Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Opinions-DébatsUsages et mésusages de la bibliom...

Opinions-Débats

Usages et mésusages de la bibliométrie en économie

Uses and Misuses of bibliometrics in Economics
Florence Audier

Résumés

La place qu’occupe la bibliométrie en économie, aussi bien que le rôle dévolu aux revues états-uniennes dans la hiérarchie des publications qui servent à étayer l’évaluation des chercheurs et celle de leurs équipes, invite à prendre au sérieux l’usage qu’en font les économistes en France. D’où la double question : qui publie où, et avec qui ? L’investigation porte sur les auteurs de l’intégralité des articles parus durant quatre années (de 2015 à 2018) dans les six revues de rang 1* (les excellentes) figurant dans la liste des revues du CoNRS, ainsi que sur les auteurs de l’intégralité des articles publiés en 2015 par les 56 revues classées « 1 ». Au terme de l’enquête, il est clair que les économistes français ne publient (quasiment) pas dans les revues qu’ils ont pourtant eux-mêmes désignées comme des cibles à atteindre, et recommandées comme critères d’excellence. Pour éclairer cette situation a priori paradoxale, compte-tenu des enjeux que représentent les évaluations individuelles et collectives, il nous faut revenir sur la genèse d’une telle situation, et sur ses conséquences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loi no 2007-1199 du 10 Août 2007 dite Loi relative aux libertés et responsabilité des universités ( (...)
  • 2 Michael Sauder et Wendy Nelson Espeland (2009) notent ainsi dans leur article « The discipline of r (...)
  • 3 Par exemple, on peut recevoir des messages du type : « Dear xxx, the name xxx is mentioned by one o (...)

1L’évaluation de la recherche et le rôle dévolu à la bibliométrie constituent un enjeu majeur en économie. C’est d’autant plus le cas que les publishers [éditeurs], leurs boards [comités] et les referees [évaluateurs] sollicités par les revues – ainsi que leurs abonnés et lecteurs – se voient de facto déléguer le pouvoir de trier parmi les recherches et de décider lesquelles sont dignes d’intérêt et lesquelles le sont moins, voire ne le sont pas du tout. Un pouvoir qui est aussi celui de hiérarchiser les chercheurs, en distinguant les « excellents » des autres, en désignant ceux qui correspondent le mieux aux critères « académiques ». Car l’on sait bien que, via la bibliométrie et les citation index qui l’accompagnent, les supports de publications – en l’occurrence certaines revues, au détriment d’ailleurs des autres modes de diffusion du savoir, en particulier les livres – se voient dotés d’un pouvoir d’évaluation considérable, voire exorbitant. Ce phénomène entraîne en France une série de conséquences sur les rapports du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), les choix de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), voire les dotations en crédits des équipes et des universités1, tant il est aisé d’en faire l’indicateur fondamental de l’activité et de la qualité de la recherche. D’où l’intérêt d’examiner avec précision les faits tels qu’ils se déroulent et leurs conséquences au niveau collectif et individuel, particulièrement en économie où la bibliométrie s’est imposée depuis déjà plus d’une décennie2, au point que des sites commerciaux proposent, désormais quotidiennement, à qui veut les consulter de leur révéler – moyennant abonnement – leur score de téléchargements et leur citation index personnels3

  • 4 De façon significative, ils intitulent ainsi les différentes sections de leur working paper : Empir (...)
  • 5 On est le meilleur chercheur, qui publie dans les meilleures revues ; on œuvre dans les meilleurs d (...)

2Ces questions sont bien documentées pour ce qui concerne les États-Unis – pionniers en la matière –, en particulier par James J. Heckman et Sidharth Moktan dans leur working paper significativement intitulé « Publishing and promotion in Economics: the tyranny of the Top Five » (2018)4. Ils y décrivent, entre autres, les relations étroites qui existent entre le fait de publier dans les revues du « Top Five » et celui d’être titularisé (tenure), voire d’être en mesure d’accéder aux meilleures fonctions académiques dans les meilleures universités états-uniennes ; et ils les dénoncent5. De même, dans leur article intitulé « The superiority of economists », Marion Fourcade, Étienne Ollion et Yann Algan (2015) décrivent combien, aux États-Unis (EUA), l’accès des économistes – par différence avec les autres disciplines des sciences sociales – aux plus hautes fonctions et rémunérations est largement réservé aux économistes ayant publié dans les revues du Top 5 [T5].

  • 6 Le Top 5 américain devient le Top 6 français, le Journal of Economic Literature (JEL) de l’American (...)
  • 7 Comme l’ont bien montré David Pontille et Didier Torny (2007) dans « Objectifs et principes », Caté (...)
  • 8 L’Hcéres a sa propre « Liste des revues et des produits de la recherche ». URL : https://www.hceres (...)

3Qu’en est-il en France ? On le sait, en 2007, une « liste de revues » hiérarchisée a été établie par et pour la section du Comité national de la recherche scientifique en charge de l’économie et de la gestion (section 37 du CoNRS) qui distingue quatre « niveaux » numérotés de 1 à 4, les revues de rang 1 (les meilleures) étant elles-mêmes chapeautées par six revues labellisées 1*6. Cette liste, depuis lors, est constamment utilisée moyennant des mises à jour plus ou moins marginales7. Sa vocation affichée : constituer une « aide à la décision et non pas un moyen de classement aveugle et automatique qui se substituerait eo ipseo à une instance d’évaluation et de jugement scientifique8 ». Cette mise en garde, qui correspond à l’état d’esprit des chercheurs lorsque la confection de la liste a été décidée au CoNRS, marque une prise de distance avec la pratique et les attentes qui prévalent aux États-Unis, où le fait de publier dans une revue « très cotée » laisse présager un fort score de citations valorisant à la fois le signataire et son institution de rattachement.

4S’il est difficile de documenter dans quelle mesure l’accès à la crème des revues et les citations index influencent effectivement l’accès aux postes universitaires et le déroulement de carrière des économistes en France, on peut d’ores et déjà acter que les revues classées ici au fronton par ces derniers, notamment les plus prestigieuses, sont les mêmes – à un titre près, le Journal of Economic Littérature [JEL] – que celles classées ailleurs, en particulier aux EUA. Encore faut-il préciser que l’usage qui en est fait ne peut être de même nature, ne serait-ce que parce que les recherches produites par les équipes françaises, comme nous allons le monter, n’accèdent quasiment pas à ces « Top reviews ».

  • 9 Dans son article « A bibliometric analysis of the Top Five Economic Journals during 2012-2016 », Gu (...)

5Nous reviendrons plus loin sur la genèse de ces classements et sur la façon dont le projet initial – celui de s’en tenir au stade de « l’aide à la décision des comités et commissions » – a, nous semble-t-il, pour partie échappé à ses initiateurs. On évoquera en outre les effets de ces classements sur la communauté des économistes français à l’aune de leur (très modeste) place parmi les auteurs des articles publiés par les « meilleures revues ». Mais auparavant, il nous faut enquêter pour répondre à la double question suivante : qui publie où, et avec qui ? Et au sein de quelles institutions les recherches ainsi publiées se sont-elles déroulées ? Questions simples, voire basiques, mais utiles pour cerner la situation des économistes français et comprendre la portée des préconisations et des évaluations qui ont cours. Car le seul fait d’avoir publié dans un de ces supports prestigieux – indépendamment du contenu – constitue une sorte de titre. Et s’il est vrai que comptabiliser les publications des uns et des autres ne dit a priori pas grand-chose sur la pertinence, le sujet et l’originalité de leurs travaux, voire sur leurs orientations paradigmatiques et leur mise en œuvre9, un consensus implicite n’en règne pas moins : avoir osé soumettre un texte aux revues qui comptent et l’y voir publié constitue une distinction majeure directement interprétée en termes d’excellence pour le ou les auteurs, pour la ou leurs institutions… Bref, c’est un signal, ce qui explique que l’accès à ces supports soit devenu « l’obsession de la nouvelle génération d’économistes » aux EUA et ailleurs (Heckman & Moktan, 2018). Mais combien sont-ils in fine à être concernés ? et où ces chercheurs travaillent-ils ?

1. Qui publie où, et avec qui ?

  • 10 Nous retenons ici l’approche de l’Observatoire des sciences et des techniques (l’OST) qui, pour ses (...)
  • 11 Pour une approche des grandes thématiques mobilisées dans les revues du Top 5, voir Wei (2019).

6Commençons par compter. Il y a douze ans, les auteurs français (c’est-à-dire travaillant dans une institution française lors de la soumission d’un article à une revue)10 représentaient 2,9 % de l’ensemble des auteurs ayant signé, en 2008, un ou plusieurs articles, seuls ou avec d’autres, dans une ou plusieurs revues classées « 1 » ou « 1* » par la liste de la section 37 du CoNRS. Si l’on s’en tient uniquement aux six revues « d’excellence » qui bénéficient du label 1*, les économistes français représentaient 1,6 % des auteurs publiés par ces revues, et avaient participé, d’une façon ou d’une autre, à 3,5 % de leurs publications. Rappelons que ces six revues, dites « généralistes », dont le prestige est majoré et conforté par leur longévité – elles ont été créées à la fin du xixe ou au début du xxe siècle – ont évidemment leurs thématiques, voire leurs cadres théoriques et leurs traditions propres, ainsi qu’une politique éditoriale adaptée à leur lectorat, sous l’égide de leurs boards, ce qui influence nettement les types de sujets et de méthodes qui y sont publiables. Les consignes aux auteurs en témoignent plus ou moins explicitement. Mettre précisément en exergue ces contenus et leur permanence et/ou leurs évolutions serait du plus grand intérêt, mais sort du cadre de cette investigation11.

7Plus près de nous, en 2015, le dépouillement exhaustif de l’intégralité des numéros des revues classées 1 ou 1* parus cette année-là montre que seuls 39 des 56 titres représentant les treize « domaines » de l’économie (soit douze domaines thématiques – économie du développement, du travail, du droit… – auxquels s’ajoute le quasi-domaine qui regroupe les six revues « généralistes ») ont accueilli, ne serait-ce qu’une seule fois, un article signé par un auteur travaillant dans une institution française, que ce soit en son seul nom ou avec d’autres. De plus, seuls 23 de ces 39 titres ont publié deux articles ou plus issus de ces domaines. Au total, sur les 1 608 articles publiés dans ces supports en 2015, 110 portent la signature d’un chercheur « français », qu’il ait publié seul ou avec d’autres ; et, parmi les 3 486 signataires de ces articles, seuls 172 travaillaient en France…

8Poursuivons l’investigation en resserrant l’objet de notre analyse sur les revues du Top 6. De 2015 à 2018 inclus, ces six revues ont publié 1 219 articles, qui portent 2 740 signatures, émanant de 2 576 auteurs. Et, durant ces quatre années, le nombre d’articles signés par au moins un auteur travaillant dans une équipe de recherche française – quelle que soit la nationalité personnelle de cet auteur – varie, selon les titres, entre 5 et 25. Ces articles ont été écrits, en tout et pour tout, par 66 auteurs français… sur un total de 2 576 auteurs.

  • 12 D’après la Note de la direction générale des ressources humaines du ministère de l’Enseignement sup (...)
  • 13 L’accès à ces titres est en réalité trusté par les grands départements états-uniens, voir infra.

9Autrement dit, les économistes français ont mis au fronton de l’excellence des revues… dans lesquelles ils ne publient quasiment pas, et ce dès la création de la liste des revues destinée à éclairer les procédures d’évaluation censées leur être appliquées. Ils représentent une communauté qui comptait, en 2018, dans la seule sphère du ministère de l’enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 1 031 professeurs des universités et 2 812 maîtres de conférences, soit plus de 3 800 enseignants-chercheurs permanents12, auxquels il faut ajouter les centaines de chercheurs à temps-plein travaillant dans les différents organismes, mais aussi les doctorants et les enseignants détachés, bref tous ceux susceptibles et même tenus de publier – soit au total près de 7 500 chercheurs et enseignants-chercheurs en fonction. Cette communauté a donc érigé de facto comme critère pour les recrutements, les promotions, la labellisation des équipes et donc leur financement… le fait de publier dans certaines revues, tout en sachant, confusément pour certains, pertinemment pour d’autres, que l’accès à ces titres – même s’il était souhaitable, ce qui reste à démontrer – lui est quasiment fermé13. En résumé : les économistes français ciblent des revues… dans lesquelles ils ne publient pas !

  • 14 Faute de pouvoir connaître la « nationalité » des institutions de rattachement des auteurs des papi (...)
  • 15 Fourcade, Ollion et Algan (2015), notent ainsi : « The top 5 economics departments account for 28.7 (...)

10Nous allons, dans un premier temps, brosser un bilan complet des articles publiés14 selon la « nationalité » des institutions auxquelles sont rattachés leurs auteurs, afin de mettre au jour qui publie et avec qui dans ces « top » revues. Le « avec qui » est tout à fait nécessaire, même si la question des cosignatures n’a pas été abordée par les concepteurs de la classification. En effet, comme le montrent Fourcade, Ollion et Algan (2015), les personnalités qui composent les boards des Top 5 entretiennent des liens étroits avec les plus prestigieux départements universitaires et pratiquent, en quelque sorte, une cooptation systématique15. D’où l’utilité d’identifier les co-auteurs et de bien distinguer les signatures émanant des mêmes nationaux – les « autosignatures » – des signatures plurinationales.

11Notre plongée au cœur de milliers de pages (49 168 exactement) accessibles dans les revues « papier » et consultables en ligne couvre les années 2015 à 2018. Elle se poursuit par une recherche portant sur toutes les revues classées « 1 » publiées durant l’année 2015, soit 56 titres répartis en treize domaines. Nous y adjoindrons enfin un éclairage plus ancien, qui porte sur l’année 2008. Le diagnostic étant posé, et les particularités de celles et ceux qui publient dans ces revues – seuls ou avec d’autres – repérées, nous reviendrons sur la genèse de cette situation qui prévaut dans l’hexagone où, en accordant aux grands éditeurs anglo-saxons et à leurs boards un rôle majeur en matière d’évaluation individuelle et collective, nous avons en même temps délégué à ces derniers un rôle premier dans l’orientation, les thématiques et les méthodes de la recherche en économie telle qu’elle se pratique en France. D’où l’intérêt de s’interroger sur les motivations et les stratégies de ceux qui ont conduit à cet état de fait.

  • 16 Même les chercheurs qui eux-mêmes publient, lisent et citent des articles de revues n’appartenant a (...)

12Soyons clair : il ne s’agit pas de contester à ces revues, à ces éditeurs, à leurs boards, etc., la maîtrise de leurs publications – même s’il y aurait aussi beaucoup à dire sur l’hégémonie des grands publishers, leur « business », ainsi que sur leur façon d’encaisser tous les bénéfices en externalisant sur les équipes de recherche tous les coûts (celui de la recherche, bien entendu, mais aussi celui des soumissions d’articles, souvent payantes même quand ces derniers sont refusés, celui des referees, généralement gratuits, et bien sûr celui de la lecture via les abonnements papier ou online…). Mais c’est un autre débat ! Ce qui est à examiner ici, c’est bien évidemment le rôle qui leur est dévolu, et dont on a noté le caractère exorbitant aux États-Unis16. Nous identifierons donc successivement l’origine des articles publiés dans le Top 6, en distinguant les États-Unis, le Royaume Uni, la France, le reste de l’Europe et le reste du monde. Nous nous intéresserons ensuite aux origines des signataires de ces articles et à leurs auteurs, en spécifiant toujours la place qui revient aux chercheurs qui indiquent travailler dans une institution française

2. 2015-2018 : l’hégémonie des États-Unis

  • 17 Selon l’US News and World Report 2012, Ranking of best graduate schools by disciplines. Emmanuelle (...)
  • 18 Selon Fourcade, Ollion et Algan (2015), par exemple, 45,4 % des auteurs publiés dans le Quarterly J (...)

13C’est une évidence : le Top 6 étant constitué de revues états-uniennes (dont trois d’entre-elles appartiennent à l’American Economic Association, l’AEA), l’hégémonie des universités américaines parmi leurs publiants est quasi totale. D’ailleurs, comment en serait-il autrement, dès lors que 72 % des membres non-salariés de l’AEA appartiennent aux « top five departments » d’économie17? Ainsi, sur les 1 219 articles publiés de 2015 à 2018 dans les revues 1*, 739 émanent exclusivement de chercheurs implantés aux États-Unis. C’est dans le Journal of Economic Literature et dans Econometrica que leur proportion est la plus élevée, respectivement les deux-tiers et les trois-quarts des articles leur reviennent (64 % dans le Journal of Political Economy, 61 % dans l’American Economic Review [AER], 53 % dans le Quarterly Journal of Economics et 47 % dans la Review of Economic Studies). En outre, les chercheurs états-uniens cosignent la très grande majorité des articles portant aussi la signature de chercheurs implantés ailleurs – c’est le cas de 263 autres articles. Si bien qu’au total, comptabilisés seuls ou en cosignatures, les chercheurs états-uniens sont auteurs ou co-auteurs de 1 002 des 1 219 (83 %) articles publiés durant les quatre années étudiées. Il s’agit donc bien de revues d’abord destinées à promouvoir la recherche états-Unienne… Fait intéressant : ces chercheurs sont implantés dans un très large spectre d’universités, et si les plus grandes sont bien représentées, nombre de signatures portent le nom d’universités sans prestige particulier. Sans doute ces auteurs, dispersés au gré des opportunités de recrutement, notamment en début de carrière, sont-ils très souvent issus des mêmes PhD18.

14Le caractère marginal des articles émanant d’auteurs français – on le voit clairement dans le Tableau 1 en annexe et le Tableau 2 ci-dessous, où sont détaillées les origines des signataires et des cosignataires dans chacune des six revues – est d’autant plus net que la fréquence des autosignatures françaises (i. e. où tous les auteurs sont français) est relativement forte : sur les 65 articles signés par au moins un chercheur travaillant en France, 23 sont signés exclusivement par un ou plusieurs chercheurs français travaillant ensemble (par exemple, dans le Journal of Economic Literature, 3 des 4 articles signés par des Français sont exclusivement signés par des Français). Pour ces quatre années et ces six revues, les articles cosignés par des Français et des États-uniens sont au nombre de 27, ceux signés avec des Britanniques seulement au nombre de quatre, tandis qu’ils sont neuf à être cosignés par des Français et « d’autres européens ». Seuls dix articles sont signés avec des auteurs du « reste du monde ». De surcroît, nous y reviendrons, la plupart de ces auteurs français ont fréquenté, à un moment ou à un autre, des universités américaines ou anglo-saxonnes. En comparaison, les Britanniques n’ont autosigné que 35 des 137 articles dans lesquels ils apparaissent ; ils ont cosigné 25 articles avec d’autres européens, et 67 articles avec des États-uniens.

3. Signataires et auteurs

15Si l’on s’intéresse à présent non plus au nombre d’articles publiés, mais à leurs signataires et à leurs auteurs, on remarque que les 1 218 articles publiés de 2015 à 2018 portent au total 2 740 signatures (934 signatures dans l’American Economic Review, 391 dans Econometrica, 181 dans le Journal of Economic Literature, 338 dans le Journal of Political Economy, 432 dans le Quarterly Journal of Economics et 464 dans la Review of Economic Studies), soit une moyenne allant de 1,6 à 2,5 signataires par article. Les combinaisons sont multiples : certains auteurs signent un seul article, alors que d’autres en signent plusieurs dans la même revue et dans le même numéro, ou bien dans la même revue mais dans des numéros différents, ou encore dans des revues différentes ; certains auteurs signent avec des compatriotes, d’autres (ou les mêmes) avec des collègues étrangers. Quoi qu’il en soit, dans l’ensemble, 1 932 des 2 740 signatures (plus de 70 %) font référence à une institution états-unienne, tandis que 340 des 2 740 signatures font référence à une institution européenne située en dehors de la France et de Grande-Bretagne ; 189 sont issues de Grande-Bretagne, 184 du « reste du monde », et seulement 84 (3,1 %) de France.

16Les 2 740 signatures des articles que nous venons d’évoquer sont le fait de 2 105 auteurs. Ces derniers ont rarement publié plus d’un texte dans ces revues : parmi eux, 1 676 (80 %) n’ont signé qu’un seul article, 301 (14 %) deux articles, 78 en ont signé trois, 34 en ont signé quatre et treize en ont signé 5. Seuls trois auteurs ont signé respectivement 7, 8 et même 10 articles.

17Quant aux Français, comme nous l’avons déjà noté, ils ne sont que 66 auteurs à avoir accédé à l’un de ces six titres au cours de ces quatre années ; parmi eux, 52 signent un seul article, tandis que dix en signent 2 et trois en signent 3. Un seul auteur en signe 6. Au total, dans quatre des six titres, les auteurs français représentent entre 2,5 % et 2.8 % de tous les auteurs, leur place étant un peu plus importante dans la Review of Economic Studies et, dans une moindre mesure, dans le Journal of Political Economy. Les auteurs états-uniens, quant à eux, représentent entre 71 % et 76 % des auteurs de quatre des six revues, atteignant même 81 % des auteurs du Journal of Economic Literature.

Tableau°2. Les auteurs des articles parus de 2015 à 2018 dans les revues du Top 6 selon leur pays de travail

Français

Britanniques

Autres Européens

Reste du monde (hors EUA)

EUA

Tous

Quarterly Journal

10

33

50

21

281

395

Econometrica

10

28

33

29

270

370

JEL

5

12

8

9

143

177

AER

25

47

107

69

624

872

Economic studies

22

46

92

30

258

448

Political Economy

11

14

30

21

238

314

Note : On compte bien seulement 66 auteurs travaillant dans une institution française, mais certains publient plusieurs fois et cosignent avec un nombre variable de collègues.

Source : calculs de l’auteure

Figure 1. La place des auteurs français

Figure 1. La place des auteurs français

Source : calculs de l’auteure

4. Qui sont les auteurs français ?

  • 19 « CEPR was founded at a time when European economics had relatively few “centres of excellence” wit (...)
  • 20 « The NBER is the nation’s leading nonprofit economic research organization […]. The more than 1,40 (...)
  • 21 Par exemple, un publiant d’HEC se trouve être t referee dans 21 revues ; un autre, publiant de TSE, (...)

18Sans surprise, les auteurs français ayant accédé à ces revues sont pour la plupart très liés à des auteurs états-uniens et ont presque tous intégré – ou continuent de faire partie via une bi-, voire une tri-affiliation – des équipes états-uniennes et/ou de prestigieuses équipes implantées ailleurs dans le monde. D’où leur familiarité et leur proximité avec ce « modèle ». La plupart sont affiliés – cela constitue d’ailleurs un critère d’adhésion et, en retour, une facilitation – à ces nouvelles entités récemment construites à cette fin que sont les « School of economics » ou à des « Grandes écoles » : Toulouse School of Economics (TSE), Paris School of Economics (PSE), Aix-Marseille School of Economics (AMSE), Sciences-Po Paris, le Centre de recherche en économie et statistiques de l’École polytechnique (CREST) ou encore l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC). Certains appartiennent de surcroît au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et beaucoup au CEPR19 (Centre for Economic Policy Research, un « new model of organization » ou « thinknet »), au NBER20 (National Bureau of Economic Research, qui se présente ainsi : « The NBER is the nation’s leading nonprofit economic research organization ») ou encore à l’IZA (Institute of Labor Economic, « a nonprofit research institute and the leading international network »), ce qui constitue autant de très puissants atouts. Ceux de la Banque mondiale ou de la Banque centrale européenne sont aussi bien accueillis. Leurs points communs : tous ont effectué de multiples séjours dans des unités de recherche aux États-Unis et/ou au Canada, et ont plus ou moins fait le tour de l’Europe et de l’Asie en tant qu’invités, où beaucoup ont d’ailleurs été formés. Surtout, ils siègent dans un nombre considérable de boards et sont referees pour des revues dans lesquelles ils publient, ou bien dans lesquelles de proches collègues ou des cosignataires publient, comme on peut le constater sur les sites internet des revues, ainsi qu’à travers les multiples bases de données existantes21. À noter que, dans la liste des publiants français de ces six revues, on ne trouve quasiment pas d’universitaires « temps-plein ».

  • 22 « Economics [...] is a very male-dominated field » ont noté à juste titre Fourcade, Ollion et Algan (...)

19Précisons en outre que, dans ce contexte, les femmes semblent bien être « hors-jeu ». Ces Top revues ont en effet accueilli bien peu de femmes, puisque sur les 1 218 articles publiés dans leurs colonnes, seuls 304 sont signés par au moins une femme ; parmi eux, seuls 57 ont exclusivement des femmes comme auteures. Pire : sur un total de 2 105 auteurs, seuls 283 (13 %) sont des femmes. Sans surprise, 205 d’entre-elles appartiennent à une institution états-unienne22, tandis que 20 travaillent en Grande-Bretagne, 29 dans le reste de l’Europe (sauf GB et France), 22 dans le « reste du monde » et… 7 en France. Sur les 66 auteurs français ayant accédé à ces supports érigés en « top critères » par et pour les économistes français, 59 sont donc des hommes et 7 sont des femmes.

5. Quid des autres revues ?

  • 23 Il serait précieux de pouvoir comparer systématiquement la composition des boards et la liste des a (...)
  • 24 Notamment : European Journal of the History of Economic Thought, Management Science, History of Pol (...)
  • 25 Il faut se souvenir que, si les revues sont classées par « domaines », les frontières entre sous-di (...)

20Le dépouillement exhaustif des articles parus en 2015 dans l’intégralité des revues de rang 1 (et non plus les seules revues 1*) conduit à un diagnostic similaire, confirmant ainsi largement le constat selon lequel les revues classées par les Français eux-mêmes comme autant de cibles à atteindre par les chercheurs et les enseignants-chercheurs en poste ou en formation ne leur sont, en réalité, que (très) peu accessibles. Davantage spécialisées puisque thématiques, d’un accès potentiellement plus aisé car plus nombreuses, ces 50 revues n’ont toutefois permis, en 2015, que la publication de 101 articles signés ou cosignés par des Français, sur les 1 291 articles publiés dans cet ensemble de titres. Ces 101 articles portent la signature de 155 chercheurs implantés en France sur un total de 2 759 signatures. Deux domaines leur ont été un peu plus ouverts, l’Histoire de la Pensée et l’Économie du développement, ainsi que quelques titres en Économétrie, qui sont des domaines où les Français sont plus proches des boards23. En dehors de l’HPE et de l’Économie du développement, on ne trouve plus que 69 articles signés par des Français (ils portent le nom de 106 auteurs) sur un total de 1 055 articles (qui portent le nom de 1 300 chercheurs). De façon plus précise, 11 revues24 concentrent plus de la moitié des contributions françaises et 48 % des auteurs français, alors qu’elles ne rassemblent au total que 27 % des articles et moins d’un quart de tous leurs auteurs. À noter que les contributions françaises sont quasi absentes des revues dépouillées appartenant aux domaines de l’Économie du droit, la GRH, ou l’Économie du travail25.

  • 26 Voir l’article de Florence Audier, « L’évaluation et les listes de revues », paru dans le dossier « (...)

21Cet état de fait n’est pas nouveau : il y a dix ans, c’était déjà comme ça. Dans une première approche des méfaits générés par le classement des revues en économie, nous avions déjà pointé, chiffres à l’appui, que les économistes français accédaient très peu aux revues pourtant désignées comme des cibles à atteindre. Pour l’année 2008 nous avions ainsi identifié, sur les 1 636 articles dépouillés dans l’ensemble des domaines, seulement 62 articles signés ou cosignés par un ou plusieurs auteurs affiliés à une institution basée en France. Et nous en avions déduit – pour reprendre nos mots – que « la communauté des économistes et gestionnaires français a placé en tête du classement des revues qu’elle lit (peut-être) mais auxquelles elle n’accède quasiment pas en tant qu’auteur26 ».

Figure 2. Les auteurs français et les autres selon les « domaines » (2015)

Figure 2. Les auteurs français et les autres selon les « domaines » (2015)

22Source : calculs de l’auteure

6. Retour sur la genèse d’une situation paradoxale

23Il peut sembler paradoxal que la communauté française des économistes ait octroyé, et continue d’octroyer, le privilège de la qualité d’une recherche à sa publication dans des revues au sein desquelles ses membres ne publient (quasiment) pas. Comment en est-on arrivé là ?

  • 27 Cette caractéristique n’est pas propre aux économistes, voir le constat d’Emmanuelle Picard (2020)  (...)
  • 28 « Il s’agit en particulier de protéger les minorités disciplinaires en évitant un effet de laminage (...)
  • 29 Voir l’article de Philippe Jeannin (2004), chargé de mission à la Direction de la recherche (minist (...)
  • 30 Comité national de la recherche scientifique (2007), « Objectifs et principes », Catégorisation des (...)
  • 31 Comme déjà mentionné, l’issue de ces processus n’a pas été homogène dans les diverses communautés s (...)

24Retour sur le passé. Il était une fois une communauté académique qui entendait garder la maîtrise de son domaine face à la montée de la bibliométrie, poussée par la puissance hégémonique des publishers, alors en pleine concentration. Comme en témoignent les protagonistes de l’époque, le contexte français était alors caractérisé par la prééminence exercée depuis longtemps par les « mandarins » du secteur, qui à la fois maintenaient l’enseignement et la recherche dans une vision traditionnelle de la discipline et influaient (trop) largement sur les orientations, les recrutements et les carrières27. Leurs échelles de valeur implicites marginalisaient, de surcroît, les chercheurs impliqués dans des thématiques et des méthodologies novatrices28. D’où l’initiative prise par les économistes de la section 37 du CoNRS de lancer un vaste débat au sein de la communauté, dans le but d’offrir une visibilité et de lister toutes les publications auxquelles les collègues avaient accès ou qu’ils considéraient comme importantes, utiles, valorisables… bref, dignes d’intérêt. Précisément, il s’agissait pour ses initiateurs de mettre sur pied une liste consensuelle. Cette recherche de consensualité était dès l’origine à la base de la démarche : « Notre méthode consiste à croiser les bases […] et à interroger la communauté scientifique de France […]. Est scientifique la revue qui est jugée telle par la communauté29 ». D’où le rôle dédié à la liste : « [s]ervir aux évaluateurs à mieux repérer les revues reconnues et considérées comme de référence », par-delà les habitudes anciennes et les domaines familiers aux uns et aux autres, avec le souci, « dans un contexte où la bibliométrie gagne du terrain […] de ne pas se faire imposer de l’extérieur un classement moins soucieux de représenter les divers domaines de l’économie et de la gestion »30. L’enjeu initial était donc de fournir des repères sur les disciplines et sous-disciplines que les évaluateurs ne connaissent pas forcément, en raison notamment de leur propre spécialisation, mais aussi de réduire les nombreuses idées préconçues circulant dans le milieu. Du très large débat suscité par une telle initiative, reprise souvent avec enthousiasme, est ressorti, fin 2007, un ensemble de 705 revues identifiées comme « valables » et susceptibles de recevoir légitimement des articles scientifiques venant d’économistes et de gestionnaires. Mais un tel vaste ensemble – ni hiérarchisé ni explicité – ayant été jugé en l’état inutilisable, il s’en est suivi la mise en œuvre d’une procédure de classement et de catégorisation… qui s’est soldée, in fine, par le triomphe des revues anglo-saxonnes et anglophones mainstream bénéficiant des citation index les meilleurs31. Et si ceux qui ont été à la manœuvre dans cette phase de classement ne figuraient pas nécessairement au départ parmi les mieux introduits au sein de ce système, ils n’entendaient pas moins en garder la maîtrise – et c’est ce qu’ils ont fait, en imposant leurs hiérarchies.

  • 32 Il est déjà et il sera de plus en plus difficile d’accéder à ces supports : l’espace disponible, st (...)
  • 33 Les « scores » des candidats sont souvent mentionnés au cours des discussions de commissions, même (...)

25Ajoutons que, bien entendu, la publication dans ces revues n’a pas pu constituer, depuis lors, en France, et contrairement à ce qu’il en est aux États-Unis, un critère absolu ni même dominant pour l’accès à des postes d’enseignants-chercheurs ou de chercheurs, comme l’attesterait la lecture des C.V. des candidats recrutés postérieurement à l’établissement de ces critères, notamment en milieu universitaire. Le déséquilibre entre le nombre de recrutés et celui de publiants dans ces supports ne le permettait d’ailleurs pas32. Reste qu’il s’agit d’un puissant outil de classement des candidats dont disposent, à volonté, les jurys de recrutements et les comités de sélection. Ceux-ci peuvent, selon leurs desiderata et les opportunités, s’appuyer à leur guise sur ces classements et sur les citation index pour pousser des candidatures33, légitimer des cooptations, ou, au contraire, pour s’en émanciper en arguant, par exemple, de l’originalité d’un sujet ou d’une démarche, du fort potentiel de certains, ou de tout autre motif, à volonté. Il en va de même pour l’évaluation des équipes et de leurs dotations. Car, dans les dossiers à produire, il faut prioritairement faire état des publications passées, selon ces critères de classement des revues. Mais là encore, ces critères sont maniés, pour ainsi dire, « avec discernement ».

  • 34 Heckman et Moktan (2018) : « Publication in the T5 journals has become a professional standard. » S (...)
  • 35 Il faut rappeler qu’aux EUA la production de livres est néanmoins bien valorisée, notamment via les (...)
  • 36 Les revues accordent une grande importance aux financements reçus, et les recherches qu’elles publi (...)

26Au-delà, il est manifeste que ces classements ont une fonction performative, en particulier vis-à-vis des jeunes économistes34, et ce au détriment de l’originalité et de la créativité : ils dictent les sujets à privilégier et ceux à proscrire, la façon d’écrire, bordent les choix bibliographiques, etc. Plus largement, ils exercent une influence majeure sur la politique de recherche des équipes, sur la recherche elle-même et ses débouchés sous forme d’ouvrages et/ou, surtout, d’articles35. Certes, la forme « article » présente des aspects intéressants : l’examen des sommaires et des abstracts des revues permet d’identifier très vite les sujets traités et ceux en vogue, de dialoguer éventuellement avec leurs auteurs… et, subsidiairement, de trouver des directeurs de thèse ou de constituer des jurys. On peut ainsi aisément savoir quelles sont les thématiques porteuses ou en essor, ce qui peut se révéler un atout pour glaner des subsides36. Les contreparties, néanmoins, sont très coûteuses en termes de conformisme dans les thématiques, les paradigmes, l’origine et le type de données mobilisées, les plans d’exposition et d’argumentation et, par conséquent, les façons de réfléchir, d’écrire, de convaincre…

  • 37 Le CEPR, par exemple, organise ces processus de notoriété ; voir la note 20 supra.
  • 38 Heckman et Moktan (2018) soulignent combien la concentration des pouvoirs dans les mains de quelque (...)

27Outre le conformisme, un autre risque, trop peu souvent évoqué, concerne la « fraîcheur » limitée de la plupart de ces publications. D’une part, la montée du nombre de soumissions, qui exacerbe la concurrence, a pour effet de rallonger les délais entre la réception des papiers et les réponses des revues, surtout si elles impliquent des allers-retours. De surcroît, le plus souvent, les articles parus dans les revues de haut prestige comportent en première page de très nombreux remerciements, révélant que le texte a préalablement circulé dans un nombre impressionnant de colloques, qu’il a recueilli les remarques de tels et tels, a été modifié ou complété sur les recommandations des rapporteurs, etc., ce qui souvent a pris plusieurs années37. Autant d’étapes qui contribuent à la notoriété sur le « job market », en même temps qu’elles constituent un vrai passeport pour accéder à la publication : comment en effet refuser un texte enrichi et validé par de tels aréopages38 ?

  • 39 Par exemple Gringas (2014a).
  • 40 Ibid., p. 84.
  • 41 Rapport remis le 17 janvier 2011 à Madame la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherch (...)
  • 42 Ibid., p. 2 et 3.

28Depuis la parution du célèbre slogan Publish or Perish et des travaux d’Yves Gringas39, dans lesquels il affirme cette évidence qu’il ne faudrait pas « choisir d’abord les indicateurs et ensuite adapter la mission pour les maximiser » mais, au contraire, « établir d’abord la mission et les objectifs pour ensuite tenter de trouver des indicateurs qui les reflètent vraiment40 », certaines communautés se sont affranchies de ce type de classements. Elles en ont fortement relativisé la portée, même si demeurent des communautés où les primes y compris sont distribuées en fonction du classement des revues, mettant ainsi en pratique… la théorie des incitations. Même l’Académie des sciences a réagi dès 2011 à la démesure du rôle de la bibliométrie et des facteurs d’impact, dans un pertinent rapport intitulé « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs41 ». Elle y met notamment en garde contre le danger qu’il y a à confondre qualité et notoriété, souligne que « les indicateurs bibliométriques n’ont pas de valeur en début de carrière et ne doivent pas être utilisés pour les recrutements », et dénonce le fait que la bibliométrie « peut même inciter certains chercheurs à adapter [nous soulignons] l’orientation de leurs recherches aux domaines ou aux technologies privilégiés par les revues à haut facteur d’impact dans lesquelles ils souhaitent publier, au détriment de l’originalité et de l’innovation42 ». Les économistes gagneraient à s’emparer de ces réflexions.

Haut de page

Bibliographie

Académie des sciences (2011), « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs », Rapport à Mme la ministre, Avis de l’Académie des sciences. URL : http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis170111_synthese.pdf [consulté le 45/06/2020]

Audier F, (2009) « L’évaluation et les listes de revues », La Vie des idées. URL : https://laviedesidees.fr/L-evaluation-et-les-listes-de.html [consultée le 15/06/2020]. Republié en 2020 dans le dossier « La recherche est un bien commun », La Vie des Idées. URL : https://laviedesidees.fr/La-recherche-est-un-bien-commun-4642.html [consultée le 15/06/2020]

Comité national de la recherche scientifique, « Objectifs et principes », Catégorisation des revues en Économie et en Gestion, Section 37. URL : www.cnrs.fr › comitenational › sections › section › sec=37 [consultée le 30/06/2020]

DGRH du MESRI (2019), Les personnels enseignants de l’enseignement supérieur du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation – Année 2018, Note de la DGRH no 9, MESRI. URL : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/81/6/Note_DGRH_n9_septembre_2019_Annee
_2018_1183816.pdf
[consultée le 16/05/2020]

Fourcade M., Ollion E. & Y. Algan (2015), « The superiority of economists », Journal of Economic perspectives, vol. 29, no 1, p. 89-114

Gringas Y. (2014a), Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’Agir.

Gringas Y. (2014b), « La fièvre de l’évaluation », Entretien avec Simon Paye, 16 septembre. URL : https://laviedesidees.fr/La-fievre-de-l-evaluation.html [consulté le 16/05/2020]. Repris dans le dossier « La recherche est un bien commun », La Vie des Idées. URL : https://laviedesidees.fr/La-recherche-est-un-bien-commun-4642.html [consultée le 15/06/2020]

Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), Liste des revues et des produits de la recherche hcéres pour le domaine SHS 1 « économie et gestion ». ULR : https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/downloads/2019%20Liste%
20HCERES%20domaine%20SHS1%20ECONOMIE%20et%20GESTION.pdf
[consultée le 15/06/2020]

Heckman J. J. & S. Moktan (2018), « Publishing and promotion in Economics: the tyranny of the top five », NBER Working paper, no 25093. URL: https://www.nber.org/papers/w25093.pdf [accessed on 15/06/2020]

Jeannin P. (2004), « Les économistes et leurs revues », Revue d’économie politique, vol. 114, no 3, p. 275-288

Observatoire des sciences et des techniques (OST), Hceres.fr/fr/observatoire-des-sciences-et-techniques-ost [consultée le 15/06/2020]

Picard E. (2020), « Profession universitaire », entretien conduit par Marieke Louis, La vie des idées. URL : https://laviedesidees.fr/Profession-universitaire.html [consultée le 15/06/2020]

Pontille D. & D. Torny (2007), « Objectifs et principes », Catégorisation des revues en Économie et en Gestion, Section 37 du Comité National. Repris dans Id. (2010), « Revues qui comptent, revues qu’on compte : produire des classements en économie et gestion », Revue de la régulation [En ligne], no 8.

Sauder M. & W. N. Espeland (2009), « The discipline of ranking: tight coupling and organizational change », American Sociological Review, vol. 74, no 1, p. 63-82. DOI: https://doi.org/10.1177/000312240907400104

US News &World Report (2012), US News Best Graduate Schools, Washington DC, US News & World Report.

Weil G. (2019), « A bibliometric analysis of the Top Five economic journals during 2012-2016 », Journal of Economic Surveys, vol. 33, no 1, p. 25-59

Haut de page

Notes

1 Loi no 2007-1199 du 10 Août 2007 dite Loi relative aux libertés et responsabilité des universités (LRU) prévoit qu’une partie des dotations financières de l’État aux universités dépendra de leurs « performances, notamment en matière de recherche. Les instances qui procèdent aux dotations peuvent décider de l’importance de cette part, souvent au vu du nombre de publiants.

2 Michael Sauder et Wendy Nelson Espeland (2009) notent ainsi dans leur article « The discipline of ranking: tight coupling and organizational change » (American Sociological Review, vol. 74) : « Rankings have change the fundamental activities of schools, transforming […] how actors make decision, do their jobs and think about their schools ».

3 Par exemple, on peut recevoir des messages du type : « Dear xxx, the name xxx is mentioned by one of the top 2 % most read authors on Academia… Track your growing reputation » en provenance d’un site basé à San Francisco.

4 De façon significative, ils intitulent ainsi les différentes sections de leur working paper : Empirical Evidence on the Potency of the Top Five / Junior Faculty Perceptions of Current Tenure and Promotion practices / The T5 as a Filter of Quality / Openness and Incest. Voilà ce qu’ils écrivent sur la question cruciale du Top Five : « Tenure commitees abdicate their responsabilities if they rely too strongly on T5 publications in making their decisions. They effectively delegate the task of candidate evaluation on editors of the T5 ». En étudiant les caractéristiques des bénéficiaires de titularisation et de promotions au sein des 35 « meilleurs départements d’économie » aux EUA, ils soulignent leur prééminence.

5 On est le meilleur chercheur, qui publie dans les meilleures revues ; on œuvre dans les meilleurs départements des meilleures universités : tout est sous contrôle.

6 Le Top 5 américain devient le Top 6 français, le Journal of Economic Literature (JEL) de l’American Economic Association figurant en plus dans la « Top List » retenue ici.

7 Comme l’ont bien montré David Pontille et Didier Torny (2007) dans « Objectifs et principes », Catégorisation des revues en Économie et en Gestion, Section 37 du Comité National, Octobre. Des révisions plus ou moins mineures de la liste sont intervenues depuis sa création et l’on sait que des responsables de revues, notamment francophones, interviennent avec force pour « remonter dans le classement », étant donné l’enjeu que cela représente. URL . http://sites.google.com/site/section37cnrs/Home [consulté le 16/05/2020]

8 L’Hcéres a sa propre « Liste des revues et des produits de la recherche ». URL : https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/downloads/2019%20Liste%
20HCERES%20domaine%20SHS1%20ECONOMIE%20et%20GESTION.pdf

9 Dans son article « A bibliometric analysis of the Top Five Economic Journals during 2012-2016 », Guangyue Weil (2019), lorsqu’il examine les centres d’intérêt des auteurs « les plus productifs », montre notamment que ces derniers couvrent la quasi-totalité des domaines. Par contre, il ne dit rien sur leurs orientations paradigmatiques.

10 Nous retenons ici l’approche de l’Observatoire des sciences et des techniques (l’OST) qui, pour ses évaluations, prend en compte le pays d’implantation des laboratoires où travaillent les signataires des articles. Par convention, la part mondiale de publications d’un pays correspond au rapport entre le nombre de publications du pays et le nombre de publications produites dans le monde. Pour cet indicateur, il est possible d’utiliser des comptes fractionnaires lorsqu’une même publication peut être rattachée à plusieurs pays. Nous ne procédons pas ici à ce type de décompte.

11 Pour une approche des grandes thématiques mobilisées dans les revues du Top 5, voir Wei (2019).

12 D’après la Note de la direction générale des ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de septembre 2019. URL : https://cache.media.enseignementsuprecherche.gouv.fr/file/statistiques/81/6/Note_
DGRH_n9_septembre_2019_Annee_2018_1183816.pdf
[consultée le 16/05/2020]

13 L’accès à ces titres est en réalité trusté par les grands départements états-uniens, voir infra.

14 Faute de pouvoir connaître la « nationalité » des institutions de rattachement des auteurs des papiers proposés mais refusés, on s’intéressera à la « nationalité » des institutions de rattachement des auteurs des papiers publiés.

15 Fourcade, Ollion et Algan (2015), notent ainsi : « The top 5 economics departments account for 28.7% of all authors in the Journal of Political Economy and 37,5% in the Quarterly Journal of Economics ». Quant à Heckman et Moktan (2018), ils parlent de « consanguinité » et proposent un tableau sur les « Incest coefficients for the T5 Journals ».

16 Même les chercheurs qui eux-mêmes publient, lisent et citent des articles de revues n’appartenant au T5 évaluent la qualité des candidats potentiels à la promotion et à l’embauche en se basant sur leurs publications dans les T5.

17 Selon l’US News and World Report 2012, Ranking of best graduate schools by disciplines. Emmanuelle Picard (2020) rappelle opportunément « le rôle des grandes associations nationales comme l’American Historical Association où se définissent les normes de la discipline et où s’organise un marché du travail académique ». C’est également vrai pour l’AEA.

18 Selon Fourcade, Ollion et Algan (2015), par exemple, 45,4 % des auteurs publiés dans le Quarterly Journal of Economics auraient effectué leur PhD dans les mêmes institutions : un niveau de consanguinité qualifié par eux de « sky high ». En outre, aux EUA, les départements universitaires d’économie « du haut de la hiérarchie » échangeraient leurs étudiants dans des proportions même très supérieures à ce qui se pratique chez les mathématiciens.

19 « CEPR was founded at a time when European economics had relatively few “centres of excellence” with international reach but many excellent researchers, widely dispersed, with few opportunities for interaction. One of CEPR’s main achievements has been to create a virtual “centre of excellence” for European economics through » (European Commission Knowledge for policy)

« CEPR’s network of Research Fellows and Affiliates includes over 1,300 of the top economists […] Researchers are based in their home institutions […]. The Centre provides common services for its network of researchers […] and it obtains funding. The Centre organizes approximately 80 meetings a year, and produces over 800 Discussion Papers, reports and books ». (Centre for Economic Policy Research. URL : https://cepr.org/about-cepr)

20 « The NBER is the nation’s leading nonprofit economic research organization […]. The more than 1,400 professors of economics and business now teaching at colleges and universities in North America who are NBER researchers are the leading scholars in their fields ». (National Bureau of Economic Research (NBER). URL : https://http://www.nber.org/)

21 Par exemple, un publiant d’HEC se trouve être t referee dans 21 revues ; un autre, publiant de TSE, dans 25 revues…

22 « Economics [...] is a very male-dominated field » ont noté à juste titre Fourcade, Ollion et Algan (2015).

23 Il serait précieux de pouvoir comparer systématiquement la composition des boards et la liste des auteurs publiés par toutes ces revues.

24 Notamment : European Journal of the History of Economic Thought, Management Science, History of Political Economy, Journal of public economics, Journal of mathematical economics, et Social choice and welfare.

25 Il faut se souvenir que, si les revues sont classées par « domaines », les frontières entre sous-disciplines ne sont évidemment pas étanches, et les choix de supports de publications faits par les chercheurs ne sont pas forcément calqués sur ces frontières.

26 Voir l’article de Florence Audier, « L’évaluation et les listes de revues », paru dans le dossier « La recherche est un bien commun » de La Vie des idées (Audier, 2009).

27 Cette caractéristique n’est pas propre aux économistes, voir le constat d’Emmanuelle Picard (2020) : « Le pouvoir excessif des “mandarins” qui siègent parfois durant des décennies et l’opacité de leurs décisions […] constituent autant de motifs de dénonciation. »

28 « Il s’agit en particulier de protéger les minorités disciplinaires en évitant un effet de laminage de certains domaines », écrivaient les porteurs du projet de liste des revues de la section 37 do CoNRS, cité par Pontille et Torny, art. cité

29 Voir l’article de Philippe Jeannin (2004), chargé de mission à la Direction de la recherche (ministère délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies). Il précise : « Cette communauté scientifique ne dispose pas d’une liste de revues consensuelle […] c’est le préalable à toute étude bibliométrique. » D’où l’initiative d’une enquête pour identifier les revues « scientifiques » dans le cadre de sa mission. Citant Jerry G. Thursby (JEL, no 38, 2000, p. 383-404), Jeannin qualifie l’économie de l’époque d’“industrie familiale ».

30 Comité national de la recherche scientifique (2007), « Objectifs et principes », Catégorisation des revues en Économie et en Gestion, Section 37.

31 Comme déjà mentionné, l’issue de ces processus n’a pas été homogène dans les diverses communautés scientifiques.

32 Il est déjà et il sera de plus en plus difficile d’accéder à ces supports : l’espace disponible, stable, est disputé par de plus en plus d’auteurs, qui proposent des papiers de plus en plus longs. Le taux d’acceptation des articles soumis serait ainsi passé de 15 % en 1980 à 6 % en 2018.

33 Les « scores » des candidats sont souvent mentionnés au cours des discussions de commissions, même si c’est pour les relativiser immédiatement.

34 Heckman et Moktan (2018) : « Publication in the T5 journals has become a professional standard. » S’agissant des jeunes chercheurs, ils soulignent : « For many young economists, if a paper on any topic cannot be published in a T5 outlet, the topic is not worth pursuing. »

35 Il faut rappeler qu’aux EUA la production de livres est néanmoins bien valorisée, notamment via les Presses universitaires, et que les revues en font la promotion. Par exemple, en 2018, le JEL a consacré 53 de ses 1 700 pages à signaler la parution de livres (Books Review), 296 pages à des recensions de livres d’économie (Annoted listing of New Books) et 28 pages aux Doctoral dissertations in Economics. Reste que le fait de ne pas inclure les livres dans les citations pousse les économistes à publier leurs recherches par petits bouts.

36 Les revues accordent une grande importance aux financements reçus, et les recherches qu’elles publient doivent les mentionner.

37 Le CEPR, par exemple, organise ces processus de notoriété ; voir la note 20 supra.

38 Heckman et Moktan (2018) soulignent combien la concentration des pouvoirs dans les mains de quelques éditeurs fragilise la discipline, et notent les risques de biais et même de corruption.

39 Par exemple Gringas (2014a).

40 Ibid., p. 84.

41 Rapport remis le 17 janvier 2011 à Madame la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (Académie des sciences, 2011).

42 Ibid., p. 2 et 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La place des auteurs français
Crédits Source : calculs de l’auteure
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/16797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. Les auteurs français et les autres selon les « domaines » (2015)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/16797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Audier, « Usages et mésusages de la bibliométrie en économie », Revue de la régulation [En ligne], 27 | 1er semestre/spring 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/16797 ; DOI : 10.4000/regulation.16797

Haut de page

Auteur

Florence Audier

Chercheure associée, SAMM - EA 4543 université Paris1 - FP2M CNRS FR 2036 ; Florence.Audier@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search