Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27HommageHommage à Michel Freyssenet

Hommage

Hommage à Michel Freyssenet

Un analyste de l’historicité et de la centralité du travail
Robert Boyer

Né au Teil en Ardèche le 6 août 1941, Michel Freyssenet est décédé brusquement à Paris le 22 janvier 2020. Après des études en sociologie, à Lyon, il se forme à l’aménagement régional et devient chercheur au Centre de sociologie urbaine. Il est ensuite recruté par le Centre national de la recherche scientifique, en 1978, où il poursuit toute sa carrière jusqu’en 2009. Il n’a cessé d’explorer les diverses facettes d’une même question : comment le travail, comme activité salariée, a-t-il été inventé et n’a-t-il cessé de se transformer, dans la période contemporaine, sous l’effet de l’automatisation, de l’évolution industrielle et des crises. Il a montré comment de nouvelles formes de la division de l’intelligence du travail avaient été inventées sans pour autant rencontrer le succès dans le contexte de la domination de la relation capital/travail. à travers une analyse historique de l’industrie automobile, Michel Freyssenet a développé la notion de modèle productif comme mise en cohérence de dispositifs de gestion de l’incertitude, et a montré sa nécessaire compatibilité avec le mode de croissance propre à chaque société. Ce cadre analytique avait été élaboré au sein du réseau international et interdisciplinaire Gerpisa [Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile], qu’il avait fondé avec Patrick Fridenson. Il a ainsi inspiré nombre d’analyses pour d’autres secteurs qui ont été menées par une communauté internationale de chercheurs. Cette trajectoire intellectuelle aurait dû culminer dans une théorisation des rapports sociaux, objet d’un ouvrage en préparation dont il nous laisse un brillant synopsis. Les sociétés et les individus pourraient être analysés comme combinaison/confrontation assumée de différents rapports sociaux que sont le rapport capital/travail, le rapport marchand, le rapport administré, le rapport associatif et le rapport domestique. Chacun d’entre eux développe une économie, des techniques, une politique et une symbolique qui lui sont propres. La viabilité et l’évolution d’une société dépend d’un compromis entre ces rapports sociaux, générateurs d’une diversité de pratiques et de visions du monde. Ce message prend toute son importance à l’époque de la remise en cause de la domination du rapport capital/travail sur les sociétés contemporaines. Il faut lire et relire les travaux de Michel Freyssenet.

Pour consulter le site de Michel Freyssenet : https://freyssenet.com/

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search