Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

Socioéconomie de la monnaie mobile et des monnaies locales au Kenya : quelles innovations monétaires pour quel développement ?

Tristan Dissaux

Résumés

Des innovations monétaires, donnant à la monnaie des formes et des caractéristiques nouvelles, sont aujourd’hui utilisées dans le but de favoriser le processus de développement économique. Au Kenya, elles se concrétisent dans les systèmes de monnaie mobile tels que le M-Pesa, ainsi que dans plusieurs monnaies locales mises en place sur le modèle du Bangla-Pesa. Ces monnaies ont des natures et des logiques divergentes, dont la thèse vise à en montrer les impacts et les implications. Pour cela, nous utilisons notamment des données issues de deux enquêtes de terrain.

Les innovations monétaires interpellent les théories du développement, qui ont largement exclu la monnaie de leurs analyses, et qui la considèrent généralement comme étant neutre. L’étude de ces dispositifs nous permet de poser les bases d’une théorie monétaire du développement, en questionnant ce faisant le sens à donner au concept de développement, et les rôles que doivent jouer pour celui-ci la monnaie et la finance.

Haut de page

Texte intégral

Tristan Dissaux, Socioéconomie de la monnaie mobile et des monnaies locales au Kenya : quelles innovations monétaires pour quel développement ?

Thèse soutenue le 5 novembre 2018 à l’université Lumière Lyon 2

Membres du jury :

M. Jérôme Blanc (directeur de thèse), Professeur des universités, Sciences Po Lyon

Mme. Isabelle Guérin (rapportrice), Directrice de recherche, Institut de Recherche pour le Développement

M. Marek Hudon (rapporteur), Professeur, Solvay Brussels School of Economics and Management, université Libre de Bruxelles

Mme. Agnès Labrousse, Maître de conférences HDR, université de Picardie-Jules Verne

M. Jean-Michel Servet, Professeur honoraire, Institut de Hautes Études Internationales et du Développement de Genève

Questions de recherche

1La thèse porte sur les innovations monétaires, qui donnent à la monnaie de nouvelles formes et de nouvelles modalités, et qui doivent favoriser ou orienter le processus de développement économique. Nous étudions plus spécifiquement les innovations monétaires mises en place au Kenya depuis 2007, qui en illustrent la pluralité des formes et des projets : la monnaie mobile M-Pesa, et les monnaies locales de type Bangla-Pesa. M-Pesa est le système de monnaie mobile, i.e. de monnaie circulant via des téléphones portables, ayant connu le plus important succès au monde. De tels systèmes permettent aux plus pauvres de conduire des opérations de transfert ou de paiement et d’accéder à l’ensemble des services financiers directement depuis leurs téléphones mobiles, même les plus basiques. Les monnaies locales telles que le Bangla-Pesa sont, quant à elles, mises en place à l’échelle de différents bidonvilles, dans le but d’y valoriser davantage les ressources disponibles et de s’insérer dans des projets de développement local.

2Bien qu’au centre des contraintes matérielles quotidiennes des personnes, la monnaie est un objet relativement délaissé par les théories économiques du développement : certes les pauvres « manquent d’argent », mais il ne faudrait pas y voir un problème à proprement parler monétaire puisque la pauvreté ne ferait que refléter les déséquilibres « réels », qui doivent seuls être l’objet de l’analyse. C’est pourtant la disponibilité d’avoirs monétaires qui, dans la pratique, régit les décisions de consommation, d’épargne ou d’investissement. Pour le dixième de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté, c’est bien l’insuffisant accès à la monnaie qui constitue l’entrave fondamentale à la satisfaction des besoins.

3Par l’étude des innovations monétaires pour le développement, la thèse vise donc à questionner le fait que les facteurs monétaires ne sont presque jamais considérés par la théorie économique parmi les facteurs explicatifs de ce qui est communément qualifié de « sous-développement ». Les innovations monétaires ont pourtant pour objectif de participer au processus de développement : avec leur essor, c’est bien la monnaie qui se retrouve de façon croissante mobilisée pour servir la réalisation d’objectifs de développement. Vis-à-vis d’une théorie économique qui, pour sa plus grande part, confère à la monnaie un caractère neutre, cela paraît profondément paradoxal. La thèse a ainsi pour objectif d’éclairer ce paradoxe et de répondre aux questions suivantes : Pourquoi la monnaie, réputée neutre, se retrouve-t-elle être mobilisée en tant qu’outil du développement ? Comment la monnaie peut-elle concourir à la réalisation d’objectifs de développement et avec quelles limites ?

4Les enjeux de cette thèse ont donc une dimension pratique, qui concerne les interventions de développement et leurs acteurs, et une dimension théorique portant sur la nature et le rôle de la monnaie dans le processus de développement. La monnaie mobile et les monnaies locales ont déjà fait l’objet d’un certain nombre de travaux, mais leur étude avait jusque-là été conduite de manière séparée, par des auteurs de champs distincts, sans que les différentes formes d’innovations monétaires n’aient été confrontées. Si la monnaie mobile est devenue un objet d’étude commun, elle est abordée quasi exclusivement dans le cadre des théories standards. Les monnaies locales ont quant à elles peu intéressé les économistes, notamment pour ce qui est de leur mise en œuvre au Sud. Le premier parti pris de la thèse est de les étudier conjointement : il s’agissait donc de dépasser la division du travail commune dans le champ des études monétaires, division qui reflète en grande partie les oppositions théoriques constituées au sujet de la monnaie elle-même.

Méthodes

5Notre recherche a été conduite dans le cadre de la socio-économie, qui reconnaît le caractère institutionnalisé et socialisé des dynamiques économiques (au premier rang desquelles se trouvent les dynamiques monétaires). Notre point de vue principal a été celui de l’économie populaire, c’est-à-dire des activités quotidiennes assurant la subsistance des ménages. La thèse s’appuie sur deux enquêtes de terrain menées au Kenya, dans des bidonvilles où sont utilisés les deux types d’innovations monétaires étudiés. Ces terrains ont permis la collecte de données originales sur les pratiques monétaires et financières des populations, ainsi que sur les usages et impacts de la monnaie mobile et des monnaies locales, via des méthodes mixtes.

6Des entretiens semi-directifs ont été conduits avec les personnes utilisant ou ayant utilisé une monnaie locale. Ils ont permis de documenter le vécu de chacun vis-à-vis de celle-ci : des données sur les motivations et les attentes des personnes, sur les impacts et les limites de la monnaie locale ont notamment été recueillies. Une enquête par questionnaire a été menée dans l’un des bidonvilles d’étude, pour évaluer les usages de l’ensemble des outils monétaires et financiers, formels ou non, à disposition des populations. Le questionnaire a permis de produire des données statistiques sur les déterminants du recours à la monnaie mobile ou aux monnaies locales. La tenue de journaux financiers (plus connus sous leur dénomination anglaise de financial diaries) a également été organisée dans le cadre de la thèse. Cette méthode permet la collecte de données longitudinales sur les flux monétaires et financiers d’un individu, d’un ménage, ou d’une entreprise. La spécificité de leur mise en œuvre a ici été qu’un des groupes tenait des comptabilités bimonétaires, de manière à tenir compte des flux de monnaie locale. Des données géographiques ont aussi été collectées, dans le but de dresser une cartographie de la circulation monétaire au niveau méso-économique. Enfin, une démarche d’observation participante inspirée de l’ethnographie économique a été tenue durant toute la durée des terrains.

Résultats

7La thèse a d’abord cherché à caractériser le statut de la monnaie au sein de la littérature économique du développement. Son analyse montre qu’à la constitution du champ, la monnaie y est bien prise en compte en tant que telle : on trouve par exemple chez Schumpeter ou chez Lewis de véritables modèles monétaires du changement structurel, ces modèles prenant en compte les problématiques de création et d’allocation de la monnaie. Ces auteurs mettent l’accent sur le rôle du crédit et de la création monétaire, qui sont pour eux les deux termes d’un même phénomène. Mais le rôle de la monnaie a ensuite été progressivement évincé, la littérature se recentrant sur les dimensions dites « réelles » du processus de développement, approfondissant ainsi la dichotomie entre réel et monétaire. L’analyse est alors réduite aux questions de mobilité et de productivité des facteurs, la monnaie n’étant présente qu’à travers ses aspects purement financiers. Cette évolution reflète celle de la discipline économique : les théories d’influence keynésienne dans lesquelles la monnaie est active et endogène, sont supplantées par les théories néoclassiques d’influence monétariste, pour lesquelles la monnaie est neutre et exogène. Cette évolution se concrétise en particulier dans les modalités pratiques du financement du développement, ainsi basé sur une logique d’épargne préalable. La vision « capitalo-centrée » du développement fait apparaître la monnaie comme une ressource limitée et rivale dans ses usages, ce qui fait peser des contraintes importantes sur les économies en développement.

8Cette éviction de la monnaie des théories économiques du développement apparaît d’autant plus paradoxale que l’on assiste précisément au retour de la monnaie dans la pratique, à travers le recours aux innovations monétaires que sont la monnaie mobile et les monnaies locales. Après avoir retracé l’histoire récente de leur développement et précisé leurs modalités et leurs caractéristiques, la thèse montre que ces innovations monétaires ont des logiques dissemblables. Les monnaies mobiles sont des monnaies concurrentes, car leur mode d’émission – par conversion – fait qu’elles remplacent dans la circulation les monnaies nationales : le « cash » disparaît au profit des unités de monnaie mobile, gérées et contrôlées par l’opérateur qui les a émis. Elles sont des monnaies captives, dont la reconversion est découragée pendant que leur circulation au sein du réseau de l’opérateur est encouragée. Elles sont aussi des monnaies lucratives, puisque leur usage entraîne le paiement de commissions et génère des revenus pour l’entreprise qui en est gestionnaire. Les monnaies locales sont, quant à elles, des monnaies citoyennes, car elles sont le résultat de l’innovation sociale de la société civile et qu’elles sont mises en œuvre selon des objectifs d’utilité collective par une fondation kényane (Grassroots Economics Foundation). Elles sont des monnaies complémentaires, car elles ne sont pas convertibles et qu’utilisées conjointement à la monnaie nationale dans le paiement, elles permettent des échanges qui n’auraient pas eu lieu sans elles.

9Face aux natures divergentes de ces différentes formes d’innovations monétaires, il s’agissait alors de saisir leurs implications pour les territoires où elles doivent circuler et pour les personnes qui doivent en être les utilisateurs. C’est ce que fait la suite de la thèse, à partir de nos données de terrain. Nous y avons d’abord étudié la monnaie indépendamment des formes particulières qu’elle peut prendre, mais en tant que vecteur des actes de la vie matérielle quotidienne des personnes. Via l’étude de la circulation monétaire au niveau méso-économique, nous montrons que la géographie monétaire importe pour le développement territorial. La monnaie ne se diffuse pas de manière uniforme et automatique, ce qui peut entraîner des situations de trappe à pauvreté lorsque des territoires sont de façon chronique insuffisamment alimentés en monnaie. Ainsi, alors que les individus sont le plus souvent considérés comme étant en situation d’exclusion financière, nous mettons en avant le fait qu’ils puissent également – et surtout – être en situation d’exclusion monétaire. Ce sont bien les conditions d’accès à la monnaie qui déterminent, au moins en partie, la capacité d’action des individus, et donc le potentiel de développement des territoires. L’étude des usages de la monnaie et des pratiques financières dites informelles met quant à elle en lumière les besoins pluriels auxquels la monnaie doit répondre. Outre les dimensions économiques qui touchent à l’épargne, à l’investissement, et au partage des risques, à travers les relations monétaires et financières se jouent aussi la création et l’entretien de liens sociaux. Les facteurs explicatifs de l’usage des divers outils monétaires et financiers ne peuvent alors pas se résumer à des considérations de coûts et de bénéfices.

10Nous nous sommes ensuite intéressés aux impacts de chaque type d’innovation monétaire. La monnaie mobile est un outil d’une grande praticité, notamment pour les transferts au sein des réseaux familiaux. Mais au-delà de cette fonction de transfert, ses autres usages – notamment ceux liés au paiement – sont très peu développés au sein des populations les plus pauvres. Cela amène à relativiser les chiffres d’adoption de ces systèmes ainsi que leur portée. Surtout, pour ce qui est des territoires les plus défavorisés, la monnaie mobile ne modifie pas significativement les conditions d’accès à la monnaie, et n’accroît pas la capacité de génération de revenus. Au contraire, elle peut même participer à approfondir la situation de trappe à pauvreté dans laquelle ils se trouvent. Si la monnaie mobile peut avoir des effets macroéconomiques positifs, ceux-ci ne sont pas distribués de manière uniforme et concernent très indirectement les plus pauvres. Pour ces derniers, ces effets se matérialiseraient via une forme d’effet de ruissellement depuis les groupes socio-économiques plus favorisés.

11Les monnaies locales montrent de leur côté des impacts positifs intéressants. En augmentant le volume de liquidité en circulation, elles rendent possibles les échanges même lorsque la monnaie nationale est indisponible : elles accroissent donc en premier lieu la sécurité alimentaire des populations, qui peuvent plus facilement accéder aux produits de base. Elles ont un effet positif sur les revenus des microentreprises, ainsi que sur le dynamisme et la stabilité des échanges locaux. Elles ont aussi des répercussions sociales en termes de cohésion collective. Ces bénéfices ne se manifestent néanmoins pas de manière uniforme. L’établissement de la circulation de ces monnaies, dont la valeur n’est pas garantie a priori, se révèle être un processus collectif compliqué. Ceux ne possédant pas déjà un capital social important peuvent s’en trouver exclus, du fait notamment du rôle que joue la confiance dans l’établissement de ces monnaies.

12En fin de compte, ces résultats appellent à un rééquilibrage de l’appréciation conventionnelle qui est faite de ces deux innovations monétaires : l’enthousiasme qui entoure la monnaie mobile doit être tempéré, tandis que la disqualification fréquente des monnaies locales comme outils du développement n’est pas justifiée. Les monnaies locales visent les causes systémiques de la pauvreté, ce que les systèmes de monnaie mobile ne font pas.

13Dans la dernière partie de la thèse, nous montrons finalement de quelles manières ces innovations monétaires concrétisent des conceptions théoriques opposées quant à la monnaie, à la pauvreté et au développement. Le projet d’inclusion financière que doit réaliser la monnaie mobile s’inscrit dans la continuité du microcrédit et de la microfinance tels que mis en œuvre dans le cadre marchand, encouragé par les organisations internationales du développement. Or, microcrédit et microfinance ont montré leurs limites et il s’agit aujourd’hui - avec la monnaie mobile - d’en relégitimer l’entreprise, et avec elle l’approche individuelle de la lutte contre la pauvreté. Le projet d’inclusion financière s’inscrit dans le cadre des théories classiques de la monnaie et des théories néoclassiques du développement financier, pour lesquelles la monnaie est un simple « expédient technique ». Mais la monnaie est bien avant tout une institution sociale. Le croisement des cadres post-keynésien, de l’institutionnalisme monétaire, et de celui des communs, opéré dans le dernier chapitre de la thèse, permet de justifier le recours aux monnaies locales et d’en envisager un développement plus large, sur la base de leur intégration à une gestion polycentrique de l’institution monétaire.

14En conclusion, les outils monétaires utilisés déterminent les modalités du développement qui est favorisé, car ces outils encouragent différents types d’activités économiques et activent différents types de relations sociales. Ainsi, la monnaie mobile participe d’un développement entendu comme un processus avant tout individuel et marchand, alors que les monnaies locales favorisent un développement multidimensionnel et collectif. La monnaie n’est pas neutre pour le développement local, mais est bien un outil de transformation sociale : les innovations monétaires servent la réalisation d’un mode de développement particulier.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. et al. (1998), « Introduction », in Aglietta M. & A. Orléan (dir.), La Monnaie Souveraine, Paris, Odile Jacob.

Beck T., Pamuk H., Ramrattan R. & B.R. Uras (2016), « Payment Instruments, Finance and Development: Evidence from Mobile Money Technology », Discussion Paper.

Blanc J. (2016), « Unpacking Monetary Complementarity and Competition: A Conceptual Framework », Cambridge Journal of Economics.

Cartelier J. (1996), La monnaie, Paris, Flammarion, coll. « Dominos ».

Fare M. (2018), « Sustainable Territorial Development and Monetary Subsidiarity », in Gomez G. (ed.), Monetary Plurality Around the World: Theory and Practice, London, Routledge.

Jack W. & T. Suri (2011), « Mobile Money: The Economics of M-PESA », NBER Working Paper (16721).

Levine R. (2005), « Finance and Growth: Theory and Evidence », in Aghion P. & S.N. Durlauf (eds) Handbook of Economic Growth, p. 865-934 (Vol. 1, Part A). Amsterdam, Elsevier.

Orléan A. (2005), « L’utopie individualiste d’une économie sans monnaie », Communications, vol. 78, no 1, p. 235-244.

Ostrom E. (1990) Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, The Political Economy of Institutions and Decisions, Cambridge, Cambridge University Press.

Servet J.-M. (2005), « Plaidoyer pour une méthode socio-économique », Finance & Bien Commun, vol. 22, no 2, p. 32.

Théret B. (2008), « Les trois états de la monnaie », Revue économique, vol. 59, no 4, p. 813-841.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Dissaux, « Socioéconomie de la monnaie mobile et des monnaies locales au Kenya : quelles innovations monétaires pour quel développement ? », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15139 ; DOI : 10.4000/regulation.15139

Haut de page

Auteur

Tristan Dissaux

université Lumière Lyon 2 – Laboratoire Triangle, Docteur en économie, tristan.dissaux@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page