Navigation – Plan du site
Dossier : Autour de l'institutionnalisme monétaire

Les divers courants de l’institutionnalisme monétaire : un état des lieux

Introduction au dossier « Autour de l’institutionnalisme monétaire »
Pierre Alary et Ludovic Desmedt

Texte intégral

« Money may not be the root of all evil, but it is the root of economic science. »,

Westley Clair Mitchell, « The role of money in economic theory »,

American History Review

1Les théories institutionnelles de la monnaie formulent des conjectures pour mieux comprendre le rôle de la monnaie au sein des différentes sociétés. Elles cherchent, par exemple, à montrer comment la monnaie précède le marché et, pour reprendre la métaphore de Mitchell, qu’elle est une « racine », non seulement à l’origine d’un édifice théorique, mais aussi aux fondements de l’organisation sociale. Pour comprendre ses multiples ramifications, il convient de dépasser la surface. On doit s’intéresser aux dynamiques qu’elle alimente : soutenir l’arborescence (les racines de maintien) et en assurer la reproduction (les radicelles qui absorbent l’eau et les nutriments). Ce travail minutieux permet également d’observer les logiques de transformation rendues possibles (le bourgeonnement racinaire à l’origine du renouvellement et la croissance du système). L’institution monétaire et la société évoluent dans une relation symbiotique riche d’interactions.

2Cette analogie botanique souligne la complexité du phénomène monétaire et l’intérêt de mobiliser diverses disciplines pour la comprendre. Les contributions publiées dans ce dossier alimentent ce débat et la réflexion institutionnaliste sur la monnaie. Il est construit sur le principe du dialogue entre disciplines et entre chercheurs représentatifs du courant, des fondateurs aux auteurs contemporains. À la suite de l’appel à communication, paru il y a deux ans, la revue a reçu de nombreuses propositions. Au terme du processus de sélection, ce numéro est finalement constitué de cinq articles auxquels s’ajoutent quatre entretiens. Ce choix éditorial, plutôt atypique, nous est apparu adapté pour deux raisons. D’une part, il permet de poser des jalons : les articles abordent des thèmes théoriques ou plus empiriques tandis que les entretiens reviennent sur l’histoire d’une pensée, ses évolutions, sa diversité et sur les « aventures humaines » à la base de tout projet scientifique. D’autre part, il met en avant la vivacité de cette école de pensée. En effet, les entretiens valorisent les réflexions générales d’auteurs majeurs de ce courant : Jean Cartelier, André Orléan, Jean-Michel Servet et Bruno Théret. Les articles sont surtout le fruit du travail de chercheurs « juniors ». En dehors de Nikolay Nenovsky, les auteurs du dossier (Thibault Laurentjoye, Léo Malherbe, Vittorio Mazzotta et Raphael Porcherot) sont doctorants ou jeunes docteurs. Que cette génération s’approprie ces réflexions, les fasse vivre et contribue à leur renouvellement constitue un signe encourageant.

3Ce texte introductif est subdivisé en deux temps : le premier se penche sur les origines du courant institutionnaliste et met en avant certains apports, les points de discussions et les possibles approfondissements ; le second temps présente rapidement les textes et les entretiens.

4Une remarque s’impose avant de présenter ce numéro. La conception de ce dernier touchait à sa fin quand un accident tragique a emporté l’un de ces auteurs. Vittorio Mazzotta nous a quittés le 26 novembre 2019 à l’âge de 28 ans. Vittorio avait commencé ses études universitaires à Lille et était, depuis 2015, doctorant au CEPN. L’article qu’il publie dans ce numéro porte sur la transformation des régimes monétaires en Europe. Son travail avait été accepté par le comité de rédaction avant l’accident et ne nécessitait plus que quelques retouches de forme. Ses directeurs de thèse, Tristan Auvray et Emmanuel Carré, ont effectué ces ultimes corrections. Nous sommes touchés qu’il ait soumis son travail à la Revue de la régulation et profondément meurtris par sa disparition. Ce dossier lui est dédié.

1. L’originalité d’un programme de recherche

5D’un point de vue théorique, l’institutionnalisme monétaire (IM) et l’approche instrumentale de la monnaie reposent sur des bases totalement différentes. La première sous-section se penche sur l’originalité du mouvement, ce en quoi il est alternatif et ce pourquoi il rejette les hypothèses propres à l’approche instrumentale. Une fois ce mouvement identifié, nous nous pencherons sur ses origines (§ 1.2.) et mettrons l’accent sur les principaux auteurs l’ayant inspiré, qu’ils soient économistes, sociologues ou anthropologues. Cela permet notamment de comprendre la diversité des voies qu’empruntent les recherches sur ce thème au sein de l’IM.

1.1. Une approche alternative

  • 1 « Réflexions sur la nature de la monnaie », 2002, au moment de la parution de La monnaie entre viol (...)

6En 2002, dans La Lettre de la régulation, Michel Aglietta et André Orléan résumaient comme suit leur vision de la monnaie : « ni marchandise, ni contrat, ni État, mais confiance1 ». Cette affirmation se démarquait des trois conceptions les plus communes en économie.

7Selon la première, la monnaie serait une simple marchandise, choisie à l’origine pour faciliter les échanges. Parmi les multiples objets échangés, certains posséderaient des qualités singulières (durabilité, divisibilité…) leur permettant de devenir monnaie. Pour faciliter les échanges, cette « marchandise » élue lubrifierait la mécanique de l’échange et participerait ainsi à la création des richesses. Cette interprétation est régulièrement reprise dans la littérature depuis John Locke et Adam Smith ; elle est fondamentale aux constructions théoriques de la pensée économique dominante, même si, au sein de ce corpus théorique et en dehors, elle est très peu investiguée. En d’autres termes, la monnaie-marchandise serait une condition nécessaire au développement d’un corpus de pensée, sans pour autant faire l’objet de nombreuses recherches.

8La deuxième approche, contractualiste, une variante de la première, cherche à microfonder la monnaie et postule un accord de type financier entre les diverses parties prenantes qui accordent à la monnaie une valeur d’échange. On en trouve des traces chez Von Mises et un développement approfondi dans les modèles à générations imbriquées. Kiyotaki et Moore (2002) présentent un modèle synthétique où la monnaie est conçue comme un actif. L’analyse des relations monétaires repose délibérément sur des dynamiques marchande et financière. L’approche contractuelle cherche alors à démontrer la supériorité d’un équilibre monétaire dans un cadre logique.

9Ces deux pistes peuvent être rapprochées de la « fable du troc », diffusée à partir de la fin du xviie siècle (Servet, 1988). Selon cette fable, la monnaie, qui apparaît pour faciliter les échanges, est politiquement neutre car les forces dont elle procède sont universelles.

  • 2 Naturaliser : attribuer un caractère naturel à un fait social.

En définitive, ces deux interprétations transforment les rapports, les placent en dehors de la sphère économique en les naturalisant2.

10La troisième approche ne repose pas sur une quelconque force universelle, mais cherche au contraire, les fondements de la monnaie dans le pouvoir de l’autorité publique. Les exemples de liens entre la monnaie et le pouvoir sont nombreux dans une perspective historique, (Boyer-Xambeu et al., 1986) et l’idée chartaliste très ancienne ; Jean Bodin les théorise (Blanc, 2006) et Georg Friedrich Knapp les réaffirme au début du xxe siècle : « la monnaie est une création du droit et peut subsister sans métaux monétaires car l’unité monétaire se définit non techniquement mais juridiquement » (Knapp, 1905, p. 282). Pour cette approche, la monnaie n’est pas un instrument du marché mais de l’État, auquel revient le soin de choisir les instruments qui seront ensuite utilisés comme monnaie. Ce dernier créerait ainsi des « organes » avec une visée politique. La « monnaie est un pur produit de la réglementation » étatique (Hall, 1982, p. 1554).

Ce courant de pensée est toujours influent. Dans Modern Monetary Theory (M.M.T.), Randall Wray reprend à son compte ce postulat pour analyser les relations monétaires actuelles (Berr et al., 2018) et actuellement, les auteurs néo-chartalistes travaillent à raviver ce courant (Desmedt & Piégay, 2007).

  • 3 Michel Aglietta, Jean Andreau, Mark Anspach, Jacques Birouste, Jean Cartelier, Daniel de Coppet, Ch (...)

11L’alternative proposée par M. Aglietta et A. Orléan (ainsi que les 11 auteurs qui co-signent l’introduction de l’ouvrage collectif La monnaie souveraine en 1998, dont J. Cartelier, J.- M. Servet et B. Théret3) se démarque de ces trois approches pour insister sur une relation pluridimensionnelle et symbolique, la confiance. Cette confiance inscrit les relations monétaires dans un processus social d’adhésion. Lorsqu’il fonctionne, le système de paiement peut se perpétuer. À l’inverse, sa fragilisation peut traduire une défiance plus générale dans le modèle et entraîner son effondrement, comme le montre l’exemple des assignats (Aubin, 1991) ou des crises hyperinflationnistes (Drabo, 2018). Les auteurs définissent trois niveaux de confiance dont la cohérence permet de perpétuer l’ordre monétaire : méthodique, hiérarchique et éthique. La confiance méthodique s’ancre dans la répétition des actes d’échange et le constat du bon fonctionnement des pratiques monétaires : elle fonde le caractère routinier des transactions. La confiance hiérarchique renvoie au rapport accepté de subordination à une autorité supérieure qui énonce les règles d’usage de la monnaie (et qui a le pouvoir de les changer), garantit les moyens de paiement et la valeur des signes monétaires. La confiance éthique renvoie aux valeurs véhiculées par les relations monétaires. Elle se situe au niveau des croyances d’un groupe social et de ses représentations. Pour Aglietta et Orléan (et al.), la monnaie est une institution fondamentale, non pas adossée au marché ou à l’État mais à une confiance collectivement instituée.

12En résumé, soit les analyses dominantes en économie naturalisent les phénomènes sociaux et n’attribuent à la monnaie que des fonctions instrumentales extérieures aux dynamiques politiques, soit elles hypostasient les relations politiques et font de l’État la seule entité apte à garantir la pérennité des instruments monétaires. Or, ces trois hypothèses : marchande, financière et politique, ne prennent pas suffisamment en compte les phénomènes concrets tels que l’acceptation ou le rejet de certaines monnaies. Ainsi, le cas des assignats montre par exemple que la loi ne suffit pas. En outre, les notions d’autorité, de violence, de souveraineté, de légitimité, de confiance ou de défiance, de contestations monétaires, etc. peuvent-elles être prises en compte par l’approche standard ? Les auteurs s’inscrivant dans l’IM considèrent justement que la prise en compte de ces phénomènes peut éclairer certaines zones occultées par les approches économiques traditionnelles.

1.2. Des influences croisées

13Les origines historiques de l’IM sont lointaines. Nombre d’écrits antiques indiquent que « l’argent » n’était pas neutre (Berthoud, 1981, 2004). Les auteurs préclassiques en Europe attribuent également une place centrale à la monnaie qu’ils conçoivent comme un fluide qui active le corps politique (Blanc & Desmedt, 2014). Les classiques vont plutôt rejeter l’hypothèse institutionnelle, mais le rejet n’est pas homogène et unanimement partagé. Karl Marx consacre de larges développements à la place de la monnaie dans le champ social, même si les liens entre la monnaie et la théorie de la valeur interrogent toujours les institutionnalistes – dans ce numéro, Raphael Porcherot traite directement cette question et Nikolay Nenovsky l’aborde également dans une perspective davantage historique.

  • 4 Qui vient d’être traduit en français (2019) par Marc Laudet aux éditions Classiques Garnier.

14Si l’influence de Marx est centrale, la réflexion institutionnelle contemporaine sur la monnaie se nourrit également des recherches conduites au début du xxe siècle. Le philosophe Georg Simmel situait l’argent au même niveau d’abstraction que Marx (Baldner & Gillard, 1996) en estimant qu’il contribuait à objectiver les rapports sociaux. De l’autre côté de l’Atlantique, les « anciens » institutionnalistes américains (Thorstein Veblen, Wesley Clair Mitchell et John R. Commons) s’intéressaient également aux phénomènes monétaires (Maucourant, 1994). Pour Veblen (1971 [1919]), même si la monnaie est liée à la circulation d’utilité sociale, elle est aussi le moyen par lequel s’exerce le pouvoir ; et ces deux dimensions sont très différentes (Maucourant 2016). Dans Institutional Economics (1934), Commons considère avant tout l’organisation de la société comme un tissu de dettes réglé par l’institution de la monnaie (Maucourant, 2001), et Mitchell pense que la monnaie traverse les « sphères » de la société : « the way men came to organize their dealings with one another on the basis of money payments, the way this scheme spread from one sphere to another, the material and cultural consequences to which it led » (Mitchell, 1944, p. 67). En France, dans les années 1930, François Simiand définit la monnaie comme une « réalité sociale ». Marcel Mauss, son contemporain, adhère à cette vision, estimant que : « La monnaie n’est nullement un fait matériel et physique, [mais] essentiellement un fait social : sa valeur est celle de sa force d’achat, et la mesure de la confiance qu’on a en elle. » (Mauss, 1914, p. 14) À la même période, Keynes participe également au questionnement. Le Traité sur la Monnaie4 (paru en 1930) s’ouvre sur des questions historiques, liées aux diverses formes monétaires (monnaie « administrée », « marchandise », « fiduciaire » et « bancaire »). Sous l’influence de Freud, il évoque au chapitre 35 de son ouvrage les rapports pulsionnels à l’argent (auri sacra fames, « cette maudite soif de l’or »), avant de déplorer, en conclusion : « Quand on se tourne vers le travail des économistes, dont les affaires sont “la pensée abstraite du monde”, on remarque combien peu de travaux sérieux à propos de la théorie monétaire il était possible de trouver, avant les remous des dernières années. » (Keynes, 1930, p. 882)

15Ainsi, avant la Seconde Guerre mondiale, à l’intérieur des sciences sociales, un dialogue nourri se penche sur la monnaie et les relations monétaires. Il en ressort des principes théoriques qui formalisent « l’essence » de la monnaie dans une perspective institutionnelle. Elle lie les sujets sociaux et, même si les contours de la définition du lien social sont l’objet de débats, cette vision de la monnaie est certainement un des soubassements théoriques les plus fondamentaux de l’IM. Dans ce contexte, les auteurs précités s’avèrent déterminants et sont, encore aujourd’hui, lus avec attention par les institutionnalistes (voir les entretiens qui composent ce dossier).

  • 5 Milton Friedman – qui avait pourtant suivi les cours de Mitchell à Columbia et qui connaissait très (...)
  • 6 Bernard Schmitt est considéré comme le fondateur de la théorie du circuit monétaire (voir Schmitt, (...)

16Après la Seconde Guerre mondiale, et malgré la montée en puissance des approches macroéconomiques pour lesquelles les relations fondamentales s’établissaient dans la sphère réelle5, le mouvement institutionnel ne s’éteignit pas. Dans le monde anglo-saxon, les travaux de Keynes furent entre autres poursuivis par Joan Robinson et Hyman Minsky. En France, Suzanne de Brunhoff (Bellofiore et al., 2018) et Bernard Schmitt eurent une ambition relativement proche. La première développa une approche marxiste de la monnaie, le second prolongea certaines intuitions keynésiennes6. Ces deux auteurs ont eu une activité intense dans les années 1960 et 1970 (voir, par exemple, Brunhoff, 1971 ; Schmitt, 1966). Latouche écrivait en 1973 :

Suzanne de Brunhoff […] La monnaie de crédit (privée) tire sa valeur de sa liaison avec la monnaie d’État, pourtant la valeur de celle-ci n’est ni sa définition-or ni la garantie de la banque centrale (nominalisme). Les deux monnaies sont dans une relation nécessaire avec les marchandises. On peut penser à une conception voisine de celle de Bernard Schmitt. (Latouche, 1973, p. 679)

Ces deux auteurs influenceront les économistes institutionnalistes au cours des années 1980.

17Dans le champ de la socio-économie, des anthropologues tels que Karl Polanyi ont enrichi l’analyse monétaire. Ce dernier, en développant l’étude de sociétés diverses par la confrontation des « monnaies primitives ou archaïques » avec des monnaies à usage spécial (special purpose money) ou encore à la monnaie moderne, où le pouvoir libératoire est général (all purpose money), théorise les différentes formes de monnaies. Chaque forme d’organisation sociale est liée à une forme de monnaie. Il existe donc une diversité de supports monétaires ; une observation reprise par André Orléan : « […] à tout social différent, monnaie différente » (Orléan, 2002, p. 33) et par Servet et al. (2016) qui reconnaissent l’universalité du phénomène monétaire ainsi que la spécificité des monnaies d’État contemporaines.

18Tous ces auteurs ont amorcé des réflexions disparates dont on pourrait néanmoins dégager deux piliers : la monnaie est un lien social essentiel et chaque organisation sociale va secréter des formes particulières. Ceci nous conduit directement aux approches contemporaines. Elles s’adossent à ces principes théoriques et forment école à partir de la fin des années 1970 et au début des années 1980. Deux ouvrages occupent une place symbolique par rapport à « l’origine » du mouvement : Marchands, salariat et capitalisme de Carlo Benetti et Jean Cartelier (1980) et La violence de la monnaie de Michel Aglietta et André Orléan (1982). Ces deux ouvrages se positionnent clairement par rapport à la démarche économique traditionnelle puisqu’ils placent les relations monétaires en amont des processus de transferts de biens et de services. En revanche, ils n’adoptent pas la même définition de la monnaie et des institutions, et leurs rapports aux autres sciences diffèrent. Ainsi, ces deux ouvrages marquent l’IM du sceau de la pluralité et cette tendance perdure même si l’une des deux branches (l’analyse monétaire7) est moins développée que l’autre. La pluralité traverse l’approche institutionnelle et il nous semble important de préciser un point avant d’analyser la diversité au sein de cette approche.

19Nous retenons la publication de ces deux ouvrages pour symboliser la naissance de l’approche institutionnelle à cette époque dans la mesure où cette tradition francophone est particulièrement vivante. Cette dynamique de recherche est vivante parce qu’elle est instituée, comme l’explique Bruno Théret (voir l’entretien qui lui est consacré dans ce numéro). La vivacité du mouvement est largement le fruit d’un effort collectif et de l’enchaînement de cinq séminaires, plus ou moins continus depuis 30 ans (Blanc & Fare, 2017). Ils ont nourri les échanges au cours desquels les chercheurs confrontent leurs propositions théoriques et étalonnent leurs représentations. D’un champ disciplinaire à l’autre, les chercheurs ne partagent pas nécessairement les mêmes cadres théoriques, les concepts ne sont pas toujours univoques et pour se doter d’un langage commun, la confrontation d’idées sur le long terme est centrale. L’alignement nécessaire à la collaboration scientifique entre disciplines repose sur la fréquence et la continuité des rencontres, tout comme la pérennité du mouvement. De plus, les réunions permettent aux jeunes générations de s’associer aux fondateurs historiques, de s’approprier les concepts forgés et de les retravailler pour façonner de nouveaux « outils théoriques ».

20Ces questionnements sont longtemps demeurés dans l’aire francophone, mais commencent à être connus et discutés par des chercheurs anglophones. Dans son ouvrage Dette, 5000 ans d’histoire (2011/2013), David Graeber s’intéresse, par exemple, aux « théoriciens de la dette primordiale » comme il les qualifie (il cite Aglietta, Orléan et Théret, auxquels il associe Ingham et certains post-keynésiens), pour finalement se montrer assez critique vis-à-vis de ce courant, adossé selon lui à un concept problématique en soi, celui de « société ». Il doute que quiconque puisse être endetté vis-à-vis de la société, et résume ainsi sa proposition : « comment payer une dette à quelque chose d’aussi diffus ? » (Graber, 2013, p. 85). Selon lui, le problème fondamental réside dans le fait que « les théoriciens de la dette existentielle finissent toujours par trouver des moyens de justifier – ou de revendiquer – des structures d’autorité. » (Graber, 2013, p. 87-88). Au final, il ne conçoit pas la dette comme impliquant des relations verticales (Théret, entretien dans ce numéro), mais son approche n’est pas représentative de ce qui est développé au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

  • 8 Le « marquage » (earmarking) regroupe un ensemble d’usages particuliers de l’argent qui permettent (...)

21Au sein des recherches anglo-saxonnes qui développent une approche institutionnelle de la monnaie, on trouve deux grandes traditions, selon les préoccupations des auteurs. Soit elles se portent plutôt sur le rôle de l’État (Wray, Ingham, Desan…), soit elles sont plus influencées par une approche anthropologique à la Polanyi (Bloch et Parry, Zelizer…). Une bonne synthèse, qui reprend des communications présentées à l’occasion des 20 ans de la parution de The social meaning of money de Zelizer, peut être trouvée dans Bandelj et al. (2017). Professeure de sociologie Zelizer développe la notion de « marquage monétaire8 » : « The earmarking of money is thus a social process: money is attached to a variety of social relations rather to individuals » (Zelizer, 1994, p. 25). Il existe également des liens avec des intuitions développées par Veblen dans Theory of the Leisure class (1899), notamment lorsqu’il distingue la nature des dépenses selon les classes sociales (voir Polillo, 2017). Bill Maurer ou Nigel Dodd ont tenté d’appliquer cette approche à des « objets » récemment apparus dans la sphère des paiements tels que le bitcoin (Maurer, 2013, 2017 ; Dodd, 2017a et b ; Orléan, 2019).

22Sur un terrain plus historique, Geoffrey Ingham défend l’idée selon laquelle la monnaie « représente une forme de souveraineté, et de fait ne peut être comprise sans référence à une autorité » (Ingham, 2004, P. 12). Pour sa part, Christine Desan rapproche l’histoire politique et monétaire anglo-saxonne (Royaume-Uni et États-Unis) pour postuler qu’il existe un « constitutionnalisme monétaire » et que les formes de monnaie (métal ou papier) s’articulent à certaines formes délibératives. Toujours dans le domaine historique, signalons l’impressionnante initiative de l’éditeur Bloomsbury qui vient de faire paraître six tomes (1 600 pages) d’une Cultural History of Money, de l’antiquité à nos jours (Maurer, 2019).

23Enfin, dans sa très bonne synthèse sur The Social Life of Money, Nigel Dodd passe en revue les nombreuses options qui s’offrent à ceux qui souhaitent s’éloigner d’une vision purement instrumentale. Il plaide pour la diversité des approches : « There is no unique sociological angle to illuminate the nature of money. » (Dodd, 2014, p. 394)

2. Les Articles et les entretiens : la théorie de la valeur, un objet de discussion toujours vivant

24Les cinq articles et les quatre entretiens qui composent ce dossier offrent des éclairages différents sur l’IM et sa diversité. Le travail de Porcherot discute les relations souvent problématiques entre valeur-travail et monnaie. Les deux textes de Nenovsky proposent une mise en perspective originale des travaux de Cartelier et de Struve d’une part, d’Orléan et de Rubin d’autre part. Nenovsky analyse les recherches conduites durant l’entre-deux-guerres par les auteurs russes (Struve et Rubin) et construit des parallèles avec les analyses de nos contemporains. L’article de Laurentjoye et Malherbe se confronte à une controverse propre à la pensée postkeynésienne et propose une lecture institutionnaliste, pour la dépasser. Enfin, l’article de Mazzotta retravaille le concept de « régime monétaire » pour qualifier les transformations de la structure des capitaux en Europe. Les entretiens mettent en avant les parcours intellectuels d’auteurs importants par rapport à l’IM en France et renvoient directement à la construction d’une école de pensée. Trois d’entre eux : Jean Cartelier, André Orléan et Bruno Théret ont répondu à une série de questions similaires mais relativement ouvertes. Ce choix éditorial laisse beaucoup de liberté aux auteurs et leurs réponses traduisent la diversité d’approches valorisée par ce dossier. Pour des raisons contingentes, le corpus de questions posées à Jean-Michel Servet était différent. Quoi qu’il en soit, associés, les quatre entretiens offrent une vue synoptique de ce courant de pensée.

2.1. La valeur et la monnaie, une question en suspens

25Cet ensemble de textes prolonge des débats parfois anciens sur les relations entre la monnaie et la théorie de la valeur, mais aussi sur les différents courants de pensée des sciences économiques. Les questionnements sur les rapports entre la théorie de la valeur et la monnaie sont toujours au centre de discussions et L’empire de la valeur (Orléan, 2011a), par exemple, a suscité de nombreux échanges entre l’auteur de cet ouvrage et une spécialiste des analyses marxiennes (Orléan, 2011b ; Harribey, 2011). La confrontation d’idées est riche, mais il ne semble pas qu’elle ait débouché sur un véritable consensus entre les protagonistes. Dans ce contexte ouvert, l’article de Porcherot participe au débat. Il reprend une question toujours en « suspens » et propose une analyse qui ne rejette pas la théorie de la valeur. Porcherot relit Le capital et les travaux de certains auteurs marxiens pour analyser ce problème. Selon lui, les controverses proviennent certainement du cadre théorique marxien, qui ne serait pas assez unifié, notamment des concepts de valeur-travail, de transformation des valeurs en prix et de monnaie qui autoriseraient des interprétations parfois différentes. L’article cherche à démontrer que des possibilités de discussion existent et que la théorie du travail abstrait n’est pas obligatoirement incompatible avec une théorie institutionnelle de la monnaie. Il distingue, dans un premier temps, la définition marxienne du travail abstrait comme mesure de la valeur et la validation sociale des travaux privés dans l’échange. Cette distinction lui permet d’expliquer comment la valeur peut provenir de la production tout en étant révélée dans la circulation. Cette première partie, conceptuelle, permet à Porcherot de contourner l’opposition apparente entre la théorie marxienne de la valeur et la théorie institutionnaliste de la valorisation. Ces dernières ne s’opposent pas obligatoirement, elles portent sur des objets de nature différente que l’auteur cherche à articuler. Plus précisément, il cherche le point de jonction entre le fétichisme et la valeur. Moins directement et dans une tout autre perspective, Nenovsky aborde également les liens entre la monnaie et la théorie de la valeur en montrant que ces questions sont récurrentes et qu’elles reposent également sur des approches différentes.

2.2. La diversité des approches

26Les textes et les entretiens mettent également l’accent sur un point très discuté dans le champ de l’hétérodoxie. Quelle place occupent les hypothèses (Amable et al., 1995) ? Sont-elles des postulats ou des conjectures ? Les deux textes de Nenovsky abordent indirectement ce sujet (tout comme celui des relations entre valeur et monnaie) et montrent que la perspective adoptée par le chercheur pose des questions récurrentes, anciennes et toujours en suspens. Nenovsky analyse des travaux d’intellectuels russes, produits entre les deux guerres, et établit une filiation entre : d’un côté les apports de Cartelier et Struve (1871-1944) ; de l’autre, ceux d’Orléan et de Rubin (1886-1937). Selon Nenovsky, Struve et Cartelier appartiendraient tous deux au courant de l’« analyse monétaire » et privilégiaient un système de représentations comptables : la monnaie est un lien social quantitatif qui annule les dettes liées au transfert de marchandises et assure la coordination ex-post entre les agents par rapport à des quantités. Dans l’entretien, Cartelier revient largement sur l’importance des processus de coordination : « coordination ex post. Les actions individuelles décentralisées ne sont pas généralement mutuellement compatibles. La coordination par le marché est le processus par lequel la compatibilité mutuelle s’instaure » (Cartelier, entretien publié dans ce numéro). Sans monnaie, la coordination ex post lui semble impossible, ce qui bloque les processus d’échange. Dans le modèle walrasien cité en exemple, en l’absence de monnaie, c’est le secrétaire de marché qui assure la coordination. Si la présence du secrétaire en question, en tant qu’hypothèse (postulat), est rejetée, la coordination a posteriori est impossible. Struve et Cartelier cherchent à construire un modèle déductif, lié à des hypothèses clairement définies, où la monnaie est une condition de l’ordre marchand. Dans un second texte, Nenovsky se penche sur les travaux de Rubin et Orléan. Ces derniers défendent une « approche monétaire9 » qui attribue à la monnaie une « nature » qualitative où la coordination des agents est assurée par des liens de subordinations. Parce qu’elle est une institution, la monnaie est une « force sociale sui generis qui naît du collectif et qui s’impose aux individus » (Orléan, entretien publié dans ce numéro). Elle s’impose aux individus qui se conforment ainsi à un ordre social qu’elle valide en même temps. La monnaie fait autorité et canalise les pratiques sociales dans une direction conforme à la cohésion du groupe. Cette approche place les relations monétaires au cœur de mécanismes de coordination liés à un processus social hiérarchisé. Dans le cadre d’une démarche de conceptualisation générale du fait monétaire qui leur est commune, Rubin/Orléan et Struve/Cartelier ne formulent pas le même type d’hypothèses et leurs travaux suivent des voies différentes.

  • 10 Pour Jean Cartelier, la monnaie est un lien social quantitatif (voir l’entretien). Les approches qu (...)

27La persistance de certains questionnements analysés par Nenovsky interpelle et montre que certaines questions demeurent. Ses travaux permettent également de dégager une première grille de lecture pour comprendre l’IM. Cependant, cette dernière ne suffit pas et l’IM est traversé, voire structuré par d’autres lignes : le rapport au terrain et à la théorie économique, par exemple. Alors que certains auteurs privilégient une démarche formelle et logique et s’affranchissent du terrain (voir supra), d’autres le valorisent. Dans leurs entretiens, les quatre auteurs abordent clairement cette question. Cartelier revendique un certain détachement vis-à-vis de l’observation : « il ne s’agit pas de rendre compte de situations empiriques historiquement situées » (Cartelier, entretien publié dans ce numéro), mais plutôt de construire un modèle théorique logique pour démontrer l’importance de l’institution monétaire (voir les articles de Nenovsky présentés supra). En revanche, Orléan, dans ses travaux sur l’Allemagne qu’il mobilise largement dans l’entretien, mais aussi Servet et Théret soulignent l’importance de la relation au terrain dans leurs travaux. Ils s’inscrivent dans une tradition socio-économique qui bâtit des concepts et les confronte aux observations pour juger de leur pertinence. « Les hypothèses inférées par abduction à partir de diverses études de cas à l’issue d’un séminaire de recherche étant destinées à être testées par induction dans l’étape suivante » (Théret, entretien publié dans ce numéro). Ces auteurs expriment aussi des lignes de « partage », plus ou moins perméables, qui traversent l’IM : le lien social quantitatif versus l’élément qualitatif10 qui s’inscrit dans un processus social ; la démarche fondée sur un modèle formel hypotético-déductif versus un modèle abductif et/ou inductif adossé à l’observation.

28Si l’article de Nenovsky et les entretiens illustrent clairement la pluralité des courants, les autres textes s’intéressent à d’autres thèmes. Ils s’attachent plutôt à un courant, voire traversent les courants, comme le montre l’article de Porcherot. Celui-ci ne s’appuie pas directement sur un terrain, mais discute l’approche monétaire sous un angle théorique. Il reprend les concepts forgés par Marx et les articule finement pour démontrer la possibilité de concilier valeur et monnaie. Le travail de Mazzotta est ancré dans un terrain et traduit bien la démarche présentée par Théret dans l’entretien (abduction-déduction). Mazzotta confronte des concepts forgés au sein de la théorie de la régulation, en particulier celui de régime monétaire, à un terrain, la zone euro. L’auteur juge ce concept imprécis, décrivant des dynamiques sociales polymorphes, ce qui limite la compréhension de problèmes spécifiques à la zone qui l’intéresse. Il retravaille l’idée de régime monétaire par rapport à son terrain et distingue deux niveaux. Le premier identifie l’architecture institutionnelle à l’origine des compromis entre les détenteurs de capitaux industriels et financiers. Le second se penche sur les dynamiques politiques à l’origine de la reproduction du régime en temps normal et de sa résilience en temps de crise. Ensuite, il confronte ce nouveau cadre théorique aux transformations contemporaines de la zone euro. Au sein de l’espace monétaire européen, le capital financier occupe une position dominante vis-à-vis du capital industriel. Selon l’auteur, cette relation favorise les créanciers par rapport aux débiteurs et le « capital fictif » devient la forme de plus en plus commune de capital financier. Les politiques monétaires et la réglementation financière permettent ce mouvement et stabilisent des compromis entre créanciers et débiteurs, compromis nécessaires à l’accumulation du capital fictif.

2.3. Le dialogue entre les sciences et au sein des sciences économiques

29Nous n’avons pas traité jusqu’ici le rapport des auteurs aux autres disciplines (hormis la socio-économie) et leurs capacités de dialogue au sein des sciences économiques. Nous avons choisi d’isoler ce point, car il peut nourrir la réflexion sur la diversité des approches au sein de l’IM. En dehors de Cartelier, qui adopte une démarche singulière : « je me suis cantonné principalement à des travaux de théorie économique abstraite » (entretien publié dans ce numéro), les auteurs interviewés comme les auteurs des articles reflètent une analyse de la monnaie attentive à la « la multiplicité de ses dimensions et en tant que réseau et processus » (Théret, entretien publié dans ce numéro). Dans les pas d’Émile Durkheim, Orléan juge que la valeur économique, et donc la monnaie, n’est pas distincte des autres valeurs sociales. Elles procèdent des mêmes logiques et constituent des motifs raisonnables à l’action. L’action économique n’est pas un domaine à part, elle n’est pas régie par des lois endogènes. Pour toutes ces raisons, mais aussi parce que les sciences économiques n’ont pas forgé tous les concepts nécessaires à la compréhension du phénomène monétaire, les institutionnalistes, en général, peuvent se tourner vers d’autres sciences. Ils y puisent et/ou en adaptent des éléments de réflexion opératoires pour comprendre la monnaie. Ils font également dialoguer les différentes écoles au sein des sciences économiques. L’article de Laurentjoye et Malherbe étend à l’IM des questions posées par Robert Boyer (2011) sur les relations entre l’approche postkeynésienne et la théorie de la régulation. Il discute la théorie postkeynésienne de l’endogénéité de la monnaie et propose une distinction entre les approches dites de l’endogénéité évolutionnaire et de l’endogénéité révolutionnaire. Ces approches ne s’accordent pas sur les logiques d’ajustement de la quantité de monnaie vis-à-vis de la demande. Laurentjoye et Malherbe s’inscrivent dans une démarche critique et proposent de dépasser cette opposition en introduisant les apports de l’IM. Ils historicisent la démarche et formulent l’hypothèse d’un système monétaire idéal-typique, fondé sur deux types de monnaie : la monnaie métallique et la monnaie moderne. Cette expérience de pensée met en exergue, avec la monnaie métallique, une contrainte liée à la disponibilité en métal quand la demande de monnaie augmente. Les théories du fractionnement monétaire, issues de l’IM, permettent selon eux de dépasser cette contrainte.

Conclusion

30Ce dossier consacré à l’IM souligne la vivacité de ce courant de pensée. Il prolonge un mouvement intellectuel démarré en économie par des personnalités comme Veblen, Commons, Keynes, Mitchell, etc., mais aussi par des sociologues, Simmel, Simiand ou des socio-économistes tels que Polanyi. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, l’IM est renouvelé par les travaux coordonnés par Aglietta et Orléan. Ces derniers mettent en place un séminaire (auquel participent des dizaines de chercheurs, outre Cartelier, Servet et Théret) dont va émerger une dynamique intellectuelle toujours vivante. Désormais, de nombreux chercheurs se rencontrent régulièrement et font vivre cette approche. Les jeunes générations aussi s’investissent, comme le montre l’exemple de ce numéro spécial. Pour l’essentiel, cette école de pensée réfute les hypothèses les plus généralement partagées de l’économie standard au sujet de la monnaie. Celle-ci n’est ni une marchandise, quelle que soit sa forme, ni une simple « émanation » de l’État. Pour les institutionnalistes, la monnaie procède de logiques sociales complexes : c’est un phénomène social total qui mêle des rapports de confiance, de souveraineté, de dette et de partage dans leurs dimensions les plus archaïques (Servet, entretien publié dans ce numéro). Dès lors, il ne semble pas réellement possible de saisir la monnaie dans un environnement mono-disciplinaire et les apports de plusieurs sciences s’avèrent nécessaires. Dans ce contexte, l’essentiel des économistes institutionnalistes recourent aux apports de l’histoire, de la philosophie, de l’anthropologie, de la sociologie et de la psychanalyse, pour analyser la monnaie. Ils cherchent dans ces différentes disciplines des principes théoriques ou des concepts pour analyser des phénomènes empiriques ou pour construire une représentation formelle qui n’existerait pas sans monnaie. Au sein de l’IM, seul le courant de « l’analyse monétaire » tend vers une démarche mono-disciplinaire. Il prend des distances avec les terrains et il ne cherche pas à expliquer des réalités effectives. Il s’intéresse aux économies abstraites et pose l’hypothèse institutionnelle à partir de laquelle un enchaînement de principes est déduit. Les articles publiés dans ce dossier participent à cette réflexion globale : certains confrontent les concepts établis au sein d’une école (la régulation) et les confrontent à un terrain (la zone euro), les remodèlent pour mieux comprendre les transformations contemporaines de cet espace politique. D’autres « incorporent » des éléments du corpus institutionnaliste (les différentes formes de monnaie) à la théorie de l’endogénéité de la monnaie pour réconcilier des positions différentes. D’autres enfin permettent d’identifier les différents types d’approches au sein de l’IM et posent des questions récurrentes dont l’issue est toujours discutée. Cet ensemble de contributions renvoie à la dimension « totale » de la monnaie et à la phrase de Mitchell citée en exergue de cette introduction. La monnaie est partout mais ses implications sociales sont souvent souterraines. Elle est parfois cachée, mais elle soutient et nourrit l’arborescence sociale.

Servet J-M. (1988), « La monnaie contre l’Etat ou la fable du troc », in Kahn P., Droit et monnaie : états et espace monétaire transnational, Litec, p. 49-62.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. & A. Orléan (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Paris, Éditons Odile Jacob.

Aglietta M., J. Andreau, M. Anspach, J. Birouste, J. Cartelier, D . de Coppet, C. Malamoud, A. Orléan, J-M. Servet, B. Théret & J-M. Thiveaud (1998), « Introduction », in La Monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Alary P., J. Blanc, L. Desmedt & B. Théret (dirs) (2016), Théories françaises de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

Amable B., Boyer R. & F. Lordon (1995), « L’ad hoc en économie : la paille et la poutre », in Amable B. (dir.) (1995), L’économie devient-elle une science dure ?, Paris, Economica, p. 267-290.

Aubin C. (1991), « Les assignats sous la Révolution française : un exemple d’hyperinflation », Revue économique, vol. 42, n°4, p. 745-762.

Baldner J.-M. & L. Gillard (dir.) (1996), Simmel et les normes sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Bandelj N., Wherry F. & V. Zelizer (2017), Money Talks, explaining how money really works, Princeton, Princeton University Press.

Benetti C. & J. Cartelier (1980), Marchands, salariat, capitalistes, Presses universitaires de Grenoble.

Blanc J. (2006), « Les monnaies de la république. Un retour sur les idées monétaires de Jean Bodin », Cahiers d’économie Politique/Papers in Political Economy, vol. 50, no 1, p. 165-189, consulté le 30 janvier 2020, https://doi.org/10.3917/cep.050.0165.

Blanc J. & L. Desmedt (dir.) (2014), Les pensées monétaires dans l’histoire, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l’économiste ».

Blanc J. & M. Fare (2017), « La monnaie, éclairages et débats institutionnalistes », Économie et institutions [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 31 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ei/6104 ; DOI : 10.4000/ei.6104.

Bellofiore R., Cohen D., Durand C. & A. Orléan (dir.) (2018), Penser la monnaie et la finance avec Marx. Autour de Suzanne de Brunhoff, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Économie, gestion et société ».

Berthoud A. (1981), Aristote et l’Argent, Paris, Maspero, coll. « Intervention en économie politique ».

Berthoud A. (2004), « Monnaie et mesure chez Aristote », in Drach M. (2004), L’Argent, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 85-93.

Berr E., Monvoisin V. & J-F. Ponsot (2018), L’économie post-keynésienne. Histoire, théories et politiques, Paris, Le Seuil.

Boyer R. (2011), « Post-keynésiens et régulationnistes : une alternative à la crise de l’économie standard ? », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 30 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9377 ; DOI : 10.4000/regulation.9377.

Boyer-Xambeu M.T., Deleplace G. & L. Gillard (1986), Monnaie privée, pouvoir des princes, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Cartelier, J. (2018), Money, markets and capital, Routledge.

Commons J. R. (1934), Institutional Economics, Its Place in Political Economy, New Brunswick (N.J.), Transaction Publishers, 2 volumes.

De Brunhoff S. (1971), L’offre de monnaie, Paris, Maspero.

Deleplace G. & E-J. Nell, eds, (1996), Money in Motion, The Post Keynesian and Circulation Approaches, MacMillan, Londres.

Desan C. (2005), « The market as a Matter of Money: Denaturalizing Economic Currency in American Constitutional History », Law and Social Inquiry, vol. 30, p. 1-60.

Desan C. (2015), Making Money: Coin, Currency, and the Coming of Capitalism, Oxford University Press.

Desmedt L. & P. Piégay (2007), « Monnaie, État et Production: apports et limites de l’approche néo-chartaliste », Cahiers d’économie Politique/Papers in Political Economy, vol. 52, no 1, p. 115-133, consulté le 30 janvier 2020, https://doi.org/10.3917/cep.052.0115.

Dodd N. (2014) The Social Life of Money, Princeton University Press.

Dodd N. (2017a), The social life of Bitcoin, Theory, Culture & Society, http://eprints.lse.ac.uk/69229.

Dodd N. (2017b) « Utopian monies : Complementary currencies, Bitcoin, and the social life of money », in Bandelj N., Wherry F. & V. Zelizer (2017), Money Talks, explaining how money really works, Princeton, Princeton University Press, p. 230-247.

Drabo D. (2018), « De la réforme agraire à l’hyperinflation : l’expérience zimbabwéenne (1997-2008) », Revue de la régulation, n° 24, 2nd semestre, https://journals.openedition.org/regulation/13846

Faudot A., Massonnet J. & J-F. Ponsot (2018), La monnaie en tant que relation sociale. Enjeux théoriques et portée institutionnelle », Revue Interventions économiques, n° 59, [En ligne].

Fontaine L. (2008), Alternative Exchanges: Second-Hand Circulations from the Sixteenth Century to The Present. Oxford, Berghahn.

Graeber D. (2011), Debt : the First Five Thousand Year, Brooklyn, N-Y, Melville House.

Hall R. E. (1982) « Monetary trends in the United States and the United Kingdom. A review from the perspective of new developments in monetary economics », Journal of Economic Literature, vol. 20, no 4, p. 1552–1556, consulté le 30 janvier 2020, JSTOR, www.jstor.org/stable/2724833.

Harribey J. -M. (2011), « André Orléan, L’empire de la valeur, Refonder l’économie, Paris, Le Seuil, 2011. La valeur, ni en surplomb, ni hors-sol », Note de lecture, Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 31 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9483.

Ingham G. (2004), The Nature of Money, Polity Press, Cambridge.

Knapp G-F. (1905), « Staatliche Theorie des Geldes », in Leipzig M., The State Theory of Money, Londres, Duncker & Humblot, Macmillan.

Kerslake C. (2015), « Marxism and money in Deleuze and Guattari’s Capitalism and Schizophrenia: On the conflict between the theories of Suzanne de Brunhoff and Bernard Schmitt », Parrhesia, no 22, p. 38-78, consulté le 30 janvier 2020, http://www.parrhesiajournal.org/parrhesia22/parrhesia22_kerslake.pdf.

Keynes, J.M. (2019) [1930], Le Traité sur la Monnaie, Paris, Classiques Garnier.

Kiyotaki, N. & J. Moore (2002), « Evil is the root of all money », The American Economic Review, vol. 92, no 2, p. 62-66.

Locke J. (1989) [1691], « Some Considerations of The Consequences of the Lowering of Interest, and Raising the Value of Money », in Several Papers relating to Money, Interest and Trade, etc., Reprints of Economic Classics, New York, A.M. Kelley Publishers.

Maucourant J. (1994), La monnaie dans la pensée institutionnaliste (veblen, mitchell, commons et polanyi), Thèse de doctorat en Sciences Économiques, Université de Lyon 2.

Maucourant J. (2001), « L’institutionnalisme de Commons et la monnaie », Cahiers d’économie Politique/Papers in Political Economy, vol. 40-41, no 2, p. 253-284, consulté le 30 janvier 2020, https://doi.org/10.3917/cep.040.0253.

Maucourant J. (2016), « Théorie du système prédateur, une lecture de Thorstein Veblen », in Mohamad S. & J. Maucourant (dir.), État, rente et prédation, Presses de l’Ifpo, Université de Technologie et de Sciences appliquées Libano-Française, 332 p.

Maurer B., Nelms T-C. & L. Swartz (2013), « When perhaps the real problem is money itself! The practical materiality of Bitcoin », Social Semiotics, vol. 23, no 2, p. 261-277, consulté le 30 janvier 2020, https://www.researchgate.net/deref/http%3A%2F%2Fdx.doi.org%2F10.1080%2F10350330.2013.777594.

Maurer B. (2017), « Blockchains are a diamond’s best friend », in Bandelj N., Wherry F. & V. Zelizer (dir.), Money Talks, explaining how money really works, Princeton, Princeton University Press, p. 215-229.

Maurer B. (dir.) (2019), A Cultural History of Money, 6 tomes, Londres, Bloomsbury Academic.

Mauss M. (1914), « Les origines de la notion de monnaie, 1914, Communication faite à l’Institut français d’anthropologie », Comptes-rendus des séances II, tome I, supplément à l’Anthropologie, n° 25, pp. 14 à 19.

Mitchell W. C. (1916), « The role of money in economic theory », The American Economic Review, vol. 6, no 1, p. 140-161, consulté le 30 janvier 2020, URL : https://www.jstor.org/stable/1803798.

Mitchell W. C. (1944), « The role of money in economic history », The Journal of Economic History, vol. 4, no 1, p. 61-67, consulté le 30 janvier 2020, https://doi.org/10.1017/S0022050700053377.

Orléan A. (2011a), L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Orléan A. (2011b), « Réponse à Jean-Marie Harribey », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 31 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9502.

Orléan, A. (2002), « La monnaie contre la marchandise », L’Homme [En ligne], 162 | avril-juin 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 31 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/155 ; DOI : 10.4000/lhomme.155

Orléan A. (2019), « La communauté bitcoin », Esprit, juillet-août, n° 7-8, p.47-58.

Polanyi K. (1983), La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris, Gallimard.

Polillo S. (2017), « From industrial money to generalized capitalization », in Bandelj N., Wherry F. & V. Zelizer, Money Talks, explaining how money really works, Princeton, Princeton University Press.

p. 89-106

Servet J. -M., Théret B. & Y. Zeynep (2016), « Universalité du fait monétaire et pluralité des monnaies. De la confrontation coloniale à la rencontre des sciences sociales », in Alary P., Blanc J., Desmedt L. & B. Théret, Théories françaises de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

Schmitt B. (1966), Monnaie, salaires, profits, Paris, Presses universitaires de France.

Schmitt B. (1975), Théorie unitaire de la monnaie, nationale et internationale, Albeuve, Castella.

Veblen T. (1899), The Theory of the Leisure Class: An Economic Study in the Evolution of Institution, Macmillan, p. 400.

Veblen T. (1971) [1919], Les ingénieurs et le capitalisme, traduit de l’anglais The Engineers and the Prices System par C. Gajdos et présenté par L. Rigal, Paris, Gramma, Gordon & Breach.

Zelizer V. (1994), The Social Meaning of Money, New York, Basic Books.

Haut de page

Notes

1 « Réflexions sur la nature de la monnaie », 2002, au moment de la parution de La monnaie entre violence et confiance chez Odile Jacob.

2 Naturaliser : attribuer un caractère naturel à un fait social.

3 Michel Aglietta, Jean Andreau, Mark Anspach, Jacques Birouste, Jean Cartelier, Daniel de Coppet, Charles Malamoud, André Orléan, Jean-Michel Servet, Bruno Théret et Jean-Marie Thiveaud, 1998.

4 Qui vient d’être traduit en français (2019) par Marc Laudet aux éditions Classiques Garnier.

5 Milton Friedman – qui avait pourtant suivi les cours de Mitchell à Columbia et qui connaissait très bien l’approche monétaire de Keynes – chercha à « neutraliser » la monnaie pour limiter les effets nocifs de politiques actives. Il relégua, au sein de l’école de Chicago, la monnaie à de simples relations quantitatives.

6 Bernard Schmitt est considéré comme le fondateur de la théorie du circuit monétaire (voir Schmitt, 1966, 1975). Sur les liens entre les théories de Brunhoff et de Schmitt, voir Kerslake (2015) ou bien Deleplace & Nell, (1996) : « in Schmitt the rejection of Patinkin’s solution and the reinterpretation of Keynes’ General Theory have probably given the main impulse to the present circulation approach » (p. 10).

7 Pour une définition de l’analyse monétaire, voir l’article de Raphael Porcherot dans ce numéro.

8 Le « marquage » (earmarking) regroupe un ensemble d’usages particuliers de l’argent qui permettent d’indiquer le type de relations entre les sujets engagés dans une transaction particulière.

9 Pour la définition de l’approche monétaire, voir l’article de Raphael Porcherot dans ce numéro.

10 Pour Jean Cartelier, la monnaie est un lien social quantitatif (voir l’entretien). Les approches qualitatives ne contestent pas ce type de lien mais elles valorisent également la confiance, la souveraineté, l’importance de la dette, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alary et Ludovic Desmedt, « Les divers courants de l’institutionnalisme monétaire : un état des lieux », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/16030 ; DOI : 10.4000/regulation.16030

Haut de page

Auteurs

Pierre Alary

Enseignant chercheur au Clersé, Université de Lille 1, Chercheur associé au Case (centre d’Asie du Sud-Est), EHESS, pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Ludovic Desmedt

Université de Bourgogne - Franche Comté, LEDi (EA 7467), Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page