Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

Changement climatique et migrations humaines au Sénégal : une approche en termes de vulnérabilité du système socio-écologique

Alassane Diallo

Résumés

La thèse met en évidence un effet climatique accélérateur des migrations interrégionales au Sénégal. Le changement climatique, notamment, lorsqu’il est de nature progressive, ne suffit pas généralement, à lui seul, à « produire » des migrations humaines. Il interagit avec des facteurs contextuels d’ordre socio-économique, culturel, démographique, politico-institutionnel, environnemental… dans les processus migratoires en exacerbant la vulnérabilité initiale des populations. Ainsi, les politiques devraient se situer à la fois sur des questions (i) de développement (pauvreté et inégalités) en agissant sur l’environnement d’action et les acteurs respectivement de manière cohérente et extensive ; mais également, (ii) d’économie du climat par la réduction de la vulnérabilité physico-climatique à travers des politiques d’atténuation et d’adaptation du milieu et des populations face au changement climatique.

Haut de page

Texte intégral

Alassane Diallo, « Changement climatique et migrations humaines au Sénégal : une approche en termes de vulnérabilité du système socio-écologique ».

Thèse soutenue le 04/10/2018 à l’Université de Grenoble Alpes (UGA).

Sous la codirection de Jean-Pierre Chanteau (CREG, Université Grenoble Alpes), Yvan Renou (CREG, Université Grenoble Alpes) et Ahmadou Aly M’Baye, Université Dakar Anta Diop (cotutelle).

Géraldine Froger, rapporteure, LEREPS, Université Toulouse 2

Flore Gubert, rapporteure, IRD (UMR DIAL) et PSE

Étienne Piguet, président, Université de Neuchâtel

Question(s) de recherche

  • 1 Créé en 1998 dans le cadre du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), sa mission est de fournir (...)

1Cette thèse étudie la relation entre le changement climatique et les migrations humaines, deux problématiques majeures de notre époque. Selon l’Internal Displacement Monitoring Center1 (IDMC) – principale source mondiale faisant autorité sur les données et analyses des migrations internes à chaque pays –, 184,6 millions de personnes dans 173 pays se sont déplacées entre 2008 et 2014 tout en restant à l’intérieur de leur pays à cause d’évènements climato-environnementaux. Ces déplacés/migrants correspondent aux « personnes ou groupes de personne obligés de quitter leurs maisons ou milieux de résidence habituelle chaque année dans le contexte de catastrophes naturelles et de changements climatiques » (IDMC, 2017, p. 117). Toutefois, ce chiffre, régulièrement mis à jour, ne recense que les migrations associées à la catégorie d’évènements climatiques dits soudains et extrêmes (rapid-onset climate events) – tempêtes, ouragans, inondations, cyclones, glissements de terrain, etc.– et dont les effets, généralement directs, poussent les populations non préparées à partir. A contrario, les migrations induites par des évènements climatiques dits progressifs (slow-onset climate events) – élévation du niveau de la mer, érosions côtières, sécheresses, désertifications, dégradation et salinisation des terres, etc. – ne sont pas comptabilisées, car leurs effets s’étalent dans le temps et sont plus complexes, liés généralement à la conjonction d’une multiplicité de facteurs contextuels qui interagissent avec le climat dans les processus migratoires. Cette dernière variété de manifestations du changement climatique touche davantage les migrations internes. En effet, les recherches empiriques sur la question justifient la faiblesse des effets du climat sur les migrations internationales, sauf celles entre pays frontaliers, par les barrières que peuvent représenter le coût du déplacement, les législations internationales, les contraintes de crédit, les incertitudes fortes auxquelles ne peuvent faire face les plus pauvres dont la mobilité est réduite par le défaut, ou la destruction, par l’évènement climatique, de capital financier et social.

2Or, on peut craindre qu’à l’avenir, avec la recrudescence et l’augmentation de certains évènements extrêmes, mais également la montée du niveau de la mer, la salinisation des terres et l’érosion côtière, les chiffres actuels, largement sous-estimés, n’augmentent significativement dans toutes les régions du monde, et plus particulièrement les régions pauvres. En effet, de par leur vulnérabilité socio-économique initiale, accentuée par le changement climatique, les populations de ces régions, contrairement à celles des pays développés (BM, 2014), n’auront qu’un faible accès aux infrastructures de base et aux moyens d’adaptation et d’atténuation que peuvent constituer la mécanisation, l’irrigation, les engrais, les semences améliorées ou adaptées. Ces facteurs réduisent ainsi les capacités adaptatives in situ de ces populations.

  • 2 Lesquels ajustements de base peuvent être : la recherche d’autres activités dans le village ou les (...)

3La région sahélienne, qui a enregistré la plus grande sécheresse multi-décennale de la planète dans les années 1970-1980 (Kergoat, 2015 ; Hulme, 2001) et des fluctuations climatiques accentuées au cours des années 2000 (Nicholson, 2014), est l’une des plus vulnérables. Les populations sont particulièrement concernées par le changement climatique à cause du rôle significatif du climat dans la disponibilité des ressources alimentaires, hydriques, voire sur les conditions sanitaires. Face à cette contrainte climatique supplémentaire sur les conditions de vie, les migrations s’inscrivent dans un ensemble de stratégies déployées par les ménages allant de l’adaptation au climat à travers les moyens d’ajustement de base2, l’amélioration des pratiques (modification des techniques et de la production agricoles) au changement social (assurance agricole, déthésaurisation, vente de cheptel, vente des terres). Dans la région, plusieurs études de cas (Lalou & Delauney, 2015 ; Foresight, 2011 ; Cissé et al., 2010 ; EACH-FOR, 2009), montrent que, généralement, ce n’est qu’après épuisement de toutes les autres stratégies que les migrations sont entreprises.

4À travers deux grandes parties, la thèse cherche premièrement à caractériser et comprendre les interactions entre les événements climatiques, notamment progressifs, et les migrations internes au Sénégal, divisé en zones agro-écologiques naturelles relativement homogènes et, pour lequel, contrairement aux autres pays sahéliens, des données désagrégées, à l’échelle des régions administratives, sont disponibles sur le climat et les migrations internes. Elle vise, deuxièmement, à évaluer quantitativement la nature des interactions mises en évidence.

Méthode

5Généralement, les grandes familles méthodologiques en recherche climat-migrations mettent en avant des approches où prédominent soit les facteurs sociaux (science sociale) soit les facteurs écologiques (science naturelle) dans les explications. Dans les deux cas, la famille de l’autre facteur est sous étudiée. Il en résulte que la complexité des interactions mutuelles respectivement au sein et entre les sous-systèmes société et nature dans les migrations est souvent non explicitée. Dans la première partie, après avoir procédé à une revue de la littérature et avoir discuté les principaux faits stylisés climat-migrations dans le monde et au Sahel, la thèse propose de repenser les migrations induites selon une approche interdisciplinaire. À cette fin, l’approche en termes de vulnérabilité du système socio-écologique apparaît pertinente. Elle permet d’intégrer dans l’analyse des migrations induites par le climat un ensemble de facteurs contextuels socio-écologiques couplés (Adger & Brown, 2009 ; Ostrom, 2009 et Lui et al., 2007c) qui influencent les composantes de la vulnérabilité (GIEC, 2007) que sont : (i) l’exposition intrinsèquement liée à la localisation géographique de la zone étudiée ; (ii) la sensibilité aussi bien du sous-système naturel (par exemple, certaines localités sont plus sensibles que d’autres) que du facteur humain (le niveau de développement est un facteur déterminant) ; et, (iii) l’adaptation par les initiatives et mesures prises pour réduire la vulnérabilité systémique face au changement climatique réel ou prévu.

6Par un traitement statistique des données climatiques sur la période 1950-2013 – indices standardisés de pluviométrie (SPI) et des températures maximales et minimales (indices de Lamb) –, la thèse étudie l’évolution tendancielle et la variabilité du climat généralement attribuées au changement climatique dans la région sahélienne. Cela suggère la nécessité de redéfinir les échelles d’étude sur des emprises spatiales socio-écologiques plus homogènes pour une production de connaissance intelligible. Dans cette première partie, en repositionnant l’espace d’étude, du Sahel au Sénégal : les zones agro-écologiques (ZAE : Bassin arachidier, Sénégal oriental, Casamance, Vallée du fleuve Sénégal, zone agro-pastorale et Niayes) établies sur la base de critères socio-écologiques prenant en compte des aspects physiques (pluviométrie, température, type de sol), socioculturels, démographiques (ethnie et densité) et agricoles (types de cultures et d’équipement), et les régions administratives, la thèse analyse les interactions climat-migrations au regard des vulnérabilités systémiques. Cela revient à caractériser les facteurs structurels – contexte socio-économique, culturel, fonctionnel ou institutionnel – et conjoncturels – aléas ou évènements climatiques – de la vulnérabilité systémique dans un contexte climatique ayant conduit à l’adoption de la migration comme stratégie d’adaptation (McLeman, 2013). Pour ce faire, la thèse identifie un ensemble de relations causales entre différentes catégories de variables déterminantes des migrations internes au Sénégal, à l’aide d’une analyse historicisée mais également d’une revue des principales études. Les variables environnementales et climatiques, souvent absentes des analyses, sont introduites au fur et à mesure, avant que les différentes interactions, directes et indirectes, plausibles ne soient présentées à travers un cadre heuristique des migrations. Ce cadre a permis de construire un modèle de connaissance des migrations dans un contexte de changement climatique, dont les principales variables à tester seront choisies en conséquence (équation réduite). Par ailleurs, la thèse analyse les dynamiques socio-écologiques contraintes par le climat. Ceci a permis d’observer l’évolution des tendances migratoires intercensitaires dans les différentes ZAE au regard de leur vulnérabilité face au changement climatique.

7Dans la deuxième partie (empirique) de la thèse, après avoir présenté et discuté les données climatiques et migratoires, notre grille d’analyse est appliquée dans le but d’évaluer la relation climat-migrations à l’échelle des régions administratives du Sénégal pour lesquelles des données fiables, aussi bien climatiques (stations synoptiques) que migratoires (recensements et enquêtes) sont disponibles. Il s’est agi, dans un premier temps, de conceptualiser et de calculer, sur différentes périodes, un indicateur régional de vulnérabilité multidimensionnelle (IRVM) dont l’intensité est testée par rapport aux migrations dans les différentes régions. L’IRVM, inspiré de l’architecture de l’Economic Vulnerability Index (EVI) du UN Committee for Developement Policy (CPD-UN) et du Physical Vulnerability to Climate Change Index (PVCCI) du CERDI, repose sur 40 composantes représentant les principaux facteurs de la vulnérabilité systémique dans les différentes régions administratives du Sénégal. Il est organisé autour de deux grands indices, exposition et ampleur/sévérité des chocs, déclinés à leur tour autour de quatre sous-indices d’exposition (démographie, localisation, structure de l’économie et environnement) et deux sous-indices d’ampleur des chocs (choc sur le niveau de vie et ampleur des chocs naturels). Dans un second temps, partant de notre modèle de connaissance, une équation économétrique est spécifiée afin d’évaluer les effets du climat (anomalies pluviométriques et températures) sur les migrations interrégionales sénégalaises, en observant comment ces effets varient en fonction du taux de migration, de l’émigration et de l’immigration. Cette relation est étudiée par la méthode d’empilement de coupes transversales de périodes différentes (pseudo-panel), où les données migratoires des régions administratives du Sénégal, issues de six recensements et enquêtes (1976, 1988, 1993, 2001, 2011 et 2013) de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal (ANSD), sont expliquées par la variabilité du climat (pluviométrie et températures minimales et maximales) sur la période courante (t) et les deux précédentes (t-1 et t-2), ainsi que par un certain nombre de facteurs géographiques, socio-économiques et démographiques traditionnellement identifiés comme des facteurs potentiels de migrations internes (dépenses moyennes annuelles de consommation, espérance de revenu, effectif de la population, niveau d’activité, niveau d’éducation primaire et IRVM). Les estimations MCO sont effectuées avec un estimateur à effets fixes pour prendre en compte les spécificités propres à chaque région.

Résultat(s)

8La thèse est parvenue à établir trois résultats. Premièrement, si à l’échelle sahélienne il est difficile d’analyser ce qui semble être l’expression d’une transformation sociétale sous la contrainte climatique en termes de migrations induites, l’application de l’approche aux six ZAE du Sénégal a permis de tirer de premières leçons. La thèse montre qu’il existe un lien étroit entre la vulnérabilité systémique et l’évolution des tendances migratoires intercensitaires dans les différentes ZAE du Sénégal, à l’exception de la zone des Niayes. Le changement climatique jouerait un rôle accélérateur dans la vulnérabilité des populations et, par conséquent, l’adoption des migrations comme stratégie d’adaptation, généralement adoptée en dernier ressort (last best option). En effet, l’approche systémique permet de montrer que (i) les ZAE socio-économiques vulnérables sont les plus exposées aux différents évènements climat-environnementaux enregistrés. Le changement climatique vient comme une contrainte supplémentaire majeure ; et que, par conséquent, (ii) les migrations des populations se déploieraient vers les ZAE moins vulnérables sur le plan socio-économique et moins dépendantes de l’agriculture. Le paradoxe observé dans la zone des Niayes, où malgré la forte exposition au changement climatique les populations continuent de migrer significativement, s’explique par la localisation de Dakar dans cette zone. Depuis le début des années 1980, période des sécheresses au Sahel, les populations rurales migrent vers Dakar pour travailler dans le secteur informel.

9Deuxièmement, l’IRVM calculé sur différentes périodes (1976, 1988, 1993, 2001, 2011 et 2013) montre une augmentation de la vulnérabilité dans le temps et une importante variation dans la répartition spatiale et temporelle de la vulnérabilité au sein et entre régions administratives du Sénégal. Nos estimations statistiques de la sensibilité des migrations intercensitaires par rapport à l’IRVM calculé sur les mêmes périodes de recensement montrent l’existence d’une relation croissante avec une intensité (R²) faible dans les régions de Dakar, Diourbel et Thiès. Et inversement dans les autres régions administratives du Sénégal à dominance agricole. Toutefois, la relation migrations-climat (pluviométrie et températures) est plus difficile à mettre en évidence, ce qui suggère un rôle accélérateur du climat sur les migrations internes au Sénégal à travers la détérioration des conditions de vie des populations. En effet, en dépit de la vulnérabilité croissante des conditions de vie, l’immigration significative dans les régions de Dakar, Thiès et Diourbel peut être expliquée par : (i) le fait que Dakar offre des opportunités économiques dans des activités non dépendantes de la pluviométrie (l’informel) ; (ii) la proximité géographique de Thiès par rapport à Dakar et (iii) une migration religieuse (expansion de la cité religieuse de Touba, capitale du mouridisme) à Diourbel.

10Troisièmement, la thèse met en évidence des effets climatiques significatifs non linéaires sur les flux migratoires interrégionaux entrants et sortants au Sénégal. En revanche, les variables socio-économiques de contrôle du modèle (dépenses moyennes annuelles de consommation, espérance de revenu, niveau d’activité et niveau d’éducation primaire) expliquent davantage les dynamiques migratoires internes. En effet, afin de répondre à la question si, au Sénégal, la migration interne est une stratégie d’adaptation des populations face à la variabilité climatique sur la période 1970-2013, la thèse cherche à évaluer les effets des anomalies de précipitations (standardized precipitation index (SPI)) et des températures maximales et minimales (Lamb index) sur la migration interrégionale sénégalaise, en observant comment ces effets varient en fonction du taux de migration, de l’émigration et de l’immigration. Nos estimations MCO à effets fixes montrent que le climat n’a pas d’effet significatif sur le taux de migration interrégional. Ce dernier n’est affecté que par des variables socio-économiques. Cependant, en décomposant les migrations internes entre émigration et immigration interrégionales, seuls les effets climatiques estimés deviennent significatifs avec des impacts qui varient en fonction de leur retard (lagged). Ce résultat pourrait être expliqué par le fait que les populations apprennent à s’adapter aux causes initiales de migration, notamment climatiques, d’une période à l’autre. Comme le montre l’étude de la BM (2010) au Sénégal, les populations des différentes ZAE interrogées mettent en avant les causes socio-économiques dans les décisions de migrer quand bien même le changement climatique est à l’origine de la dégradation des conditions de vie. Pour vérifier cette prédominance des effets socio-économiques sur les dynamiques migratoires internes, nous excluons de nos estimations la ZAE des Niayes (régions de Dakar et Thiès), soupape de l’exode rural observé depuis le milieu des années 1980 grâce aux opportunités économiques offertes dans l’informel. Nos estimations montrent que, en plus du climat, les variables socio-économiques ne sont plus significatives sur le taux migratoire.

Haut de page

Bibliographie

Adger W. N. & K. Brown (2009), Vulnerability and Resilience to Environmental Change: Ecological and Social Perspectives, Oxford, UK, Blackwell Publishing Ltd, p. 109-122.

Barrios S., Bertinelli L. & E. Strobl (2006), « Climatic change and rural–urban migration: The case of sub-Saharan Africa », Journal of Urban Economics, vol. 60, no 3, p. 357-371. https://doi.org/10.1016/j.jue.2006.04.005.

Black R. (2001), Environmental refugees: myth or réalité?, Working Paper no 34, Geneva, UNHCR.

Cissé P., Zorom M., Barbier B. & A. Y. Maiga (2010). « Les migrations, une stratégie d’adaptation à la variabilité climatique en zones sahéliennes », Revue de Géographie du Laboratoire Leïdi, no 8, p. 184-196. http://univi.net/rgll/8/rglleid0081113.pdf.

EACH-FOR. (2009), Environmental Change and Forced Migration Scenarios, Final Activity Report, FP6, www.each-for.eu.

Findlay A. & A. Geddes (2011), « Critical views on the relationship between climate change and migration: some insights from the experience of Bangladesh », in Piguet é., Pecoud A & P. de Guchteneire (dir.), Migration and climate change, UNESCO/Cambridge University Press, p. 138-159.

FORESIGHT (2011), Migration and Global Environmental Change: Future Challenge and Opportunities, Final Project Report, Londres, The Government Office for Science.

GIEC (2007), Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Solomon S., Qin D., Manning M., Chen Z., Marquis M., Averyt K. B., Tignor M. & H. L. Miller (dir.)], Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Hulme M. (2001), « Climatic perspectives on Sahelian desiccation: 1973–1998 », Global Environmental Change, vol. 11, no 1, p.19-29. http://dx.doi.org/10.1016/S0959-3780(00)00042-X.

Ionesco D., Gemenne F. & D. Mokhnacheva (2016), Atlas des migrations environnementales, Paris, Presses de Sciences Po, hors collection.

Kergoat L. (2015), « Introduction », in Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest, IRD, p.131-133.

Lalou R. & V. Delaunay (2015), « Migrations saisonnières et changement climatique en milieu rural sénégalais : forme ou échec de l’adaptation ? » in Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest, IRD, p.287-313.

Liu J., Dietz T., Carpenter S. R., Folke C., Alberti M., Redman C. L. & W. W. Taylor (2007), « Coupled human and natural systems », AMBIO: a journal of the human environment, vol. 36, no 8, p.639-649. https://doi.org/10.1579/0044-7447(2007)36[639:CHANS]2.0.CO;2.

McLeman R. A. (2013), Climate and Human Migration: Past Experiences, Future Challenges, New York, Cambridge University Press.

Myers N. (2002), « Environmental refugees: a growing phenomenon of the 21st century », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B: Biological Sciences, vol. 357(1420), p. 609-613. doi:10.1098/rstb.2001.0953.

Nicholson C. T. E. (2014), « Climate change and the politics of causal reasoning: the case of climate change and migration », The Geographical Journal, vol. 180, no 2, p.151-160. https://doi.org/10.1111/geoj.12062.

Piguet é. (2010), « Linking climate change, environmental degradation, and migration: a methodological overview », Wiley Interdisciplinary Reviews: Climate Change, vol. 1, no 4, p. 517-524. https://doi.org/10.1002/wcc.54.

Ostrom E. (2009), « A general framework for analyzing sustainability of social-ecological systems », Science, vol. 325, no 5939, p.419-422. DOI: 10.1126/science.1172133.

Haut de page

Notes

1 Créé en 1998 dans le cadre du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), sa mission est de fournir des données, des analyses et une expertise de référence sur les déplacements internes aux pays. Leur collecte de données s’appuie sur plusieurs sources d’information : autorités gouvernementales nationales et sous-nationales, agences onusiennes et autres organismes internationaux, bases de données mondiales connexes, organisations de la société civile et médias. Elle vise à informer les décideurs politiques et opérationnels pour réduire le risque de déplacements futurs et améliorer la vie des personnes déplacées dans le monde.

2 Lesquels ajustements de base peuvent être : la recherche d’autres activités dans le village ou les villages voisins ; l'attente la saison des cultures maraichères ; l'envoi d'un membre de la famille ailleurs (en ville) ; la réduction de sa ration alimentaire, la réduction du nombre de repas quotidien…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alassane Diallo, « Changement climatique et migrations humaines au Sénégal : une approche en termes de vulnérabilité du système socio-écologique », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15800

Haut de page

Auteur

Alassane Diallo

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Centre de Recherche en Économie de Grenoble (CREG), Université Grenoble Alpes (UGA), laslodia@yahoo.fr ; https://www.theses.fr/2018GREAE004

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page