Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

La financiarisation de l’économie sud-coréenne depuis 1997 : analyse du changement de régime d’accumulation

Pauline Debanes

Résumés

Cette thèse questionne la financiarisation du régime d’accumulation en Corée du Sud après la crise asiatique de 1997. Mobilisant des méthodes mixtes, elle examine 1) les principaux changements macroéconomiques et institutionnels dans un contexte de développement des politiques néolibérales ; 2) l’insertion croissante des entreprises dans les marchés financiers et commerciaux internationaux ; 3) la refonte du rôle de l’État pour promouvoir les secteurs intensifs en technologie. Le cadre conceptuel et les outils analytiques de la théorie de la régulation, combinés à ceux de l’économie post-keynésienne, sont mobilisés pour discuter les vecteurs qui participent à la financiarisation de l’économie politique sud-coréenne et les caractéristiques locales de ce processus global, intrinsèquement inégal et hiérarchique.

Haut de page

Texte intégral

Pauline Debanes, « La financiarisation de l’économie sud-coréenne depuis 1997 : analyse du changement de régime d’accumulation ».

Thèse soutenue le 5 décembre 2018 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Sous la direction de Sébastien Lechevalier, EHESS

M. Durand Cédric, rapporteur, Université Paris 13,

M. Lee Keun, rapporteur, Seoul National University

M. Boyer Robert, membre du jury, EHESS

M. Lechevalier Sébastien, membre du jury, EHESS

Mme Revest Valérie, membre du jury, Université Lyon 2

M. Stockhammer Engelbert, president du jury, King’s college London

Question(s) de recherche

1Succédant au régime d’accumulation fordiste des Trente Glorieuses, le régime d’accumulation dominé par la finance, qui s’instaure à partir des années 1980 dans les économies capitalistes à revenus élevés, se manifeste au niveau macroéconomique par un ralentissement structurel de l’accumulation, une explosion des inégalités et un endettement croissant des ménages afin de soutenir leurs dépenses de consommation dans un contexte d’austérité et de modération salariale (Boyer, 2000 ; Stockhammer, 2008). L’objectif principal de cette thèse est d’examiner les moteurs et les vecteurs du processus de financiarisation dans l’économie politique sud-coréenne depuis la fin des années 1990.

2L’économie politique sud-coréenne constitue un cas fascinant pour analyser le processus de financiarisation, car il force à la nuance et détonne dans les analyses comparées. Si la Corée du Sud n’est pas un cas d’étude fréquent dans la littérature sur la financiarisation, c’est en partie parce que son secteur financier est moins intégré aux marchés financiers mondiaux comparé à ses voisins asiatiques, véritables centres financiers, comme Shanghai, Hong Kong et Singapour. Cela s’explique également par une pression du marché des capitaux sur la gouvernance des entreprises coréennes relativement moindre que pour les entreprises nord-américaines ou européennes. Cependant, les deux dernières décennies ont été marquées par une croissance économique plus faible, couplée à une montée des inégalités de revenus issus du travail, détachant peu à peu la société coréenne du « miracle » de l’industrialisation pour la rapprocher des méandres de la financiarisation.

3Les questions de recherche suivantes sont posées pour décomposer analytiquement l’intégration de l’économie politique sud-coréenne dans la phase actuelle du capitalisme néolibéral financiarisé.

  1. Le régime d’accumulation contemporain peut-il être caractérisé de dominé par la finance ? Quels sont ses moteurs ?

  2. Quelles sont les spécificités locales du régime d’accumulation en Corée du Sud depuis le début des années 2000 au regard des traits observés dans les économies américaines et européennes ?

  3. La crise asiatique de 1997 a-t-elle constitué une rupture structurelle ? Quid de la crise de 2007-2008 ?

Méthodes

4Ce travail de recherche s’appuie sur un cadre théorique qui combine la théorie de la régulation et la macroéconomie post-keynésienne. Afin d’articuler trois niveaux d’analyse – macro, méso et microéconomique –, les méthodes utilisées sont à la fois quantitatives et qualitatives.

5La partie quantitative s’appuie sur des modèles théoriques post-keynésiens de la fonction d’investissement et du régime de demande, estimés à l’aide de données sud-coréennes. La base de données microéconomique KIS Value a été obtenue par l’université nationale de Séoul. Elle regroupe les liasses fiscales des sociétés cotées et des sociétés privées dépassant un certain seuil d’actifs. En outre, de nombreuses séries de données ont été extraites du site web de la Banque de Corée et des bases de données libres des diverses organisations du gouvernement sud-coréen. Enfin, des bases de données internationales ont été utilisées (OCDE, Banque mondiale, CHELEM, AMECO, Penn tables, base de données sur les inégalités mondiales : WID).

6L’analyse s’appuie également sur une collection originale de sources de première main. Deux études de terrain ont été menées. La première a été réalisée en amont du doctorat ; elle a été entreprise en 2013-2014, dans le cadre d’un poste d’un an au service économique de l’ambassade de France à Séoul. Des dizaines d’entretiens semi-directifs ont été conduits avec divers départements du ministère des Finances, du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie, des régulateurs financiers et de la Banque de Corée sur des thématiques imposées par l’ambassade. Deux sessions du groupe de travail sur les licences de banque d’investissement rassemblant des représentants de banques américaines et européennes et des autorités de réglementation sud-coréennes ont aussi été suivies.

7La deuxième période de terrain s’est déroulée entre février et mai 2016 et se concentrait sur l’agenda politique d’« économie créative », en particulier les politiques de promotion des startups, de la présidente Park. Elle a consisté en cinquante-cinq entretiens semi-directifs avec des parties prenantes de l’écosystème de startups à Séoul. Des entretiens de suivi ont été menés de manière plus informelle à Paris (France, le 25 octobre 2016), lors de la visite d’une délégation sud-coréenne de startups organisée par l’Agence de promotion de l’industrie numérique de Daegu, et à Tokyo lors d’une grande manifestation pour laquelle cinq startups sud-coréennes étaient présentes (Japon, Slush Tokyo, 28-29 mars).

Résultat(s)

8L’argument général de la thèse se déplie en trois chapitres complémentaires. Le premier chapitre propose une analyse synthétique des transformations du régime d’accumulation et du mode de régulation de l’économie politique sud-coréenne depuis les années 1960, en mettant en lumière les changements intervenus dans la période post-crise asiatique. Les deux chapitres suivants examinent plus en détail deux vecteurs de la financiarisation : le comportement des sociétés non financières et les politiques d’innovation, considérées comme un domaine de la politique économique.

9Le premier chapitre réexamine les analyses de la crise asiatique de 1997 en proposant de l’appréhender comme une crise structurelle qui a entraîné un changement à la fois du régime d’accumulation et du mode de régulation. L’analyse des changements institutionnels dans une perspective longue souligne les transformations profondes intervenues depuis la fin des années 1990 dans quatre domaines fondamentaux : le secteur public, le secteur financier, le secteur des entreprises et le marché du travail. Est ainsi identifié le passage d’un mode de régulation focalisé sur l’échelle nationale et porté par l’État vers un mode de régulation qui favorise la concurrence entre les acteurs à plusieurs échelles par un double mouvement impliquant davantage d’intégration internationale et une mobilisation plus intensive des territoires locaux. Afin d’étudier le régime d’accumulation, le modèle de régime de demande de Bhaduri et Marglin (1990) fournit le cadre empirique pour tester à la fois l’hypothèse d’un changement de régime et déterminer empiriquement les ressorts de la dynamique de l’investissement au niveau macroéconomique. Cette analyse révèle le passage d’un régime de demande dit « tiré par les salaires » – ou wage-led, caractérisé par un effet marginal positif de l’augmentation de la part des salaires sur la demande avant 1998 à un régime dit « tiré par les profits » – ou profit-led, dans lequel l’effet marginal de l’augmentation de la part salarial sur la demande est négatif.

10Le deuxième chapitre aborde le puzzle du découplage entre les profits et l’investissement en capital fixe des sociétés non financières, caractéristique fondamentale des régimes d’accumulation dominés par la finance (Orhangazi, 2008 ; Stockhammer, 2008), en proposant une façon originale de rendre compte de l’insertion des entreprises dans les chaînes de valeur mondiales (CVM) au niveau micro. L’analyse des effets connexes de la financiarisation et de la mondialisation sur les entreprises coréennes montre une hétérogénéité croissante de leur comportement d’investissement. À partir d’une analyse de cluster et d’un modèle dynamique de la fonction d’investissement d’un large panel d’entreprises manufacturières coréennes depuis les années 1990, il est montré que le comportement des firmes diffère selon leur modalité d’insertion dans les CVM. De par leur participation active à la production de biens, certaines entreprises sont moins dépendantes des marchés financiers ; c’est typiquement le cas des gros fournisseurs. En revanche, les gros groupes manufacturiers, dans des positions dominantes, tendent à réduire leur implication dans la production réelle pour favoriser des investissements financiers. Dans la majeure partie des cas, ce sont des combinaisons de stratégies qui sont observées, avec des arbitrages entre le renforcement des capacités de production, l’investissement dans les actifs incorporels et l’engagement avec les marchés financiers.

11Le dernier chapitre conteste l’analyse selon laquelle le capitalisme financiarisé a limité la capacité de l’État et souligne plutôt le mécanisme graduel de changement institutionnel qui a eu pour effet d’accélérer la transition vers un régime d’accumulation dominé par la finance. L’analyse des politiques récentes d’aide à la création d’entreprises, notamment des nouvelles entreprises innovantes dites « startup » (terme utilisé par les politiques publiques mises en place) met en évidence les logiques organisationnelles de l’appareil d’État avec une sédimentation à l’œuvre doublée d’un effet d’entraînement des nouvelles agences promouvant les startups et leur financement par l’industrie du capital risque. Il en résulte une perte de capacité d’innovation de l’État induite par une diffusion inégale du raisonnement financiarisé au sein de la bureaucratie et un transfert localisé du pouvoir des bureaucrates vers les financiers du secteur privé. Les résultats révèlent également l’interdépendance des différents canaux de la financiarisation : les politiques dédiées aux startups ont favorisé l’expansion d’un segment à haut risque du secteur financier – l’industrie du capital-risque – et ont promu une logique financiarisée de gouvernance des entreprises (voir Chiapello, 2017).

12Les trois chapitres convergent pour montrer l’évolution vers un régime d’accumulation dominé par la finance en Corée du Sud, grâce à une approche à plusieurs niveaux et à plusieurs échelles. L’analyse conjointe de la dynamique macroéconomique et du cadre institutionnel a permis d’identifier les moteurs du régime d’accumulation mis en place après la crise asiatique de 1997. L’examen approfondi des deux vecteurs de la financiarisation – le comportement d’investissement des sociétés non financières et les politiques publiques – révèle des schémas complexes de financiarisation sur plusieurs échelles, au niveau local comme national et international. En ce qui concerne les sociétés non financières, leur implication dans les transactions financières et les répercussions sur leur comportement d’investissement dépendent de leur insertion dans les chaînes de valeur mondiales. Quant à l’affaiblissement des capacités de l’État lié aux politiques récentes en matière de promotion de l’entreprenariat et des startups, la diffusion de la logique financiarisée est inégale d’un appareil d’État à l’autre.

Haut de page

Bibliographie

Amsden A., 1989, Asia’s next giant: South Korea and late industrialization.Oxford University Press.

Boyer R. (2000), « Is a Finance-led growth regime a viable alternative to Fordism? A preliminary analysis », Economy and society, vol. 29, no 1, p. 111-145. https://doi.org/10.1080/030851400360587.

Boyer, Robert. 2004. Une theorie du capitalisme est-elle possible? Odile Jacob.

Bhaduri A. & S. Marglin (1990), « Unemployment and the real wage: the economic basis for contesting political ideologies », Cambridge Journal of Economics, vol. 14, no 4, p. 375-393. https://doi.org/10.1093/oxfordjournals.cje.a035141.

Chiapello è. (2017), « La financiarisation des politiques publiques », Mondes en développement, vol. 2, no 178, p. 23-40. DOI : 10.3917/med.178.0023. URL : https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2017-2-page-23.htm.

Lee, Byeong-cheon (2006), « The political economy of developmental dictatorship », in Developmental Dictatorship and the Park Chung-Hee Era, edited by Lee Byeong-cheon, 51-79. Paramus, NJ: Homa & Sekey Books

Milberg, William, and Deborah Winkler. 2013. Outsourcing economics: global value

chains in capitalist development. Cambridge University Press.

Orhangazi Ö. (2008), Financialization and the US Economy, Edward Elgar Publishing

Park B.-G., Richard Child H. & A. Saito (dir.) (2012), Locating neoliberalism in East Asia: neoliberalizing spaces in developmental states, Hoboken (NJ) Wiley-Blackwell.

Stockhammer E. (2008), « Some stylized facts on the finance-dominated accumulation regime », Competition & Change, vol. 12, no 2, p. 184-202. https://doi.org/10.1179%2F102452908X289820.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Debanes, « La financiarisation de l’économie sud-coréenne depuis 1997 : analyse du changement de régime d’accumulation », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15775

Haut de page

Auteur

Pauline Debanes

Chercheur associée, Centre d’économie de l’Université Paris-Nord, Université Paris 13 ; pauline.debanes@ehess.fr, http://www.theses.fr/s132579

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page