Navigation – Plan du site

Ligne éditoriale

La Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, est une revue scientifique d’économie créée en 2007 à l’initiative de l’association Recherche & Régulation.

Elle est présente dans la liste de revues de références du domaine SHS1 produite par le HCERES comme dans celle de la section « économie et gestion » du CNRS, qui la classe comme revue de catégorie 3. La revue est soutenue par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, par l’Institut des Sciences humaines et sociales du CNRS, ainsi que par un réseau de centres de recherche. Elle bénéficie du soutien du CNRS par la voie des sections 36 (Sociologie - Normes et règles) et 37 (Économie et gestion). Elle figure notamment dans les référencements Econlit et IDEAS.

Accessible librement en ligne au format html, la revue bénéficie d’une large audience : en moyenne 21 635 visiteurs uniques par mois en 2019, parfois plus de 30 000, et fait partie des 10 % des revues leaders du portail OpenEdition Journals pour le nombre de téléchargements. Son lectorat rayonne très au-delà des chercheurs se réclamant de la théorie de la régulation et même de l’institutionnalisme – elle est devenue une revue de référence en économie politique et au-delà, en sciences sociales –, et à l'international : Allemagne, Belgique, Royaume-Uni, EUA, Chine, Algérie, Maroc, Canada…

Avec deux numéros par an, la revue publie principalement des articles scientifiques. Mais elle publie aussi des articles plus courts et des entretiens (rubrique « opinion-débat »), des notes de lecture ainsi que des présentations de thèses et d’habilitations à diriger des recherches. Les textes publiés peuvent être rédigés en français ou en anglais (voir les instructions aux auteurs).

La revue fournit un lieu d’expression pour les analyses qui s’inscrivent dans la filiation des recherches régulationnistes, et plus largement institutionnalistes ou hétérodoxes, ainsi que pour les chercheurs qui souhaitent en débattre, en économie et au-delà. Elle a pour vocation d’alimenter une discussion scientifique large avec les autres sciences sociales : sociologie économique, histoire, sciences politiques, gestion etc.

En effet, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer une économie politique historicisée et socialisée afin de mieux comprendre les choix de politique économique ou les évolutions stratégiques des entreprises, ainsi que leurs effets, à partir des rapports sociaux qui les structurent. Poursuivre une réflexion globale sur la transformation du capitalisme, compte tenu de l’ampleur et la diversité de ses recompositions, incite à rassembler des travaux issus de différents horizons. Les recherches que cette revue promeut portent tant sur la caractérisation des formes structurelles du capitalisme contemporain, que sur l’analyse de nouvelles dynamiques à l’œuvre et les outils théoriques et méthodologiques permettant de les saisir.