Navigation – Plan du site

Analyser les transformations de l’Amérique latine : les surprises de la décennie 2010

Date limite d’envoi des résumés d’article : 30 juin 2020
Date limite d’envoi des articles complets : 28 février 2021

Résumé

L’évolution des relations internationales, la multiplication des mouvements sociaux et l’arrivée au pouvoir de nouveaux gouvernements nous incitent à revenir sur la caractérisation des régimes socio-économiques sud-américains par les approches institutionnalistes croisant diverses disciplines des sciences sociales. Quelles étaient les failles ou les points aveugles des précédentes analyses ? Comment caractériser les régimes actuels à partir de l’analyse des diverses évolutions nationales et des comparaisons portant sur l’insertion internationale, le rapport salarial, la concurrence, le rôle de l’État ou encore les difficultés de l’industrialisation et de l’innovation technique.

Haut de page

Appel à contributions

Une précédente livraison de la Revue de la régulation, intitulée Les capitalismes en Amérique latine. De l’économique au politique et dirigée par Robert Boyer, avait analysé l’évolution et la diversité des économies latino-américaines à la lumière d’une approche institutionnaliste portant sur les années 2000. Le propos était de dépasser une approche essentiellement économique par une prise en compte des interactions avec les processus politiques. Ces derniers tendaient à un plus grand interventionnisme afin de promouvoir une croissance moins inégalitaire grâce au dynamisme des exportations, essentiellement de ressources naturelles et de produits agricoles. Le Mexique et la Colombie constituaient des exceptions par rapport au Brésil ou l’Argentine.

Le milieu de la décennie 2010 marque une rupture de ces tendances sous la conjonction de facteurs tant nationaux que géopolitiques, économiques que politiques. Avec l’effondrement du prix du pétrole et des ressources naturelles, les perspectives de croissance et de financement des dépenses publiques et de couverture sociale se contractent. Plus encore, dans l’espace politique, l’apparition et/ou le renforcement de mouvements sociaux, puis de gouvernements qui remettent en cause les compromis institutionnalisés explicites ou implicites antérieurs s’avèrent décisifs quant à l’orientation des politiques publiques. La brutalité des changements est une surprise pour la plupart des chercheurs en sciences sociales, y compris ceux qui s’inspirent des approches de la théorie de la régulation. L’objectif du présent appel à contributions est de susciter et discuter des recherches originales susceptibles de rendre compte de ce basculement et possible changement d’époque. Il s’organise autour de deux questions centrales qui peuvent se décliner selon diverses modalités.

Première question : À la lumière des évolutions les plus récentes, quelles étaient les failles ou les points aveugles des précédentes analyses ? Comment redéfinir l’articulation entre processus sociaux, économiques et politiques afin de comprendre, avec les mêmes concepts et outils, tant la phase ascendante de synergie entre succès économiques, évolution du marché du travail et extension de la couverture sociale que celle de crise ouverte ?

  • Quelle est la pertinence des diverses approches théoriques traditionnelles, tant économiques que politiques, face aux évolutions observées depuis le milieu des années 2010 ?

  • Observe-t-on l’émergence de nouvelles hypothèses ou, dans certains cas, un retour à des problématiques insistant sur les invariances de longue période qui avaient été négligées durant la période des politiques de libéralisation ?

Sont bienvenues les analyses de trajectoires nationales portant entre autres sur le Brésil, l’Argentine, le Mexique mais aussi la Bolivie, le Pérou, la Colombie, le Venezuela ou tout autres pays dès lors que l’attention se porte sur l’articulation des processus gouvernant les divers champs précédemment mentionnés. Idéalement, la période devrait couvrir les deux décennies 2000-2020.

Deuxième question : Observe-t-on ou non en Amérique latine une convergence des politiques, des modes de développement et modes de régulation ? En complément de l’étude des trajectoires, des comparaisons internationales systématiques sont les bienvenues. Voici quelques exemples :

  • Si le travail informel et la précarité sont des caractéristiques communes à de nombreux pays, comment cet aspect a-t-il évolué, et comment les rapports salariaux se sont-ils reconfigurés à l’issue de la période 2000-2020 ? Comment les syndicats patronaux et salariés ont-ils évolué compte tenu de l’hétérogénéité des firmes et des compétences ?

  • Comment expliquer la remise en cause des innovations qui avaient façonné la couverture sociale dans divers pays latino-américains telles que la Bolsa Familia au Brésil, le programme Opportunidades au Mexique, l´Assignation Universelle par Enfant (AUH) en Argentine ou encore l’introduction de retraites par capitalisation au Chili ? Quelles ont-été les réponses des gouvernements et des organisations internationales qui avaient diffusé, si ce n’est suscité, ces innovations ? En outre, comment les modalités de financement influent-elles sur la résilience des régimes de protection sociale par rapport à la volatilité de la demande mondiale ?

  • Comment le modèle « extractiviste », adopté par de nombreux pays, se transforme-t-il lorsque les perspectives de l’économie mondiale deviennent particulièrement incertaines et que s’accentuent les luttes menées par les mouvements de défense de la nature ? En d’autres termes, les régimes socio-économiques émergents peuvent-ils incorporer contraintes écologiques, viabilité économique et soutenabilité sociale ?

  • Quelles sont les caractéristiques des systèmes nationaux d’innovation, et comment expliquer que quasiment aucun gouvernement ne soit parvenu à impulser une dynamique équivalente à celle des pays de l’Asie du Sud -Est ?

  • En Amérique latine, comment s’articule la dialectique des normes de consommation, proches de celles des pays de vieille industrialisation et fortement influencées par les produits importés, et des normes de production (qui demeurent loin de la frontière technologique) ? N’est- ce pas cette brèche que révèlent à nouveau l’économie de l’information et la financiarisation ?

  • Quels sont les alliances politiques et blocs hégémoniques qui soutiennent les gouvernements actuels ? Observe-t-on des différences majeures par exemple entre Mexique et Brésil ou entre Bolivie et Colombie ? Comment les diverses traditions politiques et Constitutions nationales expliquent-elles la plus ou moins grande facilité à former des coalitions stables ?

  • Comment les formes d’intégration dans l’économie internationale (hauteur des tarifs douaniers, degré d’ouverture à l’investissement direct, financier, contrôle de l’immigration, respect des droits de propriété intellectuelle) se distribuent-elles et dans quelle mesure est-ce la forme institutionnelle hiérarchiquement supérieure ? Des efforts renouvelés d’intégration régionale permettraient-ils de dépasser les obstacles sur lesquels ont buté les précédentes tentatives, dont le Mercosur ?

  • En matière de géopolitique, quel est l’impact du nouveau cours de la politique internationale des États-Unis sur le Mexique et les Caraïbes d’une part, l’Amérique du Sud d’autre part ? Quelles politiques les divers pays ont-ils développées en réponse à la stratégie de la Chine en direction de l’Amérique latine (commerce, infrastructure, IDE, crédit, grands travaux), et quelles en sont les conséquences sur la densification des relations entre pays du Cône Sud par exemple ? Comment actualiser les théories de la dépendance à la lumière de cette transformation des relations internationales ?

  • De quelle façon l’hétérogénéité structurelle et la croissance du chômage, des informalités et de la précarité ont-elles été bouleversées par l´intégration passive et subordonnée dans les nouvelles divisions internationales du travail ?

  • Un régime exclusivement rentier (basé sur l´agriculture, l’élevage, les mines, la pêche, les hydrocarbures et le système financier très diversifié) est-il viable et peut-il prospérer face à l’incertitude que génèrent les relations internationales, déstabilisées par la remise en cause du multilatéralisme ? Cet exercice d’économie-fiction peut-il être abordé par une macroéconomie institutionnaliste ?

  • Les formes de concurrence sur les marchés évoluent-elles dans le sens de la concentration, la transnationalisation, le comportement oligopolistique et la domination des entreprises étrangères nord-américaines, européennes, japonaises ou chinoises ?

  • Enfin, quelle est la pertinence des typologies des économies latino-américaines qui avaient été proposées tant par l’approche de la Variété des Capitalismes (VoC) que par celle de la régulation ? C’est là une invitation à actualiser la caractérisation des formes institutionnelles qui prévalent au début de la décennie 2020.

Ces questions ne sont qu’indicatives. Cet appel vise tout particulièrement les jeunes chercheurs, auteurs de travaux de terrain mais aussi de revues de littérature incorporant les développements les plus récents de leurs disciplines (économie politique, sciences politiques, sociologie, droit, géographie…), néanmoins toutes les propositions susceptibles d’entrer dans le cadre de cet appel sont les bienvenues et seront examinées par le Comité éditorial, puis soumises à une évaluation en double aveugle en cas de recevabilité.

Calendrier

Avril 2020 : lancement d’un appel à résumés d’un projet d’article qui présente la question traitée, les hypothèses centrales, la méthodologie suivie ainsi qu’une courte bibliographie, soit un texte de 1 à 3 pages.

30 juin 2020 : date limite d’envoi des résumés

15 septembre 2020 : avis du Comité de rédaction et retour aux auteurs

28 février 2021 : date limite d’envoi des articles

Les résumés et projets d’articles sont à envoyer par courrier électronique, avec pour objet de l’email : « AAP Amérique latine », aux adresses suivantes :

r.boyer2@orange.fr

juliocneffa@gmail.com

regulation@revues.org

Il est demandé de suivre soigneusement les instructions aux auteurs, y compris les recommandations éditoriales (formats et styles), dont on trouvera le détail sur le site : https://journals.openedition.org/regulation/1701