Navigation – Plan du site
Varia

Le multiplicateur budgétaire endogène au cycle dans un modèle macroéconomique post-keynésien

The state-dependent fiscal Multiplier in a Post-Keynesian Macroeconomic Model
Sébastien Charles

Résumés

Cet article propose une synthèse du concept de multiplicateur budgétaire variable et avance de nouvelles pistes d'analyse de celui-ci. Récemment, de nombreuses études ont montré que le multiplicateur était endogène à l’activité, augmentant en période de récession et diminuant en période d'expansion. Dans ce qui suit, nous démontrons que cette variabilité peut être expliquée, en partie, par des propensions à épargner et à importer qui fluctuent au cours du cycle. Ainsi, nous intégrons des propensions endogènes au taux d’utilisation des capacités productives dans un modèle post-keynésien. Nous effectuons également quelques simulations montrant que le multiplicateur augmente en récession, ce qui ne plaide pas pour une politique d’austérité en temps de crise.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les deux rapporteurs anonymes pour leurs commentaires éclairés. Néanmoins, il reste seul responsable des éventuelles erreurs restantes.

Introduction

1Le multiplicateur keynésien est sans aucun doute l’un des concepts ayant suscité les plus grandes polémiques parmi les économistes. À partir d’un mécanisme, mis au jour par Kahn (1931) entre les variations de l’emploi et celles de l’investissement, Keynes (1936) propose un multiplicateur élargi faisant correspondre les variations du revenu avec celles de l’investissement, puis de la dépense publique, et pouvant être étendu à l’ensemble des dépenses indépendantes du revenu courant. Ainsi, en période de récession, l’impact de la politique budgétaire sur l’activité est d’autant plus fort que le multiplicateur est élevé. Cette relation s’est répandue si rapidement et si profondément au sein de la communauté des économistes, qu’il n’est pas, encore aujourd’hui, un manuel standard de macroéconomie qui ne l’aborde en détail.

2Une première vague de remise en cause apparaît promptement, indiquant que l’effet positif de la dépense publique ne joue qu’à court terme, parce qu’il subsiste des rigidités salariales, et pourvu que l’effet d’éviction soit faible. La deuxième vague s’amorce dès les années 1970 par le biais des nouveaux classiques. Elle associe la méthode de l’agent représentatif, les anticipations rationnelles et le théorème de l’équivalence ricardienne. Dans ce cadre, l’impact de la politique budgétaire est faible ou nul (comme la valeur du multiplicateur) car les agents savent parfaitement qu’une hausse de la dépense publique signifie des hausses d’impôts futures. Ces derniers décident donc d’accroître leur épargne et, pour cela, de limiter leur consommation, produisant ainsi un effet dépressif sur l’activité et annulant la hausse des dépenses gouvernementales. La dernière vague, la plus radicale, commence au début des années 1990 et entend prouver qu’une baisse des dépenses publiques peut même entraîner des effets positifs. Ce concept s’est vu attribuer le doux sobriquet d’« austérité expansionniste » par ses partisans (voir Giavazzi & Pagano, 1990) qui entendent démontrer que le multiplicateur serait négatif, rendant néfaste toute tentative de redressement économique par un stimulus budgétaire. En définitive, ces analyses théoriques et économétriques ont grandement contribué à affadir, auprès des décideurs politiques, l’idée d’un effet stabilisateur du budget défendue par les économistes keynésiens.

  • 1 Voir les travaux de Herndon, Ash et Pollin (2014).

3La grande récession de 2008/2009 n’offrit qu’un répit de courte durée aux idées de Keynes, lorsque les différents gouvernements entreprirent des interventions massives afin d’éviter un effondrement économique complet. En effet, dès 2010, les velléités des partisans de l’austérité s’imposèrent, ces derniers réclamant la fin du laxisme budgétaire, au prétexte que des ratios de dette publique élevés auraient un effet négatif sur le niveau des taux de croissance. Ces affirmations se basèrent explicitement sur les travaux de Reinhart et Rogoff (2010), dont il fut montré dès 2013 que les conclusions ne provenaient que d’erreurs dans le traitement des statistiques1. Entre-temps, des politiques d’austérité furent décidées en Europe, se traduisant par une réduction de la croissance en 2011 et faisant replonger la zone en récession en 2012 et 2013. Au départ, ces politiques s’appuyèrent sur la prétendue faiblesse des multiplicateurs budgétaires, l’austérité devant s’avérer relativement indolore pour l’activité économique. Après l'apparition d'effets récessifs et l’écroulement de certaines économies européennes, le FMI se livra à une sorte de mea culpa (World Economic Outlook, 2012, p. 43). Puis, le chef économiste de l’institution reconnut officiellement la large sous-estimation (voir Blanchard & Leigh, 2013) des multiplicateurs ayant favorisé, concomitamment à l’étude de Reinhart et Rogoff (2010), l’adoption des politiques d’austérité.

  • 2 Publié en tant que Auerbach et Gorodnichenko (2012a).

4Pourtant, la littérature existante ne manque pas de preuve empirique sur le fait que la taille des multiplicateurs est particulièrement sensible au contexte, à savoir la position de l’économie dans le cycle économique (ou au possible accompagnement monétaire des banques centrales). En effet, au sein même du FMI, Freedman et al. (2009) évaluent le multiplicateur budgétaire mondial avec une politique monétaire accommodante à 3.9. Plus remarquable encore, dès 2010 Auerbach et Gorodnichenko, dans un influent working paper du NBER, indiquent que les multiplicateurs sont très élevés en récession2. Dès lors, une longue série d’études économétriques confirme cette découverte (voir, entre autres, Gordon & Krenn, 2010 ; Creel, Heyer & Plane, 2011 ; Auerbach & Gorodnichenko, 2012b, 2013 ; Fazzari, Morley & Panovska, 2015 ; Stockhammer & Qazizada, 2015), ce qui ne plaide pas pour l’austérité lorsque des économies sortent péniblement d’une récession, voire y sont toujours engluées.

5Rétrospectivement, cette sous-estimation des multiplicateurs en période difficile est d’autant plus fâcheuse que la possibilité avait déjà été évoquée par Keynes (1936, p. 145) lui-même :

  • 3 Dans la Théorie Générale, la différence de taille du multiplicateur s’explique par la borne supérie (...)

[…] l’emploi d’un certain nombre d’hommes à des travaux publics produit sur l’emploi global un effet beaucoup plus considérable au moment où il existe un chômage sévère que plus tard lorsque le plein-emploi est près d’être atteint3.

Enfin, en dehors du cadre de la macroéconomie standard visant à corriger des hypothèses relatives au comportement des agents en période de crise (Eggertsson & Krugman, 2012), les économistes éprouvent des difficultés à expliquer cette variabilité des multiplicateurs au cours du cycle, ce point étant admis, sans ambages, par Riera-Crichton, Vegh et Vuletin (2015).

6L’objectif de cet article est d'apporter de nouvelles réponses aux questionnements précédents, dans le cadre d’un modèle macroéconomique kaleckien simplifié issu de Charles, Dallery et Marie (2015). Il présente notamment un complément d’explication théorique à la contra-cyclicité du multiplicateur ainsi qu’un dépassement des travaux précédents. Par ailleurs, il s’agit également d’indiquer pourquoi le multiplicateur est endogène au cycle sans en passer par les explications usuelles, relatives (i) à la trappe à liquidité ou (ii) aux agents ne basant plus leur consommation sur le revenu anticipé mais plutôt sur le revenu courant durant les phases de récession. Aussi, nous soutenons que l’évolution de la valeur du multiplicateur dépend de manière non négligeable de celle des propensions à épargner et à importer. Loin d’être constantes, comme cela est communément admis pour des raisons de simplicité, celles-ci peuvent être soumises à de brusques changements selon l’ampleur de la crise.

7Pour ce faire, nous présentons d'abord un modèle macroéconomique post-keynésien simplifié avec des multiplicateurs budgétaires exogènes. Puis nous expliquons, sur la base de données empiriques, que la propension à épargner des capitalistes et celle à importer ne peuvent être considérées comme constantes au cours du cycle. Nous montrons ainsi qu’en relaxant l’hypothèse d’exogénéité des propensions, les multiplicateurs deviennent endogènes au cycle économique. Enfin, nous dressons quelques conclusions, notamment en matière de politique économique.

1. Le multiplicateur budgétaire dans un cadre conventionnel

  • 4 Le lecteur intéressé par le modèle kaleckien pourra se reporter aux analyses canoniques de Rowthorn (...)

8Dans cette partie, nous présentons un modèle post-keynésien, de type kaleckien, à court terme simplifié et issu des travaux de Charles, Dallery et Marie (2015). Dans cette optique, nous omettons les impôts et proposons une fonction d’investissement dépendant uniquement du taux d’utilisation des capacités productives. Ensuite, nous calculons le multiplicateur tel qu’il est obtenu dans les manuels standards d’économie4. Il apparaîtra clairement que la valeur de ce multiplicateur est indépendante du niveau d’activité ou des anticipations des entreprises tels qu’exprimés, par exemple, via le paramètre des esprits animaux présent dans la fonction d’investissement. Une politique de relance a donc toujours le même impact peu importe la position de l’économie dans le cycle. En outre, cette dernière n’affecte pas le niveau des propensions à importer et à épargner du modèle de manière endogène. Selon nous, ces oublis ne plaident pas en faveur d’un multiplicateur qui serait contra-cyclique et, en définitive, plus réaliste. Ainsi, nous procéderons à des amendements dans la partie suivante.

9Nous supposons une économie ouverte ultra-simplifiée dans laquelle la demande globale n’est pas suffisante pour assurer la pleine utilisation des facteurs de production. La répartition se note :

Image 10000000000002CB0000002CCEEE72E59C9342DE.jpg

Y représente le revenu national, w le taux de salaire nominal, L la quantité de travail utilisée et Π le montant des profits. Les firmes fixent les prix, p, en appliquant un taux de marge au coût moyen (représenté ici par le coût du travail) :

Image 10000000000002A5000000334603A9FA95767663.jpg

z et l sont, respectivement, le taux de marge et le ratio travail/produit. Dans l’expression ci-dessus, le montant des profits est donc égal à Π = zwL. Quelques agencements de (1) et (2) nous fournissent la part des profits dans le produit, soit :

Image 10000000000002BB000000514F2889DDC003F480.jpg

Part qui est nécessairement comprise entre zéro et l’unité. Enfin, le taux de profit global rapporte le flux des profits au stock de capital, K, nécessaire à leurs réalisations, soit r = Π/pK, ce qui peut se réécrire de la sorte :

Image 10000000000002B70000004DE6446F13618F482B.jpg

Ici, u = Y/K est une variable approximant le taux d’utilisation des capacités productives des firmes traditionnellement utilisée dans la littérature post-keynésienne (voir, entre autres, Dutt, 2012 et Isaac & Kim, 2013).

La condition d’équilibre sur le marché des biens s’écrit :

Image 1000000000000213000000298C00796F05BCCCF1.jpg

avec C la consommation des ménages, I l’investissement des entreprises, G la dépense publique, X les exportations et IM les importations.

Les changements usuels, considérant le montant de l’épargne réelle S = Y – C, donnent une condition équivalente à l’expression (5) : S = I + G + X – IM. Par convenance, nous normalisons les prix à p = 1 car, à court terme, ceux-ci sont exogènes, seules les quantités évoluant. En divisant l’expression ci-dessus par le stock de capital, nous obtenons :

Image 10000000000002170000002E56219605367E7C2E.jpg

Où :

Image 100000000000022B000000297C336B29ED712BFC.jpg

Désormais, nous sommes en mesure de présenter les fonctions de comportement relatives à l’épargne, à la consommation, à l’investissement et aux importations.

  • 5 Par hypothèse, dans le modèle, il n’existe que deux classes sociales, donc : C =Cw + Cc.

10Le modèle kaleckien de base divise les agents en deux classes sociales. Les travailleurs consomment la totalité de leurs revenus salariaux, soit Cw = wL, et les capitalistes qui possèdent les firmes perçoivent des revenus du capital et ne consomment qu’une fraction de ces derniers, soit Cc = Cc Π avec 0 < Cc < 1 la propension à consommer des capitalistes5. Ici, il ne s’agit pas de nier une possibilité d’épargne à l’individu identifié en tant que salarié, mais simplement de supposer que la désépargne des uns annule l’épargne des autres. De la sorte, les travailleurs, compris uniquement en tant que classe sociale, ne disposent d’aucune épargne. Cette simplification revient également à dire que l’épargne des capitalistes est toujours supérieure à celle des travailleurs. Par conséquent, la fonction d’épargne globale se note en utilisant les notations issues de l'équation quatre :

Image 100000000000021600000034AC8B3BD498F2CACF.jpg

Avec s= 1 – cc.

11En ce qui concerne les décisions d’investissement des entreprises, nous adoptons la fonction suivante dans un souci de simplicité :

Image 100000000000021400000027288AD9253B831A08.jpg

L’expression (8) indique que l’accumulation du capital dépend d’un paramètre g0 appelé esprits animaux et qui représente l’état de la confiance ou les anticipations de croissance des ventes. En situation normale, g0 est considéré comme positif. Toutefois, en période de récession, ce dernier peut parfaitement devenir négatif car les plans d’investissement s’effondrent lorsque les entrepreneurs n’anticipent aucune amélioration de l’activité à brève échéance, ce qui résume bien le cas d’une perte de confiance en l’avenir. Ensuite, l’investissement dépend du taux d’utilisation des capacités productives, censé représenter le dynamisme de l’économie, par le biais du paramètre gu > 0. En effet, si le taux d’utilisation courant est faible, les entreprises disposent de capacités de production en excès et n’ont aucune incitation à investir. Ici, (8) suit un effet d’accélérateur traditionnel.

Finalement, les importations dépendent, de manière standard, du niveau du taux d’utilisation des capacités de production, soit :

Image 10000000000002180000003648FF36FA6CC0FB89.jpg

Avec 0 < mu < 1 la propension à importer des biens. En substance, à mesure que l’activité et les revenus augmentent, le besoin d’importer des biens étrangers s’accroît également.

12En substituant les équations (7), (8) et (9) dans (6) et en résolvant pour le taux d’utilisation des capacités, nous obtenons la valeur d’équilibre suivante :

Image 100000000000021500000040C679C591B3AF5A81.jpg

Dès lors, à l’aide de (4), nous en déduisons la valeur du taux de profit :

Image 10000000000002170000004570D2013D8C427108.jpg

ainsi que le taux de croissance du stock de capital en remplaçant (10) dans l’expression (7) :

Image 10000000000002190000003BC8908D9DC6CFF5C4.jpg

13Afin que les résultats obtenus aient une signification économique, à savoir u*, r* et g* positifs, les numérateurs doivent être du même signe que les dénominateurs. Ceci est toujours le cas pour des valeurs plausibles du paramètre de la fonction d’investissement et compte tenu des restrictions logiques portant sur la répartition des revenus, ainsi que sur les propensions à épargner et à importer. À titre d’exemple, les études économétriques sur les fonctions d’investissement post-keynésiennes tendent à montrer que la valeur de gu se situe dans un intervalle compris entre 0,14 et 0,35 selon les pays et les périodes considérés (voir entre autres Alexiou, 2010 ; Hein & Schoder, 2011).

14Par ailleurs, l’analyse de la stabilité dynamique indique que ce modèle de court terme est stable. Le mécanisme d’ajustement usuel par les quantités indique que le produit varie en fonction de l’excès de demande subsistant sur le marché des biens, soit :

Image 100000000000021E0000002DD6E54CD510F3E225.jpg

ů est la variation du taux d'utilisation dans le temps et Ψ > 0 un paramètre résumant la vitesse de résorption aux déséquilibres. Quelques substitutions donnent l’équation suivante :

Image 1000000000000212000000285E0D55FF4F47B831.jpg

La condition de stabilité, (du/dt)/u < 0 est donc toujours respectée à condition que le dénominateur de (10) soit positif.

15Désormais, il convient de calculer le multiplicateur budgétaire de cette petite économie ouverte. Nous retrouvons les résultats standards des manuels de macroéconomie indiquant l’effet positif de la dépense publique sur le niveau d’activité :

Image 10000000000002150000003F311BBBA56C19B946.jpg

16Il apparaît sans ambiguïté que le multiplicateur demeure totalement indépendant du niveau d’activité économique et à l’état de la confiance, se manifestant via la valeur du paramètre g0. De surcroît, les propensions à épargner et à importer sont exogènes alors même que la littérature empirique montre qu’elles sont sujettes à des variations considérables en phase de récession. En fait, peu importe la position de l’économie dans le cycle, le multiplicateur reste fondamentalement exogène. Selon nous, cela constitue une lourde limitation dès lors qu’il s’agit d’examiner les effets macroéconomiques d’une politique budgétaire. En effet, supposons, en récession, que certains éléments constitutifs du multiplicateur évoluent de telle sorte qu’ils accroissent sa valeur. Prôner une politique d’austérité en méconnaissant cet état de fait consisterait donc à juxtaposer une récession supplémentaire voulue, car largement sous-estimée, à la récession déjà subie. Le problème avec cette minimisation du multiplicateur vient du fait qu’elle engendre un impact récessif réel qui dépasse très largement l’impact initialement escompté. C’est ce qui se produisit lorsque le FMI, dans le World Economic Outlook (2012, p. 41-43), mentionna que les effets des consolidations fiscales étaient supposément contenus avec un multiplicateur évalué autour de 0,5. Or l’institution s’aperçut, a posteriori, que la valeur des multiplicateurs se situait plutôt entre 0,9 et 1,7 et que chaque politique d’austérité additionnelle détruisait plus fortement que prévu l’activité, ceci expliquant également pourquoi les prévisions de croissance de nombreux pays étaient systématiquement revues à la baisse.

17En définitive, il nous semble impératif d’amender le modèle précédent en intégrant des propensions variables, évoluant concomitamment à l’activité économique telle qu’illustrée par le taux d’utilisation des capacités de production, afin d’obtenir un multiplicateur endogène et de confirmer un élément central, bien qu’ancien, du message post-keynésien, à savoir : l’austérité ne se mène pas en récession mais en période de croissance (Fazzari & Minsky, 1984).

2. Le comportement des propensions lors des crises

18Dans cette section, nous allons préciser le comportement de la propension à épargner des capitalistes, Sc, ainsi que celui de la propension à importer, mu, au cours du cycle économique. Nous verrons que les intuitions partiellement avancées dans les paragraphes précédents sont confortées par les données et études empiriques sur le sujet.

19Notre première proposition consiste à montrer que la propension à épargner des capitalistes peut diminuer durant les récessions. Dans une période de crise économique, nous savons que l’activité et les revenus s’effondrent. Les capitalistes vont donc modifier leurs comportements d’épargne afin de maintenir un niveau régulier de consommation. Évidemment, ce type d’ajustement n’est envisageable que parce que ceux-là disposent de patrimoines considérables accumulés sous forme d’actifs financiers ou physiques (actions, obligations corporate et souveraines, biens immobiliers). Récemment, Saez et Zucman (2016, p. 564) ont indiqué l'existence d'une relation positive entre le niveau de richesse et la propension à épargner. Ceci implique que les plus gros patrimoines ont des propensions à épargner très élevées et, par extension, disposent de marges de manœuvre relativement importantes.

  • 6 Dans ce modèle, nous faisons implicitement l’hypothèse que les profits des entreprises sont intégra (...)

20Ainsi, en récession, les capitalistes abaissent fortement leur épargne afin de conserver leurs dépenses de consommation intactes et reconstituent cette épargne durant les périodes de croissance forte, grâce à la hausse des profits perçus. D’ailleurs, Cynamon et Fazzari (2016) confirment cette tendance des ménages les plus aisés lorsqu’ils analysent la hausse des inégalités aux États-Unis depuis le début des années 1980. La propension à consommer des 5 % de ménages les plus riches s’accroît substantiellement durant les phases de récession et stagnation. La Figure 1 infra met clairement en exergue ce phénomène de lissage de la consommation durant les périodes 1991-1994, 1999-2001 et 2007-2010. À titre illustratif, on constate que la propension à consommer du top-5 % s’élève de 77 % à 92 % lors de la dernière récession, ce qui correspond bien à un effondrement de la propension à épargner6.

Figure 1. Propension à consommer du top-5 % et du reste

Image 100000000000037E00000228FCB7DEA45E9D06B9.png

Source : Cynamon & Fazzari (2016)

Visualiser dans un format plus grand

  • 7 Un autre élément, plus trivial, expliquant cette approximation provient du quasi-néant en matière d (...)

21À ce stade, deux points méritent d’être soulignés. D’abord, la propension à épargner des plus riches est la seule à compter dans notre modèle. Une justification empirique à cette hypothèse se trouve dans Wunder (2012) qui précise qu’en réalité, leur propension à épargner détermine la propension à épargner globale du fait de la hausse croissante des inégalités. Ainsi, le poids des hauts revenus pèse de plus en plus sur l’évolution de la demande globale en comparaison des bas revenus. Enfin, nonobstant le fait que les 5 % des ménages les plus riches ne sont qu’un substitut imparfait pour représenter les capitalistes, il nous semble que, dans le cadre d’une première approximation, cette mesure peut demeurer acceptable. En effet, nous avons parfaitement conscience que tous les individus du top-5 % ne sont pas rentiers, toutefois tous les rentiers font très probablement partie de la catégorie des hauts et très hauts revenus dont la propension à épargner chute durant les phases de crise économique7.

22Notre deuxième proposition insiste sur le déclin de la propension à importer au cours des récessions. Concernant la grande récession de 2008-2009, un premier constat porte sur l’effondrement violent, rapide et quasi parfaitement synchronisé du commerce international (Bems, Johnson & Yi, 2013). Afin d’illustrer notre propos, il peut être utile de comparer, dans le tableau 1, les taux de croissance du PIB et des importations de biens et services en volumes sur l’intervalle 2007-2009. Ici, la surréaction au niveau des importations est patente.

Tableau 1. Taux de croissance du PIB et des importations (%)

Image 10000000000003E400000124ACB22404283934FA.jpg

Source : FMI, World Economic Outlook, octobre 2017

Visualiser dans un format plus grand

23La conclusion, eu égard au comportement de la propension à importer, apparaît clairement. Si la chute des importations est largement supérieure à celle du PIB, alors cette propension doit baisser également. Le Tableau 2, qui collige le taux de variation maximal des propensions à épargner sur l’intervalle 2007-2012, confirme bien cette assertion pour deux groupes de pays avancés (zone euro et hors zone euro). De manière assez surprenante, très peu de travaux en ont tiré des conséquences en ce qui concerne la valeur du multiplicateur budgétaire. Parmi les rares travaux ayant tiré les conséquences d'une telle assertion sur la valeur du multiplicateur budgétaire, citons celui de Charles, Dallery et Marie (2018) qui a mis en relation la chute systématique de la propension à importer en récession et le multiplicateur keynésien, et ce sur un large échantillon de pays. Les auteurs, en se basant sur un effet accélérateur et une fonction d’importation désagrégée issue de Palley (2009), montrent que la chute de la propension à importer globale est à imputer, en partie, à l’effondrement des biens d’investissements importés.

Tableau 2. Propension à importer (taux de variation maximal, %)

Image 10000000000003140000016EFB174B1D0ABA29B6.jpg

Source : Ameco, base de données de la Commission européenne, calcul de l’auteur

Visualiser dans un format plus grand

24Un ultime élément nécessite quelques précisions. Dans notre modèle de court terme, nous ignorons volontairement les effets prix, à savoir que l’effondrement des importations est susceptible de trouver sa cause dans une chute des prix plutôt que des quantités. Dans cette optique, les travaux de Levchenko, Lewis et Tesar (2010, p. 225) indiquent qu’aux États-Unis, lors de la crise de 2008-2009, les ajustements par les quantités réelles expliquent plus de 60 % de la baisse des importations en valeur nominale, et qu’en faisant abstraction du pétrole, ce chiffre augmente très fortement. Par exemple, dans trois secteurs clés, représentant 54 % du total des importations, la baisse en valeur est expliquée quasiment à 100 % par l’effondrement des quantités, les prix ne jouant qu’un rôle infime (voir le Tableau 3).

Tableau 3. Flux d’importations aux États-Unis

Image 10000000000002990000012686E2F331CC7BDC55.jpg

Source : Levchenko, Lewis & Tesar (2010), entre le 2e trimestre 2008 et le 2e trimestre 2009

Visualiser dans un format plus grand

3. Le multiplicateur budgétaire endogène

25Dans ce qui suit, nous amendons le modèle post-keynésien standard. Nous incorporons des propensions à épargner et à importer endogènes, autrement dit qui évoluent en fonction du niveau d’activité économique, conformément aux faits stylisés précédents. L’effet est dépourvu d’équivoque quant au multiplicateur, qui devient à son tour endogène, se renforçant en récession et s’atténuant en phase de reprise.

Nous réécrivons les propensions de la sorte :

Image 100000000000021A000000637242235ECF2CE03C.jpg

Nous retrouvons bien les deux propositions formulées supra, à savoir une baisse du taux d’utilisation entraîne une baisse de la propension à épargner des capitalistes et de la propension à importer. Afin de ne pas compliquer inutilement la formalisation, nous supposons les relations linéaires suivantes :

Image 100000000000021B0000004B502E84C7FCAB8999.jpg

Avec scu > 0 et αu > 0 deux paramètres qui mesurent l’intensité de la réaction des propensions à une variation de u. En tenant compte de (15’) et (16’) et en substituant (7), (8) et (9) dans (6), nous obtenons :

Image 100000000000021800000027C07495A613F78205.jpg

La résolution de l’équation (17) donne deux racines :

Image 100000000000021B00000041731442AFB67CFB61.jpg

  • 8 L’un des rapporteurs a souligné la possibilité d’un cas limite à deux racines positives. Bien que p (...)

26Après élimination de la racine négative8, sans signification économique, nous obtenons la valeur d’équilibre de court terme du taux d’utilisation des capacités productives. En remplaçant gd, gs et m par leurs valeurs dans (13) et en tenant compte de (15) et (16), nous trouvons l’expression de l’excès de demande sur le marché des biens avec des propensions endogènes, soit :

Image 100000000000021100000028D79FD96C6EF2D4CC.jpg

La stabilité dynamique est assurée si :

Image 100000000000021A0000002A2297836A2F137805.jpg

c’est-à-dire lorsque :

Image 10000000000002150000002767E67AD92A4D6433.jpg

Compte tenu de (18), cette condition est toujours respectée.

Dès lors, nous sommes en mesure de calculer le multiplicateur budgétaire endogène. Ce dernier prend la valeur suivante :

Image 10000000000002170000005F55675D64CEF7F3AC.jpg

27Notons d’emblée que le multiplicateur endogène introduit un élément fondamental – les esprits animaux via le paramètre g0 – qui détermine l’état de la confiance des entrepreneurs. Or, une récession s’accompagne toujours d’une baisse profonde de cette confiance, ce qui est absent de l’expression (14) au sujet du multiplicateur keynésien traditionnel. Dans une logique similaire, l’expression (19) tient compte, désormais, du canal des exportations. En effet, pour le cas d’une petite économie ouverte, le multiplicateur classique ne contient pas cette partie, pourtant essentielle, de la demande globale. Ceci permet de calculer un multiplicateur de la dépense publique, alors même que la demande externe s’effondre. En définitive, notre méthodologie permet de considérer plusieurs scénarios de récession, à savoir i) une contraction économique interne ; ii) une récession importée via le canal des exportations ; ou encore iii) une récession généralisée (interne et externe).

28Il est également possible de retrouver graphiquement les conséquences de la politique budgétaire avec un multiplicateur endogène. Ainsi, la Figure 2 évalue les effets d’une politique d’austérité – avec g1G> g2G> g3G à différents niveaux d’activité économique (voir la forme de la courbe en annexe). Il apparaît clairement qu’à des niveaux faibles d’activité (u**), une baisse de la dépense publique a un impact récessif plus fort sur le taux d’utilisation des capacités productives qu’à des niveaux plus élevés (u*). Ceci provient du fait que les propensions à épargner et à importer ont diminué, accroissant la valeur du multiplicateur.

Figure 2. Impact de l’austérité à différents niveaux d’utilisation

Image 1000000000000386000001EE7ACD06F1DCF82F99.jpg

Source : auteur

Visualiser dans un format plu grand

29À ce stade, un dernier point mérite d’être abordé en ce qui concerne les effets de la politique budgétaire. Il apparaît que les rendements d’une politique de relance baissent à mesure que gG gagne en importance dans l’économie, sans jamais devenir négatifs pour autant. En effet, le calcul de la dérivée seconde du multiplicateur endogène (19) renvoie à une valeur négative :

Image 100000000000020D0000005357E0064B90555C2B.jpg

30Ainsi, le taux d’utilisation des capacités productives est concave par rapport à gG. Toutefois, ce résultat doit être distingué de certaines études empiriques récentes (Huidrom et al., 2016) qui montrent que la taille des multiplicateurs dépend négativement du ratio dette publique sur PIB. D’abord, gG ne donne aucune indication sur le poids de la dette dans le PIB, un pays pouvant avoir un niveau gG élevé et un rapport dette publique sur PIB relativement bas (et inversement). Ensuite, les explications à l’équation (20) ne sont pas à chercher du côté de l’économie standard, invoquant l’équivalence ricardienne ou un effet d’éviction. Il ne s’agit que de la conséquence des variations des propensions à épargner et à importer. En effet, des niveaux gG successivement plus élevés, compte tenu de la structure du modèle kaleckien, impliquent des hausses du taux d’utilisation plus faibles car contrariées par les hausses des propensions devenues endogènes.

31En guise de conclusion, quelques simulations simples permettent d’obtenir les valeurs du taux d’utilisation et du multiplicateur en fonction de paramètres prédéfinis du modèle, confirmant les résultats obtenus de manière analytique (cf. Tableau 4). Les valeurs de scu et αu sont choisies afin de respecter les deux contraintes logiques : 0 < sc < 1 et 0 < mu < 1. Nos choix permettent, en outre, d’inscrire les valeurs de sc et gu dans les intervalles fournis par Hein et Schoder (2011). Par ailleurs, la part des profits dans le PIB, π, est fixée à 40 % ce qui demeure acceptable. Ici, nous retenons volontairement une hypothèse conservatrice afin de ne pas exagérer la valeur du multiplicateur. Toutefois, une valeur inférieure de la part des profits et plus proche de la réalité des pays de l’OCDE – soit autour de 30 % – ne modifierait en rien le sens des variations du multiplicateur issu de l’équation (19).

Tableau 4. Valeurs des paramètres

Image 10000000000001FF000000A54C4A6692C07EB847.jpg

Source : auteur

Visualiser dans un format plus grand

Tableau 5. Valeurs des multiplicateurs et des taux d’utilisation

Image 10000000000002200000012DA969E769B115A90E.jpg

Source : auteur

Visualiser dans un format plus grand

32Ici, nous supposons plusieurs valeurs des esprits animaux, relatant des niveaux d’activité très différents. Nous constatons dans le Tableau 5 qu’à chaque niveau d’activité plus faible, le multiplicateur budgétaire s’élève sensiblement, de manière consécutive à la baisse des propensions. À ce niveau, il convient d’apporter quelques précisions d’ordre empirique. Puisque l’inverse de u* renvoie au coefficient de capital (K/Y)*, il est possible de s’assurer que la valeur du taux d’utilisation est réaliste en vérifiant celle à laquelle elle aboutit en termes de coefficient de capital d’équilibre. Par conséquent, les valeurs de u* mènent à des valeurs du coefficient de capital comprises entre 3,1 et 3,8. Ainsi, ces dernières demeurent dans l’intervalle [2,3 ; 4] issu des principales économies développées au cours de la période 2007-2017 (voir la base de données macroéconomique Ameco). En adoptant le scénario d’une récession interne dans lequel l’environnement externe ne se dégrade pas, soit Δx/= 0, le multiplicateur keynésien de la dépense publique est égal à l’unité avec un taux d’utilisation élevé. En cas de récession, marquée par un effondrement de l’état de la confiance, le multiplicateur s’accroît à 1,19. Il est également possible d’évaluer un scénario noir, semblable à la crise de 2008-2009, cumulant une chute de l’activité domestique et du commerce international. Ainsi, une baisse des exportations de 15 % et des esprits animaux négatifs engendrent une hausse du multiplicateur à 1,27. La dernière possibilité représente un pur cas d’école, car elle suppose une récession externe qui n’entraînerait aucune modification de l’économie domestique. Les résultats se lisent sur la première ligne du Tableau 5, avec une valeur inchangée de g0 à 0,02, le multiplicateur n’évoluant que très peu, à 1,05 pour une baisse de 15 % des exportations.

Conclusion

33Dans cet article, nous apportons des explications supplémentaires à la variabilité des multiplicateurs budgétaires dans un cadre post-keynésien. D’abord, nous présentons un modèle kaleckien canonique et calculons l’effet des dépenses du gouvernement. Nous rappelons un résultat trivial, à savoir que le multiplicateur keynésien est indépendant du niveau d’activité économique. Ensuite, nous avançons l’idée qu’il est nécessaire d’abandonner l’hypothèse de fixité des propensions à épargner, pourtant abondamment répandue, car elle ne correspond pas aux faits stylisés, et ce, particulièrement en période de récession. Ainsi, nous montrons que les propensions à épargner et à importer connaissent d’importantes variations au cours du cycle, rendant le multiplicateur de la dépense publique endogène à l’activité économique. L’effondrement de ces deux propensions durant les périodes de crise provoque, ici, l’élévation mécanique du multiplicateur. Enfin, nous amendons le modèle de base en incorporant des propensions à épargner et à importer variables et effectuons quelques simulations, montrant la hausse du multiplicateur budgétaire durant les récessions.

34La conséquence, en termes de préconisation de politique économique, semble dès lors évidente. Il n’est pas raisonnable de se lancer dans des politiques de consolidation fiscale aussi longtemps que l’économie se situe dans une période de récession ou de stagnation prolongée. En effet, l’effet n’en sera que plus délétère pour la croissance économique qui, en dehors de solutions plus radicales et peu appréciées des créanciers, à l’instar du défaut de paiement, de la monétisation et de l’inflation, reste la seule solution pour rembourser la dette publique. Entreprendre une politique d’austérité avec un multiplicateur supérieur à un ne devrait pas être considéré comme une option sérieuse car, en définitive, celle-ci tuera littéralement l’activité, retardant d’autant le désendettement tant espéré par ceux qui prônent la rigueur budgétaire.

Haut de page

Bibliographie

Alexiou C. (2010), « A Keynesian-Kaleckian model of investment determination: a panel data investigation », Journal of Post Keynesian Economics, vol. 32, no 3, p. 427-444.

Auerbach A.J. & Y. Gorodnichenko (2012a), « Measuring the output responses to fiscal policy », American Economic Journal: Economic Policy, vol. 4, no 2 p. 1-27.

Auerbach A.J. & Y. Gorodnichenko (2012b), « Fiscal multipliers in recession and expansion », Fiscal policy after the financial crisis, National Bureau of Economic Research.

Auerbach A.J. & Y. Gorodnichenko (2013), « Output spillovers from fiscal policy », American Economic Review, vol. 103, p. 141-146.

Bems R., Johnson C. & K.M. Yi (2013), « The great trade collapse », Annual Review of Economics, vol. 5, p. 375-400.

Blanchard, O.J. & D. Leigh (2013), « Growth forecast errors and fiscal multipliers », American Economic Review, vol. 103, no 3, p. 117-120.

Charles S. (2008), « Corporate debt, variable retention rate and the appearance of financial fragility », Cambridge Journal of Economics, vol. 32, no 5 p. 781-95.

Charles S., Dallery T. & J. Marie (2015), « Why the Keynesian multiplier increases during hard times: a theoretical explanation based on rentiers’ saving behaviour », Metroeconomica, vol. 66, no 3, p. 451-473.

Charles S., Dallery T. & J. Marie (2018), « Why are Keynesian multipliers bigger in hard times? A Palley-Aftalion-Pasinetti analysis », Review of Radical Political Economics, vol. 50, no 4, p. 736-756.

Creel J., Heyer E. & M. Plane (2011), « Petit précis de politique budgétaire par tous les temps. Les multiplicateurs budgétaires au cours du cycle », Revue de l'OFCE, vol. 116, p. 61-88.

Cynamon B.Z. & S. Fazzari (2016), « Inequality, the great recession and slow recovery », Cambridge Journal of Economics, vol. 40, no 2 p. 373-399.

Dutt A.K. (1984), « Stagnation, income distribution and monopoly power », Cambridge Journal of Economics, vol. 8, no 1, p. 25-40.

Dutt A.K. (2012), « Distributional dynamics in Post-Keynesian growth models », Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 34, p. 431-451.

Eggertsson G.B. & P. Krugman (2012), « Debt, deleveraging, and the liquidity trap: a Fisher-Minsky-Koo approach », Quarterly Journal of Economics, vol. 127, no 3, p. 1469-1513.

Fazzari S.M. & H.P. Minsky (1984), « Domestic monetary policy: if not monetarism, what? », Journal of Economic Issues, vol. 18, no 1, p. 101-116.

Fazzari S.M., Morley J. & I. Panovska (2015), « State-dependent effects of fiscal policy », Studies in Nonlinear Dynamics and Econometrics, vol. 19, no 3, p. 285-315.

Freedman C., Kumhof M., Laxton D. & J. Lee (2009), « The case for global fiscal stimulus », IMF Staff Position Note, March.

Giavazzi F. & M. Pagano (1990), « Can severe fiscal contractions be expansionary? Tales of two small European countries », NBER Macroeconomics Annual, vol. 5, p. 75-122.

Gordon R.J. & R. Krenn (2010), « The end of the great depression: VAR insight on the roles of monetary and fiscal policy », NBER Working Paper, no 16380.

Hein E. & C. Schoder (2011), « Interest rates, distribution and capital accumulation - A post-Kaleckian perspective on the US and Germany », International Review of Applied Economics, vol. 25, no 6, p. 693-723.

Herndon T., Ash M. & R. Pollin (2014), « Does high public debt consistently stifle economic growth? A critique of Reinhart and Rogoff », Cambridge Journal of Economics, vol. 38, no 2, p. 257-279.

Huidrom R., Kose A., Lim J.J. & F.L. Ohnsorge (2016), « Do fiscal multipliers depend on fiscal positions? », CEPR Discussion Papers.

Isaac A.G. & Y.K. Kim (2013), « Consumer and corporate debt: a neo-Kaleckian synthesis », Metroeconomica, vol. 64, no 2, p. 244-271.

Kahn R.F. (1931), « The relation of home investment to unemployment », Economic Journal, vol. 41, p. 173-198.

Keynes J.M. (1936), La théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Bibliothèque scientifique Payot, édition de 1996.

Kim Y.K. & A.G. Isaac (2017), « Firms’ retention behavior, debt, and macroeconomic dynamics », Working Papers, University of Massachusetts Boston.

Levchenko A.A., Lewis L.T. & L.L. Tesar (2010), « The collapse of international trade during the 2008–09 crisis: in search of the smoking gun », IMF Economic Review, vol. 58, no 2, p. 214-253.

Palley T.I. (2009), « Imports and the income-expenditure model: implications for fiscal policy and recession fighting », Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 32, p. 311-322.

Reinhart C. & K. Rogoff (2010), « Growth in a time of debt », American Economic Review, vol. 100, no 2, p. 573-578.

Riera-Crichton D., Vegh C.A. & G. Vuletin (2015), « Procyclical and countercyclical fiscal multipliers: evidence from OECD countries », Journal of International Money and Finance, vol. 52, C, p. 15-31.

Rowthorn B. (1981), « Demand, real wages and economic growth », Thames Papers in Political Economy, vol. 81, no 3. Disponible à l’adresse : http://www.gre.ac.uk/__data/assets/pdf_file/0010/1192573/TP_PPE_81_3F.pdf

Saez E. & G. Zucman (2016), « Wealth inequality in the United States since 1913: evidence from capitalized income tax data », The Quarterly Journal of Economics, vol. 131, no 2 p. 519-578.

Stockhammer E. & W. Qazizada (2015), « Government spending multipliers in contraction and expansion », International Review of Applied Economics, vol. 29, no 2, p. 238-258.

World Economic Outlook (2012), Coping with high debt and sluggish growth, International Monetary Fund, October.

Wunder T.A. (2012), « Income distribution and consumption driven growth: how consumption behaviors of the top Two income quintiles help to explain the economy », Journal of Economic Issues, vol. 46, no 1 p. 173-192.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux de Herndon, Ash et Pollin (2014).

2 Publié en tant que Auerbach et Gorodnichenko (2012a).

3 Dans la Théorie Générale, la différence de taille du multiplicateur s’explique par la borne supérieure que constitue le plein-emploi, Keynes n’y étudiant que le cas d’une économie dont le niveau de production est limité par l’insuffisance de la demande globale. Il existe donc une asymétrie du multiplicateur, une politique de relance pouvant se heurter à la proximité du plein-emploi et à la raréfaction de la main-d’œuvre inutilisée alors qu’une politique d’austérité n’est limitée que par un niveau de production correspondant à zéro.

4 Le lecteur intéressé par le modèle kaleckien pourra se reporter aux analyses canoniques de Rowthorn (1981) et Dutt (1984).

5 Par hypothèse, dans le modèle, il n’existe que deux classes sociales, donc : C =Cw + Cc.

6 Dans ce modèle, nous faisons implicitement l’hypothèse que les profits des entreprises sont intégralement distribués aux capitalistes. Celle-ci est levée dans un cadre kaleckien par Charles (2008) ainsi que par Kim et Isaac (2017).

7 Un autre élément, plus trivial, expliquant cette approximation provient du quasi-néant en matière de statistiques économiques relatives à la classe des rentiers, alors même que son existence réelle ne peut être niée. Toutefois, notons que les travaux économétriques de Hein et Schoder (2011) évaluent Sc dans un intervalle allant de 0,6 à 0,76.

8 L’un des rapporteurs a souligné la possibilité d’un cas limite à deux racines positives. Bien que peu réaliste, celui-ci est étudié en annexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Charles, « Le multiplicateur budgétaire endogène au cycle dans un modèle macroéconomique post-keynésien », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15306 ; DOI : 10.4000/regulation.15306

Haut de page

Auteur

Sébastien Charles

Maître de conférences en sciences économiques, LED, université Paris 8, 93526 Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page