Navigation – Plan du site
Éditorial

Espoirs et désespoirs de la recherche économique en France

Qu’est-ce qui fait vivre la recherche en économie ?

Texte intégral

  • 1 Ce dialogue est explicité in Labrousse & Michel (2017).

1La recherche institutionnaliste est active et diverse comme l’illustre encore ce numéro 26 de la Revue de la régulation. Dans la section varia, le lecteur découvrira une analyse originale du Capital au xxie siècle de Thomas Piketty issue de la radical political economy (McDonough). Cette contribution s’inscrit dans un dialogue constructif entre la théorie de la social structure of accumulation et la théorie de la régulation1. L’article de Botte & Dallery illustre bien l’importance de la réflexivité du chercheur dans la progression de sa recherche : les auteurs testent ici l’effet du choix des paramètres sur les résultats d’un modèle (en l’occurrence le modèle post-kaleckien Bhaduri-Marglin) ce qui permet d’en préciser les limites. Enfin, l’article de Charles démontre, dans le cadre d’un modèle post-keynésien issu de Charles, Dallery & Marie (2015), que la valeur du multiplicateur budgétaire est une variable endogène à l’activité économique, résultat qui « ne plaide pas en faveur des politique d’austérité » en période de chômage.

2La variété des thèmes proposés dans les autres sections de ce numéro devrait permettre à tout lecteur d’y trouver aussi des ressources pour sa réflexion :

3• Quelles leçons tirer des crises du Moyen-Âge (Arnoux) ? Les inégalités économiques ont-elles déterminé le résultat de l’élection présidentielle US en 2016 (Komlos) ?

4• Deux notes de lecture, sur L’économie politique de la Russie de Julien Vercueil (Chavance) et sur Vers une médecine collaborative. Politique des maisons de santé pluri-professionnelles de Martine Vezinat (Rauly).

5• Les présentations de trois thèses sur la financiarisation de l’économie sud-coréenne depuis 1997 (Debanes), sur l’analyse des déterminants des « migrations climatiques » en Afrique de l’Ouest (Diallo), et sur les facteurs d’inégalité dans l’accès et le financement des soins au Tadjikistan (Pellet).

De la monnaie, révélateur des rapports de l’économiste aux autres sciences sociales

  • 2 Par exemple : no 23 J.-M. Servet, « Repenser en interdisciplinarité et dans sa diversité l’universa (...)
  • 3 Comme tous les articles scientifiques de la revue, les textes publiés dans nos dossiers sont évalué (...)

6Le dossier de ce numéro 26 propose aussi une relecture des recherches institutionnalistes dans le champ de la monnaie. Ce thème est régulièrement présent dans la Revue2. Mais il s’agit ici, pour les articles publiés3, de répondre à la question un peu troublante d’une diversité d’approches au sein de l’institutionnalisme monétaire.

7Troublante parce que le sens commun aime à croire qu’une chose est exacte ou fausse, et qu’il ne peut donc y avoir plusieurs approches en concurrence. Le même sens commun irrigue la critique mainstream, selon laquelle la diversité, des méthodes ou des approches, serait signe de non-scientificité. Il n’y a pourtant pas de one best way en recherche scientifique, quelle que soit la discipline en sciences de la nature ou en sciences sociales, et l’histoire des sciences enseigne que le progrès des connaissances n’est pas linéaire. Et, y compris dans les sciences de la nature si souvent présentées comme un modèle pour les sciences sociales, la logique du « tiers exclu » (une proposition est soit « vraie » soit « fausse ») ne conduit pas nécessairement à l’acceptation ou au rejet définitif de cette proposition, mais à la resituer dans les différents niveaux de complexité du réel.

8De ce fait, la défense du pluralisme a aussi ses exigences : la qualité heuristique du cadre d’analyse appelle un effort constant de réflexivité, notamment pour concevoir à quel point, à quel niveau ce pluralisme fait cohérence (cf. par exemple Orléan (2005) ou Postel (2007)). Le lecteur, même s’il ne travaille pas sur la question de la monnaie, trouvera donc un grand intérêt à la lecture des articles de ce dossier (Mazzotta ; Laurentjoye et Malherbe ; Porcherot ; Nenovsky), bien mis en perspective par l’introduction de Alary et Desmedt ainsi que par les grands entretiens avec quatre auteurs français de référence dans ce champ : Jean Cartelier, André Orléan, Jean-Michel Servet et Bruno Théret.

Des conditions de production de la connaissance scientifique au xxie siècle

9Ce numéro, comme tous les autres, n’existerait pas sans ressources matérielles stables. Le scientifique ne se nourrit pas seulement d’idées. Une revue, c’est aussi tout un travail invisible de secrétariat, de traitement technique des fichiers, de gestion informatique, d’administration du support de diffusion (web ou papier). Et les conditions de production des résultats scientifiques comme les conditions de diffusion de ces résultats permettant aux acteurs économiques de les traduire en connaissances, affectent l’orientation des recherches, les décisions économiques et politiques, les actes d’investissement et de consommation, etc. Et encore faut-il que ces acteurs s’approprient ces résultats et donc qu’ils leur accordent une valeur. Plusieurs dossiers d’actualité méritent donc actuellement une grande attention.

Classement des revues.

  • 4 Voir par exemple Pontille & Torny (2010).
  • 5 Notre audience mesurée au printemps 2019 par l’indice h5 Google Scholar Metrics classait la Revue d (...)

10Malgré les critiques sur la pertinence des classements de revues4, ceux-ci jouent un rôle croissant dans l’évaluation des laboratoires – donc dans leurs stratégies scientifiques – comme dans celle des carrières de chercheurs et d’enseignants-chercheurs et dans la dotation financière de leurs projets de recherche. Mais sur quelles bases sont classées les revues ? Comme d’autres, notre comité de rédaction s’inquiète du manque de transparence dans la définition et l’usage des critères de ces classements (pratiqués en France par le CNRS, par l’HCERES, ainsi que par la FNEGE). Aucune revue institutionnaliste, francophone ou anglophone, n’est en catégorie 1 pour le CNRS ; pour les francophones, la très grande majorité est en rang 4… Publier en français serait-il nécessairement un gage de médiocrité ? La forte attractivité de la Revue de la Régulation (environ 15 articles scientifiques publiés chaque année et 421 contributeurs différents depuis le premier numéro, un lectorat de plus de 350 000 visiteurs par an (la moitié hors France, principalement États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne), un niveau élevé de citation des articles publiés5, une diversité des approches théoriques et méthodologiques mobilisées) n’est-elle pas une preuve de sa capacité de structuration et d’animation dans le vaste champ des recherches institutionnalistes ? Capacité qui est précisément un critère de classement en rang 2. Après avoir fourni au printemps 2019 un dossier complet sollicitant la révision de son classement en rang 4 dans la liste des revues d’économie et de gestion, le comité de rédaction attend toujours de la commission CNRS chargée de ce classement les arguments justifiant le maintien dans ce rang…

Statut des chercheurs et des enseignants-chercheurs

11Depuis Commons et Keynes, on sait l’importance de l’action publique pour intégrer aux décisions présentes des objectifs de long terme. L’activité de recherche, par définition, consiste précisément à produire des résultats qui ne font sens voire profit que plusieurs années après le lancement d’une recherche. On partage donc l’inquiétude exprimée dans une motion adoptée le 7 janvier 2020 par la Commission permanente du Conseil national des Universités (CP-CNU). Elle « s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la procédure de qualification, de la clause d’accord des intéressés pour la modulation des services, de la référence aux 192 heures (équivalent TD) d’enseignement et donc de la rémunération des heures complémentaires, ainsi que la création de nouveaux contrats de travail d’exception aux dispositions statutaires. Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions équivaudraient à une remise en cause du statut d’enseignant-chercheur et des fonctions du CNU. »

De l’utilité sociale d’un économiste

12Nos gouvernements utilisent-ils les résultats de la recherche pour la construction des politiques économiques et sociales ? Tout économiste sait, particulièrement depuis Kaldor ou Kalecki, que la performance d’une économie nationale ne se comprend pas en regardant seulement les coûts, les dépenses, les charges, etc. Illustration du fait que le « tout » n’est pas simplement la somme des parties, ce qui est une « charge » dans le plan comptable d’une entreprise particulière ou d’un ménage est aussi une ressource, une « entrée » pour d’autres acteurs économiques de cette économie nationale. Et la performance économique atteinte ne reposant pas sur les seuls calculs individuels, des compromis sociaux et des acteurs collectifs pour les négocier et les instituer sont nécessaires, comme l’analyse régulationniste l’a bien montré : la leçon de la réussite du fordisme n’est pas qu’il constituerait un âge d’or indépassable (une telle lecture ne relèverait d’ailleurs pas de l’ordre du scientifique), mais qu’un système économique a besoin de normes collectivement débattues et instituées pour être stabilisé et accepté un peu durablement. Et l’histoire du capitalisme montre que cette régulation collective laisse encore beaucoup de marges pour une diversité d’architectures institutionnelles et d’initiatives personnelles.

Haut de page

Bibliographie

Charles S., Dallery T. & J. Marie (2015), « Why the Keynesian multiplier increases during hard times: a theoretical explanation based on rentiers’ saving behaviour », Metroeconomica, vol. 66, p. 451-473, consulté le 31 janvier 2020, https://doi.org/10.1111/meca.12075.

Labrousse A. & S. Michel (2017), « Accumulation regimes », in Jo T-H, L. Chester & C. D’Ippoloti (eds), Handbook of Heterodox Political Economy, Londres, Routledge, p. 54-69.

Orléan A. (2005) « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’Année sociologique, vol. 55, no 2, p. 279-305, consulté le 31 janvier 2020, https://doi.org/10.3917/anso.052.0279.

Pontille D. & Torny D. (2010), « Revues qui comptent, revues qu’on compte :
produire des classements en économie et gestion », Revue de la régulation, vol. 8, 2e semestre, http://journals.openedition.org/regulation/8881 ; DOI : 10.4000/regulation.8881.

Postel N. (2007) « Hétérodoxie et institution », Revue du MAUSS, vol. 30, no 2, p. 83-116.

Haut de page

Notes

1 Ce dialogue est explicité in Labrousse & Michel (2017).

2 Par exemple : no 23 J.-M. Servet, « Repenser en interdisciplinarité et dans sa diversité l’universalité du média monétaire », (2018-01) ; n°18 « Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie » (2015-02) ; no 12 M. Montalban, « De la place de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation : critique et synthèse » (2012-02) ; etc.

3 Comme tous les articles scientifiques de la revue, les textes publiés dans nos dossiers sont évalués en double-aveugle, avec au moins deux rapporteurs externes.

4 Voir par exemple Pontille & Torny (2010).

5 Notre audience mesurée au printemps 2019 par l’indice h5 Google Scholar Metrics classait la Revue de la Régulation au premier rang des revues d’économie francophones, y compris classées rang 2 ou 3 (voir notre éditorial du no 25). Fin 2019, elle était toujours dans le « top 5 » de ces revues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Espoirs et désespoirs de la recherche économique en France », Revue de la régulation [En ligne], 26 | 2nd semestre / Autumn 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/16031

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page