière expérience intervint avec la création par Lionel Jospin du Conseil d’analyse économique (CAE). Ce dernier affirma dans un article du Monde que sa référence en matière économique était la théorie de la régulation et il nomma certains de ses représentants au CAE7, alors très éclectique et ouvert. L’intérêt pour la confrontation des points de vue sur la politique économique s’estompa très vite, à mesure que se normalisèrent les relations du Premier ministre avec le ministère des Finances et que lui succédèrent d’autres Premiers ministres moins férus de discussions ouvertes en matière d’économie.

  • 8 Guy Konopnicki (1981), Les bouches se ferment, Paris, Albin-Michel.

À la lumière de ces expériences, je serais tenté de reprendre à mon compte la formule d’Aristote sur la justice dans Éthique à Nicomaque : « Le politique a pour fins non pas [seulement] la connaissance mais l’action », ou encore la formule d’un analyste contemporain, lorsque celui-ci affirme que « La vérité ne fait pas de politique et réciproquement8 ».

Il se peut que ce jugement sévère ne soit pas partagé par les autres auteurs régulationnistes, car ils explorent aujourd’hui des trajectoires bien différentes. Par exemple, Alain Lipietz a pu mesurer l’écart entre le rôle du chercheur et l’engagement du militant, alors que Michel Aglietta ne cesse de mener de front recherche académique et fréquentes interventions dans l’agora politique. Les jeunes générations ont encore d’autres priorités liées à leur appartenance à un système académique et de recherche en complète transformation et dont les compétences ne sont que rarement mobilisées par les pouvoirs publics lors des choix de politique économique.

2. Les fondations d’une élaboration théorique

RR : Essayons d’ancrer la TR dans l’histoire de la pensée économique : quelle place attribuez-vous à Marx et Keynes dans la TR ? Avec le recul, Marx ne vous semble-t-il pas plus pertinent ou plus fondamental ?

RB : Keynes est une lecture obligée pour tout macro-économiste. Il est fondateur de leur discipline, il montre qu’il n’est pas d’homologie entre comportement individuel et évolution d’une économie nationale ; que face à l’incertitude, le calcul micro-économique traditionnel s’avère impuissant et, finalement, qu’il convient de construire de nouveaux concepts tel celui de demande effective. Cependant, la TR insiste sur l’historicité de l’apport keynésien, réponse au régime d’accumulation intensive sans consommation de masse de l’entre-deux-guerres.

Il fait peu de doute que Marx est le terreau à partir duquel s’est développée l’analyse critique de l’approche de la régulation et l’introduction du niveau intermédiaire qui est celui des formes institutionnelles définies comme explicitation et codification des rapports sociaux. Les notions de régime d’accumulation viennent directement de l’exploration des limites des schémas de reproduction de Marx et l’accent mis sur les crises est l’un des héritages essentiels qui se prolongent tout au long de l’ajustement du cadre conceptuel aux transformations des capitalismes contemporains. Marx est rarement cité en tant que tel, mais il est presque toujours présent dans une approche dialectique, celle qui par exemple fait du succès, et de l’aveuglement qu’il suscite, la source des grandes crises. Enfin, les multiples recherches sur l’évolution du rapport salarial témoignent de la filiation marxiste qui fait du conflit capital/travail l’un des moteurs de ce régime économique. Cependant, les luttes sociales et politiques ont transformé le régime d’accumulation du capitalisme concurrentiel, tel est l’apport central de la TR que l’on pourrait présenter comme une historicisation de l’économie politique.

RR : Et en dehors de ces auteurs, quels sont les ferments et le terreau intellectuels de la TR ?

RB : Outre les deux auteurs précédents, force est de reconnaître l’influence de quatre autres intellectuels qui appartiennent à des disciplines différentes.

○ En premier lieu, l’inspiration en matière de formation macro-économique, en particulier de l’investissement, mais pas seulement, est plus kaleckienne que keynésienne. En effet, le premier accepte de formaliser des processus dynamiques alors que le second se refuse même à élaborer un modèle statique de sous-emploi involontaire. De plus, on trouve chez Kalecki l’idée que le plein-emploi est difficilement tenable en régime capitaliste, puisqu’il donne un pouvoir sans précédent aux salariés qui s’affranchissent ainsi de la discipline que tentent d’imposer les directions des entreprises. Enfin, c’est aussi le théoricien de la formation des prix différenciés selon que l’on étudie les matières premières ou les produits industriels.

○ Dans le même ordre d’idées, les modèles de cycles endogènes de Richard Goodwin ont été mobilisés, par Frédéric Lordon par exemple, pour donner une formulation rigoureuse des processus qui conduisent aux grandes crises. Enfin, les modèles de croissance proposés par Nicholas Kaldor, ont trouvé une généralisation dans la formalisation des régimes d’accumulation par les régulationnistes. On pourrait aussi citer Joan Robinson comme source d’inspiration, lorsqu’elle affirmait qu’à peine les économistes pensaient-ils avoir compris le régime de croissance à l’œuvre que ce dernier entrait en crise et montrait l’illusion que représente la croyance en une théorie achevée. C’est cruellement le cas pour les théoriciens de la nouvelle synthèse entre classiques et keynésiens qui pensèrent naïvement que les modèles DGSE marquaient l’apothéose d’une nouvelle intelligibilité de la macro-économie.

○ Une troisième source d’inspiration se trouve dans les travaux d’histoire économique. Il a déjà été mentionné à diverses reprises l’influence d’Ernest Labrousse et Fernand Braudel, mais il faut ajouter un auteur que les jeunes générations ne connaissent sans doute plus, Jean Bouvier. Il fut, avec un petit noyau d’économistes, le fondateur d’un séminaire qui dura jusqu’à la fin des années 2000, intitulé « Accumulation, Régulation, Croissance et Crise » (ARC2). Compte tenu de la disparition prématurée de Jean Bouvier, cette alliance n’a pu porter tous ses fruits, car ce type d’histoire économique et sociale est en quelque sorte tombé en désuétude dans le système académique français. Des économistes, tels Jean-François Vidal, Jacques Mazier et ses collègues, ont repris le flambeau : il est toujours éclairant de revisiter les grandes crises. Et l’histoire économique est un précieux antidote à une approche axiomatique de l’économie qui confond le temps du projet avec le temps de l’histoire (Dupuy, 1991), c’est-à-dire celui de la transformation des formes structurelles qui soutiennent les capitalismes.

○ Un quatrième auteur est fondamental à mes yeux, mais ce jugement n’est pas partagé par tous les collègues régulationnistes. En effet, Pierre Bourdieu fournit le point de départ d’une alternative à la très abstraite théorie de la rationalité substantielle. Avec André Orléan, nous avons développé la notion de rationalité située ou plus exactement compatible avec le réseau des formes institutionnelles et des règles qui encadrent l’activité des individus. C’est un tel renversement qui permet de concevoir un passage du macro- au micro-économique – et non plus l’inverse –, ce qui ouvre un champ prometteur aux analyses sectorielles ou locales. Ce programme de recherche se distingue ici de celui que propose l’École conventionnaliste, car il prend pleinement en compte l’historicité des formes pratiques que revêt la rationalité. Cette percée a permis le développement des recherches sur les modèles productifs qui ont montré que les objectifs des firmes sont conditionnés par différents compromis de gouvernement (Boyer & Freyssenet, 2000). Un effort équivalent s’impose en matière de rationalité située des acteurs, puisqu’elle s’échelonne de celle du paysan du Moyen Âge à celle du trader contemporain (Boyer, 2015). C’est un chantier qu’une nouvelle génération de régulationnistes pourrait proposer à leurs collègues sociologues.

RR : Comment la conceptualisation d’une architecture en cinq formes institutionnelles habituellement associée à la TR (rapport salarial ; régime concurrentiel ; forme de l’État ; régime monétaire et insertion internationale) est-elle apparue ? Quelles en sont les justifications théoriques ?

RB : À l’origine se trouve un retour sur le concept de capitalisme. Ce dernier se définit comme un régime sociopolitique bâti sur des rapports sociaux fondamentaux : celui de concurrence entre foyers d’accumulation et celui de subordination du travail au capital. Leur interaction met en mouvement un processus d’accumulation du capital qui s’impose à un nombre croissant de sphères et de domaines de la société. Il convient de souligner combien il est distinct de celui d’économie de marché, qui postule au contraire l’universalité et l’horizontalité des relations marchandes, même celles qui concernent l’emploi salarié. L’idée centrale de la TR est que ces deux rapports peuvent s’incorporer dans des formes institutionnelles qui ont varié dans le temps et qui diffèrent significativement d’un pays à l’autre dans la période contemporaine. Des recherches historiques de longue période se sont attachées à caractériser ces formes institutionnelles pour les États-Unis, la France, le Japon puis la plupart des pays de l’OCDE, sans oublier les pays Latino-américains et, plus récemment encore, la Chine.

Les deux premières formes institutionnelles témoignent de ce passage de l’ésotérique à l’exotérique pour reprendre une belle formule de Ricardo Hausmann et Alain Lipietz (1980). La concurrence peut se matérialiser en différents régimes de concurrence, alors que la relation capital/travail se traduit par une variété de rapports salariaux lorsque l’on passe du capitalisme concurrentiel aux formes contemporaines, tant monopolistes que dominées par la financiarisation. Implicitement, ces deux formes institutionnelles sont propres à un espace politique, en l’occurrence national. Se trouve alors posée la question du régime monétaire entendu comme codification des mécanismes de création et de destruction tant du crédit que des signes monétaires. Telle est la troisième forme, qui fut très importante pour comprendre le passage d’une régulation concurrentielle à une autre monopoliste, à travers l’invention de la monnaie à cours forcé dont la valeur se mesure alors par confrontation avec les monnaies d’autres entités nationales.

Ce passage du niveau le plus abstrait, celui du mode de production, à un niveau intermédiaire, celui des données observables, introduit logiquement une quatrième forme : le degré et les modalités d’insertion dans les relations internationales. Cette notion remplace l’opposition traditionnelle et réductrice entre libre-échange et protectionnisme, puisqu’elle invite à analyser précisément comment se règlent les relations avec l’extérieur en matière de biens et de services, d’investissements directs, de portefeuilles, de droits de propriété intellectuelle, sans oublier les règles qui régissent l’immigration. Enfin, pour la TR, l’État n’est pas nécessairement l’instrument politique du capital, puisqu’il est en charge d’organiser la coexistence et, le plus souvent, la hiérarchie entre les quatre formes institutionnelles qui viennent d’être mentionnées. Dans les sociétés modernes, il est le support du rapport entre État et Citoyens.

Au fur et à mesure que se sont développées les recherches sur la période contemporaine, le processus de formation de la politique économique et plus encore celui qui gouverne les processus de réforme du droit de la concurrence, du travail et de la couverture sociale, il est apparu essentiel de caractériser le régime politique qui codifie les relations avec les citoyens, en particulier en matière de droit constitutionnel. En effet, il n’est plus possible de se contenter de l’illusion téléologique que peut susciter une lecture des trajectoires nationales passées : les configurations actuelles trouvent leur origine dans des événements apparemment contingents, de sorte qu’elles ne sont pas l’expression de lois d’airain régissant l’économie. Ce chantier, exploré par Stefano Palombarini et poursuivi en collaboration avec Bruno Amable, montre que l’architecture conceptuelle de la TR n’est pas figée mais doit répondre aux nombreuses transformations dont les sociétés contemporaines sont porteuses.

RR : Les questions environnementales étaient certes moins prégnantes durant les Trente Glorieuses qu’elles ne le sont aujourd’hui dans l’analyse économique. Pourtant, elles n’en étaient pas absentes, comme en témoignent les oppositions à l’énergie nucléaire ou la candidature de René Dumont à l’élection présidentielle de 1974. Dans ce contexte, pourquoi la TR, sous une forme ou sous une autre, ne les a-t-elle pas considérées plus directement ?

RB : En effet, le brutal renchérissement du pétrole en 1973 révèle le progressif épuisement du régime de croissance de l’après-guerre. Il était finalement assez logique d’imaginer que c’était l’anticipation de la contradiction flagrante entre une croissance sans limite et la finitude des ressources naturelles. Le rapport du Club de Rome et le modèle d’économie mondiale intégrant production industrielle, ressources naturelles et population se sont avérés beaucoup plus exacts que ne le considéraient les critiques des néoclassiques, qui mirent en avant l’ampleur des mécanismes de substitution et la dynamisation de l’innovation comme solution au risque de pénurie de ressources naturelles.

Pour leur part, les auteurs de la Régulation ont participé à un autre débat, puisque deux textes publiés quasi simultanément ont développé deux visions contrastées : soit les turbulences d’une économie prospère pour les tenants du libéralisme (Claassen & Salin, 1978), soit l’entrée dans une crise structurelle du mode de croissance à la suite de la Seconde Guerre mondiale (Critiques de l’économie politique, 1979). Collectivement, ils n’ont pas à regretter d’avoir défendu la seconde position, car elle débouchait plus immédiatement sur des enjeux majeurs de transformation institutionnelle.

Ce n’est jamais que l’application de l’adage précédemment rappelé : en sciences sociales, les théories naissent locales et contingentes à une période historique. Il faut en outre remarquer que, très tôt, Alain Lipietz (1993 ; 1995 ; 1997) perçoit l’importance, y compris politique, de ce thème. En suivant les premières conférences internationales sur le changement climatique, il défend l’idée que les stratégies nationales en matière d’environnement sont largement façonnées par le régime socio-économique et le type de spécialisation. C’est déjà faire dériver le rapport social à la nature des deux autres rapports sociaux fondamentaux du capitalisme, celui de concurrence et le rapport capital/travail. En un sens, cette intuition se prolonge dans diverses recherches contemporaines.

3. Les évolutions du cadre conceptuel régulationniste

RR : En quoi le cadre théorique proposé au départ est-il toujours pertinent pour comprendre les transformations contemporaines ?

RB : Il est évident que la problématique régulationniste est sérieusement mise à l’épreuve par les nombreuses transformations structurelles qui ont eu lieu dans les sociétés depuis les années 1970.

La domination de la logique politique sur une hypothétique et abstraite rationalité purement économique a suscité une extension des recherches dans le domaine des processus politiques. Comment l’hétérogénéité croissante des sociétés rétroagit-elle sur les attentes des citoyens à l’égard des gouvernements ? Comment logique d’intérêts et idéologies politiques se combinent-elles dans l’orientation et la justification en matière de réformes institutionnelles ? La TR s’est donc transformée en une tentative de modernisation du projet initial de l’économie politique classique.

Cette approche, qui se veut intermédiaire entre les grandes théories et les recherches appliquées, a fait apparaître la nécessité de travailler sur de nouvelles formes d’organisation devenues importantes pour la compréhension des dynamiques contemporaines. Telle est la justification de l’analyse des systèmes nationaux de protection sociale, de celle des systèmes sociaux d’innovation et de la déclinaison de la relation salariale en une multiplicité de relations d’emploi et de formation au niveau des entreprises. Les recherches se sont ainsi complexifiées et diversifiées, de sorte que les préoccupations macro-économiques ont été complétées par des recherches au niveau méso- et micro-économique, comme ce fut le cas pour les modèles productifs. Cette confrontation à des terrains variés a enrichi et étendu la théorie, mais ses lignes de forces sont apparues beaucoup moins évidentes aux observateurs qui la découvraient à l’occasion de ses études sectorielles ou locales par exemple.

Mais c’est sans doute l’ouverture tous azimuts des économies nationales au commerce, à l’investissement et aux flux financiers qui a le plus bouleversé le programme de recherche. Alors qu’on pouvait, à juste titre, accuser les premiers travaux de nationalisme méthodologique, la multiplication des comparaisons internationales a fait ressortir la nécessité d’une analyse des interdépendances entre formes contrastées de capitalisme. Progressivement, c’est la question du régime international qui s’est trouvée posée, d’autant plus que les institutions dérivées de Bretton Woods ont perdu de leur efficacité et de leur légitimité. Ainsi, le faux concept attrape-tout de « globalisation » a suscité l’hypothèse d’interdépendances si ce n’est de complémentarités entre des régimes d’accumulation de plus en plus différenciés au fur et à mesure qu’a progressé l’internationalisation.

En retour, ceci a suscité un regain d’intérêt pour l’analyse des processus politiques, en l’occurrence, ceux qui ont tenté de construire une intégration économique régionale par mise en commun de certaines composantes de la souveraineté nationale, tel le régime monétaire en ce qui concerne la zone euro. De la même façon, l’ampleur des transformations sociales a mis au premier plan la notion de régime d’inégalités, définie par la combinaison de processus variés dans le temps et l’espace. Le succès de l’ouvrage de Thomas Piketty suggère l’universalité de cette dynamique qu’il observe de nos jours aux États-Unis. Enfin, l’étude des pays latino-américains ou encore de la Russie a réintroduit l’un des thèmes oubliés depuis la thèse de Ricardo Hausmann sur le Venezuela, à savoir la spécificité des régimes de production rentiers, fondamentalement distincts des régimes d’accumulation typiques des capitalismes. À son tour, cette composante est réinsérée dans la dynamique des relations internationales.

Ainsi, la théorie n’a cessé de s’adapter, certes avec retard, aux nombreuses transformations sociales, technologiques et politiques associées à l’érosion du fordisme aux États-Unis, et à la prise en compte d’une multiplicité de formes de capitalisme. Elle a perdu en simplicité mais gagné en pertinence… tout au moins pour ceux qui ont continué à considérer qu’elle n’était pas morte avec la crise du fordisme. En contrepartie, se sont nouées de nouvelles alliances avec divers courants des recherches institutionnalistes contemporains à l’échelle internationale, telles celles qui se développent sous l’égide de la SASE (Society for Advancement of Socio-Economics). L’avenir est donc à l’intensification de l’internationalisation de ce réseau de chercheurs.

RR : À propos d’adaptation, comment pouvez-vous résumer les évolutions les plus marquantes de la TR en réponse aux changements actuels du système capitaliste étudié ?

RB : Comme cela ressort d’ores et déjà des développements précédents, la configuration de la théorie est aujourd’hui bien différente de celle qui émerge des analyses historiques longues des capitalismes américain et français. On se contentera de signaler ses mutations principales.

○ Le rapport salarial était au centre de l’analyse, puisque ce fut son institutionnalisation qui permit l’émergence d’un régime d’accumulation intensive centré sur la consommation de masse que Marx ne pouvait imaginer compte tenu de l’atomisation du salariat et du caractère concurrentiel du mode de régulation qu’il observait. Depuis les années 2000, la montée du pouvoir de la finance a déplacé la hiérarchie des formes institutionnelles au bénéfice du régime monétaire et financier, ce que prennent en compte les travaux d’André Orléan, Michel Aglietta et Bruno Théret, en interaction avec des chercheurs appartenant à diverses disciplines des sciences sociales.

○ Les fondateurs de la TR étaient essentiellement des macro-économistes (Michel Aglietta, Hugues Bertrand, Bernard Billaudot, Robert Boyer, Jacques Mazier). En fait, à partir des années 1980, d’autres chercheurs mobilisent ce cadre analytique pour rendre compte de la dynamique de différents secteurs (l’industrie vini-viticole, l’automobile, la pharmacie, etc.) ou encore l’appliquent au niveau local (les systèmes de production locaux). Ces démarches sont d’autant plus intéressantes que l’École française dite des Conventions s’est longtemps présentée comme le complément micro-économique des analyses de la théorie de la régulation. Ces différents travaux ont jeté les bases d’un chantier de recherche largement inachevé, à savoir la recherche des fondements macrosociaux des comportements micro-économiques. Ils trouvent un aboutissement provisoire dans la théorie des modèles productifs qui montre que les objectifs de firmes sont largement conditionnés par les formes institutionnelles nationales, d’où résulte une significative variété des modèles organisationnels de firmes qui pourtant appartiennent au même secteur mondialisé (Boyer & Freyssenet, 2000).

○ L’investigation des modes de développement susceptibles de succéder au fordisme et aux autres régimes qui prévalaient après la Seconde Guerre mondiale, a mis au premier plan l’analyse des processus politiques qui aboutissent ou non à la formation d’un bloc hégémonique, doté du pouvoir de resynchroniser à son profit l’architecture des formes institutionnelles. C’est le chantier ouvert par Stefano Palombarini et Bruno Amable qui a donné lieu à des analyses fouillées du rôle d’intermédiation des partis politiques entre des groupes sociaux de plus en plus hétérogènes. Ils prolongent la percée que représentait l’ouvrage de Frédéric Lordon (1997) sur les justifications des politiques d’austérité en France à partir des années 1980. Le manuel Économie politique des capitalismes témoigne de cette évolution.

○ L’État-Nation était le point focal des premières recherches sur la régulation et la crise des capitalismes, ce que justifiait la reconstruction des formes institutionnelles selon un modèle autocentré après 1945. L’extraversion quasi continue des économies depuis les années 1970 appelle reconsidération : pour nombre de pays, l’insertion dans l’économie internationale se trouve être la forme institutionnelle qui contraint la recomposition tant du rapport salarial que des relations État/économie. La notion de régime international qu’avait explorée à l’origine Jacques Mistral (1986), refait surface sous une forme renouvelée avec les processus d’intégration régionale, telle l’Union européenne et la zone euro, et la montée en régime de l’Asie, impulsée par le rapide rattrapage de la Chine continentale. En définitive, c’est la question de la nature du régime international en voie de constitution qui est posée, ce qui fournit une réponse à une critique formulée dès l’origine par les tenants d’une approche en termes d’économie-Monde.

○ Enfin, jamais les auteurs n’avaient abandonné l’idée que le caractère contradictoire des relations sociales du capitalisme était à l’origine de processus d’accumulation marqués par la succession de crises d’abord mineures – c’est-à-dire ne remettant pas en cause l’architecture institutionnelle –, puis majeures, lorsque les réformes tentées par les gouvernements s’avèrent incapables de restaurer les bases d’une accumulation durable. Cette hypothèse s’était trouvée validée par la crise ouverte à la fin des années 1960, que rend manifeste le choc pétrolier de 1973, et plus encore par la grande crise économique et financière de 2008 qui témoigne de la non-viabilité d’une accumulation tirée par l’innovation financière comme réponse à la croissance des inégalités. Celle-ci compromet la viabilité d’une accumulation aussi défavorable aux salariés.

○ Ce dernier thème est un témoignage de la continuité du programme de recherche de la TR : caractériser les régimes d’accumulation et détecter les sources possibles de grandes crises.

RR : Vous ne jugez pas utile aujourd’hui de créer une sixième forme institutionnelle liée au rapport de l’homme à l’environnement, dans la mesure où celui-ci s’intègre au rapport salarial. Pensez-vous cependant que la question soit épuisée ? Peut-on réellement intégrer toute la question environnementale dans le rapport salarial ? N’est-elle pas spécifique et en même temps transversale à toutes les autres formes institutionnelles ?

RB : La formulation me semble un peu abrupte et inexacte. Dans Économie politique des capitalismes, j’avais conclu, provisoirement, de la revue de littérature sur les relations entre régulation et environnement que les Dispositifs Institutionnels de l’Environnement (DIE) me semblaient être le résultat de la projection des autres formes institutionnelles et non pas seulement du rapport salarial. Depuis lors, à l’occasion de divers colloques et rencontres, une communauté de jeunes chercheurs inspirés par la TR a fait d’intéressantes propositions. J’en retire deux grandes idées.

En premier lieu, les flux de matière et d’énergie doivent être pris en compte (Magalhães, 2018), car ils ont bien sûr contribué à la croissance de la productivité du travail dans la période fordienne (Pellegris, 2018). Cela rappelle aussi que la substitution entre ressources naturelles, travail et capital est tout à fait limitée, contrairement à ce que postule l’approche néoclassique qui néglige complètement le fait qu’une fois instauré un système de production, le degré de substitution entre facteurs est extrêmement limité.

En second lieu, la meilleure défense en faveur de la reconnaissance du rapport social à la nature comme sixième forme institutionnelle (Becker & Raza, 2000 ; Zuindeau, 2007 ; Rousseau, 2018) est le fait que cela permettrait d’introduire, dans toute leur plénitude, les « régimes de croissance » – ou de décroissance – strictement contraints par la préservation de l’environnement. Si cette sixième forme arrivait à s’autonomiser en devenant la priorité de toutes les transformations institutionnelles et structurelles, serait alors pleinement justifiée cette extension de la TR.

À mon sens, l’histoire de la dernière décennie, et tout particulièrement celle des efforts en vue de réduire les émissions de CO2 pour limiter la vitesse du changement climatique, montre que les préoccupations autour des efforts pour relancer la croissance et la création de l’emploi l’emportent très largement sur la priorité accordée à la préservation de l’environnement. Les pratiques gouvernementales sont loin de la rhétorique qu’ils présentent lors des COP successives, et cela pour la plupart des pays et pour diverses raisons.

À propos du changement climatique, il faut introduire deux autres facteurs.

La préservation du climat se présente comme un bien public global pour la théorie standard, alors que n’existent pas les procédures publiques internationales qui en permettraient la constitution et la défense. Quant aux tenants de l’approche en termes de Communs, il leur incombe de montrer comment les citoyens du monde sont capables d’inventer les procédures collectives assurant la viabilité de ce commun qui n’a de sens qu’au niveau de la planète. L’approche est séduisante, mais il faut souligner à nouveau qu’elle résulte de l’observation puis de l’analyse de pratiques préexistantes et qu’elle ne propose nullement un modèle normatif. Le réalisme de la géopolitique suggère plutôt que chaque gouvernement préfère jouer le rôle de passager clandestin. Cela signifie à nouveau que la défense de l’architecture institutionnelle domestique l’emporte sur la construction d’un ordre international préservant le devenir de l’humanité.

Il faut aussi faire intervenir le conflit des temporalités entre logique des marchés financiers, typiquement court-termistes, décisions d’investissement en fonction d’un taux d’actualisation qui neutralise le long terme, succession des échéances électorales qui polarisent les programmes politiques, stratégies d’innovation qui ne portent leurs fruits qu’à l’échelle d’une ou plusieurs décennies, lentes évolutions démographiques et le temps encore plus long du changement climatique. Ce dernier peut d’ores et déjà se manifester et pourtant les décideurs politiques rencontrent beaucoup d’obstacles lorsqu’ils entendent défendre le long terme. La TR se focalise sur l’articulation de ces divers horizons temporels et processus. Depuis l’avènement de la toute-puissance de l’innovation et de la globalisation financière, il est devenu clair que les signaux de prix véhiculés par les marchés de capitaux ne sont absolument pas ceux qui révèlent les raretés à venir. Dans cette optique, l’approche est forcée de conclure que le réchauffement climatique interviendra, et qu’il sera dramatique car il n’aura pas été réellement pris en compte par la collectivité des nations, toutes préoccupées à la défense de leur souveraineté et à la stabilité sociale et politique domestique.

Il est une troisième série d’arguments en faveur des DIE. Les formes institutionnelles ont la propriété de s’imposer sur un espace national qu’elles contribuent à façonner. Or les menaces sur l’environnement sont multiformes : pollution de l’air dans les grandes villes, qualité et abondance de l’eau, préservation de la diversité des espèces… autant de préoccupations qui se situent à des niveaux très différents, du local au global. Il est donc difficile de maîtriser sous un concept unique de forme institutionnelle les compromis correspondants qui doivent s’élaborer pour chaque menace environnementale, puis se décliner au niveau pertinent.

On peut résumer ces développements par deux figures.

La première souligne que la relation sociale à la nature est candidate à constituer une sixième forme institutionnelle si telle est la priorité annoncée d’un État, au point de façonner l’ensemble des autres formes institutionnelles (figure 1).

Figure 1. Option 1 : le rapport social à la nature comme sixième forme institutionnelle, potentiellement hiérarchiquement supérieure

Figure 1. Option 1 : le rapport social à la nature comme sixième forme institutionnelle, potentiellement hiérarchiquement supérieure

Source : Robert Boyer

La seconde part du caractère local et sectoriel des défis posés par l’environnement souligne que les DIE à l’œuvre sur un espace national ne peuvent prétendre au même degré de généralité que les formes institutionnelles canoniques. L’État est l’arbitre des demandes de protection de l’environnement et l’architecte des formes institutionnelles. L’analyse se dédouble alors selon deux circuits : l’un monétaire impulsé par le régime d’accumulation, l’autre matériel de prélèvement sur la nature. Cette hiérarchie entérine le fait que le circuit matériel est la conséquence du circuit monétaire et non l’inverse comme pourrait le postuler un absolutisme écologique qui nierait les circuits en valeur (figure 2).

Figure 2. Option 2 : les dispositifs institutionnels d’environnement

Figure 2. Option 2 : les dispositifs institutionnels d’environnement

Source : Robert Boyer

Ces développements actualisent la brève revue de littérature publiée dans Économie politique des capitalismes (Boyer, 2015, p. 160-166) mais ils prétendent seulement lancer le débat avec la jeune génération qui entend pleinement intégrer les problèmes environnementaux dans l’analyse des sociétés contemporaines. Au demeurant, nombre de ces travaux ont confirmé la diversité à l’échelle internationale des processus d’internalisation des externalités environnementales et des outils de politique économique correspondants (Larde & Zuindeau, 2010 ; Elie et al., 2012 ; Vivien, 2018).

Faut-il pour autant s’enfermer dans ce dilemme, sixième forme institutionnelle ou DIE ? Pas nécessairement, car se trouve implicitement posée la question des droits de propriété puisque, depuis l’économie politique classique, l’appropriation des fruits de la terre se légitime par la définition des droits de propriété foncière. La classe des rentiers vit de ce droit, et celui-ci est essentiel pour l’agriculture et, par extension, pour l’exploitation des ressources minières, pour autant que les pouvoirs publics n’imposent pas une règle de la propriété étatique du sous-sol et, dans certains cas, des terrains destinés à l’urbanisation. Cette constatation inviterait à réintroduire le régime des droits de propriété comme forme institutionnelle. Historiquement ce ne fut pas le cas, car la définition retenue pour le mode de production capitaliste ne fait pas appel au caractère privé de la détention de capital.

  • 9 Cette distinction n’est pas sans rappeler celle de faisceaux de droits chez Elinor Ostrom, d’où rés (...)

Or, l’analyse juridique montre que ce droit de propriété est une construction sociale et non un droit naturel, puisque l’État se réserve la capacité d’imposer des contraintes limitant la pleine disposition du bien (usus, fructus et abusus9). On comprend dès lors l’approche néoclassique : pour tous les biens et services environnementaux, créons des marchés de droit à leur utilisation, de sorte que l’intérêt individuel permettra de détecter en temps utile les déséquilibres environnementaux susceptibles de freiner la croissance. On a déjà souligné le caractère héroïque de cette hypothèse qui suppose la rationalité, si ce n’est la perfection, des anticipations de processus spécialement complexes que la communauté des spécialistes, concernant par exemple le changement climatique, parvient à peine à maîtriser après des décennies de recherche.

On retombe donc sur l’analyse des facteurs qui permettraient l’établissement d’une série de biens publics, tant locaux que globaux. Les processus politiques sont directement impliqués : concevables pour tous les biens publics dont les externalités se limitent au territoire national, ils sont pour l’instant embryonnaires au niveau international, comme en témoigne la difficulté d’application du traité de Paris sur le changement climatique. En tout état de cause, c’est la forme institutionnelle décrivant les relations entre État et économie qui se doit de porter ces préoccupations environnementales.

On mesure l’ampleur des réflexions nécessaires pour reconfigurer la TR à l’aune des problèmes contemporains. Rappelons que la notion de régimes d’inégalités a été introduite pour cerner l’un d’entre eux, sans qu’il soit nécessaire de l’ériger en nouvelle forme institutionnelle. On retrouve donc une autre justification de l’option que présente la figure 2.

4. La crise comme objet théorique

RR : La TR et la crise du fordisme apparaissent toutes deux dans les années 1970 et vous avez souvent affirmé que la crise était au cœur du programme de recherche de la TR, plus que le régime. Dans quelle mesure ?

RB : Cette question est pertinente, car nos premiers travaux ont été accueillis par les économistes marxistes comme une apologie de la durabilité et de la résilience du capitalisme. En fait, c’est tout le contraire, puisque c’est de l’observation des facteurs de crises structurelles (réduction, voire tarissement des gains de productivité, accélération de l’inflation, multiplication des crises des balances commerciales, stagflation) qu’a émergé le concept de fordisme. En effet, les épisodes de grandes crises révèlent les conditions du succès de l’accumulation qui demeuraient implicites, cachées par l’observation d’une croissance apparemment régulière. Il faut souligner à nouveau que, dans cette approche, régulation et crise sont les deux phases de Janus d’une même analyse. Point n’est besoin d’une mystérieuse chute exogène de la productivité ou de pertes de confiance en Wall Street pour expliquer les grandes crises de 1973 puis 2008. L’endogénéité de la formation de capital est une caractéristique essentielle de l’approche, qui tire son origine des analyses de Marx puis, plus récemment, des travaux, trop souvent négligés, de Nicholas Kalecki.

La TR renoue aussi avec l’École des Annales qui avait montré que toute économie a les crises de sa structure. En un sens, la TR prolonge jusqu’à la période contemporaine l’analyse des grandes crises proposée par Ernest Labrousse : des crises à l’ancienne aux premières crises du capitalisme industriel, de la Grande Crise des années 1929 de l’accumulation intensive sans consommation de masse à la crise de l’accumulation financiarisée de 2008, en passant bien sûr par l’épuisement du régime de production et de consommation de masse. Ainsi les crises, petites et grandes, se succèdent, mais elles ne sont en rien la reproduction d’un idéal type.

Clairement, les grandes crises sont des objets théoriques non identifiés (OTNI) pour la quasi-totalité des théories, tant classique, keynésienne, nouvelle classique, que post-Keynésienne ou encore institutionnaliste. C’est l’objet central qu’étudient les régulationnistes qui, face à tout régime socio-économique posent la question-clé : quelles en sont les sources de déstabilisation et de remise en cause ? Un certain nombre d’indices permettent de détecter l’imminence d’une grande crise : croyance en l’ouverture d’une nouvelle époque débarrassée de tout risque de crise, généralisation des processus mimétiques exploitant les faiblesses de ce régime, excès de confiance, voire arrogance, des décideurs politiques et forme d’aveuglement au désastre. Il fut ainsi possible de détecter, dès le début des années 2000, que la prochaine grande crise aurait lieu aux États-Unis, pays dans lequel la révolution de la financiarisation tous azimuts était la plus avancée (Boyer, 2000). Par contraste, le courant orthodoxe était confiant en l’efficacité informationnelle des marchés financiers, alors même que dissimulations comptables et comportement mimétique étaient à l’origine de bulles spéculatives sans précédent.

RR : Vos analyses contestent l’idée de stabilité et, selon vous, l’exemple des Trente Glorieuses serait une exception. Dans ce contexte, que signifie le concept de crise ? Sommes-nous en crise actuellement ou, au contraire, le modèle de capitalisme néolibéral, dont les premiers pas s’amorcent de la fin des années 1970 au début des années 1980, est-il relativement stable ? Certes, des ajustements qualifiés de crises peuvent être observés (2008 par exemple) mais, ont-ils réellement remis en cause le modèle ou, au contraire, ont-ils participé à son approfondissement ?

RB : En effet, la nouveauté des crises contemporaines semble avoir montré les limites d’une analyse historique comparative fondée pourtant sur les exemples des trajectoires d’abord américaine puis française, et plus généralement de pays tels que le Japon. Il en avait résulté la proposition de trois critères permettant de diagnostiquer l’entrée dans une grande crise, y compris en temps réel.

○ Un premier critère essentiel retient que le mode de régulation s’avère incapable de soutenir la dynamique du régime d’accumulation. Ce critère n’est pas directement corrélé avec la profondeur de la contraction de l’activité, à la différence des travaux traditionnels d’histoire économique.

○ Les acteurs centraux du régime socio-économique sont les premiers surpris de cette rupture par rapport aux régularités antérieures qu’ils extrapolaient, y compris dans le long terme. Il est un aspect cognitif à ce critère : dénommer la crise prend du temps, et ses origines sont loin de mettre d’accord analystes et décideurs politiques.

○ Au fur et à mesure que se confirme l’absence d’une reprise de l’accumulation, le débat se déplace au sein de l’arène politique : des stratégies contrastées s’opposent, très généralement de façon binaire, entre les tenants d’un retour à un prétendu « âge d’or » et ceux qui perçoivent la nécessité d’innovations permettant de retrouver une cohérence entre formes sociales et dynamique économique.

○ Ces critères ont été utiles, puisqu’ils permettent de caractériser au moins trois crises : celle qui conduit à la Révolution française, celle des années 1930, et la crise du fordisme ouverte au début des années 1970 (tableau 1). Depuis lors les travaux sur les crises contemporaines ont mis en évidence d’autres configurations dont on peut donner quelques exemples.

○ Les travaux de Stefano Palombarini sur la crise italienne des années 2000 montrent comment l’éclatement d’un bloc hégémonique va de pair avec le grippage d’un régime d’accumulation qui était fondé sur la récurrence des dévaluations de la monnaie internationale ; or l’adhésion de l’Italie à la zone euro ne permet plus de telles dévaluations.

○ Bruno Amable avance l’idée d’une nécessaire complémentarité entre légitimité politique et viabilité du régime socio-économique. Ainsi, un piètre régime d’accumulation, tel celui des États-Unis depuis la fin du fordisme, au début de la décennie 1970, mais avant la domination de la finance à partir du milieu des années 1990, peut s’avérer compatible avec la stabilité d’une coalition politique. Une partie de la population se paupérise mais, par un effet d’inculcation, elle ne participe pas aux processus politiques et tout particulièrement électoraux, car elle intériorise sa position dominée comme faiblesse personnelle et non pas systémique.

○ Cette problématique permet de rendre compte de la variété des grandes crises selon les pays. Ainsi, l’éclatement de la bulle spéculative japonaise ouvre sur une longue période de stagnation mais pas d’effondrement. En effet, les forces politiques bloquent une recapitalisation rapide du système bancaire : le politique bloque donc la recherche d’un autre régime d’accumulation. Par contraste, la crise financière américaine de 2008 n’entraîne pas une dépression équivalente à celle observée de 1929 à 1932, car la proximité des forces politiques avec les intérêts de la finance permet un rapide sauvetage du système bancaire. À l’opposé de la trajectoire japonaise, la plasticité du système politique américain, de fait au service des intérêts économiques dominants, évite tant l’effondrement de l’entre-deux-guerres que l’enfermement dans la stagnation.

○ Ainsi, la nouveauté révélée par l’observation des trois dernières décennies conduit à un certain aggiornamento de l’interprétation des grandes crises : il se construit à partir des relations hiérarchiques ou au contraire en synergie du politique et de l’économique. Ainsi, la crise de l’euro ouverte en 2010 se manifeste d’abord dans l’économique puis dans le politique, mais le mouvement des « gilets jaunes », initié en novembre 2018, ouvre une crise politique, conséquence retardée de l’incapacité à retrouver un sentier de croissance soutenue permettant de satisfaire les multiples demandes sociales.

○ La crise de l’euro satisfait aux trois critères traditionnels des grandes crises : remise en cause brutale de la viabilité du régime macro-économique de l’Union européenne ; surprise et désarroi de la part des acteurs qui avaient été déterminants dans la décision d’unification des monnaies nationales ; montée des polarisations politiques opposant souverainistes et tenants d’une refondation de l’Union européenne. C’est aussi une grande crise au sens de la seconde définition, puisque la polarisation d’économies du Nord relativement prospères et d’économies du Sud dont la classe moyenne se paupérise, sape la légitimité politique d’une construction européenne dont les pères fondateurs pensaient pouvoir s’affranchir de la pleine application du principe démocratique.

○ Par contre, la crise ouverte par les « gilets jaunes » est l’expression d’une crise politique qui conteste la légitimité d’une stratégie néolibérale d’abord implicite puis revendiquée. On observe en effet une poursuite des tendances macro-économiques antérieures, tout au plus un nouvel essoufflement de la croissance. Le gouvernement et ses experts sont les premiers surpris. Se polarise alors un clivage entre poursuite d’une politique non pas centriste mais pleinement libérale et une fraction de la population qui récuse la légitimité d’une politique gouvernementale qui conduit à leur paupérisation et à la mise à l’écart de leur parole. On retrouve la thématique des crises comme télescopage de temporalités hétérogènes (Boyer, 2013).

○ On mesure la différence avec les crises antérieures : l’approche de la régulation se redéfinit à la lumière tant des régularités que des novations que révèlent les trajectoires contemporaines, comme l’illustre le tableau 1 déjà cité.

Tableau 1. D’une notion de grande crise à l’autre : quels changements pour l’analyse historique ?

Critères

France

Europe

France

1789

1929-1932

1971-1973

2010

2018

I Les 3 critères fondateurs

1. Rupture du régime d’accumulation

*

Intensive sans consommation de masse

Intensive avec consommation de masse

Du régime économique de la zone euro

Non, poursuite des tendances antérieures

2. Surprise et incertitude radicale

*

Oui pour les contemporains

Oui

Oui pour les acteurs de l’intégration européenne

Oui pour le gouvernement

3. Intensification des luttes politiques

*

Lutte entre retour à l’âge d’or et innovation

Entre néolibéraux et progressistes

Entre souverainistes et refondateurs de l’UE

Les gilets jaunes contre gouvernement

II  Une définition alternative

Perte de la complémentarité entre légitimité politique et régime économique

*

*

La perte de légitimité n’est pas immédiate

La polarisation économique entre Nord et Sud sape la légitimité

L’essentiel : brutale perte de légitimité

DIAGNOSTIC

Crise I et II

Crise I et II

Principalement crise I

Crise I puis II

Crise II

Source : Robert Boyer

C’est pourquoi les travaux les plus récents esquissent un nouveau programme de travail : comment intérêts économiques, pouvoir politique et formation des représentations collectives et individuelles façonnent-ils les processus de sortie des grandes crises ? Cet enchâssement du politique dans le social a été exploré par Ngai-Ling Sum et Bob Jessop (2015) dans leur ouvrage Towards a Cultural Political Economy: Putting Culture in its Place in Political Economy. Se manifeste aussi un courant dynamique de la socio-économie, dont témoignent l’ouvrage récent de Jens Beckert, Imagined Futures, ou encore les approches de Mark Blyth dans Great transformations. Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Century. La montée en régime du storytelling en matière de finance comme de politique rend nécessaire cet aggiornamento par rapport à la conception marxiste traditionnelle qui ferait dériver mécaniquement les idéologies de la configuration des rapports sociaux. On peut ainsi comprendre les raisons du lancement de l’euro alors que n’étaient pas assurées les conditions de sa viabilité institutionnelle et politique à long terme. Plus encore, le vote en faveur du Brexit ou encore l’élection aux États-Unis de Donald Trump doivent s’interpréter en donnant sa pleine importance à la genèse et à la diffusion des représentations collectives (Boyer, 2018).

5. Internationalisation et diversification de la problématique

RR : Comment s’est déroulée l’internationalisation de la TR ? Peut-on encore considérer que ce programme de recherche est unifié ?

RB : Il y a trois raisons à l’internationalisation précoce de l’approche de la régulation. En premier lieu, elle trouve son origine dans les transformations du capitalisme américain, supposé manifester les tendances à l’œuvre dans les capitalismes contemporains. En second lieu, les économistes inspirés par la régulation développent une méthodologie, à l’origine très proche de celle de la Social Structure of Accumulation, que développent entre autres Samuel Bowles, David Gordon, Daniel Reich et Herbet Gintis au début des années 1980. Enfin, la petite équipe du CEPREMAP qui analyse l’inflation française à la lumière des hypothèses avancées pour les États-Unis par Michel Aglietta, comporte dès l’origine deux collègues sud-américains, Carlos Ominami et José Munoz, réfugiés chiliens en France. Ainsi s’explique le cours que prend la diffusion internationale de l’approche de la régulation.

D’un côté, la relative convergence des résultats obtenus pour les États-Unis et la France suscite un programme de comparaisons systématiques des divers pays de l’OCDE, dans le prolongement des travaux sur les structures productives menées au sein de l’INSEE. Une étape importante est constituée par la création d’un petit groupe d’économistes japonais qui trouvent dans l’approche de la régulation un moyen de surmonter les limites d’une des variantes du marxisme au Japon. À l’initiative du professeur Hirata, Toshio Yamada et Yasuo Inoue lancent un programme de recherche en collaboration avec les collègues français. Il en ressort que, du fait d’une institutionnalisation fort différente du rapport salarial, le régime nippon n’est pas la transposition du modèle fordiste. Les travaux correspondant se multiplient au point de justifier la création d’une collection d’ouvrages dédiés à la présentation des travaux fondateurs et à leur développement au Japon. Cette percée se prolonge par des comparaisons internationales portant sur le rapport salarial, les systèmes d’innovation et plus généralement la caractérisation des régimes d’accumulation. C’est grâce à ces travaux que s’est affirmée l’hypothèse centrale selon laquelle le type de reconnaissance par le politique des compromis institutionnalisés définit un petit nombre de types de capitalisme : ces derniers ne sont pas la conséquence de simple retards ou d’imperfections mais du mode d’institutionnalisation des rapports sociaux fondamentaux que sont le rapport salarial et les formes de concurrence.

D’un autre côté, la contribution des chercheurs français retient l’attention de collègues tant chiliens (dont Carlos Ominami) que mexicains (Raul Condé et Juan Castaingt) et vénézuéliens (Ricardo Hausmann, Gustavo Marques). C’est le début de collaborations à long terme entre économistes français (Alain Lipietz, Benjamin Coriat, Pascal Petit, Bruno Théret) et chercheurs argentins (Julio Neffa et Démian Panigo entre autres), mais aussi brésiliens (Joa Saboia, Miguel Bruno, Lena Lavinas, etc.). Pour ma part, sans l’avoir délibérément choisi, au fil du temps j’ai fini par acquérir une spécialisation en matière d’analyse des trajectoires latino-américaines, ce qui me vaut d’être aujourd’hui associé aux travaux de l’Institut des Amériques, regroupement de centres de recherche qui visent à développer des approches multidisciplinaires et comparatives entre Amérique du Sud et Amérique du Nord.

  • 10 NDLR : la Commission économique pour l’Amérique latine, créée en 1948, est une commission régionale (...)

Il faut reconnaître que la normalisation de la plupart des systèmes académiques a affecté négativement ces collaborations au cours de la dernière décennie. Pour diverses raisons, tant personnelles qu’institutionnelles, les chercheurs de la SSA sont aujourd’hui aux marges de la profession des économistes américains. De même, la diffusion des théories néoclassiques a eu un fort impact sur les recherches latino-américaines. Il faut souligner la convergence avec les analyses contemporaines de la CEPALC10 concernant les conditions d’une croissance inclusive, moins inégalitaire, et de la reconstitution de bases industrielles susceptibles de soutenir une accumulation cumulative du niveau de vie. Parallèlement, nombre d’auteurs s’intéressent aujourd’hui aux racines des capitalismes asiatiques : Michel Aglietta, Bernard Chavance et beaucoup d’autres scrutent le mode de développement chinois, alors que Pierre Alary étend les analyses correspondantes au-delà de la Corée, de Taiwan et de Hong Kong à des pays tels que le Laos.

Pour faire image, les approches de la régulation sont nées locales puisqu’elles ne portaient que sur les États-Unis et la France, mais depuis lors elles se sont très largement décentrées par rapport à une vision européo ou américano-centriste. Dans la période contemporaine, deux tendances contradictoires sont à l’œuvre :

○ D’un côté, la crise de la nouvelle macro-économie classique n’a pas interdit la poursuite de la normalisation de l’enseignement de l’économie devenue une discipline – au sens normatif du terme – et non plus une science développant des concepts analytiques soumis à vérification empirique. Les relations de pouvoir, au sein de l’Université et des organismes de recherche, sont telles que l’hétérodoxie est repoussée aux marges de la profession, dans un pluralisme de façade. La théorie de la régulation est particulièrement touchée par cette évolution du champ disciplinaire.

○ D’un autre côté, le besoin d’échanges, de discussions et de collaborations est plus fort que jamais. En témoigne le succès rencontré par le deuxième colloque international de la régulation tenu à Paris en juin 2015. De la même façon, le passage de l’Année de la régulation à la Revue de la régulation s’est traduit par une ouverture beaucoup plus marquée aux diverses disciplines des sciences sociales et par l’exploration de domaines et de questions beaucoup plus variés que les préoccupations macro-économiques de départ.

Que tous les auteurs se réclamant des approches de la régulation ne parlent pas de la même voix n’est pas pour moi une source majeure d’inquiétude. Par contre, la disparition d’un centre de recherche dédié explicitement au développement des approches de la régulation est beaucoup plus préoccupante. En effet, c’est le réseau des chercheurs regroupés dans Recherche et Régulation et son noyau dur que représente le comité de rédaction de la revue de la Régulation qui assurent une coordination précieuse mais partielle des recherches actuelles. Manquent les séminaires transversaux réguliers, les mises en commun annuelles et les colloques internationaux périodiques qui permettraient de relancer d’ambitieux projets de recherche, et qui sait de refonder un ou plusieurs centres de recherche qui seraient les têtes de réseau d’une communauté devenue transnationale. À cet égard, il est important de souligner la création en 2018 d’un séminaire sur la théorie de la régulation au sein de l’EHESS : il met en perspective une histoire quarantenaire et entend lancer de nouveaux chantiers de recherche.

Pourquoi ne pas profiter de la renommée d’associations internationales telles que la SASE (Society for the Advancement of SocioEconomics) ou l’EAEPE (European Association for Evolutionary Political Economy) ? Il est important de participer à leurs conférences annuelles car cela permet de faire connaître les travaux de la régulation et d’interagir avec des collègues explorant des programmes similaires. Cependant, la massification de ces rencontres rend difficiles les échanges en profondeur : rien ne vaut l’organisation de séminaires centrés autour d’une question précise et permettant aux intervenants de développer leurs argumentations au-delà des 15-20 minutes devenues le standard international.

En conclusion, la diversité est signe de richesse, par contre la fragmentation et la balkanisation sont les symptômes de dégénérescence d’un programme de recherche.

6. Les nouvelles avenues de la recherche

RR : Comment situez-vous aujourd’hui vos travaux parmi les courants de recherche en sciences sociales ?

RB : Personnellement, je perçois une affinité certaine avec divers chercheurs qui se sont regroupés au sein de la SASE. À l’origine, l’inspiration est celle de l’économie morale combinée avec les théories du corporatisme appliquées aux sociétés contemporaines. Le projet commun est de réinsérer les comportements économiques dans le réseau des relations sociales à travers la multiplication d’enquêtes de terrain et non pas simplement d’efforts en vue d’une grande théorie englobante. Si les économistes professionnels ont abandonné le projet de compréhension de l’émergence des marchés, de la transformation de l’organisation des entreprises, ou encore la formation des idées qui président aux décisions de politique économique, les socio-économistes devraient s’emparer de ce terrain laissé en friche par les économistes. Ils devraient même manifester une plus grande ambition en se donnant les moyens de construire, à terme, un paradigme alternatif.

La prudence s’impose cependant. Une rencontre de Cerisy a été consacrée à la recherche d’un territoire commun permettant de construire à terme une science sociale intégrant les diverses disciplines actuelles en rupture avec l’utilitarisme (Caillé et al., 2018). La lecture de l’ouvrage qui en résulte frappe par la qualité des contributions mais aussi par la vigueur des contraintes disciplinaires qui enferment chaque chercheur dans une communauté de plus en plus spécialisée, parce que c’est la condition de sa survie académique. Il est difficile de trouver un architecte capable de fédérer ces bonnes volontés. Ainsi, la logique des institutions académiques prime sur la pertinence d’un projet scientifique devenu particulièrement nécessaire face à la balkanisation des savoirs partiels et la domination des techniques d’investigation sur l’élaboration conceptuelle.

RR : Pour les prochaines années, comment comptez-vous orienter vos travaux et comment aimeriez-vous que la TR se développe ?

1RB : La difficulté est celle du choix entre des recherches d’inspirations fort différentes sachant que les jeunes collègues éprouvent des difficultés majeures pour mener à bien des recherches ouvertement hétérodoxes. Les anciens ont cet avantage de ne plus être évalués par les instances académiques et donc de pouvoir développer des travaux seulement s’ils leur semblent pertinents. Mon agenda personnel pour les années qui viennent présente deux volets.

2Pourquoi certaines idées et doctrines économiques triomphent-elles bien que grossièrement erronées alors que d’autres, plus pertinentes, dormiront longtemps dans des bibliothèques ? Il s’agit en fait d’une réflexion sur les raisons de l’échec des fondateurs de la TR à imposer comme légitime et rigoureux un paradigme alternatif à celui qui continue de dominer enseignements comme discussions de politique économique. Un détour de production s’impose car on ne peut être juge et partie prenante. La question que je creuse depuis plus d’une décennie est alors : comment expliquer que la révolution keynésienne qui a défini la macro-économie débouche aujourd’hui sur un retour en force de la domination des fondements microéconomiques de la macro-économie ? La réponse comporte deux volets :

3○ d’un côté, livrer aux jeunes générations toutes les tentatives originales qui ont tenté de prolonger le keynésianisme en montrant en quoi chacune d’elles contribue à éclairer une fraction des processus complexes qui traversent les économies contemporaines ;

4○ d’un autre côté, expliquer par la structuration du champ des macro-économistes pourquoi des formalisations orthodoxes totalement inadéquates du type « Robinson Crusoé fait de la macro-économie » ont pu l’emporter sur des approches alternatives mais porteuses de sens.

5C’est un travail de longue haleine que j’espère avoir le temps de mener à bien mais qui entre en concurrence avec la nécessité de répondre à des questions émergentes : quelles nouvelles notions et outils doit-on forger pour éclairer certains faits stylisés majeurs du monde contemporain ?

6Les inégalités économiques sont-elles le produit de mécanismes universels ou l’expression de modes de développement contrastés ? Une mise en perspective historique longue permet-elle de comprendre la transformation des logiques familiales et ses conséquences sur la viabilité des systèmes de protection sociale ? Le capitalisme de plateforme est-il le successeur de l’économie de la connaissance ou, en d’autres termes, un déterminisme technologique va-t-il imposer un ensemble d’institutions et d’organisations nouvelles en rupture avec le siècle précédent ? Que nous enseigne le Brexit quant aux chances de survie de l’intégration européenne ? Que devient le principe démocratique dans des sociétés où prévaut l’affrontement de deux blocs sociaux aux conceptions apparemment irréductibles ? D’où proviendra la prochaine crise financière mondiale : des États-Unis, de la zone euro ou encore des fragilités de l’économie chinoise ?

Ces questions dépassent les capacités d’un individu et appellent un effort collectif de la part de chercheurs porteurs de diverses méthodologies et spécialités. Alors que le système académique par son système d’évaluation favorise l’individualisme, est-il possible de reconstituer une ou plusieurs équipes s’inscrivant dans l’approche de la régulation ? À la lumière de la conjonction des conditions qui ont permis cette approche, tel est l’enjeu crucial de la décennie qui vient.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 2e édition 1982. Réédition, Nouvelle préface, Paris, Odile Jacob, 1997.

Aglietta M. & R. Boyer (1982), Une politique industrielle pour la France, Paris, La documentation Française, p. 307-348.

Aglietta M. & A. Orlean (1982), La violence de la monnaie, Paris, Puf, coll. « Économie en liberté », 2e éd. 1984.

Aglietta M. & A. Orlean (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. & A. Orlean (2002), La monnaie : entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Amable B. (2003), The Diversity of Modern Capitalism, Oxford University Press, Oxford.

Amable B. (2005), Les cinq capitalismes – Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation. Le Seuil, Paris.

Amable B., Barre R. & R. Boyer (1997), Les Systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Economica, Paris.

Amable B. & S. Palombarini (2017), L’illusion du bloc bourgeois : alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raison d’agir.

Beckert J. (2016), Imagined Futures: Fictional Expectations and Capitalist Dynamics, Massachussets, Harvard University Press.

Beckert J. & W. G. Raza (2000). « Theory of regulation and political ecology: an inevitable separation? », Économies et Sociétés, Série « théorie de la régulation », no 11, p. 55-70.

Bertrand H. (1983), « Accumulation, régulation, crise : un modèle sectionnel théorique et appliqué », Revue Économique, vol. 34, no 6, Mars.

Billaudot B. (2001), Régulation et croissance. Une macroéconomie historique et institutionnelle, L’Harmattan, Paris.

Blyth M. (2002), Great transformations. Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Century, Cambridge University Press, Cambridge.

Boyer R. (1986), Théorie de la régulation. Une analyse critique, La Découverte, Collection Agalma, Paris.

Boyer R. (2000), « Is a finance-led growth regime a viable alternative to Fordism? A preliminary analysis », Economy and Society, vol. 29, no 1, p. 111-145. https://doi.org/10.1080/030851400360587

Boyer R. (2013), « Les crises financières comme conflit de temporalités », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 117, no 1, p. 69-88. https://doi.org/10.3917/vin.117.0069

Boyer R. (2015), Economie politique des Capitalismes. Théorie de la Régulation et des crises, Paris, La Découverte, 384 pages.

Boyer R. (2018), « Le BREXIT. Souveraineté nationale contre internationalisation de l’économie », in Christ J. & Salmon G., La dette souveraine, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 133-172.

Boyer R. & M. Freyssenet (2000), Les modèles productifs, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Boyer R. & M. Juillard (2002), « Les États-Unis : Adieu au fordisme ! », dans R. Boyer, Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, La Découverte, Paris, p. 378-388.

Boyer R. & J. Mistral (1982), Accumulation, inflation, crises, Paris, Puf, 1re édition 1978.

Boyer R. & Y. Saillard (dir.) (1995), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, La Découverte, Paris, (réédition, 2002).

Caille A., Dufoix S. & F. Vandenberghe (dir.) (2018), Des sciences sociales à la science sociale : Fondements anti-utilitaristes, Paris, Éditions du bord de l’eau.

Carnoye L. (2018), L’écologisme, une critique du capitalisme ? L’école française des conventions au risque de la question environnementale, Notes de recherche autour de la contribution de Chiapello (2013), Le capitalisme et ses critiques, Ethics et Clersé.

Cepremap-Cordes (1977), « Approches de l’inflation : l’exemple français », Benassy J.-P., Boyer R., Gelpi R.-M., Lipietz A., Mistral J., Munoz J. & C. Ominami, Rapport de la convention de recherche no 22/176, décembre.

Claassen E. & P. Salin (1978), L’Occident en désarroi : turbulences d’une économie prospère, Paris, Dunod, coll. « Dossier ».

Coriat B. (1995), « La France : un fordisme brisé… sans successeur », in Boyer R. & y. Saillard (dir.), Paris, La Découverte, p. 389-397, rééd. 2002.

CRITIQUES DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE (1979), Analyses de la crise. Numéro 7-8, Maspéro.

Delorme R. & A. Christine (1983), L’État et l’économie. Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France 1870-1980, Seuil, Paris.

Dupuy (1991), « Temps du projet et temps de l’histoire », in Boyer R., Chavance B. & O. Godard (dir.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Elie L., Zuindeau B., Becue M., Camara M., Douai A. & A. Meunie (2012), « Approches régulationniste de la diversité des dispositifs institutionnels environnementaux des pays de l’OCDE, Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 14 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9951 ; DOI : 10.4000/regulation.9951

Jessop Bob (ed.) (2001), Regulation theory and the crisis of capitalism, (5 volumes), Cheltenham, Edward Elgar, dont Vol. 1 The Parisian Regulation School, vol. 3 Regulationist Perspectives on Fordism and Post-Fordism.

JOURNEES D’ETUDES INTERNATIONALES (2019), Économie et environnement depuis les années 1950 : histoire, méthodologie, philosophe, 21-22 mars, organisées par les Cahiers d’économie politique/Papers in political economy, et l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Hausmann R. & A. Lipietz (1980), « Esoteric vs. Exoteric Economic Laws: The Forgotten Dialectic », CEPREMAP Working Paper, Série Orange.

Labrousse Ernest (dir.) (1976), Histoire Économique et Sociale de la France, Vol. II, Paris, Puf.

Larde P. & B. Zuindeau (2010), « Théorie de la régulation et développement durable : essai d’analyse de la diversité nationale en matière d’environnement et de politiques environnementales », Géographie, économie, société, vol. 12, no 3, p. 261-278. https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2010-3-page-261.htm.

Lipietz A. (1993), Vert-espérance. Le futur de l’écologie politique, Paris, La Découverte.

Lipietz A. (1995), « Écologie politique régulationniste ou économie de l’environnement ? », Boyer R. & Y. Saillard (dir.), Théorie de la Régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Lipietz Alain (1997), « The post-Fordist world: labour relations, international hierarchy and global ecology », Review of International Political Economy, vol. 4, no 1, p. 1-41. https://doi.org/10.1080/096922997347841

Lordon Frédéric (1997), Les quadratures de la politique économique, Paris, Albin Michel.

Mistral Jacques (1986), « Régime international et trajectoires nationales », dans Boyer Robert (dir.), Capitalismes fin de siècle, Presses Universitaires de France, Paris, p. 167-202.

Magalhães Nelo (2018), Re-matérialiser la Théorie de la Régulation. Étude des flux de matières de l’économie française (1815-2015). Non publié, présenté au Congrès de l’AFEP à Reims, France. nelo.moltermagalhaes@gmail.com.

Ngai-Ling S. & B. Jessop (2015), Towards a Cultural Political Economy: Putting Culture in its Place in Political Economy, Chelteham, Edward Elgar.

Orlean A. (dir.) (1994), Analyse économique des conventions, Collection : Économie, PUF, Paris. Nouvelle édition (2004).

Palombarini Stefano (2001), La rupture du compromis social italien, CNRS Éditions, Paris.

Pellegris Alban (2018), Métabolisme et régimes de croissance en France (1960-2009). Non publié, présenté au Congrès de l’AFEP à Reims, France.

Rousseau S. (2018), L’environnement, le rapport à la nature : les grands oubliés de la théorie de la régulation, Colloque de l’AFEP, Université de Reims.

Rousseau S. & B. Zuindeau (2007), « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation [En ligne], 1 | Juin / June 2007, mis en ligne le 11 juillet 2007, consulté le 14 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/1298 ; DOI : 10.4000/regulation.1298

Theret B. (1992), Régimes économiques de l’ordre politique : esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’État, Paris, Puf.

Theret B. (1999), « L’effectivité de la politique économique : de l’autopoïèse des systèmes sociaux à la topologie du social », L’Année de la régulation, Paris, La Découverte, p. 127-168.

Vidal J.-F. (2000), Dépression et retour de la prospérité, Paris, L’Harmattan.

Vivien F.-D. (2018), « Une contribution à l’économie politique de la biodiversité et des services écosystémiques », Laboratoire REGARDS, université de Reims,

Wallerstein I. (1978), Le système du monde du xve siècle à nos jours, Paris, Flammarion.

Wallerstein I. (1999), Le capitalisme historique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », no 29.

Zuindeau B. (2007), « Regulation School and environment: theoretical proposals and avenues of research », Ecological Economics, vol.  62, no 2, p. 281-290.

Haut de page

Notes

1 Le modèle FIFI (« PHYsico-FInancier ») visait à produire des projections à moyen terme de la croissance de l’économie française en fonction des hypothèses faites sur l’évolution de son environnement. Voir par exemple Aglietta M. & R. Courbis (1969), « Un outil du Plan : le modèle FIFI », Économie & Statistique, 1969, no 1, p. 45-65. http://www.epsilon.insee.fr:80/jspui/handle/1/17271.

2 Lire par exemple Boullé J., Boyer R., Mazier J. & G. Olive (1974), « Le modèle STAR », Économie & Prévision, no 15, p. 3-68, https://www.persee.fr/doc/ecop_0338-4217_1974_num_15_1_2028, DOI : https://doi.org/10.3406/ecop.1974.2028.

3 Modèle de prévision économique de court terme, le premier en France (1966), conçu par Philippe Herzog et Gaston Olive.

4 Le Centre d’études prospectives d’économie mathématique appliquée à la planification (1967-2004) avait pour fonction d’éclairer, par des travaux académiques, certaines questions rencontrées au titre de l’exercice de planification mené au sein du Commissariat Général du Plan. Lui a succédé depuis le Centre Pour la Recherche Économique et ses Applications rattaché au ministère de la Recherche.

5 Créé en 1946 auprès du Premier ministre pour éclairer la reconstruction puis la modernisation de l’économie française, il est remplacé en 2006 par le Centre d’Analyse Stratégique. Ce changement institutionnel est associé à une redéfinition des objectifs du CEPREMAP dont le sigle demeure inchangé. Voir supra note 4.

6 Le Comité d’Organisation des Recherches appliquées sur le Développement économique et social (CORDES), dépendant indirectement du ministère de l’Éducation nationale, fut rattaché au Commissariat général du Plan en 1980. Voir par exemple sa présentation dans la Revue française de sociologie (1970), vol. 11-3. p. 406-420, https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1970_num_11_3_1685.

7 Le Conseil d’analyse économique est créé en 1997 auprès du Premier ministre, Lionel Jospin, en tant que lieu de confrontation des points de vue et des analyses, afin d’éclairer les choix du gouvernement en matière économique.

8 Guy Konopnicki (1981), Les bouches se ferment, Paris, Albin-Michel.

9 Cette distinction n’est pas sans rappeler celle de faisceaux de droits chez Elinor Ostrom, d’où résulte une grande diversité de configurations. Cette notion permet de dénaturaliser la notion de droits de propriété et de dépasser les versions mainstream et ultra-idéologiques des faisceaux de droits à la Alchian et Demsetz. Voir aussi Orsi F. (2014), « Elinor Ostrom et les faisceaux de droits : l’ouverture d’un nouvel espace pour penser la propriété commune  », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 14 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10471 ; DOI : 10.4000/regulation.10471 ; et Ostrom E & C. Hess (2008), « Private and Common property Rights », disponible sur SSRN: https://ssrn.com/abstract=1304699 or http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.1304699

10 NDLR : la Commission économique pour l’Amérique latine, créée en 1948, est une commission régionale de l’Organisation des Nations Unies, devenue CEPALC (incluant les Caraïbes) depuis 1984. Ce fut dès l’origine le vecteur d’une théorisation conçue pour les pays latino-américains, celle de la dépendance.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Option 1 : le rapport social à la nature comme sixième forme institutionnelle, potentiellement hiérarchiquement supérieure
Crédits Source : Robert Boyer
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Option 2 : les dispositifs institutionnels d’environnement
Crédits Source : Robert Boyer
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer et Pierre Alary, « « Perdre en simplicité pour gagner en pertinence » : les défis contemporains de la théorie de la régulation », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15084 ; DOI : 10.4000/regulation.15084

Haut de page

Auteurs

Robert Boyer

Institut des Amériques, robert.boyer@ens.fr

Articles du même auteur

Pierre Alary

Enseignant chercheur au Clersé, université de Lille 1, Chercheur associé au Case (centre d’Asie du Sud-Est), EHESS, pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page