Navigation – Plan du site
Notes de lecture

À propos de l’ouvrage de Julien Vercueil, Économie politique de la Russie 1918-2018

Bernard Chavance
Référence(s) :

Julien Vercueil, Économie politique de la Russie 1918-2018, Paris, Le Seuil, coll. « Points Économie », 2019, 368 p.

Texte intégral

1L’évolution du système économique de la Russie depuis trois décennies présente une forte spécificité au regard des autres pays ayant transité de la famille socialiste à la famille capitaliste. Cette singularité est manifeste vis-à-vis des anciens pays socialistes d’Europe centrale qui ont rejoint l’Union européenne dans les années 2000, mais aussi par rapport à la Chine dont la trajectoire originale demeure l’objet d’interprétations multiples.

2Julien Vercueil est l’un des meilleurs connaisseurs français de l’économie russe, dont il suit l’évolution et dont il approfondit l’analyse depuis deux décennies. Le livre est issu de ses enseignements sur ce thème, dans une perspective d’« économie institutionnelle du changement » – selon la formule accompagnant son premier livre sur la Russie(Vercueil, 2002). Il offre une vue d’ensemble originale des changements institutionnels et de l’évolution macroéconomique contrastée de la fédération de Russie depuis la fin de l’Union soviétique, en 1991.

L’héritage soviétique

  • 1 La rupture des relations interindustrielles ou « désorganisation » était l’explication principale d (...)

3Le premier chapitre présente une synthèse sur la vie et la mort du système soviétique, basée sur des faits stylisés, sous forme d’introduction à l’époque contemporaine. Il est dommage que les contributions issues des divers travaux institutionnalistes français des années 1980 soient quelque peu laissées de côté. Si le « rapport salarial atténué » et l’« accumulation extensive » sont bien évoqués, ce n’est pas le cas pour le « taylorisme arythmique », la « régulation pénurique » et son caractère cyclique, les interprétations en termes de capitalisme ou de monopolisme d’État, ou encore d’« économie mobilisée » (Boyer & Saillard, 2002) Des notions plus conventionnelles, comme l’épargne forcée ou le surplomb monétaire, sont conjuguées à une analyse de la contrainte budgétaire molle de János Kornai. Néanmoins ce chapitre contient aussi des formulations originales, comme la thèse de la variation de la productivité comme variable d’ajustement macroéconomique compte tenu de la configuration institutionnelle, ou la notion de décoordination de la production à propos de la perestroïka, une expression plus suggestive que celle, avancée par des économistes standard pour les années 1990, de « désorganisation1 ».

4Ce premier chapitre a donc plutôt la forme d’un manuel synthétique sur l’économie soviétique, son fonctionnement et ses dysfonctionnements. Le centre du livre, et sa contribution significative, réside dans l’analyse et la description des années 1992-2018, à travers une périodisation en trois moments : 1. De la « Grande transition » à la « Grande dépression » 1992-1998 ; 2. La décennie brillante 1999-2008 ; 3. Le temps des turbulences 2008-2018.

La grande dépression originaire

5L’auteur rappelle le paradigme standard de la transition, élaboré auparavant à propos des pays d’Europe de l’Est, au moment du grand tournant de la Russie en 1992, avec sa trilogie de libéralisation, privatisation, restructuration. L’influence du modèle polonais de la thérapie de choc est sensible lors du premier « plan Gaïdar », en 1992, auquel contribuent des conseillers occidentaux comme Jeffrey Sachs ou Anders Aslund. La surenchère du gouvernement par rapport aux conditions de politique restrictive associées au plan de soutien du FMI a un effet traumatique sur une économie déjà en récession depuis 1990. Le maintien initial d’une zone rouble avec les anciennes républiques soviétiques, désormais États indépendants, crée des tensions monétaires qui accentuent la contraction des échanges réciproques. Deux programmes successifs de libéralisation et de stabilisation, suivis d’un programme accéléré de privatisation de masse, constituent trois chocs majeurs pour l’économie : « La “thérapie de choc” devait redresser la pente du déclin économique hérité de la perestroïka. Elle l’a transformé en abîme et la récession, en chute libre. » (p. 107) L’économie de la Fédération de Russie est plongée dans une grande dépression – dont elle ne sortira qu’après le krach de 1998.

6Une financiarisation perverse est à l’œuvre à partir de 1994, dans le contexte de politique restrictive, qui entretient la crise fiscale. Le recours à l’émission de titres d’État, puis l’introduction de la convertibilité du compte capital pour le rouble en 1996 engendrent une dépendance aux fluctuations des capitaux internationaux et une instabilité chronique. L’élection présidentielle de 1996, lors de laquelle Eltsine sera réélu malgré une position initiale très défavorable, constitue un moment critique avec le fameux programme « prêts contre actions ». L’État emprunte aux méga-capitalistes apparus au cours des années précédentes, avec pour caution les actifs des grandes entreprises d’État dans les secteurs stratégiques ; au bout du compte les oligarques vont consolider des empires industriels obtenus pour des montants symboliques, par collusion directe avec le gouvernement. L’appui américain à la réélection du président sortant et le soutien du FMI à la politique économique apporteront leur contribution au discrédit général des « libéraux » russes et des réformes. Une causalité cumulative opère : « […] la réduction des moyens de l’État amoindrit sa position asymétrique vis-à-vis des acteurs les plus puissants, ce qui sape sa légitimité et son autorité » (p. 151).

7Une « stabilisation virtuelle », sous l’égide du FMI, est à l’œuvre après 1996, mais la pénurie de liquidités en roubles va conduire à des arriérés de paiement de salaires et d’impôts, à une extension du troc et des schémas de compensation, et à l’extension de substituts monétaires. Le fractionnement monétaire accompagne l’affaiblissement général de l’État et la crise de la fiscalité. Les conséquences sociales, sanitaires et démographiques de la grande dépression et de l’inflation sont désastreuses. L’échec de la « Grande transition » en Russie est patent quand intervient la crise financière d’août 1998, pour laquelle le gouvernement est contraint de faire défaut sur sa dette souveraine ; le rouble est dévalué de plus d’un tiers.

Le rétablissement et la « décennie brillante »

8Les nouveaux gouvernements parviennent à restructurer la dette intérieure et internationale. L’abandon du monétarisme, le retour du contrôle des changes, une politique budgétaire prudente, contribuent à la réduction de l’inflation puis, avec une réforme fiscale en 2001 (incluant une flat tax de 13 %), au rétablissement des recettes budgétaires – conjointement avec l’augmentation opportune du prix des hydrocarbures.

9Il manque ici un rappel de l’arrangement du retrait de Boris Eltsine et de l’arrivée de Vladimir Poutine à la présidence. Désormais la rupture avec la période « libérale » du régime, une stratégie explicite de rétablissement autoritaire et une consolidation générale du pouvoir de l’État vont constituer un facteur essentiel de la bifurcation de la trajectoire de l’économique et du politique. Julien Vercueil rappelle la mise au pas des oligarques par Poutine en 2000, la reprise en main de Gazprom par l’État, l’affaire Ioukos et l’emprisonnement de Khodorkovski ; le rapport de force avec les oligarques, dont plusieurs vont émigrer, est modifié. Pour l’auteur il demeure cependant un enracinement du « capitalisme oligarchique qui allie une forte concentration industrielle et financière à une proximité entre les pouvoirs économique et politique, sous une forme relativement proche de ce qui était déjà à l’œuvre dans la décennie précédente » (p. 176) ; la corruption reste un élément de continuité entre les périodes d’Eltsine et de Poutine.

10La période est marquée par une forte « croissance de rétablissement » à laquelle contribuent les prix favorables des hydrocarbures ; elle s’accompagne de la baisse de l’inflation, du déclin des arriérés et du troc, de la hausse de l’emploi et des salaires, du recul de la pauvreté et de la réduction de la dette publique. Les divers aspects favorables de la « décennie brillante » sont clairement liés au rétablissement de la puissance publique. Cependant, des fragilités demeurent : l’économie ne parvient pas à véritablement se diversifier et l’activité reste concentrée sur un nombre limité de secteurs moteurs, au premier rang desquels le pétrole et le gaz. Après une nouvelle libéralisation du compte de capital en 2006, le pays devient sensible aux flux et reflux de capitaux à court terme, ce qui rappelle les années 1996-1998. L’interpénétration des secteurs financier et énergétique, « l’influence du complexe pétrogazier sur l’économie politique de la Russie », sont la marque d’une véritable Russian disease (p. 226) dont l’auteur donne une analyse détaillée.

11En 2008, la permutation singulière de la présidence et du poste de premier ministre entre Poutine et Medvedev permet au premier de prolonger son pouvoir tout en respectant formellement la constitution ; l’électorat et l’opinion approuvent pour l’essentiel. Mais la crise internationale venue des États-Unis provoque un choc non anticipé pour la Russie, notamment par la baisse des prix des matières premières ; le rouble est sous tension, il subit une dévaluation. La crise économique, initialement sous-estimée par le gouvernement, se révèle brutale.

Une décennie sous tensions

12Une politique anti-crise active, incluant le sauvetage du système bancaire et de certaines entreprises stratégiques, contribue à renforcer le poids de l’État dans l’économie : en 2011 le secteur des entreprises publiques représente un large tiers de la valeur ajoutée du pays. Mais le retour à la croissance dès 2010 ne peut masquer une inflexion par rapport à la décennie précédente, dont les insuffisances relatives en termes de recherche-développement, d’éducation et surtout d’investissements productifs, pèsent sur le contexte d’ensemble.

13Sur le modèle de l’Union économique et monétaire européenne, l’Union économique eurasiatique (UEE, effective en 2015) est construite « à marche forcée » avec plusieurs anciennes républiques soviétiques, en particulier le Bélarus et le Kazakhstan, mais aussi l’Arménie et le Kirghizistan. Cette accélération est aussi une réaction au « Partenariat oriental » (2009) proposé par l’Union européenne aux pays d’Europe orientale. Marquée par une asymétrie en faveur de la Russie, de par sa dimension, son poids politique et la structure de ses échanges (exportations russes de matières premières et importations de produits manufacturés), l’UEE connaît des tensions internes. L’évènement majeur de la période va être la crise entre la Russie et l’Ukraine, débouchant sur une guerre larvée, toujours actuelle, et dont les conséquences pour les deux pays vont se révéler majeures : conflit gazier d’arrière-plan, rivalité entre l’UE et la Russie pour s’attacher l’Ukraine, escalade qui mène au soulèvement de Maïdan, changement de régime à Kiev en 2014, annexion de la Crimée par la Russie, sanctions occidentales et les contre-sanctions de la Russie – la séquence est marquante.

14Une nouvelle crise intervient de 2014 à 2017, où les effets du conflit ukrainien se conjuguent à la chute des cours du pétrole et aux conséquences problématiques de l’orientation libérale de la régulation du système financier. Le niveau de vie réel moyen baisse de l’ordre de 10 % et le taux de pauvreté remonte. Si l’annexion de la Crimée s’est révélée une opération politiquement gagnante pour le pouvoir, dont la popularité avait été ébranlée lors des élections de 2011 et 2012, le bilan économique et social est négatif. En définitive, considérant la période 2008-2018, Vercueil observe : « Par sa durée et ses conséquences économiques et sociales, ce “temps des turbulences” est une décennie perdue pour l’économie et la société russes. » (p. 230)

Une analyse régulationniste de l’économie russe depuis 1992

15L’essentiel de l’ouvrage est une histoire et une analyse économique des trois dernières décennies, dont un point fort est l’insistance mise sur le poids des relations économiques extérieures dans l’évolution macroéconomique générale du système. De manière surprenante, une approche plus théorique, appuyée sur la théorie de la régulation, n’intervient qu’à la fin de l’ouvrage, dans une vingtaine de pages originales : le lecteur regrette que la conceptualisation avancée n’ait pas été davantage ni explicitement mobilisée dans les développements précédents.

16Julien Vercueil pose que la Russie, depuis les années 2000, possède un « régime d’accumulation rentier extraverti ». Son architecture est dominée par l’insertion internationale, rentière, qui constitue le premier niveau dans la hiérarchie des formes institutionnelles, imposant ses contraintes à toutes les autres formes. Au second niveau, figurent le rôle de l’État, marqué par un « monopolisme sélectif » choisissant les secteurs à privilégier, ainsi que le régime monétaire, contraint par le taux de change. Les formes de concurrence, segmentées entre les secteurs dominés par l’État et les branches davantage concurrentielles, représentent le troisième niveau. En bas de la hiérarchie, le rapport salarial fragmenté est marqué par une différence entre les faibles salaires des services publics et des secteurs concurrencés par les importations, et des salaires plus élevés dans les domaines protégés comme la finance et les branches rentières, indépendamment de la forme de propriété, privée ou publique. Le rapport salarial a ainsi un caractère résiduel dans la configuration institutionnelle d’ensemble.

17La direction de Vladimir Poutine, avec un processus de présidentialisation du pouvoir, s’est consolidée à travers un réarrangement centralisateur des relations entre le centre et les régions de la fédération de Russie, sous la forme de cercles concentriques de pouvoir, et entre l’exécutif et le législatif. À la différence de Boris Eltsine, qui n’avait bénéficié d’un consensus dans la société qu’au début de son premier mandat, en 1992, Poutine est dans l’ensemble parvenu à stabiliser un compromis entre un maintien de l’ordre social qui contraste avec les années 1990, une réduction de la précarité économique, un rétablissement relatif de la protection sociale, un regain de l’influence internationale du pays et un régime autoritaire où la « verticale du pouvoir » est omniprésente. Ce « nouveau pacte », au-delà de fluctuations, a perduré électoralement depuis 2000. « La longévité de la nouvelle configuration sociopolitique, qui a duré jusqu’à aujourd’hui, ne peut s’expliquer que par sa compatibilité avec le régime d’accumulation de cette période » (p. 292), appuyé sur la reprise de contrôle de la rente pétrogazière par l’État.

18Pour Vercueil, un « mode de régulation gazpromien » accompagne le régime d’accumulation rentier extraverti. Il est fondé sur la relation étroite entre les pouvoirs politique et économique. Gazprom est le symbole de la place essentielle prise par le secteur pétrogazier, fortement concentré, dans l’économie depuis les années 2000. L’État tient sa capacité d’agir sur l’économie des transferts directs et indirects de ce secteur : avec Rosneft, Gazprom est le principal contributeur au budget de l’État. L’entreprise joue un rôle social important par la fourniture du gaz à un prix subventionné aux principales villes de Russie, et par sa tolérance aux impayés des ménages ou des industriels. L’État mobilise un petit nombre d’entreprises d’État, au premier rang desquelles Gazprom, comme « levier d’influence économique, social et diplomatique ». L’ensemble des interactions, articulées à la perception d’une rente qui fluctue entre 10 % et 30 % du PIB, sont illustrées dans le graphique ci-dessous (p. 298).

Le mode de régulation « gazpromien » de l’économie russe (2000-2015)

Le mode de régulation « gazpromien » de l’économie russe (2000-2015)

Source : Vercueil (2019)

19Les questions ouvertes par l’approche de Julien Vercueil sont nombreuses. Quelles seraient les possibilités de long terme de surmonter la Russian disease ? Le régime rentier extraverti de la Russie peut-il être intégré à une conception plus large des régimes rentiers contemporains (Boyer, 2015) ? Au-delà de trajectoires contrastées, la Russie et la Chine présentent des similitudes systémiques : un secteur d’État minoritaire dans le PIB mais structurant par des industries stratégiques, composé de puissants groupes liés au système politique, financé par un système bancaire concentré et public, et imbriqué de diverses façons avec le secteur privé : pourrait-on les inclure dans une théorie générale des capitalismes d’État dans le monde d’aujourd’hui ? (Musacchio & Lazzarini, 2014 ; Nölke, 2014 ; Kurlantzick, 2016, Dolfsma & Grosman, 2019). L’Économie politique de la Russie 1918-2018 va rester comme un livre de référence ; il appelle sans conteste des développements futurs.

Haut de page

Bibliographie

Blanchard O. & M. Kremer (1997), « Disorganization », The Quarterly Journal of Economics, vol. 112, no 4, p. 1091-1126, consulté le 15 janvier 2020, https://doi.org/10.1162/003355300555439.

Boyer R. (2015), chap. « Le retour de la rente, un besoin de théorisation », Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte.

Boyer R. & Y. Saillard (dir.) (2002), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, nouvelle édition complétée, Paris, La Découverte.

Dolfsma W. & A Grosman (2019), « State capitalism revisited: A review of emergent forms and developments », Journal of Economic Issues, vol. 53, no 2.

Kurlantzick
 J. (2016), State Capitalism: How the Return of Statism Is Transforming the World, Oxford, Oxford University Press.

Musacchio A. & S. Lazzarini (2014), Reinventing State Capitalism. Leviathan in Business, Brazil and Beyond, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Nölke A. (dir.) (2014), Multinational Corporations from Emerging Markets:State Capitalism 3.0, New York, Palgrave Macmillan.

Vercueil J. (2002), Transition et ouverture de l’économie russe (1992-2002). Pour une économie institutionnelle du changement, Paris, L’Harmattan, coll. « Pays de l’Est ».

Vercueil J. (2019) Économie politique de la Russie 1918-2018, Paris, Le Seuil, coll. « Points Économie », 368 p.

Haut de page

Notes

1 La rupture des relations interindustrielles ou « désorganisation » était l’explication principale du déclin de la production selon Blanchard et Kremer (1997).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le mode de régulation « gazpromien » de l’économie russe (2000-2015)
Crédits Source : Vercueil (2019)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/15727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Chavance, « À propos de l’ouvrage de Julien Vercueil, Économie politique de la Russie 1918-2018 », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15727

Haut de page

Auteur

Bernard Chavance

LADYSS, Université Paris Diderot, chavance@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page