Navigation – Plan du site
Editorial

Quel genre d’économie voulons-nous ?

Le comité de rédaction

Texte intégral

1L’importance particulière de ce numéro tient à l’effort qu’il a entrepris d’explorer un domaine « invisible » pour les sciences économiques : le rôle du genre dans l’organisation économique des entreprises et dans l’organisation de la discipline. C’est un paradoxe. Sur les questions de genre, il existe en effet une littérature scientifique continue depuis les débuts de l’économie politique, pourtant son développement reste limité. Est-ce à dire que ces questions sont marginales en économie ? Ou au contraire qu’elles dérangent, dans le champ académique comme dans le champ économique ? La productivité n’a pas de sexe, pas plus que l’avantage comparatif, diront sans doute certains. Mais certaines le contestent, et pas seulement des femmes. Par exemple, une enquête récente (Evans, 2018) sur les rapports de genre dans l’histoire du secteur informatique, montre que les femmes y ont toujours joué un rôle important en innovation et en production depuis le milieu du xixe siècle (écriture du premier programme, essor de l’informatique après la Seconde Guerre mondiale, du cyber-militantisme et des communautés en ligne dans les années 1990), mais que, « quand ces tâches sont devenues importantes, qu’elles ont eu de la valeur, qu’il y avait de l’argent à faire », les hommes ont investi le secteur et y ont supplanté les femmes. Autrement dit, comme le défend depuis longtemps Fraser (1996), l’économie n’est pas seulement affaire de rétribution mais aussi de reconnaissance sociale. Nouvelle illustration qu’il n’est pas d’économie « pure ».

2Le dossier proposé ici n’offre cependant pas de réponse définitive ni exhaustive à ces questions. Mais, à partir des propositions qui ont été retenues à la suite de notre appel à contributions, il présente une stimulante diversité d’axes de recherche. L’introduction de Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre met en perspective les enjeux pour la recherche, qui sont aussi des enjeux pour la conduite des entreprises et des politiques économiques. Les contributions proposent des entrées sectorielles (agriculture, finance et politique monétaire : Jean-Louis Escudier ; Gunther Capelle-Blancard, Jezabel Couppey-Soubeyran et Antoine Rebérioux ; Guillaume Vallet), nationales (Viet Nam : Thi Anh-Dao Tran), documentent les effets différenciés de la crise financière (Carole Brunet et Esther Jeffers), de l’implémentation d’une stratégie de développement durable en entreprise (Irène Berthonnet et Clémence Clos) ou de la construction des temps de travail dans l’entreprise (Anne Bustreel et Martine Pernod-Lemattre) pour mieux comprendre les différentes formes institutionnalisées du rapport salarial.

  • 1 « Le sens substantif de l’économie provient de ce que l’homme est dépendant de la nature et des aut (...)

3Deux entretiens permettent également de contextualiser ces recherches. Sylvie Morel, professeur en économie à l’université Laval (Québec), défend l’idée qu’« introduire l’économie féministe commence souvent par la mise en évidence des difficultés à la délimiter », et nous invite à réfléchir sur la posture de l’économiste académique, à la suite de Diana Strassmann pour qui « l’aspect peut-être le plus révolutionnaire de l’économie féministe contemporaine réside dans sa contestation de l’objectif de la recherche économique : à qui la pensée économique doit-elle rendre des comptes et comment peut-elle améliorer la vie humaine ? ». Pour des économistes institutionnalistes qui récusent une définition purement substantive ou ontologiquement individualiste de l’objet de leur science, et qui s’efforcent au contraire de la sociologiser1, c’est une incitation supplémentaire pour organiser des programmes de recherche socialement fondés (Fiorini, 2016) sans abandonner l’exigence de réflexivité et d’objectivation du réel qui fait le travail scientifique.

  • 2 C’est-à-dire soumis au processus d’évaluation en double aveugle par deux rapporteurs extérieurs au (...)

4Comme d’habitude, ce numéro présente aussi la rubrique « Varia » qui accueille des articles scientifiques2 n’entrant pas dans un dossier thématique. Ce mois-ci, Lena Lavinas, Eliane Araujo et Miguel Bruno analysent les effets de la financiarisation de l’économie du Brésil.

5Dans les autres sections de ce numéro, le lecteur trouvera aussi matière à réflexion :

6• un article « opinion-débat » de Thierry Pairault, qui analyse la construction progressive d’une forme de « modèle chinois », contrepoint du modèle de gouvernance économique occidental, à travers l’analyse de la trajectoire intellectuelle et institutionnelle de Lin Yinfu, économiste-en-chef de la Banque mondiale ;

7• un entretien sur le parcours intellectuel d’un des fondateurs et animateurs du courant régulationniste, Robert Boyer, dont les travaux sur les crises et les modes nationaux de régulation du capitalisme ont marqué l’analyse macroéconomique depuis la fin des années 1970 ;

8• un double entretien sur les marges de manœuvre et contraintes d’un volontarisme de rupture en politique, croisant d’une part le regard du décideur gouvernemental (Rafael Correa Delgado, président de la República del Ecuador de 2007 à 2017) et celui du chercheur (Matthieu Le Quang).

9Ce numéro est complété par les notes de lecture et les présentations de thèse qui font aussi l’actualité d’une recherche ouverte et innovante !

10Nous n’aurions pu boucler ce numéro sans rendre hommage à notre ami et collègue Olivier Weinstein, qui nous a quittés début juin. Nous avons une pensée particulière d’abord pour ses proches bien entendu. Nous voudrions aussi témoigner de l’importance du compagnonnage intellectuel avec Olivier. Professeur émérite en économie à l’université Paris 13, membre du Centre d’économie Paris-Nord (CEPN), il était impliqué depuis longtemps dans le courant institutionnaliste, il était membre de notre Comité de rédaction, et chacun de nous a pu apprécier, lors d'un jury de thèse ou d’HDR, dans les couloirs d’un colloque ou d’un amphi, son érudition, son appétit pour la discussion scientifique en même temps que sa gentillesse et son ouverture d’esprit. Olivier n’était pas un homme de chapelles et faisait circuler les concepts entre courants ; malgré un environnement académique souvent féroce, il avait su garder sa modestie et son œil malicieux et curieux. Il avait enfin le très grand mérite de s’efforcer toujours d’être pertinent en même temps que pédagogue. Certains de ses articles ou livres, en théorie institutionnaliste de l’entreprise notamment, ont été et resteront de précieux points d’appui pour le doctorant comme pour le chercheur confirmé. C’est donc une bien grande perte humaine et scientifique que nous déplorons aujourd’hui. Nous reviendrons plus longuement, dans un prochain numéro, sur ses apports.

11Enfin, pour terminer sur une note plus heureuse… Nous nous sommes toujours refusés à évaluer une revue ou un article sur la seule base d’un indicateur bibliométrique. Mais c’est une information qui a son utilité, rapportée aux limites de son mode de calcul et resituée parmi d’autres modes d’appréciation de la production scientifique3. Dans ces limites, nous ne pouvons que nous réjouir des derniers résultats que Google Scholar Metrics nous fournit4. Le calcul du facteur d’impact h5 (cinq dernières années) montre que la Revue de la régulation est classée en tête des revues économiques francophones sur les cinq dernières années, donc devant les revues classées par le CNRS dans les catégories 2 et 3 (il n’y a pas de revue francophone classée no 1), et no 12 toutes disciplines confondues.

Haut de page

Bibliographie

Billaudot B.(1996), L’ordre économique de la société moderne, Paris, L’Harmattan.

Evans Claire L. (2018), Broad Band, The Untold story of the women who made the Internet, New York, Penguin.

Fiorini C. (2016), « La recherche participative comme mode original de production de savoirs répondant aux besoins socio-environnementaux des citoyens », Sciences Citoyennes, https://sciencescitoyennes.org/rptextescontenusreference-2/#more-85727.

Fraser N. (1996), Social Justice in the Age of Identity Politics: Redistribution, Recognition, and Participation, Stanford (CA), Stanford University (Tanner Lectures on Human Values).

Polanyi K. (1977), The Livelihood of Man, New York, Academic Press ; trad. « La fallace de l’économisme », Bulletin du Mauss, no 18, juin 1986, p. 11-26.

Haut de page

Notes

1 « Le sens substantif de l’économie provient de ce que l’homme est dépendant de la nature et des autres hommes pour son existence matérielle. Il subsiste en vertu d’une interaction institutionnalisée entre lui-même et son environnement naturel. Ce procès est l’économie : elle lui offre les moyens de satisfaire ses besoins. » (Polanyi, 1977) ; L’économie est « la mise en rapport des hommes entre eux à propos de la production, de la circulation et de l’utilisation des objets ordinaires tirés de la nature par leur travail. » (Billaudot, 1996).

2 C’est-à-dire soumis au processus d’évaluation en double aveugle par deux rapporteurs extérieurs au comité de rédaction, puis d’une discussion au sein du comité.

3 Outre la littérature scientifique sur la bibliométrie, on lira avec intérêt le récent témoignage de nos collègues de la revue Développement Durable & Territoires : Petit, Melin & Chavy (2019). https://journals.openedition.org/developpementdurable/13811

4 Plus de détails sur notre site Recherche & Régulation. https://theorie-regulation.org/2019/05/25/revue-de-la-regulation-n1-des-revues-scientifiques-francophones-en-economie/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le comité de rédaction, « Quel genre d’économie voulons-nous ? », Revue de la régulation [En ligne], 25 | 1er semestre/spring 2019, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15240

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page