Navigation – Plan du site
Dossier : Autour de l'institutionnalisme monétaire

Les origines marxiennes de l’institutionnalisme monétaire

The Marxian origins of monetary institutionalism
Los origenes marxianos del institucionalismo monetario
Raphaël Porcherot

Résumés

Les deux courants de l’institutionnalisme monétaire francophone, analyse monétaire et approche monétaire, se situent dans un rapport de filiation critique avec Marx. S’ils permettent de pallier efficacement l’impensé de la monnaie qui caractérise les théories néo-ricardienne et néoclassique, ils ne sont pas sans présenter des coûts théoriques importants. L’institution monétaire recouvre bien, dans la théorie, la centralité qu’elle a dans la réalité. Néanmoins, parce que la réflexion sur la valeur tend à se restreindre à sa seule dimension qualitative, en particulier dans le cas de l’approche monétaire, elle laisse hors-champ la détermination quantitative des ratios d’échange et du taux de profit. Nous proposons de recouvrer la définition du travail abstrait comme mesure immanente de la valeur s’exprimant dans les prix pour délimiter un champ d’articulation entre institutionnalisme monétaire et marxisme.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement les relecteurs anonymes de la Revue de la régulation ainsi que les coordonnateurs de ce dossier, Pierre Alary et Ludovic Desmedt, pour leurs précieuses remarques, critiques et conseils.

1Les deux grands courants de l’institutionnalisme monétaire s’accordent sur la nécessité de remettre l’institution monétaire au centre de l’analyse tout en s’inscrivant dans un rapport critique avec la tradition marxiste. Il s’agit d’une part de l’analyse de Benetti et Cartelier (1980), que l’on désignera comme « l’analyse monétaire » (Cartelier, 2018), et d’autre part de l’approche d’Aglietta et Orléan (1982), que l’on peut qualifier « d’approche monétaire » (Montalban, 2012). Leur divergence est d’abord de nature épistémologique : là où les derniers portent un projet de « science sociale unifiée » par la remise en cause des frontières disciplinaires, les premiers soulignent la spécificité de la « théorie économique », qui a pour objet le « caractère “quantitatif” de certaines relations existantes entre les personnes », tout en affirmant la pertinence des concepts « qualitatifs » mis en œuvre par les chercheurs des autres sciences sociales (Cartelier, 2016, P. 18). Ce point de désaccord a entraîné les deux courants dans des directions trop différentes pour pouvoir les traiter simultanément dans le cadre de cet article. D’ailleurs, bien que partant du postulat de l’institution monétaire, les chercheurs travaillant sur le programme de recherche ouvert par Benetti et Cartelier ne se revendiquent pas nécessairement de l’institutionnalisme monétaire, contrairement aux tenants de l’approche monétaire (Alary, Blanc & Desmedt, 2016). Dans la suite de cet article, nous utiliserons ainsi « approche monétaire » et « institutionnalisme monétaire » de manière interchangeable. Cependant, si nous choisissons de nous concentrer sur les origines marxiennes de l’approche monétaire, nous ne manquerons pas de faire référence à l’analyse monétaire lorsque cela s’avérera pertinent.

2De prime abord, l’approche monétaire fait figure d’entre‑deux entre les conceptions monétaires marxistes et celles de Keynes. Bien qu’elle en diffère sur des points essentiels, elle s’apparente au néo‑chartalisme, dont l’expression contemporaine la plus systématique est la Théorie Monétaire Moderne (TMM). En effet, si Aglietta reprenait encore à son compte la théorie de la monnaie de Marx dans ses premiers travaux (Piluso, 2014), la théorie du travail abstrait comme substance sociale de la valeur qui la sous-tend fait l’objet d’un rejet explicite par Orléan (2011a, p. 22). Les catégories analytiques marxiennes, sources d’inspiration pour la théorie de la régulation, doivent faire l’objet d’un filtrage méticuleux, afin de ne pas importer au sein de l’institutionnalisme cette « “hypothèse substantielle” [qui] tend à “naturaliser” les rapports économiques [en] accordant la primauté aux objets ». L’ambition est claire : comme l’indique le sous‑titre du livre d’Orléan (Refondation de l’économie), il s’agit de réaliser une « refondation » conceptuelle qui permettrait de sortir du cadre de « l’économie des grandeurs » à laquelle mènent théories de la valeur-travail et de la valeur-utilité. Une telle refondation a pour objectif le développement d’une « économie des relations » qui reviendrait sur la coupure épistémologique que celui-ci identifie entre l’économie et les autres sciences sociales.

3Ainsi, lorsque certains éléments de l’analyse marxienne se retrouvent dans l’institutionnalisme monétaire, c’est a priori selon une logique consistant à opposer Marx à Marx. La théorie du fétichisme de la marchandise est présentée comme la matrice de la critique institutionnaliste de « l’hypothèse substantielle » (Orléan, 2011a, p. 42-52), et placée dans un rapport antagonique à la conception marxienne de la valeur : la première viendrait « spécifier [la seconde] de l’extérieur, à la manière d’une mise en garde ». En cela, l’institutionnalisme monétaire se rapproche d’une tradition marxiste « hétérodoxe », que l’on peut faire remonter à l’interprétation « sociologique » de la valeur de Roubine ([1928] 2017). Ce dernier insistait sur l’aspect « qualitatif » de la valeur, la forme-valeur, contre les interprétations « économicistes », dominantes dans le mouvement ouvrier de son temps, qui, dans une logique d’économie ricardienne, se centraient sur son aspect « quantitatif ». Plus récemment, Sobel (2016) montre la persistance, au sein de la tradition marxiste, d’une opposition entre une lecture constructiviste du fétichisme de la marchandise et l’essentialisme du courant dominant. Dans la lecture constructiviste s’inscrivent les courants qu’on désigne comme les marxismes de la forme‑valeur. La spécificité de l’institutionnalisme monétaire par rapport à ceux‑ci réside dans l’identification d’une nouvelle coupure épistémologique qui rendrait hétérogène le corpus marxien. À l’inverse des autres héritiers de Roubine dont le projet est plutôt de reconstruire la théorie marxienne de la valeur en insistant sur la centralité de son aspect formel, pour les tenants de l’approche monétaire, l’alternative est stricte : entre fétichisme et valeur, il faudra choisir.

4Il existe un autre exemple fameux d’opposition de Marx à Marx : s’engageant dans la voie ouverte par les travaux de Sraffa, les néo-ricardiens ont soutenu que la valeur était « redondante ». En effet, ils tentent de montrer qu’il est possible de dériver prix et taux de profit sans faire le détour par les relations en valeur. Paradoxalement, par un chemin différent, les tenants de l’approche monétaire en arrivent à une conclusion similaire. Non seulement elle serait inutile, mais, de plus, en raison de son substantialisme, la valeur se révélerait être un obstacle à la formulation d’une véritable « économie des relations ».

5Au-delà de l’opportunité de réaliser un bilan d’étape à l’occasion d’un numéro dédié, c’est donc plus profondément la question de son statut en tant que théorie de l’économie qui est en jeu dans son rapport au marxisme : l’approche monétaire est-elle à la fois une théorie (économique) de la valeur et une théorie (socio‑économique) de la valorisation ? (Cordonnier, 2012). Pour le dire autrement : peut-on construire une théorie des prix et du taux de profit à partir de la double affirmation selon laquelle la monnaie est la valeur, et la valeur prend ses sources dans la confiance ? Ou encore : l’approche monétaire permet-elle d’expliquer la grandeur de valeur ou théorise‑t‑elle uniquement ce qui se joue dans la valorisation économique des valeurs d’usage ? Dans cette perspective, restituer son inscription dans les débats contemporains de la « constellation Marx » permettrait de mieux comprendre ce qui se joue dans la critique de « l’hypothèse substantielle » présentée comme consubstantielle à toutes les théories de la valeur‑travail, mises pour l’occasion sur le même pied que les théories de la valeur-utilité. Il ne s’agit pas d’un point anecdotique, comme en témoigne la récurrence des débats autour du statut de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation (Orléan, 2011b, 2017 ; Harribey, 2011, 2017a, 2017b ; Cordonnier, 2012 ; Husson, 2012 ; Montalban, 2012 ; Dardot, 2014 ; Piluso, 2014 ; Virely, 2018).

Notre exposé se fera en trois temps :

6En premier lieu, nous présenterons l’interprétation traditionnelle de la théorie de la valeur et du fétichisme. C’est parce que, au sein de cette dernière, valeur‑travail et fétichisme sont maintenus dans un rapport d’extériorité mutuelle qu’il est possible d’opposer Marx à Marx, et de rejeter la valeur pour prendre le parti du fétichisme. L’interprétation traditionnelle qui fait de Marx une sorte de « socialiste ricardien » apparaît bien comme la matrice théorique des deux critiques néo-ricardiennes et institutionnalistes.

7À cet égard, et ce sera l’objet de la seconde partie, l’approche monétaire peut être rapprochée des marxismes de la forme-valeur, qui furent une réaction de défense intellectuelle interne au marxisme contre l’épuisement de l’interprétation traditionnelle face à l’offensive sraffienne. Le « substantialisme » de la valeur – entraînant l’oubli caractéristique de l’institution monétaire – caractérise bien plus la théorie néo‑ricardienne des prix que celle de Marx. Les marxismes de la forme-valeur, et l’approche monétaire qui leur est apparentée, s’exposent cependant au risque de développer une théorie d’une pure forme sans contenu, dans le cadre de laquelle le niveau des prix et le taux de profit restent essentiellement indéterminés, car hors du champ théorique.

8Enfin, nous proposons de repartir des thèses de Roubine pour identifier la matrice théorique de ce risque d’une pure forme sans contenu : celle-ci consiste dans la non-distinction des processus d’abstraction des travaux concrets et de validation sociale des travaux privés dans l’échange, ce qui a pour effet de confondre les catégories marxiennes de travail abstrait et de travail social. Celles-ci renvoient pourtant à des aspects distincts des travaux humains : le travail abstrait est l’une des formes possibles du travail social, fruit d’une modalité spécifique de socialisation des travaux, lorsque celle-ci s’effectue par l’égalisation des produits des travaux (qui prennent alors la forme de marchandises) avec l’équivalent général (Hai Hac, 2003). Distinguer les différents usages des notions de valeur et d’échange dans le texte marxien permettrait de développer plus avant la distinction entre travail social et travail abstrait, lues comme catégories processuelles (Bellofiore, 2018).

9La thèse que nous soutenons se décline en deux moments. D’une part, rejeter la définition marxienne du travail abstrait comme mesure de la valeur rend impossible la tâche théorique d’expliquer comment la valeur pourrait provenir de la production tout en n’étant révélée que dans la circulation. D’autre part, nous défendons que théorie marxienne de la valeur et théorie institutionnaliste de la valorisation, parce qu’elles portent sur des objets de nature différente, ne s’opposent pas et peuvent être articulées l’une à l’autre. En somme, il n’y a pas d’alternative stricte entre fétichisme et valeur, mais au contraire un point de jonction à (re)trouver.

10Repartir d’une conception du travail abstrait comme mesure de la valeur créée dans la production mais révélée dans l’échange permet de combiner une pensée institutionnelle de la valeur tout en en intégrant ses déterminations quantitatives. Pour comprendre comment l’échange pourrait révéler une chose qui n’y trouve pas sa source sans verser dans une naturalisation de la valeur, il faut revenir à la question posée par Marx : qu’y a-t-il dans la coordination marchande de l’activité économique qui donne la forme de valeur aux travaux humains ?

1. L’interprétation traditionnelle de la valeur face à la critique néo‑ricardienne en redondance

1.1. Les deux aspects de la valeur

11Il revient à Franz Petry, dans sa thèse de 1916, d’avoir proposé une distinction entre deux dimensions, qualitative et quantitative, de la théorie marxienne de la valeur.

12Marx reprend l’ambition de Ricardo d’isoler une mesure des valeurs indépendante de la répartition du produit, donc des prix relatifs. La théorie de la valeur est, chez les deux auteurs, un moyen de proposer une théorie des prix rompant avec l’« explication » additive smithienne. Celle-ci consiste à les présenter comme la simple somme des salaires, des profits et de la rente. Caractéristique de l’économie « vulgaire » que Marx combattait, cette « théorie » des prix n’avait de théorie que le nom, puisqu’elle restait prisonnière d’une circularité indépassable au pouvoir explicatif limité (Garegnani, 2018).

13L’utilisation de la notion de « travail incorporé » par Ricardo représentait ainsi une avancée par rapport à la conception additive, plus utile à des fins de justification idéologique de l’ordre social existant qu’au développement d’une pensée scientifique du capitalisme. La théorie ricardienne de la valeur se trouve cependant confrontée à un problème fâcheux : comment concilier l’idée que les ratios d’échange des marchandises dérivent des quantités de travail nécessaires à leur production avec la tendance à l’égalisation des taux de profit ? Si les marchandises s’échangeaient en proportion de la quantité de travail incorporée dans leur production, alors les secteurs employant beaucoup de main-d’œuvre auraient des taux de profit très élevés, tandis que les industries les plus mécanisées souffriraient d’une rentabilité en berne. L’incompatibilité est ici manifeste. Plus grave, elle ne permet pas de rendre compte de la révolution permanente des conditions de la production qui constitue la spécificité de la dynamique capitaliste par rapport aux autres modes de production.

14Marx propose de repartir de Ricardo tout en traitant explicitement la dimension qualitative de la valeur dans une analyse de forme dont il reprend – en en modifiant radicalement à la fois l’application et la nature – les outils méthodologiques de Hegel. Cette attention portée à la forme-valeur est précisément ce qui faisait défaut, dit-il, chez ses prédécesseurs classiques. Cela le conduit à proposer le concept de « travail abstrait » pour dépasser les incohérences de la notion ricardienne de « travail incorporé », à partir d’une série de distinctions spécifiques (travail privé/social, travail abstrait/concret). La sphère de la circulation n’est plus absente de la détermination des ratios d’échange comme elle l’était dans la perspective ricardienne où l’essentiel se jouait dans la sphère de la production. Cette revalorisation du moment de l’échange s’accompagne de la formulation d’un nouveau problème : celui de la transformation des valeurs en prix de production. Prendre en compte la forme-valeur permet à Marx de formuler une théorie de la monnaie non plus comme marchandise, à la manière de Ricardo, mais comme anti-marchandise. Cela le conduit également à tenter de préciser les « lois internes du mode de production capitaliste » expliquant cette déviation entre valeurs et prix de production, dont il rappelle que le principe est inscrit dans le concept même de forme-valeur des biens. La dimension qualitative de la valeur autorise ainsi à penser d’un même mouvement la racine de l’opacité du capitalisme à lui-même, mode de production unique dans l’histoire où les humains semblent régis par des forces apparemment impersonnelles, et l’impossibilité de réduire cette opacité à moins de dépasser la production marchande.

Suzanne de Brunhoff proposait ainsi de considérer Marx moins comme un anti-ricardien que comme un non-ricardien (« a-Ricardian ») :

Marx démontrait que le capitalisme ne peut être transparent à lui-même ; il n’expliquait pas seulement que [la] quête [ricardienne] infructueuse de la transparence est idéologique, mais il a situé la base sociale de cette opacité du capitalisme pour les capitalistes. (Brunhoff, 1976)

15La question n’est plus simplement celle de la valeur des produits du travail : il s’agit désormais d’expliquer pourquoi les produits du travail prennent la forme de valeur (Milios, 2009). La théorie du fétichisme naît de la théorie de la valeur et en modifie en retour le contenu. C’est pourquoi la question du lien entre fétichisme et valeur surdétermine largement la compréhension de l’entreprise de Marx, ce qui explique que les discussions exégétiques autour de son œuvre et de son lien avec ses prédécesseurs s’y attardent longuement. Passons donc à l’examen de ce qui a longtemps constitué la conception dominante de ce lien entre fétichisme et valeur. Cela permettra de situer le rejet institutionnaliste de la valeur-travail dans les débats interprétatifs internes à la « constellation Marx ».

1.2. Le Marx « ricardien » de l’interprétation traditionnelle et l’oubli de l’aspect qualitatif de la valeur

16À rebours de la lecture de Brunhoff, l’interprétation marxiste traditionnelle ne semble pas voir « la théorie de la valeur de Marx [comme] essentiellement différente de celle de Ricardo » (Saad-Filho, 2002, p. 21). Elle est comprise comme une théorie micro-économique de la détermination des prix (Mohun & Veneziani, 2017). La minimisation de la distance entre Ricardo et Marx transparaît dans le fait que la question de la forme-valeur ne fait pas l’objet d’un traitement explicite. Seule la dimension quantitative de la valeur est réellement prise en compte.

17Particulièrement influente dans le champ du marxisme au moins jusqu’aux années 1960-1970, elle a été qualifiée de « marxisme néo-ricardien » par des auteurs proposant des lectures alternatives (Wolff, Callari & Roberts, 1999), car elle réduit considérablement la portée de l’opposition entre Marx et les socialistes ricardiens. En quoi consiste cette interprétation ? Généralement qualifiée de « dualiste » dans la littérature (par exemple, Mohun & Veneziani, 2017), elle considère valeurs et prix comme deux systèmes distincts et extérieurs l’un à l’autre. L’enjeu de la « transformation » est alors simplement de rapporter l’un à l’autre en trouvant la procédure adéquate. Les valeurs (invisibles) précéderaient logiquement (voire chronologiquement) les prix de production (visibles). Dmitriev, Von Bortkiewicz, Sweezy, Seton, Okishio, Morishima, Shaikh, Steedman, ou encore Laibman sont associés à cette interprétation.

18Son origine se trouve dans la « correction » que proposait Von Bortkiewicz ([1907] 1952) pour répondre à la critique de Von Böhm-Bawerk (1896). Ce dernier pensait avoir démontré de manière définitive l’incohérence du système de Marx. La procédure de transformation des valeurs en prix de production détaillée au troisième livre du Capital, auquel le public n’aura accès qu’en 1894, serait incomplète.

19Celle-ci peut être résumée en notant classiquement S la survaleur, V le capital variable et C le capital constant : le taux de profit est R = S/C + V’ tandis que le prix de production P d’une branche donnée se calcule selon la formule suivante P = (1 + R) (CV). L’application du profit moyen au capital avancé dans chaque branche fournit ainsi le principe de la répartition de la survaleur en même temps que celui de la déviation systématique des prix de production par rapport aux quantités de travail dépensées dans la production. Marx pense ainsi résoudre l’incompatibilité entre les faits stylisés du capitalisme et la théorie de la valeur-travail « simple », reposant sur la notion ricardienne de « travail incorporé » : plus une entreprise ou un secteur aura fait un effort de mécanisation conséquent, plus le prix de production sera élevé par rapport à la valeur. Le fonctionnement normal du capitalisme octroie une « prime » aux segments de capital contribuant le plus à la révolution permanente des conditions de la production. Le dynamisme du développement capitaliste peut donc être expliqué à partir de la loi de la valeur.

20L’incohérence, considérée par Von Böhm-Bawerk comme rédhibitoire, résiderait dans le fait que Marx aurait « oublié » de transformer le capital avancé (CV) en prix de production. La formule du taux de profit R = S/CV serait également erronée. Calculé en valeurs, ce taux divergerait nécessairement du taux de profit en prix de production. Von Bortkiewicz a certes montré que ces deux supposées erreurs peuvent aisément être corrigées, mais cela s’est fait au prix d’un affaiblissement considérable de la théorie de Marx. Désormais, les deux égalités marxiennes fondamentales, reliant somme des valeurs et somme des prix de production d’une part, et d’autre part somme de la survaleur et somme des profits, qui permettaient d’articuler explication des prix et de l’exploitation, ne peuvent être vérifiées simultanément.

1.3. De la redondance de la valeur à une conception instrumentale de la monnaie

  • 1 Dans la littérature francophone, ce dossier a récemment été rouvert par Vincent Laure Van Bambeke ( (...)

21Généralisant l’approche de Von Bortkiewicz dans un modèle à n industries, Seton (1957), Okishio (1963) et Morishima et Catephores (1978) démontrèrent qu’il était possible de dériver les prix relatifs et un taux de profit uniforme de la connaissance des coefficients techniques et du panier de biens constituant le salaire réel, à condition de se limiter au seul capital constant circulant, soit en laissant le capital constant fixe et la question de son usure en dehors de l’analyse1.

22Les Sraffiens remarquent que la valeur est dès lors « redondante » (Steedman, 1981) : à quoi bon faire le détour par le système en valeurs si l’on peut calculer directement les prix et le taux de profit à partir des données physiques de l’économie ?

  • 2 Cela passe par une redéfinition du concept marxien de capital variable : la valeur de la force de t (...)

23Pour Moseley (1982, p. 231), ce jugement doit être nuancé : les Sraffiens n’ont finalement fait que « développer une théorie alternative des prix de production et du taux de profit ». La théorie de la valeur comme théorie de la formation des prix reste toujours un choix possible pour le théoricien. Toutefois, l’objectif de Marx était plus ambitieux que de montrer la possibilité d’un lien entre valeurs et prix de production : il s’agissait bien plutôt de montrer la nécessité de cette détermination, afin de démontrer la consistance de l’idée selon laquelle seul le travail vivant est créateur de valeur. Dès lors qu’elle ne démontre pas l’existence de « relations causales entre les deux systèmes, qui diffèrent et restent indépendants l’un de l’autre » (Mohun & Veneziani, 2017), la réponse de Moseley à l’offensive sraffienne voit sa portée in fine réduite. De manière similaire, la ligne de défense adoptée par les tenants de la Nouvelle Interprétation consiste ainsi à postuler plutôt qu’à démontrer la causalité entre valeurs et prix2, ce qui risque de prêter le flanc à la critique sarcastique facile de Samuelson (1970), qui commentait ainsi le débat de la transformation :

En résumé, la « transformation » des valeurs en prix peut être décrite logiquement comme la procédure suivante : (1) écrivez les relations de valeurs, (2) prenez une gomme et effacez-les, (3) finalement écrivez les relations de prix – ainsi vous avez effectué le fameux processus de transformation.

24Comme nous le soulignons à la fin du 1.1., chaque lecture des liens entre valeurs et prix correspond à une conception spécifique du lien entre théorie de la valeur et théorie du fétichisme. En l’occurrence, l’épistémologie dualiste de l’interprétation traditionnelle, opposant système des valeurs et système des prix entre lesquels il faudrait trouver une procédure de transformation, se fonde sur une ontologie essentialiste du monde social. Les formes d’apparition (Erscheinungsform) des phénomènes sociaux sont réduites à de simples apparences illusoires ou simulacres (Schein) que la critique de l’économie politique permettrait de dépasser. Cette perspective découle d’une lecture spécifique de la fonction du fétichisme de la marchandise dans l’œuvre de Marx. Ce fétichisme est réduit à une « brillante généralisation sociologique » permettant de lever le voile des apparences-prix pour atteindre la vérité des rapports en valeurs, identifiées aux essences (voir Kolakowski, 1982 ; Labica, 1985 ; Athar 1987). C’est parce que, dans cette ontologie essentialiste, les notions du couple essence/apparence entretiennent un rapport d’extériorité mutuelle qu’aucune procédure nécessaire de constitution des prix de production à partir des valeurs ne peut être mise au jour : parce que les apparences ne sont pas constitutives des essences, il n’y a pas de médiation entre prix et valeurs à recouvrer. Le dualisme épistémologique entre valeurs et prix est redoublé par un « dualisme ontologique entre “idéel” et “matériel” » (Sobel, 2016).

25Qualifiés d’apparences, les prix sont par là même « disqualifiés » : ils ne constituent qu’une étape transitoire sur le chemin de la science visant à accéder au monde des essences. Dans cette perspective, la théorie de la valeur de Marx ne différerait pas substantiellement de la théorie ricardienne : tout au plus en serait-elle une version historicisée. Le projet d’une critique de l’économie politique se comprend ici comme la perspective d’un dépassement des illusions propres au monde capitaliste dont la condition de possibilité réside précisément dans ce rapport d’extériorité mutuelle qu’entretiennent les apparences et les essences.

26En se focalisant exclusivement sur l’aspect quantitatif de la valeur, l’interprétation traditionnelle s’est faite vulnérable à la critique sraffienne. Le cœur du problème réside dans le fait que « la critique du fétichisme n’est pas articulée de l’intérieur à la détermination quantitative de la valeur travail », et « [n’]apparaît [que] comme un ajout qui vient spécifier cette dernière de l’extérieur à la manière d’une mise en garde » (Orléan, 2011a, p. 45). Mise en garde qui ne retient pas longtemps les économistes néo‑ricardiens, d’autant que leur théorie semble répliquer les résultats fondamentaux de Marx, comme la relation inverse entre niveau des salaires et taux de profit.

27Mais la théorie sraffienne a un coût, celui d’un concept purement instrumental de la monnaie : dès lors que rien d’essentiel ne se joue dans la sphère de la circulation, sa fonction se limite à enregistrer passivement les déterminations économiques, concentrées dans la sphère de la production. Le dualisme de l’interprétation traditionnelle était effectivement instable. En explicitant insuffisamment la différence conceptuelle entre les théories de Marx et Ricardo, il se retourne en un classique dichotomisme, confrontant les grandeurs « réelles » aux grandeurs « monétaires ». De manière symptomatique, la monnaie n’intervenait dans l’approche de Seton-Okishio-Morishima que comme numéraire venant normer le système des prix relatifs afin d’obtenir les prix absolus.

28Une conception qui se rapproche beaucoup de celle de la monnaie entendue comme un simple « voile » posé sur les échanges. On comprend comment Orléan (2011a) peut renvoyer dos à dos valeur-travail et valeur-utilité. Si Marx est un « socialiste ricardien » (Heinrich, 1999, chap. 6), alors impossible de développer une authentique théorie du capitalisme comme économie monétaire de production sur la base de la loi de la valeur. On a parfois vu dans la critique sraffienne une façon de donner au marxisme un « fondement plus scientifique » (Benetti, Brunhoff & Cartelier, 1976), permettant de dépasser la critique de Joan Robinson, qui voyait dans la théorie de la valeur un « exemple typique du fonctionnement des idées métaphysiques » (1962, p. 39). Cependant, la passivité de l’échange et l’absence de centralité de la monnaie, réduite à une conception strictement instrumentale, soulignent en creux l’hétérogénéité des projets sraffien et marxien.

29Ainsi, la « correction » de Von Bortkiewicz portait moins sur les éléments réellement inédits chez Marx que sur un certain « marxisme ricardien ». Des courants internes au marxisme vont redécouvrir, à travers notamment Roubine ([1928] 2009), la centralité de la forme-valeur dans la théorie marxiste. La thèse institutionnaliste du substantialisme de la valeur-travail présente de fortes similarités avec ces courants : sa charge critique semble être moins dirigée contre la théorie marxienne de la valeur en tant que telle que contre la lecture dualiste/essentialiste qui réduisait Marx à un simple « socialiste ricardien ».

2. Les marxismes de la forme-valeur, ou la centralité de l’aspect qualitatif de la valeur

2.1. La nécessité des apparences

30Les réponses marxistes à la critique sraffienne peuvent être classées selon deux grands groupes : d’une part, les diverses propositions de reformulation du problème de la transformation, que nous n’étudierons pas en tant que tel ici ; d’autre part, les lectures renouvelées des premiers chapitres du Capital mettant en avant le concept de forme-valeur, la dérivation de la monnaie et le fétichisme de la marchandise. Parce que ces réflexions insistent sur l’aspect qualitatif de la valeur, elles ont l’indéniable avantage de montrer combien les projets de Marx et Ricardo diffèrent qualitativement. Marx n’est plus une simple version historicisée de Ricardo :

Pour ce dernier, le problème de la mesure du produit ne se pose même pas. Ce qui l’intéresse avant tout, c’est la formulation d’une théorie de la répartition […]. Chez Ricardo, la théorie de la valeur travail se justifie théoriquement seulement parce qu’elle sert à la détermination des profits. Marx, au contraire, porte d’abord son attention sur les biens produits en essayant d’en dégager une unité de mesure qui lui permette de fonder les équivalences. (Cencini & Schmitt, 1976-1977, p. 20-21)

31Si les ambiguïtés des textes de Marx sont reconnues, la possibilité de lectures non ricardiennes est soulignée. Sobel les fait remonter à l’interprétation « sociologique » de la valeur de Roubine ([1928] 2009), que le philosophe marxiste hétérodoxe Jean-Marie Vincent (1973) a contribué à réintroduire dans le débat français. L’objectif de Roubine était de rompre avec « l’économicisme » du marxisme de son temps. Dans cette interprétation, le fétichisme n’est plus une simple illusion : il est le mode d’expression nécessaire de la valeur. Là où Ricardo pensait pouvoir, à l’aide de sa théorie de la valeur, rendre le capitalisme comme « transparent », cette lecture de Marx consiste à en souligner l’opacité intrinsèque. Il est ainsi possible de :

[prendre] l’exacte mesure d’une distance, d’un décalage intérieur au réel, inscrits dans sa structure, et tels qu’ils rendent leurs effets eux-mêmes illisibles, et font de l’illusion de leur lecture immédiate le dernier et le comble de leurs effets : le fétichisme. (Althusser et al., 1965, p. 14)

Après la lecture essentialiste de la valeur, il s’agit donc d’explorer la logique de la lecture constructiviste, à laquelle l’approche monétaire est apparentée.

32La structure même de la production marchande fait apparaître les rapports entre les humains comme des rapports entre les choses. Sans modification de cette forme marchande de la production sociale, aucun dépassement du fétichisme n’est envisageable. Autrement dit, la divergence entre valeurs et prix de production est constitutive du mode d’expression de la valeur. L’essence affleure au niveau des apparences, mais de manière distordue : l’apparition de la valeur est en même temps sa déformation. Ce n’est pas un défaut de la forme-valeur, mais au contraire « la forme adéquate d’un mode de production où la règle ne peut s’imposer que comme loi moyenne et aveugle de l’irrégularité », et où, dans le rapport que la marchandise entretient avec la monnaie, « peut s’exprimer tout aussi bien la grandeur de la valeur de la marchandise que le plus ou le moins auxquels elle peut être aliénée dans des circonstances données » (Marx, [1867] 1977, p. 116).

33L’analyse de la forme-valeur permet ainsi de penser la nécessité des apparences. La sphère de la circulation n’a plus ce rôle passif qu’elle a chez Ricardo et dans le marxisme (néo‑)ricardien : « au cœur de cette diffraction, l’argent comme équivalent général joue ici un rôle structurant » (Sobel, 2016). Cette lecture de Marx semble ici tout à fait compatible avec une authentique pensée de l’institution monétaire.

34Pourtant, si Orléan évoque bien cette possibilité, c’est pour l’écarter aussitôt. Discutant Castoriadis et Roubine (Orléan, 2011a, p. 45-54), il soutient que l’articulation interne du fétichisme et de la valeur est instable et finit toujours par verser du côté d’une naturalisation de la Valeur, dont la substance transhistorique serait le Travail conçu comme pure dépense d’énergie humaine, soit comme travail physiologique. Roubine veut pourtant montrer la possibilité d’une lecture « non physiologique » de la valeur, et souligner ainsi toute la distance qu’il y a entre travail abstrait marxien et travail incorporé ricardien. Pour ce faire, il est amené à revaloriser le moment de l’échange. Mais une nouvelle difficulté surgit : « D’une part, la valeur et le travail abstrait doivent déjà exister dans le procès d’échange et, d’autre part, Marx dit à plusieurs reprises que le travail abstrait présuppose le procès d’échange. » (Roubine, [1928] 2009, p. 197)

35Pour Orléan, cette difficulté est en réalité une contradiction insoluble. L’alternative serait entre deux conceptions incompatibles de l’échange : « comme le lieu où la valeur est créée ou comme le lieu où la valeur est révélée » (Orléan, 2011a, p. 51). Entre valeur et monnaie, il faudrait choisir, au risque de développer une théorie de la monnaie vide de toute détermination quantitative.

2.2. L’objet de l’approche monétaire

  • 3 Montalban (2012) souligne que la critique de la théorie de la valeur d’Aglietta et Orléan (2002) im (...)

36L’approche monétaire peut être vue comme une discussion pluridisciplinaire de l’aspect qualitatif de la valeur, qui débouche sur une « théorie de la valorisation » (Cordonnier, 2012) ou une « théorie de la construction sociale des valeurs d’usages3 » (Montalban, 2012). Elle a permis un indéniable renouveau de la théorie de la monnaie, en posant à nouveau frais la question de son origine et du rôle de la confiance dans les crises économiques. La monnaie recouvre toute son épaisseur de « fait social total ».

Mais l’opposition stricte entre valeur et fétichisme a un coût. L’institutionnalisme n’a en effet pas produit de théorie unifiée des prix. Ainsi :

L’approche d’Orléan reste limitée au domaine des valeurs des actifs, elle ne permet pas de comprendre la valeur des marchandises, si ce n’est peut-être les marchandises non produites que sont les matières premières, qui sont objet de spéculation, ou bien encore les œuvres d’art, qui sont non reproductibles. (Montalban, 2012)

37Dans ces trois cas, il apparaît de fait possible de soutenir que la valeur est « créée » dans l’échange : les biens en question sont soit non produits, soit non reproductibles, soit objets de spéculation. Autrement dit, ils ne font pas, ou seulement marginalement, partie de la reproduction sociale. En cela, ils ne sont des marchandises ni pour Ricardo, ni pour Marx. Ils ont certes un prix (de marché), mais, n’étant pas (re)produits, n’ont pas de valeur, ni de prix de production : aucune quantité déterminée temps de travail socialement nécessaire ne vient réguler leur prix. L’une des sources de la divergence des prix de marché et des valeurs réside précisément dans le fait que des biens et services sans valeur reçoivent une forme-prix, autrement dit que des non-marchandises prennent la forme de marchandises (une autre circonstance est la situation de rareté relative qui caractérise un contexte d’échange particulier, faisant diverger prix de marché et prix de production) (Lipietz, 1979, p. 114). Marx considère leur possibilité, et les voit comme des cas particuliers de sa théorie : on ne peut recourir à la loi de la valeur pour expliquer la formation de leurs prix de marché, mais il faut les intégrer à la loi de la valeur pour expliquer celle des prix de marchés des marchandises effectivement reproductibles.

38Il est significatif que l’approche monétaire soit adéquate pour penser les cas faisant figure d’exceptions chez Marx. On veut y voir un indice que ces deux théories diffèrent quant à leur objet. L’approche monétaire serait ainsi une théorie de l’échange (marchand) en tant qu’il est intrinsèquement monétaire, marquant ainsi toute la distance entre l’approche monétaire et l’autre théorie de l’échange, la théorie néoclassique, ainsi qu’entre leurs anthropologies implicites : loin de se réduire à des homines œconomici quelque peu désincarnés, les acteurs sociaux que saisit l’institutionnalisme sont des puissances d’agir désirantes. Sujets autant qu’objets de vastes mouvements mimétiques, ceux-ci en viennent à s’accorder sur la définition de la richesse, afin de contenir ou sublimer – pour un temps, tout du moins – la violence inhérente au monde social, dans une perspective résolument holiste en rupture avec l’individualisme méthodologique réducteur de l’approche dominante (Aglietta & Orléan, 1982).

39La perspective doit ainsi être renversée ; il n’y a rien d’anormal à ce qu’une approche s’astreignant à penser toute l’épaisseur sociale de l’échange ne propose pas de théorie unifiée des prix, puisque tel n’est pas son objet. La perspective spinoziste de Lordon (2008, 2010) qui apparaît comme une systématisation de l’approche monétaire (Montalban, 2012) pose l’idée suivante : ce n’est pas parce qu’un bien a une valeur qu’on le désire, mais plutôt parce qu’on le désire qu’il a une valeur (économique). Celle-ci apparaît alors comme un effet dérivé de la confrontation des puissances d’agir désirantes. Perspective parfaitement satisfaisante tant qu’on se limite à l’étude d’une pure économie d’échange. Dans une telle entreprise théorique, les conditions de production des marchandises sont volontairement laissées hors-champ. Or, que les prix soient déterminés par les valeurs signifie pour Marx que le niveau des prix dépend en dernière instance (ce qui ne veut dire ni uniquement, ni principalement) du temps de travail socialement nécessaire à la production des marchandises. Dès lors, si on ne prend pas en compte explicitement le moment de la production, cette connexion entre prix et valeurs n’est plus posée. Dans une théorie pure de l’échange des marchandises, les prix ne représentent pas de valeur car, par hypothèse, le temps de travail socialement nécessaire, soit la dimension quantitative du travail abstrait, reste indéterminé.

40Parce que le cadre théorique ne fait par définition pas référence aux processus de production, il ne permettra ni d’infirmer ni de confirmer la loi de la valeur. Ce n’est pas tant qu’ainsi la monnaie vient remplacer la valeur, mais plutôt que celle-ci reste à l’arrière-plan de l’analyse, sans faire l’objet d’un traitement explicite, car celui-ci n’est pas immédiatement nécessaire. Autre manière de dire que l’approche monétaire n’est pas a priori contradictoire avec la théorie de la valeur.

2.3. Le risque d’une forme sans contenu et la divergence entre les deux courants de l’institutionnalisme monétaire francophone

  • 4 On fait ici référence aux trois formes de la confiance distinguées par les institutionnalistes : mé (...)

41Car dès lors qu’on prend en compte les conditions socio-techniques de production des biens, alors la question de la « mesure » de la valeur se pose. C’est-à-dire qu’il faut être capable d’expliquer pourquoi « telle marchandise est deux fois plus chère que telle autre et non pas trois fois » (Cordonnier, 2012 ; Montalban, 2012 ; Husson, 2012). Répondre à cette question, c’est faire un premier pas en direction de l’explicitation des retournements des marchés financiers, problème que l’approche monétaire peut difficilement traiter avec ses seuls outils (Harribey, 2011). Si l’on présente l’approche monétaire comme une alternative à la théorie marxienne de la valeur, c’est-à-dire comme portant sur le même objet, alors on ne se situe plus seulement dans le cadre d’une théorie monétaire de la valeur, comme dans les lectures constructivistes de Marx (Milios, 2009), mais dans celui d’une théorie de la valeur monétaire. Le risque est de verser dans une circularité similaire à celle de la construction « additive » des prix avec laquelle Marx, à la suite de Ricardo, voulait rompre (Virely, 2018). Présentée comme l’incarnation de la valeur en soi, la monnaie mesure la monnaie, pour finalement apparaître comme la cause de la valeur économique. Or, la conceptualisation marxienne du fétichisme de la marchandise vise précisément à faire la critique de l’idée que le mouvement de l’argent dans la sphère de la circulation créerait de lui-même de la valeur. La référence à la structure triadique4 de la confiance ne suffit pas à prévenir tout à fait une sorte de transfert dans la théorie de cet effet d’optique constitutif du mode de production capitaliste (Montalban, 2012).

42C’est ce qui apparaît en filigrane de ces glissements conceptuels qu’Harribey (2017a) relève dans l’argumentation d’Aglietta, Blanc et Desmedt (2016) : est admis d’abord que « c’est à travers la logique monétaire que la valeur est reconnue et instituée », mais c’est ensuite pour faire de la monnaie « l’opérateur de la valeur ». Finalement, la mesure de la valeur se révèle être l’origine de la valeur : la validation sociale des travaux particuliers au sein de l’échange monétaire est en même temps une création sui generis de valeur économique. On peut y voir l’indication de la coexistence instable de deux questions théoriques au sein d’un cadre qui ne peut en traiter qu’une. Le choix entre monnaie ou valeur est en même temps un choix entre une théorie socio-économique de la valorisation et une théorie économique de la valeur. Du reste, c’est bien ce risque d’une forme pure sans contenu que semble reconnaître Orléan (2017) lorsqu’il souligne que l’approche monétaire est compatible avec n’importe quelle explication de la formation des prix. Théorie de l’économique plutôt que théorie économique, si elle explicite les conditions de possibilité de l’existence des ratios d’échange, l’approche monétaire les laisse dans un état fondamental d’indétermination.

43Ici se manifestent les conséquences des choix épistémologiques différents des deux courants institutionnalistes. L’analyse monétaire de Benetti et Cartelier opère une critique similaire dans sa forme à l’approche d’Aglietta et Orléan, puisqu’ils soutiennent également la nécessité de rompre avec la notion marxienne de la valeur pour pouvoir fonder une pensée de l’institution monétaire. Analyse monétaire et approche monétaire naissent toutes deux en réaction à l’offensive sraffienne. Mais là où l’approche monétaire fait du « substantialisme » de la valeur-travail sa critique principale, les tenants de l’analyse monétaire mettent en avant un autre argument, qui revêt, selon les contextes, deux formes différentes : l’accent va être porté soit sur l’absence supposée d’articulation entre théorie de la valeur et théorie de la monnaie dans Le Capital, soit sur l’incommensurabilité des valeurs et des prix (Husson, 1975). Pour dépasser les impasses qu’ils introduisent dans l’édifice conceptuel marxiste, ils proposent une théorie des prix spécifique fondée sur la règle de Cantillon. L’ambition quantitative est plus clairement affirmée que parmi les chercheurs s’inscrivant dans l’approche monétaire. Pour résumer, si l’on admet que la valeur a chez Marx deux aspects, à savoir une réflexion qualitative sur la forme-valeur et une réflexion quantitative sur la grandeur de valeur, alors on pourrait caractériser les trois approches jusqu’ici envisagées de la manière suivante :

  • la théorie néo‑ricardienne pense la grandeur de valeur au prix de perdre de vue la réflexion sur la forme-valeur : elle est une théorie pré-monétaire des grandeurs économiques ;

  • l’approche monétaire, en réaction, insiste sur la forme-valeur, au risque de ne plus proposer de théorie des prix : elle est moins théorie économique que théorie de l’économique ;

  • l’analyse monétaire propose à la fois une théorie des prix, et une pensée de la forme-valeur, ce qui la rapproche de la théorie marxienne, mais n’offre pas une explication du processus de formation de la valeur, ce qui l’en éloigne.

44Pourtant, il est possible de montrer que la thèse d’incommensurabilité entre valeurs et prix propre aux tenants de l’analyse monétaire s’applique surtout à la conception dualiste de l’interprétation traditionnelle. Elle est par contre invalide si l’on part des interprétations unitaires de la loi de la valeur, qui définissent un équivalent monétaire de l’heure de travail de telle sorte qu’à tout instant, prix et valeurs sont commensurables. La cohérence interne de la théorie de la valeur est ainsi restaurée, tandis que ces interprétations unitaires pourraient être utilement rapprochées des conceptions de Bellofiore (2018) qui montre qu’elle ne dépend pas nécessairement de l’hypothèse irréaliste d’un troc primitif mythique. En effet, si la théorie marxiste était fondée sur un troc originaire, la critique par Benetti et Cartelier de la dérivation de la monnaie à partir de la valeur serait parfaitement fondée. Mais le développement des formes successives de la valeur n’est pas une genèse – ni historique ni mythique – de la monnaie. En réalité, cette dernière est déjà dès la forme simple de la valeur (Roubine, 1926 ; Hai Hac, 2003, p. 107). Marx postule l’existence de la monnaie d’entrée de jeu (Piluso, 2014). La succession des formes de la valeur ne correspond pas à sa progressive émergence depuis une situation mythique de troc primitif ; à rebours de toute lecture diachronique, il faut y voir l’exploration synchronique par Marx des connexions reliant les différents éléments du mode de production bourgeois.

  • 5 Les théoriciens temporalistes s’accordent sur la « solution » à apporter au problème de la transfor (...)

45Ainsi, nous rejoignons l’avis d’Hai Hac (2015) qui considère qu’entre analyse monétaire et théorie marxienne de la valeur, une articulation est possible. Le moyen nous semble en être donné par le calcul de l’équivalent monétaire du temps de travail propre à la solution unitaire-temporaliste d’Husson5 qu’on pourrait ensuite introduire dans les développements de Benetti et Cartelier afin de montrer leur compatibilité avec une conception marxiste traditionnelle du processus de formation de valeur. L’analyse monétaire reste plus « proche » de la théorie marxiste que l’approche monétaire. Le lieu de l’articulation entre ces deux dernières étant à première vue moins évident, nous nous concentrerons sur les conceptions d’Aglietta et Orléan dans le reste de cet article.

46Nous y lisons la conséquence de la prise en compte du seul aspect qualitatif de la valeur au détriment de son aspect quantitatif. Le rôle incontournable de la monnaie dans la commensuration des biens est mis en avant, mais la détermination quantitative des rapports d’équivalence reste irrésolue. Tâchons maintenant de mettre au jour la matrice théorique de cette perspective en revenant sur les thèses de Roubine. Nous défendons que cette théorie d’une forme pure sans contenu découle d’une distinction analytique sous-développée entre processus d’abstraction des travaux concrets et validation sociale des travaux privés dans le cadre de l’échange monétaire. Que la monnaie puisse apparaître comme « l’opérateur de la valeur » proviendrait ainsi de la fusion entre les catégories marxiennes de travail abstrait et de travail social.

3. D’où vient la possibilité de cette théorie d’une forme pure ?

3.1. L’identification de l’abstraction et de la socialisation et leur réduction au seul moment de l’acte effectif d’échange

47Si les marxismes de la forme-valeur, et, avec eux, l’institutionnalisme monétaire, prennent le contre-pied du néo‑ricardianisme, ils en acceptent le postulat fondamental : l’absence d’unité dialectique des apparences et des essences signifie essentiellement que fétichisme et valeur ne sont pas articulés et sont maintenus dans un rapport d’extériorité. Ces relectures de Marx apparaissent ainsi comme une forme de renversement « néo-hégélien » du marxisme traditionnel. Elles partagent un commun « rejet ou sous-estimation de l’aspect quantitatif de la théorie de la forme des valeurs, et [du] concept de “travail abstrait comme substance de valeur” » (Likitkijsomboon, 1995).

  • 6 Likitkijsomboon range dans ce dernier groupe des auteurs comme Reuten (1988a, 1988b), Reuten et Wil (...)

48D’après ce dernier auteur, il y a plusieurs écoles de la forme-valeur : l’école du marxiste japonais Uno, parmi laquelle on trouve les travaux de Itoh (1980, 1988), l’école du marxiste russe Roubine (Arthur, 1979, 1986), et un ensemble d’auteurs qu’on peut rassembler sous la dénomination « d’approche théorique de la forme-valeur » (value-form theoretic approach6), qui sont des extensions et transformations de l’approche roubinienne. Ce sont essentiellement ces derniers qui se désignent eux-mêmes comme « néo-hégéliens ».

  • 7 L’institutionnalisme monétaire a ceci de spécifique par rapport aux autres marxismes de la forme-va (...)

49Parce que l’institutionnalisme monétaire, comme le montre la lecture qu’Orléan (2011a) fait de Roubine, s’inscrit au moins en partie dans ce troisième « courant » hétéroclite7, nous proposons de repartir de l’analyse serrée qu’en propose Likitkijsomboon.

50L’avantage de l’interprétation « sociologique » ou « constructiviste » de Roubine est de rappeler, on l’a dit, la différence qualitative essentielle entre travail abstrait et travail incorporé : on ne peut concevoir la valeur d’une marchandise sans prendre en compte le moment spécifique de l’échange. Ce dernier est ainsi central dans l’explication des crises périodiques du capitalisme, puisque dans le divorce latent entre monnaie et marchandise gît leur possibilité formelle, qui se réalise lorsque le « saut mortel de la marchandise » échoue. On retrouve la problématique des tenants régulationnistes de la Nouvelle Interprétation : celle de la validation sociale des travaux privés (Montalban, 2012).

51La socialisation des travaux privés renvoie aux modalités de leur validation sociale. En régime marchand, c’est lorsqu’un individu se porte acquéreur d’un bien donné que le travail dépensé dans la production de ce dernier est validé, au sens où preuve est faite qu’on a utilement consacré du temps de travail à cette production. Que ce bien trouve preneur est une indication nécessaire et suffisante – dans une société marchande – du fait qu’il répond à un besoin réel.

  • 8 Par exemple, le « travail socialement égalisé […] peut exister dans différentes formes de division (...)

52L’abstraction des travaux concrets est la modalité marchande du procès de socialisation. Si la socialisation était réalisée par d’autres moyens, le travail abstrait n’aurait plus d’existence matérielle dans l’unité de compte. L’égalisation des produits du travail par le biais d’une unité de compte donnée pourrait bien toujours être nécessaire. Toutefois, comme la validation sociale de ces travaux précéderait alors l’égalisation de leurs produits, l’unité de compte en question ne serait pas de « l’argent », car elle ne représenterait pas plus de travail abstrait que les « bons de travail » d’Owen (Marx, [1867] 1977, note 50, p. 109). L’existence du travail abstrait (donc de la monnaie) – la réduction des travaux concrets à leur seule caractéristique commune de pur quantum de temps de travail humain – dépend donc crucialement de la production marchande, dont il est aussi la condition de possibilité, puisque, de cette manière, les travaux humains peuvent être rapportés les uns aux autres quantitativement (Hai Hac, 2003)8.

53Cependant, Roubine va plus loin en affirmant que l’échange non seulement valide les travaux particuliers, mais encore que c’est dans l’achat et la vente que commence et se termine l’abstraction des travaux concrets : « Dans le processus de production directe, le travail n’est pas encore un travail abstrait au plein sens du terme, mais doit encore devenir un travail abstrait » (Roubine, [1928] 2009, p. 124).

54C’est sur ce point qu’Orléan décèle une hésitation chez Roubine, puisque l’idée que le travail devient réellement abstrait dans l’échange ne permet pas de trancher entre les conceptions de l’échange comme lieu de création ou comme lieu de révélation de la valeur.

55Likitktijsomboon identifie dans « [l’amalgamation de] la vérification du caractère social du travail dans l’échange avec “l’abstraction du travail concret” par l’échange » la matrice conceptuelle des approches théoriques de la forme-valeur et la raison de leur éloignement progressif de toute réflexion sur les déterminations quantitatives de la valeur. La manifestation de ce dernier, dans le cas particulier de l’institutionnalisme, se fait jour dans le rejet de la valeur-travail en vertu de son « substantialisme » présumé.

56Il est vrai que Roubine définit le travail abstrait comme « du travail social ou socialement égalisé sous la forme spécifique qu’il revêt dans une économie marchande » (Ibid., p. 118). Ici, le travail abstrait n’est pas loin de devenir le « jumeau siamois » du travail social (Likitktijsomboon, 1995). Ainsi, Roubine opérerait entre abstraction et socialisation une fusion conceptuelle qui viendrait redoubler leur indistinction réelle une fois passé le moment de la réalisation des marchandises.

57Il est possible de nuancer, car Roubine met également en garde contre toute réduction du « travail abstrait [au] travail socialement égalisé » (Roubine, [1928] 2009, p. 116). S’il souligne qu’abstraction et socialisation des travaux ont lieu en même temps, cela ne signifie pas que travail social et travail abstrait soient pour lui une seule et même notion, tout au plus qu’ils sont confondus au moment de l’échange : « ni le travail physiologiquement égal ni le travail socialement égalisé en tant que tels ne créent de valeur » (ibid., p. 116).

58Certes, la distinction entre travail abstrait et travail social reste peut-être dans une certaine mesure sous-développée. C’est que, pour lui, il ne s’agit pas tant de critiquer cette confusion que celle – autrement plus lourde de conséquences à ses yeux – entre « travail abstrait et travail physiologiquement égal ». Cette assimilation « économiciste » tomberait bien en effet sous le coup de la critique de « l’hypothèse substantielle » qu’Orléan développe en partant de Castoriadis.

59Roubine porte un coup fatal au « marxisme (néo-)ricardien », mais l’insuffisante distinction entre socialisation et abstraction pose les premiers jalons d’un travers symétrique, celui de « marxismes (néo-) hégéliens » :

Comme le travail concret est « abstrait » lors de l’échange de son produit contre de l’argent, il n’y a qu’un pas de plus à franchir pour affirmer que le travail privé concret est « abstrait » et « socialisé » par l’argent, que la valeur (et sa substance, le travail social abstrait) naît de l’argent, et enfin que l’argent n’est pas une simple forme de valeur mais le travail abstrait et la valeur. (Likitkijsomboon, 1995)

60Les quatre étapes de la dérivation de l’argent sont confondues en une seule, la dernière, tandis que l’argent devient logiquement le « centre de toutes [les] catégories, c’est-à-dire du travail abstrait, de la valeur, de la forme de la valeur, de la magnitude de la valeur et de sa mesure ». En franchissant ce pas, on oppose de nouveau Marx à Marx, lui reprochant d’avoir « discuté à tort du travail abstrait, de la magnitude de la valeur et du travail socialement nécessaire comme mesure de la valeur avant la validation par échange, c’est-à-dire, avant l’argent ». L’erreur de Marx n’est plus, comme l’avançait Robinson, l’aspect « métaphysique » de sa théorie, mais le fait d’avoir été trop « ricardien » (Likitkijsomboon, 1995).

61Ce qui se donne à voir ici, c’est la fusion des catégories du travail abstrait/valeur et de la monnaie/valeur d’échange, soit précisément le risque d’une pure forme sans contenu :

Tout cela, de Roubine à Reuten, est en réalité un processus d’effondrement conceptuel du travail abstrait en travail social, de la magnitude de la valeur-travail en sa valeur réalisée dans l’échange (prix), et de la valeur en valeur d’échange, qui dégénère finalement en rejet du travail abstrait, de la valeur-travail et des ratios de valeurs, laissant en place uniquement la valeur d’échange, la forme-valeur, le prix et « l’argent » sans fondements quantitatifs. (Likitkijsomboon, 1995)

62Par un retournement inattendu, la valeur est de nouveau « redondante » : entre monnaie et valeur, il faudra choisir (Orléan, 2011a). Reuten (1988a, 1988b) et Williams (1989), proposent d’ailleurs une théorie monétaire très similaire aux thèses institutionnalistes. Elle se caractérise :

  • par un rejet de la définition de la monnaie comme une marchandise, que l’on attribue à Marx, en soulignant que le lien entre monnaie et métaux précieux est contingent et renvoie à une époque historique désormais révolue ;

  • par une définition de la monnaie comme dette ;

  • par la mise en évidence du rôle central de la monnaie dans « la reproduction de la société humaine » en vertu de sa nature essentiellement fiduciaire.

3.2. Le travail abstrait n’est qu’une variété du travail social, ou la nécessité de la distinction analytique des deux processus

63Si l’insistance sur la forme-valeur permet de développer une authentique pensée monétaire, la monnaie apparaît dans l’échange comme imposée du dehors. La monnaie est soustraite à l’analyse économique, dont le postulat devient la condition de possibilité. L’approche monétaire demeure « hors-sol » (Harribey, 2011), ce que souligne en creux sa compatibilité avec n’importe quelle théorie des prix (Orléan, 2017) et la nécessité d’en référer au triptyque de la confiance (méthodique, hiérarchique, éthique) pour expliquer d’où l’argent tire sa capacité à représenter l’équivalent universel. Expliquer comment tel ou tel support matériel parvient à « représenter » la valeur n’est pas la même chose qu’expliciter les déterminations quantitatives de la « valeur de la monnaie ». Si l’on définit cette dernière uniquement par la confiance et/ou la dette primordiale, méconnaissant la différence entre forme-valeur et grandeur de la valeur, le risque est grand d’une circularité théorique.

64Cela a des conséquences pour l’analyse critique du capitalisme. Meek affirmait que si « l’aspect quantitatif de la théorie marxienne de la valeur [était] abandonné, il ne restera[it] de la théorie marxiste de la répartition qu’un squelette sociologique » (Meek, [1956] 1973, p. 232). De fait, de par l’usage qu’il fait de la notion de conatus et celle « d’exploitation passionnelle » qu’il en dérive, Lordon formule une théorie alternative de l’exploitation. Si celle-ci cadre bien avec l’idée spontanée du comment de l’exploitation capitaliste, elle ne peut rien dire sur le combien : dépourvue d’une théorie du niveau des prix, elle n’a pas non plus de théorie du taux de profit. Comment prendre la mesure de la dépossession sans mesurant ?

65Une dernière implication indésirable est l’indistinction entre richesse et valeur économique, d’une part, et donc, d’autre part, valeur économique et valeur fictive, toutes ces catégories se confondant dans la seule notion de « valeur monétaire ». Montalban (2012) montre ainsi les conséquences, dans l’analyse des conventions financières d’Orléan (2015), de l’identification entre liquidité et richesse : « Tout ce qui est payé en monnaie est une richesse, qu’il s’agisse de la baguette de pain (ce qui n’est guère problématique), du paiement des services d’un tueur à gages ou, en moins caricatural, du paiement du service rendu par un gestionnaire de hedge funds. »

66En minimisant l’aspect quantitatif de la valeur, les marxismes de la forme-valeur ont développé des théories alternatives à celle de Marx. La monnaie est nécessaire pour que les biens puissent apparaître commensurables. Mais on ne sait pas comment ni d’où émerge cette commensurabilité. Le rapport d’équivalence dans lequel rentrent deux produits physiquement hétérogènes reste un mystère.

  • 9 On utilise ce terme dans un sens très proche de la notion marxienne de « capital fictif », que l’on (...)

67D’une certaine manière, l’institutionnalisme monétaire se montre plus conséquent en choisissant la monnaie contre la valeur pour développer une théorie de la valorisation ou de la construction sociale des valeurs d’usages. Or, précisément, la théorie de la valeur (économique) part du postulat que celles-ci sont déjà constituées. Un bien sans usage ne saurait en effet avoir de valeur. Si elles diffèrent quant à leurs objets respectifs, alors il doit être possible d’articuler la théorie socio-économique de l’économique (construction sociale des valeurs d’usage) proposée par les institutionnalistes avec une théorie économique de la valeur-mesure capable d’expliquer le niveau des prix, de donner la mesure de l’exploitation et de nous rendre mieux à même de distinguer entre richesse, valeur et valeur fictive (Harribey, 2013)9, et ce, afin d’éviter de nourrir les représentations selon lesquelles la simple circulation monétaire pourrait être créatrice de valeur.

Deux erreurs symétriques apparaissent ainsi à éviter :

  • la minimisation des aspects qualitatifs de la valeur, sous peine de développer un marxisme ricardien dans lequel l’échange n’a qu’un rôle passif et où la monnaie reste impensée. C’est ici que la critique de « l’hypothèse substantielle » porte ;

  • la minimisation des aspects quantitatifs de la valeur, qui a certes l’avantage de placer au centre de l’analyse la dimension monétaire du capitalisme, mais au risque d’affaiblir le pouvoir explicatif et critique de la théorie, puisque sans théorie des prix, toute mesure objective de l’exploitation reste inaccessible.

68La valeur se retrouve écartelée entre une théorie du niveau des prix sans fétichisme et une théorie des secrets de la forme-prix compatible avec n’importe quelle façon de les déterminer. Dépasser cette régionalisation des programmes de recherche afin de ne pas abandonner le projet de science sociale unifiée suppose de revenir sur le commun rejet sur lequel s’accordent paradoxalement Sraffiens et institutionnalistes : l’hypothèse du travail abstrait comme substance de la valeur. Hypothèse, car les valeurs ne sont pas visibles. Démontrer la « force empirique » de la théorie de la valeur-travail, comme le fait notamment Shaikh (1998), ne satisfera pas les sceptiques, que la réponse d’Hilferding à l’objection de Von Böhm-Bawerk (1896, p. 60) n’a pas pu convaincre, et qui demandent à juste titre pourquoi et comment des grandeurs invisibles, les valeurs, pourraient réguler les prix.

69Dans le cadre d’une production marchande, argumenter que le travail abstrait détermine la grandeur de la valeur implique que cette dernière soit simplement la moyenne des valeurs individuelles. La valeur d’une marchandise est ainsi sa durée moyenne de production calculée sur l’ensemble de ses producteurs, et résulte du niveau de développement des forces productives d’une société donnée. En raison du fractionnement marchand de la production sociale, la durée moyenne de temps de travail ne peut pas s’exprimer directement sous forme d’heures de travail : elle est socialisée comme quantité monétaire. Travail social et travail abstrait « fusionnent » dans l’échange marchand pour donner lieu à la catégorie de travail socialement nécessaire. « Socialement nécessaire » renvoie donc à la fois à une détermination technologique relevant du coût moyen de production d’un bien donné, mais aussi à une détermination relevant des besoins sociaux exprimés.

70Les deux processus connaissent des étapes qui ont lieu avant le moment de l’échange effectif. L’abstraction, soit la détermination quantitative des marchandises, commence déjà dans la sphère de la production, tandis que la socialisation ex post lors de la réalisation des marchandises est en réalité la dernière étape d’un processus qui commence lors de l’achat/vente de la force de travail sur le marché du travail (« ante-validation monétaire »), et continue dans la « socialisation immédiate » (Vergesellschaftung) du travail vivant dans le processus de production (Bellofiore, 2018). Il s’agit de décentrer la réflexion sur la valeur à la fois du seul moment de l’échange comme le font les institutionnalistes et du seul moment de la production, comme le font les néo-ricardiens, pour penser comment l’unité de la production et de la circulation marchande est exprimée dans la catégorie de travail socialement nécessaire.

71Nous allons nous concentrer sur la description des deux moments du processus d’abstraction des travaux concrets, mais cela ne doit pas faire oublier que l’échange marchand n’est que la dernière étape du processus de socialisation. Lorsque la marchandise est réalisée, ce n’est pas simplement son utilité sociale qui est reconnue : c’est toute la chaîne de décisions socialisant peu à peu les travaux privés qui court de la première mobilisation de la force de travail à la vente de son produit en passant par son insertion dans une certaine configuration technologique, technique et organisationnelle (Bellofiore, 2018).

3.3. Une conception non substantielle du travail abstrait comme mesure immanente de la valeur déterminée par la forme-valeur

72Avancer que seul le travail vivant produit la valeur n’est pas un postulat que l’on doit chercher à défendre « par fidélité » ou par crainte des conséquences idéologiques résultant de son abandon ; la théorie de la valeur-travail est d’abord « un théorème, dont la validité dépend de celle de sa preuve » (Garegnani, 2018). Son rôle est strictement analytique et résulte d’une réflexion sur les causes du fait que les biens ne s’échangent pas en proportion des quantités de travail incorporées dans leur production. Avancer que l’échange a la caractéristique de conserver la valeur, mais aucunement d’en être la source, permet aussi de fonder la possibilité de l’économie politique comme science :

La valeur des marchandises ne serait pas déterminée si elles ne s’échangeaient pas à égalité. Sans cette équivalence, toute l’analyse s’effondrerait car l’échange ne respecterait plus aucune loi scientifique. Non seulement les rapports d’échange se fixeraient d’une façon arbitraire, mais une fois fixés ils ne se prêteraient à aucune opération arithmétique : ni la production ni la répartition ne pourraient ainsi être connues. Incapable de définir la valeur économique des biens produits, la théorie économique se tiendrait à la marge de la recherche scientifique. (Cencini & Schmitt, 1976-1977, p. 44-45).

73Autrement dit, toute exposition visant à démontrer la validité du théorème doit partir de l’identité entre la somme de la valeur créée (prix) et la somme des quantités de travail vivant dépensées (valeur) au cours d’une période donnée. De cette identité doivent résulter les deux égalités marxiennes fondamentales. Celles-ci n’ont pas le même statut. Il faut montrer comment l’égalité entre la somme des profits et la somme de la survaleur, qui découle de la position du travail vivant comme seule source de valeur, permet de retrouver l’égalité entre la somme du prix total et la somme de la valeur totale au travers de l’articulation entre production et circulation marchande.

74C’est ce qu’a fait Husson (1980), posant les bases des interprétations temporalistes de la loi de la valeur, en montrant comment le système des valeurs permet de faire le pont entre les différents cycles de reproduction élargie du capital et de déterminer l’évolution des prix et du taux de profit. La mesure de la structure productive (la « carte des valeurs », Lipietz, 1979) au début de la période, telle qu’exprimée dans le prix des éléments du capital constant et variable, permet de lever l’indétermination du modèle néo-ricardien des prix de production lorsque le temps historique y est introduit.

75La question qui reste à élucider est celle du rôle de l’échange dans une théorie qui pose que la valeur prend sa source dans la production, mais que l’échange est essentiel pour sa manifestation. La valeur « ne peut pas provenir de la circulation et en même temps ne pas provenir d’elle » (Marx, [1867] 1977, p. 186). On retrouve la difficulté de Roubine, signe pour Orléan du caractère intrinsèquement instable de la lecture constructiviste de la valeur : « Comment concilier deux thèses contradictoires. D’une part, l’échange révèle une valeur qui est produite antérieurement dans le procès de production et, d’autre part, la valeur est intrinsèquement liée à l’échange. » (Orléan, 2011a, p. 51).

76Nous avons avancé qu’expliciter la fonction de l’échange suppose de distinguer les étapes de deux processus, abstraction et socialisation. De leur confusion dans l’ordre des faits, puisque dans la production marchande ce n’est que par l’abstraction des travaux que ces derniers peuvent être socialisés, il faut conclure à l’impératif de leur distinction dans l’ordre théorique. L’alternative exposée dans la citation suivante, dont la conséquence est l’assimilation du marxisme à une théorie substantialiste structurellement incapable de penser l’échange et la monnaie, pourrait ainsi être dépassée :

Ou bien le travail abstrait est-il « présocialisé » et de ce fait il est une substance qui détermine la valeur d’échange indépendamment du marché, ou bien c’est l’échange marchand et la monnaie, qui par la validation sociale des valeurs d’usage et des travaux privés, amènent à la formation du travail abstrait par la médiation des prix, mais de fait la théorie de la valeur-travail perd toute pertinence (si ce n’est de montrer l’exploitation). La monnaie constituant une unité de compte, elle est le langage qui permet au marché d’exister et aux dettes d’être payées. (Montalban, 2012)

77En effet, si l’échange joue un rôle essentiel dans ces deux processus, ce n’est pas en vertu du même statut selon que l’on considère l’abstraction des travaux concrets ou la socialisation des travaux privés. En retour, ces fonctions distinctes de l’échange se combinent aux trois articulations du concept marxien de grandeur de valeur.

78En premier lieu, Roubine indique ainsi qu’il « faut distinguer l’échange en tant que forme sociale du procès de reproduction et l’échange en tant que phase particulière de ce procès de reproduction, phase qui alterne avec la phase de production directe » (Roubine, [1928] 2009, p. 123). Si Marx peut rappeler constamment, de manière apparemment paradoxale, que le travail abstrait est le résultat de l’échange tout en n’en provenant pas, c’est qu’il mobilise au sein d’une même proposition les deux acceptions du concept : la socialisation des travaux privés renvoie à l’échange « en tant que phase particulière de ce procès de reproduction » (premier sens), tandis que l’abstraction des travaux concrets dérive de ce que l’échange est également la « forme sociale particulière du procès […] de production » : « [celui-ci] marque de son empreinte spécifique la totalité du procès de reproduction » (second sens). La production est marchande : les décisions qui ont lieu dans la sphère de la production se prennent toujours en fonction de l’impératif de pouvoir vendre sur le marché les produits de l’effort humain. C’est parce que l’échange recouvre ces deux sens que l’on peut dire que la valeur provient de la circulation tout en n’en provenant pas : elle existe parce que la circulation marchande impose sa forme à la production sociale. Mais elle se forme déjà comme représentation avant l’échange marchand.

  • 10 C’est ce qui fait dire à Anselm Jappe (2003, p. 103) que « le produit est donc une marchandise, ave (...)
  • 11 « L’acte d’égalisation constitutif du travail abstrait est un acte social (geselletschaftliche Tat)(...)

79Cette représentation correspond à une réalité matérielle. Si les producteurs n’ont a priori aucune garantie du prix monétaire final de leur production, ils savent combien leur coûtent ces marchandises. Ainsi, celles-ci, avant même d’être tout à fait produites, et donc, avant de recevoir un prix en monnaie, ont déjà des prix en heures de travail pour les producteurs individuels. Ces prix correspondent aux valeurs individuelles dont le travail socialement nécessaire, la valeur, est précisément la moyenne10. En faisant abstraction des caractéristiques concrètes des heures qu’ils consacrent à l’élaboration de leur stock de marchandises, les producteurs individuels réalisent la première étape du processus d’abstraction. Et ils le font précisément parce qu’ils espèrent pouvoir vendre leur production, c’est-à-dire convertir leurs heures de travail en quantités monétaires. En croisant leur connaissance des prix à la période précédente, ils peuvent se former une anticipation de l’équivalent monétaire de leur temps de travail individuel. Le temps de travail pur, abstrait, comme « mesure immanente » de la valeur commence à prendre consistance comme le résultat des choix de spécialisations des producteurs individuels11 lorsque les seuls moyens de coordination dont ces derniers disposent sont les prix de marché :

Cette égalisation [des travaux concrets] peut se produire dans le procès de production direct avant l’acte d’échange, mais seulement mentalement et par anticipation. Dans la réalité, elle s’accomplit par l’intermédiaire de l’acte d’échange, par l’intermédiaire de l’égalisation (même si celle-ci se fait mentalement et par anticipation) du produit du travail considéré avec une somme d’argent donnée. Mais si cette égalisation précède l’échange, elle doit cependant se réaliser effectivement dans le processus d’échange réel. (Roubine, [1928] 2009, p. 118)

  • 12 Bien la proposition théorique de Dardot nous semble plus à même de rendre compte de la démarche de (...)

80En second lieu, la précondition de ce mode de socialisation par l’échange des produits du travail est l’existence de l’équivalent général, soit l’existence d’un objet qui est la valeur. Cet objet devient le support de la manifestation sensible de la mesure qu’est le travail abstrait. Introduisant une réflexion sur la forme-valeur dans la théorie ricardienne du travail incorporé, Marx transforme ainsi la théorie ricardienne du travail incorporé comme substance de la valeur en une théorie du travail abstrait comme mesure de la valeur. Le concept de « substance » n’est ainsi pas chez Marx un concept métaphysique (Dardot, 2014)12. Que le travail soit la substance sociale de la valeur signifie simplement que les prix sont déterminés par la mesure de l’adéquation d’une structure productive à une structure de besoins sociaux solvables, autrement dit que « la loi de l’offre et de la demande est l’opérateur de la loi de la valeur » (Hai Hac, 2003, p. 130).

  • 13 Et en tant qu’instrument de mesure, il n’a lui-même aucune valeur, de la même manière qu’un degré n (...)

81Cette mesure se construit en trois temps. Il faut d’abord qu’il soit possible de trouver une propriété commune aux travaux concrets, de la même manière que les aires de triangles différant qualitativement peuvent être calculées selon une formule commune qui stipule qu’elles sont égales au demi-produit de la base des triangles par leur hauteur. Ce qu’ont en partage les travaux concrets n’est ainsi pas une substance mais une simple propriété. L’analogie des triangles choisie par Marx est tout à fait significative : parler d’un « substantialisme » de l’aire des triangles reviendrait bien à introduire un sens métaphysique là où il n’y a que considérations préliminaires relevant de ce qui constitue l’unité de mesure commune des objets étudiés. C’est la première articulation de la grandeur de valeur comme unité de mesure (Cencini & Schmitt, 1976-1977, p. 118) : le travail abstrait fonde un espace de mesure sur lequel comparer quantitativement la valeur des produits13.

82La seconde opération, une fois établie l’unité de mesure commune, revient à rapporter quantitativement les travaux concrets les uns aux autres. Pour poursuivre l’analogie avec les triangles, une fois établie la formule de calcul de leurs aires qu’ils ont en partage, il est possible de les comparer entre eux en appliquant cette dernière formule. Il s’agit de la seconde articulation de la grandeur de valeur, qui se fonde sur la première : de la possibilité de la mesure on passe à la mise en œuvre de la mesure. Les biens peuvent ainsi être rapportés quantitativement les uns aux autres en utilisant comme unité de mesure le travail abstrait.

83C’est ce qui se produit lorsque l’échange a effectivement lieu : une durée de travail est convertie en une quantité monétaire. C’est la troisième articulation de la grandeur de valeur, correspondant à la conversion de la mesure immanente, une durée du travail, en sa mesure extérieure, une quantité de monnaie.

84Parce que la forme dominante de la circulation s’imprime à l’ensemble du procès de reproduction sociale, les marchandises appartiennent déjà au même « champ de mesure » avant le moment de l’échange proprement dit : c’est en cela que l’existence de l’institution monétaire est la présupposition du travail abstrait. Sans la possibilité de représenter par une quantité de monnaie donnée la valeur des biens échangés, impossible de les vendre, donc impossible de valider socialement leurs travaux par la voie marchande.

85Cependant, c’est parce que les marchandises sont déjà dans un rapport quantitatif avant le moment de l’échange effectif qu’il est possible de valider socialement les travaux privés : la validation sociale marchande des travaux privés présuppose ainsi le travail abstrait comme mesure immanente de la valeur. Le travail abstrait prend forme comme mesure de la valeur des biens avant l’échange, parce que l’on anticipe l’échange. L’existence du travail abstrait ne dépend que secondairement de la réalisation effective de l’échange marchand, dont le rôle spécifique est d’exprimer la mesure immanente dans l’apparence de la mesure extérieure.

86La sphère de la circulation stricto sensu se présente donc comme le lieu de l’expression de ce rapport quantitatif entre les biens, qui n’est pas une substance indépendante de l’échange, puisqu’il dépend précisément de la forme marchande de la production sociale. Le travail abstrait existe parce qu’on produit pour l’échange (sens second de la notion d’échange comme forme générale de la reproduction sociale) tandis que l’intégration de travaux particuliers au travail social se fait dans l’échange (sens premier de la notion d’échange comme moment particulier de la reproduction sociale qui alterne avec la production proprement dite). C’est parce que la grandeur de valeur comprend trois articulations (comme unité de mesure, comme mise en œuvre de la mesure, comme conversion de la mesure immanente de la valeur, le temps de travail, en magnitudes monétaires), subsumées dans le concept de forme-valeur, et que l’échange en connaît deux (forme générale de la reproduction sociale et moment particulier de ce processus), qu’abstraction et socialisation ne sont pas la même chose et qu’il est possible et même nécessaire de combiner une théorie de la construction sociale des valeurs d’usage à une théorie non substantialiste du travail abstrait comme mesure immanente de la forme-valeur. À moins d’accepter une lecture ricardienne de la valeur, entre monnaie et valeur, il s’agit sans doute moins de choisir que d’expliciter les médiations permettant de passer du monde des valeurs au monde des prix.

Conclusion

87L’institutionnalisme monétaire plonge une partie de ses racines dans les débats interprétatifs portant sur le statut de la monnaie et la définition de la valeur comme travail abstrait dans le corpus marxien. Il s’inscrit dans un ensemble de courants qui émerge en réaction à l’offensive néo‑ricardienne.

88Celle-ci a en effet démontré la redondance de la valeur dans son acception marxiste traditionnelle, puisque les grandeurs économiques essentielles peuvent être calculées sans recours aux relations en valeur. Cette interprétation traditionnelle étant caractérisée par une minimisation de l’aspect qualitatif de la valeur, les courants critiques ont été logiquement portés à souligner que le concept de forme-valeur constituait un apport véritable par rapport à Ricardo, ce qui différenciait qualitativement leurs notions de travail abstrait et de travail incorporé.

89Le risque de ces marxismes de la forme-valeur est de développer une théorie d’une pure forme, sans contenu. Cela se manifeste dans le corpus institutionnaliste par sa compatibilité avec n’importe quelle théorie de la détermination des prix et du taux de profit. L’alternative entre monnaie et valeur, centrale dans l’approche monétaire, possède ainsi un certain nombre d’implications indésirables, dont la principale est la conceptualisation de la monnaie comme « opérateur de la valeur ». Ce qui la rapproche dangereusement de l’analyse des représentations qui voit dans la circulation monétaire une source de valeur, représentations dont la théorie marxienne du fétichisme se voulait pourtant la critique.

90Nous défendons l’idée que théorie marxienne de la valeur et théorie institutionnaliste de la valorisation diffèrent quant à leurs objets – et qu’il est donc possible et souhaitable de les articuler. L’alternative entre l’échange comme lieu de la création de la valeur ou lieu de sa révélation n’en est pas une.

91D’une part, la valeur a besoin de l’institution monétaire pour dépasser le stade de l’abstraction-valeur et exister réellement, c’est-à-dire sensiblement. Ainsi, l’institutionnalisme monétaire permet de dépasser la conception marxiste traditionnelle qui veut que la valeur se mesure en temps de travail, lisant Ricardo dans Marx.

92D’autre part, il est insuffisant d’inverser simplement les termes de la proposition précédente pour soutenir que la valeur se mesure en monnaie. Marx propose un schéma plus complexe, qui ne rabat la valeur ni sur sa forme sociale, la monnaie, ni sur sa « substance » sociale, le temps de travail. Le temps de travail, en raison de la division marchande du travail social, s’exprime dans la forme de la grandeur de valeur, et cette même grandeur de valeur s’exprime dans une quantité déterminée d’équivalent général. Ainsi, la monnaie n’est la « mesure » de la valeur qu’en ce sens très précis qu’elle en fournit le moyen d’expression. C’est parce qu’il y a échange marchand et donc monnaie qu’il y a de la valeur dans le monde sensible – on pourra dire que l’échange crée la valeur –, mais ce sont les conditions de production des biens qui déterminent combien il y en a – l’échange révèle donc la grandeur de la valeur, mais ne crée pas de la valeur.

93La monnaie transforme la dépense de travail en travail abstrait. Par là même, il devient apparent que c’est par l’abstraction des travaux que ces derniers sont socialisés. On ne peut à l’inverse atteindre cette conclusion si on suppose d’emblée que les deux processus sont identiques, sans voir que le travail abstrait n’est qu’une des formes possibles du travail social, lorsque ce caractère social du travail est obtenu par l’égalisation des produits du travail avec l’équivalent général. En d’autres termes, si la monnaie ne peut pas être la mesure « immanente » de la valeur, impossible, à plus forte raison, de la présenter comme sa source.

94Marquer toute la distance entre la loi de la valeur et la théorie ricardienne de la valeur, qui, elle, tombe bien sous le coup de la critique de « l’hypothèse substantielle », permettrait de penser cette articulation entre approche monétaire et marxisme. En dépit du vocabulaire qu’utilise Marx, le travail abstrait n’est pas tant la substance de la valeur, au sens métaphysique du terme, que son unité de mesure immanente dont l’existence sensible dépend d’une configuration particulière du processus de production sociale. Pour lui, il ne s’agit pas de rechercher une fondation prémonétaire objective de la valeur, point sur lequel il est rejoint par Lordon (2018). Temps de travail et prix ne sont pas en effet deux mesures de la valeur posées en extériorité l’une de l’autre. Le dualisme marxien n’oppose pas des grandeurs réelles et des grandeurs nominales, entre lesquelles il s’agirait de choisir celles qui renvoient aux choses essentielles et celles qui ne sont qu’illusion ou métaphysique. Le dualisme marxien est un dualisme des mesures : mesure immanente en heures de travail qui s’expriment dans la grandeur de valeur, mesure extérieure en unités monétaires, qui expriment la grandeur de valeur. Entre ces deux mesures, il y a plus qu’une simple opposition, comme entre grandeurs nominales et réelles. Il y a bien plutôt une véritable unité contradictoire : mesure immanente et mesure extérieure de la valeur sont indissociables l’une de l’autre. Dans cette contradiction devenue antagonisme gît pour Marx la possibilité formelle des crises.

95C’est dans cette perspective d’une unité contradictoire, soit d’un antagonisme latent, entre les deux mesures de la valeur propre à la production marchande que les conflits entre groupes sociaux autour de la définition de l’unité de compte apparaissent alors bien comme des conflits autour de la valeur : la délimitation d’une communauté monétaire donnée influe en effet nécessairement sur l’apparition-déformation de la valeur et donc sur sa répartition. Ce dualisme marxien entre mesure immanente et mesure extérieure de la valeur est une base possible pour saisir l’effet combiné du travail et de la confiance dans la construction de la valeur des symboles monétaires et donc des ratios d’échange. La théorie marxiste des prix offre en effet un cadre théorique unifié permettant de saisir la codétermination des conditions socio-techniques générales de la production (forces productives, rapports de production, développement inégal des différentes branches d’activité), déterminant le prix de production, et de la structure des besoins sociaux exprimés (c’est-à-dire solvables), déterminant le prix de marché (Hai Hac, 2003, p. 129), loin de tout schéma simpliste de gravitation des « prix » autour des « valeurs ». Théorie marxiste de la valeur et théorie institutionnaliste de la valorisation, ainsi articulées, permettraient de reconsidérer le rôle essentiel de la confiance dans le fonctionnement d’une économie monétaire de production.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. & A. Orléan (1982), La violence de la monnaie, Paris, Puf, coll. « Économie en liberté ».

Aglietta M. & A. Orléan (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. & A. Orléan (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Alary P., Blanc J. & L. Desmedt (2016), « Introduction : genèse et évolution d’un corpus théorique », in Blanc J., Théret B., Desmedt L. & P. Alary (dir.), Théories françaises de la monnaie, Paris, Puf.

Althusser L., Balibar E., Establet R., Pierre M. & J. Rancière (1965), Lire le Capital, Paris, Maspero, coll. « Théorie ».

Athar H. (1987), « Commodity fetishism », in Eatwell J., Milgate M. & N. Peter (dir.), The New Palgrave: A dictionary of economics, Londres, Macmillan.

Arthur C. (1976), « The concept of abstract labour », Bulletin of the Conference of Socialist Economists, vol. 5, no 2.

Arthur C. (1979), « Dialectic of the value-form », in Elson D. (dir.), Value: the Representation of Labour in Capitalism, Londres, CSE Books, p. 67-81.

Arthur C. (1986), Dialectics of Labour: Marx and his relation to Hegel, Oxford, Blackwell Publisher.

Auteur collectif (1977), « Valeur, prix et réalisation », Critiques de l’économie politique, nos 24, 25 et 26.

Bellofiore R. (2018), Le avventure della socializzazione. Dalla teoria monetaria del valore alla theoria macro-monetaria della produzione capitalistica, Milan, Mimesis, coll. « Quaderni di teoria critica della società ».

Benetti C., Brunhoff S. de & J. Cartelier (1976), « Éléments pour une critique marxiste de Sraffa », Cahiers d’économie politique, no 3, Actes du colloque SRAFFA, sous la direction de Patrick Maurisson, p. 29-35. https://doi.org/10.3406/cep.1976.894 (consulté le 5 février 2020)

Benetti C. & J. Cartelier (1980), Marchands, salariat et capitalistes, Paris, La Découverte, coll. « Interventions en économie politique ».

Bidet J. (1990), Théorie de la modernité, suivi de Marx et le marché, Paris, Puf.

Bidet J. & E. Kouvélakis (dir.) (2001), Dictionnaire Marx Contemporain, Paris, Puf.

Böhm-Bawerk E. Von (1896), Zum Abschluss des Marxschen Systems, Berlin, O. Haering.

Bortkiewicz L. Von [1907] (1952), « Value and price in the Marxian system », traduit de l’allemand « Wertrechnung und presirechnung im Marxschen system » par J. Kahane, International Economic Papers, no 2, Londres, Macmillan.

Brunhoff S. de (1967), La monnaie chez Marx, Paris, Éditions sociales.

Brunhoff S. de (1973), « Marx as an a-Ricardian: value, money and price at the beginning of Capital », Economy and Society, vol. 2, no 4, p. 421-430. DOI : 10.1080/03085147300000020 (consulté le 5 février 2020)

Carcanholo R. A. (2011), Capital: essência e aparência, Saint-Paul [São Paulo], Expressão Popular, vol. 1.

Cartelier J. (2016), L’intrus et l’absent, Essai sur le travail et le salariat dans la théorie économique, Paris, Presses Universitaires de Paris Nanterre.

Cartelier J. (2018), Money, Markets and Capital: The case for a monetary analysis, Londres/New York, Routledge, coll. « Routledge international studies in money and banking ».

Cencini A. & B. Schmitt (1976-1977), La pensée de Karl Marx : critique et synthèse, vol. 1, Albeuve, Castella.

Cordonnier L. (2012), « Une théorie de la valorisation ? André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie » [note de lecture], Revue Française de Socio-Économie, vol. 10, no 2, p. 289-294, https://doi.org/10.3917/rfse.010.0289.

Dardot P. (2014), « La valeur n’est pas une substance », in Martin E. & M. Ouellet (dir.), La tyrannie de la valeur. Débats pour le renouvellement de la théorie critique, Montréal, écosociétés, coll. « Théorie ».

Delphy C. (2015), Pour une théorie générale de l’exploitation, Paris, Syllepse.

Duménil G. & D. Lévy (2000), « The conservation of value, a rejoinder to Alan Freeman », Review of Radical Political Economics, vol. 32, no 1, p. 119-146. https://doi.org/10.1016/S0486-6134(00)88763-X (consulté le 5 février 2020)

Elson D. (1979), Value: The Representation of Labour in Capitalism, Londres, CSE Books.

Freeman A. (1998), « Time, the value of money and the quantification of value », MPRA Paper, no 2217. http://mpra.ub.uni-muenchen.de/2217/ (consulté le 3 septembre 2019)

Garegnani P. (2018), « On the labour theory of value in Marx and in the Marxist tradition », Review of Political Economy, vol. 30, no 4, p. 618-642. https://doi.org/10.1080/09538259.2018.1509546 (consulté le 5 février 2020)

Gómez G. M. (2010), « What was the deal for the participants of the Argentine local currency systems, the Redes de Trueque? », Environment and Planning, vol. 42, no 7, p. 1669-1685. DOI : 10.1068/a42309 (consulté le 5 février 2020)

Graeber D. (2014), Debt-Updated and Expanded: The First 5,000 Years, New York, Melville House Publishing.

Hai Hac T. (2003), Relire « Le Capital ». Marx, critique de l’économie politique et objet de la critique de l’économie politique, Lausanne, Page Deux, coll « Cahiers libres ».

Hai Hac T. (2015), « État et capital dans l’exposé du Capital », in Artous A., Solís González J. S., Salama P. & T. Hai Hac (dir.), Nature et forme de l’État capitaliste : analyses marxistes contemporaines, Paris, Syllepse, coll. « Mille marxismes ».

Harribey J.-M. (2000), « Retour sur la source du profit », Documents pour l’enseignement économique et social, no 119, p. 39-54.

Harribey J.-M. (2011), « André Orléan, L’empire de la valeur, Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011. », Revue de la régulation [En ligne], no 10 | 2e semestre/Autumn 2011 (consulté le 6 février 2020).

Harribey J.-M. (2013), La richesse, la valeur et l’inestimable. Fondements d’une critique socio-écologique de l’économie capitaliste, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Harribey J.-M. (2017a), « Du travail à la monnaie, essai de perspective sociale de la valeur », Économie et institutions [En ligne], no 26 | 2017. URL : http://journals.openedition.org/ei/5906 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ei.5906 (consulté le 6 février 2020)

Harribey J.-M. (2017b), « La validation sociale, point de passage entre le travail et la valeur monétaire », communication au colloque « Monnaie, dette et souveraineté », Amiens, 11-12 décembre. http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/valeur/validation-sociale.pdf (consulté le 5 février 2020)

Heinrich M. (1999), Die Wissenschaft vom Wert: Die Marxsche Kritik der politischen Ökonomie zwischen wissenschaftlicher Revolution und klassischer Tradition, Münster, Westfälisches Dampfboot.

Husson M. (1975) « La thèse de l’incommensurabilité entre valeurs et prix », in Husson M., La transformation des valeurs en prix de production et l’accumulation, mimeo. http://hussonet.free.fr/husson75-22.pdf (consulté le 3 septembre 2019)

Husson M. (1980), « Valeur et prix : un essai de critique des propositions néo-ricardiennes », Critiques de l’économie politique, no 10, janvier-mars.

Husson M. (2012), « Le pire de la valeur. à propos du livre d’André Orléan, L’Empire de la valeur, Le Seuil, 2001 », [note de lecture] Contretemps, no 13, p. 152-156.

Husson M. (2017), « Théorie de la valeur : dans les méandres de la “transformation” », À l’Encontre, 2 septembre. http://alencontre.org/economie/theorie-de-la-valeur-dans-les-meandres-de-la-transformation.html (consulté le 3 septembre 2019).

Itoh M. (1980), Value and crisis: Essays on Marxian economics in Japan, New York, Monthly Review Press.

Itoh M. (1988), Basic Theory of Capitalism: Forms and substance of the capitalist economy, Londres, Macmillan.

Jappe A. (2003), Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, La Découverte [nouvelle édition revue et augmentée, 2017, coll. « La Découverte-poche »].

Knapp G.F. [1905] (1973), The State Theory of Money, New York, M. Kelley Publishers.

Kolakowski L. (1982), Main Currents of Marxism. Its origins, growth, and dissolution, traduit du polonais Glówne nurty marksizmu par P. S. Falla, Oxford, Oxford University Press.

Krause U. & K. Rothschild (1982), Money and Abstract Labour: On the analytical foundations of political economy, New York, New Left Books.

Labica G. (1985), « Fétichisme (de la marchandise) », in Bensussan G. & G. Labica (dir.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, Puf, p. 464-466.

Laure Van Bambeke V. (2013), Les méandres de la transformation des valeurs en prix de production. Essai de théorie économique rationnelle, Paris, L’Harmattan.

Lerner A. (1947), « Money as a creature of the state », American Economic Review, vol. 37, no 2, p. 312-317. www.jstor.org/stable/1821139 (consulté le 5 février 2020)

Levín P. (1997), El Capital Tecnologico, Buenos Aires, Catálogos.

Levín P. (2003), « Ensayo sobre la cataláctica », Revista Nueva Economía, vol. 12, no 20.

Levín P. (2005), « El planificador de la reproducción y sus tribulaciones », Revista Nueva Economía, vol. 14., no 23.

Levín P. (2010), « Esquema de la ciencia económica », Revista de Economía Política de Buenos Aires, vol. 4, nos 7-8, p. 247-289. http://ojs.econ.uba.ar/index.php/REPBA/article/view/259 (consulté le 5 février 2020)

Likitkijsomboon P. (1995), « Marxian theories of value-form », Review of Radical Political Economics, vol. 27, no 2, p. 73-105. https://doi.org/10.1177/048661349502700203 (consulté le 5 février 2020)

Lipietz A. (1979), Crise et inflation, pourquoi ? L’accumulation intensive, Paris, Maspero, coll. « Économie et socialisme ».

Lipietz A. (1989), « De l’althussérisme à la “théorie de la régulation” », CEPREMAP, no 8920 [communication lors du colloque « The Althusserian Legacy », Stony Brook University, New York, 23-24 septembre 1988].

Lordon F. (2010), Capitalisme, désir et servitude : Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique.

Lordon F. (2018), La condition anarchique. Affects et institutions de la valeur, Paris, Le Seuil, coll. « L’Ordre philosophique ».

Lordon F. & A. Orléan (2008), « Genèse de l’État et de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis »,

in Citton Y. & F. Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales, Paris, Éditions Amsterdam, coll. « Caute ! ».

Marx K. [1867] (1977), Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre 1er, Le développement de la production capitaliste, Paris, Éditions Sociales, vol. 1.

Meek R. K. [1956] (1973), Studies in the Labour Theory of Value, Londres, Monthly Review Press.

Milios J. (2009), « Rethinking Marx’s value-form analysis from an Althusserian perspective », Rethinking Marxism, vol. 21, no 2, p. 260-274. https://doi.org/10.1080/08935690902743518 (consulté le 5 février 2020)

Mohun S. & R. Veneziani (2017), « Value, price, and exploitation: the logic of the transformation problem », Journal of Economic Surveys, vol. 31, no 5, p. 1387-1420. https://doi.org/10.1111/joes.12223 (consulté le 5 février 2020)

Mongiovi G. (2002), « Vulgar economy in Marxian garb: A critique of temporal single-system Marxism », Review of Radical Political Economics, vol. 34, no 4, p. 393-416. https://doi.org/10.1177%2F048661340203400401 (consulté le 5 février 2020)

Montalban M. (2012), « De la place de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation : critique et synthèse », Revue de la régulation [En ligne], no 12 | 2e semestre/Autumn 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9797 ; DOI : 10.4000/regulation.9797 (consulté le 5 février 2020)

Morishima M. & G. Catephores (1978), Value, Exploitation, Growth: Marx in the Light of Modern Economic Theory, Londres, McGraw‑Hill Book Co.

Moseley F. B. (1982), « The rate of surplus-value in the United States: 1947-1977 », Thèse de doctorat en sciences économiques, University of Massachusetts Amherst.

Okishio N. (1963), « A mathematical note on Marxian theorems », Weltwirtschaftliches Archiv, no 91, p. 287-299. www.jstor.org/stable/40436843 (consulté le 30 janvier 2020)

Orléan A. (2011a), L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Le Seuil coll. « La couleur des idées ».

Orléan A. (2011b), « Réponse à Jean-Marie Harribey », Revue de la régulation [En ligne], no 10 | 2e semestre/Autumn 2011. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9502 (consulté le 6 février 2020).

Orléan A. (2015), « La valeur économique comme fait social : la preuve par les évaluations boursières », Revue de la régulation [En ligne], no 18 | 2e semestre/Autumn 2015. DOI : 10.4000/regulation.11441 (consulté le 6 février 2020).

Orléan A. (2017), « Une conception matérialiste des prix ne suppose nullement d’adhérer à la théorie de la valeur travail. Nouvelle réponse à Jean-Marie Harribey », Économie et institutions [En ligne], no 26 | 2017. URL : http://journals.openedition.org/ei/6092 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ei.6092 (consulté le 6 février 2020).

Petry F. (1916), Der soziale Gehalt der marxschen Werttheorie, Francfort, G. Fischer.

Piluso N. (2014), « Postulat de la monnaie et théorie de la valeur chez Marx », Revue de la régulation [En ligne], no 15 | 1er semestre/Spring 2014. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10721 ; DOI : 10.4000/regulation.10721 (consulté le 5 février 2020)

Reuten G. A. (1988a), « The money expression of value and the credit system: A value-form theoretic outline », Capital & Class, vol. 35, p. 121-141. https://doi.org/10.1177%2F030981688803500108 (consulté le 5 février 2020)

Reuten G. A. (1988b), « Value as social form », in Reuten G. A. & M. J. Williams (dir.), Value, Social Form and the State, Londres, Macmillan, p. 42-61.

Reuten G. A. & M. J. Williams (1989), Value-Form and the State: The tendencies of accumulation and the determination of economic policy in capitalist society, Londres/New York, Routledge.

Robinson J. (1962), Economic Philosophy, Londres, C.A. Watts, coll. « The New Thinker’s Library ».

Roubine I. [1928] (2009), Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Avant-propos et traduction de l’anglais par J.-J. Bonhomme, Paris, Éditions Syllepse, coll. « Mille marxismes ».

Roubine I. [1926-1928] (2017), « Essays on Marx’s Theory of Money », in Day R. B. & D. Gaido (dir.), Responses to Marx’s Capital: From Rudolf Hilferding to Isaak Illich Rubin, Londres, Brill, p. 619-727.

Saad-Filho A. (2002), The Value of Marx. Political Economy for Contemporary capitalism, Londres/New York, Routledge. DOI : https://doi.org/10.4324/9780203468272 (consulté le 5 février 2020)

Saiag H. (2016), Monnaies locales et économie populaire en Argentine, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales ».

Samuelson P. A. (1970), « The transformation from Marxian “values” to competitive “prices”: a process of rejection and replacement », Proceeding of the National Academy of Sciences, vol. 67, no 1, p. 423-425. https://doi.org/10.1073/pnas.67.1.423.

Seton F. (1957), « The “transformation problem” », The Review of Economic Studies, vol. 24, no 3, p. 149-160. https://doi.org/10.2307/2296064 (consulté le 5 février 2020)

Shaikh A. (1998), « The empirical strength of the labour theory of value », in R. Bellofiore (dir.), Marxian Economics: A reappraisal essays on Volume III of Capital, Londres/New York, Macmillan/St. Martin’s Press, p. 225-251.

Shaikh A. & E. Tonak (1996), Measuring the Wealth of Nations: The political economy of national accounts, Cambridge, Cambridge University Press.

Silva S. (1981), Valor e renda da terra, San Paulo, Editora Polis.

Simmel G. (1999), Philosophie de l’argent, Paris, Puf.

Sobel R. (2016), « Fétichisme de la marchandise et ontologie sociale chez Marx. Interprétation essentialiste versus interprétation constructiviste », Cahiers d’Économie Politique/Papers in Political Economy, vol. 70, no 1, p. 45-74, https://doi.org/10.3917/cep.070.0045.

Steedman I. (1981), « Ricardo, Marx, Sraffa », in Steedman I. (dir.), The Value Controversy, Londres, New Left Books, p. 11-19.

Théret B (dir.) (2007), La monnaie dévoilée par ses crises : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Éditions de l’EHESS.

Veneziani R. (2004), « The temporal single‐system interpretation of Marx’s economics: a critical evaluation », Metroeconomica, vol. 55, no 1, p. 96-114, https://doi.org/10.1111/j.0026-1386.2004.00184.x.

Vincent J.-M. (1973), Fétichisme et société, Paris, Éditions Anthropos.

Virely S. (2018), « L’articulation entre valeur et monnaie et le passage du subjectif à l’objectif : la confiance apporte-t-elle la solution ? », Revue Interventions économiques [En ligne], no 59 | 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.3939 (consulté le 7 février 2020)

Wolff R. D., Callari A. & B. Roberts (1984), « A Marxian alternative to the traditional “transformation problem” », Review of Radical Political Economics, vol. 16, nos 2-3, p. 115-135. https://doi.org/10.1177/048661348401600206 (consulté le 5 février 2020)

Wright I. (2018), « Marx’s transformation problem and Pasinetti’s vertically integrated subsystems », Cambridge Journal of Economics, vol. 43, no 1, p. 169-186.

Haut de page

Notes

1 Dans la littérature francophone, ce dossier a récemment été rouvert par Vincent Laure Van Bambeke (2013). Son travail a suscité, entre autres, la réponse critique d’Husson (2017), qui y décèle une parenté théorique avec les développements sraffiens. La controverse se rapporte à deux enjeux : la mobilité inter-branches des capitaux explique-t-elle la transformation des valeurs en prix de production ou plutôt la convergence des prix de marché et des prix de production (Hai Hac, 2003) ? Comment peut-on intégrer la différence qualitative du capital constant circulant et du capital constant fixe dans l’analyse (Cencini & Schmitt, 1976-1977) ?

2 Cela passe par une redéfinition du concept marxien de capital variable : la valeur de la force de travail est donnée par la grandeur monétaire du salaire, qu’on suppose fixée par les luttes sociales. Le MELT, « l’équivalent monétaire du temps de travail », permet de passer entre le système des valeurs et le système de prix, justifiant ainsi l’appellation de « Single-System Labour Theory of Value » (ou SS-LTV). Mais cela suppose de considérer que sont vérifiées par définition les deux égalités marxiennes fondamentales, alors que ce devait être le résultat de la démonstration (Montalban, 2012). De plus, l’égalité entre le prix total et la valeur totale change de sens : elle est réduite à l’égalité entre la valeur ajoutée et la dépense de travail vivant au cours de la période, ce qui n’est pourtant pas une égalité à démontrer mais la simple reformulation de la conception selon laquelle la valeur est une forme sociale spécifique que prennent les travaux humains lorsque le travail privé est la forme du travail social (Husson, 1982).

3 Montalban (2012) souligne que la critique de la théorie de la valeur d’Aglietta et Orléan (2002) implique de « renoncer à considérer [la valeur d’usage] comme donnée », ce qui rapproche leur démarche des « théories de la construction sociale des marchés et [de] la sociologie économique ». Celles-ci « insistent soit sur le rôle de la prescription (Hatchuel, 1995), des signes et conventions de qualité (Eymard-Duvernay, 1989 ; Karpick, 2007) ou plus généralement [sur le] du rôle du politique et des « institutions dans la construction des marchés (Fligstein, 2001) ».

4 On fait ici référence aux trois formes de la confiance distinguées par les institutionnalistes : méthodique, hiérarchique, éthique.

5 Les théoriciens temporalistes s’accordent sur la « solution » à apporter au problème de la transformation des valeurs en prix : il s’agit d’un processus synchronique, qui a lieu à chaque période, de sorte que les agents ne font jamais face qu’à des valeurs toujours déjà transformées. La mobilité inter-branches des capitaux ne transforme pas les « valeurs » en « prix » mais fait converger les prix de marché et les prix de production. Mais une divergence s’est fait jour entre Husson et les autres principaux auteurs temporalistes sur la question du traitement du capital constant, ce qui les conduits à lire de façon distincte la formule temporaliste du MELT. La question de la prise en compte de l’usure morale et technique du capital constant fixe détermine l’estimation de la trajectoire du taux de profit que l’on peut faire grâce au MELT. Husson maintient le principe de la valorisation du capital constant aux coûts de reproduction contre les « coûts historiques » défendu par Kliman.

Par ailleurs, le mode de calcul du MELT proposé par Kliman et d’autres a suscité des critiques, de la part notamment des tenants de la Nouvelle Interprétation, pointant son caractère de « pure tautologie », réduisant la loi de la valeur à une « loi de la valeur-travail-prix de marché » (« labor-market price theory of value », Duménil & Lévy, 2000, p. 127). Des incohérences ont également été soulignées (Mongiovi, 2002 ; Veneziani, 2004). Il faut donc préciser que nous suivons la lecture d’Husson plutôt que celle de Kliman ou Freeman.

6 Likitkijsomboon range dans ce dernier groupe des auteurs comme Reuten (1988a, 1988b), Reuten et Williams (1989), mais aussi les travaux de Backhaus, Krause, Eldred, Roth, Hanlon, ou encore ceux des théoriciens de la critique de la valeur ou de la valeur-dissociation.

7 L’institutionnalisme monétaire a ceci de spécifique par rapport aux autres marxismes de la forme-valeur qu’il se fonde sur un corpus au tour moins « philosophique » que pluridisciplinaire, produit de la convergence entre les travaux d’historiens, de sociologues, d’économistes, de psychologues ou encore d’anthropologues.

8 Par exemple, le « travail socialement égalisé […] peut exister dans différentes formes de division sociale du travail [tandis que] le travail abstrait […] n’existe que dans une économie marchande » (Roubine, [1928] 2009, p. 97). Ou encore : « le travail abstrait que Marx étudie n’est pas simplement du travail socialement égalisé, c’est du travail socialement égalisé sous une forme spécifique, caractéristique d’une économie marchande » (Ibid., p. 116).

9 On utilise ce terme dans un sens très proche de la notion marxienne de « capital fictif », que l’on peut utiliser pour désigner les actifs financiers que l’on ne peut qualifier de « produits » qu’avec un concept très extensif de « production » (Shaikh & Tonak, 1996, chap. 1).

10 C’est ce qui fait dire à Anselm Jappe (2003, p. 103) que « le produit est donc une marchandise, avec une valeur, déjà avant d’entrer dans la circulation ».

11 « L’acte d’égalisation constitutif du travail abstrait est un acte social (geselletschaftliche Tat) qui d’est d’abord avant tout un acte pratique [et] non un acte de pensée » (Dardot, 2014, p. 140). Cet acte pratique est précisément le choix de spécialisation de l’unité de production individuelle effectué sur la base de la connaissance des prix réalisés des périodes antérieures et de ses propres valeurs individuelles.

12 Bien la proposition théorique de Dardot nous semble plus à même de rendre compte de la démarche de Marx, d’autres reconstructions contemporaines existent. Ian Wright (2018) a proposé une correction de la définition classique du travail incorporé verticalement intégré permettant d’obtenir les deux égalités marxiennes entre prix et valeur et entre profit et survaleur. Il s’agit donc d’un nouveau développement indiquant une compatibilité entre l’approche marxiste traditionnelle évoquée dans la première partie et sa critique néo-ricardienne. Cependant, le cadre classique qu’adopte l’auteur l’amène à réduire la question de la valeur à sa dimension purement quantitative, c’est-à-dire précisément le point où travail abstrait et travail incorporé sont des concepts presque identiques, s’il est vrai que c’est l’analyse de la forme-valeur qui condense toute la distance entre Marx et Ricardo.

13 Et en tant qu’instrument de mesure, il n’a lui-même aucune valeur, de la même manière qu’un degré n’a pas de température : c’est la force de travail qui a une valeur, fondant la catégorie de travail nécessaire et donc celle de survaleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Porcherot, « Les origines marxiennes de l’institutionnalisme monétaire », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/15996 ; DOI : 10.4000/regulation.15996

Haut de page

Auteur

Raphaël Porcherot

Doctorant contractuel, ENS Paris-Saclay, IDHE.S [Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société], raphael.porcherot@ens-parissaclay.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page