Navigation – Plan du site
Dossier : Autour de l'institutionnalisme monétaire

Vers une caractérisation synthétique des régimes monétaires en économie capitaliste : conceptualisation et jalons pour une application au cas du régime monétaire européen

Towards a synthetic characterization of the monetary regime in a capitalist economy: conceptualization and milestones for an application to the case of the European monetary regime
Vittorio Mazzotta

Résumés

Nous construisons, dans cet article, une caractérisation synthétique du régime monétaire en partant des travaux régulationnistes. Nous arrivons à une présentation d’un régime monétaire en deux niveaux : le premier constituant le cadre institutionnel permettant de réguler le conflit entre capital financier et capital industriel et le deuxième correspondant à une marge de manœuvre politique servant au régime à se reproduire en temps normal et à se maintenir en l’état en cas de crise. Nous appliquons cette grille de lecture au cas de la zone euro et montrons que le capital financier surplombe le capital industriel et qu’il prend majoritairement la forme de capital fictif. Nous analysons ensuite le rôle de la politique monétaire et des mesures de réglementation financière dans ce cadre. Nous remarquons que la politique monétaire et la politique financière sont toujours effectuées en cohérence avec cet état des rapports de force entre capital financier et industriel.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article de Vittorio Mazzotta avait été accepté par le comité de rédaction de la Revue de la régulation juste avant le décès de son auteur, sous réserve de modifications mineures et de pure forme. Le comité de rédaction remercie les directeurs de thèse de Vittorio, Tristan Auvray et Emmanuel Carré, d’avoir accepté d’effectuer ces derniers ajustements.

La famille de Vittorio Mazzotta a donné son accord pour la publication de cet article ; nous l’en remercions.

Texte intégral

L’auteur remercie, pour leurs remarques et leur relecture, Tristan Auvray, Emmanuel Carré, Robert Guttmann et Bruno Théret.

1La littérature sur les régimes monétaires est diverse et le concept n’est généralement pas clairement défini. Régimes monétaires et régimes de politique monétaire se chevauchent parfois. Régimes monétaires et systèmes monétaires désignent quelquefois le même objet, prêtant ainsi à confusion entre régime monétaire et système monétaire international. Ce problème terminologique est évident au sein de la théorie de la régulation. Par exemple, Boyer (2004, 2015) se réfère au régime monétaire comme à un système de règles permettant l’ajustement des déficits et excédents, tandis qu’Aglietta et Valla (2017) définissent le régime monétaire comme un ensemble cohérent d’instruments (de politique monétaire) et d’objectifs intermédiaires. En outre, Aglietta et Orléan (1982 ; 2002) ou encore Aglietta, Ponsot et Ould-Ahmed, (2016) semblent se rapprocher de la définition de Boyer dont ils accentuent la dimension conflictuelle, puisque là où Boyer parle du régime monétaire comme d’un système d’ajustement des déficits et excédents, Aglietta et Orléan parlent du régime monétaire comme d’un système d’ajustement entre créanciers et débiteurs. Seulement, ils désignent le système de règles permettant la régulation de cette conflictualité par le terme « système monétaire » et non « régime monétaire ». Plusieurs tentatives de synthèse régulationniste ont été produites pour désigner les points de convergence (Boyer, 1987, 2004, 2015, 2018 ; Boyer & Saillard, 1995). Dans le cadre de ces tentatives de synthèse, c’est le terme de régime monétaire qui a été retenu ; mais, le flou terminologique écarté, le flou conceptuel demeure. Boyer lui-même donne deux définitions du régime monétaire : la première comme forme de la contrainte monétaire (Boyer, 1987), la deuxième comme un ensemble de règles de gestion du système de paiements et de crédits (Boyer, 2004, 2015). Aglietta, lui, le définit d’abord comme une articulation des systèmes monétaires et de crédits (Aglietta, 1976), avant d’adopter la définition que nous avons mentionnée plus haut (Aglietta & Valla, 2017). Ces auteurs ont pour but de caractériser la régulation de la monnaie et des conflits qui la traversent et qui sont moteurs de ces changements. Cependant, les définitions sont multiples et laissent transparaître une incapacité à définir le concept de manière claire et décidée.

2Cet article a pour objet de proposer une caractérisation synthétique du régime monétaire pour une économie capitaliste, basée sur les travaux de l’école régulationniste. Le but de l’article n’étant pas de justifier l’utilisation du terme système, du terme régime ou de tout autre terme, nous adopterons ici – par commodité de langage et par convention, puisque la forme institutionnelle dans la théorie de la régulation est ainsi appelée – le terme de « régime monétaire ». Cette approche est présentée comme une grille de lecture applicable à une zone monétaire donnée et permettant (i) de comprendre la régulation monétaire – c’est-à-dire la régulation des conflits autour de la monnaie – au sein de cette zone ; (ii) d’identifier les changements de régime (passage d’une régulation à une autre) ; et (iii) de distinguer les changements de surface (changements au sein du régime) des changements profonds (changements de régime). Nous pouvons définir le régime monétaire comme l’ensemble des compromis sociaux engendrés par la régulation du conflit créanciers/débiteurs à une époque donnée dans une zone monétaire donnée. La synthèse à laquelle nous aboutirons développe et précise cette définition en lui apportant une série de caractéristiques dont l’étude au cas par cas historique permettrait d’identifier et de distinguer un régime monétaire précis ainsi que d’analyser les changements qui le traversent. Nous appliquons, dans la suite de l’article, cette grille de lecture au régime monétaire européen pour en étudier la cohérence globale dans le cadre des changements de politique monétaire et de la mise en place de nouvelles réglementations financières depuis 2008. Cette application repose sur trois postulats qui guident notre analyse empirique : (i) il est possible d’appréhender empiriquement le compromis créanciers/débiteurs en observant la cohérence globale entre capital industriel/financier et fictif avec l’hypothèse simplificatrice stipulant que le capital industriel est débiteur et le capital financier créancier ; (ii) le taux d’intérêt est utilisé comme indicateur de la relation entre capital industriel et capital financier (en suivant Orléan [1999] qui l’utilise comme indicateur de la relation entre débiteurs et créanciers) ; et (iii) l’adoption des trois formes basiques de capital fictif mises en avant par Guttmann (1994, p. 41-42) et Durand (2017), à savoir la dette privée, la dette publique et la capitalisation boursière (lorsque celles-ci s’accumulent indépendamment de la production).

3L’article est constitué de deux parties. La première présente l’essentiel des travaux régulationnistes sur lesquels nous nous appuyons, à savoir Aglietta et Orléan (2002), qui mettent l’accent sur le conflit créanciers/débiteurs résultant de l’ambivalence de la monnaie, et Guttmann (1994, 1995, 2016), qui dépasse l’approche typologique et présente le rôle du régime monétaire dans l’articulation entre activité de financement de l’industrie et activité de spéculation. Nous conclurons cette première partie en présentant une théorie synthétique du régime monétaire. Nous abordons le régime monétaire selon deux niveaux : (i) le premier niveau définit la nature du régime, c’est-à-dire le compromis entre créanciers et débiteurs (capital financier et capital industriel) ; (ii) le deuxième niveau définit l’opérationnalité, mise en œuvre opérationnelle ou marges de manœuvre du régime, et correspond à l’ensemble des politiques dont les autorités monétaires disposent pour permettre la reproduction du régime monétaire dans son ensemble (qu’il s’agisse simplement de mener une politique qui corresponde au cadre institutionnel ou d’agir par de nouveaux moyens en cas de crise pour préserver le régime en place). La deuxième partie applique cette grille de lecture au régime monétaire européen. Nous dégageons cinq faits stylisés qui montrent l’importance relative du capital financier par rapport au capital industriel, et soulignent que ce capital financier prend majoritairement la forme de capital fictif (donc l’activité de spéculation domine celle de financement de l’industrie). C’est dans ce cadre que nous analysons le rôle de la politique monétaire et des mesures de réglementation financière. Nous arrivons à la conclusion que la politique monétaire d’avant 2008 se fait sous la contrainte de l’avantage donné au capital financier et que la politique monétaire d’après 2008, ainsi que les mesures de réglementation financière permettent la perpétuation de cet avantage en contrant les effets de la crise des subprimes, mais également en mettant en place des dispositifs de prévention et d’intervention pour faire face aux crises futures. Ces politiques sont effectuées en cohérence avec tous les faits stylisés que nous avons relevés.

1. Conceptualiser le régime monétaire

4Nous exposons ici les travaux régulationnistes sur les régimes monétaires, principalement ceux d’Aglietta et Orléan (2002) mais aussi de Guttmann (1994, 1995, 2016) qui constituent le socle de notre approche synthétique, les approches des autres écoles en termes de régime monétaire menant souvent à des définitions floues et à un amalgame quasi systématique entre régime monétaire et pratique de la banque centrale. C’est par exemple le cas des post-keynésiens qui parlent de régime pour qualifier la pratique de la politique monétaire ou encore le système monétaire international (Arestis & Terra, 2017). Nous pouvons relever deux traits communs aux approches de ces divers courants (plus ou moins marqués selon les auteurs) : (i) l’importance donnée à la banque centrale et à sa politique, (ii) l’importance donnée aux règles de création (destruction) monétaire (règles qui s’imposent donc à la banque centrale). Par exemple, les définitions données par Nenovsky et Rizopoulos (2004) ou par Charles, Dallery et Marie (2014) mettent en lumière ces deux éléments. Charles, Dallery et Marie (2014), notamment, définissent le régime monétaire comme un ensemble comprenant les règles de création monétaire, de change mais aussi la politique de lutte contre l’inflation. Les auteurs étudient ensuite les cas de la Grèce et de l’Argentine en spécifiant la manière dont le régime monétaire se manifeste dans ces pays, sans que l’intégralité des dimensions du régime monétaire offerte par leur définition puisse être analysée. D’autres auteurs comme Bordo et Schwartz (1999) ou Benati et Goodhart (2010) reprennent, pour définir le régime monétaire, les deux éléments cités plus haut, et y ajoutent la distinction interne/externe (donc, la distinction entre politique monétaire intérieure et politique de change). Une caractéristique importante de l’école de la régulation, en revanche, est la prise en considération explicite du rôle de la conflictualité sociale (donc de sa régulation). Cette conflictualité sociale génère un compromis qui détermine les actions de la banque centrale (et des autorités monétaires en général). Les règles de création et de destruction monétaire mentionnées par les autres écoles découlent donc de ce compromis social. C’est pour cette raison que nous avons choisi les travaux de ce courant de pensée comme source principale de notre conceptualisation. La distinction entre ces deux niveaux dont le premier représente la régulation et le deuxième la politique constitue l’ossature de notre approche synthétique.

1.1. Aglietta et Orléan : la régulation du conflit créanciers/débiteurs

  • 1 Pour la suite de la présentation, sauf indication contraire ou citation après laquelle figurera la (...)

5Aglietta et Orléan (1982, 2002)1 posent les premiers jalons d’une théorie régulationniste des régimes monétaires. Leur approche repose sur le constat d’ambivalence de la monnaie, à la fois bien public et privé, à la fois objet d’accumulation et élément de la circulation. Les auteurs construisent ensuite une théorie de la régulation monétaire. Le régime monétaire (appelé par eux système monétaire) est présenté, dans ce cadre, comme étant un moyen de réguler le conflit créanciers/débiteurs selon deux modalités possibles : avantage au créancier ou avantage au débiteur. Selon l’une ou l’autre de ces modalités, le régime monétaire se structure différemment. Il est donc possible à ce stade d’introduire une définition plus précise du conflit créanciers/débiteurs. Le conflit en question regroupe ici l’ensemble des conflits autour de l’appropriation de la monnaie. D’une part, les créanciers préfèrent que la monnaie soit facilement accumulable, ce qui la rend plus rare pour les débiteurs, ces derniers se voyant alors dans l’obligation de se soumettre aux termes imposés par les créanciers lors des négociations de crédits. D’autre part, les débiteurs préfèrent que la monnaie circule (donc qu’elle s’accumule peu). Moins la monnaie est accumulable, plus les débiteurs peuvent avoir accès au crédit, plus les créanciers se voient obligés, par la concurrence qu’ils se livrent les uns aux autres, d’avoir à accommoder les termes des débiteurs lors des négociations de crédit.

  • 2 Aglietta et Orléan précisent bien que les systèmes réels ne sont jamais strictement l’un ou l’autre (...)
  • 3 La manière dont Aglietta définit le système monétaire a quelque peu changé avec le temps. Aglietta (...)

6Le régime monétaire, tel que le définissent Aglietta et Orléan, est donc ce qui permet de réguler l’ambivalence de la monnaie pour éviter la crise provenant de l’exacerbation du conflit créanciers/débiteurs. Cette définition est proche de celle de Théret (2007) qui identifient lui aussi le conflit créanciers/débiteurs (pour lui conflit de répartition ou conflit dominants/dominés) comme l’un des points névralgiques de la régulation monétaire. Les auteurs présentent deux types de régime que l’on distingue selon l’accessibilité à la monnaie et la place de la occupée par la banque centrale. L’un est à monnaie endogène avec une banque centrale très active qui laisse donc l’avantage aux débiteurs (qui ont un accès quasi illimité à la monnaie sans qu’aucune forme de contrôle ne soit possible pour les créanciers). L’autre est à monnaie exogène avec une banque centrale très distante des échanges (laissant ainsi la possibilité aux créanciers de constituer la seule source de crédit et d’exercer ainsi un contrôle maximal sur les débiteurs2). Le régime monétaire met la monnaie à bonne distance des deux protagonistes3.

7Mais chacun de ces régimes extrêmes risque de léser la confiance en la monnaie des débiteurs ou des créanciers, chacun se trouvant tour à tour défavorisé. Une crise monétaire s’ensuit qui est la manifestation de la volonté du groupe défavorisé d’échapper aux contraintes du régime monétaire. Le régime à monnaie endogène risque une crise bancaire. La banque centrale ne traitant pas elle-même avec les débiteurs mais déléguant cette tâche aux banques de second rang, un régime trop accommodant risque d’inciter les banques à ne pas exercer suffisamment de discernement envers les débiteurs potentiels. Celles-ci se trouvant détentrices d’une quantité de plus en plus importante de créances irrécouvrables, elles en deviennent moins fiables au risque de provoquer la méfiance des déposants, qui peuvent en conséquence décider de retirer leur épargne, provoquant ainsi la faillite du système bancaire devenu insolvable. Le régime à monnaie exogène risque une crise financière de liquidité. Le créancier ayant en effet un contrôle total sur le choix du débiteur et des termes du prêt. Chacune des créances est unique puisque chacune est le résultat d’une négociation entre le créancier et son débiteur. Ces créances sont donc totalement illiquides, puisqu’elles ne dépendent toutes que de la relation de chaque créancier à chaque débiteur. Pour remédier à cette pénurie, un marché financier doit être instauré afin que les prêteurs puissent vendre leurs créances et donc s’en libérer s’ils le souhaitent. C’est sur ce marché que la crise survient, lorsque tous les créanciers décident de se libérer d’une catégorie particulière de titres, provoquant ainsi un krach. Dans les deux cas, c’est aux autorités monétaires – en particulier à la banque centrale – d’intervenir pour contrer les effets de la crise, cette institution étant la seule, en dernière instance, à pouvoir garantir l’acceptation globale de la monnaie. La banque centrale doit empêcher le bank run en garantissant la solvabilité des banques et doit empêcher la crise financière en se portant acheteuse des titres dont la valeur plonge, assurant ainsi le maintien de la liquidité sur les marchés financiers.

8En résumé, nous savons grâce à Aglietta et Orléan que le régime monétaire permet la régulation du conflit créanciers/débiteurs, que ce régime peut donner l’avantage à l’un ou l’autre des groupes et que, si une crise menace, c’est aux autorités monétaires d’intervenir. Celles-ci ont donc pour but d’assurer la reproduction du régime.

1.2. Guttmann : l’introduction des politiques publiques et la prise en compte des contradictions du capital

  • 4 La définition généralement admise du régime d’accumulation est la suivante : « L’ensemble des régul (...)
  • 5 Pour la suite de la présentation, sauf indication contraire ou citation après laquelle figurera la (...)
  • 6 Le terme d’État est entendu ici au sens large d’autorités publiques. Le gouvernement est bien enten (...)

9Robert Guttmann (1994, 1995, 2016) apporte un éclairage particulier sur un lien que nous n’avons pas encore mentionné : le lien entre régime d’accumulation4 et régime monétaire. Guttmann5 définit un régime monétaire comme l’ensemble des politiques des autorités monétaires : (i) politique monétaire ; (ii) politique financière incluant l’intervention du prêteur en dernier ressort en cas de crise ; (iii) politique de réglementation financière pour la sécurité des institutions financières ; et (iv) toute participation au système monétaire international (politique de change, libre circulation ou non des capitaux). Ces politiques publiques constituent les instruments avec lesquels l’État peut gérer la monnaie et le crédit6. Il s’agit bien d’un régime monétaire si ces instruments (dans leur utilisation) forment un tout cohérent.

  • 7 Voir entre autres exemples Aglietta (1976) ou Boyer (2015).
  • 8 En effet, il expose en particulier la manière dont le développement du capitalisme, au moment de l’ (...)

10Guttmann met par ailleurs en lumière le lien qui existe entre un régime d’accumulation et un régime monétaire en précisant (2016, p. 57) que lorsque le régime d’accumulation change à la suite d’une crise systémique, le régime monétaire se transforme lui aussi. Cette conviction est partagée par d’autres auteurs régulationnistes7 ; elle est cependant poussée au bout de sa logique par l’auteur, notamment dans son ouvrage de 1994, où il expose la dynamique du passage d’un régime monétaire à l’autre, correspondant au passage d’un régime d’accumulation à l’autre8.

  • 9 Nous reviendrons plus précisément sur les différentes formes de capital fictif dans la prochaine so (...)

11Guttmann fournit en outre une précision supplémentaire sur ce qui fait le lien entre régime d’accumulation et régime monétaire : un régime d’accumulation implique une accumulation de capital, celui-ci pouvant être industriel, financier ou fictif. Plusieurs définitions sont ici à clarifier. Quand nous parlons de capital dans cet article, nous ne parlons pas du facteur de production (machines). Par capital, nous entendons toute somme d’argent utilisée pour générer un profit. Le capital industriel génère du profit par le biais de la production (donc de la vente de sa production). Le capital financier génère une plus-value financière par le biais du financement de la production (taux d’intérêt), et son accumulation dépend donc des profits du capital industriel. Ce qui différencie capital industriel et capital financier est donc la manière dont le capital rapporte à son détenteur. Le capital fictif est une sous-catégorie du capital financier, une forme prise par celui-ci, et repose sur la capacité à faire de l’argent avec de l’argent sans passer par l’étape de production (plus-value générée par la revente d’un actif, arbitrage, spéculation9). Guttmann (1994, p. 41) précise que le capital fictif recouvre tous les actifs dont la valeur est fondée sur la capitalisation de revenus futurs (anticipés). Ce qui différencie le capital fictif du capital financier est donc le fait de générer du profit par un moyen alternatif au financement de la production. La forme du régime monétaire permet d’équilibrer la relation du capital financier et du capital fictif au capital industriel. En d’autres termes, le régime monétaire permet au régime d’accumulation de fonctionner grâce à une cohérence maintenue entre les besoins de la production en termes de financement et l’activité spéculative.

12En résumé, nous savons grâce à Guttmann que le régime monétaire est constitué d’un ensemble de politiques publiques dont le but est de mettre en cohérence l’accumulation de capital industriel, de capital financier et de capital fictif, et que chaque crise mettant en cause le régime d’accumulation remet également en cause le régime monétaire.

1.3. Une définition synthétique du régime monétaire

  • 10 Nous utilisons le terme d’agent pour englober tous les cas de figure possibles, dans la mesure où u (...)

13Deux éléments sont à exposer ici. D’abord, nous avons mentionné en introduction que le conflit créanciers/débiteurs au centre de l’analyse d’Aglietta et Orléan pouvait être appréhendé empiriquement par la cohérence de l’accumulation de capital industriel, financier, et fictif. La raison pour laquelle l’analyse en termes de catégories de capital peut faire office d’indicateur de l’état du conflit créanciers/débiteurs est le fait qu’un agent10 détenant du capital financier ou fictif – c’est-à-dire faisant du profit en finançant la production ou en spéculant – est de fait un créancier tandis qu’un agent détenant du capital industriel, s’il ne s’autofinance pas, est de fait un débiteur. Le rapport sur la stabilité financière du Fonds Monétaire International (FMI, 2019) nous fournit la confirmation que cette simplification est raisonnable. Il est évident que le détenteur de capital financier est un créancier. En zone euro, le système bancaire est un détenteur important de capital financier puisque, 80 % des provisions de crédit faites aux entreprises privées (non financières) viennent des prêts bancaires contre 20 % pour les instruments des marchés de capitaux (FMI, 2019, p. 36). Ce sont donc les entreprises non financières qui sont la contrepartie du système bancaire. Nous posons donc l’hypothèse que les détenteurs de capital industriel représentent les débiteurs. En effet, le problème de l’augmentation du poids de la dette est expressément souligné par le FMI (2019, p. 13). Une deuxième raison nous conduisant à privilégier l’analyse en termes de catégorie de capital est que cette distinction créanciers/débiteurs comporte une limite : un même agent (individu, entreprise, État…) peut être à la fois créancier et débiteur (une banque, par exemple, peut être débitrice vis-à-vis d’une banque et créancière vis-à-vis d’une autre). Dans ce cas, on ne peut savoir avec précision qui le régime monétaire favorise. Raisonner en termes de catégories de capital permet d’aller au-delà de cette limite. Même si le régime monétaire met en cohérence le capital industriel, le capital financier et le capital fictif – et même si nous avons posé comme hypothèse simplificatrice que la distinction entre créanciers et débiteurs est la même que celle entre détenteurs de capital financier et détenteurs de capital industriel – rien n’empêche à un agent de détenir plusieurs formes de capital. Lever cette hypothèse nuancerait nos conclusions mais ne les invaliderait pas.

Nous pouvons alors résumer cette approche synthétique selon deux niveaux :

14 1) Le premier définit l’articulation entre capital industriel, capital financier et capital fictif (articulation correspondant à la régulation du conflit créanciers/débiteurs en économie capitaliste). C’est cette articulation qui définit le cadre institutionnel du régime monétaire et exerce donc une contrainte forte sur le deuxième niveau.

15 2) Le deuxième définit l’ensemble des politiques permettant aux autorités d’agir au sein de ces contraintes. La relation entre ces deux niveaux sera donc différente en période de prospérité qu’en période de crise. En effet, les politiques publiques sont exercées dans le cadre du compromis social mentionné plus haut et doivent être cohérentes avec l’articulation entre capital industriel, financier et fictif en place. Elles ont pour but de perpétuer la régulation en vigueur. Cette perpétuation peut prendre deux formes : (i) une forme de contrainte directe en cas de prospérité (les politiques ne doivent pas contredire le cadre institutionnel) ; et (ii) une forme de sauvetage ou de reproduction en cas de crise (les politiques doivent agir de manière à maintenir un cadre institutionnel qui risque de s’écrouler) comme nous l’avons déjà mentionné en exposant les travaux d’Aglietta et Orléan. Les autorités monétaires peuvent donc mettre en œuvre leurs politiques dans le cadre posé par le premier niveau du régime monétaire. En période de prospérité, les autorités monétaires ont pour obligation de respecter les contraintes posées par le premier niveau. En période de crise, les autorités monétaires ont pour objectif supplémentaire de mettre en œuvre les mesures (pouvant aller jusqu’à modifier totalement les pratiques ayant cours avant la crise) qui vont permettre à la cohérence en place entre capital industriel, financier et fictif de se maintenir. En d’autres termes, en cas de crise, la reproduction désigne les changements advenus au sein du deuxième niveau ayant pour objectif de maintenir intact le premier niveau et par conséquent l’état du compromis social le constituant.

16La distinction en deux niveaux du régime est également de première importance pour qualifier les changements de régimes. C’est ici que la notion de crise prend tout son sens pour analyser les changements de régime monétaire. En effet, une crise peut donner lieu à toute sorte de changements. Mais un régime qui change n’équivaut pas toujours à un changement de régime. Cette distinction nous permet donc de différencier les changements profonds de régime correspondant à une remise en cause du premier niveau entraînant une remise en cause du deuxième des changements ayant lieu à l’intérieur du régime, tels que les changements de politique monétaire qui – aussi importants soient-ils – sont des changements qui ont pour but de maintenir intact le premier niveau et qui ne concernent donc que le second.

2. Premiers jalons d’une application : caractériser le régime monétaire européen et ses changements

  • 11 Les données sur les formes plus sophistiquées de capital fictif, comme les dérivés ou les options, (...)

17Afin de mener l’analyse empirique du régime monétaire, il nous faut établir l’état de la cohérence entre capital industriel, financier et fictif en zone euro. Plusieurs indicateurs sont nécessaires. Nous nous appuyons sur l’évolution des taux d’intérêt comme indicateur principal du rapport capital industriel/capital financier. Nous repartons de l’étude de Durand (2017) sur le capital fictif. Celle-ci porte sur deux pays de la zone euro (la France et l’Allemagne) ; nous l’étendons au reste de la zone. Nous suivons donc Durand (2017) et Guttmann (1994, p. 41-42) – tous deux reprenant Marx – qui relèvent trois formes basiques11 de capital fictif : la dette privée, la dette publique et la capitalisation des marchés d’actions. Ni la dette privée, ni la dette publique, ni la capitalisation boursière ne sont du capital fictif par nature. Elles ne le deviennent que dans la mesure où elles s’accumulent indépendamment de la production. Les trois indicateurs que nous reprenons de Durand sont : le taux de dette privée sur PIB, le taux de dette publique sur PIB et le taux de capitalisation des marchés d’actions sur PIB. Toutefois, nous ne les interprétons pas comme Durand l’a fait, dans la mesure où ce dernier a analysé le niveau de chaque ratio tandis que nous nous intéresserons à leur évolution. Nous déduisons plusieurs faits stylisés de ces indicateurs.

2.1. L’articulation capital industriel/capital financier/capital fictif : retour sur le conflit créanciers/débiteurs en zone euro

18Nous utilisons donc l’évolution du taux d’intérêt comme indicateur de la relation entre capital industriel et capital financier. Le graphique 1 expose l’évolution de ces taux à travers deux variables : le taux des dettes publiques à 10 ans et les marges bancaires sur les intérêts perçus du secteur privé pour la période 2003-2019.

Graphique 1. Taux de la dette publique en zone euro (benchmark bond à 10 ans, axe de gauche) et marge bancaire sur les prêts au secteur privé en zone euro (en pourcentage moyen, axe de droite) de janvier 2003 à janvier 2019

Graphique 1. Taux de la dette publique en zone euro (benchmark bond à 10 ans, axe de gauche) et marge bancaire sur les prêts au secteur privé en zone euro (en pourcentage moyen, axe de droite) de janvier 2003 à janvier 2019

source : auteur, à partir de données mensuelles de la Banque Centrale Européenne (BCE)

19Le graphique 1 montre que le taux des dettes publiques, comme celui des marges bancaires sur les prêts, est en baisse de 2014 à 2019. L’évolution des marges bancaires n’est pas interprétable durant la période d’avant crise et nous permet uniquement de dire que, depuis la crise, l’évolution des taux d’intérêt semble favoriser les débiteurs, c’est-à-dire le capital industriel. L’évolution des taux d’intérêt d’État nous renseigne davantage sur la période d’avant crise. Il semble qu’au moins jusqu’en 2014, cette évolution favorisait les détenteurs du capital financier (en l’occurrence, les créanciers des États). Pour ce qui est des banques, même si elles sont détentrices du capital financier, certaines d’entre elles sont débitrices et d’autres créancières sur le marché interbancaire. Le graphique 2 montre l’évolution de l’EURIBOR à trois mois pour la période 1999-2019.

Graphique 2 : EURIBOR à 3 mois de janvier 1999 à janvier 2019

Graphique 2 : EURIBOR à 3 mois de janvier 1999 à janvier 2019

source : auteur, à partir de données annuelles du FMI

20Le taux semble connaître une baisse tendancielle depuis le début de la période. Cette baisse était ponctuée par quelques hausses avant 2007 (entre 2000 et 2001 ou entre 2006 et 2008), mais connaît depuis 2008 une baisse constante et passe même en territoire négatif en 2015. L’activité de financement de la production en zone euro semble donc être de moins en moins rentable.

21Cette conclusion ne signifie pas que le capital industriel surplombe le capital financier. En effet, le capital financier peut également prendre la forme de capital fictif. Les indicateurs suivants nous renseignent sur cette possibilité. Nous avons déjà mentionné que nous concentrons notre analyse sur l’évolution des ratios et non sur leur niveau. En effet, comparer (par exemple) le niveau de dette et le niveau du PIB peut nous mener à de fausses conclusions. Au-delà des problèmes posés par la comparaison d’un stock (dette) à un flux (PIB), nous ne pouvons pas distinguer si ces variations de niveau viennent des variations de la dette ou de celles du PIB. En conservant le même exemple, le PIB représentant la valeur ajoutée créée en une année, il représente un indicateur indirect de l’accumulation du capital industriel (la valeur excédentaire qu’il a créée lors de l’année). Or, si le ratio augmente, il est possible d’en tirer la même conclusion, que cette hausse du ratio soit due à une baisse du PIB ou à une augmentation du stock de dette : le stock de dette augmente plus vite que l’accumulation réelle, autrement dit, le capital fictif surplombe de plus en plus le capital industriel.

Le graphique 3 est consacré à l’évolution du ratio dette privée sur PIB de 1999 à 2017 dans la zone euro.

Graphique 3. Ratio dette privée (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017

Graphique 3. Ratio dette privée (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017

source : auteur, à partir de données annuelles du FMI

22Le graphique montre une évolution de ce ratio en deux périodes distinctes. Il augmente linéairement depuis 1999, atteint un pic à partir de 2008, et se stabilise depuis. Au total, ce ratio a connu une augmentation de presque 90 points en 10 ans. En conclusion, sur toute la période 1999-2008, la dette privée augmente plus vite que la production, ce qui traduit l’importance de l’accumulation du capital fictif relativement au capital industriel.

Le graphique 4 présente l’évolution du ratio moyen de dette publique sur PIB en zone euro sur la même période que précédemment.

Graphique 4. Ratio dette publique (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à 2017

Graphique 4. Ratio dette publique (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à 2017

source : auteur, à partir de données annuelles du FMI

23Comme pour la dette privée, ce ratio connaît une augmentation considérable. Toutefois, il ne s’agit pas de la même évolution. En effet, il tend même à baisser entre 1999 et 2008. Ce n’est qu’à partir de 2008 qu’il augmente soudainement, en passant de moins de 50 % à plus de 80 % en l’espace de 5 ans. Il semble donc que la dette publique ait pris le relais lorsque la dette privée a commencé à se stabiliser, comme le confirme le graphique 5 qui montre l’évolution du ratio moyen dette publique sur dette privée en zone euro de 1999 à 2017.

Graphique 5. Ratio dette publique (tous instruments) sur dette privée (tous instruments, en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017

Graphique 5. Ratio dette publique (tous instruments) sur dette privée (tous instruments, en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017

source : auteur, à partir de données annuelles du FMI

24Le ratio augmente de 12 points depuis 2007 après avoir subi une baisse équivalente entre 1999 et 2007. Il y a donc bien un changement qualitatif constitué par le passage de la dette privée à la dette publique comme principal facteur de l’accumulation de capital fictif.

Reste le dernier indicateur que nous avons mentionné : la capitalisation du marché boursier. Le graphique 6 retrace l’évolution de cette capitalisation en pourcentage du PIB pour la zone euro.

Graphique 6. Capitalisation du marché boursier (pourcentage du PIB) en zone euro de 1999 à 2018

Graphique 6. Capitalisation du marché boursier (pourcentage du PIB) en zone euro de 1999 à 2018

source : auteur, à partir de données annuelles de la Banque Mondiale

25Cette évolution est moins facilement interprétable que les précédentes, surtout en ce qui concerne la période 1999-2007. On remarque cependant distinctement une tendance haussière entre 2008 et 2017. On constate également que cette capitalisation connaît toujours une chute à chaque krach boursier (2001, 2008 et 2018) et que le pic atteint par ce taux après chaque krach est toujours inférieur au précédent (plus de 80 % en 2000, 80 % en 2007 et moins de 80 % en 2017).

Le tableau 1 montre la moyenne pour les trois ratios qui ont été nos indicateurs sur deux périodes distinctes : 1999-2007 (avant la crise des subprimes) et 2008-2017 (période de crise et post-crise).

Tableau 1. Moyenne des trois indicateurs selon les périodes (en pourcentage du PIB de la zone euro)

1999-2007

2008-2017

variation

dette privée

177,1

233,1

56

dette publique

50,6

72,3

21,7

dette totale

227,7

305,4

77,7

capitalisation

67,9

58,1

-9,9

source : auteur, à partir de données annuelles du FMI et de la Banque Mondiale

26Nous observons que la dette (privée comme publique) représente la forme de capital fictif la plus présente, avec un taux de 305,4 % du PIB dans la période post-crise, donc une variation de 77,7 points d’une période à l’autre. La dette publique prend aujourd’hui une importance nouvelle avec 72,3 % du PIB et une variation de 21,7 points d’une période à l’autre. Pour ce qui est de la capitalisation, malgré sa volatilité, on peut constater que la moyenne de son taux baisse à la suite de la crise. Ce taux a connu une baisse de 9,9 points d’une période à l’autre. Deux choses sont à souligner sur la capitalisation : contrairement à la dette (totale), elle a diminué en deuxième période ; elle est désormais la moins représentée des formes de capital fictif.

Les faits stylisés suivants peuvent finalement être retenus de la précédente analyse :

  • (i) une baisse des taux d’intérêt et des marges bancaires depuis 2008 qui indique une baisse de rentabilité de l’activité de financement de la production ;

  • (ii) une hausse de la dette plus rapide que celle de la production qui indique une prépondérance du capital fictif comme forme prise par le capital financier, mais qui indique également que le capital financier (sous sa forme fictive) tend à surplomber le capital industriel (ce qui semble montrer que le régime monétaire européen attribue l’avantage aux créanciers) ;

  • (iii) une hausse de la dette publique plus rapide que celle de la dette privée depuis 2008 ;

  • (iv) une hausse tendancielle de la capitalisation boursière depuis 2008 ;

  • (v) un poids (en ratio sur PIB) de la dette privée supérieur à la dette publique et un poids de la dette publique supérieur à la capitalisation boursière depuis 2008 qui indiquent que la forme prépondérante du capital fictif est toujours la dette.

27En résumé, les faits stylisés suggèrent (i) que la baisse des taux d’intérêt rend l’activité de financement de l’industrie de moins en moins rentable pour les détenteurs de capital financier (créanciers) ; et (ii) que le régime monétaire européen favorise l’accumulation de capital fictif sous forme de dette. Les politiques publiques ont donc pour fonction de maintenir la cohérence entre les différents faits stylisés que nous avons relevés.

2.2. Le rôle des autorités monétaires en zone euro

  • 12 C’est pour cette raison que, pour éviter d’alourdir le texte avec cette distinction, nous parlerons (...)
  • 13 Le régime de change étant flottant, la BCE n’a pas de politique de change significative.

28Deux périodes distinctes peuvent être repérées concernant la conduite de la politique monétaire dans la zone euro : avant la crise, l’instrument du taux d’intérêt est l’instrument privilégié dans un objectif de stabilité des prix ; après la crise, la politique de prêteur en dernier ressort (PDR) s’enclenche jusqu’à devenir le principal instrument de la politique monétaire12, marquant ainsi la fin du principe de séparation (Bordes & Clerc, 2010, 2012). La politique financière (mesures micro et macro-prudentielles) devient également très importante après 200813. Comme nous l’avons mentionné dans la section précédente, les politiques du deuxième niveau peuvent entretenir un rapport différent avec le compromis social du premier niveau : un rapport de contrainte directe en temps de prospérité (la politique ne contredit pas le premier étage) et un rapport de réaction pour sauver et reproduire ce compromis en cas de crise (la politique tente d’agir en faisant ce qui est nécessaire au premier étage pour sa perpétuation). Nous aurons donc à répondre à deux questions concernant la politique monétaire (avant et après 2008) et la politique financière : avec quel(s) fait(s) stylisé(s) ces politiques sont-elles cohérentes (ce qui serait le signe qu’elles se produisent bien dans le cadre du premier étage) ? Agissent-elles dans le cadre d’une contrainte directe de cet étage ou bien s’efforcent-elles de le perpétuer en contrant les effets d’une crise éventuelle ? Le tableau 2 récapitule ce qui sera détaillé dans le reste de la section.

29En anticipant les conclusions tirées du reste de cette section, on peut dire que la politique monétaire d’avant crise de la Banque Centrale Européenne (BCE) permet de maintenir la stabilité des prix tout en veillant à la stabilité financière quand elle est mise en danger (en cohérence avec le premier fait stylisé et plus globalement avec la domination du capital financier, les deux politiques lui étant favorables). La politique monétaire d’après crise accompagne la hausse de la dette publique par des achats massifs de titres d’État, achats qui (couplés aux achats de titres privés) assurent la liquidité des marchés secondaires favorisant ainsi le capital fictif. Ces politiques accompagnent également la hausse globale de la dette en permettant au marché interbancaire de fonctionner et aux banques (détentrices de cette dette en grande partie) de se financer de plus en plus aisément. Enfin, la politique de régulation financière entreprise depuis 2008 constitue une tentative afin d’anticiper et de se protéger d’une crise future pouvant mettre à bas le régime monétaire (et le reste de l’économie), tout en minimisant les contraintes qu’elle pose sur le système bancaire auprès duquel la dette est contractée (cohérence de la nécessité pour les autorités d’assurer la reproduction du régime monétaire et du premier fait stylisé). Cette politique financière vise également à trouver des modes d’intervention et de refinancement alternatifs aux fonds publics en cas de nouvelle crise, ces fonds tendant à diminuer depuis 2008.

Tableau 2. Cohérence globale du régime monétaire européen

Tableau 2. Cohérence globale du régime monétaire européen

Visualiser dans un format plu grand

2.2.1. La politique monétaire avant 2008

  • 14 Les crises des systèmes à dominante bancaire (en faveur des débiteurs) ou financière (en faveur des (...)

30La nécessité de l’objectif de stabilité des prix dans le cadre du conflit créanciers/débiteurs peut être comprise en ayant recours à l’analyse de l’inflation comme conflit de répartition présente chez les régulationnistes (Aglietta & Orléan, 2002 ; Théret, 2007)14. L’inflation favorise le débiteur en diminuant la valeur réelle de sa dette, et par conséquent défavorise le créancier en diminuant la valeur réelle perçue lors du remboursement. La dette (privée mais aussi publique) représentant la majeure partie du capital fictif, il est alors naturel que l’inflation doive être maîtrisée. Cet objectif est cohérent avec le cadre posé par le premier étage (avantage aux créanciers, c’est-à-dire au capital financier) et se trouve, vis-à-vis de lui, dans un rapport de contrainte directe (il ne le contredit pas mais n’est pas là pour le sauver d’une crise).

31Pour ce qui est de la politique monétaire, la BCE était (du moins jusqu’en 2008) contrainte à un jeu d’équilibriste. En effet, elle était victime de deux enjeux contradictoires : le premier fait stylisé (hausse de la dette) nécessitait d’être accompagné par des taux en baisse, tandis que l’objectif de stabilité des prix contraignait ces baisses de taux à ne pas aller trop loin ou trop vite. Le graphique 6 présente l’évolution des taux directeurs de la BCE et nous permet de comprendre comment, avant 2008, celle-ci a procédé pour remédier à cette contradiction.

Graphique 7. Taux directeurs de la BCE de janvier 1999 à janvier 2019

Graphique 7. Taux directeurs de la BCE de janvier 1999 à janvier 2019

source : auteur, à partir de données de la BCE

32Les taux directeurs adoptent un comportement récurrent ressemblant à celui de la capitalisation boursière : des hausses en période de prospérité (ou du moins de non-crise financière) et des baisses (suivant une crise financière) légères (0,25 ou 0,5 point à la fois) s’alternent. Les taux montent donc lentement lorsque les marchés financiers se portent bien, contrôlant ainsi l’inflation (on ne se préoccupe que de l’inflation parce que les marchés se portent bien), puis baissent (généralement plus brutalement qu’ils ne montent) en cas de crise financière (en cas de crise on privilégie la stabilité des marchés). On se trouve donc ici une nouvelle fois dans le cadre du premier étage puisque cette politique est à la fois cohérente avec la nécessité de stabilité des prix (dont nous venons de voir qu’elle répond à une contrainte directe posée par la domination du capital financier) et avec l’évolution de la capitalisation boursière, puisque les taux baissent en cas de krach. La politique monétaire d’avant 2008 permet également le sauvetage et la reproduction du premier étage lorsque la nécessité se présente. Ce jeu a été interrompu en 2008. Depuis octobre 2008, les taux ne font que baisser (mis à part une tentative brève et infructueuse de remonter les taux avant la crise de l’euro, en 2012). Cette baisse de taux est cohérente avec le premier de nos faits stylisés : si la dette doit augmenter, les taux d’intérêt doivent baisser pour que celle-ci reste soutenable (du moins à court et à moyen terme). Cela est également cohérent avec le cinquième fait stylisé. Si le capital fictif est composé en majorité de dette (privée et publique), cette dette doit rester soutenable pour demeurer échangeable sur les marchés secondaires et continuer à générer un (faible) rendement. L’entrée en vigueur des taux négatifs est compréhensible dans ce cadre. Si à mesure que le fardeau de la dette augmente les taux d’intérêt doivent diminuer, une fois qu’ils ont atteint 0 % il ne leur reste plus qu’à passer en territoire négatif.

2.2.2. La politique monétaire après 2008

33La politique monétaire depuis 2008 a été profondément modifiée puisque son instrument principal est devenu le bilan. Cette politique a évolué selon trois aspects : (i) désormais, les banques ont accès à une liquidité illimitée à taux fixe pour se refinancer ; (ii) elles peuvent offrir des titres de moins bonne qualité (plus risqués) comme collatéraux (Parlement européen, 2018) ; et (iii) la banque centrale se porte désormais acheteuse de titres – de dette publique en majorité – sur les marchés secondaires. Ces changements sont advenus dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler les mesures non conventionnelles de politique monétaire de la BCE.

Graphique 7. Titres publics et privés détenus par la BCE (en millions d’euros) d’avril 2007 à avril 2017

source : auteur, à partir de données hebdomadaires de la BCE

34Les deux premières tendances de la politique monétaire sont aisément compréhensibles dans le cadre de la crise des subprimes. En effet, pour que le crédit bancaire puisse perdurer (sous quelque forme que ce soit), il faut que le marché interbancaire fonctionne et que les banques puissent s’y financer aisément. Or, la crise a provoqué une telle panique que les marchés interbancaires sont devenus dysfonctionnels : la perte de confiance était si importante que les banques qui détenaient des liquidités n’acceptaient de les prêter à aucune de leurs consœurs en ayant besoin (Plane & Pujals, 2009). Les apports illimités de liquidités à taux fixe et l’acceptation de titres risqués en collatéraux sont dès lors parfaitement cohérents avec le deuxième fait stylisé. Si la dette doit continuer d’augmenter, les banques (auprès de qui les particuliers comme les États se financent encore majoritairement en zone euro) doivent pouvoir se financer aisément à leur tour. C’est également dans ce contexte que les aides d’État aux banques ont été cruciales (Plane & Pujals, 2009). Les achats de titres, quant à eux, sont cohérents, non seulement avec la nécessité de financement des banques (c’est-à-dire d’obtention de liquidités) mais également avec la conclusion tirée du fait stylisé (ii) : la prépondérance du capital fictif. En effet, les achats de la BCE se concentrent sur les marchés secondaires, c’est-à-dire sur les marchés d’occasion où les détenteurs de titres peuvent dégager une plus-value en vendant leurs titres si les cours montent. C’est donc un lieu majeur de développement du capital fictif. Pour fonctionner, ces marchés doivent être liquides. Il est ainsi normal que la BCE cible des marchés et parfois même des segments en crise de ces marchés (comme dans le cadre de l’achat d’obligations sécurisées ou encore des titres de dette des pays de la zone euro en difficulté). En se portant acheteuse sur ces marchés, elle en assure la liquidité et permet donc leur fonctionnement. En outre, le fait que les achats soient majoritairement des achats de titres publics coïncide parfaitement avec le deuxième fait stylisé : puisque c’est désormais la dette publique qui augmente, c’est sa soutenabilité qui devient cruciale.

2.2.3. La politique financière (après 2008)

35Enfin, pour ce qui est de la politique financière, on peut la caractériser selon deux tendances : (i) un développement des dispositifs de prévention et de surveillance pour anticiper les crises et augmenter la résistance des établissements bancaires ; et (ii) un développement des dispositifs d’intervention et de résolution en cas de crise (ACPR, 2019). Le premier développement se concrétise surtout par une surveillance accrue des banques, mais aussi du système bancaire parallèle, pour tenter d’anticiper les futures crises couplées à une hausse des fonds propres (capital et réserves) exigés des banques afin d’augmenter leur résilience face à un choc. Le deuxième développement consiste à trouver des fonds alternatifs aux fonds publics pour sauver les banques d’une part (dans le cadre de l’Union bancaire par exemple) pour secourir les États en difficulté d’autre part (comme dans le cadre du Mécanisme Européen de Stabilité).

  • 15 Nous n’adresserons pas ici les problèmes de l’insuffisance ou non des fonds mobilisés de cette faço (...)

36Comme pour la politique monétaire, il s’agit d’assurer la reproduction du régime par anticipation ou par le biais de dispositifs permettant de limiter les conséquences d’une crise éventuelle. Pour ce qui est de la cohérence globale de ces mesures au sein du régime monétaire, une hausse de la surveillance des établissements, et du système dans son ensemble, comme une plus grande centralisation des marchés de gré à gré est cohérente avec l’intention de prévenir une crise de l’ampleur de celle de 2008, susceptible de mettre en danger le régime monétaire. Si les autorités monétaires sont chargées de la reproduction de ce régime, elles doivent remédier à cette éventualité. La contrainte de supervision plus importante exercée sur les banques semble peu cohérente avec le deuxième fait stylisé qu’est l’augmentation continue de la dette. Cette contrainte n’est que très légère cependant puisque, à partir de 2008, la dette privée rapportée au PIB stagne au profit du développement de la dette publique, moins consommatrice en fonds propres pour les banques. Dans l’intention d’éviter une crise future, les dispositifs d’intervention que nous avons mentionnés sont également cohérents. Il est cependant intéressant de noter que le fait de vouloir éviter l’utilisation des fonds publics répond à la contrainte posée par le troisième fait stylisé. En effet, si la dette publique a pris le relais de la dette privée, cela signifie que les fonds publics diminuent de plus en plus, d’où le besoin de trouver des sources alternatives de financement pour répondre à l’éventualité d’une crise future15. Le but de ces réformes étant de veiller à la résilience des établissements financiers ou de les secourir en cas de crise ; elles ne visent pas à inverser le rapport de force entre capital industriel et financier mais bien à assurer la stabilité et la solidité du capital financier.

Conclusion

37Il est possible de caractériser le régime monétaire comme le résultat de compromis sociaux permettant d’articuler le conflit entre capital financier et capital industriel, tout en équilibrant les deux activités contradictoires du capital financier (financement de l’économie et spéculation), et encadrant une série de dispositifs dont les autorités monétaires disposent pour permettre la reproduction de ce régime. Dans le cas de la zone euro, les créanciers sont favorisés au détriment des débiteurs. Plus précisément, le capital fictif surplombe le capital industriel et les politiques monétaires et financières n’ont fait que perpétuer cet état de fait. Nous avons pu constater que toutes les politiques mises en œuvre en zone euro par les autorités monétaires (avant et après 2008) étaient en cohérence avec les faits stylisés qui montraient l’avantage du capital financier sur le capital industriel ainsi que la prépondérance du capital fictif comme forme du capital financier. Par ailleurs, une seconde conclusion de l’article consiste à distinguer un changement (de nature) du régime d’un changement dans la manière dont les autorités mettent en œuvre leurs politiques dans le cadre de ce régime. Cette conclusion a été utile à l’interprétation du cas de la zone euro. En effet, les mesures non conventionnelles de politique monétaire ainsi que les nouvelles responsabilités de la BCE en termes de surveillance et de prévention du risque systémique représentent des changements importants du régime monétaire. Cependant, la distinction entre premier et deuxième niveau nous a permis de constater que ces changements, aussi important soient-ils, ne sont pas synonymes de changement du régime monétaire. Ces changements ne semblent être que des modifications importantes des pratiques des autorités monétaires pour préserver l’état du compromis social entre créanciers et débiteurs et créer les conditions nécessaires à la perpétuation de l’accumulation du capital fictif.

38Il demeure cependant une double insuffisance à combler. D’une part, le conflit créanciers/débiteurs ne représente pas la totalité du champ de la régulation monétaire. Par exemple, Théret (2007) en mentionne trois autres (conflit entre émetteurs de monnaie, entre État et société et entre communautés monétaires). L’approche théorique du régime monétaire doit donc être développée pour englober ces autres conflits. D’autre part, les travaux de Théret que nous venons de mentionner présentent également une analyse des régimes monétaires depuis l’Antiquité. Cependant, si l’on appréhende le conflit créanciers/débiteurs par le biais de l’accumulation du capital et si l’on mentionne spécifiquement les politiques monétaires ou de PDR comme instrument du régime, cela confine de fait l’approche aux cas des économies capitalistes, ce qui représente un pas en arrière par rapport aux analyses de Théret en termes de champ d’application. La théorie des régimes monétaires peut donc également être développée pour devenir applicable à des économies précapitalistes.

Haut de page

Bibliographie

ACPR (2019), « Dix ans de réformes post-crise : le système financier est-il plus sûr ? », Intervention de Frédéric Visnovsky, Secrétaire général adjoint de l’ACPR, Assemblée générale du Centre des Professions Financières, Paris, mardi 4 juin, consulté le 13 novembre 2019 https://acpr.banquefrance.fr/sites/default/files/medias/documents/20190604_10_ans_de_reformes_post_crise.pdf.

Aglietta M. 1997 [1976], Régulation et Crises du Capitalisme. Paris, éditions Odile Jacob, 3e édition.

Aglietta M., Ould-Ahmed P. & J.-F. Ponsot (2016), La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, éditions Odile Jacob.

Aglietta M. & A. Orléan (1982), La violence de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

Aglietta M. & A. Orléan (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, éditions Odile Jacob.

Aglietta M. & N. Valla (2017), Macroéconomie financière, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 6e édition.

Arestis P. & F. Terra (2017), « Monetary policy in the Postkeynesian theoretical framework », Brazilian Journal of Political Economy, vol. 37, no 1, Sao Paulo, janvier/mars, consulté le 13 novembre 2019, http://dx.doi.org/10.1590/0101-31572016v37n01a03.

Benati L. & C. Goodhart (2010), « Monetary policy regimes and economic performance: The historical record, 1979–2008 », in Friedman B. & M. Woodford (dir.), Handbook of Monetary Economics, chap. 21, Amsterdam, Elsevier, p. 1159-1236.

Bordes C. & L. Clerc (2010), « L’art du central banking de la BCE et le principe de séparation », Revue d’économie politique, vol. 120, no 2, p. 269-302, consulté le 13 novembre 2019, https://doi.org/10.3917/redp.202.0269.

Bordes C. & L. Clerc (2012), « The ECB’s separation principle: does it “rule OK”? From policy rule to stop and go », Oxford Economic Papers, vol. 65, no 1, p. 166-191, consulté le 30 janvier 2020, https://doi.org/10.1093/oep/gps049.

Bordo M. & A. Schwartz (1999), « Monetary Policy Regimes and Economic Performance: the Historical Record », in Taylor J. & M. Woodford (dir.), Handbook of Macroeconomics, vol. 1A, Amsterdam, Elsevier, p. 149-234.

Boyer R. (1987), La théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte, coll. « Agalma ».

Boyer R. (2004), Théorie de la régulation. 1. Les fondamentaux, Paris, la Découverte, coll. « Repères ».

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes, Paris, La Découverte, coll. « Manuels ».

Boyer R. (2018), La théorie de la régulation au fil du temps, La Plaine-Saint-Denis, Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, Collection interdisciplinaire EMSHA, tiré de http://books.openedition.org/emsha/232.

Boyer R. & Y. Saillard (1995), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Charles S., Dallery T. & J. Marie (2014), « Entre tango et sirtaki : incohérence du régime monétaire et insoutenabilité de la dette publique », Revue Française d’Économie, vol. xxix, no 3, p. 179-224, consulté le 13 novembre 2019, https://doi.org/10.3917/rfe.143.0179.

Durand C. (2017), Fictitious Capital: How Finance Is Appropriating Our Future, New York, Verso.

FMI (2019), Global Financial Stability Report, octobre, consulté le 13 novembre 2019, file:///C:/Users/Vittorio/Downloads/text.pdf.

Guttmann R. (1994), How Credit-Money Shapes the Economy: The United-States in a Global System, Armonk, New York, M. E. Sharp Inc.

Guttmann R. (1995), « Monnaie et crédit dans la théorie de la régulation », in Boyer R. & Y. Saillard (dir), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 85-93.

Guttmann R. (2016), Finance-Led Capitalism: Shadow Banking, Re-Regulation and the Future of Global Markets, New York, Palgrave Macmillan.

Nenovsky N. & Y. Rizopoulos (2004), « Peut-on mesurer le changement institutionnel du régime monétaire ? », Revue d’Économie Financière, no 75, p. 17-36, consulté le 13 novembre 2019, https://doi.org/10.3406/ecofi.2004.4891

Parlement européen (2018), « A monetary policy framework for the European Central Bank to deal with uncertainty », Monetary Dialogue, consulté le 13 novembre 2019, https://www.europarl.europa.eu/cmsdata/157082/Bruegel_FINAL%20publication.pdf.

Plane M. & G. Pujals (2009), « Les banques dans la crise », Revue de l’OFCE, vol. 3, no 110, p. 179-219, consulté le 13 novembre 2019, https://doi.org/10.3917/reof.110.0179.

Théret B. (2007), « La monnaie au prisme des crises d’hier et d’aujourd’hui », in Théret B. (dir), La monnaie dévoilée par ses crises, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, vol. 1, p. 17-74.

Haut de page

Notes

1 Pour la suite de la présentation, sauf indication contraire ou citation après laquelle figurera la référence complète, chaque référence à Aglietta et Orléan sera une référence à leur ouvrage de 2002.

2 Aglietta et Orléan précisent bien que les systèmes réels ne sont jamais strictement l’un ou l’autre, mais toujours une combinaison des deux.

3 La manière dont Aglietta définit le système monétaire a quelque peu changé avec le temps. Aglietta (1976) définissait un système monétaire comme la manière dont la monnaie, équivalent général représentant le montant de travail abstrait dans les biens produits, se modifie pour accompagner l’évolution des conditions de production de cette valeur.

4 La définition généralement admise du régime d’accumulation est la suivante : « L’ensemble des régularités assurant une progression générale et relativement cohérente de l’accumulation du capital […]. » (Boyer, 2015, p. 61)

5 Pour la suite de la présentation, sauf indication contraire ou citation après laquelle figurera la référence complète, chaque référence à Guttmann sera une référence à son ouvrage de 1994.

6 Le terme d’État est entendu ici au sens large d’autorités publiques. Le gouvernement est bien entendu à distinguer de la banque centrale et des instances régulatrices. Nous disons que l’État gère la monnaie et le crédit pour reprendre l’expression de Guttmann (2016, p. 57) : « State management of money and borrowing ».

7 Voir entre autres exemples Aglietta (1976) ou Boyer (2015).

8 En effet, il expose en particulier la manière dont le développement du capitalisme, au moment de l’exacerbation du conflit entre intérêts ruraux et industriels, a fait entrer en crise l’ancien standard bimétalliste ; ainsi que la longue transition qui, de réforme en réforme, à travers les crises de la fin du xixe et du début du xxe siècle, a abouti au régime monétaire d’après-guerre. Ce dernier a connu le même sort au moment de la crise du régime fordiste.

9 Nous reviendrons plus précisément sur les différentes formes de capital fictif dans la prochaine sous-section, puisque nous les mobiliserons pour étudier la cohérence globale du régime monétaire européen.

10 Nous utilisons le terme d’agent pour englober tous les cas de figure possibles, dans la mesure où un détenteur de capital autant qu’un créancier ou un débiteur peut aussi bien représenter un individu qu'une entreprise ou encore un État.

11 Les données sur les formes plus sophistiquées de capital fictif, comme les dérivés ou les options, étant rares et trop récentes pour couvrir l’ensemble de la période d’existence de l’euro, nous nous contenterons de l’analyse des formes basiques qui capturent tout de même l’essentiel du conflit entre créanciers et débiteurs qui nous intéresse ici.

12 C’est pour cette raison que, pour éviter d’alourdir le texte avec cette distinction, nous parlerons dans le reste de l’article de politique monétaire pour qualifier l’ensemble des mesures non conventionnelles de la BCE.

13 Le régime de change étant flottant, la BCE n’a pas de politique de change significative.

14 Les crises des systèmes à dominante bancaire (en faveur des débiteurs) ou financière (en faveur des créanciers) sont bien présentées par les auteurs comme des crises d’inflation ou d’hyperinflation et de déflation. Théret (2007, p. 65) englobe même l’examen des systèmes de monnaie métallique dans son analyse, en précisant que les crises mettant à mal l’ancrage nominal sont souvent déflationnistes et se manifestent par des pénuries monétaires.

15 Nous n’adresserons pas ici les problèmes de l’insuffisance ou non des fonds mobilisés de cette façon, l’article visant essentiellement à comprendre la cohérence globale du régime monétaire européen.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux de la dette publique en zone euro (benchmark bond à 10 ans, axe de gauche) et marge bancaire sur les prêts au secteur privé en zone euro (en pourcentage moyen, axe de droite) de janvier 2003 à janvier 2019
Crédits source : auteur, à partir de données mensuelles de la Banque Centrale Européenne (BCE)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2 : EURIBOR à 3 mois de janvier 1999 à janvier 2019
Crédits source : auteur, à partir de données annuelles du FMI
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 3. Ratio dette privée (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017
Crédits source : auteur, à partir de données annuelles du FMI
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Graphique 4. Ratio dette publique (tous instruments) sur PIB (en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à 2017
Crédits source : auteur, à partir de données annuelles du FMI
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphique 5. Ratio dette publique (tous instruments) sur dette privée (tous instruments, en pourcentage moyen) en zone euro de décembre 1999 à décembre 2017
Crédits source : auteur, à partir de données annuelles du FMI
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 6. Capitalisation du marché boursier (pourcentage du PIB) en zone euro de 1999 à 2018
Crédits source : auteur, à partir de données annuelles de la Banque Mondiale
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 2. Cohérence globale du régime monétaire européen
Légende Visualiser dans un format plu grand
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Graphique 7. Taux directeurs de la BCE de janvier 1999 à janvier 2019
Crédits source : auteur, à partir de données de la BCE
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vittorio Mazzotta, « Vers une caractérisation synthétique des régimes monétaires en économie capitaliste : conceptualisation et jalons pour une application au cas du régime monétaire européen », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15565 ; DOI : 10.4000/regulation.15565

Haut de page

Auteur

Vittorio Mazzotta

Doctorant, Université Paris 13, CEPN ; vittorio.mazzotta@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page