Navigation – Plan du site
Opinions-Débats

Les origines du triomphe de Donald Trump

The triumph of Trump
John Komlos et Hermann Schubert

Résumés

Donald Trump a remporté les élections en 2016 en grande partie parce que, dans trois États, un nombre suffisant d’électeurs qui avaient voté pour Barack Obama en 2008 et 2012 ont reporté leur vote sur les Républicains. Les bouleversements économiques ont joué un rôle crucial au sein de ces États, incitant leurs électeurs à soutenir un candidat « anti-establishment ». Ces bouleversements ont été provoqués par le développement d’une économie duale, caractérisée à une extrémité par des salaires bas et stagnants, une augmentation de la dette, une mobilité sociale descendante, la baisse des revenus relatifs et le manque d’espoir ; tandis que l’autre extrémité de la distribution des revenus se distinguait par la tendance strictement inverse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 C’est surtout dans les « communes dans lesquelles vivait une population majoritairement blanche qui (...)

1Le triomphe de Donald Trump a de nombreuses causes. Depuis toujours, le Parti républicain dispose de la majorité des voix dans la plus grande partie des États de l’ouest des États-Unis ainsi que dans les Grandes Plaines et les États du Sud. Cependant, les voix de ces États – de l’Idaho à la Caroline du Sud en passant par le Texas – ne sont pas suffisantes pour constituer une majorité dans le collège électoral. Pour atteindre 270 voix, les Républicains ont besoin de l’accord de certains swing states1. Et c’est exactement ce qu’ils ont obtenu. Donald Trump a gagné dans trois de ces États : la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin. Depuis 1988, ces États n’avaient jamais voté pour un président républicain ; ils avaient voté pour Barack Obama en 2008 ainsi qu’en 2012. La question décisive est donc de savoir pourquoi ces États ont voté républicain en 2016. Si seulement 39 000 des électeurs de ces États avaient voté pour Hillary Clinton plutôt que Trump , c’est elle qui aurait remporté l’élection (voir tableau 1).

Tableau 1. Voix remportées dans les trois États clés lors des élections de 2016

États (Rust Belt)

Majorité pour Trump dans les voix des électeurs

Voix des grands électeurs

Pennsylvanie

44.292

20

Michigan

10.704

16

Wisconsin

22.748

10

Total

77.744

46

Source : « Élection présidentielle américaine de 2016 »
https://fr.wikipedia.org/​wikiZ%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_am%C3%A9ricaine_de_2016#R%C3%A9sultats

  • 2 63 % des hommes blancs ont voté pour Donald Trump, contre 31 % pour Hillary Clinton, et ces chiffre (...)

2Ces États de la Rust Belt ont été considérablement entravés dans leur développement économique par le déclin de l’industrie américaine et les négligences de cinq gouvernements successifs. Cette étude décrit la frustration croissante de la main-d’œuvre blanche, pour la plupart non qualifiée, qui a perdu tout espoir que l’establishment politique améliore sa situation2.La déception avait pris de telles proportions, que les gens étaient prêts à donner leurs voix à un candidat qualifié par David Brooks, le célèbre éditorialiste du New York Times, de « harceleur sexuel narcissique » et de « menteur invétéré » (Brooks, 2017).En temps normal, ce candidat aurait été taxé de charlatan ou de pitre, même s’il se targue d’être un « génie très stable » (Brooks, 2017).

3La thèse développée ici est que le désespoir accumulé par cette population était profondément enraciné dans la forte augmentation des inégalités, le désastre entraîné par les importations massives et la crise financière. Cela a permis à Trump d’être élu dans la mesure où cette situation a constitué un facteur décisif dans les trois États de la Rust Belt mentionnés ci-dessus. Sans cette frustration accumulée, Trump n’aurait pas remporté les élections. C’est en effet la conclusion d’un article récent consacré à la situation désastreuse résultant des importations en provenance de la Chine. Cet article conclut que « le Michigan, le Wisconsin, la Pennsylvanie et la Caroline du Nord auraient élu le candidat démocrate au lieu du candidat républicain si, toutes choses égales par ailleurs, la croissance de la pénétration des importations chinoises avait été de 50 pour cent inférieure à la croissance existante lors de la période de l’analyse » (Autor et al., 2017a, 2017b ; Autor, Dorn & Hanson, 2016). Cependant, nous n’affirmons pas que l’accumulation du désespoir a suffi à faire élire Trump. Cela a peut-être été le cas mais ce n’est pas le point central de notre argument. D’autres facteurs ont également joué un rôle, mais ils ne font pas partie du champ de notre article.

4Les révolutions peuvent prendre différentes formes, qu’il s’agisse de la Glorieuse Révolution anglaise de 1688 ou de la « révolution de velours » en Tchécoslovaquie, en 1989, et même de la Perestroïka de Gorbatchev qui était en un sens révolutionnaire. Elles ont cependant une chose en commun : elles renversent un ordre établi. Dans ce sens, l’élection de 2016 n’était pas moins révolutionnaire (Wolffe, 2016). Le déclencheur en a été la profonde insatisfaction due aux évolutions socio-économiques et l’échec de la politique économique à mettre en place un bien-être social pour la collectivité (Anon, 2016). Le processus d’appauvrissement qui a commencé avec les « Reaganomics » a été accéléré par la mondialisation et la révolution des technologies de l’information, pour aboutir à la crise financière de 2008. Ces négligences ont duré trois décennies et ont provoqué tant d’amertume et de frustration qu’au lieu de « prendre la Bastille », les insatisfaits étaient prêts à « renverser l’establishment », quoi qu’il arrive (Friedersdorf, 2017).

Des symptômes de frustration sociale

5L’insatisfaction se manifeste dans les usines abandonnées, les maisons délabrées et les quartiers dysfonctionnels que l’on côtoie fréquemment dans les États de la Rust Belt. Elle concerne en premier lieu une classe minée par la peur et qui ne voit plus d’issue à sa situation désespérée. Le nombre élevé de meurtres de masse (Komlos, 2015) ou de meurtres d’agents de police constitue la preuve de ce désespoir (HuffPost, 2017).

  • 3 United States Census Bureau (2018), « Full-time, year-round white workers by median income and sex: (...)

6L’évolution des revenus reflète cette situation. En 2016, le revenu des ménages réel médian par an en Ohio, au Wisconsin et au Michigan s’élevant respectivement à 5 900 $, 6 000 $ et 9 300 $, était toujours inférieur à celui de la fin du xxe siècle (ce n’est qu’en Pennsylvanie que le revenu médian a augmenté de 122 $ par an). Une telle baisse des revenus sur une durée de seize ans est sans précédent dans l’histoire des États-Unis3.

  • 4 National Center for Health Statistics (2018), « Provisional drug overdose death counts », consulté (...)
  • 5 Wisconsin Department of Health Services (2018): « WISH query: Drug overdose deaths », Consulté le 2 (...)
  • 6 7,4 pour mille habitants aux USA contre 2,2 pour mille en Europe de l’Ouest.

7Autre indice : il n’est pas étonnant que les États de la Rust Belt soient particulièrement concernés par l’épidémie d’opiacés qui se propage de plus en plus aux États-Unis. Ces États présentent un niveau plus élevé de décès dus à la drogue que la moyenne nationale (Hedegaard, Warner & Miniño, 2017). En Pennsylvanie, pas loin de 3 500 personnes sont décédées d’une overdose en 2015 (Sapatkin, 2016) ; et l’on compte près de 26 décès pour 100 000 habitants4. En 2016, 1 031 personnes sont mortes d’une overdose au Wisconsin5, soit quatre fois plus qu’en 2000 (). Au Michigan également, il y a plus de personnes que la moyenne qui décèdent des suites de la consommation de drogue et l’on compte 20 décès dus à la drogue pour 100 000 habitants. Avec les États voisins de Virginie-Occidentale, de l’Ohio et du Kentucky, ce chiffre est le plus élevé du pays. La consommation de drogue par tête aux États-Unis est plus de trois fois plus élevée qu’en Europe de l’Ouest et les décès dus à la drogue surviennent huit fois plus souvent6. En 1990, 10 000 personnes sont mortes d’une overdose aux États-Unis. Ce chiffre a augmenté de manière inquiétante et a été multiplié par sept pour atteindre 70 000 personnes en 2017 (Katz, 2017 ; Lurie, 2017).

  • 7 National Center for Health Statistics, Table 15. « Life expectancy at Birth », consulté le 17 novem (...)

8D’autres causes de décès qui ont également considérablement augmenté et qui témoignent du désespoir d’une partie de la population sont les intoxications par l’alcool, les suicides et les maladies chroniques du foie dues à une consommation excessive d’alcool. La conséquence est une « augmentation choquante de la mortalité au milieu de la vie » parmi les Américains blancs. Les États-Unis sont le seul pays riche à connaître ces derniers temps une augmentation si persistante de la mortalité. En 1980, la France et les États-Unis affichaient un même niveau d’espérance de vie ; aujourd’hui les Français ont une espérance de vie de trois ans plus longue que les Américains. L’espérance de vie de ces derniers a stagné ou décliné depuis 20097 et les plus touchés sont les hommes blancs détenteurs, au mieux, un diplôme d’études secondaires. Leur taux de mortalité a augmenté au tournant du xxie siècle, alors que les individus qui ont une formation supérieure ne connaissent pas cette tendance (Case & Deaton, 2017). Les populations noires et hispaniques ont été en large partie peu touchées par ces décès dus au désespoir : elles n’avaient pas fait l’expérience du choc de la mobilité sociale descendante comme l’avaient fait les blancs. Elles étaient habituées à être au bas de l’échelle sociale.

9Des statistiques portant sur l’ensemble du pays indiquent également que l’économie était en général non inclusive (Komlos, 2018, 2019). Elle excluait au contraire d’une vie agréable beaucoup de gens peu qualifiés, qui étaient nés « du mauvais côté de la barrière » ou qui n’avaient pas de talents particuliers à offrir sur le marché du travail. Ces statistiques indiquaient donc également que le malaise ne se limitait pas à ces trois États.

  • Le nombre d’Américains incarcérés a aussi beaucoup augmenté, ce qui est également un indice de la situation désastreuse des couches de la population avec un faible niveau socio-économique. Pas moins de 6,7 millions de personnes (2,7 % de la population adulte) étaient sous surveillance en 2015 aux États-Unis, c’est-à-dire qu’elles étaient soit incarcérées (2,2 millions de personnes) soit en liberté conditionnelle (4,5 millions de personnes) (Bureau of Justice Statistics, 2017).La population américaine représente 5 % de la population mondiale alors que la part des détenus américains représente 23 % de la population mondiale incarcérée (Hartney, 2006).

    • 8 U.S. Census Bureau, « Poverty threshold », consulté le 8 juillet 2019. URL : https://www.census.gov (...)
    • 9 U.S. Census Bureau, Figure 4, « Number in poverty and poverty rate », consulté le 8 juillet 2019. U (...)

    De plus, entre 2006 et 2014, 9,3 millions de personnes ont perdu leur maison en raison de la crise financière (Kusisto, 2015). La pauvreté est largement répandue (Schor, 1999). En 2015, 45 millions de personnes, c’est-à-dire 15 % de la population américaine, vivaient dans la pauvreté8 ; et 15 millions de personnes supplémentaires à peine au-dessus du seuil de pauvreté9 (Hokayem & Heggeness. 2014).

  • L’appauvrissement de larges couches de la population se manifeste également par le fait qu’en juillet 2017, 43 % de la population se plaignait de difficultés financières (Gallup, 2017). Le système d’assurance maladie (Affordable Care Act) mis en place par Obama en 2016 a permis de réduire la part des citoyens non couverts de 16 % de la population en 2010 à 8,6 % en 2016. Néanmoins, encore 26 millions de personnes vivent toujours sans assurance maladie (Avery, Finegold & Whitman, 2016).

    • 10 U.S. Census Bureau, Data, Historical Families Tables, Table FM-1, « Families by presence of own chi (...)

    Le taux de pauvreté parmi les enfants américains (19,6 %) est près de deux fois plus élevé que le taux moyen qui prévaut dans les pays riches, et il est sept fois plus élevé qu’au Danemark (OCDE, 2008, 2011). L’une des raisons de ce taux de pauvreté élevé parmi les enfants est le fait que le taux de divorce a doublé (National Center for Health Statistics, 1991) et que la part des familles monoparentales où c’est la mère qui s’occupe des enfants a quadruplé depuis 195010. En 2016, un tiers des enfants vivaient dans une famille monoparentale.

    • 11 Childhelp, « National child abuse statistics and facts », consulté le 15 juillet 2019. URL : https: (...)
    • 12 Centers for Disease Control and Prevention, « Child abuse and neglect prevention », consulté le 15  (...)

    L’UNICEF a classé le bien-être des enfants aux États-Unis à la 26e place, derrière celui des pays européens, y compris des pays à revenus moyens tels que la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et l’Estonie (UNICEF, 2013). Six millions d’enfants par an sont signalés aux agences américaines pour maltraitance11 et cinq enfants meurent quotidiennement des suites de mauvais traitements ou de négligences12. Les taux de naissances prématurées aux États-Unis sont plus proches de ceux qui existent en Afrique qu’en Europe (Howson, Kinney & Lawn, 2012). Un adolescent du Mississippi à 15 fois plus de chance d’avoir un enfant qu’un adolescent suisse (Schettini Kearney & Levine, 2012). Ces problèmes sociaux sont enracinés dans un système économique qui, par nature, offre peu d’opportunités de progrès pour un grand nombre d’enfants et leurs familles.

  • 13 Anxiety and Depression Association of America, art. « Depression », consulté le 16 juillet 2017. UR (...)

10Toutes les évolutions sociales mentionnées ci-dessus ont eu des effets négatifs sur le bien-être de la population américaine. Le pourcentage des gens qui ont eu recours à des soins ambulatoires en raison d’une dépression est passé de 0,7 % en 1987 à 2,3 % en 1997 et était de 2,9 % en 2007 (Olfson et al., 2002 ; Marcus & Olfson, 2010). En 2014, 16 millions d’Américains adultes (6,7 %) souffraient d’une grave dépression13.

11En bref, il existe une multitude de symptômes qui attestent de l’angoisse de la classe inférieure américaine, le « prolétariat moderne » qu’Hillary Clinton qualifiait de « pitoyable ». Les individus qui endurent des épisodes de détresse mentale sur une longue période sont plus facilement manipulables et beaucoup plus susceptibles d’accepter des promesses irréalistes, tout comme les personnes qui se noient et paniquent et dont les actions sont guidées par l’instinct et non par des considérations rationnelles. En d’autres termes, les personnes perturbées ou désorientées par l’anxiété sont plus vulnérables à la démagogie.

12Ces groupes de personnes défavorisées ont été réceptifs aux promesses de Trump visant à restaurer la splendeur des États-Unis et à faire revenir les emplois, ainsi qu’à ses accusations contre les immigrés et les musulmans pour expliquer les dérives sociales. De puissantes forces politiques se sont développées à partir du désespoir d’une grande partie de la population souffrant de manque de perspectives, de frustration et d’un sentiment d’inégalité ; Trump a su utiliser le potentiel de ces déçus qui avaient désiré le rêve américain et s’étaient réveillés en plein cauchemar (Hafner, 2016).

13D’autres États que ceux mentionnés ci-dessus étaient également affectés par le mécontentement. Nombre d’entre eux votaient de manière constante pour le Parti républicain et ne sont pas à l’origine de l’élection de Trump. Celui-ci a gagné parce que les trois fiefs démocratiques mentionnés ci-dessus ont abandonné Hillary Clinton. Ils n’avaient pas voté pour les républicains depuis Ronald Reagan en 1984. Ils ont voté pour Trump après avoir été déçus par cinq présidents.

14Bien que le changement économique fasse partie du processus de transformation qui accompagne habituellement la croissance économique moderne, l’argument avancé dans cet article est que a) l’économie du ruissellement des Reaganomics ne faisait pas partie d’un processus de transformation, elle a été au contraire adoptée sans fondement évident, de manière irresponsable, alors qu’il était clair qu’elle augmenterait considérablement les inégalités ; et b) que la transformation économique qui a accompagné la mondialisation n’aurait pas dû être menée de manière si brutale afin de ne pas causer autant de souffrance et de désespoir. Les perdants de ce processus auraient pu être aidés de sorte à ce que la transformation soit optimale au sens de Pareto.

Les principes des Reaganomics

15Les plus importantes données économiques indiquent que la présidence de Ronald Reagan a marqué un tournant dans l’évolution socio-économique des États-Unis, et de nombreux éléments indiquent que les bases du succès de Trump ont été jetées lors de son mandat.

16Reagan était partisan de la doctrine du ruissellement (Trickle Down Theory). Pour l’essentiel, cette doctrine affirme que les baisses d’impôts accordées aux entreprises entraînent une augmentation de l’investissement et de l’emploi et qu’ainsi, une part des gains « ruisselle » vers la classe inférieure et les classes défavorisées, qui bénéficient donc indirectement des baisses d’impôts. De plus, de faibles taux d’imposition et des revenus disponibles plus élevés incitent les employés à travailler de manière plus disciplinée et les entreprises à prendre plus de risques, à investir davantage et ainsi à générer de la croissance économique. Cette théorie s’appuie cependant sur de multiples hypothèses discutables qui autorisent de nombreuses objections.

17D’une part, il est improbable que des employés déjà embauchés augmentent leur rendement, que ce soit à la suite d’une motivation plus élevée ou d’un allongement de leur temps de travail. Le fait que des baisses d’impôts entraînent réellement une augmentation de l’investissement des entreprises est également discutable. Sans la présence de nouveaux marchés ou d’innovations, les entreprises n’investissent pas, même en cas de baisses d’impôts. L’éventualité que les riches dépensent leur revenu supplémentaire disponible pour des investissements à l’étranger ou pour la consommation de biens produits à l’étranger n’a, quant à elle, pas été prise en compte. De même, la possibilité que les bénéficiaires d’une réduction d’impôts achètent des obligations d’État nationales et étrangères ou des actions propres au lieu d’investir dans le capital physique aux États-Unis n’a pas non plus été prise en compte. En bref, les hypothèses de cette théorie sont discutables, de même que l’est la participation de la classe inférieure aux gains de prospérité des riches rendus possibles par les réductions d’impôts.

18L’argument principal opposable à cette théorie est qu’il n’a jamais pu être clairement prouvé qu’une réduction d’impôt entraînait une augmentation du niveau d’investissement. On pourrait argumenter en affirmant qu’une augmentation du pouvoir d’achat de la classe inférieure permettrait d’accroître la demande globale de marchandises et de services et d’entraîner une augmentation des bénéfices des entreprises et des investissements. Et ce d’autant plus que la classe inférieure utilisera davantage pour la consommation un revenu disponible en augmentation que les bénéficiaires des baisses d’impôts déjà rassasiés. Si l’on avait vraiment souhaité mettre l’accent sur la croissance économique, on aurait dû suspendre les réductions d’impôts à la condition de réellement réaliser des investissements. De plus, il aurait également fallu favoriser les écoles et les organismes de formation afin d’accroître le capital humain. La croissance économique aurait aussi pu être encouragée par de nombreux autres instruments efficaces sans que cela aille de pair avec une vaste redistribution, si le motif des importantes baisses d’impôts pour les riches avait réellement été la croissance.

L’échec des Reaganomics comme base de la croissance inclusive

19Comme on a pu le constater plus tard, les réductions d’impôts accordées aux riches n’ont pas eu l’effet de « ruissellement » escompté vers les classes moyennes ou pauvres. Les cadeaux fiscaux accordés aux riches ont en fait à peine profité à la classe moyenne et à la classe inférieure. Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, l’avait fait remarquer : « [le] Président Ronald Reagan a commencé à dépouiller matériellement la classe moyenne et à répartir les gains de prospérité uniquement entre les élites… » (Stiglitz, 2016). Alors que les réductions d’impôts accordées par Nixon en 1971 avaient profité à toutes les couches de la population, celles accordées par Jimmy Carter en 1977 avaient majoritairement profité aux pauvres et à la classe moyenne. Avec le Revenue Act de 1978, c’est la première fois que la classe supérieure bénéficie d’importantes réductions d’impôts. Les réductions d’impôts ensuite accordées par Reagan et Bush ont considérablement réduit le taux d’imposition maximal des riches. Reagan a divisé par deux le taux marginal d’imposition pour les plus aisés. La façon dont la stratégie républicaine a orienté les marchés a eu pour effet des avantages négligeables pour les pauvres ou la classe moyenne, tandis que les riches non seulement y gagnaient mais devenaient super riches. Les réductions d’impôts de 2003 ont été les plus régressives car la plus grande partie a profité aux millionnaires. En 2010 et 2013, l’administration Obama a ensuite réintroduit les réductions d’impôts de Bush, ce qui a constitué une grande manne financière pour les millionnaires. De manière analogue, les réductions d’impôts de Trump concernent principalement ceux qui gagnent plus de 500 000 $ par an (Van Dam, 2017).

20Il est possible de manipuler les citoyens ordinaires avec des prétendus problèmes de société et en leur disant que leur revenu augmentera (Cochrane, 2017). En réalité, pour un citoyen ordinaire, les réductions d’impôt n’ont signifié qu’une légère augmentation du revenu disponible ; augmentation avec laquelle ils pouvait tout au plus aller au cinéma ou à Disneyland, mais certainement pas améliorer ses conditions de vie à long terme. Mais pour les riches, les réductions d’impôts de Reagan ont vraiment fait la différence (Galbraith, 2008). Elles ont constitué une extraordinaire manne financière qui a renforcé leur pouvoir économique (Bartels, 2016). Des millionnaires qui payaient environ 700 000 $ d’impôts par an et qui n’en paient plus que 350 000 $ utilisent certes une partie de cet argent pour la consommation ou l’achat d’obligations d’État. Mais pour renforcer leur position, ils ont également investi une partie de cet argent dans des think tanks qui ont engagé des économistes afin de soutenir leur idéologie (Ravitch, 2017). Ces think tanks ont été des instruments d’expansion de l’éthique du marché libre qui ont constamment défendu avec véhémence la faible ingérence de l’État, la liberté des marchés, le libre-échange et la dérégulation, y compris dans le secteur financier (Hacker & Pierson, 2016). Cette stratégie a connu un grand succès car elle est parvenue à modifier la perception cognitive de larges couches de la société et à établir une idéologie dominante (au sens de Gramsci) basée sur les principes du marché. Les citoyens ordinaires n’étaient plus à même de reconnaître leurs propres intérêts et en venaient à soutenir ceux des super riches.

21Les slogans qui affirmaient que les réductions d’impôts permettaient de garder plus d’argent en poche étaient séduisants, car les conséquences négatives de la détérioration de l’infrastructure et les fardeaux additionnels pour les générations futures semblaient encore bien loin et donc peu menaçants. Recevoir de l’argent à cet instant précis était alléchant, même si cela voulait dire que la classe moyenne aurait moins de pouvoir à l’avenir, voire que le régime américain dégénérerait en ploutocratie, la concentration des richesses induisant une symétrie entre l’accumulation de fortune et le pouvoir politique. Les faibles remboursements d’impôts de la classe inférieure et de la classe moyenne ne suffisaient pas à contrebalancer la redistribution durable du pouvoir politique. Les conséquences à long terme de la modification des rapports de pouvoir étaient cependant moins évidentes et prévisibles. À l’époque, critiquer les réductions d’impôts n’était pas populaire, d’autant que Reagan proclamait haut et fort qu’il fallait moins de gouvernement et plus de liberté individuelle. Cependant, personne ne pouvait sérieusement s’attendre à ce que le gain de liberté accordé à une élite politique déjà puissante et fortunée soit synonyme de plus d’avantages pour la société américaine. L’accroissement de la liberté individuelle a au contraire réduit celle de l’américain moyen, car les élites ont influencé le processus dans leur sens, accéléré la dérégulation et livré à leur sort les ménages avec de faibles revenus. Les slogans des Reaganomics ont donc été des armes puissantes utilisées de manière hypocrite au détriment de la grande majorité des gens. Les démocrates, eux, ne disposaient pas de slogans suffisamment séduisants pour contrer ces messages mensongers.

22Dans les années 1990, l’idéologie du marché libre s’est si profondément enracinée dans la construction de la société que la politique économique du démocrate Bill Clinton a commencé à ressembler à celle de l’aile modérée du Parti républicain.

23La manne financière de plusieurs millions de dollars n’a pas seulement été utilisée pour subventionner des think tanks, mais aussi pour soutenir des hommes politiques. La structure nécessaire pour adopter des lois qui augmenteraient le pouvoir des super riches était alors en place (Faux, 2012). Sont ainsi apparus des effets de feedback positifs entre profits, manne financière pour les riches, idéologie dominant l’opinion publique et pouvoir politique. Ce cercle vicieux de richesse et de pouvoir a été l’aspect le plus pernicieux des réductions d’impôts : non seulement elles étaient injustes et n’ont pas permis de stimuler la croissance économique mais, plus important, elles ont constamment fait basculer les échelles du pouvoir en faveur des riches et des super riches, affaiblissant ainsi la condition préalable de base d’un système politique démocratique qui est la dispersion du pouvoir. La ploutocratie s’est donc peu à peu installée (Levitsky & Ziblatt, 2018).

24Arthur Laffer avait affirmé que les réductions d’impôts augmenteraient la croissance et donc le revenu du gouvernement, un argument pratique pour soutenir l’idéologie républicaine. Le même argument a été répété lors du débat qui a mené à l’adoption des réductions d’impôts de Trump, même s’il n’y a pas de fondement véritable à cela.

25On a fait croire à la population que les réductions d’impôts auraient des conséquences positives sur son niveau de vie, mais on lui a caché le démantèlement de l’État social décidé en même temps que ces réductions, et qui a au contraire entraîné une coupe rigoureuse des dépenses publiques dans le domaine social et l’éducation publique (Stanley, 2015). De plus, cette politique économique a provoqué une érosion du revenu relatif de la population et un affaiblissement de son pouvoir politique (Galbraith, 2008).

26L’idéologie de l’éthique de marché de Reagan a assuré aux super riches une forte augmentation de leur revenu disponible et de leur pouvoir politique. Cette éthique a progressivement dominé l’opinion publique. Ce cercle vicieux de richesse et d’accumulation de pouvoir politique a certainement représenté l’aspect le plus nocif des Reaganomics et a assuré, à long terme, la répartition du pouvoir en faveur des super riches, ce qui a miné la condition de base d’un système politique démocratique qu’est la répartition du pouvoir. Lentement et petit à petit, une ploutocratie a vu le jour (Levitsky & Ziblatt, 2018).

  • 14 Bureau of Economic Analysis, Table 7.1, « Selected Per Capita Product and Income Series », consulté (...)
  • 15 Bureau of Labor Statistics, Establishment data: Historical Employment, Table B-1, « Employees on no (...)
  • 16 Economic Policy Institute, State of Working America Data Library, « Wages by Education », consulté (...)
  • 17 Federal Reserve Bank of St. Louis, « Share of Labour Compensation in GDP at Current National Prices (...)
  • 18 Department of Commerce: U.S. Census Bureau, Table H-2, « Share of Aggregate Income Received by Each (...)
  • 19 Economic Policy Institute: State of Working America Data Library, Underemployment.
  • 20 Federal Reserve Bank of St. Louis, « Total Public Debt as Percent of Gross Domestic Product », seri (...)

27Paul Krugman, un autre lauréat du prix Nobel, qualifie la politique économique de Reagan d’« économie vaudou ». Les incitations qu’elle a créées n’ont pas atteint leur objectif et la croissance économique n’a pas augmenté. Les 2,2 % de croissance économique moyenne observés dans les années 1980 correspondaient exactement au taux moyen des années 197014. Bien que la récession de 1982 ait pu être surmontée, les Reaganomics n’ont pas dégagé une évolution économique de longue portée. Au contraire, il y eu de nombreuses répercussions négatives : sous le gouvernement Reagan, l’emploi dans l’industrie manufacturière a diminué15, la dérégulation des marchés financiers a commencé, les salaires réels des employés faiblement qualifiés ont baissé16, la part salariale a chuté17 et un déficit chronique de la balance commerciale pesait sur l’économie américaine. La part du décile supérieur par rapport au revenu global a augmenté (Piketty, 2013), alors que la part de la classe moyenne – même celle de la classe moyenne supérieure – a baissé18. À la fin du mandat de Reagan, le chômage était encore de 9,3 %19. Un autre héritage des présidences de Reagan et de Bush sénior est l’augmentation de la dette publique, qui a doublé lors de leurs mandats pour passer de 30 % à 60 %20. Un processus qui consiste en un nouvel endettement permanent et en une augmentation des taux d’endettement de l’État a été amorcé sans que l’on puisse en voir la fin.

28Il est certes étrange que le Parti républicain, pour lequel le déficit a toujours été un blasphème, ait accepté les immenses déficits de l’ère Reagan. Celui-ci avait d’abord promis d’équilibrer le budget à grand renfort de pronostics optimistes de croissance économique et lorsque cela s’est avéré ne pas être le cas, il restait l’argument consistant à dire que les réductions d’impôts « affameraient la bête », la bête étant le gouvernement fédéral. Naturellement l’armée serait épargnée par les restrictions budgétaires. L’idée était que les déficits obligeraient le Congrès à diminuer les dépenses en réduisant les droits des paresseux bénéficiaires de l’État-providence. Lorsqu’il est devenu évident que cela ne fonctionnerait pas non plus, le parti Républicain s’est habitué aux déficits dus aux faibles impôts. Par conséquent, lorsque Bush senior a légèrement inversé le cours des choses et rompu sa promesse consistant à dire qu’il n’y aurait « pas de nouveaux impôts », il n’a pas été réélu. Augmenter les impôts pour équilibrer le budget était donc devenu impossible.

  • 21 Bureau of Labor Statistics, Table 1, « Union affiliation of employed wage and salary workers », con (...)

29Le sacrifice de la classe moyenne s’est également manifesté avec le combat impitoyable que Reagan a mené contre les syndicats, par exemple en 1981, lorsqu’il a déclaré que la grève des aiguilleurs du ciel de la Professional Air Traffic Controllers Association (PATCO) était illégale, licenciée sans sourciller 11 000 aiguilleurs du ciel en grève et imposé à ces derniers une interdiction de réembauche à vie. Il a justifié sa décision en disant que les aiguilleurs du ciel travaillaient dans le service public et n’avaient pas le droit de faire grève. Ce licenciement de masse a lancé un signal fort. De nombreux chefs d’entreprise du secteur privé ont pris en exemple la dureté de Reagan et ont agi de manière aussi intransigeante par rapport aux revendications syndicales. Joseph McCartin, l’un des historiens les plus renommés du mouvement syndical américain, a affirmé qu’aucun autre conflit de la période d’après-guerre n’avait autant affaibli la force de négociation des salariés et des syndicats aux États-Unis que le conflit entre Reagan et le syndicat des aiguilleurs du ciel (McCartin, 2011). Le nombre de grèves auxquelles participaient au moins 1 000 salariés est passé de 235 en 1979 à 17 en 1999. Quoique le nombre de membres des syndicats ait baissé par rapport à son niveau maximal atteint dans les années 1950, il a pu se stabiliser jusqu’en 1973. Entre 1973 et 1980, 26 % des employés américains faisaient partie d’organisations syndicales. Avec la présidence de Reagan, la part d’employés dans les syndicats a connu une considérable baisse de 34 %. À la fin de son mandat, il n’y avait plus que 17 % des employés américains qui étaient membres d’un syndicat21. La puissance des syndicats appartenait donc au passé et les entreprises pouvaient désormais imposer leurs intérêts sans entraves (Mishel, 2012).

30Les puissants syndicats étaient la colonne vertébrale de la classe moyenne américaine. Ils faisaient en sorte que les bénéfices des entreprises n’aillent pas uniquement aux actionnaires et aux dirigeants. Son organisation syndicale garantissait à la classe moyenne un minimum de force de négociation, qui était désormais détruite. Sans soutien syndical, les employés peu qualifiés étaient livrés à eux-mêmes, ce que reflète la baisse de leurs salaires.

Figure 1. évolution de la productivité du travail et des salaires réels en points de base (base : 1947 = 100)

Figure 1. évolution de la productivité du travail et des salaires réels en points de base (base : 1947 = 100)

Source : Fleck, Glaser & Sprague (2011)

Les données pour la période 2012-2016 ont été aimablement fournies par Shawn Sprague du Bureau of Labor Statistics, par communication personnelle.

31Le début des années 1980 a représenté un tournant dans l’évolution des salaires des employés. Jusqu’à la présidence de Reagan, la différence entre la croissance annuelle de la productivité du travail et les salaires était faible. Depuis Reagan, l’écart a constamment augmenté. Les employés ont bénéficié de façon minime de la croissance liée à la productivité de l’économie, laquelle augmentait 2,3 fois plus que les salaires. L’écart se creusait en permanence, malgré les efforts du Parti démocrate pour juguler la rapidité de cette évolution (voir figure 2). Avec le gouvernement de George Bush junior, l’écart a même augmenté de 6 points de pourcentage par an. En 2017, la différence a finalement atteint 150 points de pourcentage, c’est-à-dire qu’alors que la productivité a connu une augmentation de 95 % depuis 1982, les salaires nominaux ont uniquement augmenté de 39 %. Le démantèlement des syndicats a totalement affaibli la position de négociation des employés par rapport aux entreprises, les conduisant àsubir un important préjudice dans la lutte pour la répartition du produit intérieur brut.

Figure 2. Écart entre productivité du travail et salaires réels par présidence

Figure 2. Écart entre productivité du travail et salaires réels par présidence

Source : Fleck, Glaser & Sprague (2011)

4. L’étape suivante : Bill Clinton et le tsunami de l’hypermondialisation

32En 1994, Bill Clinton a fait entrer en vigueur l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA) mis en œuvre par George Bush senior avec les mots suivants : « Elle [l’ALENA] favorisera la croissance et l’égalité…. et créera environ 200 000 emplois aux États-Unis jusqu’en 1995 » (Clinton, 1993). Il a cependant soigneusement passé sous silence le nombre d’emplois supprimés en raison de l’augmentation des importations. D’après une estimation, en 2002, les États-Unis avaient déjà perdu 880 000 emplois à la suite de cet accord. En 2000, la Chine a rejoint l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), ce qui a facilité son accès aux marchés américains et amorcé un phénomène d’hypermondialisation (Acemoglu et al., 2016). La création de valeur dans l’industrie manufacturière a chuté de manière fulgurante et de nombreux emplois de la classe moyenne américaine ont été exportés, ce qui a entre autres continué à affaiblir la puissance des syndicats. Avant Reagan, la balance commerciale était équilibrée. Entre Reagan et Trump, le déficit de la balance commerciale accumulé est monté à 15 milliards de dollars, avec une augmentation annuelle d’environ un demi-milliard de dollars. L’afflux renforcé d’importations a fait perdre des millions d’emplois aux États-Unis. En 2017, seuls 8,5 % des employés américains travaillaient encore dans l’industrie manufacturière. Le nombre de personnes qu’Hillary Clinton a qualifié de « pitoyables » a considérablement augmenté et le Parti républicain s’en est détourné lorsque Bill Clinton a commencé à mettre en œuvre l’idéologie républicaine du libre-échange avec l’ALENA sans prendre des mesures correspondantes pour les perdants (Frank, 2004, 2016).

La plupart des gens qui ont perdu leur emploi ont à terme quitté la population active et ont vécu de mesures d’aides de l’État. Au moins 40 % de l’augmentation du chômage entre 2000 et 2011 est à mettre sur le compte de la désindustrialisation des États-Unis (Charles, Hurst & Notowidigdo, 2018).

33Les économistes ont conscience du fait que la libéralisation des marchés fait apparaître des gagnants et des perdants. Ils ne cessent de mettre en avant les avantages du libre-échange pour l’ensemble de l’économie, mais ne prennent pas en compte le destin des perdants (Pierce & Schott, 2016a, 2016b). Dani Rodrik de la John-F. Kennedy School de l’université d’Harvard ainsi que Joseph Stiglitz de l’université Columbia ont été des exceptions (Rodrik, 2017). Rodrik avait prévenu qu’une trop forte mondialisation sans une réaction concertée du gouvernement creuserait la fracture sociale, renforcerait les problèmes de répartition et empêcherait les négociations en matière de politique sociale (Rodrik, 1997). Ses avertissements ont été largement ignorés.

Rétrospectivement, Rodrik adresse les reproches suivants à ses collègues :

  • 22 Notre traduction.

Les économistes défendent le libre-échange dans le débat public sur une longue durée sans esprit critique, sans prendre en compte les conséquences négatives. Même les modèles standard classiques du libre-échange prennent en considération les importants effets de redistribution. Les pertes de revenus de certains groupes de la société sont le revers des bénéfices venant du libre-échange. Il est également notoire que des marchés du travail, des marchés financiers et des marchés de capitaux qui fonctionnent de manière imparfaite peuvent contrecarrer les gains venant du libre-échange. Ils ont surestimé l’ordre de grandeur des gains qui sont relativement faibles depuis les années 1990 et ont sous-estimé les coûts sociaux. (Rodrik, 2016)22

34La dérégulation des marchés entamée par Reagan et Bush a été poursuivie par Clinton. Lorsque Brooksley E. Born, présidente de la Commodity Futures Trading Commission (une administration chargée de la surveillance des marchés à terme), a essayé de réguler l’immense marché des produits dérivés et qu’elle s’est heurtée à très forte résistance de la part du secteur bancaire, Bill Clinton n’a fait aucune tentative pour l’aider. Il a au contraire signé une loi qui interdisant à la commission de réguler les produits dérivés, précipitant ainsi la démission de Born. (Hirsch, 2010). Depuis la crise financière, les conséquences sont connues de tous.

6. Bush junior ouvre la voie vers Trump

  • 23 Tax Policy Center, Urban Institute and Brookings Institution, consulté le 13 novembre 2017. URL : h (...)

35Bush a continué les Reaganomics en abaissant les impôts des 1 % de la population américaine disposant des revenus les plus élevés. En 2001 et 2003, il a décidé de réaliser des baisses d’impôts sur une durée limitée qui ont considérablement favorisé les groupes de revenus supérieurs et qui ont ensuite été en grande partie mises en œuvre de manière durable par le gouvernement Obama. Ces mesures consistaient entre autres en la baisse de l’impôt sur le revenu, la baisse de l’impôt sur les plus-values, la baisse du taux d’imposition sur les dividendes et une suppression progressive des droits de succession (Shapiro & Friedman, 2004). L’impôt sur les plus-values a d’abord été abaissé par Clinton, puis par Bush junior et les mesures engagées ont fait que le taux d’imposition sur les plus-values à long terme n’était plus que de 15 %. Ce sont avant tout les super riches qui en ont profité d’un tels taux, les ménages avec un revenu de moins de 100 000 $ par an réalisant à peine des plus-values et ne profitant pas davantage de la réduction des autres impôts. Sur l’allégement fiscal résultant de l’ensemble des réformes fiscales menées pendant la présidence de Bush junior, d’un montant d’environ 1,7 milliards de dollars, deux tiers ont profité aux 20 % des ménages les plus riches, dont un tiers au 1 % supérieur23. Lorsqu’en 2008 la crise financière se dirigeait vers son point culminant, Bush junior a distribué des milliards de dollars supplémentaires sans conditions à des institutions financières, à leurs présidents et actionnaires. Les citoyens ordinaires qui souffraient de la crise financière ont en revanche à peine obtenu d’aide de l’État. Stiglitz a qualifié l’art et la manière dont les banques ont été sauvées de la faillite de « socialisme pour les riches et capitalisme pour les pauvres » (Stiglitz, 2009).

36Les conséquences du progrès technologique qui a joué un rôle important n’ont pas été discutées. La frustration des employés peu qualifiés a augmenté car les postes vacants pour lesquels ils étaient qualifiés sont devenus rares. Les chômeurs issus de l’industrie manufacturière et de la production industrielle qui avaient perdu leur travail en raison de la libéralisation des marchés de biens et de capitaux internationaux n’ont pas trouvé d’emploi dans le secteur émergent de la technologie de l’information qui recrutait essentiellement des employés hautement qualifiés. Ainsi, le nombre d’employés dans le secteur informatique est passé de 450 000 personnes en 1970 à 4,6 millions en 2014, dont 22 % avaient un diplôme de Master ou un diplôme académique plus élevé (Beckhusen, 2016). Les chômeurs en provenance du secteur du textile ou de l’acier n’avaient aucune chance de trouver un emploi dans le secteur IT (technologies de l’information) en pleine expansion. Le besoin de main d’œuvre dans ce secteur a été entre autres couvert par l’immigration de diplômés de l’enseignement supérieur venant de l’étranger. Un quart des 4,6 millions de personnes qui travaillent dans le secteur IT ne sont pas nées aux États-Unis. Le progrès technologique ainsi que l’hypercapitalisme lié à la libéralisation des marchés ont surtout porté préjudice à la main d’œuvre faiblement qualifiée, qui a été remplacée par la technique ou s’est retrouvée au chômage en raison du raz-de-marée des importations. À la différence de la politique de libre-échange concrète des gouvernements précédents, les conséquences du progrès technique n’ont pu être imputées à aucun homme politique ou parti, ni à l’establishment. Le progrès technique a agi comme une force immatérielle, hors de toute possibilité de régulation. C’est la raison pour laquelle il n’est pas étonnant que Trump n’ait pas évoqué le thème du chômage comme résultante du progrès technique. Cette argumentation n’aurait pas servi sa stratégie, bien au contraire, car elle aurait fait apparaître que certains employés américains sont tout simplement trop peu qualifiés pour trouver du travail, ce qui a été en partie une conséquence de la précédente privatisation du secteur éducatif.

7. Obama a porté le dernier coup

37Obama est arrivé au pouvoir en 2009, au sommet de la crise financière. Lors de la campagne électorale, il avait fait de grandes promesses à une société en partie frustrée. Mais une fois qu’il a pris ses fonctions, il s’est allié à l’establishment et a pour l’essentiel poursuivi la politique économique de ses prédécesseurs. Tout comme Bush junior, il a sauvé les banques, assurances et groupes automobiles d’importance systémique de la faillite (Scheiber, 2011), et n’a pas introduit de nouvelles compétences économiques dans son cabinet. À titre d’exemple, la nomination comme ministre des Finances de Timothy Geithner, qui avait été nommé président de la Federal Reserve Bank of New York par Bush junior et qui est considéré comme un proche de Robert Rubin, l’ex-ministre des Finances et ex-président de Goldman Sachs (sous Bill Clinton), a été l’une de ses plus grandes erreurs lors de la constitution de son cabinet (Komlos, 2014). Il était notoire et manifeste que Geithner n’avait rien entrepris contre la crise financière et avait également sa part de responsabilité. En tant que ministre des Finances, Geithner a ensuite été responsable du sauvetage des banques et d’un programme de relance de 800 milliards de dollars, mais il ne s’est pas intéressé au destin des victimes de la crise financière parmi la population.

38Puis, en 2010, Obama a prolongé en grande partie la baisse des impôts pour les super riches décidée en 2001 et 2003 par Bush junior et le destin de la classe moyenne et de la classe inférieure est passé une fois de plus au second plan. James Dimon, le PDG de la banque JP Morgan Chase, sauvée grâce aux recettes fiscales, a obtenu en 2009 un bonus de 17 millions de dollars (Ellise, 2010).

39Avec le sauvetage de Wall Street et l’abandon du citoyen ordinaire, Obama a défendu la puissance du secteur financier et l’a même renforcée. Sheila Bair, présidente de la Federal Deposit Insurance Corporation (fonds de garantie des dépôts) a fait la remarque suivante lors de la crise :

On ne devrait pas protéger les emplois et les bonus des membres du conseil d’administration d’AIG et City qui ont mené leurs instituts à la faillite, mais Obama les a défendus, a trahi son mandat et beaucoup de ses partisans se sont détournés de lui. (Bair, 2014).

8. Puis Trump arriva...

40Les citoyens qualifiés de « pitoyables » par Hillary Clinton, les personnes peu cultivées et faiblement qualifiées qui ont souffert pendant des décennies du déclin économique et social alors que l’élite économique affichait ouvertement sa richesse, les victimes de l’hypermondialisation et de l’affaiblissement de la classe moyenne ou les millions de gens qui ont été chassés de leurs maisons, tous se sont rebellés contre l’establishment. Trop de promesses n’ont pas été tenues et ils pensaient que seul un homme fort, une personnalité inflexible au sommet du gouvernement pourrait provoquer un changement. La vengeance contre l’élite au pouvoir a certainement également joué. Hillary Clinton personnifiait l’establishment et n’aurait rien changé à la situation résultant du travail des cinq gouvernements précédents, ce qui était une perspective bien peu réjouissante. Le diagramme suivant fait apparaître clairement les résultats de la politique expliquée ci-dessus : les revenus médians des employés masculins ont stagné pendant une génération, ceux des femmes à partir de 2000 (figure 3).

41Alors que de nombreux économistes expliquaient que l’économie américaine se portait très bien et qu’elle connaissait même une situation de plein emploi, le revenu médian réel stagnait depuis des années, tandis que les revenus réels des personnes aux revenus élevés avaient considérablement augmenté (Feldstein, 2016). Les quatre premières barres de la figure 4 montrent les taux de croissance moyens des revenus réels d’un quintile ou 1/5 des 124 millions de ménages américains. Les quatre premières barres représentent 24,8 millions de ménages. Le dernier quintile des 20 % des ménages américains disposant des plus hauts revenus a été divisé en quatre sous-groupes supplémentaires (voir la moitié droite du diagramme).

Figure 4. Modification moyenne annuelle des revenus réels (1979-2011)

Figure 4. Modification moyenne annuelle des revenus réels (1979-2011)

Source : Komlos (2016)

42Comme le montre ce graphique, ce sont les revenus réels moyens du quintile le plus riche qui ont le plus augmenté de 1979 à 2011. Les revenus réels moyens des quintiles 2 et 3, qui représentent les ménages de la classe moyenne, ont augmenté de moins de 0,2 % par an et ont donc stagné. En revanche, le revenu réel des 1 % des ménages les plus riches a connu un accroissement important, 3,4 % en moyenne ou 600 000 $ par an, alors que le revenu de la classe moyenne inférieure n’a augmenté que de 1.200 $ pour atteindre 31.000 $. Les ménages les plus pauvres des États-Unis qui ne disposent que du minimum vital (première barre) ont continué à obtenir des coupons alimentaires et autres prestations de l’État et affichaient, en moyenne, un revenu de 18 000 $, à peine assez pour mener une vie décente.

43Sur la base des déclarations d’impôts, les 60 % des ménages américains avec les plus faibles revenus ont obtenu uniquement 20 % du revenu net total aux États-Unis, ce qui correspond à peu près au revenu total des 1 % des ménages américains les plus riches, faisant de la répartition des revenus aux États-Unis la plus inégale parmi les pays développés.

Le sentiment de décrochage est encore plus fort si l’on prend en compte le fait que le revenu absolu a moins d’importance que le revenu relatif pour l’appréciation personnelle du bien-être subjectif.

Figure 5. Croissance du bien-être en pour cent (1979-2011)

Figure 5. Croissance du bien-être en pour cent (1979-2011)

Source : Komlos (2016)

Remarque : le quintile supérieur est la référence.

  • 24 Les ménages composant le 5e quintile sont à eux-mêmes leur propre référence. Le revenu relatif ne j (...)

44Les psychologues nous ont montré que pour ce qui est de la perception de notre niveau de vie et de notre satisfaction, nous nous comparons dans une grande mesure aux autres24. Si l’on part du principe que le dernier quintile de la figure 5 sert de groupe de référence et que les quatre premiers quintiles de population comparent leur revenu réel avec le 5e quantile, l’insatisfaction de larges couches de la population devient encore plus nette et fournit le motif décisif du triomphe de Donald Trump. L’écart entre le bien être perçu a augmenté pour tous les groupes, à part les super riches. Angus Deaton, également prix Nobel et diplômé de Princeton, affirme que : « Si nous ne réussissons à créer une vie agréable que pour un tiers de la population, nous avons là un vrai problème et si nous ne pouvons plus corriger cette évolution, alors le capitalisme connaît une véritable crise. » (Belline, 2018)

45La richesse et le pouvoir politique qui va de pair se concentrent aujourd’hui de manière similaire à ce qui était le cas au début du xxe siècle. Cela explique pourquoi tant de gens ont voté pour un milliardaire tonitruant qui a composé son cabinet avec une poignée de généraux et de multimillionnaires. L’élite américaine est passée d’un complexe militaro-industriel sous Eisenhower à une ploutocratie sous Trump, au sein de laquelle les riches exercent le pouvoir politique (Gilens & Page, 2014 ; Bartels, 2016 ; Formisano, 2015 ; Schlozman, Verba & Brady, 2012 ; Johnston, 2018).

46Le fait que les électeurs de Trump ne profitent pas de sa politique économique est une incroyable ironie de l’histoire. Sa politique commerciale créera à peine des emplois aux États-Unis et elle a déjà coûté 12 milliards de dollars aux contribuables en raison de subventions supplémentaires accordées aux agriculteurs (Krugman, 2018). Sans compter qu’il souhaite supprimer l’assurance maladie qui a profité à de nombreux ménages aux faibles revenus (Brooks, 2018). Le grand problème de notre époque est que, dans ce monde hyper complexe, les personnes peu éduquées ont du mal à reconnaître leurs propres intérêts. Surmenée, endettée, précaire et donc anxieuse, la classe inférieure peu qualifiée n’a pas véritablement la possibilité d’appréhender les événements et les processus de manière réaliste. La démocratie peut uniquement s’épanouir si les gens savent clairement quel est leur intérêt. Une fois la connexion coupée, la société est à la dérive, sans ancre, et l’inimaginable peut devenir réalité.

47Si la présidence de Donald Trump a semblé avoir soudain surgi de nulle part, le propos de cet article est précisément de dire que ce n’est absolument pas le cas. Elle a été la résultante d’un processus évolutionnaire qui a duré des décennies. La candidature de Sarah Palin à la vice-présidence en a été un élément précurseur. Elle tenait les mêmes discours populistes et plaisait aux mêmes groupements sociaux. Elle a encouragé Trump à suivre sa voie. La présidence d’Obama était également un signe clair que l’électorat voulait une nouvelle voie audacieuse. Après tout, celui-ci a battu Hillary Clinton lors des primaires de 2008, ce qui a constitué un clair rejet de l’ordre ancien qu’elle représentait. Et n’oublions pas que pour beaucoup d’hommes blancs, mettre de côté leurs préjugés raciaux et voter pour un afro-américain était le signe que d’importants segments de l’électorat voulaient destituer l’ancien régime et instaurer le réel changement qu’Obama avait promis, mais qu’il n’a pas réussi à réaliser. L’échec d’Obama signifiait que ces mêmes « déshérités » accepteraient d’adopter un candidat plus radical.

48Nous assistons donc dans un remaniement socio-économique et politique révolutionnaire et comme l’a affirmé David Brooks, chroniqueur au New York Times, « notre pays est malade émotionnellement » (Brooks, 2018). Une chose est cependant claire, c’est que Trump personnifie tout ce qui est contraire à la tradition de la civilisation occidentale, de l’interdiction de mentir des Dix Commandements à la pensée logique de Platon et Aristote et jusqu’à la contribution au progrès de la raison humaine portée par la philosophie des Lumières. À l’instar d’autres démagogues, tout ce qu’il désire est détruire sans scrupules. On ne peut prévoir comment les choses évolueront, tout comme cela a été le cas pour d’autres bouleversements qui étaient imprévisibles et ont habituellement fini très différemment de la manière dont ils ont commencé.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu D., Autor D., Corn D., Hanson G. & B. Price (2016), « Import competition and the great US employment sag of the 2000s », Journal of Labor Economics, vol. 34, no 1, part. 2, p. 141-198.

Anon (2016), « Donald Trump’ revolution: Voters rebuke America’s political establishment », Chicago Tribune, édition du 9 novembre.

Anxiety and Depression Association of America (2017), art. « Depression », consulté le 16 juillet 2019. URL : https://adaa.org/understanding-anxiety/depression.

Autor D., Dorn D. & G. Hanson. (2016), « The China shock: Learning from labor-market adjustment to large changes in trade », Annual Review of Economics, vol. 8, p. 205-240. https://doi.org/10.1146/annurev-economics-080315-015041.

Autor D., Dorn D., Hanson G. & K. Majlesi (2017a), « Importing political polarization? The electoral consequences of rising trade exposure », NBER Working Paper no 22637, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.nber.org/papers/w22637.

Autor D., Dorn D., Hanson G. & K. Majlesi (2017b), « A note on the effect of rising trade exposure on the 2016 presidential election », consulté le 27 août 2019. URL : https://economics.mit.edu/files/12418.

Avery K., Finegold K. & A. Whitman (2016), « Affordable Care Act has led to historic, widespread increase in health insurance coverage », ASPE Issue Brief, U.S. Department of Health & Human Services, consulté le 13 juillet 2019. URL: https://aspe.hhs.gov/system/files/pdf/207951/ChartpackACAHistoricIncreaseCoverage.pdf

Bair S. (2014), « Why I recommend Tim Geithner’s book », Fortune, édition du 19 mai.

Bartels L. (2016), Unequal Democracy: The Political Economy of the New Gilded Age, 2e édition, New York, Russell Sage Foundation.

Beckhusen J. (2016), « Occupations in information technology », U.S. Census Bureau, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.census.gov/content/dam/Census/library/publications/2016/acs/acs-35.pdf.

Belline J. (2018), « Why “deaths of despair” may be a warning sign for America-moving upstream », The Wall Street Journal, édition du 27 février.

Brooks D. (2017), « The G.O.P. is rotting », The New York Times, édition du 7 décembre.

Brooks D. (2018), « The virtue of radical honesty », The New York Times, édition du 22 février.

Bureau of Justice Statistics (2017), « Correctional populations in the United States », consulté le 8 juillet 2019. URL : https://www.bjs.gov/index.cfm?ty=pbdetailetiid=5870.

Case A. & A. Deaton. (2017), « Mortality and morbidity in the 21st century », Brookings Papers on Economic Activity, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.brookings.edu/wp-content/uploads/2017/08/casetextsp17bpea.pdf.

Charles K. K., Hurst E. & M. J. Notowidigdo (2018), « Housing booms, manufacturing decline and labour market outcomes », The Economic Journal, vol. 129, no 617, p. 209-248. https://doi.org/10.1111/ecoj.12598.

Clinton W. (1993), « Remarks on Signing the North American Free Trade Agreement Implementation Act », consulté le 27 août 2019. URL : https://millercenter.org/the-presidency/presidential-speeches/december-8-1993-remarks-signing-nafta.

CNN (2017), « 15 times Trump bragged about his intelligence », consulté le 27 août 2019. URL : https://edition.cnn.com/videos/politics/2017/10/10/times-trump-bragged-about-intelligence-orig-alee.cnn.

Cochrane E. (2017), « Paul Ryan deletes tweet lauding a $ 1.50 benefit from the new tax law », The New York Times, édition du 3 février.

Ellise D. (2010), « JP Morgan’s Dimon scores $ 16M bonus », CNN, édition du 5 février.

Faux J. (2012), The Servant Economy: Where America’s Elite is Sending the Middle Class, New York, Wiley.

Feldstein M. (2016), « The U.S. economy is in good shape », The Wall Street Journal, édition du 21 février.

Fleck S., Glaser J. & S. Sprague. (2011), « The compensation-productivity gap: a visual essay », Monthly Labor Review, p. 57-69.

Formisano R. (2015), Plutocracy in America: How increasing inequality destroys the middle class and exploits the poor, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Frank T. (2004), What’s the Matter with Kansas? How Conservatives Won the Heart of America, New York, Metropolitan Books.

Frank T. (2016), Listen, Liberal: Or, What Ever Happened to the Party of the People?, New York, Metropolitan Books.

Friedersdorf C. (2017), « Trump has filled, not drained, the swamp » The Atlantic, édition du 21 septembre.

Galbraith J. K. (2008), The Predator State: How Conservatives Abandoned the Free Market and Why Liberals Should Too, New York, The Free Press.

Gallup (2017), « U.S. life avaluation (weekly) » consulté le 8 juillet 2019. URL : http://www.gallup.com/poll/151157/life-evaluation-weekly.aspx.

Gilens M. & B. Page. (2014), « Testing theories of american politics: Elites, interest groups, and average citizens », Perspectives on Politics, vol. 12, no 3, p. 564-581. https://doi.org/10.1017/S1537592714001595.

Hacker J. & P. Pierson (2016), American Amnesia: How the War on Government Led Us to Forget What Made America Prosper, New York, Simon & Schuster.

Hafner J. (2016), « Donald Trump loves the “poorly educated” and they love him », USA Today, édition du 24 février.

Hartney C. (2006), « US rates of incarceration: A global perspective », NCCD, Research from the National Council on Crime and Deliquency, consulté le 8 juillet 2019. URL : http://www.nccdglobal.org/sites/default/files/publication_pdf/factsheet-us-incarceration.pdf

Hedegaard H., Warner M. & A. Miniño (2017), « Drug overdose deaths in the United States, 1999 – 2015 », Centers for Disease Control and Prevention, NCHS Data Brief no 273.

Hirsch, M. (2010), Capital Offense: How Washington’s Wise Men Turned America’s Future Over to Wall Street, New York, Wiley.

Hokayem C. & M. Heggeness (2014), « Living in near poverty in the United States: 1966 – 2012 », U.S. Census Bureau, consulté le 8 juillet 2019, URL : https://www.census.gov/prod/2014pubs/p60-248.pdf.

Howson C., Kinney M. & J. Lawn (dir.) (2012), Born Too Soon: The global action report on preterm birth, Geneva, WHO.

HuffPost Graphics (2017), « There have been 153 mass shootings in 2017 », consulté le 12 juillet 2019. URL : https://twitter.com/HuffPostGraphic/status/875019850061664258.

Johnston D. C. (2018), It’s Even Worse Than You Think: What the Trump Administration is Doing to America, New York, Simon & Schuster.

Katz J. (2017), « Drug deaths in America are rising faster than ever », The New York Times, édition du 5 juillet.

Komlos J. (2014), « The banality of a bureaucrat, Timothy Geithner and the sinking of the U.S. economy,” Challenge: The Magazine of Economic Affairs, vol. 57, no 5, p. 87-99. https://doi.org/10.2753/0577-5132570507.

Komlos J. (2015), « How raising taxes on the rich could prevent mass shootings », PBS NewsHour, 2 septembre 2015, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.pbs.org/newshour/economy/face-mass-murders-case-universal-mental-health-insurance.

Komlos J. (2016), « Growth of income and welfare in the U.S., 1979 – 2011 », NBER Working Paper No. 22211, consulté le 27 août 2019. URL: <https://www.nber.org/papers/w22211.pdf>

Komlos J. (2018), « Hollowing out of the middle class: Growth of income and its distribution in the U.S., 1979 – 2013 », Challenge: The Magazine of Economic Affairs, vol. 61, no 4, p. 303-324. https://doi.org/10.1080/05775132.2018.1524057.

Komlos J. (2019), « Despair at full employment: The urgency of a fairer labor market », Forthcoming at Challenge, vol. 61, no 5-6, p. 363-386.

Krugman P. (2018), « Trump’s Potemkin economy », The New York Times, edition du 30 juin.

Kusisto L. (2015), « Many who lost homes to foreclosure in last decade won’t return –NAR », The Wall Street Journal, édition du 20 avril.

Levitsky S. & D. Ziblatt (2018), How Democracies Die, New York, Crown Publishing.

Lurie J. (2017), « Ohio’s new overdose rates are truly insane », Mother Jones, édition du 31 août.

Marcus S.  C. & M. Olfson. (2010), « National trends in the treatment for depression from 1998 to 2007 », Archives of General Psychiatry, vol. 67, no 12, p. 1265-1273.

McCartin J. (2011), Collision Course. Ronald Reagan, The Air Traffic Controllers, and the Strike that Changed America, Oxford, Oxford University Press.

Mishel L. (2012), « Unions, inequality, and faltering middle-class wages », Economic Policy Institute Report, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.epi.org/files/2012/ib342-unions-inequality-middle-class-wages.pdf.

National Center for Health Statistics, (1991). “Advance Report of Final Divorce Statistics, 1988,” Monthly Vital Statistics Report 39 (12), suppl. 2.

OCDE, Organisation de Développement et de Coopération économique (2008), Growing Unequal? Income Distribution and Poverty in OECD Countries, Paris, OCDE.

OCDE, Organisation de Développement et de Coopération économique (2011), Divided We Stand: Why Inequality Keeps Rising, Paris, OCDE.

Olfson M., Marcus S. C., Druss B., Elinson L., Tanielian T. & H. A. Pincus. (2002), « National trends in the outpatient treatment of depression », Journal of the American Medical Association, vol. 287, no 2, p. 203-209.

Pierce J. & P. Schott (2016a), « The surprisingly swift decline of US manufacturing employment », American Economic Review, vol. 106, no 7, p. 1632-1662. DOI : 10.1257/aer.20131578.

Pierce J. & P. Schott (2016b), « Trade liberalization and mortality: Evidence from U.S. counties », NBER Working Paper no 22849, consulté le 27 août 2019. https://www.nber.org/papers/w22849.

Piketty T. (2013), Le Capital au xxie siècle, Paris, Le Seuil.

Ravitch D. (2017), « Big money rules », The New York Review of Books, edition du 7 décembre.

Rodrik D. (1997), Has Globalization Gone Too Far? Washington, Institute for International Economics.

Rodrik D. (2016), « Straight talk on trade », Project Syndicate, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.project-syndicate.org/commentary/trump-win-economists-responsible-by-dani-rodrik-2016-11.

Rodrik D. (2017), « Populism and the economics of globalization », NBER Working Paper no 23559, consulté le 2 août 2019. URL: https://www.nber.org/papers/w23559.

Rothwell J. & P. Diego-Rosell (2016), « Explaining Nationalist Political Views: The Case of Donald Trump », consulté le 27 août 2019. URL : <https://papers.ssrn.com/sol3/Papers.cfm?abstract_id=2822059.

Sapatkin D (2016), « Drug deaths in Pa. and N.J. soar even faster than the national rate », The Philadelphia Inquirer, édition du 6 septembre.

Scheiber N. (2011), The Escape Artists: How Obama’s Team Fumbled the Recovery, New York, Simon & Schuster.

Schettini Kearney M. & B. Levine (2012), « Why is the teen birth rate in the United States so high and why does it matter? », Journal of Economic Perspectives, vol. 26, no 2, p. 141-166.

Schlozman K, Verba S. & H. Brady (2012), The Unheavenly Chorus: Unequal Political Voice and the Broken Promise of American Democracy, Princeton, Princeton University Press.

Schor J. (1999), The Overspent American: Why we want what we don’t need, New York, Harper Perennial.

Shapiro I. & J. Friedman (2004), « A comprehensive assessment of the Bush administration’s record on cutting taxes », Center on Budget and Policy Priorities. URL : https://www.cbpp.org/sites/default/files/atoms/files/4-23-04tax.pdf.

Stanley J. (2015), How Propaganda Works, Princeton, Princeton University Press.

Stiglitz J. (2009), « America’s socialism for the rich », The Economists’ Voice, vol. 6, no 6, p. .1-3.

Stiglitz J. (2016), « What America’s economy needs from Trump », Project Syndicate, consulté le 27 août 2019. URL : https://www.project-syndicate.org/commentary/trump-agenda-america-economy-by-joseph-e--stiglitz-2016-11?barrier=accesspaylog.

UNICEF (2013), Child well-being in rich countries, A comparative overview, Centre de recherches UNICEF, Bilan Innocenti 11, Florence, Italie.

Van Dam A. (2017), « Is the GOP tax plan an unprecedented windfall for the wealthy? We look at 50 years of data to find out », The Washington Post, édition du 4 décembre.

Wolffe R. (2016), « Donald Trump’s victory is nothing short of a revolution », The Guardian, édition du 9 novembre.

Haut de page

Notes

1 C’est surtout dans les « communes dans lesquelles vivait une population majoritairement blanche qui souffrait depuis longtemps d’une faible mobilité sociale, d’un capital social peu élevé ainsi que d’une forte dépendance aux prestations sociales et d’un faible revenu du capital » que Trump a été élu (Rothwell & Diego-Rosell, 2016).

2 63 % des hommes blancs ont voté pour Donald Trump, contre 31 % pour Hillary Clinton, et ces chiffres sont de 71 % pour les hommes blancs sans diplôme d’études supérieures contre 23 % pour Clinton. Collaborateurs Wikipedia, « Élections présidentielles aux États-Unis en 2016 ».

3 United States Census Bureau (2018), « Full-time, year-round white workers by median income and sex: 1955 to 2017 », consulté le 27 août 2019. URL : http://www2.census.gov/programs-surveys/cps/tables/time-series/historical-income-people/p36w.xls.

4 National Center for Health Statistics (2018), « Provisional drug overdose death counts », consulté le 27 août 2015. URL : https://www.cdc.gov/nchs/nvss/vsrr/drug-overdose-data.htm.

5 Wisconsin Department of Health Services (2018): « WISH query: Drug overdose deaths », Consulté le 27 août 2019, URL : https://www.dhs.wisconsin.gov/wish/opioid/mortality.htm.

6 7,4 pour mille habitants aux USA contre 2,2 pour mille en Europe de l’Ouest.

7 National Center for Health Statistics, Table 15. « Life expectancy at Birth », consulté le 17 novembre 2019. URL : https://www.cdc.gov/nchs/data/hus/2017/015.pdf.

8 U.S. Census Bureau, « Poverty threshold », consulté le 8 juillet 2019. URL : https://www.census.gov/library/publications/2016/demo/p60-256.html

9 U.S. Census Bureau, Figure 4, « Number in poverty and poverty rate », consulté le 8 juillet 2019. URL: https://www2.census.gov/programs-surveys/demo/visualizations/p60/256/figure4.pdf.

10 U.S. Census Bureau, Data, Historical Families Tables, Table FM-1, « Families by presence of own children under 18: 1950 to Present », consulté le 8 juillet 2019. URL : www.census.gov/data/tables/time-series/demo/families/families.html.

11 Childhelp, « National child abuse statistics and facts », consulté le 15 juillet 2019. URL : https://www.childhelp.org/child-abuse-statistics/.

12 Centers for Disease Control and Prevention, « Child abuse and neglect prevention », consulté le 15 juillet 2017. URL : https://www.cdc.gov/violenceprevention/childmaltreatment/index.html.

13 Anxiety and Depression Association of America, art. « Depression », consulté le 16 juillet 2017. URL : https://adaa.org/understanding-anxiety/depression

14 Bureau of Economic Analysis, Table 7.1, « Selected Per Capita Product and Income Series », consulté le 15 juillet 2019. URL : https://www.bea.gov/iTable/iTable.cfm?reqid=19etstep=2#reqid=19etstep=3etisuri=1et1921=surveyet1903=264.

15 Bureau of Labor Statistics, Establishment data: Historical Employment, Table B-1, « Employees on nonfarm Payrolls by major industry sector ».

16 Economic Policy Institute, State of Working America Data Library, « Wages by Education », consulté le 15 juillet 2019. URL: https://www.epi.org/data/#?subject=wage-educationetg=*.

17 Federal Reserve Bank of St. Louis, « Share of Labour Compensation in GDP at Current National Prices », LABSHPUSA156NRUG.

18 Department of Commerce: U.S. Census Bureau, Table H-2, « Share of Aggregate Income Received by Each Fifth and Top 5 percent of Households », consulté le 15 juillet 2019. URL: https://www.census.gov/data/tables/time-series/demo/income-poverty/historical-income-households.html.

19 Economic Policy Institute: State of Working America Data Library, Underemployment.

20 Federal Reserve Bank of St. Louis, « Total Public Debt as Percent of Gross Domestic Product », series GFDEGDQ188S.

21 Bureau of Labor Statistics, Table 1, « Union affiliation of employed wage and salary workers », consulté le 11 novembre 2017. URL : https://www.bls.gov/webapps/legacy/cpslutab1.htm.

22 Notre traduction.

23 Tax Policy Center, Urban Institute and Brookings Institution, consulté le 13 novembre 2017. URL : http://www.taxpolicycenter.org/taxfacts/displayafact.cfm?Docid=213

24 Les ménages composant le 5e quintile sont à eux-mêmes leur propre référence. Le revenu relatif ne joue donc aucun rôle pour déterminer leur niveau de vie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. évolution de la productivité du travail et des salaires réels en points de base (base : 1947 = 100)
Crédits Source : Fleck, Glaser & Sprague (2011)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 2. Écart entre productivité du travail et salaires réels par présidence
Crédits Source : Fleck, Glaser & Sprague (2011)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure 3. Revenu médian annuel selon le sexe (en prix 2016, USD)
Crédits Source. U.S. Census Bureau, Current Population Survey, Annual Social and Economic Supplements. http://www2.census.gov/​programs-surveys/​cps/​tables/​time-series/​historical-income-people/​p36w.xls
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 4. Modification moyenne annuelle des revenus réels (1979-2011)
Crédits Source : Komlos (2016)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. Croissance du bien-être en pour cent (1979-2011)
Crédits Source : Komlos (2016)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John Komlos et Hermann Schubert, « Les origines du triomphe de Donald Trump », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15711 ; DOI : 10.4000/regulation.15711

Haut de page

Auteurs

John Komlos

Historien et économiste américain, professeur d’histoire économique et de théorie économique à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich de 1992 à 2010.

Hermann Schubert

Professeur d’économie, International School of Management de Stuttgart.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page