Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Du mécanisme marchand à la rébellion du réel

À propos de l’ouvrage de David Cayla, L’Économie du Réel (face aux modèles trompeurs)
From market mechanics to the rebellion of the real world. About L’Économie du Réel (face aux modèles trompeurs), by David Cayla
Philippe Le Gall
Référence(s) :

David Cayla, L’Économie du Réel (face aux modèles trompeurs), De Boeck, 2018

Texte intégral

« L’économiste, surtout s’il entend parler au nom de la scientificité, ne devrait pas oublier que la théorie pure n’est jamais aussi bonne que lorsqu’elle se nourrit de relations étroites et contrôlées avec une économie existante ou ayant existé : celle du monde dans lequel nous vivons. »

Robert Boyer (1989, p. 1402)

1Dans quelle mesure l’analyse économique peut-elle s’affranchir de l’observation du réel ? Cette question est à l’origine de l’ouvrage de David Cayla, L’Économie du Réel. Son objet est principalement relatif à ce qui est souvent considéré comme le cœur de l’analyse économique, le marché, révélateur du « décalage qui existe entre des représentations économiques omniprésentes dans le système académique et la réalité observée empiriquement » (p. xxiv). Sur la base de cette conviction, l’auteur prône la nécessité pour l’économiste d’intégrer à ses analyses l’ensemble des contextes dans lesquels se forment les phénomènes économiques, conduisant à un élargissement du périmètre de l’Économie en tant que champ disciplinaire : il s’agit de défendre « l’immense richesse que constitue l’analyse pluridisciplinaire, ainsi que les fructueux échanges que l’économie et les autres sciences sociales peuvent entretenir » (p. xxiv).

2Afin de contextualiser la réflexion contenue dans l’ouvrage, je commencerai par un éclairage historique et épistémologique soulignant la charge mécaniste d’une partie des représentations marchandes, avant de rendre compte de la manière dont l’auteur analyse les pratiques dominantes en matière de conception et de régulation du marché. Il s’agira alors, sur la base d’une argumentation épistémologique permettant de prolonger la réflexion engagée dans l’ouvrage, de mettre en évidence le fait que ces représentations du marché, parce qu’elles occultent l’observation et les contextes, et parce qu’elles restent prisonnières de leurs origines mécanistes, ne peuvent conduire qu’à une rébellion du réel. Enfin, je conclurai en identifiant les enseignements qui peuvent être tirés de la lecture de L’économie du réel, en particulier concernant la nature des relations que l’Économie doit tisser avec d’autres Sciences Humaines et Sociales.

1. Les origines mécanistes des analyses du marché : quel rapport au réel ?

3L’ouvrage de David Cayla est donc principalement consacré aux relations problématiques que l’analyse économique du marché entretient avec le réel. Avant de rendre compte de la nature et de la portée des critiques émises par l’auteur, il nous semble nécessaire d’effectuer un détour de nature historique et épistémologique. Une telle analyse n’est guère effectuée dans l’Économie du Réel ; pourtant, les origines mécanistes des théories économiques du marché que révèle cette analyse constituent de précieuses clés permettant de mieux comprendre le contenu de l’ouvrage.

4Le marché, depuis Adam Smith, est censé représenter l’ultime forme de lien social, se substituant à une représentation de la société dont la cohésion était assurée par des valeurs morales, religieuses ou militaires. La poursuite des « intérêts » individuels doit se substituer aux « passions » diverses, pour reprendre les termes d’Albert O. Hirschman (1980).

  • 1 Notons, cependant, qu’Adam Smith recourt déjà au mécanisme de la gravitation dans son analyse des p (...)
  • 2 Sur l’analyse économique de Cournot, voir Ménard (1978).

5Mais de quelle manière l’analyse économique du marché s’est-elle développée ? Il est instructif de constater qu’une grande partie de ce corpus, surtout depuis le xixe siècle1, repose sur un étroit réseau d’analogies avec les Sciences de la Nature, et en premier lieu avec la Physique. Ce positionnement se révèle explicitement dans les travaux d’Antoine-Augustin Cournot (1838), qui voit dans le marché, composé d’individus poursuivant leur intérêt propre, un système dont il s’agit de maximiser la valeur du « débit », à l’image d’un système mécanique dont il s’agit de maximiser le rendement2 :

Dans l’acte de l’échange, comme dans la transmission du mouvement par les machines, il y a des frottements à vaincre, des pertes à subir, des limites que l’on est assujetti à ne point dépasser. (Cournot, 1838, § 2, p. 8)

  • 3 Voir Le Gall (2007 et 2008).
  • 4 La France n’est « point encore arrivé[e] à un état sensiblement stationnaire » (1838, § 21, p. 37).
  • 5 À cet égard, l’analyse de Cournot est indissociable d’une conviction : le développement des société (...)

6Cournot s’appuie-t-il sur l’observation du réel pour concevoir une telle représentation du marché ? Nullement. Si, idéalement, il insiste sur le fait que théorie et observation doivent être associées3, il explique que cette conception mécaniste et mathématique du marché et de la société ne concernerait qu’un état en devenir4, qu’une « fin de l’histoire », supposée harmonieuse5 :

[L’histoire] conduit progressivement l’humanité vers un état final où les éléments de la civilisation proprement dite, ayant pris sur tous les autres éléments de la nature humaine, en ce qui touche l’organisation des sociétés, une influence prépondérante (grâce à l’intervention continuelle de l’expérience et de la raison générale), toutes les distinctions originelles tendent à s’effacer, l’influence même des précédents historiques tend à s’affaiblir, et la société tend à s’arranger, comme la ruche des abeilles, d’après des conditions quasi géométriques, dont l’existence constate et la théorie démontre les conditions essentielles. (Cournot, 1861, § 541, p. 484)

  • 6 « On est très bien fondé à parler de sciences sociales, de physique sociale, d’arithmétique sociale(...)
  • 7 Voir Maas (2005) et Schabas (1990).
  • 8 La « manière de procéder [de l’économique pure] est rigoureusement identique à celle de deux scienc (...)
  • 9 « Dans le dernier quart du siècle dernier, de grands espoirs ont été nourris par des économistes qu (...)

7Dans cet « état final » des sociétés, l’économie se voit réduite à une « physique sociale6 », dont le cœur est le marché ; et les phénomènes économiques seraient susceptibles d’une mathématisation et d’une rationalisation analogues à celles des systèmes mécaniques. Ce programme sera poursuivi par des auteurs comme William Stanley Jevons7 ou Léon Walras8. L’analyse du marché, mathématique et rationnelle, constituerait donc une promesse ou une norme qui, par définition, ne se fonde pas sur l’observation du fonctionnement réel des marchés ; et c’est à ce prix que l’Économie peut s’offrir « la beauté sévère des sciences physico-mathématiques9 » (Moore, 1914, p. 85).

8Il en est résulté un modèle économique « pur », sans frictions, reposant sur de nombreuses hypothèses, abstractions et idéaux (par exemple l’homo economicus). Ce modèle est donc, par essence, une fiction. Il ne saurait certainement pas recouvrir l’ensemble de l’analyse économique, mais force est de constater son importance et son influence croissantes depuis le début du xxe siècle, et plus encore depuis les années 1980, lorsqu’il fera l’objet de nombreuses applications concrètes : depuis ce moment, il a fortement contribué à structurer les politiques nationales comme à définir un mode de régulation internationale.

  • 10 Voir Gillet (1999).

9Par exemple, la fameuse norme des « 3D » (déréglementation, décloisonnement, désintermédiation), caractéristique du fonctionnement des marchés financiers tels que nous les connaissons depuis le début des années 1980, trouve une partie de son origine dans la construction d’un cadre théorique, celui de l’« efficience informationnelle », dont l’architecte est Eugene Fama. Ce « Chicago boy », méthodologiquement et idéologiquement proche de Robert Lucas, se donne comme objectif de transposer aux marchés financiers le modèle de la concurrence pure et parfaite10. En théorie, et sous hypothèses, les marchés financiers pourraient ainsi respecter leur raison d’être initiale : le financement des activités productives, sans frictions, sans crises. La mise en œuvre des « 3D » contribuerait ainsi à l’« optimalité ».

10La force de ce modèle du marché, s’il constitue a priori une fiction, réside en effet dans sa dimension normative. Il ne vise pas à comprendre le monde, mais à le transformer, à le façonner. Le marché s’impose comme « norme sociale nécessaire » (Cayla, 2018, p. 4). Une norme dont le fonctionnement repose sur un critère central, l’efficacité, et une société qui devient de facto, selon Milton Friedman, un « simple rassemblement d’individus aux intérêts propres » (Cayla, 2018, p. 120).

11Pourtant, ce corpus analytique ne parviendra jamais à s’affranchir de ce réseau initial d’analogies, de ces origines mécanistes. Or, selon Claude Ménard, « l’analogie devient féconde si, et seulement si, elle est mesure d’un écart, d’une différence. L’activité scientifique s’amorce à partir de cette différence » (1981, p. 151). Il est donc peu surprenant de constater que le degré d’adéquation au réel de ce corpus soit faible. Cette inadéquation constitue le thème central de l’Économie du Réel, dont nous allons maintenant présenter le contenu.

2. L’Économie du réel

12Ce sont en effet la nature et les limites de cette norme marchande qui se trouvent au cœur de l’ouvrage de David Cayla :

La plupart des économistes prétendent étudier une économie « pure » détachée des autres sciences sociales. Ils considèrent en particulier qu’il est possible de comprendre le système économique d’un pays sans en connaître l’histoire, le système juridique, la géographie, la sociologie ou les valeurs anthropologiques. À les entendre, l’analyse économique pourrait se faire à partir de modèles mathématiques reposant sur la fiction de l’homo economicus, c’est-à-dire d’un individu parfaitement rationnel et détaché de tout lien social. À partir de cette fiction, les économistes construisent des modèles censés permettre la compréhension du réel.

Or ces modèles, en ne considérant qu’une petite partie du monde socio-économique, sont en fait incapables de comprendre les phénomènes qu’ils prétendent étudier. Ils produisent des illusions d’autant plus dommageables qu’elles émanent des autorités académiques les plus prestigieuses, qu’elles sont relayées très largement par la presse, puis mises en œuvre systématiquement par le pouvoir politique… avec des résultats le plus souvent désastreux. (p. xxi)

L’économie du réel se compose de quatre chapitres.

13Le chapitre 1 (« Le marché, cet inconnu ») revient d’abord aux origines du libéralisme économique, en particulier celui qui est conceptualisé par Adam Smith, avant d’analyser les fondements de ce que l’auteur appelle « le tirolisme ». L’accent est ensuite mis sur les défaillances du marché, en particulier en matière environnementale, et surtout sur le fait que « ce qui est présenté comme une vérité lorsqu’on considère le marché en général s’avère souvent beaucoup plus délicat à vérifier sur le terrain dès lors qu’un marché particulier est étudié » (p. 11). Ce dernier point est en particulier examiné sur la base du fonctionnement des marchés agricoles, de leurs spécificités, des politiques qui les encadrent, comme des « effets pervers de la mondialisation agricole » (p. 37) et de l’« ère du “marché total” » (p. 39) ‒ caractérisée par des « traités commerciaux [qui] mettent en concurrence non pas les producteurs, mais les réglementations. En libéralisant le commerce, on favorise en fait les économies les plus permissives en termes sociaux et environnementaux et on empêche les États de revenir en arrière en réglementant davantage, puisque toute nouvelle restriction sera vécue comme un frein à la compétitivité et nuira à la rentabilité des producteurs concernés » (p. 39). Ainsi, « les politiques publiques des dernières décennies ont de toute évidence davantage renforcé les problèmes de l’agriculture qu’elles ne les ont résolus » (p. 40).

14Le chapitre 2 (« Le mythe du marché ») approfondit ces thèmes, en abordant d’abord la question du contenu de l’enseignement de l’Économie et des manuels de microéconomie (en particulier celui de Gregory Mankiw et Mark Taylor), dont « l’objectif n’est pas d’enseigner le fonctionnement réel des marchés, mais de présenter un modèle : celui de la concurrence pure et parfaite » (p. 43) ; ici, « le rôle de l’économiste est moins d’expliquer les phénomènes observés que de construire un modèle à partir duquel on pourra agir sur le réel » (p. 44). Ce chapitre revient également largement sur la manière dont une partie de l’analyse smithienne aurait été progressivement déformée voire occultée (en particulier en matière de répartition ou de conception de la valeur travail), menant à une « science “lugubre” » (p. 56) qui finit par « tourner le dos à ses principes originels » (p. 63) : « D’une science de la richesse, elle devint science des choix […] et c’est donc naturellement que le marché s’impose comme le mécanisme privilégié par lequel la valeur est déterminée et les ressources rares sont gérées » (p. 63).

15Le chapitre 3 (« Le marché néoclassique et ses limites ») commence par une analyse sociologique (principalement kuhnienne) du fonctionnement de la discipline et explique les raisons pour lesquelles la fiction de l’homo economicus est parvenue à s’imposer. Certains « mystères » (p. 84) du modèle de la concurrence pure et parfaite sont ensuite identifiés, en particulier la nécessaire régulation institutionnelle de la concurrence (le raisonnement se fonde ici sur l’examen de marchés concrets tels que ceux des services postaux, de l’électricité, des télécoms, du transport ferroviaire). Cette régulation pose d’abord un nécessaire « problème d’arbitrage politique et de choix discrétionnaires » (p. 94). Ce modèle repose, surtout, une incohérence fondamentale : « Alors même que les autorités de la concurrence revendiquent l’esprit du libéralisme, leur manière de défendre la concurrence les pousse à des pratiques qui n’ont rien de libérales » (p. 95). De plus, la libéralisation de secteurs de l’économie peut mener à un « appauvrissement » (p. 92), fort éloigné de l’optimalité supposée. Dès lors, le marché auto-régulé relèverait avant tout d’« un acte de foi » (p. 98).

16Le chapitre 4 (« La société de marché ») pose enfin la question du lien social. Une société peut-elle se réduire à ce « simple rassemblement d’individus aux intérêts propres » (P. 120) ? Dans ce cas, explique l’auteur, « la société n’existe pas » et ne doit pas exister (p. 120) ‒le marché finit par détruire la société (p. 157). David Cayla commence ici par prendre appui sur Marcel Mauss, Claude Levi-Strauss ou David Graeber, suggérant que la société est avant tout « un réseau organisé de relations, de dépendances réciproques, de liens familiaux et affectifs, d’institutions, de règles morales et de croyances, tout cela formant une culture spécifique et des institutions légales qui influencent les comportements » (p. 126). Dès lors :

[…] le véritable danger, celui qui menace la stabilité sociale, n’est […] pas le marché, mais l’idéologie du marché, celle qui consiste à ignorer le réel pour lui substituer une représentation abstraite et dogmatique de l’organisation sociale. Le danger est qu’une telle idéologie, une fois mise en œuvre, finisse par détruire, au nom d’une fausse performance, des institutions essentielles qui répondent à des besoins sociaux fondamentaux. (p. 159)

En conséquence, selon l’auteur, L’économie doit privilégier la pluridisciplinarité et se réencastrer dans le champ des Sciences Humaines et Sociales.

3. La mathématisation du réel, la rationalisation du réel, la rébellion du réel

17Les critiques émises par l’auteur de L’économie du Réel à l’encontre de cette norme marchande (du moins dans la tradition du libéralisme économique des « Chicago boys ») ‒son ignorance du réel, son ignorance de la nature même des faits économiques et sociaux et du lien social‒ sont aisément compréhensibles. Cette norme contient en effet en elle ses origines mécanistes, exposées dans la partie I de cette recension, et en reste prisonnière : elle offre un cadre analytique logiquement puissant, mais fait abstraction des contextes humains, sociaux, culturels. Mais là encore, afin d’approfondir la nature des critiques formulées par David Cayla à l’encontre de cette orthogonalité de certaines analyses économiques du marché vis-à-vis du réel, à l’encontre de cette déconnexion de ce corpus vis-à-vis des diverses dimensions concrètes du réel, un autre détour s’impose. Ce détour est cette fois de nature principalement épistémologique, une dimension trop largement occultée par l’auteur. Pourtant, elle éclaire ses propos et permet d’étayer le contenu de l’Économie du Réel.

18Revenons à la nature mécaniste de cette représentation des phénomènes économiques. Dans La Mathématisation du Réel, dont le titre de l’ouvrage de David Cayla peut être métaphoriquement considéré comme un écho, Giorgio Israel (1996) proposait, en mobilisant nombre d’exemples issus de disciplines aussi variées que la Biologie, la Physique ou l’Économie, le concept fécond d’« analogie mathématique ». Le recours à ce type d’analogie ‒une méthodologie ignorée par l’auteur de l’Économie du Réel ‒ correspond à une stratégie inédite de modélisation ‒ la « modélisation mathématique », selon l’expression de Israel ‒ se déployant dans diverses « sciences » depuis le début du xxe siècle :

Le modèle mathématique est une construction partielle et ad hoc, un morceau de mathématiques appliqué à un morceau de réalité, sans qu’on puisse exclure (au contraire) que d’autres morceaux de mathématiques puissent être collés sur le même morceau de réalité et coexister les uns à côté des autres. La modélisation mathématique est une sonde conceptuelle que l’on plonge dans la réalité, et non pas l’image mathématique de la nature (Israel, 1996, p. 16).

19En d’autres termes, la stratégie de modélisation basée sur l’analogie mathématique repose sur l’idée selon laquelle un même formalisme serait capable de rendre compte de phénomènes hétérogènes, ces phénomènes étant « seulement reliés entre eux par une analogie qui s’exprime sous la forme d’une description mathématique commune » (Israel, 1996, p. 17) – la pertinence de ce formalisme résidant uniquement dans sa capacité à reproduire, à simuler le fonctionnement de l’objet étudié.

  • 11 Nous avons analysé ailleurs (Le Gall, 2002) l’une des premières « analogies mathématiques » utilisé (...)
  • 12 Friedman se livre « à une défense agressive d’un modèle économique néoclassique qu’il identifie ess (...)
  • 13 Ce point de vue est très largement partagé par Israel (1996 et 2000). Ajoutons que selon Paul Samue (...)

20Ce type d’analogie et de modélisation commencera à se déployer en Économie au début des années 193011. Ignorant tout contexte, ignorant la nature même de la réalité censée être étudiée, il vise avant tout à reproduire ou simuler efficacement un ou des phénomènes en faisant fi de toute dimension ontologique. Un tel déni de la nature même du réel contribuera à la constitution du terreau à partir duquel pourra se développer l’instrumentalisme friedmanien (Friedman 1953), « méthodologie » qui vise avant tout à défendre l’idée selon laquelle le modèle de la concurrence pure et parfaite12 ‒ au cœur de l’Économie du Réel ‒, parce que « simple » et « fécond » (capable de prévoir, de reproduire, de simuler un phénomène), serait épistémologiquement pertinent. Faire « comme si » revient, une nouvelle fois, à ignorer le réel. Simuler n’implique en effet ni compréhension, ni explication : « simuler, c’est d’abord produire un faux-semblant » (Granger, 2003, p. 187). La simulation, précise Gilles-Gaston Granger, « apparaît comme le degré le plus bas d’une échelle sont les degrés supérieurs seraient la compréhension et l’explication » (p. 191)13. De fait, la soi-disant posture méthodologique de Milton Friedman visant à défendre cette forme de concurrence est indépendante de toute considération ontologique.

  • 14 Voir sur ce point Morgan (1993).

21Une nouvelle fois, ce type d’analyse économique ne privilégie ni l’observation du réel, ni la prise en compte des contextes (historiques, sociaux). Malgré sa beauté et sa rigueur conceptuelles et logiques, il n’est donc pas surprenant de constater que cette norme du marché parfait ne parvient que difficilement à surmonter certaines contradictions. Nous pouvons ainsi mieux comprendre un point central, analysé en particulier dans le chapitre 3 de l’ouvrage de David Cayla : dans la réalité, la concurrence pure et parfaite s’auto-détruit14. Ses bases, historiques et épistémologiques, ont en effet été établies en ignorant le réel. Il est ainsi peu étonnant de constater que cette forme de concurrence ne peut faire face, seule, à la volonté d’exercer une position dominante ; le cadre concurrentiel doit être régulé, en contradiction avec l’esprit même de cette conception des marchés et de l’Économie. « L’interventionnisme excessif des autorités de la concurrence n’est donc que le produit des efforts employés afin de faire en sorte que la concurrence parvienne à ces objectifs, efforts qui sont eux-mêmes le reflet d’une théorie incapable d’appréhender correctement un concept aussi central que celui de “concurrence” » (Cayla, 2018, p. 95). En complément des éléments apportés à ce sujet par l’auteur de l’ouvrage ici recensé, nous pouvons noter que ce paradoxe avait déjà été relevé et analysé, sur la base d’argumentations très différentes, par Léon Walras (le marché concurrentiel ne peut fonctionner sans instance centralisatrice) ou par Joseph Schumpeter (l’entrepreneur souhaite échapper à la concurrence).

  • 15 Précisons, toutefois, que pour des économistes comme Pascal Salin, les interventions publiques sera (...)

22Cette norme relève ainsi d’une « métaphysique » (Cayla, 2018, p. 71). David Cayla montre en particulier ici de quelle manière elle est inadaptée pour s’appliquer à certains marchés, à commencer par les marchés agricoles (longuement analysés dans le chapitre 1), des marchés fondamentalement « instables et imprévisibles » (p. 31). On pourrait également mentionner le cas des marchés financiers (même s’ils ne sont pas traités dans l’ouvrage). L’application des « 3D », évoquée ci-dessus, s’est, de fait, accompagnée d’une multiplication des crises financières depuis la seconde moitié des années 1980. La déréglementation, le décloisonnement et la désintermédiation libèrent les « esprits animaux » et, comme le révèle la crise des subprimes, cela se traduit par un principe : privatisation des profits, mutualisation des pertes15. Parce que cette idéologie ne se confronte pas aux faits, parce que son application peut engendrer un coût social, elle finit par écraser le réel. Son application produit ces crises que nous connaissons bien : crises agricoles, crises financières, crises industrielles, crises sociales… Inadaptée, parce qu’elle est le produit d’un héritage historique et épistémologique ignorant le réel, la norme conduit à une première rébellion du réel, celle des individus et de la société.

  • 16 Les conséquences environnementales de l’agriculture intensive sont abordées dans le chapitre 1 de L (...)

23Établie sur ces bases historiques et épistémologiques, cette norme, ensuite, se soucie peu des conséquences qu’elle produit, en particulier à long terme. Le marché n’est certes pas la seule forme d’organisation des échanges concernée par cette défaillance. Mais même s’il parvient, parfois, à « intégrer des externalités » telles que la pollution, il privilégie une efficacité de court terme, et n’est pas étranger au réchauffement climatique, aux dégradations environnementales, à la réduction de la biodiversité16. Sur ces points, la lecture de L’économie du Réel peut utilement être complétée par celle de La Mystique de la Croissance, ouvrage dans lequel Dominique Méda explique judicieusement de quelle manière une partie de l’analyse économique du marché ne voit dans la Nature qu’« un capital à exploiter » (Méda, 2013, p. 114), qu’un ensemble de « réservoirs d’utilités » (p. 119). Pourtant, « la nature ne peut se réduire à sa valeur économique, elle a une valeur intrinsèque, non réductible aux seuls avantages que les êtres humains peuvent en tirer » (p. 115). Ici, le marché écrase la Nature. Et une seconde rébellion du réel se manifeste, celle de la Nature.

24Au final, c’est donc le réel dans son ensemble qui se rebelle, parce qu’une partie de l’analyse économique en fait abstraction. Ce constat conduit ainsi à mettre en avant la pertinence et la nécessité de relations croisées que peuvent, et doivent, entretenir l’Économie et les Sciences Humaines et Sociales, ce qui constitue le point d’arrivée de l’Économie du Réel. Seules de telles relations croisées permettent de prendre en compte les multiples dimensions du réel et de s’affranchir de cet héritage mécaniste, de ce mécanisme marchand.

4. Interrogations et perspectives

  • 17 « Après 1756, les références à Dieu dans la construction morale de l’individu et dans la qualificat (...)

25On peut, certes, regretter que de nombreux thèmes connexes ne soient pas explorés dans l’ouvrage (les marchés financiers, les inégalités, la justice sociale, thèmes qui auraient pu enrichir l’argumentation) ou que des connaissances et méthodologies issues de courants tels que l’institutionnalisme ne soient pas mobilisées. On peut, de même, regretter l’absence d’une analyse historique et épistémologique plus explicite, comme nous l’avons suggéré dans les parties I et III de cette recension, et qui auraient contribué à renforcer considérablement les propos de l’auteur. On peut également regretter une argumentation parfois trop globalisante. S’il est implicite que le libéralisme ici analysé est celui qui est issu de l’École de Chicago (Milton Friedman, Gary Becker, Eugene Fama, Robert Lucas…), on peut se demander si les mêmes critiques peuvent être adressées au libéralisme prôné, sur des bases épistémologiques, méthodologiques et analytiques fort différentes, par l’École autrichienne. Enfin, l’ouvrage contient quelques fâcheuses imprécisions. L’auteur écrit par exemple que « La théorie de Quesnay était logiquement cohérente, attachée au réalisme de ses représentations et dépourvue de toute référence religieuse ou morale » (Cayla, 2018, p. 78). Peut-on réellement considérer que le Tableau Économique soit indépendant de considérations religieuses ? Il est, au contraire, indissociable de la conviction selon laquelle un ordre naturel, d’origine divine17, régirait, de la même manière, le monde de la Nature et le monde social.

  • 18 Sur le plan sociologique comme nous l’avons déjà évoqué, mais également sur le plan de la formation (...)

26L’économie du Réel présente toutefois de multiples qualités. L’ouvrage est, cela doit être souligné, richement argumenté, mobilise nombre d’exemples concrets, couvre un spectre large du fonctionnement de la discipline18, et est très pédagogiquement exposé. Il pourra, à ce titre, intéresser les économistes, les étudiants qui suivent ou se destinent à un cursus économique, comme tout citoyen s’interrogeant sur la place croissante du marché.

27Dénonçant une conception parfois impérialiste de l’analyse économique, visant à réduire le lien social à un lien marchand privilégiant une efficacité de court terme et visant à concevoir une société au service de l’économie, regrettant également « une science économique repliée sur elle-même et largement dévitalisée sur le plan scientifique » (Cayla, 2018, p. xxiv), David Cayla propose une économie au service de la société, en réencastrant la discipline dans le champ des Sciences Humaines et Sociales.

  • 19 Ce que montre également Boyer (2006) dans le cadre de son analyse du modèle danois.
  • 20 Voir notamment Orléan (1999).

28De nombreux économistes, dont les travaux ne sont guère mobilisés dans l’économie du Réel, ont, dans des perspectives parfois fort différentes, mis en exergue la manière dont les phénomènes économiques sont socialement chargés. En 1972, Kenneth Arrow revenait sur l’une des conditions nécessaires au fonctionnement des marchés : la confiance. Il insistait donc sur le fait que le bon fonctionnement d’une économie dépend d’un facteur à la fois psychologique, sociologique, voire culturel19. Dans son analyse des marchés financiers, et de leur instabilité, André Orléan20 montre très explicitement de quelle manière le fonctionnement de ces marchés dépend à la fois d’un cadre juridique et d’éléments relevant de la psychologie. De manière plus programmatique, Robert Boyer prône le développement de « réflexions pluri-disciplinaires combinant anthropologie, sociologie, droit et économie », permettant de renouveler « la compréhension des comportements individuels » (1989, p. 1416) comme « des actions et stratégies économiques » (p. 1417) ‒ il prône le développement de « nouvelles alliances » entre l’Économie et les Sciences Humaines et Sociales :

On l’a évoqué à maintes reprises, les meilleurs des théoriciens contemporains se sont attaqués à un programme de recherche traditionnellement exclu des visées de l’économie pure depuis la montée de la théorie néoclassique : comprendre la logique du fonctionnement des institutions, des conventions et des normes, puis examiner dans quelle mesure elle peut s’avérer supérieure à des mécanismes de marchés purs. Symétriquement, s’accumulent les études émanant de sociologues, de spécialistes de sciences politiques qui montrent de façon tout fait convaincante que les marchés, fussent-ils de concurrence pure et parfaite, sont institués par des procédures mobilisant le pouvoir et influence de certains groupes sociaux. En autres termes, voilà que la régulation économique entrerait de plein droit dans le domaine des sciences sociales. L’historien devrait se sentir à l’aise dans des recherches qui insistent sur la multiplicité des logiques et des formes de coordination ainsi que sur la variabilité des relations de l’économie à ce qu’il est convenu appeler le social, le politique. (Boyer, 1989, p. 1417)

  • 21 Dans L’économie du réel, Jean Tirole, souvent mentionné, est présenté comme un économiste symbolisa (...)
  • 22 L’ouverture actuelle des bio-marchés souligne par exemple la nécessité d’une telle substitution. Vo (...)

29L’ouvrage de David Cayla nous invite à suivre ce chemin méthodologique. Une Économie moins dépendante de certaines de ses origines mécanistes, une Économie développant de multiples formes de fertilisation croisée avec les Sciences Humaines et Sociales21, et ne se positionnant donc plus comme unique discipline capable de concevoir la cohésion sociale. Une Économie, en outre, privilégiant le long terme. C’est ce qui pourra, par exemple, conduire à la substitution du critère d’efficacité de court terme par des critères éthiques, permettant de penser et de construire une cohésion sociale et environnementale viable à long terme22.

30Au final, malgré une faiblesse d’assise historique et épistémologique, l’économie du Réel constitue une clé précieuse pour comprendre l’ensemble les débats actuels autour de la marchandisation et de la libéralisation. Il nous rappelle et nous explique que le fonctionnement de l’économie ne relève pas d’un mécanisme présupposé, mais de dynamiques complexes à l’œuvre dans le réel ‒et que c’est là que réside la richesse de la recherche dans la discipline. L’imprévisibilité, l’absence de déterminisme des comportements constituent un défi permanent pour l’économiste ; il doit donc, pour saisir cette complexité, savoir allier son expertise spécifique à celle des chercheurs des diverses Sciences Humaines et Sociales.

Haut de page

Bibliographie

Arrow K. J. (1972), « Gifts and exchanges », Philosophy and public affairs, vol. 1, p. 343-362. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/2265097

Blaug M. (1994), La méthodologie économique, Paris, Economica.

Boyer R. (1989), « Économie et histoire : vers de nouvelles alliances », Annales Économie-Sociétés-Civilisations, vol. 44, no 6, p. 1397-1426. https://doi.org/10.3406/ahess.1989.283661

Boyer R. (2006), La flexicurité danoise. Quels enseignements pour la France ?, Paris, Éditions ENS Rue d’Ulm.

Cournot A.-A. (1838), Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses, Paris, Vrin (réédition 1980).

Cournot A.-A. (1861), Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoire, Paris, Vrin (réédition 1982).

Cournot A.-A. (1872), Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes, Paris, Vrin (réédition 1973).

Friedman M. (1953), « The methodology of positive economics », in Essays on positive economics, Chicago, University of Chicago Press.

Frisch R. (1933), « Propagation problems and impulse problems in dynamic economics », Essays in honour of Gustav Cassel, Londres, Allen and Unwin, p. 1-35.

Gillet Ph. (1999), L’efficience des marchés financiers, Paris, Economica.

Granger G.-G. (2003), Philosophie, langage, science, Paris, EDP Sciences.

Hirschman Albert O. (1980), Les passions et les intérêts, Paris, Puf.

Israel G. (1996), La mathématisation du réel. Essai sur la modélisation mathématique, Paris, Le Seuil.

Israel G. (2000), Le jardin au noyer. Pour un nouveau rationalisme, Paris, Le Seuil.

Jallais S. (2018), « D’un monde à l’autre ou les rhétoriques de l’exemple dans les manuels de microéconomie », Revue de la régulation, [En ligne], 23 | 1er semestre / Spring 2018, mis en ligne le 09 juillet 2018, consulté le 02 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/13020 ; DOI : 10.4000/regulation.13020

Jovanovic F. & Ph. Le Gall (2019), « New kinds of cross-fertilization between Economics and Physics: “Instrumental analogies” at work », Contribution aux Journées d’étude de l’Association Charles Gide « Les évolutions des frontières disciplinaires de l’économie avec les autres sciences », Montréal, juin 2019.

Lafontaine Céline (2014), Le corps-marché. La marchandisation de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, Paris, Le Seuil.

Lafontaine C. (2015), « Régénérer le corps pour régénérer l’économie. La double promesse de la médecine régénératrice », in Audétat M. (dir.), Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ?, Paris, Éditions Hermann, p. 243-258.

Le Corbeiller Ph. (1933), « Les systèmes auto-entretenus et les oscillations de relaxation », Econometrica, vol. 1, no 3, p. 328-332. DOI: 10.2307/1907044 ; https://www.jstor.org/stable/1907044

Le Gall P. (2002), « Les représentations du monde et les pensées analogiques des économètres : un siècle de modélisation en perspective », Revue d’histoire des sciences humaines, no 6, p. 39-64. https://doi.org/10.3917/rhsh.006.0039

Le Gall P. (2007), A history of econometrics in France. From Nature to models, Londres, Routledge.

Le Gall P. (2008), « The confessions of the average: Statistics and natural order in nineteenth-century French economic thought », History of political economy, vol. 40, no 3, p. 447-480. https://doi.org/10.1215/00182702-2008-016

Maas H. (2005), William Stanley Jevons and the making of modern economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Méda D. (2013), La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Paris, Flammarion.

Ménard C. (1978), La formation d’une rationalité économique : A.A. Cournot, Paris, Flammarion.

Ménard C. (1981), « La machine et le cœur. Essai sur les analogies dans le raisonnement économique », in Lichnerowicz A., Perroux F. & G. Gadoffre (dir.), Analogie et connaissance, t 2, Paris, éditions Maloine, p. 137-161.

Ménard C. (2005), « Du “Comme si...” au “Peut-être...”. De Milton Friedman à la Nouvelle Économie Institutionnelle », Revue d’histoire des sciences humaines, p. 163-172. https://doi.org/10.3917/rhsh.012.0163

Moore Henry L. (1914), Economic cycles: Their law and cause, New York, Macmillan.

Morgan Mary S. (1993), « Competing views of competition in late-nineteenth century American economics », History of political economy, vol. 25, no 4, pp. 563-604. https://doi.org/10.1215/00182702-25-4-563

Orléan A. (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Rohrbasser J.-M. (2001), Dieu, l’ordre et le nombre, Paris, Puf.

Salin P. (2008), « ...Ou l’échec d’un État pas assez libéral », Les Echos, 1er octobre.

Schabas M. (1990), A world ruled by number. William Stanley Jevons and the rise of mathematical economics, Princeton, Princeton University Press.

Steiner Ph. (1998), La « science nouvelle » de l’économie politique, Paris, Puf.

Steiner Ph. (2010), La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard.

Tirole J. (2018), « L’Homo Economicus a vécu », Le Monde, 7-8 octobre.

Walras L. (1909), « Économique et mécanique », Bulletin de la Société Vaudoise de Sciences Naturelles, vol. 45, p. 313-325.

Haut de page

Notes

1 Notons, cependant, qu’Adam Smith recourt déjà au mécanisme de la gravitation dans son analyse des prix.

2 Sur l’analyse économique de Cournot, voir Ménard (1978).

3 Voir Le Gall (2007 et 2008).

4 La France n’est « point encore arrivé[e] à un état sensiblement stationnaire » (1838, § 21, p. 37).

5 À cet égard, l’analyse de Cournot est indissociable d’une conviction : le développement des sociétés serait marqué par la domination progressive d’un ordre naturel, mathématique, d’origine divine (voir Le Gall, 2007, chap. 1). Une telle représentation du monde est largement répandue aux XVIIIe et XIXe siècles. Voir Israel (1996) et Rohrbasser (2001).

6 « On est très bien fondé à parler de sciences sociales, de physique sociale, d’arithmétique sociale. Il y a là des faits à recueillir méthodiquement et à la longue, des rapports, des lois à découvrir par une investigation patiente, des théories à construire en se servant à propos, tantôt du raisonnement et tantôt de l’expérience. De telles sciences comportent, aussi bien que les sciences physiques ou naturelles, un progrès indéfini, quelles que soient les vicissitudes des systèmes en philosophie, en morale, en politique ; et même leur vraie nature, leur portée réelle ressortiront d’autant mieux que la part des influences morales et politiques ira en s’atténuant davantage, de manière à dégager ce qui tient essentiellement à la structure et au mécanisme des sociétés » (Cournot, 1872, p. 325).

7 Voir Maas (2005) et Schabas (1990).

8 La « manière de procéder [de l’économique pure] est rigoureusement identique à celle de deux sciences physico-mathématiques des plus avancées et des plus incontestées : la mécanique rationnelle et la mécanique céleste » (Walras, 1909, p. 316).

9 « Dans le dernier quart du siècle dernier, de grands espoirs ont été nourris par des économistes quant à la capacité de l’économie à devenir une « science exacte ». Selon la plupart des principaux économistes, le développement des doctrines de l’utilité et de la valeur a posé les fondations d’une économie scientifique formulée sous la forme de concepts exacts, et il serait bientôt possible d’ériger sur ces fondations une solide structure composée de parties reliées entre elles, et qui rappellerait la beauté sévère des sciences physico-mathématiques. Mais cet espoir n’a pas été concrétisé. [...] L’explication est à chercher dans la manière inappropriée dont les économistes considèrent les possibilités de la science et dans la méthode totalement fausse qu’ils utilisent. Il a été supposé gratuitement que l’économie devait être calquée sur les sciences mathématiques et physiques, et cette supposition a finalement conduit à des mésaventures dans le choix des données à examiner comme dans la conception des lois étudiées. L’économie devait être un « calcul des plaisirs et des peines », une « mécanique de l’utilité », une « mécanique sociale », une « physique sociale » [NDA : en italiques et en français dans le texte]. [...] [Pourtant], les faits concrets ne doivent jamais être perdus de vue, et [...] la méthode à suivre est celle qui permet de passer des données à des généralisations par une synthèse progressive – la méthode statistique » (Moore, 1914, p. 85-86 ; notre traduction).

10 Voir Gillet (1999).

11 Nous avons analysé ailleurs (Le Gall, 2002) l’une des premières « analogies mathématiques » utilisées dans le champ de l’Économie. Au début des années 1930, la construction de petits modèles mathématiques du cycle économique a conduit des économistes à s’intéresser à certains modèles élaborés en Physique. Dans une communication au congrès de la Société d’Économétrie de Lausanne en septembre 1931 – une communication publiée deux ans plus tard dans le premier volume d’Econometrica‒ l’ingénieur Philippe Le Corbeiller développe certains aspects de la théorie des oscillations du physicien hollandais Balthasar Van der Pol. Comme préambule à son texte, Le Corbeiller évoque « la Théorie des Oscillations, dont les théorèmes seraient en principe indépendants des applications mécaniques, thermodynamiques, électriques, chimiques, physiologiques, biologiques, ou économiques, qu’ils pourraient avoir, mais seraient illustrés par des exemples pris dans tous ces domaines » (1933, p. 328). Et, ajoute-t-il, « En économie politique, l’idée de représenter des phénomènes par des modèles mécaniques n’est pas nouvelle ; on voit que l’on pourrait tout aussi bien, peut-être mieux, les représenter par des modèles électriques, voire chimiques ou biologiques. Ce ne seraient là que des traductions, en langages divers, des équations régissant un même groupe de phénomènes » (1933, p. 328). Dévoilé en 1933, le modèle « Impulsion-propagation » (ou « cheval à bascule ») élaboré par Ragnar Frisch (institutionnellement proche de Le Corbeiller au début des années 1930, voir Jovanovic & Le Gall, 2019) reposera précisément sur ce type d’analogie.

12 Friedman se livre « à une défense agressive d’un modèle économique néoclassique qu’il identifie essentiellement à l’analyse de la concurrence pure et parfaite » (Ménard, 2005, p. 164).

13 Ce point de vue est très largement partagé par Israel (1996 et 2000). Ajoutons que selon Paul Samuelson, évoquant la perspective friedmanienne : « il s’agit d’une perversion monstrueuse de la science de proclamer qu’une théorie est d’autant meilleure qu’elle a d’imperfections » (Blaug, 1994, p. 97).

14 Voir sur ce point Morgan (1993).

15 Précisons, toutefois, que pour des économistes comme Pascal Salin, les interventions publiques seraient à l’origine de cette crise financière : « Certes, on peut reprocher aux établissements financiers de n'avoir pas été plus prudents. Cela résulte des structures institutionnelles de notre époque que nous avons rappelées. Mais cela reflète aussi le fait que l'information ne peut jamais être parfaite : un système capitaliste n'est pas parfaitement stable, mais il est plus stable qu'un système centralisé et étatique. C'est pourquoi, au lieu de stigmatiser une prétendue instabilité du capitalisme financier, on devrait stigmatiser l'extraordinaire imperfection de la politique monétaire. On peut regretter que les managers des grandes banques n'aient pas été plus lucides et n'aient pas mieux évalué les risques qu'ils prenaient dans un monde où la politique monétaire est fondamentalement déstabilisatrice. Mais c'est précisément et surtout ce caractère déstabilisant de la politique monétaire que l'on doit déplorer. Arrêtons donc les procès faits à tort au capitalisme et recherchons au contraire le moyen de libérer les marchés financiers de l'emprise étatique » (Salin, 2008).

16 Les conséquences environnementales de l’agriculture intensive sont abordées dans le chapitre 1 de L’économie du réel.

17 « Après 1756, les références à Dieu dans la construction morale de l’individu et dans la qualification morale accordée à la connaissance, sont essentielles pour saisir la façon dont Quesnay rattache le comportement individuel à l’existence d’un ordre complexe » (Steiner, 1998, p. 44).

18 Sur le plan sociologique comme nous l’avons déjà évoqué, mais également sur le plan de la formation des étudiants. Sur ce dernier point, voir également Jallais (2018), qui explique de quelle manière des « récits de mondes impossibles » se trouvent au cœur des enseignements de microéconomie.

19 Ce que montre également Boyer (2006) dans le cadre de son analyse du modèle danois.

20 Voir notamment Orléan (1999).

21 Dans L’économie du réel, Jean Tirole, souvent mentionné, est présenté comme un économiste symbolisant l’« économie néoclassique » (voir par exemple Cayla, 2018, p. 76). Notons toutefois que Tirole déclarait récemment, dans un article du Monde (7-8 octobre 2018) intitulé « L’Homo Economicus a vécu » : « L’abstraction de l’Homo economicus s’est avérée très utile, mais elle ne fait pourtant pas longtemps illusion lorsqu’elle est soumise à l’épreuve de certains faits. Nous ne nous comportons pas toujours aussi rationnellement que le suppose la théorie, et avons des objectifs complexes, qui diffèrent entre individus […]. Cette remise en cause de l’Homo economicus a peu à peu poussé l’économie à se rapprocher des autres sciences sociales, afin de mieux comprendre les comportements humains et ainsi améliorer ses connaissances, ses modèles et ses théories ».

22 L’ouverture actuelle des bio-marchés souligne par exemple la nécessité d’une telle substitution. Voir Lafontaine (2014, 2015), qui voit notamment la bioéconomie comme une « économie de la promesse », et Steiner (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Le Gall, « Du mécanisme marchand à la rébellion du réel », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15233

Haut de page

Auteur

Philippe Le Gall

Professeur d’Économie, GRANEM, Faculté Droit-Économie-Gestion, université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page