Navigation – Plan du site
Dossier : déployer les études de genre en économie politique

Déployer les études de genre en économie politique

Introduction au dossier
Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre

Texte intégral

  • 1 Le mot genre étant compris comme rapports sociaux de sexe, ou « organisation sociale de la relation (...)

1Si les sociologues ont largement saisi la problématique du genre1, les économistes, du moins ceux du monde francophone, l’ont beaucoup moins abordée ; et lorsque cela a été fait, les travaux ont été menés sur des thèmes très spécialisés, en économie du développement, et surtout en économie du travail et de l’emploi – à travers l’étude des inégalités salariales et de conditions de travail entre hommes et femmes – ou encore en économie de la famille. L’articulation entre temps de travail et temps domestique est au cœur de ces travaux. Et ces publications sont très majoritairement l’œuvre de femmes. Ces constats ont motivé le lancement de l’appel à communication « Déployer les études de genre en économie politique ? » pour ce numéro thématique de la Revue de la régulation, le premier du genre et sur le genre dans l’histoire de la Revue. L’ambition est de susciter des travaux dans des domaines déjà investigués (travail, emploi, salaires…), mais avec des interrogations et des approches théoriques renouvelées, d’encourager l’exploration de thèmes jusqu’ici moins étudiés d’un point de vue genré (monnaie et finance, environnement…) ou d’interroger de l’intérieur les instruments et méthodes de l’économie politique. Plus globalement, à travers l’ensemble des articles et entretiens rassemblés ici ou encore à venir, il s’agit de contribuer à un travail d’analyse, de réflexivité et de prospective sur l’apport du genre à l’économie politique.

1. Approches pionnières

2Avant l’institutionnalisation et l’officialisation de l’économie féministe aux États-Unis au début des années 1990, plusieurs ouvrages, manifestes et articles d’économistes ont joué un rôle important et pionnier dans l’introduction des approches en termes de genre en économie.

3C’est le cas des travaux d’Ester Boserup, qui n’a pas participé au développement de l’économie féministe stricto sensu, mais dont les ouvrages, à la frontière de l’économie et de la démographie du développement, ont fait une large place à la réflexion sur le rôle des femmes dans le développement économique et à l’impact différencié des changements économiques sur les hommes et sur les femmes. Son ouvrage le plus connu, The Conditions of Agricultural Growth. The Economics of Agriculture under Population Pressure, paru en 1965 et publié en France sous le titre Évolution agraire et pression créatrice, propose un panorama de différents modèles agricoles du passé, en s’opposant aux thèses de Malthus selon lesquelles les méthodes agraires déterminent les moyens de subsistance et par conséquent la taille de la population, régulée en grande partie par la famine. Elle montrait au contraire comment la pression démographique impose l’évolution des techniques agraires et comment elle est porteuse d’innovations organisationnelles, sociales et économiques. En 1970, Boserup reprend ces questions en mettant plus systématiquement en avant le rôle des femmes dans son ouvrage Woman's Role in Economic Development. Elle examine de manière méthodique les effets en termes de genre de la transformation de l'agriculture, de l’industrialisation. L’ouvrage met en évidence le fait que « les femmes et les hommes vivent les crises macroéconomiques, les politiques néo-libérales et les forces de la globalisation de manière différente », et ce d’autant plus dans les pays en voie de développement, où peu de politiques publiques de réduction des inégalités existent. Ainsi, elle montre comment les femmes africaines, à la suite des réformes introduites par les administrateurs coloniaux européens, ont souvent perdu leurs droits de propriété sur la terre et comment l’introduction de la technologie moderne et des cultures commerciales pouvaient davantage profiter aux hommes qu’aux femmes, reléguées dans le secteur de l’agriculture de subsistance.

4Et c’est effectivement en économie du développement que cette attention au genre est la plus marquée. On la retrouve dans les travaux de recherche fondamentale (par exemple à propos du lien entre scolarisation des filles et développement économique, de l’impact du micro-crédit sur l’activité des femmes, étudié de manière critique par Isabelle Guérin [2015] notamment) comme dans les préconisations et indicateurs promus par des organismes internationaux comme le PNUD ou la Banque Mondiale (le 5e des Objectifs de Développement Durable (ODD) porte sur l’égalité entre hommes et femmes ; le Gender related Developpment Index (GDD) propose de décliner l’indicateur de développement humain (IDH) en tenant compte des différences de conditions de vie entre hommes et femmes). Bien évidemment, derrière cette attention commune à la situation des femmes, les philosophies et les usages de la notion de genre diffèrent selon les positionnements de ces organismes internationaux et selon les recherches (allant de la microéconomie expérimentale du développement à une économie critique et intersectionnelle des effets de domination dans la mondialisation).

5C’est l’ouvrage de Marylin Waring – If Women Counted: A New Feminist economics –, paru en 1988, qui est considéré comme la publication fondatrice de l’économie féministe aux États-Unis, en revendiquant conjointement une analyse scientifique de certains concepts économiques et un féminisme militant. Dès son titre, il déploie une critique systématique des systèmes de comptabilité nationale, des indicateurs standards de mesure de la croissance économique et de la non-prise en compte du travail non rémunéré des femmes dans la production économique, soulignant ainsi l’invisibilisation du travail des femmes. Cette critique est désormais classique, mais il s’agissait là d’une de ses premières analyses explicites dans le champ économique. Nous ne revenons pas sur les travaux structurants de philosophes telle Simone de Beauvoir (Le deuxième sexe paraît en 1949), ni sur de nombreuses œuvres littéraires ; A room of one’s own (1929) de Virginia Woolf pourrait d’ailleurs donner lieu à une lecture plus directement économique (patrimoine, revenu, rente, et rôle clé de la propriété privée étant sans cesse convoqués).

6En parallèle et en écho à la contribution décisive de Marylin Waring à l’économie féministe, alors en cours d’institutionnalisation, les travaux menés en France sous l’angle de la réflexion épistémologique et méthodologique ont été relativement nombreux et plutôt le fait d’économistes travaillant dans la statistique publique. Au cours des années 1980 a ainsi été développée une série d’analyses cherchant à mieux rendre compte statistiquement du travail des femmes et du travail domestique en particulier. L’une des premières contributions à cette série est l’article publié dans la revue Économie et Statistique par Ann Chadeau, Annie Fouquet et Claude Thélot (1981). Participent à ces évolutions le passage de la notion de « chef de ménage » à celle de « personne de référence » en 1982 dans les enquêtes statistiques, et l’usage des enquêtes Emplois du temps, mises en place à partir de 1974, qui permettent d’objectiver, en travaillant les catégorisations du hors-travail rémunéré, les différences de temps de loisir, domestique et parental entre hommes et femmes (Brousse, 2015).

1. Émergence des travaux « gender » aux États-Unis : le rôle structurant de l’économie féministe

7Après l’ouvrage pionnier de Marylin Waring, la décennie 1990 a été intense pour le déploiement de l’économie féministe aux États-Unis et son institutionnalisation (revue, association, colloques, nombreuses publications, ouvrages, articles).

8À partir d’une critique de la théorie néoclassique s’est ainsi mis en place aux États-Unis un véritable champ de recherche, l’économie féministe, s’appuyant sur une association, l’International Association for Feminist economics (IAFFE), créée en 1992 à la suite du colloque de l’association américaine de sociologie, à Washington, en 1990, et en particulier à la suite de la session Can Feminism Find a Home in Economics? Il est intéressant d’ailleurs de souligner cette genèse lors d’un colloque hors du champ strictement disciplinaire de l’économie. L’institutionnalisation de ce courant a reposé rapidement sur la création d’une revue, Feminist economics, publiée depuis 1994, et l’association IAFFE a acquis un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations Unies en 1997.

9Une des publications importantes, parfois considérée comme le manifeste de l’économie féministe, est l’ouvrage de 1993 Beyond Economics Man: Feminist Theory and Economics, dirigé par Marianne Ferber et Julie Nelson. En une dizaine d’articles, l’ouvrage développe une critique des biais androcentriques de certaines approches théoriques, notamment celles de l’économie néo-classique et du choix rationnel, et propose une réflexion sur ce que pourraient être des études de genre en économie, en s’intéressant notamment aux relations entre socialisme et féminisme, ou économie institutionnaliste et féminisme. Ces travaux fondateurs de l’économie féministe s’inscrivent dans une perspective de critique interne de la pensée économique. Ils montrent notamment, à l’appui d’une grille d’analyse féministe, l’incohérence de la construction de l’« homo œconomicus », référentiel portant en signature sa dimension androcentrée.

  • 2 Voir le numéro thématique « Le care : entre transactions familiales et économie des services » Revu (...)

10En 2003, un nouvel ouvrage, Feminist economics today: beyond economic man, dirigé par les mêmes auteures, revient sur les avancées faites en ce domaine en une décennie. On y constate un élargissement des thèmes : il s’agit toujours de réflexion théorique, épistémologique et militante, mais on trouve aussi plusieurs contributions d’économie appliquée, dans les champs de l’éducation par exemple, du care2 (le soin, la santé, le social), ou encore de l’entreprise et de l’éthique des affaires. Les approches dites intersectionnelles émergent aussi progressivement avec des études mêlant discriminations de genre, études post-coloniales en lien avec le développement des subalterns studies (Guha, 1989) qui ont alors peu d’écho en France.

11Ces deux ouvrages de Marianne Ferber et Julie Nelson parus à dix ans d’intervalle, ainsi que ceux de Kuiper et al. (1995) participent au foisonnement de publications appelées Feminist economics dans le monde anglo-saxon. Pourtant, elles semblent relativement à distance de la pensée mincîmes, mais parfois aussi de l’économie politique institutionnaliste. La position vis-à-vis des sciences économiques et ses clivages est sujette à discussion, ainsi Dobusch et Kappeller (2012), dans un article sur l’hétérodoxie et le mincîmes, considèrent la Feminist economics pour l’essentiel au sein de l’hétérodoxie ; l’intersection avec le mainstream étant assez réduite. Le courant de la Feminist economics ne se trouve guère intégré ni réapproprié dans le corps des enseignements de base en économie, du moins en France, qu’il soit critique ou non. D’une part ces travaux ne réussissent pas à modifier le vocabulaire de l’économie standard, de l’autre ils restent secondaires dans les travaux d’écoles ou de courants hétérodoxes – l’examen des programmes des colloques d’associations telles que l’EAEPE, l’IIPPE, l’AHE, nous semble significatif, s’il y a parfois quelques panels sur ces thématiques, elles restent marginales.

2. Critique de la théorie néo-classique androcentrique et retour sur l’histoire de la pensée économique : deux orientations initiales de recherche des Feminist economics

12On peut identifier dans les travaux de l’époque deux axes forts, non disjoints. Le premier axe est d’abord celui de la critique de la théorie néo-classique qui, au nom du principe des avantages comparatifs, implique et naturalise une spécialisation des hommes et des femmes et ainsi de leurs relations, dans la société comme au sein de la famille. Gary Becker, en 1981, puis dans une version augmentée en 1991, venait en effet de publier A Treatise on the Family. De manière quasiment tautologique, il y justifie une spécialisation sexuée du travail entre travail rémunéré et travail domestique en s’appuyant sur le constat de l’infériorité des salaires féminins et de leur supposée plus grande compétence dans la gestion domestique.

13La dimension égalitaire et émancipatrice qui nourrit les Feminist economics, refusant des inégalités essentialisées, ne pouvait manquer de critiquer cette application de la théorie néo-classique à l’économie du travail et de la famille. Les travaux d’Edith Kuiper et de ses collègues, dans les ouvrages collectifs qu’elle a dirigés : Out of the margin: feminist perspectives on economics (1995), et Feminist economics. Critical concepts in economics en 2010 participent largement de ce mouvement.

  • 3 La notion de genre commence à être utilisée en psychologie et sexologie dans les années 1950, et à (...)

14Le second axe est celui de l’histoire de la pensée économique, qui étudie comment la discipline économique, au fil des époques et de ses courants de pensée, s’est intéressée à la question de la situation des femmes, (avant qu’on ne commence à utiliser la notion de genre3). Ainsi, Michèle Pujol (1992) dans son ouvrage Feminism and anti-feminism in early economic thought, examine de quelle façon l’économie politique classique britannique a considéré le rôle économique des femmes et le travail féminin, depuis Adam Smith jusqu’à Pigou. Ce corpus forme ce qu’elle appelle la « malestream economy », et elle propose de porter une attention particulière à l’ouvrage de Stuart Mill de 1869, The Subjection of Women, qui fut à la fois politiquement un défenseur de l’égalité hommes/femmes et du droit de vote des femmes et le promoteur de l’idée d’une différenciation selon le sexe dans la législation du travail. L’ouvrage de Mill est à ce titre un moment intéressant. Il reste une des principales références féministes parmi les fondateurs de l’économie politique, et pourtant il ne s’agit pas pleinement d’un ouvrage d’économie politique, mais plutôt d'un texte politique à propos d’un sujet de société qu’il considère comme essentiel. En creux, l’ouvrage de Mill montre que la construction de l’économie politique se fait ailleurs, sans cet enjeu féministe, et ce, même pour ceux (celui ?) qui s’opposent à la Sujétion des femmes. On peut voir ainsi de quelle façon les dimensions militantes et politiques à propos des droits des femmes et de l’égalité entrent difficilement en résonance avec le cœur de la pensée économique, ses principaux concepts n’étant pas affectés par la prise en compte de la place et du rôle des femmes dans la société. Cette coupure entre posture (politique ou militante) et écrits scientifiques apparaît dans des termes semblables à ceux proposés par J. S. Mill dans différents travaux hétérodoxes contemporains (on y reviendra).

3. Des « rendez-vous manqués » en France ?

15Même si le développement des études de genre en économie peut paraître cloisonné et essentiellement porté par des femmes, il a produit aux États-Unis un champ de recherche bien identifié, institutionnalisé et reconnu. Par contraste, cela a conduit certains, ou plutôt certaines, à s’interroger sur la faible prise en compte de la question du genre par les économistes en France. Ainsi, en 2001, Rachel Silvera intitulait un de ses articles « Genre et économie : des rendez-vous manqués » en soulignant l’absence, en économie, des approches de genre en tant que construit des différences de sexe. En économie, ce sujet semble ainsi considéré comme hors des sujets légitimes (ou les plus légitimes) et de facto renvoyé à la sociologie, ou à une autre science sociale (histoire, philosophie…), ou encore au militantisme. Les sciences économiques, parfois victimes d’une illusion de la scientificité par la neutralité, renverraient les travaux portant sur le genre vers le féminisme entendu comme militantisme politique (qualificatif qui a de facto, dans le champ scientifique, pour effet de dévaloriser les travaux). Et c’est le thème même des rapports sociaux de sexe invisibilisés, ou des effets genrés des indicateurs qui reste alors dans l’ombre.

16En France, différentes études mettent pourtant les questions de genre au cœur de leur analyse. Le Mage (Groupement de Recherche, ou GDR, sur le Marché du travail et le genre) constitue un lieu fédérateur pour ces travaux, disposant d’une revue, La revue du Mage : Travail, Genre et Sociétés, plutôt ancrée en sociologie ou en socio-économie du travail. Et il existe désormais en France, dans les cursus universitaires en sociologie, de nombreux enseignements sur les questions de genre, et des axes et équipes de recherches sont organisés explicitement autour de cette question. Le contraste avec les cursus de sciences économiques est frappant. Très peu de cours d’économie évoquent explicitement les questions de genre dans leur intitulé (excepté le récent programme Présage à Sciences Po), très peu de colloques d’économie proposent les questions de genre comme structurant des sessions ou panels.

17A priori les courants de pensée d’économie politique se présentant comme partie des sciences sociales, liant l’économique et le social et engagées dans la cité, auraient pu (auraient dû ?) développer un questionnement tenant compte du genre en économie. Or c’est plutôt dans les travaux d’économistes dits standards ou orthodoxes que l’on peut trouver des éléments de prise en compte de l’offre de travail spécifique des femmes (mais ceci dans l’esprit des travaux de Becker).

18Les travaux hétérodoxes semblaient pourtant historiquement bien placés pour intégrer les thématiques en termes de genre, car nombre d’entre eux accordent un rôle central aux rapports de domination et de pouvoir, aux institutions et aux inégalités. Les théories relevant de l’Institutionnalisme historique (et en l’occurrence la théorie de la régulation, cf. Chanteau et al., 2016) définissent en effet généralement l’objet de l’économie de manière substantive, suivant en ceci la définition qu’en donne Polanyi, soit une partie de la totalité sociale. Elles appréhendent les systèmes économiques comme étant enchâssés et ouverts, par contraste avec la théorie standard qui s’intéresse à une économie séparée du social. La discrétion des courants de pensée institutionnalistes sur les questions de genre interroge donc, d’autant plus qu’ils ont été régulièrement interpellés sur leur silence (après Silvera, 2001, voir Talahite, 2014).

19Les travaux hétérodoxes auraient donc trop largement ignoré la question, mis à part sans doute les théories de la segmentation du marché du travail et les approches féministes marxistes sur lesquelles nous reviendrons. Est-ce complètement le cas ? Et comment expliquer cette situation ?

4. Une réflexion bien lancée sur les indicateurs et les instruments de mesure, relativement moins sur les fondements conceptuels

20Soulignons que les recherches en économie qui s’intéressent au genre étudient les enjeux d’inégalités entre hommes et femmes, notamment dans le domaine de l’emploi, mais ne travaillent pas en tant que telles les catégories de la pensée économique au prisme du genre. Les questions de genre et les rapports sociaux de sexe ont été et restent pour l’essentiel un aspect secondaire, très peu spécifié, qui ne bénéficie pas de fondements conceptuels ancrés dans les pensées économiques hétérodoxes. Ce sont des rapports sociaux intégrés à l’analyse, qui font l’objet de constats empiriques, mais qui ne conduisent que marginalement à une réflexion en retour sur les théories et concepts. Les rapports sociaux de sexe semblent au mieux implicites et de facto relégués à une position subalterne, dominés dans l’analyse par d’autres rapports sociaux.

21Il faut cependant mentionner le développement d’une veine de recherches invitant à la réflexivité sur l’aspect genré des indicateurs et des conventions d’analyse et de mesure. En France, après les travaux déjà évoqués sur la mesure du travail domestique et sur la mise en place d’enquêtes emplois du temps à partir des années 1970 et 1980, Florence Jany-Catrice et Dominique Méda (2011) se sont intéressées, d’un point de vue genré, à l’indicateur macro-économique majeur qu’est le PIB, tandis que Thomas Amossé et Gaël de Peretti (2011) ont discuté des modes de passage de l’individu au ménage dans les analyses statistiques et que Margaret Maruani et Monique Meron (2012), dans Un siècle de travail des femmes en France 1901-2011, proposent de « conter l’histoire des chiffres » qui comptent le travail des femmes. La plupart des travaux de Sophie Ponthieux (2013) s’inscrivent également dans ce courant.

22Il reste cependant des pans entiers de la réflexion économique à interroger : la dimension genrée de la construction d’autres instruments de mesure de la performance économique, mais aussi l’économie de l’environnement et l’économie de la finance, par exemple, n’ont pas encore été vraiment investies par ces recherches.

5. La difficile poursuite de l’héritage du féminisme marxiste ?

23Le féminisme marxiste a placé d’emblée les rapports sociaux de sexe au cœur de son analyse, en termes de double domination des femmes, soumises à la fois à l’ordre capitaliste et patriarcal pour reprendre les formulations de Christine Delphy. Avec une approche historique, en discutant L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État de Engels, Christophe Darmangeat (2012) montre que l’on trouve dès la démarche matérialiste et critique initiée par Marx et Engels de quoi rendre compte des racines de l'inégalité des sexes. Cependant, on peut noter l’absence ou la faiblesse d’échanges, à ce jour, entre ces travaux et l’économie politique institutionnaliste.

  • 4 Voir les entretiens autour du livre de Christine Delphy, L'ennemi principal Dans Travail, genre et (...)

24Le féminisme marxiste s’est notamment développé en France à partir des écrits des années 1970 de Christine Delphy, rassemblés dans l’ouvrage L’ennemi principal, économie politique du patriarcat (1998), puis à travers ses articles « Pour une théorie générale de l’exploitation. En finir avec la théorie de la plus-value » (2003 et 2004). L’auteure y remet en cause la « dominance théorique de la forme “capitaliste” dans la définition de l’exploitation » (2003)4. C’est donc autour des travaux de C. Delphy que se structure la théorie féministe matérialiste et qu’a été menée une discussion théorique approfondie sur les concepts de travail ménager et domestique, nouvelle en économie. Ces travaux ont introduit explicitement la notion de genre dans la revue Nouvelles questions féministes. Ils ont permis d’aller au-delà de la question des tâches ménagères en montrant qu’il s’agit d’un travail dès lors qu’il est réalisé pour un tiers. Penser le travail ménager en tant que travail à part entière est un changement de perspective qui intègre celui-ci à la dynamique de reproduction, alors que c’est un objet pratiquement oublié des sciences économiques. Christine Delphy (2013) ajoute à la caractérisation du travail domestique toutes les activités réalisées par des femmes sans que celles-ci ne soient rémunérées, y compris les activités dans la sphère professionnelle en tant que conjoint d’agriculteur, d’artisan… La famille peut être considérée comme une unité de production avec une particularité exceptionnelle, qui est que le travail (des femmes et des enfants) y est réalisé gratuitement (alors que s’il était réalisé par un tiers, il ne serait plus gratuit). Même si ce terme de gratuité traduit une vision certainement théorique et extérieure à ce que vivent les acteurs, c’est donc bien l’organisation familiale, en premier lieu le mariage, qui institue cette gratuité ou non-rémunération du travail domestique (et pour certaines auteures, du travail sexuel). Cette approche est à mettre en relation avec le mouvement « Wages for Housework » qui apparaît dans les années 1970 (en lien avec l’ouvrage « Wages Against Housework » de Federici, 1975).

25Christine Delphy (2013) a donc défini un mode de production domestique ou patriarcal. Mais ce qui pourrait être considéré comme une étape importante dans la prise en compte élargie de la reproduction de la force de travail n’a été finalement que très peu repris en économie, bien que cela soulève des questions fondamentales pour l’économie politique et pour la compréhension de l’exploitation et de la plus-value. Comment intégrer pleinement l’économie domestique dans les rapports d’exploitation, et quelle intégration systémique doit-elle être mise à jour afin de saisir un rouage invisible du mode de production ? En partant du travail domestique et de sa fonction dans l’accumulation capitaliste, C. Delphy traite de la dimension patriarcale du capitalisme, dans lequel les femmes sont la classe exploitée non seulement par les capitalistes mais aussi par les hommes. En effet, lorsque Marx évoque le travail des femmes, c’est principalement sur la base de leurs conditions de travail dans l’usine, et non à la maison, et le travail qu’analyse Marx est d’abord industriel et masculin. La construction du salaire comme masculin (car correspondant à cet archétype du travail ouvrier industriel et masculin) induit la dépendance des femmes à l’égard de cette source de revenus et place l’homme dans une situation où il peut exercer une exploitation domestique (« Patriarcat du salaire » selon l’expression de Federici, 2019, p. 16). Le point aveugle de Marx se situerait dans le travail de reproduction, qui est pensé sans entrer dans la boîte noire de la famille. Christine Delphy insiste, elle, sur l’importance et l’actualité de la domination domestique, en rappelant qu’il s’agit d’une approche matérialiste, et non essentialiste, ce qui a parfois été mal compris.

26Ces questions ont été en partie soulevées en termes d’anthroponomie par le sociologue Daniel Bertaux (1977), comme par l’économiste Paul Boccara (1989). Pour ce dernier, « distinguée de l’économie, concernant les formes et les rapports sociaux de la reproduction d’objets matériels, l’anthroponomie concernerait les formes et les rapports sociaux de la régénération des êtres humains eux-mêmes » (p. 105). Il s’agirait donc de deux dimensions distinctes ou plutôt distinguables, mais ce serait dans leur analyse conjointe que résiderait le renouvellement d’une approche marxiste régulationniste. Daniel Bertaux proposait lui aussi de distinguer production et consommation anthroponomiques d’une part, économiques d’autre part, permettant ainsi de rendre compte du travail domestique et du travail d’éducation parentale comme un moment essentiel de la production anthroponomique (de reproduction et socialisation de la force de travail), bien qu’ils ne soit pas reconnu et rémunéré comme tel.

27D’autres travaux de lecture marxiste ont également eu une audience importante : mêlant anthropologie économique et économie politique, l’ouvrage de Claude Meillassoux, Femmes, greniers et capitaux, de 1975, faisait un lien entre l'exploitation néo-coloniale et capitaliste des femmes et celle des immigrés dans les pays du Sud. Ces travaux trouvent des échos récents, par exemple dans l’ouvrage Le sexe de la mondialisation sous la direction de J. Falquet et al. (2010). Le livre adopte une démarche intersectionnelle et met en avant le fait que la mondialisation néo-libérale s’appuie sur les inégalités de genre. Plusieurs chapitres reviennent sur la pertinence de la théorie des avantages relatifs, alors que dans les relations Nord-Sud, ce seraient surtout les avantages absolus, reposant sur les rapports de genre, qui expliqueraient la division internationale du travail. D’autres sont consacrés aux migrations féminines de travail dans l’économie du care. Notons que si les travaux sur les chaînes de valeur sont très développés en économie, les recherches sur les chaînes mondiales de care, qui n’engagent en rien la recomposition des groupes industriels mais affectent des flux de personnes et de revenus (remittances), sont plus rares (Hochschild, 2000).

28C’est sans doute en direction de cette analyse de la mondialisation, associée à l’étude des inégalités et des dominations suivant une approche intersectionnelle, où la dimension du genre est introduite aux côtés d’autres facteurs explicatifs, que le courant du féminisme marxiste se transformerait actuellement en France.

6. Genre et théorie de la régulation : un focus

29Dans ce numéro thématique, on ne pouvait manquer d’examiner plus spécifiquement le positionnement des approches régulationnistes de la question du genre en économie.

30Comme déjà remarqué, alors que la théorie de la régulation (TR) s’intéresse au lien entre économique et non-économique (Michel Aglietta le soulignant dès son ouvrage de 1976), il n’a porté initialement presque aucun intérêt aux thématiques de genre. Ceci s’explique sans doute par l’angle d’analyse retenu privilégiant la macro-économie des formes institutionnelles, des cycles et des modes de régulation, des crises et des régimes. Il est intéressant de souligner qu’Alain Lipietz a produit plusieurs courts textes engagés, notamment autour de la « classe de femmes », discutant par exemple les thèses de Colette Guillaumin (1978) dans la revue Partis pris (septembre 1980). Il semble toutefois que cette activité militante n’ait pas irrigué de façon décisive ni structurée ses travaux inscrits dans le cadre de la théorie de la régulation, pourtant consacrés aux rapports de domination sous de nombreuses formes : exploitation du travail, structuration de l’espace, relations Nord-Sud, relation aux ressources, etc. On retrouve la coupure que l’on a précédemment évoquée à propos de J. S. Mill.

  • 5 Et qui, pour certains, sont proches de lieux de réflexion régulationnistes. On pense au CEDREF de l (...)

31La fin des années 1970 et le début des années 1980, durant lesquelles se structure la théorie de la régulation, sont pourtant riches de travaux féministes et de travaux sur les rapports sociaux de sexes5 qui vont trouver en partie une place en sociologie. Ils n’infléchissent pas pour autant les problématiques ou le cœur du corpus régulationniste, même si certains travaux marxistes régulationnistes les avaient évoqués.

  • 6 « Ainsi, l’architecture théorique de l’ensemble des formes structurelles, leurs connexions logiques (...)

32Bruno Théret (1992) aborde le rôle de la famille et l’ordre domestique. Il remarque que les approches en termes de régulation ont oublié la famille et la démographie (Théret, 1997, p. 190)6. C’est alors un point de discussion, qui apparaît cependant plutôt en creux, pour traiter de la « distance que le salariat institue entre les espaces domestique et économique » (p. 206). Les enjeux de l’ordre domestique sont discutés pour traiter de l’État et de la protection sociale, mais les rapports de genre embarqués dans l’État social et le rôle des femmes restent implicites. De même pour Christine André et Sandrine Michel, qui ont également étudié les systèmes de protection sociale dans différents pays et le rôle des dépenses sociales dans le « compromis institutionnalisé » (André, 1995), ceci en privilégiant des indicateurs macro-économiques et une approche en longue période et en termes de cycles.

33La discussion la plus développée sur la manière de prendre en compte, ou non, les questions de genre dans les recherches sur l’État social a eu lieu lors de la conceptualisation par Gøsta Esping-Andersen (1990) des trois régimes d’État-providence. Les critiques féministes reprochaient à Esping-Andersen de ne pas prendre spécifiquement en compte les différenciations entre hommes et femmes dans la mise en œuvre de deux des critères qu’il considère comme clés pour établir sa typologie (degrés de démarchandisation et de défamilialisation), et plus largement de ne pas s’interroger sur l’implication de l’État-providence lui-même dans la production et la reproduction d’inégalités de genre. Esping-Andersen a depuis pris en compte ces remarques, en proposant une 4e forme d’État-Providence et en intégrant davantage les effets de parcours professionnels différenciés, le rôle du care et les relations entre les générations dans son analyse. Notons que Esping-Andersen, tout comme Christine Delphy, se présente comme sociologue.

34Par ailleurs, les secteurs étudiés par la TR et qui occupent, pour certains, une place centrale dans les modes de régulation et les crises, sont constituées d’activités de travail très marquées du point de vue du genre. C’est le cas des industries automobiles, pour lesquelles le primat masculin n’apparaît pas comme une question, ni les codifications du travail ou la productivité qui y sont associées. On pourrait relire l’Atelier et le chronomètre de Benjamin Coriat (1979) pour y chercher en vain une réflexion sur les effets de genre qui s’expriment dans l’atelier et sur l’existence d’un autre chronomètre pour certaines, à la maison : cela renvoie-t-il de fait à un manque de l’ouvrage ou à un oubli structurel des approches régulationnistes ?

35Parmi les rares occurrences de recherches régulationnistes intégrant rapport salarial et genre, on peut noter les travaux d’Arai et Lechevalier (2005) à propos du toyotisme et de sa forte segmentation genrée. C’est un article notable, qui à notre connaissance n’a pas eu de répercussions sur la nature de l’approche. Encore doit-on souligner que celui-ci renvoie à des particularités de la société japonaise : la société occidentale n’est pas interrogée par la TR à propos de ce rapport social.

36La période dite de désindustrialisation et la montée d’une société de services (deux évolutions au cœur de la crise selon Pascal Petit, 1990), ont entraîné des modifications majeures en termes de répartition genrée des activités (passage d’activités stéréotypiquement masculines à des activités stéréotypiquement féminines) et en termes de productivité, de modalités de mise au travail, mais aussi de lien à la sphère domestique. Là encore, au-delà du constat quantitatif de l’évolution de l’activité féminine, les descriptions et enjeux en termes de genre ne sont pas discutés. Les services de proximité (du Tertre, 1999), les activités de conseil, par exemple aux agriculteurs (Laurent & du Tertre, 2008) et les services à la personne (Gallois, 2012 ; Gallois & Nieddu, 2015) ont été considérés en termes d’activité de travail et de dispositifs territoriaux et sectoriels porteurs de nouvelles régulations, contribuant à renouveler l’appareillage régulationniste. En revanche, la question du genre reste toujours implicite. L’uberisation et le développement du télétravail vont-ils eux aussi être étudiés par les économistes régulationnistes sans prendre en compte le genre ?

37Trois hypothèses générales peuvent être évoquées pour tenter d’expliquer la réserve des recherches régulationnistes concernant les questions de genre.

Tout d’abord, le primat de l’analyse théorique macro-économique et institutionnelle dans les travaux régulationnistes a initialement conduit à porter moins d’intérêt aux personnes, de peur sans doute d’être amené à développer une approche micro-économique trop vite assimilée à une théorie individualiste. Les développements actuels de la théorie de la régulation (Chanteau et al., 2016), dont certains portent sur l’articulation des échelles d’analyses et la prise en compte approfondie du niveau méso, pourraient conduire à renouveler ce positionnement et à repenser, en économie, le rôle de la personne humaine.

38Les thèmes d’intérêt et les priorités d’analyse sont en effet eux-mêmes à contextualiser dans l’histoire des idées au sein du champ académique des sciences sociales : le moment macro-économique régulationniste pourrait ainsi être analysé en analogie avec le moment où l’analyse des déterminants sociaux selon les approches théoriques de Bourdieu remettait en cause les théories individualistes en sociologie et où l’anthropologie structurelle se développait. Loin de remettre en cause totalement ces approches, il s’agirait maintenant de les compléter, de les développer, de continuer à les interroger, à les éprouver.

39Enfin, prendre davantage en compte les questions de genre en économie pose aussi la question des spécificités disciplinaires et de l’interdisciplinarité. Si l'économie hétérodoxe, et en particulier la théorie de la régulation, souhaite s’inscrire dans les sciences sociales, comment cependant parler du genre en économie différemment des sociologues, des historien·nes ? Et faut-il le faire ? Ou est-ce l’occasion de travailler l’interdisciplinarité, justement ? Par exemple, lorsqu’il s’agit d’intégrer l’étude des socialisations primaires différenciées selon le genre dans celle de la segmentation du marché du travail, ou d’analyser les effets producteurs d’inégalités de genre des politiques publiques et des institutions, y compris lorsqu’elles œuvrent explicitement à une plus grande égalité hommes-femmes, en étudiant leurs effets macro-économiques mais aussi leur appropriation et perception par les individus ? Ou comment faire des liens entre approches conceptuelles en sociologie, en économie, en science politique, en histoire, mais avec un regard d’économiste ?

40L’analyse des rapports sociaux de sexe par la théorie de la régulation reste donc pour l’instant modeste, on est loin d’une proposition de les caractériser en tant que « 6e forme institutionnelle ». On peut, en ce sens, souligner une certaine homologie entre l’introduction lente et tardive des enjeux environnementaux dans la théorie de la régulation et l’introduction que l’on attend encore des questions de genre. La longue discussion à propos de la non-prise en compte de l’environnement ou du rapport social à la nature dans la théorie de la régulation a abouti à la proposition de caractériser une 6e forme institutionnelle, c’est-à-dire un rapport social fondamental (Rousseau, 2002, Rousseau & Zuindeau, 2007) s’ajoutant aux 5 formes institutionnelles caractérisées par Aglietta puis Boyer et qui font partie de l’appareillage conceptuel de base de la théorie de la régulation. Il s’agissait alors de montrer que le fordisme a reposé sur une ressource quasi gratuite du fait de rapports spécifiques à la nature et aux pays extracteurs, le retournement des années 1970 étant alors interprété comme correspondant à l’apparition de coûts environnementaux. Le caractère quasi gratuit du travail de reproduction, souligné par un vaste ensemble de travaux à propos du travail domestique, nous conduit à suggérer un questionnement sur les structures de domination qui rendent possible la reproduction de la force de travail et l’accumulation du capital. Une telle perspective, qui devra dépasser l’analogie, comme l’ont fait notamment des chercheuses écoféministes reliant leur étude du travail domestique et de la relation à la nature à une critique du monde industriel (Salleh, 1997). Que ce soit sous forme de 6e ou 7e forme institutionnelle, de ré-interrogation des premières formes institutionnelles déjà étudiées, ou de 4e question (Chanteau et al., 2016) « à la théorie de la régulation par ceux qui ne l’ont pas fondée », il reste encore de nombreux travaux à mener, prenant en compte les questions de genre en économie politique. Il semble nécessaire d’y travailler et de faire évoluer en cela l’appareillage conceptuel régulationniste ainsi que certains faits stylisés, et probablement aussi les indicateurs mobilisés. Il est vraisemblablement plus heuristique d’éviter d’ajouter une nouvelle forme institutionnelle pour chaque question nouvelle ou oubliée, mais de voir comment en traiter de façon transversale.

7. Genre et perspectives de recherches pour l’économie hétérodoxe

41Si l’on ne peut parler d’absence complète de recherches économiques hétérodoxes prenant en compte les questions de genre, on doit reconnaître que la plupart de ces travaux sont concentrés en économie du marché du travail et/ou sont considérés comme situés aux marges de la discipline économique, notamment dans le contexte français.

42Pour des approches qui se nourrissent largement dans le corpus des sciences sociales, voire indiquent une volonté à former une science sociale (Orléan, 2005, Caillé et al., 2018), cette situation peut paraître étonnante. L’analyse des formes patriarcales et de leur lien au capitalisme, hors du champ du féminisme marxiste, reste relativement réduite. De ce fait, les travaux se référant aux rapports sociaux de sexes ou à la domination masculine, quelle que soit la réception de l’ouvrage de Bourdieu (1998), peuvent, en économie être renvoyés hors champ, à un registre de l’opinion, ou à des insuffisances conceptuelles.

43Plusieurs facteurs explicatifs peuvent être évoqués. Certains relèvent de phénomènes d’inégalités et de dominations (entre hommes et femmes, entre économie dite standard et économie hétérodoxe, entre spécialités de recherche) qui caractérisent et traversent le champ des sciences économiques actuellement.

  • 7 American Economic Association, CSWEP Annual Report 2018.
  • 8 Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ; http://cache.m (...)

44Tout d’abord le caractère très masculin de la composition de la profession des économistes, voire le machisme du fonctionnement de certaines instances de sélection, participe aussi à cette marginalisation des problématiques du genre en économie. Aux États-Unis, les femmes ne représentent que 23 % des associate professors et 14 % des full professors7. En France, la situation est à peine plus favorable : les femmes constituent 43 % des maîtres de conférences en économie, 25 % des professeurs (en 2017-2018)8. Le faible nombre de femmes est à même de créer une sorte d’effet désincitatif à l’entrée dans la profession, et un plafond de verre dans la progression des carrières. L’éviction de fait des femmes de nombre d’instances de pouvoir (hormis les instances publiques devant respecter ces critères de parité) joue très certainement un rôle.

45Par ailleurs, les recherches hétérodoxes en économie subissent déjà institutionnellement des formes de discrimination dans le champ (Corsi, d’Ippoliti & Zacchia, 2018), ne serait-ce que par la « guerre des étoiles  » à laquelle se livre la profession. Aussi, celles et ceux qui travaillent sur les approches en termes de genre, qui ne sont pas historiquement structurantes du champ, se trouvent-ils dans une double difficulté et une double marginalité. Le processus est auto-renforçant car les articles soumis ne peuvent s’appuyer que sur un plus faible nombre de sources scientifiques au sein de ce champ. Ce qui les conduit parfois à s’appuyer sur des publications situées hors du champ disciplinaire officiel ou d’une autre nature, plus engagée, et entretient le déficit de travaux.

46C’est en regardant les sous-spécialités que les cloisonnements sont édifiants. En particulier, les thèmes de la macroéconomie et de la monnaie sont très masculins, tandis que les sujets sociaux, économie de la santé, de l’éducation, du care sont plus féminisés. Florence Jany-Catrice (2014) s’est ainsi appuyée sur les corpus de la revue L’économie politique pour tirer un bilan. Bien que n’ayant aucune vocation à l’exhaustivité, celui-ci révèle des stéréotypes très puissants. Le numéro sur la pauvreté, quasi paritaire, contraste avec les numéros orientés macro ou monnaie, non mixtes). L’auteure pose la question : « 11,5 % de contributrices à L’Économie politique : est-ce beaucoup, est-ce peu ? ». Florence Jany-Catrice ajoute : « La Revue de la régulation enregistre un taux d’auteures de 21,8 % entre 2007 et 2014 (tous types de contributions confondus), soit quand même 10 points de plus que L’Économie politique. Quant à la Revue française de socio-économie, qui héberge des auteurs de sociologie économique, d’économie hétérodoxe, de gestion et d’histoire économique, elle enregistre un taux d’auteures de 36,1 % entre 2008 et 2014 » (2014, p. 67).

47Les explications de la faible inscription de travaux prenant explicitement en compte le genre dans le corpus et les problématiques récurrentes de l’économiste sont donc multiples et se combinent : faible à très faible part des femmes parmi les économistes, effets de domination de l’économie standard et durcissement de critères de scientificité basés sur des instruments et des procédures elles-mêmes caractérisées par des inégalités de genre. Cela conduit trop souvent à mettre à l’écart des travaux au nom de leur inscription militante : par exemple, se référer à l’économie politique du patriarcat pourra paraître comme un concept insuffisamment légitimé dans le champ.

48Travailler sur les inégalités et les injustices suppose d’analyser et de pouvoir déconstruire conceptuellement des rapports sociaux. Les hétérodoxies y ont largement contribué, elles devraient avoir les outils théoriques et méthodologiques pour s’atteler de façon plus convaincante et développée à ce rapport social précis qu’est le genre.

49Comme le précise toutefois Talahite (2004) : « Le genre n’est pas un champ d’études à part. Il s’insère au sein des disciplines, déstabilisant les présupposés, ouvrant des nouvelles pistes de recherche ». Loin de vouloir promouvoir un courant, un sous-champ spécifique de gender studies en économie, ou de considérer que toute recherche économique devrait toujours privilégier une approche en termes de genre, il convient cependant de bousculer un peu nos pratiques et nos références. C’est ce à quoi ce dossier souhaite contribuer, en participant au développement de la prise en compte des questions de genre en économie.

8. Présentation d’un dossier qui souhaite contribuer à une plus grande prise en compte des questions de genre en économie politique

50Le dossier ici présenté se compose de sept articles et d’un entretien. Les deux premiers articles portent sur le lien entre inégalités de genre et marché du travail. Cette thématique est celle qui est déjà la plus investiguée, comme nous l’avons observé, les chercheures mettent ici l’accent sur des données, des situations dans d’autres pays et des questionnements comparatifs originaux

51En travaillant sur 14 pays de l’Union européenne à partir des bases de données Eurostat issues des Enquêtes Emploi/Labor Force Surveys, Carole Brunet et Esther Jeffers proposent d’étudier les effets de la crise de 2007-2008 sur les écarts de genre sur le marché du travail. Les inégalités entre femmes et hommes sur le marché du travail en Europe sont ainsi analysées dans une démarche macro institutionnaliste appliquée. Brunet et Jeffers concluent à un resserrement global des inégalités femmes/hommes, mais qui s’explique essentiellement par une dégradation de la situation des taux d’activité et des situations d’emploi masculins, comme tendance structurelle et effet conjoncturel ; l’étude des effets de substitution montrant que la croissance a renforcé les inégalités. Les institutions du marché du travail tendent à réduire les inégalités de genre lorsque l’assouplissement des dispositifs de régulation des marchés de biens et de services les renforce.

52Sur une aire géographique différente, l’Asie de l’Est et en particulier le Viet Nam, Thi Anh-Dao Tran s’intéresse à ce phénomène massif de féminisation de l’emploi associée à des stratégies d’exportation industrielle. Au prisme de l’industrie fordienne d’après-guerre, on observe là une situation totalement inversée qui questionne la possibilité d’une simple transposition de l’analyse classique du compromis fordiste : là où l’industrie automobile se caractérisait par une main-d’œuvre essentiellement masculine et une amélioration continue des conditions d’emploi, au cœur du compromis fordiste, les industries manufacturières, notamment au Viet Nam, emploient largement des femmes, auxquelles sont imposées des situations salariales et des conditions d’emplois peu favorables. En analysant ce processus, Tran souligne que les inégalités de genre, structurelles, intégrées dans les normes sociales et institutionnelles, ont été exploitées pour contribuer à une stratégie d’industrialisation manufacturière rapide et tournée vers l’exportation du Viet Nam.

53Certains champs de l’économie sont beaucoup moins explorés sous l'angle du genre : finance, économie monétaire, économie industrielle, économie de l’environnement, par exemple. C’est pourquoi l’article de Gunther Capelle-Blancard, Jézabel Couppey-Soubeyran et Antoine Rebérioux devrait, on l’espère, devenir un article de référence, car il propose un état des lieux et une très vaste exploration de la littérature traitant de l’activité des femmes et de leur comportement dans le domaine de la finance. Ils mettent cette littérature en regard de l’exploitation de l’enquête Pater sur l’analyse du comportement des femmes et des hommes en matière financière et soulignent comment des biais ou stéréotypes participent au maintien d’un secteur d’activité « machiste ». Ils s’intéressent notamment à la question de la représentation des femmes dans les instances de gouvernance des entreprises, en revenant sur les études liant genre et performance, avec un détour sur la place des femmes dans la recherche sur le sujet. Leurs travaux nous permettent de constater que la littérature sur le champ est finalement un peu plus fournie que nous ne le pensions initialement, et cet article nous en donne une belle synthèse et des grilles de lecture.

54Dans une veine un peu différente, complémentaire de la précédente contribution, Guillaume Vallet s’intéresse quant à lui à la (très faible) place des femmes dans les banques centrales et donc dans la conduite de la politique monétaire. En analysant la situation de nombreuses banques centrales et la trajectoire du petit nombre de femmes en poste de responsabilités, il montre combien ce monde de pouvoir est clos, l’entre-soi masculin régnant en maître… tout en n’étant toutefois qu’un des attributs, parmi d’autres, de ce monde clos.

55Avec une approche historique, Jean-Louis Escudier s’intéresse à une autre situation bien spécifique du point de vue de l’emploi féminin, l’agriculture, où nombre de femmes travaillent ou ont travaillé dans des situations invisibles et peu protégées. Reprenant l’évolution depuis 1950 des conventions collectives des ouvrières agricoles, il montre comment cette reconnaissance progressive et souhaitée du salariat agricole féminin a paradoxalement contribué à l’officialisation d’emplois de faible qualification et rémunération, a priori non sexués, mais de fait typiquement féminins… Escudier montre que les discriminations genrées au détriment des ouvrières se renouvellent. Il est ainsi intéressant de regarder le détail du processus, depuis la sortie d’une invisibilité totale jusqu’à la recomposition de hiérarchies très fortes.

56Une critique de l’évacuation des rapports sociaux de sexe par la théorie de la régulation est développée par Irène Berthonnet et Clémence Clos dans le but de souligner l’intérêt de leur intégration plus systématique dans les approches régulationnistes. Leur démarche interroge en particulier les travaux sectoriels déjà menés dans l’automobile, l’agriculture, le BTP, le care… où la participation des femmes et des hommes est très asymétrique : elles remarquent que cette asymétrie est au mieux constatée, mais sans que cela n’entre en ligne de compte pour mieux identifier un rapport social et salarial spécifique. Pour dépasser ce constat, qui ressemble à une naturalisation implicite des rôles sociaux, elles esquissent des pistes dont pourront se saisir les approches méso-économiques notamment. Leur démarche s’appuie sur une étude de cas d’une chaîne d’hôtellerie, à l’occasion de l’émergence d’une nouvelle activité (responsable environnement/RSE) : loin de rebattre les cartes, la création de nouvelles responsabilités révèle l’ampleur des stéréotypes de genre et le poids des organisations genrées de travail déjà existantes.

57La contribution d'Anne Bustreel et Martine Pernod-Lemattre dans le présent dossier mobilise les approches de la théorie de la segmentation dans le but de saisir les enjeux de gestion des temps dans l’entreprise. Elles s’intéressent aux interactions entre les stratégies des employeurs et le genre des salariés, montrant en particulier que les réponses genrées des employeurs suivant le sexe des salarié·e·s induisent des arrangements temporels plus ou moins favorables aux un·e·s et aux autres. Les organisations basées sur la flexibilisation imposent une exigence de forte disponibilité temporelle engendrant des difficultés d’articulation vie familiale/vie professionnelle, d’où un surcroit d’absentéisme, de turnover et de démotivation. Les différents modes de gestion du temps correspondant aux préférences temporelles des salarié·es et des employeurs, articulées ou discordantes, doivent donc être retenus comme composante nouvelle des marchés internes du travail. Les autrices proposent finalement une relecture de trois systèmes de gestion du temps : le système de temps fondé sur la performance, le système de temps fragmenté et le système standard, héritier de la norme temporelle fordiste.

58Un riche et passionnant entretien avec Sylvie Morel vient compléter ce dossier. Il rend compte d’un parcours d’économiste féministe au Québec et entre en discussion avec nombre de travaux français et nord-américains. Son regard sur la construction du champ de l’économie féministe nous montre la richesse des travaux qui pourraient être plus directement mobilisés par les recherches institutionnalistes. Autant de pistes et de sources d’inspiration pour développer les études de genre au sein des recherches en économie politique.

Haut de page

Bibliographie

Amossé T. & G. de Peretti (2011), « Hommes et femmes en ménage statistique : une valse à trois temps », Travail, genre et sociétés, vol. 26, no. 2, 2011, p. 23-46. https://doi.org/10.3917/tgs.026.0023

André C. (1995), « État-providence et compromis institutionnalisés. Des origines à la crise contemporaine », in Boyer R. & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 144-152.

Arai M. & S. Lechevalier (2005), « L’inégalité homme-femme au cœur de la segmentation du marché du travail japonais ? Une prise en compte du genre dans l’analyse du rapport salarial toyotiste », Le Mouvement Social, vol. 1, no 210, p. 121-152. https://doi.org/10.3917/lms.210.0121

Beauvoir S. de, (1949), Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, coll. « NRF ».

Becker G. S., (1991 ed.augmentée) [1981], A Treatise on the Family, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Bertaux D. (1977), Destins personnels et structure de classe. Pour une critique de l’anthroponomie politique, Pais, Puf, 323 p.

Brousse C., (2015), « La vie quotidienne en France depuis 1974. Les enseignements de l’enquête Emploi du temps », Économie et statistique, no  478-480, p. 79-117.

Boccara P. (1989), « Théories de la régulation et suraccumulation-dévalorisation (suite et fin) », Issues, p. 33-108.

Boserup E. (1965), The Conditions of Agricultural Growth: The Economics of Agrarian Change under Population Pressure, London, G. Allen and Unwin/Chicago, Aldine.

Boserup E. (1970), Woman’s Role in Economic Development, London and New York, Earthscan ; Trad. Française, 2001, La Femme face au développement économique (avec Marie-Catherine Marache), Paris, Puf.

Bourdieu P. (1998), La domination masculine, Paris, Le Seuil.

Caillé A., Chanial P., Dufoix S. & F. Vandenberghe (dir) (2018), Des sciences sociales à la science sociale. Fondements anti-utilitaristes, Lormont, éditions Le bord de l’eau.

Chadeau A., Fouquet A. & C. Thélot (1981), « Peut-on mesurer le travail domestique ? », Économie et statistique, no 136, p. 29-42. https://doi.org/10.3406/estat.1981.4521

Chanteau J.-P., Grouiez P., Labrousse A., Lamarche T., Michel S., Nieddu N. & J. Vercueil (2016), « Trois questions à la théorie de la régulation par ceux qui ne l’ont pas fondée », Revue de la régulation, [En ligne], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 05 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/11918 ; DOI : 10.4000/regulation.11918

Coriat B. (1979), L’Atelier et le chronomètre : essai sur le taylorisme, le fordisme et la production de masse, Paris, Christian Bourgois éditeur.

Corsi M., D’Ippoliti C. & G. Zacchia (2018), « A Case Study of Pluralism in Economics: The Heterodox Glass Ceiling in Italy », Review of Political Economy, vol. 30, no 2, p. 172-189. https://doi.org/10.1080/09538259.2018.1423974

Darmangeat C. (2012) Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était, Smolny.

Delphy C. (1998), L’ennemi principal (Tome 1) : économie politique du patriarcat, Paris, éditions Syllepse.

Delphy C. (2003) « Pour une théorie générale de l’exploitation. En finir avec la théorie de la plus-value », Mouvements, no 26, p. 69-78. https://doi.org/10.3917/mouv.026.0069

Delphy C. (2004) « Pour une théorie générale de l’exploitation. Deuxième partie », Mouvements, no 31, p. 97-106. https://doi.org/10.3917/mouv.031.0097

Dobusch L. & J. Kapeller (2012), « Heterodox United vs Mainstream City? Sketching a Framework for Interested Pluralism in Economics », Journal of Economic Issues, Vol. XLVI, No. 4 December. https://doi.org/10.2753/JEI0021-3624460410

Esping-Andersen G. (1990), The Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity Press/Princeton, Princeton University Press.

Falquet J, Hirata H., Kergoat D., Labari B., Lefeuvre N. & F. Sow (2010), Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Federici S., (1975), Wages Against Housework, Power of Women Collective and Falling Wall Press.

Federici S. (2019), Le Capitalisme patriarcal, Paris, La fabrique.

Ferber M. & J. Nelson (1993), Beyond Economic Man: Feminist Theory and Economics, Chicago, The Chicago University Press, 186 p.

Ferber M. & J. Nelson (2003), Feminist economics today: beyond economic man, Chicago, The Chicago University Press, 218 p.

Gallois F. (2012), Une approche régulationniste des mutations de la configuration institutionnelle française des services à la personne, Thèse de Doctorat, université de Reims.

Gallois F. & M. Nieddu (2015), « Quand l’État décrète le marché : le cas du Plan Borloo », Revue de la régulation 17 | 1er semestre / Spring 2015, http://regulation.revues.org/11209

Guha R. (1989), « Dominance without Hegemony », in Subaltern Studies VI, Delhi, Oxford University Press, p. 210-309.

Hochschild A. (2000), « Global care chains and emotional surplus value », in Hutton & Giddens (dir.), On the edge. Living with global capitalism, Londres, Jonathan Cape, p. 130-146.

Guérin I. (2015), La microfinance et ses dérives : émanciper, discipliner ou exploiter les pauvres ?, Paris/Marseille, Demopolis/IRD, 2015.

Guillaumin C. (1978), « Pratique du pouvoir et idée de nature : l’appropriation des femmes », Questions Féministes, no 2.

Jany-Catrice F. (2014), « Un tropisme masculin dans les revues d’économie politique ? Le cas de l’Économie Politique », L’Économie Politique, no 64, p. 56-68. https://doi.org/10.3917/leco.064.0056

Jany-Catrice F. & D. Méda (2011), « Femmes et richesse : au-delà du PIB », Travail, genre et sociétés, no 26, p. 147-171. https://doi.org/10.3917/tgs.026.0147

Kuiper E., Sap J., Feiner S., Ott N. & Z. Tzannatos, (1995), Out of the margin: feminist perspectives on economics, London New York, Routledge.

Kuiper, E., Barker, D. K, (2010), Feminist economics (critical concepts in economics), Milton Park, Abingdon, Oxon New York, Routledge.

Lipietz, A. (1980), « Classes de femmes. Oui mais encore ?  », Partis pris, no 22, p. 33-36. http://lipietz.net/Classe-de-femmes-oui-mais-encore

Laurent C. & Ch. du Tertre (dir.) (2008), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris, L’Harmattan.

Maruani M. & M. Meron M. (2012), Un siècle de travail des femmes en France : 1901-2011, Paris, La Découverte, 229 p.

Meillassoux C. (1975), Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero.

Meurs D., Pailhé A. & S. Ponthieux (2014), « Quels effets des enfants sur les rémunérations et les carrières des mères », numéro thématique de Regards croisés sur l’économie : « Peut-on faire l’économie du genre ? », no 15, p. 197-210. https://doi.org/10.3917/rce.015.0197

Milewski F., Périvier H. (2010), dir de numéro thématique, « Les discriminations entre les hommes et les femmes », La Revue de l’OFCE, no 114, juillet.

Mill J. S. (1869), The Subjection of Women, Londres, Longmans, Green, Reader & Dyer.

Orléan A., (2005), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’année Sociologique, no 55, p. 279-305. https://doi.org/10.3917/anso.052.0279

Périvier H. (2014), « Men and Women during the economic crisis », numéro thématique de la Revue de l’OFCE European labour markets in times of crisis. A gender perspective, no 133, avril.

Petit P., (1985), Slow Growth and the Service Economy (La croissance tertiaire, 1988), Londres, Frances pinter.

Ponthieux S. (2013), L’information statistique sexuée dans la statistique publique : état des lieux et pistes de réflexion. Rapport pour la ministre des Droits des Femmes. INSEE, octobre.

Pouchol M., Severs M., (1983), Travail domestique et pouvoir masculin, Paris, éditions du Cerf.

Pujol M.A. (1992), Feminism and anti-feminism in early economic thought, Aldershot, Hants, England/Brookfield, Vermont, USA, Edward Elgar.

Rousseau S. (2002), Économie et environnement : une analyse régulationniste de la rente environnementale, Thèse de Doctorat en Économie, université Lille 1.

Rousseau S. & B. Zuindeau (2007), « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la Régulation, [En ligne], 1 | Juin / June 2007, mis en ligne le 11 juillet 2007, consulté le 05 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/1298 ; DOI : 10.4000/regulation.1298

Silvera R. (2001), « Genre et économie, des rendez-vous manqués », Travail, genre et sociétés, no 6, p. 123-143. https://doi.org/10.3917/tgs.006.0123

Salleh A., (1997), Ecofeminism as politics – Nature, Marx and the Postmodern, Zed book.

Talahite F. (2014), « Genre et théorie économique », numéro thématique de Regards croisés sur l’économie : « Peut-on faire l’économie du genre ? », vol. 15, no 2, p. 13-28. https://doi.org/10.3917/rce.015.0013

du Tertre Ch. (1999), « Les services de proximité aux personnes : vers une régulation conventionnée et territorialisée ?  », L’Année de la régulation, no 3, p. 213-236.

Théret B., (1992), Régimes économiques de l’ordre politique, Paris, Le Seuil.

Théret B., (1997), « Méthodologie des comparaisons internationales, approches de l’effet sociétal et de la régulation : fondements pour une lecture structuraliste des systèmes nationaux de protection sociale », L’Année de la régulation, vol. 1, p. 163-228.

Waring, M. (1988), If Women Counted: A New Feminist economics, San Francisco, Harper & Row.

Haut de page

Notes

1 Le mot genre étant compris comme rapports sociaux de sexe, ou « organisation sociale de la relation entre les sexes », comme le propose Joan Scott dans « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, vol. 37, no 1, 1988, p. 125-153. https://doi.org/10.3406/grif.1988.1759

2 Voir le numéro thématique « Le care : entre transactions familiales et économie des services » Revue Française de Socio-Économie, vol. 2, no 2, 240 p, Paris, La Découverte.

3 La notion de genre commence à être utilisée en psychologie et sexologie dans les années 1950, et à propos des rôles sociaux par des sociologues et anthropologues féministes dans les années 1970, Ann Oackley, Sherry Ortner notamment.

4 Voir les entretiens autour du livre de Christine Delphy, L'ennemi principal Dans Travail, genre et sociétés 2000/2 (no  4), pages 157 à 200 : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2000-2-page-157.htm

5 Et qui, pour certains, sont proches de lieux de réflexion régulationnistes. On pense au CEDREF de l’université Paris 7 par exemple, avec les travaux de Claude Zaidman et Régine Dhoquois.

6 « Ainsi, l’architecture théorique de l’ensemble des formes structurelles, leurs connexions logiques et les systèmes symboliques de transformation permettant de passer d’une ligne à l’autre de la matrice sociale ne sont pas pris en considération (ce qui explique l’absence déjà relevée du droit et de la famille dans le catalogue des formes institutionnelles canoniques) », p. 191.

7 American Economic Association, CSWEP Annual Report 2018.

8 Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ; http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/31/3/71_1128313.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre, « Déployer les études de genre en économie politique », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 05 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15089 ; DOI : 10.4000/regulation.15089

Haut de page

Auteurs

Thomas Lamarche

Professeur des universités, université de Paris, UMR Ladyss, thomas.lamarche@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Cécile Lefèvre

Professeur des universités, université de Paris, UMR Cerlis cecile.lefevre@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page