Navigation – Plan du site
Dossier : Autour de l'institutionnalisme monétaire
Entretiens du dossier

« La monnaie et l’économie de marché »

Entretien avec Jean Cartelier, conduit par Pierre Alary et Ludovic Desmedt
Jean Cartelier, Pierre Alary et Ludovic Desmedt

Texte intégral

Jean Cartelier est Professeur émérite à l’université de Paris-Nanterre et chercheur à EconomiX. Ses centres d’intérêt sont la théorie économique en général et la théorie de la monnaie en particulier.

Ses deux derniers ouvrages sont L’intrus et l’absent, Essai sur la place du travail et du salariat dans la théorie économique (Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2016) et Money, Markets and Capital, The case for a Monetary Analysis (Routledge, 2018). Ses travaux portent également sur des auteurs du passé : John Law, Steuart, François Quesnay, Karl Marx et John Maynard Keynes notamment.

Un parcours théorique

Revue de la régulation (RR). Entre vos premiers travaux et ceux que vous publiez aujourd’hui, pourriez-vous identifier les éléments de continuité et les éléments de rupture (s’ils existent) ? Quelles sont les notions qui vous paraissent essentielles pour analyser de manière pertinente les relations monétaires ?

Jean Cartelier (JC). Mes premiers travaux – notamment ceux réalisés en collaboration avec Carlo Benetti – furent inspirés par la critique de la théorie économique selon Marx. Ils ont porté sur des auteurs aussi différents que Richard Cantillon, François Quesnay, David Ricardo ou Léon Walras ; mais aussi sur Karl Marx lui-même, dont le manque de cohérence interne a été mis en évidence. Ils ont abouti, à l’époque de Marchands, salariat et capitalistes (1980), à un rejet d’ensemble des théories de la valeur ou de ce que Joseph A. Schumpeter appelle dans son History of economic analysis l’analyse réelle. Dans le même mouvement, nous avons exploré l’autre paradigme, appelé par Schumpeter l’analyse monétaire.

De ce point de vue, il y a une profonde continuité entre les travaux des années 1980 et ceux que je mène aujourd’hui. Mes dernières publications, L’intrus et l’absent, essai sur le travail et le salariat dans la théorie économique (2016) et Money, Markets, and Capital, The Case for a Monetary Analysis (2018), sont deux livres s’efforçant de fonder rationnellement l’analyse monétaire. Par « fonder rationnellement », j’entends le fait de permettre au lecteur de contrôler la façon dont le discours se construit. Ce qui implique que l’on fournisse au lecteur les hypothèses initiales (ce que l’on accepte de ne pas expliquer) à partir desquelles sont logiquement déduites les propositions qu’on lui soumet (ce que l’on prétend expliquer ou faire comprendre). C’est la raison pour laquelle mon livre de 2018 se présente sous une forme quasi axiomatique.

Pour le dire autrement, il ne s’agit pas de rendre compte de situations empiriques historiquement situées – de nombreux travaux d’économistes relevant de l’institutionnalisme monétaire s’en chargent –, mais de construire une théorie permettant d’élucider des catégories très générales – économie de marché, économie entrepreneuriale, économie capitaliste, etc. – qui ne se recouvrent pas nécessairement et dont les études empiriques font grand cas sans que l’on sache toujours clairement de quoi l’on parle et ce que l’on veut démontrer.

Ce que fait la théorie, à son plus haut niveau d’abstraction, est d’orienter la vision que l’on a de l’économie. Ainsi, la théorie de l’équilibre général (sur laquelle plus personne ne travaille) a convaincu la profession que les économistes parlaient de biens et services postulés au départ et que les relations entre les individus étaient des relations d’échange. Plus généralement, la théorie abstraite a dicté la méthode générale adaptée à cette vision : les individus ont des comportements intelligibles et ils se coordonnent à l’équilibre. C’est ainsi, par exemple, que la plupart des économistes se réclamant de John Maynard Keynes ont spontanément réécrit le message dans la syntaxe standard (y compris le courant dit des stock-flow consistent models).

Bref, la théorie abstraite, qui s’apparente en fait à une philosophie sociale rationnelle, est ce qui confère du sens à des propositions qui n’en auraient pas autrement. Si je dis que la monnaie repose sur la confiance, c’est une opinion raisonnable mais je ne sais pas très bien ce que cela veut dire. Est-ce une proposition économique, sociologique, de bon sens ? Si je montre, dans le cadre d’une théorie économique bien construite, à quelle condition les individus acceptent de céder des biens pour de la monnaie (réputée sans valeur), j’indique un sens que cette opinion recouvre. Par conséquent, je peux accepter ou refuser l’interprétation qui lui est ainsi donnée.

Peu d’économistes travaillent encore en ce sens. La prédominance des études empiriques visant à élucider un certain nombre de questions concernant la société (les revues académiques « de haut rang » en sont truffées) a brouillé les pistes : est-ce de l’économie, de la sociologie, de la psychologie expérimentale ? On ne sait. La pluridisciplinarité que certains appellent de leurs vœux se réalise aujourd’hui à un niveau très faiblement théorique. Dans une société où chacun s’accorde à reconnaître l’hégémonie des préoccupations économiques (la richesse ou la croissance passe avant la morale, le niveau d’activité avant les menaces écologiques, etc.), l’économisme est roi dans le même temps que la théorie économique est délaissée, ce qui permet aux préjugés libéraux, par exemple, de s’imposer sans difficulté. L’analyse monétaire, telle qu’elle est entendue depuis James Steuart et John Maynard Keynes, permet de combattre de tels préjugés au niveau le plus profond (la souveraineté monétaire en est partie intégrante).

La continuité de cette « marche vers l’analyse monétaire » est aussi celle de mon engagement dans la théorie économique. Cela ne m’a pas empêché d’aller voir ce que des disciplines offraient pour comprendre les phénomènes monétaires. L’anthropologie et le droit, notamment, m’ont semblé des sources d’inspiration très significatives. J’ai participé aux séminaires pluridisciplinaires successivement organisés par Michel Aglietta et André Orléan, Bruno Théret, Jérôme Blanc et Ludovic Desmedt ; toutes entreprises collectives riches d’enseignements. Les contributions des sociologues, juristes, anthropologues, historiens, etc. sont précieuses, notamment pour « l’étude concrète des phénomènes concrets » dont ils éclairent les différentes facettes. Un doute persiste, néanmoins, dans mon esprit sur la possibilité d’une théorie cohérente et intégrée qui se construirait à partir de ces diverses disciplines. Élaborer une théorie générale de la monnaie qui serait pertinente pour toutes les sociétés à toutes les époques est une démarche qui me paraît vouée à l’échec (Cartelier, 2008).

C’est pourquoi je me suis cantonné principalement à des travaux de théorie économique abstraite. J’ai moins cherché à « analyser de manière pertinente les relations monétaires », comme il est dit dans la question posée, qu’à montrer qu’une approche alternative au sein même de l’économie politique donnait beaucoup plus d’intelligibilité aux relations économiques au sein d’une société de marché. À l’ensemble des postulats de départ de l’analyse réelle (aujourd’hui marginaliste), il convient de substituer un autre ensemble. Au lieu d’individus repérés dans un espace de biens (dotations et préférences) recherchant leur avantage sur les marchés, il convient de penser à des individus conçus comme des comptes dans lesquels des paiements inscrivent des unités nominales selon les modalités qui constituent les règles mêmes de l’économie de marché. Cet ensemble de postulats est présent (implicitement) chez maints auteurs mercantilistes, et particulièrement chez James Steuart. Ce dernier est à l’analyse monétaire ce que qu’Adam Smith est à l’analyse réelle. À l’époque moderne, Keynes demeure la référence centrale de l’analyse monétaire (davantage d’ailleurs le Keynes du Treatise on Money que celui de la Théorie générale).

Les théories de la valeur adoptent certains postulats, notamment celui d’un espace des biens dans lequel les individus sont conçus comme ayant des dotations et des besoins (ou des fonctions de préférence) et comme échangeant entre eux des biens pour améliorer leur situation. L’analyse monétaire en adopte d’autres : pas de biens posés a priori mais une unité de compte nominale , des individus pensés comme des comptes dans lesquels les paiements viennent inscrire des quantités d’unités de comptes et des bilans retraçant leur richesse.

En effet, pourquoi ne pas prendre au sérieux (i) le fait que les relations économiques se présentent sous forme de paiements et que la monnaie est la médiation économique par excellence ? ; (ii) le fait que les individus actifs sur les marchés (entrepreneurs et producteurs indépendants) sont concernés par les résultats que leur activité produit dans leurs comptabilités, que c’est à partir de l’examen de leurs comptes que les banques leur accordent des crédits et que les marchés financiers les évaluent ? ; (iii) le fait que s’abstenir de toute hypothèse sur les contenus mentaux des individus conduit à accorder la place qu’elle mérite à la mécanique institutionnelle qu’est la comptabilité et tout ce qui va avec ?

Et ceci d’autant plus qu’un peu de distance critique sur l’histoire de notre discipline permet de comprendre ce qui s’est joué au milieu du xviiie siècle entre la publication de l’Inquiry de James Steuart (2015) – point culminant d’une approche par les flux monétaires et leur influence sur les bilans – et celle de Wealth of Nations d’Adam Smith (1995) qui a évincé l’approche monétaire au profit de l’approche par la valeur. C’est cette approche qui a formaté les esprits critiques comme non critiques et a conduit à l’incapacité, par exemple, de comprendre ce que représentait la pensée de Keynes.

Changer les postulats permet de modifier le point de vue de l’analyse et de renouveler le regard que l’on porte sur la « réalité empirique », dont on réalise à quel point elle est commandée par des « postulats implicites » que l’on adopte sans y penser. L’intérêt ou l’absence d’intérêt des approches opposées par leurs postulats s’apprécie à la pertinence des propositions qui en découlent logiquement.

RR. Qu’apporte l’analyse monétaire par rapport à l’analyse réelle, plus précisément par rapport à l’analyse mainstream ?

JC. Trois points peuvent être avancés.

1. La pertinence relative de ces approches alternatives peut être appréciée en fonction de la façon dont elles satisfont les clauses d’un « cahier des charges » définissant l’économie de marché, notion distincte de l’économie entrepreneuriale et de l’économie capitaliste. Quelles sont les caractéristiques nécessaires et suffisantes pour qu’une économie soit dite économie de marché ? Sous le voile d’ignorance de la théorie économique, afin d’éviter toute circularité, trois traits définissent ce « cahier des charges » :

Décentralisation. Les individus décident librement de leurs actions sur les marchés et sont responsables de leurs conséquences ; ces actions sont partiellement observables (si personne ne les observait aucune relation ne serait possible ; si chacun pouvait observer toutes les actions de tous, l’économie serait centralisée).

Coordination ex post. Les actions individuelles décentralisées ne sont généralement pas mutuellement compatibles. La coordination par le marché est le processus par lequel la compatibilité mutuelle s’instaure.

Identité des conditions. Les individus sont réputés de même condition. Ils ne peuvent ni voler, ni tuer, ni contraindre autrui à échanger.

Les modèles incorporant des conditions d’équilibre (ce qui inclut tous les modèles mainstream et bien d’autres ne s’en réclamant pas) évacuent la clause 2. La coordination ex post, conséquence de la décentralisation, est forclose. Tel est le sens de l’échec de l’étude de la stabilité globale de l’équilibre général. Plus généralement, l’impossibilité pour les modèles incorporant des conditions d’équilibre à rendre compte des situations hors équilibre les condamne à être non pertinents pour l’étude des économies de marché.

2. Un deuxième point fondamental en faveur de l’analyse monétaire est sa capacité à penser une pluralité de relations économiques alors que la théorie mainstream est réduite par sa construction même à n’envisager que l’échange volontaire. Dans le livre de 2018, trois formes de relations économiques sont distinguées, chacune d’entre elles correspond à une forme spécifique de la circulation monétaire (relation marchande, relation salariale, relation domestique). Ce point est capital en vue de la compréhension de l’économie de Keynes. Il s’agit ici de restreindre la loi de Walras (qui s’oppose à l’existence possible de chômage involontaire d’équilibre), ce que fait Keynes avec son refus du « second postulat classique », et de justifier cette restriction à partir de l’exclusion d’une fraction des individus d’une relation directe avec l’émetteur des moyens de paiement. L’ouvrage que j’ai publié en 2016 explicite cette idée (Cartelier, 2016).

3. Un troisième point concerne la dynamique. L’analyse monétaire conçoit la dynamique selon la théorie mathématique de la viabilité, mieux en accord avec la logique de l’économie de marché. La justification de ce point de vue nécessiterait un long exposé. Je vais me contenter de brèves indications. La dynamique habituelle utilisée par les économistes consiste à construire un modèle dynamique quelconque et à s’interroger sur ses propriétés asymptotiques : converge-t-il ou non vers un équilibre ? Derrière cette question, il y a une position philosophique : la théorie économique s’intéresse à la capacité des économies de marché de s’autoréguler. Les modèles dynamiques incorporent un mécanisme d’ajustement qui produit la dynamique (du type « loi de l’offre et de la demande »), et l’on se demande si ce mécanisme produit bien une autorégulation.

L’attitude de la théorie de la viabilité est tout autre (Aubin, Bayen & Saint-Pierre, 2011). Les modèles dynamiques sont de type « avec contrôles ». Ces contrôles, représentant des instances régulatrices, sont soumis à des contraintes, de même que l’économie, qui est supposée ne pas pouvoir supporter certaines situations. Elle doit rester dans un ensemble contraint. Ce que l’on cherche n’est pas la tendance à la stabilité, mais plutôt un sous-ensemble de l’ensemble contraint tel que de chaque point de ce sous-ensemble parte au moins une trajectoire permettant à l’économie de rester dans ce sous-ensemble. Pour le dire clairement, de ce sous-ensemble peuvent partir des trajectoires menant à la crise et à la ruine (rien n’est garanti), mais ce qui est sûr, c’est qu’il est possible d’en trouver une qui évite cela. Le plus grand sous-ensemble ayant cette propriété est appelé noyau de viabilité. Il est une mesure possible de l’instabilité d’une économie. Toutes les trajectoires qui partent en dehors du noyau de viabilité quittent l’ensemble contraint en temps fini (crise générale qui met fin à l’économie si l’on ne change pas sa structure).

Cette façon de poser le problème de la dynamique est conforme à la philosophie politique de Steuart comme de Keynes – on s’intéresse à la capacité régulatrice non du marché mais des autorités susceptibles de manier les contrôles.

L’intelligibilité particulière que permet d’atteindre l’analyse monétaire par rapport à l’analyse réelle (théorie mainstream) concerne trois points fondamentaux : (i) au lieu des conditions d’équilibre qui rendent opaque la coordination des individus, l’analyse monétaire explicite la façon dont les paiements contraints résolvent la contradiction entre les évaluations privées et l’évaluation sociale (ce qui est quand même le problème de fond de l’économie politique !) ; (ii) au lieu de l’échange volontaire, qui est l’unique relation économique envisagée par la théorie mainstream, l’analyse monétaire en propose plusieurs (dont la relation salariale), chacune d’elles correspondant à une forme particulière de la circulation (ce qui permet de distinguer une économie de marché d’une économie capitaliste) ; (iii) au lieu d’envisager la dynamique comme ce qui correspond aux propriétés de convergence vers un équilibre, l’analyse monétaire conçoit la dynamique selon la théorie mathématique de la viabilité, mieux en accord avec la logique de l’économie de marché.

RR. Dans votre approche de la monnaie, quelles ont été vos principales sources d’inspiration a) en économie ; b) au sein des autres sciences sociales ?

JC. En économie, c’est la lecture des « grands auteurs » qui m’a guidé. Elle a confirmé, à mes yeux, l’intuition de Schumpeter selon laquelle l’histoire de la théorie économique est orientée significativement par l’opposition des analyses réelle et monétaire. Ce qui ne signifie pas que les auteurs se classent dans l’une ou l’autre boîte mais, plus précisément, que l’examen de leur pensée peut être utilement éclairé par cette opposition. L’ambivalence du Tableau économique de Quesnay a été constamment présente à mon esprit. Steuart reste le « grand ancêtre » de l’analyse monétaire, celui qui lui a donné son orientation générale. Mes lectures répétées de Karl Marx m’ont convaincu à la fois que la route qu’il avait suivie n’était pas la bonne, et que son projet grandiose de mener une critique de l’économie politique simultanément à la critique de la société qui lui avait donné naissance était le seul digne d’être suivi. Je me suis efforcé également de comprendre ce que la théorie de l’équilibre général apportait à l’intelligence de la monnaie et de l’économie de marché. La critique interne due à des auteurs comme Franck H. Hahn, Gérard Debreu, Hugo F. Sonnenschein et bien d’autres a été pleine d’enseignements, de même que l’examen des modèles de prospection à propos de la monnaie. Cette étude m’a évité la naïveté de certaines critiques externes faites à ce courant de pensée et m’a convaincu qu’une critique approfondie en était indispensable. D’où la remise en cause des postulats de cette théorie et l’adoption d’axiomes différents. Au début de mes recherches, la lecture des œuvres de Bernard Schmitt, économiste oublié aujourd’hui, m’a beaucoup inspiré.

  • 1 Pierre Legendre, De la société comme texte. Linéaments d'une anthropologie dogmatique, Paris, Fayar (...)

En sciences sociales, et en dehors de l’économie, Georg Simmel est certainement la référence la plus importante (Marx étant mis à part) à mes yeux. Karl Polanyi est également très précieux. Ses trois « marchandises fictives » m’ont confirmé dans les critiques que Carlo Benetti et moi avions menées à propos du travail et de la monnaie. Bien d’autres auteurs seraient à citer (Michel Foucault, Jean Baudrillard, etc.). Un livre lu tardivement m’a fait du bien : De la Société comme texte de Pierre Legendre1.

RR. Récemment, parmi les nombreux travaux parus sur la monnaie (Christine Desan, Nigel Dodd, Randall Wray, David Graeber, etc.), quels sont ceux qui vous ont paru les plus féconds ? Pour quelle raison ?

JC. C’est le livre de David Graeber sur la dette qui interpelle le plus. Sa vaste fresque mettant en scène l’opposition entre monnaie et crédit au cours de l’histoire est très suggestive. Les ouvrages des sociologues (Nigel Dodd, Geoffrey Ingham, etc.) me semblent plus convenus. La raison de mon relatif désenchantement est que peu de choses sont dites sur la monnaie au-delà du truisme selon lequel la monnaie est un rapport social.

RR. La production scientifique n’est pas le fruit du hasard, ou marginalement. Selon vous quels sont les dispositifs institutionnels nécessaires à l’épanouissement d’une école de pensée, l’institutionnalisme monétaire par exemple ?

JC. Je n’ai rien à dire sur cette question.

Un regard sur l’institutionnalisme monétaire

RR. Si la monnaie est une institution, quel(s) sens attachez-vous à cette notion ?

JC. Dans le langage de la théorie économique, une institution ou une hypothèse institutionnelle s’entend comme tout élément ne se rattachant pas à l’individu mais concernant un ensemble d’individus. Par exemple, dans la théorie de l’équilibre général, le secrétaire de marché (affichage des prix paramétriques) et la « loi de l’offre et de la demande » (variation des prix paramétriques selon le signe des demandes excédentaires) sont des dispositifs institutionnels. Dans l’analyse monétaire, le système d’émission des moyens de paiement est l’institution par excellence.

Affirmer que la monnaie est une institution, c’est refuser la représentation des relations économiques comme étant purement horizontales sans tiers validant. Le système des paiements est en surplomb des individus qui, en tant que sujets économiques, sont soumis aux règles monétaires. La notion de souveraineté, incarnée en économie par l’autorité monétaire, ne peut être expulsée de l’économie de marché. Elle y est omniprésente et figure parmi les postulats. Par ailleurs, le système monétaire est totalement relié à une autre institution (à moins que ce ne soit la même !), à savoir la comptabilité qui est, dans nos économies de marché, la forme d’existence des sujets économiques.

Le terme « institution » est polysémique et je ne me sens pas de compétence précise pour en faire le tour. La famille et l’État, par exemple, sont aussi des institutions. En tant que telles, quelle(s) différence(s) avons-nous envie de relever pour les comparer avec la monnaie ? Dire que la monnaie est une institution est bien, dire en quoi elle est spécifique serait mieux, mais je ne m’en sens pas capable.

RR. L’institutionnalisme monétaire est traversé par de multiples tendances, comment les expliquez-vous ? Qu’est-ce qui vous rapproche de certaines et vous éloigne des autres ?

JC. La diversité des recherches dans le courant « institutionnaliste monétaire » tient largement aux préférences des auteurs qui en font partie, ce qui n’appelle aucune remarque pertinente de ma part. La liberté de recherche est pour moi essentielle et assure la pluralité d’inspirations des différents travaux, y compris au sein même de l’institutionnalisme monétaire.

Il n’est pas impossible que cette diversité puisse néanmoins être réduite si chacun(e) avait le souci de distinguer, dans les différentes propositions théoriques énoncées, ce qui relève des hypothèses et ce qui relève de convictions intimes ou de résultats plus ou moins démontrés. Le fait qu’aucun modèle ne serve de référence incontestée (même si les travaux de Michel Aglietta et d’André dOrléan occupent une place éminente au sein de ce courant) est une circonstance dommageable. Aucun langage commun ne semble exister au sein de « l’institutionnalisme monétaire ». J’avoue être incapable de m’orienter dans la diversité des points de vue défendus par les collègues qui se situent au sein de ce courant.

Je sais en quoi je m’en distingue, qui n’est pas une divergence d’opinions mais une différence dans les domaines explorés. La quasi-totalité des auteurs relevant de ce vaste courant ont l’ambition de rendre compte des phénomènes observés : crises financières, évolution des systèmes monétaires, histoire des institutions monétaires, etc., tous domaines parfaitement avouables et légitimes ! Pour ce que j’en connais, je me sens en accord général avec les conclusions qu’ils mettent en avant. Les travaux de Michel Aglietta et André Orléan m’importent depuis longtemps et les recherches historiques de Ludovic Desmedt m’intéressent. Mais je ne me sens pas lié par les divers choix théoriques qui se manifestent ici ou là. De façon générale, le mot d’ordre brandi naguère par Paul Feyerabend (Against method) me convient assez bien ! Le travail théorique me paraît suffisamment difficile sans « charger la barque » en la lestant de préoccupations identitaires de rattachement à tel ou tel courant ou école de pensée.

À la différence de la plupart des collègues et amis relevant de « l’institutionnalisme monétaire », le domaine dans lequel je travaille relève de la théorie économique abstraite (pure aurait dit Walras) et non de l’élucidation de phénomènes précis observés. Il y a là une simple préférence personnelle qui n’appelle aucune justification particulière ni de désaveu pour quiconque ne la partage pas ! S’il fallait à toute force rationaliser cette préférence, je risquerais l’idée suivante. Les « institutionnalistes monétaires » développent sous diverses formes une critique forte contre l’économisme, ce qui est incontestablement salutaire. Mais cela ne suffit pas. Il reste à faire la « critique de l’économie politique » elle-même, ce qui requiert évidemment que l’on suive l’évolution de la discipline. Il se trouve que les vingt-cinq dernières années ont été témoin d’une évolution considérable de la théorie mainstream de la monnaie. Le développement des modèles de prospection et leur réussite apparente à démontrer un théorème d’existence d’équilibre général monétaire avec une monnaie servant exclusivement d’intermédiaire des échanges ne peuvent être ignorés. Je me suis investi dans cette étude critique et cela m’a été fort utile.

La pensée économique mainstream a une emprise considérable sur les individus, aussi bien sur ceux qui ne l’ont jamais rencontrée que sur ceux qui en font métier (et peut-être sur ceux qui la contestent !). Cette emprise est sans doute comparable à celle de la religion dans les sociétés médiévales européennes. Ignorer la religion pour un médiéviste serait fâcheux (il n’est pas obligé d’y croire !) ; négliger la connaissance de la pensée mainstream ne l’est peut-être pas moins.

RR. Selon vous, y a-t-il des champs inexplorés dont l’examen renforcerait l’analyse institutionnelle de la monnaie ?

JC. Je suis convaincu que le domaine juridique est fondamental pour la compréhension de ce qu’est la monnaie (même s’il resterait à comprendre l’existence et l’efficacité du droit dans nos sociétés !). Les institutionnalistes en sont conscients, car une des figures de proue en est Georg Knapp. D’autres domaines sont également tentants. La pensée psychanalytique est l’un d’eux. Je participe actuellement à un groupe de réflexion en ce sens.

RR. Quelle place accordez-vous aux faits concrets dans votre analyse ? Comment votre conception théorique de la monnaie vous permet-elle d’analyser des phénomènes récents tels que la crise de l’euro, l’émergence des crypto-monnaies ou la disparition des paiements en liquide, par exemple ?

JC. Les travaux que j’ai publiés ne contiennent pratiquement pas de références à des « faits concrets », si l’on entend par là des situations identifiées dans l’espace et dans le temps. Cela est normal. L’étude de ces situations requiert la mise en commun de différents points de vue, appelée souvent perspective pluridisciplinaire. Mon intérêt est orienté plutôt vers l’intelligibilité de ce qui se passe en général dans nos économies de marché. La réponse à la première question a évoqué mon intérêt quasi exclusif pour la théorie abstraite qui, dans sa version « analyse monétaire », est pertinente car elle tend à rendre intelligible l’économie de marché sur la base d’un « cahier des charges » strictement défini.

Haut de page

Bibliographie

Aubin J. –P., Bayen A. & P. Saint-Pierre (2011), Viability Theory. New directions, Berlin, Heidelberg, éditions Springer.

Cartelier J. (2008). « The hypostasis of money: an economic point of view », Cambridge Journal of Economics, vol. 31, no 2, p. 217-233. https://doi.org/10.1093/cje/bel022.

Cartelier J. (2016). L’intrus et l’absent, réflexion sur le travail et le salariat dans la théorie économique, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Steuart J. (2015) [1767], An Inquiry into the Principles of Political Œconomy, édition dirigée par Gino Longhitano avec Jean Cartelier et Ghislain Deleplace (2 vol.), Naples, Liguori Editore.

Smith A. (1996) [1776], An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, The Glasgow Edition of the Works and Correspondence of Adam Smith, volume 1 et 2, Oxford, Clarendon Press.

Haut de page

Notes

1 Pierre Legendre, De la société comme texte. Linéaments d'une anthropologie dogmatique, Paris, Fayard, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Cartelier, Pierre Alary et Ludovic Desmedt, « « La monnaie et l’économie de marché » », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15670 ; DOI : 10.4000/regulation.15670

Haut de page

Auteurs

Jean Cartelier

Professeur émérite à l’Université de Paris-Nanterre et chercheur à EconomiX, jean.cartelier@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Pierre Alary

Enseignant chercheur au Clersé, université de Lille 1, Chercheur associé au Case (centre d’Asie du Sud-Est), EHESS, pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Ludovic Desmedt

Université de Bourgogne - Franche Comté, LEDi (EA 7467), Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page