Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27HommageDe l’intérêt de lire Michel Freys...

Hommage

De l’intérêt de lire Michel Freyssenet aujourd’hui

Why we should keep reading Michel Freyssenet
Jean-Pierre Chanteau
  • 1 Freyssenet M. (1999), « The Emergence, centrality and end of work », Current Sociology, vol.47, no  (...)
  • 2 « Palim Psao propose un ensemble de textes et videos portant sur les courants de la critique de la (...)

Ce texte, que nous publions en hommage à Michel Freyssenet, est la version initiale, en français, d’un article paru dans Current Sociology (Freyssenet, 1999)1. Le Comité de rédaction de la Revue de la régulation remercie le site Palim Psao2, qui l’avait publié dans le cadre du dossier « Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme ».

  • 3 Pour une mise en perspective critique, voir par exemple Harribey (2000).

Cet article est certes daté, car il répond à un débat public intense au milieu des années 1990 : dans un contexte d’aggravation du chômage de masse et d’atonie de la croissance économique, de nombreux auteurs (dont : Gorz, 1988 ; Sue, 1994 ; Méda, 1995 ; Rifkin, 1995…) et acteurs politiques débattaient de la « fin » du travail et de ses conséquences en matière d’accès au revenu3.

Mais ce n’est pas pour autant un texte de circonstance. Il s’ancre dans une « théorisation possible des rapports sociaux4 » qui est, à partir de 1971, un des axes structurant le programme de recherches de Michel Freyssenet. Surtout, il propose des éléments de méthode pour l’analyse économique qui sont toujours d’actualité. Pour trois raisons au moins :

1° De la capacité heuristique des démarches inter- et trans-disciplinaires. Ce que rappelle d’abord l’auteur est la nécessité de préciser le concept apparemment banal de travail. Toutes les disciplines n’en ont pas la même compréhension et ne disposent pas des mêmes connaissances sur cette pratique humaine. Sauf à entretenir un dialogue de sourds, voire une confusion politique, comme ce débat sur la « fin du travail » dans les années 1990 l’illustrait souvent, il ’faut donc définir clairement en quoi le « travail » constitue une catégorie particulière d’activité humaine. Michel Freyssenet nous dit aussi que cet effort se confronte nécessairement à la vision ontologique et politique du chercheur – ce qui n’enlève rien à sa qualité scientifique. D’où l’attachement de l’auteur à questionner le concept de rapport social par une enquête transdisciplinaire pour construire une connaissance scientifique du « travail ». Outre les développements qui suivent (voir section 2), il y était revenu dans un texte ultérieur, soumis à notre revue, mais qu’il n’a malheureusement pu finaliser :

Un rapport social n’est pas […] une relation sociale limitée et localisée, régie par des règles plus ou moins institutionnalisées entre les individus concernés. Un lien social ne devient rapport social et élément de la structure d’une société donnée qu’en deux circonstances : lorsqu’il parvient à transformer au moins un constituant de la vie en condition de la vie et qu’il devient de ce fait un point de passage obligé pour y accéder ; lorsqu’il arrache à d’autres rapports sociaux des constituants de la vie que ces derniers avaient déjà transformés en conditions de la vie (par exemple, les semences ou l’accouchement, qui sont passés du rapport domestique au rapport de la petite production marchande, au rapport étatique ou au rapport capitaliste).

Si les institutionnalistes ont bien identifié l’importance de ce concept de « rapport social » – il est au cœur de l’analyse régulationniste (Boyer & Saillard, 2002) –, le chantier reste ouvert. Par exemple, la proposition fondamentale de Michel Freyssenet, selon laquelle les rapports sociaux structurants se construisent et se déconstruisent, interroge l’apparente finitude des cinq formes institutionnelles du capitalisme à laquelle on réduit parfois la théorie de la régulation.

  • 5 Inversement, constater à quel point les économistes mainstream peuvent ignorer des auteurs majeurs (...)

2° De l’intérêt du pluralisme en économie. La théorisation de Michel Freyssenet se nourrit tout autant de la lecture d’Adam Smith que de Karl Marx, ainsi que des différentes lectures possibles de chaque auteur5. Sa boussole n’est pas la référence totémique à un auteur (ou à une méthode) mais la capacité heuristique d’un concept ou d’une théorie confrontés à des situations pratiques, après qu’il l’a soumis(e) à une critique interne et externe. Et là aussi, on mesure le profit que peut faire l’économiste institutionnaliste s’il dépasse le matérialisme habituel de l’économiste pour prendre en compte les dimensions idéelles de la vie économique (section 1).

  • 6 Par exemple l’origine du concept de travail peut être datée dès le xvie siècle (Jacob, 1994). Mais (...)
  • 7 Sur ce point, voir par exemple la mise en discussion par Supiot (2019).
  • 8 L’auteur est ici proche aussi de Castoriadis (1975) qui écrivait : « si, dans l’Antiquité, les caté (...)

3° De l’importance d’historiciser la méthode et l’objet de recherche de l’économiste. On peut débattre de certains faits stylisés ici6, mais la proposition théorique de Michel Freyssenet résiste : on ne peut comprendre le travail ou le rapport salarial sans le ressaisir dans l’architecture des rapports sociaux, c’est-à-dire resituer des pratiques en rapport avec leurs conditions matérielles et les significations qui les qualifient, selon le cas, d’utiles, de justes7, de nécessaires, etc.8

On pourrait donc risquer l’hypothèse selon laquelle un rapport social devient important lorsqu’il transforme certaines données naturelles ou culturelles en enjeu social, en conditions non garanties de la vie en société et en moyen de différenciation et de contrôle, et qu’il est fondamental lorsqu’il est parvenu à être la voie obligée pour accéder à ce qui est devenu les ressources matérielles et immatérielles (de toute nature) nécessaires à la vie dans la société considérée.(Freyssenet, 1999)

Pour tout cela, et bien d’autres raisons encore (voir le texte de Robert Boyer dans ce numéro), il faut continuer de s’inspirer de Michel Freyssenet.

Bibliographie

Boyer R. & Y. Saillard (2002) Théorie de la régulation. État des savoirs, 2e éd. Augmentée, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Castoriadis C. (1975), L’Institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, coll. « Points/Essais ».

Gorz A. (1988), Métamorphoses du travail, quête du sens, Paris, Galilée, coll. « Débats ».

Harribey J.-M. (2000), « De la fin du travail à l’économie plurielle », in Collectif, Appel des économistes pour sortir de la pensée unique, Le Bel avenir du contrat de travail : alternatives au social-libéralisme, Paris La Découverte & Syros, coll. « Alternatives économiques », p. 19-40.

Jacob A. (1994), Le travail, reflet des cultures, Paris, Puf, coll. « économie en liberté ».

Méda D. (1995), Le travail, reflet des cultures n, Paris, Aubier, coll. « Alto ».

Rifkin J. (1995), The End of Work: the decline of the global labor force and the dawn of the post-market era, foreword by Robert L. Heilbroner, New York, G.P. Putnam’s son
[trad.
Fr. La fin du travail, traduit de l’américain par Pierre Rouve, Préface de Michel Rocard, Postface et choix de textes Alain Caillé, Paris, La Découverte, coll. « Poche/Essais », 1997].

Sue R. (1994), Temps et ordre social, Paris, Puf, coll. « Le Sociologue ».

Supiot A. (2019), Le travail n’est pas une marchandise. Contenu et sens du travail au xxie siècle, Paris, Collège de France, coll. « Leçons ».

Haut de page

Notes

1 Freyssenet M. (1999), « The Emergence, centrality and end of work », Current Sociology, vol.47, no 2, p. 5-20. DOI : https://doi.org/10.1177/0011392199047002003

2 « Palim Psao propose un ensemble de textes et videos portant sur les courants de la critique de la valeur (Wertkritik) et de la critique de la valeur-dissociation (Wert-abspaltungskritik), autour des œuvres de Robert Kurz, Anselm Jappe, Roswitha Scholz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Moishe Postone, Clément Homs, Johannes Vogele, Benoit Bohy-Bunel... et des revues Krisis, Exit ! et Jaggernaut. » (page d'accueil du site)

3 Pour une mise en perspective critique, voir par exemple Harribey (2000).

4 Consulter à ce propos le site de Michel Freyssenet. URL : http://freyssenet.com/?q=fr/node/122 [consultée le 26/06/2020]

5 Inversement, constater à quel point les économistes mainstream peuvent ignorer des auteurs majeurs est stupéfiant : voir par exemple les réactions après l’attribution du prix de la Banque de Suède à Elinor Ostrom (« who ? ») en 2010.

6 Par exemple l’origine du concept de travail peut être datée dès le xvie siècle (Jacob, 1994). Mais cela ne contredit pas fondamentalement la thèse de Freyssenet : le capitalisme ne s’est pas créé en un jour.

7 Sur ce point, voir par exemple la mise en discussion par Supiot (2019).

8 L’auteur est ici proche aussi de Castoriadis (1975) qui écrivait : « si, dans l’Antiquité, les catégories dominantes sous lesquelles sont saisis les rapports sociaux et l’histoire sont des catégories essentiellement politiques (le pouvoir dans la cité, les rapports entre cités, la relation entre la force et le droit, etc.), si l’économique ne reçoit qu’une attention marginale, ce n’est ni parce que l’intelligence ou la réflexion étaient moins “avancées”, ni parce que le matériel économique était absent ou ignoré. C’est que […] l’économie ne s’était pas constitué comme moment “autonome”, comme disait Marx, “pour soi”, de l’activité humaine. […] Une véritable analyse de l’économie elle-même […] n’a pu avoir lieu qu’à partir du xviie et surtout du xviiie siècle, c’est-à-dire avec la naissance du capitalisme qui a érigé l’économie en moment dominant de la vie sociale ». Castoriadis (1975, p. 19).

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search