Navigation – Plan du site
Dossier : Autour de l'institutionnalisme monétaire
Entretiens du dossier

Sur les origines et le développement d’un institutionnalisme monétaire en France

Entretien avec Bruno Théret, conduit par Pierre Alary et Ludovic Desmedt
Bruno Théret, Pierre Alary et Ludovic Desmedt

Texte intégral

Bruno Théret, est directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’IRISSO, Université Paris Dauphine, P.S.L. Diplômé de l’École centrale des arts et manufacture, détenteur d’un diplôme d’études supérieures en sociologie et d’un doctorat d’État en économie, il a travaillé à la direction de la prévision du ministère de l’Économie et des Finances de 1972 à 1987, date à laquelle il est entré au CNRS. Il a développé une approche institutionnelle historique, comparative et interdisciplinaire des relations entre l’économie, la politique, et les représentations discursives, plus particulièrement dans les domaines de la protection sociale, de l’État et du fédéralisme politique et fiscal, ainsi que de la monnaie et de la finance. Ses terrains de recherche se situent principalement en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique latine.

La construction d’un parcours intellectuel

Revue de la régulation (RR). Entre vos premiers travaux et ceux que vous publiez aujourd’hui, pourriez-vous identifier les éléments de continuité et les éléments de rupture (s’ils existent) ? Quelles sont les notions qui vous paraissent essentielles pour analyser de manière pertinente les relations monétaires ?

  • 1 Sur les concepts de topologie et de configuration topologique du social, voir par exemple Théret (1 (...)

Bruno Théret (BT). Mes premiers travaux, marqués par la conjoncture des années 1970 et la forme spécifique d’organisation de l’État et du circuit du Trésor en France, étaient centrés sur l’État et les finances publiques considérées simultanément dans leur logique propre et dans leur interdépendance avec les finances privées. Leur perspective était historique, et la monnaie y apparaissait comme moyen de prélèvement fiscal, par le seigneuriage et les manipulations monétaires, tout autant que comme simple moyen du prélèvement, via le passage de l’impôt en nature à l’impôt en argent. Dès le départ donc, pour analyser la dynamique de la monnaie qui m’apparaissait être au cœur de l’émergence et de l’évolution des sociétés capitalistes-étatiques modernes, j’ai accordé de l’importance à la dialectique entre le public et le privé, le fiscal et le marchand. C’est ce qui m’a conduit, dans ma thèse d’État (Théret, 1990a, 1990b), à resituer les liens entre monnaie et finances publiques et entre finances publiques et finances privées dans le cadre d’une approche en termes de « configurations topologiques du social » plus ou moins différenciées et historiquement variables1.

Au moyen de cette approche, j’entendais développer un cadre analytique conforme à la fois à la vision braudélienne (et wallersteinienne) du développement du capitalisme et de la place non nécessairement fonctionnelle que l’État y tient, et à la sociologie wéberienne (mais aussi simmélienne et éliasienne), qui met l’accent sur les processus de différenciation des sociétés modernes entre des sphères de vie et de pratiques sociales régies par des finalités et des rationalités ou encore, dit autrement, des logiques d’action (ethos) diverses, voire antinomiques. Dans ce cadre théorique, qui oppose les sociétés modernes à l’idéal-type holiste des sociétés premières où le religieux, le politique, l’économique et le familial sont confondus, la monnaie est envisagée non seulement comme un médium de l’échange marchand susceptible de se convertir en capital, mais aussi comme une médiation économique essentielle de la totalisation des sociétés menacées par le processus de différenciation ; la monnaie dans les États capitalistes n’est pas qu’un simple instrument d’échange, elle est aussi la médiation entre finances publiques et finances privées investie d’un rôle de régulation de leurs interdépendances.

Des séminaires fondateurs

  • 2 Sur cette expression, voir Salama et Valier (1990).

Entre 1989, date à laquelle j’ai terminé la rédaction de ma thèse, et 1993, année de lancement du séminaire interdisciplinaire AEF-CREA « Souveraineté, Légitimité de la monnaie » par Michel Aglietta, André Orléan et Jean-Marie Thiveaud, deux exercices interdisciplinaires de pensée conforteront à mes yeux la portée de cette approche pour rendre compte du fait monétaire dans l’ensemble de ses dimensions économiques, politiques et symboliques. Le premier a consisté à analyser à chaud, moyennant une série de missions dans ce pays à partir de 1988, le phénomène d’« hyperinflation rampante2 » qu’a connu le Brésil entre 1985 et 1993.

  • 3 Voir Théret (1993a, 1995a).

Moyennant une reformulation de divers travaux d’économie politique de l’inflation à l’aide du concept de configuration topologique du social, l’hyperinflation brésilienne du tournant de la décennie 1980 se révélait être une « hyperinflation de rentiers » de nature différente des hyperinflations des années 1920 en Europe (étudiée par A. Orléan dans le cas allemand, et récemment par Daouda Drabo et Ludovic Desmedt dans le cas hongrois), même si le résultat, la destruction de l’unité de compte nationale, fut identique. Au Brésil, la montée inexorable par paliers des niveaux d’inflation jusqu’à l’hyperinflation, dans le contexte de crise de la dette publique et de retour à la démocratie libérale des années 1980, pouvait en effet s’interpréter comme le résultat d’une généralisation de dispositifs non synchronisés d’indexation des revenus dans la plupart des secteurs de l’économie, conduisant à un fractionnement extrême du monnayage. C’était là l’expression d’une crise, d’origine à la fois externe et interne au pays, de la configuration topologique de la société brésilienne en deux blocs de groupes sociaux opposés, mais qui, sous la férule du pouvoir militaire, avaient été obligés de s’accorder sur un compromis permettant à la fois le développement d’un capitalisme industriel national, via un régime d’émission monétaire accommodant, et le maintien des intérêts rentiers traditionnels, par le jeu d’une « correction monétaire » protégeant les revenus des actifs financiers contre l’inflation et empêchant donc toute « euthanasie des rentiers3 ».

  • 4 Baldner J.-M. et al. (1993) ; voir également Baldner & Gillard (dir.), 1996.
  • 5 « Présentation », in Baldner et al. (1993).

Ma seconde expérience interdisciplinaire, faite en 1991-1992, fut un travail de deux ans de lecture critique de l’ouvrage de Georg Simmel, La philosophie de l’argent, dans le cadre du Centre de Recherche Historique (CRH) de l’EHESS au sein du groupe « Dons - Monnaies - Prélèvements » animé par l’historien Alain Guéry et rassemblant des historiens, des économistes et un psychosociologue4. Ce fut là une lecture roborative, car dans cette « histoire philosophique de l’argent » qui est une « invite à l’indisciplinarité » sont déjà présents divers thèmes et « interrogations multiples » qui seront approfondis dans la série de séminaires interdisciplinaires de recherche, inaugurée en 1993 par celui de l’AEF-CREA évoqué ci-dessus. Dans Philosophie de l’argent, en effet, c’est « la distance croissante entre les objets et les signes » que permet la monnaie « qui construit le sujet et le lien social. La monnaie (y) est un agent double, agent de liaison et de dissolution, de liberté et d’asservissement. Signe et représentation de la valeur, l’argent (y) suppose la confiance dans l’ordre social, un langage commun, toute une chaîne de croyances5… ». On trouve également, au cœur de l’ouvrage, le processus de différenciation de la société moderne en multiples « provinces de vie » ou ordres hétérogènes de pratiques sociales que le jeu de la monnaie, du droit et de l’intellectualité permet de recomposer pour faire société.

Entre, d’une part, ces premiers exercices de test empirique et théorique de la pertinence heuristique du modèle topologique, et d’autre part, les divers séminaires centrés sur les questions de souveraineté et de légitimité de la monnaie dans lesquels l’approche institutionnaliste de la monnaie s’est développée en France à partir de 1993, il n’y a pas solution de continuité. C’était le même type de formule qui était à l’œuvre. Néanmoins, outre la dynamique d’élargissement du collectif de recherche qu’ils ont stimulée, le fait nouveau majeur fut un basculement théorique imputable à l’intégration d’apports anthropologiques (sous l’influence notamment de Daniel de Coppet) et qui consistera, d’une part à ne plus raisonner en termes d’échanges mais de dettes-créances, la monnaie en tant que telle pouvant alors être définie comme une institution de compte et de paiement des dettes, d’autre part à relier le concept de souveraineté à celui de dette de vie (ce qui conduira à dissocier autorité et pouvoir souverains).

Penser la pluralité monétaire

Mes travaux ultérieurs s’inscriront dans cette reformulation de la nature de l’institution monétaire, qui était parfaitement compatible avec l’idée de différenciation topologique des sociétés modernes en une pluralité d’ordres de vie à la fois autonomes et interdépendants les uns des autres. Ils consisteront à développer de manière cumulative cette compréhension de la monnaie, les hypothèses inférées par abduction à partir de diverses études de cas à l’issue d’un séminaire de recherche étant destinées à être testées par induction dans l’étape suivante, selon un processus en spirale. Et il me semble que cette dynamique n’a pas valu que pour moi. En témoignent les thèmes des quatre séminaires qui, jusqu’à maintenant, ont succédé au séminaire séminal AEF-CREA de 1993-1995 et au groupe de rédaction de La monnaie souveraine qui en a émané (1995-1997), lesquels forment la colonne vertébrale de la conception interdisciplinaire de la monnaie progressivement élaborée : les crises comme révélatrices de la structure intime de la monnaie envisagée comme fait social total (La monnaie dévoilée par ses crises) ; la relation complexe, de non nécessaire recouvrement, existant entre souveraineté politique et souveraineté monétaire (La souveraineté monétaire et la souveraineté politique en idées et en pratiques : identité, concurrence, corrélations ?) ; la question de la pluralité comme état normal de la monnaie (La monnaie entre unicité et pluralité) ; et les relations entre les théories et les politiques monétaires (Politiques de la monnaie).

Mes travaux de ces dernières années sont de ce fait dans la continuité des premiers. Ils en diffèrent néanmoins par le fait qu’ils répondent non plus seulement à des enjeux théoriques internes au champ des économistes ou relatifs à l’insertion de celui-ci dans les sciences sociales, mais s’inscrivent aussi plus directement dans une perspective de socio-économie engagée contre les adages politiques du type TINA et les visions acritiques de la globalisation financière. Les enjeux fondamentaux de la période actuelle en matière monétaire sont, selon moi, le développement d’une contestation, d’une part, du monopole de la Finance sur la monnaie sans pour autant lui substituer un monopole de l’État, d’autre part, de la conception de la pluralité monétaire qui la réduit à la concurrence (dont on sait depuis Élias qu’elle engendre le monopole) en faisant place au concept de complémentarité entre monnaies qui permet de penser la pluralité dans un cadre unitaire.

  • 6 Théret (2016) ; Lemoine & Théret (2017) ; Coutrot & Théret (2019).

Dans une perspective informée par l’histoire monétaire et les théories du fédéralisme, il apparaît alors nécessaire de sortir de la répression monétaire des États et de réhabiliter la capacité des Trésors publics à émettre leur propre monnaie, sachant que cela n’implique pas l’annihilation de la monnaie de crédit bancaire. Aussi, si je suis en quelque sorte revenu à mon point de départ – la monnaie en tant que ressource pour les finances publiques–, c’est dans une perspective de complémentarité monétaire qui, pour le moins, conduit à distinguer la banque centrale (en tant que chambre de compensation des banques commerciales) et le trésor public, dans leurs capacités et finalités respectives en matière d’émission monétaire6. Ayant toujours travaillé à partir d’une perspective historique et comparative, mes travaux les plus récents cherchent en fait à sortir de l’oubli diverses expériences contemporaines de pluralité monétaire qui confortent l’idée que cette pluralité est l’état normal dans une société différenciée qui se veut viable et où la monnaie est appelée à y être utilisée de façon spécifique dans les différents « ordres de vie » qui la composent ; ce qui implique d’un côté une pluralité de circuits monétaires et des monnayages diversifiés en fonction des usages de la monnaie, de l’autre une monnaie de compte fédératrice à l’échelle de la communauté politique qui s’auto-définit comme souveraine.

  • 7 Voir l’axe de recherche du même nom de l’IRISSO, Institut de recherche interdisciplinaire en scienc (...)

Enfin, comme il est devenu très difficile pour les économistes y compris hétérodoxes de prendre leur distance à l’égard de la théorie financière de la monnaie, sauf à retomber dans la centralisation absolue prônée par la plupart des partisans du « 100 % monnaie », c’est surtout dans le cadre de collaborations avec des sociologues, anthropologues, politistes et juristes désireux de contester le monopole des économistes sur les questions économiques (comment ne pas les approuver ?) que je travaille le plus étroitement désormais dans une perspective de « sociologie politique de l’économie7 ».

RR. Dans votre approche de la monnaie, quelles ont été vos principales sources d’inspiration en économie et au sein des autres sciences sociales ?

  • 8 Voir Théret (2003).

BT. Comme je l’ai évoqué plus haut, mes sources premières d’inspiration en matière monétaire ont été la sociologie historique allemande (Max Weber, Georg Simmel, Norbert Elias), et la sociologie structuraliste génétique qui, pour moi, en dérive (Pierre Bourdieu). L’anthropologie française maussienne et, plus largement, structuraliste (Claude Lévi-Strauss) m’a également influencé. Cela dit, pour moi, le structuralisme le plus intéressant au plan heuristique est le structuralisme méthodique et morphogénétique de Jean Piaget (et de Lucien Goldmann) qui n’implique aucun déni de l’histoire ni de l’action individuelle et collective8.

  • 9 Voir Théret (1982, 1990b, 1993b, 1995b).

Sur le plan économique, comme la plupart des régulationnistes de ma génération, je suis parti de Karl Marx en cherchant à le dépasser, notamment en mobilisant Karl Polanyi. Marx, en effet, à l’exception de quelques passages sur la dette publique, ne développe aucune analyse économique de l’État et s’en tient à un État superstructure. Or mon objectif a toujours été de mieux prendre en compte la place, essentielle à mes yeux, des États dans la dynamique du capitalisme, notamment en tant qu’agents économiques ayant leur propre économie de prélèvement-redistribution9. Il va sans dire que les économistes adeptes d’un enchâssement de l’économie politique dans l’histoire et/ou l’anthropologie comme Michel Aglietta, Robert Boyer, Alain Lipietz et André Orléan, mais aussi Lucien Gillard et Jean-Michel Servet, qui, pour un bon nombre d’entre eux, sont considérés par la génération suivante comme les fondateurs de l’institutionnalisme monétaire français (Alary et al., 2016.), ont également été pour moi des sources d’inspiration avant même que nous nous retrouvions rassemblés autour d’une même table en septembre 1993.

  • 10 Comme le montre le passage suivant : « Les sociétés primitives connaissent souvent l’institution du (...)

Par ailleurs, en même temps qu’était posée et validée par le groupe des futurs auteurs de La monnaie souveraine tant l’hypothèse de la dette de vie (qu’on peut considérer être une hypothèse du type big bang) que la conception de la société comme tissu de dettes-créances, je me suis intéressé à l’économie institutionnelle développée durant l’entre-deux-guerres par John R. Commons, un des pères fondateurs de l’institutionnalisme économique étatsunien. Comme signalé dès 1993 par Jérôme Maucourant dans un article de la Revue du MAUSS (Maucourant, 1993), cet auteur a développé pendant l’entre-deux-guerres, d’une part une conception de la société économique en termes de transactions créatrices de dettes, d’autre part une approche socio-anthropologique de la souveraineté et de la monnaie qui me sont apparues d’emblée très proches de ce qui se construisait dans le séminaire AEF-CREA10. Aussi, avec le groupe DMP du CRH-EHESS déjà évoqué, nous avons répliqué à partir de 1995, ce que nous avions fait auparavant sur Simmel en menant cinq années durant une lecture critique de Institutional Economics, le magnum opus de cet auteur (Guéry [dir.], 2001). Commons, sa méthode « pragmaticiste » de construction de concepts et « formules » inspirée par Charles Peirce, et son pragmatisme philosophique proche de celui de John Dewey, sont ainsi devenus pour moi des sources d’inspiration importantes, car validant et renforçant la pertinence des travaux menés dans la série longue des séminaires qui ont été la matrice de l’institutionnalisme monétaire français.

L’institutionnalisme monétaire aujourd’hui

RR. Parmi les nombreux travaux anglo-saxons parus récemment sur la monnaie (Christine Desan, Nigel Dodd, David Graeber, Randall Wray, etc.), quels sont ceux qui vous ont paru les plus féconds ?

BT. Les travaux anglo-saxons sur la monnaie de Christine Desan, juriste, de Nigel Dodd, sociologue, de David Graeber, anthropologue, et de Randall Wray, économiste, auxquels il faudrait ajouter ceux de l’économiste Perry Mehrling, du sociologue Geoffrey Ingham, et des anthropologues Jane Guyer, Keith Hart et Bill Maurer qui sont des intellectuels extrêmement féconds, sont, chacun dans leur domaine car ils ne forment pas un collectif de recherche, fort intéressants et sources d’inspiration. Ils entretiennent à des degrés divers des liens de parenté avec l’institutionnalisme monétaire français, notamment du fait de références communes à Simmel, Mauss, Commons, Polanyi, etc. Ils sont donc susceptibles d’alimenter une approche unitaire de science sociale de la monnaie qui constitue une alternative à la théorie financière anglo-saxonne mainstream, malheureusement devenue common knowledge chez les élites politiques dirigeantes en Europe comme ailleurs.

  • 11 Ceux cités ci-dessus mais aussi Maurice Bloch et Jonathan Parry ainsi que Joel Akin et David Robbin (...)
  • 12 Pour Keith Hart, le principal obstacle au dialogue serait la langue et le fait que peu de textes de (...)

Cela dit, je dois l’avouer, à part surtout des emprunts aux anthropologues11, mes lectures de ces auteurs sont restées jusqu’à ce jour périphériques et la source de faibles interférences de pensée. Je ne les ai pas vraiment travaillés de manière approfondie et critique, ce qui, à la réflexion, peut s’expliquer par les raisons suivantes : 1/un manque de temps pour s’y investir plus que marginalement en raison du caractère chronophage par ailleurs de la constitution et du développement d’un savoir collectif et interdisciplinaire, l’interdisciplinarité se payant donc d’un déficit d’internationalité ; 2/un manque de ressources suffisantes pour instaurer et entretenir un dialogue fructueux en internationalisant les séminaires de recherche, ce qui a néanmoins commencé à se faire lors du séminaire consacré à la pluralité monétaire ; 3/ des difficultés à établir des contacts avec le monde anglo-saxon de la recherche, dès lors que l’on pense et écrit dans une langue étrangère, comme nous l’avons expérimenté lors du colloque international sur l’institutionnalisme monétaire français en 2016, à Lyon, précisément destiné à ouvrir à l’international le débat, et pour lequel nous avions lancé, sans grand succès, diverses invitations12 ; 4/enfin, sur un plan personnel, d’une part, un manque d’incitation à mener un débat avec des travaux individuels qui ne s’inscrivent pas dans un courant collectif interdisciplinaire de pensée, d’autre part l’absence d’un sentiment de nécessité absolue à investir dans un tel échange, dans la mesure où je « dialogue » par ailleurs avec l’institutionnalisme étatsunien commonsien (avec notamment un groupe de chercheurs japonais) et, en raison de mes terrains d’observation, avec des collectifs de chercheurs latino-américains issus de différentes disciplines.

Quelques pistes de dialogue avec l’hétérodoxie monétaire anglo-saxonne

  • 13 Voir Théret (2009).

Tous ces facteurs expliquent qu’il n’existe guère encore à l’heure actuelle de véritable synergie entre l’institutionnalisme monétaire français et les spécialistes anglo-saxons de la monnaie proches de l’institutionnalisme historique et/ou de l’institutionnalisme sociologique. Quelques passerelles existent néanmoins du fait de références théoriques communes qu’il serait important de démultiplier et transformer en véritables ponts. Ces passerelles sont néanmoins encore étroites, car, lorsqu’un minimum d’interconnaissances existe, aux obstacles que je viens de lister s’ajoutent diverses incompréhensions. Ainsi l’anthropologue polanyen David Graeber disqualifie le concept de dette de vie développé dans La monnaie souveraine en le traitant de pur mythe au même titre que la fable du troc des économistes néoclassiques (Graeber, 2013). Pourtant, il s’agit d’un concept emprunté à l’anthropologie où il est très présent implicitement, mais aussi parfois explicitement13. Cette disqualification, due à une lecture rapide, s’accompagne d’une réduction de l’institutionnalisme monétaire français à une nouvelle forme de chartalisme, alors même que celui-ci énonce clairement que la monnaie n’est la créature ni du marché, ni de l’État. Étrangement cependant, Graeber ne se prive pas de recourir amplement au mythe dénoncé pour interpréter diverses situations historiques. Ce qui laisse la porte ouverte pour une future discussion.

De son côté, Nigel Dodd, sociologue connaisseur de la pensée française en science sociale et partageant avec l’institutionnalisme monétaire français une inspiration simmelienne, fait référence au chapitre « Violence » de son livre The social life of money à La violence de la monnaie de M. Aglietta et A. Orléan, un des ouvrages fondateurs de l’institutionnalisme monétaire français, publié en 1982-1986, et dans lequel ceux-ci, dans une perspective encore strictement girardienne, n’envisagent la monnaie qu’à travers le prisme de l’échange et dans son rapport isomorphique à la violence (Dodd, 2014). En revanche, Dodd ne mentionne pas l’évolution de la pensée de ces auteurs et leur basculement dans une problématique de la dette et de la confiance à partir des années 1990, une évolution pourtant très claire dans les deux ouvrages de La monnaie souveraine qu’ils ont co-dirigés en 1998, et dans La monnaie entre violence et confiance qu’ils ont co-signé en 2002. Pourtant, le souci de Dodd d’envisager la monnaie dans la multiplicité de ses dimensions et en tant que réseau et processus est partagé par les partisans de l’institutionnalisme monétaire français qui voient dans la monnaie un fait social total. Ses analyses de la crise de la zone euro et sa prise en considération de la pluralité monétaire sont aussi proches des nôtres. Avec Dodd, le dialogue devrait donc aussi être à l’ordre du jour.

Il en est de même avec Christine Desan, juriste et historienne, qui me semble être en accord avec le point de vue de l’institutionnalisme monétaire français qui définit la monnaie à partir de ses deux propriétés génériques de compte et de paiement de dettes, que celles-ci soient publiques ou privées. Ses travaux sur l’histoire de la monnaie aux EUA et en Grande-Bretagne montrent entre autres que la pluralité monétaire et la complémentarité entre monnaies ont toujours été un état normal, surtout dans des contextes politiques fédératifs. Il est donc possible de tirer profit de ses travaux et là aussi de développer un dialogue qui, du fait de l’arrivée de jeunes juristes dans le séminaire de recherche Politiques de la monnaie en cours, sous la direction de Laurent le Maux et Pépita Ould-Ahmed, a déjà été amorcé.

  • 14 Voir Niggle (1991) ; Whalen (1992, où il est considéré que l’institutionalisme et le Post Keynesian (...)
  • 15 « La difficulté pour délimiter le champ d’étude de ce que l’on appelle l’économie institutionnelle (...)

Pour ce qui est des économistes hétérodoxes, plutôt que du côté du post-keynésianisme standard qui a bien du mal à ne pas rester une sorte de macro-économie pure dont on a peine à saisir ce qu’elle a d’institutionnaliste, il semble préférable de se tourner vers deux courants qu’on peut considérer comme issus de l’ancien institutionnalisme étatsunien patronné à l’origine par Richard Ely (Rader, 1966) : l’un se réfère à un croisement entre les idées monétaires de J. R. Commons et de J. M. Keynes et a été qualifié successivement d’« institutionnalisme post-keynésien » (PKI), de « keynésianisme évolutionnaire » (EI) puis plus récemment de Modern Monetary Theory (MMT) ; dans ses rangs figurent par exemple Christopher Niggle, Charles Whalen, Hyman Minsky, Éric Tymoigne et Randall Wray14 ; l’autre est représenté par Perry Merhling qui, quant à lui, se réclame de la money view des économistes institutionnalistes influencés par Ely comme Allyn Young, Alvin Hansen, Edward Shaw et Hyman Minsky (Mehrling, 1997, 1999). Même si, bizarrement, Mehrling fait l’impasse sur les apports (soulignés par le PKI) à la théorie de la monnaie de Commons, lui aussi élève de Ely, l’un et l’autre se rejoignent en la personne de Minsky. Comme Commons est à mon avis une référence incontournable en matière d’institutionnalisme économique et monétaire (j’y reviens au point suivant), il est clair que l’institutionnalisme monétaire français a tout intérêt à étudier les tenants et les aboutissants de ces deux courants en se demandant s’ils développent véritablement une théorie de la monnaie en tant qu’institution, dans le sens que prend ce terme dans l’institutionnalisme monétaire français et chez Commons, ou s’ils ne font que jouer sur « le sens du mot institution » en ajoutant un simple cadre institutionnel extérieur à une théorie monétaire purement formelle15.

RR. La production scientifique n’est pas le fruit du hasard, ou marginalement. Selon vous quels sont les dispositifs institutionnels nécessaires à l’épanouissement de l’institutionnalisme monétaire ?

BT. Il n’y a sans doute pas de recettes magiques. Mais je peux dire que la formule consistant d’une part à inscrire dans une durée de 2 ou 3 ans des séminaires interdisciplinaires réguliers (mensuels) dans lesquels les chercheurs disposent d’un large temps pour exposer leurs travaux à des stades intermédiaires d’élaboration, d’autre part à ponctuer ces séminaires par des journées récapitulatives, permettent un vrai travail d’élaboration collective et créent progressivement un sentiment d’appartenance à une communauté de recherche, par-delà les différences disciplinaires. Enchainer ces séminaires de recherche pour progresser dans la réponse aux questions qui ne manquent pas de se poser à leur issue ou qui peuvent apparaître après publication et soumission à la critique d’un plus large public, les ouvrir à de nouveaux chercheurs qui se révèlent intéressés et à de nouvelles disciplines, ce qui est si nécessaire compte tenu de la nature des nouvelles questions traitées, apparaît aussi propice à la formation d’une école par intégration progressive de jeunes chercheurs susceptibles de la ressourcer.

Pour ce qui concerne l’institutionnalisme monétaire français, on peut parler d’un succès de cette formule qui, entre 1993 et aujourd’hui, de façon continue, a permis à des économistes, des historiens, des anthropologues et sociologues, des politistes, des philosophes et des juristes, de prendre l’habitude de se fréquenter et de s’apprécier, de sympathiser en échangeant de manière conviviale leurs savoirs respectifs en vue de la construction d’une science sociale unifiée de la monnaie. C’est ce qui a permis que cinq séminaires se soient enchaînés, que quatre livres collectifs marquants aient été produits, deux autres étant en préparation, et que le passage de témoin se soit effectué entre générations.

Bref pour faire école en restant indisciplinés, il faut se donner le temps et le prendre sans trop d’égard vis-à-vis des conséquences encourues dès lors qu’on s’affranchit des lois coercitives du publish or perish dans les revues disciplinaires établies, en se payant en contrepartie avec le gai savoir qu’on ne peut manquer de tirer de la pratique d’une science sociale réunifiée.

Renouveler la théorie institutionnelle des pratiques monétaires

RR. Si la monnaie est une institution, quel(s) sens attachez-vous à cette notion ?

BT. J’ai passé pas mal de temps à travailler la question de la définition de l’institution. Au stade actuel de mes réflexions, celle qui me paraît à la fois la plus heuristique et synthétique est celle que J. R. Commons a conçue et appliquée à la monnaie dans sa dernière œuvre majeure (Commons, 1990 [1934] ; Théret, 2001, 2003). La conception de l’institution chez cet auteur est compatible avec celles retenues aussi bien par la sociologie durkheimienne-maussienne que par la théorie de la régulation ; elle a en outre le mérite d’être plus précise. J’ai montré ailleurs qu’elle est un point focal vers lequel tendaient les différentes tendances actuelles de l’institutionnalisme qui a refait surface dans les différentes sciences sociales après le déclin du structuralisme, à savoir le néo-institutionnalisme de la théorie du choix rationnel en économie, l’institutionnalisme historique en science politique, et l’institutionnalisme sociologique de la théorie des organisations (Théret, 2000a, 2000b). Enfin, plus fondamentalement, son intérêt réside dans le fait que Commons lui-même l’applique à la monnaie et développe de la sorte une forme étatsunienne d’institutionnalisme monétaire avec laquelle l’institutionnalisme monétaire français se doit de dialoguer. Elle mérite donc que je passe un peu de temps à la présenter ici.

Selon Commons :

Si nous nous efforçons de trouver un principe universel, commun à tout comportement considéré comme institutionnel, nous pouvons définir une institution comme étant une action collective contrôlant l’action individuelle. L’action collective se déploie sur toute la gamme allant de la coutume inorganisée jusqu’aux nombreux groupes actifs, comme la famille, la firme, la société de portefeuille, l’association professionnelle, le système de la Réserve fédérale, (…) ou l’État. Le principe commun à tous ces groupes est le contrôle plus ou moins étroit exercé par l’action collective sur l’action individuelle (Commons, 1990 [1934], p. 69-70).

L’action collective est davantage qu’un contrôle de l’action individuelle – c’est, du fait même du contrôle exercé […] une libération de l’action individuelle de la coercition, de la contrainte, de la discrimination ou de la concurrence déloyale, grâce aux restrictions imposées aux autres individus.

Et l’action collective est davantage que la contrainte et la libération de l’action individuelle ; c’est l’expansion de la volonté de l’individu bien au-delà de ce que la modestie de ses propres actions peut lui permettre d’accomplir. […]

Étant donné que pour certains individus cette libération et cette expansion consistent à exercer à leur avantage une contrainte sur d’autres individus, et puisque la définition abrégée d’une institution est le contrôle de l’action individuelle par l’action collective, la définition dérivée d’une institution est la suivante : une action collective en contrainte, en libération et en expansion de l’action individuelle. (Ibid., p. 73)

  • 16 « Passer des marchandises, des individus et des échanges, aux transactions et aux règles opérantes (...)

Le contrôle de l’action individuelle par l’action collective passe par ses « règles opérantes », qu’il s’agisse de celles de la coutume ou de celles qui maintiennent en activité les groupes actifs (familles, entreprises, associations, collectivités publiques). Ces règles opérantes conforment les comportements individuels dans les transactions coutumières et internes aux groupes, mais aussi dans les transactions entre les groupes eux-mêmes qui agissent alors en tant que personnes morales (instituées)16.En outre les transactions entre personnes physiques et morales sont, pour Commons, de nature à la fois conflictuelle et coopérative ; elles recèlent donc une antinomie que des règles opérantes doivent stabiliser en construisant un équilibre de compromis que Commons appelle un « ordre né du conflit » ; les règles opérantes apparaissent alors comme des conventions de coordination permettant que les conflits n’empêchent pas que les transactions se nouent et se reproduisent et que les individus et les groupes restent en activité.

  • 17 Pour Commons en effet, la « formule » de la transaction, c'est-à-dire la structure intime de toute (...)
  • 18 À savoir le rapport capital/travail, le rapport de concurrence, les rapports créanciers/débiteurs e (...)

On est proche ici à la fois de la notion de compromis institutionnalisé, que la théorie de la régulation mobilise aux niveaux macro- et méso-économiques, et de la notion de convention, que l’économie des conventions mobilise au niveau micro. Enfin, dans la mesure où, pour Commons, la société économique est en dernière instance structurée par trois grands ordres de transaction, respectivement de marchandage, de répartition et de direction, il apparaît que l’institution est une médiation entre structures et comportements. En effet, ces trois types de transaction sont pour Commons les structures de base des sociétés modernes17 dans le cadre desquelles se construisent et se développent les institutions contrôlant les comportements individuels ou de groupes. C’est là une conception de l’institution qu’on retrouve dans le structuralisme génétique (Théret, 2003a, 2003b) et dans la théorie de la régulation quand elle distingue les rapports sociaux invariants structurels et les formes institutionnelles concrètes qu’ils prennent en contexte, ces dernières étant des compromis entre groupes sociaux permettant de réguler les comportements conflictuels inhérents aux « rapports sociaux fondamentaux18 » (Boyer, 2003).

Commons propose donc une conception large des institutions qui inclut les institutions formelles (organisées dans des groupes actifs) et informelles (inorganisées et coutumières). En cela sa définition est proche de celle proposée d’abord par Paul Fauconnet et Marcel Mauss, et qui sera reprise ensuite par Émile Durkheim (Durkheim, 1969, p. xxi-xxii). Je cite :

  • 19 À rapprocher de « Les croyances sociales, en donnant forme aux désirs personnels, sont […] les forc (...)

Il n’y a aucune raison pour réserver exclusivement, comme on le fait d’ordinaire, cette expression [Institution] aux arrangements sociaux fondamentaux. Nous entendons donc par ce mot aussi bien les usages et les modes, les préjugés et les superstitions que les constitutions politiques ou les organisations juridiques essentielles ; car tous ces phénomènes sont de même nature et ne diffèrent qu’en degré. […] Les institutions véritables vivent, c’est-à-dire changent sans cesse : les règles de l’action ne sont ni comprises, ni appliquées de la même façon à des moments successifs, alors même que les formules qui les expriment restent littéralement les mêmes19. Ce sont donc les institutions vivantes, telles qu’elles se forment, fonctionnent et se transforment aux différents moments, qui constituent les phénomènes proprement sociaux, objets de la sociologie. (Fauconnet & Mauss, 1901-1969, p. 150-151)

La vision commonsienne de la monnaie comme institution

Mais Commons ne se contente pas de définir avec précision ce qu’est une institution, il applique cette définition au fait monétaire, ce qui fait qu’il est encore plus intéressant pour l’institutionnalisme monétaire français. Pour lui, en effet :

[…] la monnaie, au sens moderne, est l’institution sociale de la création, de la négociabilité et de la libération des dettes nées des transactions. […] Ainsi la monnaie n’est-elle que secondairement, un instrument d’échange ; c’est d’abord un moyen social de création, de transfert et d’extinction des dettes. (Commons, 1990 [1934] 1990, p. 513)

Par ailleurs, il considère que, dès lors que l’action collective est organisée, l’institution est multidimensionnelle :

Une institution a d’abord un corps de croyances acceptées qui colorent et forment les désirs de l’individu depuis l’enfance ; elle est deuxièmement un groupe de produits matériels visant à satisfaire ses désirs ; enfin, c’est une organisation qui fixe l’alignement des individus les uns sur les autres. (Commons, 1899, p. 4)

  • 20 Voir Dutraive & Théret (2017).

Or si on applique cette formule ternaire à la monnaie en tant qu’action collective organisée20, on retrouve ce que j’ai appelé les trois états - incorporé, objectivé et institutionnalisé - de la monnaie, états qui sont respectivement associés au fait que la monnaie est à la fois un système de compte, un système d’objets, et un système de règles organisant la viabilité du système monétaire dans son ensemble (Théret, 2008). Ses bases psychiques (incorporées), le « corps de croyances acceptées » par l’individu, sont la « foi sociale » (Simiand) que la monnaie inspire : la confiance en la stabilité de l’unité de compte, référence mentale ; la croyance dans des valeurs qui légitiment le système monétaire et lui donnent sa force sociale morale. La préférence pour la liquidité, le désir d’argent, « la prodigalité et l’avarice » (Simmel), ou tout simplement le désir de pouvoir développer des relations sociales relèventaussi de ce registre des croyances. Les bases matérielles (objectivées) de la monnaie, le « groupe de produits matériels visant à satisfaire les désirs » de l’individu, sont les instruments de paiement proprement dit (métaux, papiers des billets ou des livres de compte, mémoires électroniques) et les technologies de leur production-destruction et de leur mise en circulation. Enfin ses bases organisationnelles (institutionnalisées), « l’organisation » qui aligne les « individus les uns sur les autres », sont l’ensemble des réseaux-circuits dans lesquels circulent les divers moyens de paiement, les règles organisant les échanges entre ces réseaux ainsi que celles permettant la stabilisation de l’ensemble du système.

Ce sont ces proximités entre l’institutionnalisme économique de Commons et l’institutionnalisme monétaire français qui, compte tenu du fait que le statut théorique des structures et des institutions n’est pas parfaitement clair dans la théorie de la régulation – les formes institutionnelles y sont notamment souvent qualifiées également de formes structurelles, expliquent ma préférence pour la conception commonsienne de l’institution.

RR. L’institutionnalisme monétaire est traversé par de multiples tendances, comment les expliquez-vous ? Qu’est-ce qui vous rapproche de certaines et vous éloigne des autres ?

BT. J’ai déjà suggéré des réponses partielles à ces questions et je ne crois pas que je puisse y répondre de façon plus complète. J’ai certes travaillé sur la structure actuelle du champ des institutionnalismes en y distinguant les trois grands paradigmes disciplinaires qu’on retrouve d’ailleurs à l’œuvre également au cœur de chaque discipline, à savoir le néo-institutionnalisme du choix rationnel qui met l’accent sur le calcul économique dans le choix stratégique des institutions, le néo-institutionnalisme sociologique qui privilégie quant à lui le rôle de la culture et de la routine sur les comportements, et l’institutionnalisme historique qui tient compte de ces deux forces, mais se distingue des deux autres courants en mettant l’accent sur les conflits entre acteurs plutôt que sur la coordination des actions. J’ai pu aussi montrer, et je l’ai déjà suggéré ici, que l’institutionnalisme commonsien, qui est originellement un institutionnalisme historique tout comme la TR, était plus riche au plan théorique dans la mesure où il s’avérait apte à synthétiser les apports respectifs des divers paradigmes composant le champ (Théret, 2000a, 2000b). Mais repérer les paradigmes correspondants au sein de l’institutionnalisme monétaire nécessiterait d’identifier un nombre significatif de travaux sur la monnaie mobilisant une forme ou une autre d’institutionnalisme. Or, je n’en suis pas aujourd’hui capable, et si je vois bien que l’institutionnalisme monétaire français (originellement pour une bonne part d’obédience régulationniste) ou l’institutionnalisme à la Commons sont des expressions de l’institutionnaliste historique duquel je me sens le plus proche, il me paraît difficile à l’heure d’aujourd’hui de discerner les courants de la pensée monétaire qu’on pourrait qualifier d’institutionnalismes incarnant les deux autres paradigmes.

Nous sommes ainsi renvoyés à la nécessité de promouvoir des recherches comparatives non plus seulement interdisciplinaires, mais aussi internationales sur la monnaie en tant qu’institution et fait social total.

RR. Quelle place accordez-vous aux faits dans votre analyse ? Comment votre conception théorique de la monnaie vous permet-elle d’analyser des phénomènes récents tels que la crise de l’euro, l’émergence des crypto-monnaies ou la disparition des paiements en liquide, par exemple ?

BT. La place des faits concrets et des pratiques sociales est centrale dans ma démarche qui a toujours été historique et comparatiste, ce qui, je pense, est partagé par tous les partisans de l’institutionnalisme monétaire français, en tout cas par tous ceux qui se revendiquent aussi de la théorie de la régulation. Ma méthode de recherche me semble rétrospectivement avoir toujours été pragmatiste, même si c’est seulement progressivement que je m’en suis rendu compte, ce qui date du moment où je me suis intéressé à Commons, dont l’économie institutionnelle est un pur produit du pragmaticisme et de la sémiologie de Peirce.

Ainsi, désormais, je me réfère à la triade pragmatiste abduction/déduction/induction qui me paraît mieux rendre compte des pratiques scientifiques que la dualité induction-déduction, laquelle manque d’un troisième terme qui soit le test critique du modèle théorique formulé à l’issue de la phase de déduction par retour à l’analyse des faits et une nouvelle phase d’abduction, et non pas l’imposition normative d’un modèle fondé pour l’essentiel sur des axiomes non validés par les faits.

On peut concevoir alors la séquence suivante : partir des faits, certes cela suppose d’être équipé de prémices conceptuelles héritées, mais qu’on est prêt à remettre en cause, permettant de les saisir ; puis construire ou accommoder des concepts, dont l’articulation par déduction dans un modèle doit permettre de rendre compte des faits préalablement observés ; enfin revenir aux faits nouvellement équipé du modèle et reprendre l’observation en intégrant les nouveaux faits désormais visibles avec les nouvelles lunettes, ce qui doit permettre de reconstruire des concepts et/ou de modifier les anciens ; après une telle induction, on aura alors le choix entre une validation provisoire du modèle pour le mobiliser dans une action collective qui modifiera les faits et nécessitera le changement ultérieur du modèle, ou alors de le reprendre immédiatement à nouveaux frais jusqu’à ce qu’il soit momentanément validé par la communauté des chercheurs.

Place centrale des faits donc, on en part, on y revient sans cesse. Il s’agit avant tout de les comprendre et de les expliquer, avant de pouvoir agir sciemment sur eux. Et pour cela il faut pouvoir les saisir et faire qu’ils fassent sens, ce qui implique des outils théoriques capables d’évoluer pour rentrer de plus en plus dans la complexité des faits. C’est en gros ainsi que je conçois le travail de recherche en sciences sociales.

Un autre élément est le choix des terrains d’observation, compte tenu du fait qu’il est plus facile de rendre compte de la complexité des faits sociaux dans les périodes de crises qui les dénaturalisent que quand les sociétés tournent « en régime ». À vrai dire, je me rends compte seulement maintenant que mes recherches ont presque systématiquement porté sur des situations de crise politique et/ou monétaire et sur les innovations qui ont émergé dans ces périodes.

Tout compte fait l’institutionnalisme monétaire français a fonctionné comme une petite communauté de validation d’un modèle théorique institutionnel de la monnaie, en permettant que ce modèle soit testé sur une multiplicité de situations historiques et qu’il soit soumis à une multiplicité de regards disciplinaires. Ce faisant, le modèle s’est enrichi et a conduit à découvrir des faits et des pratiques sociales jusque-là ensevelies. Ainsi, l’institutionnalisme monétaire français nous permet non seulement de comprendre et expliquer les crises monétaires par des déficits et/ou des incohérences institutionnelles, mais aussi d’en scénariser les voies possibles de sortie. La place manque ici pour évoquer des illustrations concrètes, et je vous renvoie à mes publications sur les innovations monétaires qui ont permis (à Cuba – Marques Pereira et Théret, 2007 – et en Argentine dans les années 1980 et 1990 – ; Théret et Zanabria, 2007 ; Théret, 2019c, à paraître) ou pourraient permettre (dans la zone euro actuellement – Théret, 2012, 2013, 2014) de trouver des issues aux crises monétaires et politiques qui sinon conduisent à une perte de légitimité et de souveraineté de la sphère publique s’accompagnant de forts risques de désagrégation des liens sociaux et territoriaux.

RR. Vous avez travaillé sur les théories de l’État, sur la protection sociale, sur la monnaie. La dette serait-elle le point commun à ces trois pôles de recherche ? Si oui, comment les articule-t-elle ?

BT. À la première question la réponse est oui. Car pour moi comme dans l’institutionnalisme monétaire français, la dette est un concept générique et non pas une simple classe de marchandises incorporelles créées et circulant dans les échanges marchands, comme dans la doctrine économique monodisciplinaire dont l’axiomatique renvoie à une anthropologie mettant en scène des individus isolés, immortels et asexués échangeant des marchandises. Dans l’institutionnalisme monétaire français qui s’intéresse aux conditions de reproduction dans le temps du tout de la société et des êtres humains qui la composent, la société n’est pas réductible à l’échange marchand et à l’accumulation du capital, elle est un tissu complexe de dettes-créances de natures multiples – dettes marchandes certes, mais aussi dettes fiscales et mutuelles. Et l’État, la protection sociale et la monnaie peuvent être pensés en termes de dette.

L’État, en tant que pouvoir souverain, est associé à la dette de vie qui lie les humains à l’instance à la fois protectrice et menaçante qu’ils pensent immortelle et donatrice de la vie. Il est passé d’une position de créancier de cette dette de vie, quand la souveraineté relevait du droit divin, à une position de débiteur, dès lors que celle-ci a relevé du droit des peuples (Théret, 1995, 1998). Ainsi, l’État moderne doit légitimer en permanence la délégation de souveraineté que le peuple, symbole de l’éternité du groupe, lui a concédée et qui l’autorise à prélever des ressources par la fiscalité ; il est donc en dette vis-à-vis de ce peuple qui ne consent à l’impôt que dans la mesure où celui-ci sert à garantir son éternité et à protéger la vie de ses membres. L’État doit d’abord dépenser pour payer sa dette (de protection) à l’égard de la société, et il a en contrepartie le droit de prélever l’impôt. S’il s’endette également auprès des « gens de finance » (Merhling), il est alors pris dans un dilemme, privilégier sa dette sociale ou sa dette « souveraine ».

Pour autant la protection sociale ne relève pas du seul monopole de l’État, elle ne se confond pas avec l’État-providence, elle ne s’y réduit pas. La dette sociale est bien plutôt une dette de la société, constituée en peuple sur un territoire donné, vis-à-vis d’elle-même, et elle implique non seulement l’État et une centralisation-redistribution verticale, mais aussi tout un ensemble d’institutions créées par l’action collective de divers groupes organisés sous la forme d’entreprises marchandes et d’associations mutualistes. Ainsi, dans un système de protection sociale, la dette sociale est payée moyennant une combinaison variable d’assistance publique financée par l’impôt, de prestations contractuelles d’entreprises et d’assurances sociales fonctionnant à la réciprocité (Théret, 1996b).

Il en va de même de la monnaie qui est également une dette/créance, un droit sur la société en tant que communauté de compte et de paiements, et non un simple droit sur l’État ; il y a en effet une diversité de communautés de paiement au sein d’une même communauté de compte, en raison notamment de la variété des formes de la dette, les monnaies de crédit commercial et de crédit mutuel en témoignent. Ce qui spécifie la monnaie en tant que dette/créance, c’est qu’elle seule permet de mettre fin ou de compenser toutes les autres dettes, y-compris les monnaies de crédit. Néanmoins, dans un régime décentralisé de monnayage où existent des institutions de crédit commercial et de crédit mutuel, il doit alors exister une hiérarchie des monnaies de paiement, et seule la monnaie publique de cours légal est revêtue de cette qualité d’être le moyen de paiement ultime.

Une réponse à la dernière question de savoir comment, à travers le concept générique de dette les trois domaines de la monnaie, de la protection sociale et de l’État pourraient s’articuler, ne saurait rentrer dans le cadre restreint de cette contribution. Selon moi la notion de configuration topologique du social permet d’y répondre, et je me permets de vous renvoyer à mes publications qui ont eu cette ambition de relire la topologie du social au prisme de la dette comme catégorie générique (Théret, 1999b, 2003c). Je rappelle également pour finir que Commons a conçu son économie institutionnelle comme une économie politique de la dette. Son livre fait 900 pages !

RR. Selon vous, y a-t-il des champs inexplorés dont l’examen renforcerait l’analyse institutionnelle de la monnaie ?

BT. Oui, bien sûr, il y en a un bon nombre. Je me bornerai à en évoquer trois.

  • 21 Si on considère avec Mauss et Durkheim, mais aussi Commons, que la sociologie est la science des in (...)

Comme on l’a vu précédemment, le premier champ inexploré est celui de l’institutionnalisme monétaire lui-même dans ses dimensions internationales. Il est clair que l’analyse institutionnelle ou sociologique21 de la monnaie gagnerait beaucoup à la construction de son propre champ, ce qui suppose qu’on ait élucidé les différents paradigmes qui prétendent rendre compte des dimensions institutionnelles de la monnaie, ce qui n’est pas encore le cas.

Une seconde question est celle du concept de confiance. La confiance dans la monnaie n’a pas fait l’objet d’une recherche systématique notamment dans ses dimensions psychologiques et sociologiques. Pour l’instant, dans l institutionnalisme monétaire français, on s’est contenté de la triade des formes méthodique, hiérarchique et éthique de confiance. Celle-ci est certes bien utile pour analyser les conditions d’émergence de nouvelles monnaies et pour critiquer la notion unilatérale de crédibilité de l’économie mainstream malheureusement trop souvent reprise de manière acritique par les historiens. Mais ses fondements interdisciplinaires me paraissent insuffisants. Quelle est la validité de ce trépied de la confiance dans la monnaie aux yeux de l’ensemble des disciplines de sciences sociales concernées par cette question ? Cela pourrait faire l’objet d’un futur séminaire de recherche où seraient conviés des psychologues.

Enfin, il me semble qu’il reste à développer des analyses comparatives plus systématiques sur la nature des interdépendances, si elles existent, entre systèmes et régimes monétaires, systèmes et régimes politiques, et sur le rôle des discours dans la configuration des régimes monétaires. Nous avons partiellement avancé sur cette question lors du séminaire portant sur les liens entre souveraineté monétaire et souveraineté politique, mais les résultats obtenus s’inscrivent plus en négatif qu’en positif : on sait désormais que la souveraineté monétaire ne se confond pas nécessairement avec la souveraineté politique, et que la monnaie peut être mise en position d’autorité souveraine ; en revanche on n’a pas encore pu établir de corrélations empiriques systématiques, quoique supposément variables selon divers types de pays, entre formes de la monnaie et formes de la souveraineté, ni concevoir des isomorphismes entre formes constitutionnelles et formes monétaires de la souveraineté.

Bref il y a donc encore du grain à moudre et il ne devrait pas être trop difficile de construire pour l’avenir un programme à long terme de séminaires de recherche permettant d’encore progresser dans la saisie des dimensions symboliques, politiques et économiques de l’institution monétaire dans nos sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., Ould-Ahmed P. & J.-F. Ponsot (2016), La monnaie entre dettes et souveraineté, Paris, Éditions Odile Jacob.

Akin J. & D. Robbins (1999), Money and Modernity. State and local currenccy in Melanesia, Pittsburg (PA), Pittsburg University Press.

Alary P., Blanc J., Desmedt L. & B. Théret (2016), Théories françaises de la monnaie. Une anthologie, Paris, Presses universitaires de France.

Baldner J. -M., Gillard L., Gorin M., Grenier J. -Y., Grinberg M., Guéry A., Scialom L., Simonnot P. & B. Théret (1993), À propos de Philosophie de l’argent de Georg Simmel, Paris, L’Harmattan.

Baldner J. -M. & L. Gillard (dir.) (1996), Simmel et les normes sociales, Paris, L’Harmattan.

Bloch M. & J. Parry (1999), Money and the Morality of Exchange, Cambridge, Cambridge University Press.

Boyer R. (2003), « Les institutions dans la théorie de la régulation », Cahiers d’économie politique/Papers on Political Economy, no 44, p. 79-102. https://doi.org/10.3917/cep.044.0079.

Commons J.R. (1899), « A Sociological View of Sovereignty. I », American Journal of Sociology, vol. 5, no 2, p. 1-15. https://doi.org/10.1086/210864.

Commons J. R. (1990) [1934], Institutional Economics. Its Place in Political Economy, New Brunswick (N.J.), Transaction Publishers, 2 volumes.

Coutrot T. & B. Théret (2019), « Système fiscal de paiement complémentaire : un dispositif pour renverser l’hégémonie », Revue française de socio-économie, vol. 22, no 1, p. 163-170. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2019-1-page-163.htm.

Dodd N. (2014), The social life of money, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Dutraive V. & B. Théret (2017), « Two models of monetary sovereignty: an interpretation based on J. R. Commons’ institutionalism », Journal of Economic Issues, vol. 51, no 1, p. 27-44. https://doi.org/10.1080/00213624.2017.1287482.

Durkheim É. (1969), Les règles élémentaires de la méthode sociologique, 15e édition, Paris, Presses universitaires de France.

Fauconnet P. & M. Mauss (1901-1969), « Sociologie », in M. Mauss, Œuvres. 3. Cohésion sociale et division de la sociologie, Paris, Éditions de Minuit, p. 139-177.

Graeber D. (2013), Dette, 5000 ans d’histoire, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Guéry A. (dir.) (2001), « Lectures de John R. Commons », numéro spécial, Cahiers d’économie Politique/Papers in Political Economy, no 40-41.

Hart K. (2008), « Review of La monnaie dévoilée par ses crises », Economic Sociology—The european electronic newsletter, vol. 10, no 1, p. 33-34.

Lemoine B. & B. Théret (2017), « Les assemblages de l’État de finance. Hiérarchisations des dettes publiques et réversibilité des politiques monétaires et financières en France », Sociétés Politiques Comparées, no 41, http://www.fasopo.org/sites/default/files/varia2_n41.pdf.

Marques Pereira J. & B. Théret (2007), « Dualité monétaire et souveraineté à Cuba, 1989-2001 », in B. Théret (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Paris, Éditions de l’EHESS, vol. 1, p. 429-460.

Maucourant J. (1993), « Au cœur de l’économie politique, la dette. L’approche de J. R. Commons », Revue du MAUSS, no 2, p. 209-218.

Mehrling P. (1997), The Money Interest and the Public Interest. American Monetary Thought, 1920-1970, Cambridge (Ma), Harvard University Press.

Mehrling P. (1999), « The vision of Hyman P. Minsky », Journal of Economic Behavior & Organization, vol. 39, no 2, p. 129-158. https://doi.org/10.1016/S0167-2681(99)00029-3.

Niggle C. J. (1991), « The Endogenous Money Supply Theory: An Institutionalist appraisal », Journal of Economic Issues, vol. 25, no 1, p. 137-151. https://doi.org/10.1080/00213624.1991.11505132.

Rader B. G. (1966), The academic mind and reform. The influence of Richard T. Ely in american life, Lexington (Kentucky), University of Kentucky Press.

Salama P. & J. Valier (1990), L’économie gangrenée. Essai sur l’hyperinflation, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui ».

Théret B. (1982), « L’État comme rapport social d’imposition », in J.-C. Delaunay (dir.), Actualité du marxisme, tome II, Paris, Éditions Anthropos, p. 73-78.

Théret B. (1990a), Croissance et crises de l’État : essai sur l’économie de l’État français depuis l’Ancien Régime jusqu’à la crise des années 1930, Paris, Éditions de l’IRIS, 3 tomes.

Théret B. (1990b), « La place de l’État dans les théories économiques françaises de la régulation : éléments critiques et nouvelle position à la lumière de l’histoire », Économie Appliquée, tome LXIII, no 2, p. 43-82.

Théret B. (1991) « Régulation et topologie du social », numéro spécial « Régulation et problèmes contemporains », Cahiers de recherche sociologique, no 17, p. 125-151. https://doi.org/10.7202/1002148ar.

Théret B. (1992a), Régimes économiques de l’ordre politique : esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’État, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Économie en liberté ».

Théret B. (1992b), « Avoir ou être, dilemme de l’interaction entre l’État et l’économique ? Esquisse d’une conception topologique et régulationniste de l’interdépendance entre le rapport salarial et l’État-providence », Recherches & Régulation Working Papers, RR série RS 1992-1, https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2013/01/rr_working_seriers_1992-1.pdf

Théret B. (1993a), « Hyperinflation de producteurs et hyperinflation de rentiers : le cas du Brésil », Revue Tiers-Monde, tome XXXIV, no 133, p. 37-67. https://doi.org/10.3406/tiers.1993.4826.

Théret B. (1993b), « Les métamorphoses fiscales du capital : une approche marxiste-wébérienne des finances publiques », Économie Appliquée, no 2, p. 39-79.

Théret B. (1994), « To have or to be. On the problem of the interaction between State and economy and its “solidarist” mode of regulation », Economy and Society, vol. 23, no 1, p. 1-46. https://doi.org/10.1080/03085149400000012.

Théret B. (1995a), « La hiperinflación en Brasil », in Salama P., Curiel F., Duran J. M. & J. L. Santos (dir.), Las nuevas politicas de ajuste en America Latina, Université de Guadalajara - CEMCA, Guadalajara, Mexique, p. 325-373.

Théret B. (1995b), « L’État dans la problématique de la régulation. Bref compte rendu d’une histoire récente », Actuel Marx, numéro spécial « Théories de la régulation, théorie des conventions », vol. 17, no 1, p. 66-74. https://doi.org/10.3917/amx.017.0066.

Théret B. (1995c), « Finance, souveraineté et dette sociale. Capital symbolique, différenciation de la société et construction européenne », in Théret B. (dir.), L’État, la finance et le social. Souveraineté nationale et construction européenne, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 560-600.

Théret B. (1996a), « Pour une approche régulationniste du politique », Recherches & Régulation Working Papers, RR série EM 1996-1, https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2013/01/rr_working_serieem_1996-1.pdf

Théret B. (1996b), « Les structures élémentaires de la protection sociale », Revue française des affaires sociales, vol. 50, no 4, p. 165-188.

Théret B. (1998), « De la dualité des dettes et de la monnaie dans les sociétés salariales », in Aglietta M. & A. Orléan (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 253-287.

Théret B. (1999a), « L’effectivité de la politique économique. De l’autopoïèse des systèmes sociaux à la topologie du social », L’Année de la régulation, vol. III, p. 127-167.

Théret B. (1999b), « Vers un socialisme civil ? L’épreuve de la contrainte démocratique de différenciation de la société », in Chavance B., Magnin É., Motamed-Nejad R. & J. Sapir (dir.), Capitalismes et socialismes en perspective. Évolution et transformation des systèmes économiques, Paris, La Découverte, p. 43-78.

Théret B. (2000 a), « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Tallard M., Théret B. & D. Uri (dir.), Innovations institutionnelles et territoires, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », p. 25-68.

Théret B. (2000b), « Nouvelle économie institutionnelle, économie des conventions et théorie de la régulation : vers une synthèse institutionnaliste ? », La Lettre de la régulation, no 35, p. 1-4. Réédité dans La Théorie de la Régulation au fil du temps : suivre l’évolution d’un paradigme au gré des transformations des capitalismes contemporains [en ligne], La Plaine-Saint-Denis, Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018 (généré le 28 janvier 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/emsha/337>. ISBN : 9782821895720.

Théret B. (2001), « Saisir les faits économiques : la méthode Commons », Cahiers d’économie politique/Papers in Political Economy, numéro spécial « Lectures de John R. Commons », no 40-41, no 2, p. 79-137. https://doi.org/10.3917/cep.040.0079.

Théret B. (2003a), « Institutionnalismes et structuralismes : oppositions, substitutions ou affinités électives ? », Cahiers d’économie politique/Papers in Political Economy, numéro spécial « Qu’a-t-on appris sur les institutions ? », vol. 44, no 1, p. 51-78. https://doi.org/10.3917/cep.044.0051.

Théret B. (2003b), « As instituições entre estruturas e as ações », Lua Nova, Revista de Cultura e política, numéro spécial « Análise institucional », no 58, p. 225-254. http://dx.doi.org/10.1590/S0102-64452003000100011.

Théret B. (2003c), « Responsabilité et solidarité : une approche en termes de dette », in Bec C. & G. Procacci (dir.), De la responsabilité solidaire. Mutations dans les politiques d’aujourd’hui, Paris, Syllepse, coll. « Le present avenir », p. 51-67.

Théret B. (2006), « To have or to be: a topological approach of the interaction between state and economy », in Coriat B., Petit P. & G. Schméder (dir.), The Hardship of Nations, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, p. 139-160.

Théret B. (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, vol. 59, no 4, p. 813-841. https://doi.org/10.3917/reco.594.0813.

Théret B. (2009), « Monnaie et dettes de vie », L’Homme. Revue française d’anthropologie, [En ligne], 190 | 2009, mis en ligne le 1er janvier 2011, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/22146 ; DOI : 10.4000/lhomme.22146.

Théret B. (2013), « Dettes et crise de confiance dans l’euro : analyse et voies possibles de sortie par le haut », Revue française de Socio-Économie, vol. 12, no 2, p. 91-124. https://doi.org/10.3917/rfse.012.0091.

Théret B. (2014), « Sortir d’en bas par le haut de la crise de l’Euro-zone. Une réponse en termes de fédéralisme monétaire », Revue du MAUSS permanente, 20 mai [en ligne].

Théret B. (2016 ), « Dette publique et auto-répression monétaire des États », Savoir/Agir, vol. 35, no 1, p. 63-76. https://doi.org/10.3917/sava.035.0063.

Théret B. (2019a), « L’économie dans la régulation politique », in Commaille J. & B. Jobert (dir.), Les métamorphoses de la régulation politique, nouvelle édition, Paris, Droit et Société Classics, LGDJ.

Théret B. (2019b), Regimenes economicos del orden politico. Esbozo de una teoria regulacionista de los limites del Estado, Bogota, éditions de l’Université Nationale de Colombie.

Théret B. (2019c), « Monetary federalism as a concept and its empirical underpinnings in Argentina’s monetary history », in Gomez G. (dir.), Monetary Plurality in Local, Regional and Global Economies, Londres, Routledge, p. 84-113.

Théret B. (à paraître), « Le papier-monnaie de petites dénominations émis par les provinces argentines entre 1893 et 2003 », Dialogues d’histoire ancienne, numéro spécial « De la drachme au bitcoin. La monnaie, une invention en perpétuel renouvellement ».

Théret B. & M. Zanabria (2007), « Sur la pluralité des monnaies publiques dans les fédérations. Une approche de ses conditions de viabilité à partir de l’expérience argentine récente », Économie et institutions [En ligne], 10-11 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ei/295 ; DOI : 10.4000/ei.295.

Théret B. & W. Kalinowski (2012), « The euro as common money, not a single currency. A plea for a european monetary federalism », Notes of the Veblen Institute for Economic Reforms, Paris, F.P.H.

Tymoigne E. (2003), « Keynes and Commons on money », Journal of Economic Issues, vol. 37, no 3, p. 527-545.

Whalen C. J. (1992), « John R. Commons and endogenous money: A comment on Niggle », Journal of Economic Issues, vol. 26, no 3, p. 904-907. https://doi.org/10.1080/00213624.1992.11505337.

Whalen C. J. (2008), « John R. Commons and John Maynard Keynes on economic history and policy: The 1920s and today », Journal of Economic Issues, vol. 42, no 1, p. 225-242. https://doi.org/10.1080/00213624.2008.11507123.

Zalewski D. A. & C. J. Whalen (2010), « Financialization and income inequality: A post Keynesian Institutionalist analysis », Journal of Economic Issues, vol. 44, no 3, p. 757-777. https://doi.org/10.2753/JEI0021-3624440309.

Haut de page

Notes

1 Sur les concepts de topologie et de configuration topologique du social, voir par exemple Théret (1999a, p. 135-139). Ils visent à rendre compte des effets des processus de différenciation sociale des sociétés capitalistes-étatiques en ordres sociaux régis par des logiques d’action antinomiques (politique, économique, domestique, symbolique), processus sur lesquels je reviens dans le cours de cet entretien. Je parle de topologie parce qu’il s’agit de structures sociales à « géométrie variable », de continuité, de discontinuité et de limites entre ces ordres sociaux. Voir également Théret (1992a, plus particulièrement le chapitre 2) et Théret (1991, 1992b, 1994, 1996a, 2002, 2006, 2019a, 2019b).

2 Sur cette expression, voir Salama et Valier (1990).

3 Voir Théret (1993a, 1995a).

4 Baldner J.-M. et al. (1993) ; voir également Baldner & Gillard (dir.), 1996.

5 « Présentation », in Baldner et al. (1993).

6 Théret (2016) ; Lemoine & Théret (2017) ; Coutrot & Théret (2019).

7 Voir l’axe de recherche du même nom de l’IRISSO, Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales, CNRS-INRA, Université Paris Dauphine, P.S.L.

8 Voir Théret (2003).

9 Voir Théret (1982, 1990b, 1993b, 1995b).

10 Comme le montre le passage suivant : « Les sociétés primitives connaissent souvent l’institution du “don” comme moyen de créer une dette, et elles sont même réputées avoir élaboré une monnaie de compte. Afin de pouvoir développer une théorie économique unifiant non seulement la production et le crédit mais également l’histoire et la logique, il suffit de recourir à la distinction de Knapp entre les dettes libérables et les dettes non libérables, et de prendre en considération des inventions juridiques aussi remarquables que l’assumpsit, la négociabilité et le cours légal. […] Il est intéressant de noter que les anthropologues modernes ont effectivement trouvé des sociétés primitives qui utilisent exactement cette monnaie de compte pour les transactions entre leurs membres, mais qui utilisent une monnaie marchandise pour le commerce “extérieur” avec d’autres communautés. En d’autres termes, pour leur commerce interne, elles créent un équivalent économique de la communauté de paiement de Knapp et de la monnaie de compte d’Hawtrey, si bien que l’hypothèse logique d’Hawtrey tirée de l’abstraction d’une société de crédit moderne constitue pour l’essentiel une image de ce qui a été historiquement observé dans les sociétés primitives. » (Commons, 1990 [1934], vol. 1, p. 474-475)

11 Ceux cités ci-dessus mais aussi Maurice Bloch et Jonathan Parry ainsi que Joel Akin et David Robbins et leurs collègues rassemblés dans leurs deux ouvrages collectifs respectifs (Bloch & Parry, 1999) et (Akin & Robbins, 1999). Ces ouvrages ont été une source très importante d’inspiration pour moi. De même j’ai eu des discussions fructueuses dans les années 1990 avec le sociologue Bob Jessop à propos de l’impact possible des concepts de topologie et de médiations sociales sur le développement d’une théorie plus sociétale de la régulation.

12 Pour Keith Hart, le principal obstacle au dialogue serait la langue et le fait que peu de textes de l’institutionnalisme francophone ont été traduits et publiés en anglais. « […] because it is published in French, its audience is likely to be restricted to an underfunded network of academics living in and around Paris. There has to be a way out of this impasse. Money and language have escaped from their national straitjackets. Perhaps social theory will follow in time. » (Hart, 2008) On peut alors espérer que la récente publication en cette langue d'Aglietta, Ould-Ahmed et Ponsot (2016), ainsi que celle à venir chez Palgrave de Alary et al. (2016), modifieront quelque peu la donne sur ce point.

13 Voir Théret (2009).

14 Voir Niggle (1991) ; Whalen (1992, où il est considéré que l’institutionalisme et le Post Keynesianisme sont compatibles, au moins pour ce qui concerne la monnaie et la macro-économie); Tymoigne (2003) ; Whalen (2008) ; Zalewski & Whalen (2010).

15 « La difficulté pour délimiter le champ d’étude de ce que l’on appelle l’économie institutionnelle provient de l’incertitude concernant le sens du mot “institution”. On fait parfois une analogie entre une institution et un bâtiment ; une sorte de cadre général de lois et de règlements, à l’intérieur duquel les individus se comportent comme des détenus. Le terme peut parfois désigner le “comportement” des détenus eux-mêmes. On qualifie parfois d’institutionnel tout complément apporté à l’économie classique ou à l’économie hédoniste ; de même pour toute critique émise à leur sujet. Tout ce qui est “dynamique” plutôt que “statique”, tout ce qui est “processus” plutôt que marchandise, activité plutôt que sensations, direction [management] plutôt qu’équilibre ou régulation plutôt que laisser-faire, semble parfois relever de l’économie institutionnelle. » (Commons, 1990 [1934], p. 69)

16 « Passer des marchandises, des individus et des échanges, aux transactions et aux règles opérantes de l’action collective, voilà ce qui marque la transition entre les écoles classique et hédoniste et les écoles institutionnelles de la pensée économique. Ce déplacement réalise un changement quant à l’unité de base de la recherche économique : on passe des marchandises et des individus aux transactions entre individus. » (Commons, 1990 [1934], p. 73)

17 Pour Commons en effet, la « formule » de la transaction, c'est-à-dire la structure intime de toute transaction au sens des structuralistes, intègre en son sein un « principe de répétition avec variation ». C'est un système de transformations de relations conflictuelles en relations de coopération qui comporte ses propres lois, ses règles opérantes dans le langage de Commons, lesquelles en conciliant conflit et coopération grâce au jeu d'un médium spécifique porteur d'incitations (la monnaie dans la transaction de marchandage – bargaining –, le droit dans celle de répartition – rationing – et l'éthique dans celle de direction – managing) sont productrices d'ordre et viabilisent la transaction comme totalité élémentaire auto-réglée (Théret, 2001)

18 À savoir le rapport capital/travail, le rapport de concurrence, les rapports créanciers/débiteurs et gouvernants/gouvernés, les rapports de compétition entre États.

19 À rapprocher de « Les croyances sociales, en donnant forme aux désirs personnels, sont […] les forces en mouvement qui donnent aux institutions leur vie » (Commons, 1899, p. 4).

20 Voir Dutraive & Théret (2017).

21 Si on considère avec Mauss et Durkheim, mais aussi Commons, que la sociologie est la science des institutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Théret, Pierre Alary et Ludovic Desmedt, « Sur les origines et le développement d’un institutionnalisme monétaire en France », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15660 ; DOI : 10.4000/regulation.15660

Haut de page

Auteurs

Bruno Théret

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’IRISSO, Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales, Université Paris Dauphine, P.S.L.

Articles du même auteur

Pierre Alary

Enseignant chercheur au Clersé, Université de Lille 1, Chercheur associé au Case (centre d’Asie du Sud-Est), EHESS, pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Ludovic Desmedt

Université de Bourgogne - Franche Comté, LEDi (EA 7467), Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page