Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Notes de lectureà propos de l’ouvrage de Laurence...

Notes de lecture

à propos de l’ouvrage de Laurence Scialom, La fascination de l’ogre ou comment desserrer l’étau de la finance

Odile Lakomski-Laguerre
Référence(s) :

La fascination de l’ogre ou comment desserrer l’étau de la finance, Paris, Fayard, coll. « Raison de plus », 2019, 264 p.

Texte intégral

Introduction

1À la suite des désordres économiques provoqués par la crise financière de 2008, la crédibilité des institutions bancaires garantes du bon fonctionnement des systèmes de paiement s’est trouvée sérieusement entamée. Les critiques et les griefs envers les établissements monétaires et financiers se sont multipliés : excès de dettes, financiarisation trop poussée, spéculation et instabilité. La colère s’est ainsi exprimée, immédiatement après le séisme de la crise, via des mouvements de contestation citoyens comme Occupy Wall Street. Dans le monde académique également, des voix se sont élevées pour questionner la pertinence des fondements théoriques sur lesquels s’appuie, par exemple, la conduite de la politique monétaire (Aglietta, 2014), mais aussi pour proposer une refonte du système financier dans la perspective d’une limitation du poids de la finance et d’une meilleure régulation. Alors que les réformes s’engageaient un peu partout, notamment en Europe, d’autres voix se manifestaient pour pointer du doigt la trop grande timidité des régulations mises en place et pour dénoncer la responsabilité du lobbying bancaire dans la relative inaction des pouvoirs publics (Couppey-Soubeyran, 2015).

2Dans cet esprit, Laurence Scialom a publié récemment aux éditions Fayard un ouvrage intitulé La fascination de l’ogre. Il s’agit, à travers ce livre, de dévoiler, au moyen d’une argumentation méticuleuse et parfaitement maîtrisée, les dérives et les excès d’une industrie financière dont les pratiques largement dérégulées depuis les années 1980 ont eu un impact désastreux sur nos sociétés : montée des inégalités (la finance ne suffit pas à elle seule à expliquer ce phénomène complexe, mais en tout cas elle y contribue) ; course à la rentabilité ; bulles spéculatives ; criminalité en col blanc et crises financières, dont la dernière en date a laissé des stigmates encore bien visibles. L’ouvrage analyse également l’ensemble des mécanismes qui ont pu faire obstacle à une régulation sérieuse de la finance, depuis la diffusion d’une idéologie prônant l’efficacité de la concurrence et l’autorégulation des marchés, jusqu’aux pratiques de lobbying et aux nombreux conflits d’intérêts existant entre le secteur financier (notamment bancaire) et les régulateurs, ce que Laurence Scialom appelle la capture de la société par la finance. Pour bien faire, il faudrait en finir avec la toute-puissance de la finance, desserrer cet « étau » dont nous parle l’auteure, de manière à remettre la sphère financière au diapason des besoins fondamentaux de l’économie (dont le principal serait, soyons fous, celui d’orienter les capitaux vers des investissements productifs ou jugés socialement utiles) et à faire disparaître l’ogre qu’elle est devenue. C’est dans cette perspective que l’ouvrage nous propose une panoplie d’instruments et de pistes à suivre sur le plan politique pour une meilleure régulation de la finance. A priori, il serait difficile de ne pas réserver un accueil enthousiaste à cet ouvrage, tant dans l’univers foisonnant des publications économiques académiques, il nous apparaît comme « socialement utile », et donc particulièrement bienvenu. Dix ans après la crise, le constat est alarmant ; et sur ce sujet d’une actualité toujours brûlante, la réactivation, sinon le réveil d’une conscience politique et citoyenne, est aujourd’hui urgente. D’une certaine manière, La fascination de l’ogre agit comme une « piqûre de rappel » d’une absolue nécessité.

3En effet, l’urgence de trouver des solutions aux dysfonctionnements typiques d’un capitalisme tiré par une finance libéralisée est d’autant plus patente que le malaise social s’installe durablement, avec, parmi ses manifestations les plus évidentes, une montée des populismes dans les pays développés. Or, comme le laisse entendre Scialom, l’effritement de la cohésion sociale vient en partie se nourrir d’un fort ressentiment lié à l’impunité totale de ceux qui ont été directement responsables de la crise de 2008 (les dirigeants des grandes banques qui ont conçu et vendu à un stade industriel des produits financiers toxiques), tandis qu’une partie non négligeable de la population payait bien cher les dégâts collatéraux de l’après-crise.

4Laurence Scialom s’attaque à trois problèmes majeurs qui constituent l’essentiel des maux de la finance contemporaine : i) l’influence de la pensée dominante en économie, qui a conduit à des présupposés erronés, notamment quant à la gestion des risques financiers ; ii) le poids démesuré du secteur financier et le caractère systémique des grandes banques ; iii) la capture des régulateurs par les acteurs de la sphère financière.

Les conflits d’intérêts entre les sphères privée et publique sont à la confluence de ces trois phénomènes et entravent l’action du régulateur. Les propositions politiques exposées dans l’ouvrage découlent logiquement de ce diagnostic.

Pour une théorie financière hétérodoxe

  • 1 Ces propositions ont été formulées dans une note de lecture critique, co-écrite avec Gaël Giraud, p (...)

5Ouvrage voué à nourrir la réflexion et le débat, La fascination de l’ogre s’adresse a priori davantage aux citoyens et aux politiques qu’à un public d’universitaires économistes. L’effort pédagogique constamment présent dans l’ouvrage sert un objectif précis : il s’agit de rendre accessible à la population un sujet hautement technique, dont le caractère hermétique est largement entretenu, d’une part par un jargon rendu volontairement incompréhensible pour le profane, d’autre part, par l’omniprésence de la modélisation mathématique dans le domaine. De ce point de vue, La fascination de l’ogre est un livre militant. Cela est d’autant plus crédible que Laurence Scialom est une universitaire engagée. Elle a défendu, en 2013, un certain nombre de propositions1 pour que, dans le cadre de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires, les discours soient suivis par des faits. Outre ses activités d’enseignement et de recherche en tant que professeure à l’université Paris Nanterre, elle est membre du conseil scientifique de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de la Commission consultative Épargnants de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Elle est aussi membre qualifiée de l’ONG Finance Watch (acteur majeur dans le contre-lobbying technique en finance) et coordonne le pôle régulation financière du think tank Terra Nova. Autrement dit, en matière de régulation bancaire et financière, Scialom est aux premières loges, et ses nombreux engagements lui permettent de pratiquer l’une des méthodes d’enquête de terrain qualitative que l’on appelle « l’observation participante ». Elle peut donc d’autant mieux discuter et décortiquer la question du lobbying bancaire et de son emprise sur le régulateur.

6Une lecture attentive de l’ouvrage révèle qu’une deuxième ambition est présente dans La fascination de l’ogre. Car s’il s’agit d’alerter l’opinion publique sur les efforts restant à accomplir pour libérer la société du monstre financier, le livre donne aussi l’exemple d’un exercice académique rondement mené. L’argumentation est solide et rigoureuse, et les étudiants en économie tout comme les enseignants-chercheurs trouveront, en une seule lecture, une synthèse maîtrisée d’un large corpus d’articles scientifiques, faisant ainsi de ce livre une référence incontournable sur la question de la régulation financière.

7Contrairement à ce que prétend l’idéologie néolibérale et à l’appui de la théorie des marchés efficients, la finance libéralisée ne s’autorégule pas, mais présente une dynamique endogène instable, comme le montrent nombre de travaux hétérodoxes. Laurence Scialom s’appuie clairement sur ces hypothèses de travail, comme en témoigne le premier chapitre, qui mobilise, dans un argumentaire fluide et très pédagogique, autant d’approches et de références incontournables, devenues pour ainsi dire des « monuments » : on pourra citer notamment l’analyse des cycles financiers, de la spéculation et des crises de Charles Kindleberger ; l’hypothèse d’instabilité financière de Hyman P. Minsky ; l’appétit de la finance pour toujours plus de liquidité, comme l’avait souligné par exemple André Orléan. Laurence Scialom se réfère aussi en partie à l’un des ouvrages les plus pertinents qu’il nous ait été donné de lire sur la finance, celui de Pierre-Noël Giraud, Le commerce des promesses (Giraud, 2009). Son ouvrage ravira donc tous les enseignants-chercheurs qui sont familiers de cet ensemble de travaux et qui organisent leur réflexion, leurs recherches et leurs enseignements sur la monnaie et la finance, selon un cadre alternatif eu égard aux présupposés de la théorie mainstream.

8Parce qu’une finance non régulée est par nature instable, on comprend dès lors la nécessité impérieuse d’un encadrement et d’un contrôle sérieux de ce secteur. Laurence Scialom fait le pari qu’une meilleure régulation de la finance est possible dans la configuration actuelle d’un capitalisme financiarisé et mondialisé. À ce titre, il manque peut-être dans l’ouvrage une analyse plus systématique du cadre institutionnel actuel du capitalisme, qui conduit à exacerber ces dynamiques instables de la finance : une montée en puissance de l’actionnariat qui pousse les acteurs privés à rechercher une forte rentabilité financière à court terme ; une concurrence (accentuée par la globalisation et la libéralisation des flux de capitaux) qui encourage une prise de risque plus importante ; une dépense des agents économiques tirée par la dette dans un contexte où le partage de la valeur ajoutée conduit à une compression des salaires, etc. Nous reviendrons sur l’importance d’envisager, dans la discussion, une réflexion portant une dimension plus structurelle, c’est-à-dire consistant à réinsérer la finance dans une problématique plus large de la logique capitaliste.

  • 2 Pour reprendre le titre de l’article incontournable de Guttentag et Herring (1986).

9Le retour du libéralisme dans les années 1970 et la prédominance de la théorie économique mainstream, largement diffusée par l’école de Chicago, ainsi que de son avatar qu’est la théorie de l’efficience des marchés, ont donné corps à l’impulsion politique d’une libéralisation de la finance. Il s’ensuit donc que La fascination de l’ogre s’enrichit d’une réflexion critique sur le rôle de la discipline économique dans la dérégulation du secteur financier et dans l’aveuglement au désastre2 – soyons plus précis : sur le rôle de la discipline en tant qu’elle est dominée par les diktats de la théorie économique, fondée sur les modèles d’équilibre et l’hypothèse de rationalité des acteurs –, sur les limites d’une « science » dont la cohérence interne doit être questionnée (Keen, 2014) et qui a oublié à quel point l’économie est constamment en interaction avec le corps social (et politique). En effet, cela fait déjà un certain temps que les formations les plus prestigieuses dans ce domaine sont celles qui se focalisent sur l’enseignement des techniques financières et des modèles mathématiques ou économétriques, dont la plupart reposent sur des hypothèses par trop simplificatrices. Par ailleurs, la discipline s’est aussi depuis longtemps développée sur la base d’une illusion scientiste, qui consiste entre autres à penser que l’outil utilisé est neutre. Or ce n’est pas le cas, dans la mesure où la théorie financière ne se contente pas de décrire le monde, mais participe largement à la réalité qu’elle observe. L’ouvrage montre à maintes reprises que l’outil mobilisé dans l’analyse véhicule une idéologie et un cadre conceptuel fallacieux qui nous ont menés tout droit dans le mur.

10D’où l’impérieuse nécessité de réformer en profondeur l’enseignement et la recherche en économie, proposition somme toute très logique si une meilleure approche de la régulation doit reposer sur le présupposé d’une révolution des esprits. Laurence Scialom en appelle donc à un renouvellement des théories financières qui supposerait une diversification de la recherche en finance, davantage de pluralisme et une approche plus qualitative. Pour bien faire, il faudrait par exemple que « le foisonnement de recherches éparses sur la macrofinance post-crise finisse par faire système » (p. 193). Il faudrait aussi que les programmes d’enseignement intègrent obligatoirement une dimension éthique et une analyse des conflits d’intérêts. La science économique en général, la finance en particulier, doivent donc redevenir des sciences sociales. Elle rappelle, au début du chapitre 6, les différentes initiatives qui ont été portées, en France et dans le monde, par des mouvements ou des organisations au cours des années 2000 : citons entre autres la pétition du collectif d’étudiants français contre « l’autisme en économie » ; le mouvement Post Crash Economics Society en Angleterre ; l’International Student Initiative for Pluralism in Economics [ISIPE], créée en 2014 et regroupant 65 associations d’étudiants en économie à travers 30 pays et l’Institute for New Economic Thinking [INET], créé en 2009. Dans une version plus radicale sur le plan politique, l’Association Française d’Économie Politique (AFEP) œuvre également pour la promotion d’une discipline économique ouverte au pluralisme et lutte contre l’hégémonie du paradigme néoclassique.

  • 3 Laurence Scialom reprend ainsi une étude de Dupré et Raufflet (2014), qui montre notamment qu’aucun (...)

11On ne peut qu’adhérer à cet ensemble de propositions. Force est de constater, malheureusement, que l’aggiornamento appelé de tous ses vœux par l’auteure n’a pas encore eu lieu au sein de la discipline économique3. Il faut croire que le prestige et le classement de certaines formations possèdent un pouvoir d’attraction bien plus fort, eu égard au besoin de disposer d’un outillage théorique susceptible de mieux nous faire comprendre comment fonctionne le monde.

L’étau de la finance : les mécanismes de la capture

12L’apport de Scialom dans La fascination de l’ogre tient à une ’analyse minutieuse des puissants mécanismes de la capture – c’est-à-dire l’ensemble des multiples canaux par lesquels l’industrie financière pèse sur les processus de décision politique, pour servir leur propre intérêt – et des propositions qui sont faites afin de les contrer et, idéalement, de s’en libérer. On sent dans le livre l’influence de méthodes auxquelles les historiens des sciences sont accoutumés : la finance est ainsi incarnée par des acteurs identifiés, par leurs connexions et leurs réseaux. Laurence Scialom décrypte, en référence à l’ouvrage Les marchands de doute de Naomi Oreskes et Erik Conway (paru en 2014), les différentes méthodes utilisées par le secteur bancaire et son pouvoir de lobbying pour manipuler l’information et l’opinion publique dans le but de saper toute tentative de régulation par l’État.

  • 4 L’analyse des conflits d’intérêts est reprise dans l’ouvrage de Scialom, notamment dans le chapitre (...)
  • 5 Selon Scialom, qui reprend une étude du Corporate European Observatory (CEO) qui quantifie le poids (...)

13Certains canaux de la capture sont désormais bien connus et ont été exposés dans le livre BlablaBanque publié en 2015 par Jézabel Couppey-Soubeyran : on peut mentionner les conflits d’intérêts4, le poids du lobbying5 et le phénomène dit des « portes tournantes », qui résume la carrière des individus à des allers-retours entre entreprises privées et sphère publique. Tout en s’inscrivant dans l’esprit de cet ouvrage, Scialom va plus loin et appréhende cette notion de capture dans un sens plus large.

14Ce qui fait la puissance de ce mécanisme, au-delà de l’argent et du temps investis pour faire pression sur les décideurs publics, c’est sa dimension cognitive : la capture est d’autant plus insidieuse et efficace qu’elle est intellectuelle et idéologique. Comme forme de « capture corrosive » (p. 133), la domination de la théorie économique standard et son impact sur la façon dont ont été pensées les différentes formes de régulation au cours de la période contemporaine jouent un rôle central, comme cela est développé dans le chapitre 3 de l’ouvrage. L’influence de l’idéologie libérale diffusée par l’école de Chicago aux États-Unis a ainsi largement contribué à la construction, par les économistes mainstream, d’un climat intellectuel de défiance vis-à-vis des réglementations, accusées de ne servir que des intérêts privés et de générer des distorsions de concurrence au détriment du consommateur. Dans le domaine de la finance, l’hypothèse dominante de l’efficience des marchés, les anticipations rationnelles et la représentation des crises comme résultat d’un choc exogène ont conduit à se convaincre du caractère néfaste et contre-productif d’une régulation étatique et à en conclure que la sphère financière pouvait s’autoréguler. Cela mènera, dans le secteur bancaire notamment, à l’utilisation par les banques de leur propre modèle d’évaluation des risques (le modèle Value at Risk, VaR, imposé par la banque J.P. Morgan…) pour le calcul de leur ratio de capital règlementaire. Dans le même esprit, une autre conséquence de cette capture idéologique par la théorie économique standard fut celle d’une approche exclusivement micro-économique de la régulation, l’idée étant qu’en contrôlant la gestion du risque à l’échelle de chaque établissement individuel, la stabilité financière globale serait automatiquement assurée, oubliant par-là même un phénomène majeur des crises : le risque systémique, qui ne saurait se réduire à la sommation des risques micro-économiques, mais obéit à des logiques qui lui sont propres.

Bien que plusieurs signes de capture traditionnelle soient présents – en particulier les bien huilées portes tournantes entre les agences de réglementation et l’industrie –, l’argument d’une capture au sens strict est affaibli par une explication plausible alternative : les fonctionnaires des agences sont véritablement convaincus par l’argument selon lequel les marchés financiers libres sont bons pour le public. (p. 112)

15Cette capture cognitive, très insidieuse et non visible, conduit les régulateurs à adhérer aux intérêts et aux valeurs de l’entreprise privée, si bien que les représentations de deux sphères jadis bien distinctes se trouvent confondues, perdant ainsi de vue l’idée même de l’intérêt général. Dans La fascination de l’ogre, l’analyse de ces nouveaux canaux de capture met « l’accent sur les interactions sociales, la formation, l’expérience professionnelle antérieure, les réseaux familiaux, sociaux et professionnels dans la constitution et la structuration d’un paradigme pro-industrie chez les régulateurs » (p. 134). La porosité entre les deux mondes, public et privé, largement entretenue par la généralisation des revolving doors [portes tournantes], tend à produire une même culture partagée. L’un des facteurs d’homogénéisation de ces représentations fut l’instillation progressive du « nouveau management public », avatar de l’État néo-libéral, qui a poussé à la transposition des critères de gestion privée dans la sphère publique, moyennant la création d’une multitude d’agences indépendantes qui ont supplanté les anciennes directions administratives et ont contribué à faire reculer l’interventionnisme public au profit des marchés.

À l’évidence, le noyautage est total et le ver, bien confortablement installé dans le fruit. Comment faire pour reprendre le contrôle de cette finance prédatrice ?

Les propositions pour desserrer l’étau financier

16Pour Scialom, la lutte doit s’opérer à deux niveaux : réduire le pouvoir de capture de la finance, mais aussi opérer une refonte de la discipline économique, tant sur le plan de son enseignement que sur celui de la recherche. L’idée est d’adopter une vision haute et globale, et de penser les réformes possibles comme une combinaison de solutions qui pourraient faire système (ce qui est très cohérent avec l’ensemble de la réflexion menée dans La fascination de l’ogre). Comme nous avons déjà abordé la question de la refonte des sciences économiques, nous nous attacherons seulement ici à exposer les principales propositions relevant des réformes de la sphère financière. Nous évoquerons ensuite des éléments de discussion critique.

17En ce qui concerne les pistes de réflexion et propositions avancées par Scialom pour desserrer l’étau de la finance, elles comprennent deux objectifs principaux : rendre la finance moins complexe et prévenir les conflits d’intérêts.

18Le monde de la finance et de la banque est devenu très complexe, ce qui constitue une entrave majeure à sa régulation. Cette complexité touche aussi bien la structure des groupes bancaires que les produits financiers, ainsi que les pratiques relevant de la gestion des risques. Sur ce dernier point, l’exemple du calcul du dénominateur du ratio de capital (l’actif pondéré par les risques), délégué aux banques elles-mêmes sous l’influence de leur lobbying, est assez parlant. Pour une grande banque active à l’échelle internationale, la multiplicité du nombre de modèles utilisés, sans parler du nombre de paramètres impliqués, peut atteindre des chiffres extravagants ; dès lors, il n’est pas difficile de comprendre que le régulateur chargé de valider les procédures internes de calcul puisse faire face ici à une asymétrie d’information très difficile à surmonter. Ainsi, la complexité des structures crée de l’opacité qui peut facilement être exploitée par les banques, et qui rend d’autant plus malaisée l’action du régulateur. Or, au lieu de s’attaquer de front à cette opacité, l’activité de régulation a consisté à coller au plus près des pratiques de l’industrie bancaire, avec une réglementation toujours adaptative. Il s’agit’ donc là d’un cercle vicieux, dans lequel d’une certaine manière le régulateur a toujours un train de retard sur l’industrie régulée, principalement en raison de ce processus de capture. On peut alors s’interroger, au fil de la lecture, sur la nature de cet ogre impliqué dans le titre : s’agit-il de la finance seule, ou bien, ce qui rend la réforme plus compliquée, d’une collusion banques-pouvoirs publics ?

  • 6 En 2012, le gouverneur de la Banque de Finlande, Erkki Liikanen, a présidé le groupe de travail qui (...)

19Pour Scialom, la meilleure réponse qui ait été apportée, à la fois au caractère systémique des banques et à la complexité de la finance, fut celle de la séparation des activités bancaires, autrement dit, l’édification de cloisons étanches entre les activités de banque commerciale et celles de trading. Par ailleurs, il est bien démontré dans le chapitre 2 de l’ouvrage, exemples à l’appui, que la grande banque de nature systémique est un lieu de concentration de conflits d’intérêts. La séparation des activités bancaires permettrait non seulement de simplifier l’activité, mais aussi de réduire la taille des établissements, ce qui viendrait par là même de résoudre en partie ces problèmes de conflits d’intérêts. Nous ne développerons pas davantage ce point, qui avait été largement débattu et soumis aux discussions critiques lors de la réduction à quasi-néant du projet de réforme mis en avant dans le Rapport Liikanen6. Historiquement, on sait que le Glass Steagle Act de 1933, qui avait organisé cette séparation stricte des activités bancaires aux états-Unis, avait contribué à protéger les épargnants des crises et des risques de faillite, et à une plus grande stabilité de la finance pendant la période de l’après-guerre. La majeure partie des velléités post-crise 2008 pour une séparation des activités bancaires et pour une régulation plus forte a rapidement été contrée par le lobbying de cette industrie. Aux états-Unis, la loi Dodd-Franck émanant du gouvernement Obama, qui allait également dans ce sens, fait actuellement l’objet d’un dé-tricotage minutieux de la part de l’administration Trump…

20Reste alors le point central de ce livre : s’attaquer au phénomène de la capture et aux conflits d’intérêts. Sur ce point, Scialom souligne quelques avancées. Parmi elles, on notera la création, en 2013, de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) et la loi Sapin 2 votée en 2016, chargée de lutter contre la corruption et incluant des mesures de protection vis-à-vis des lanceurs d’alerte. En revanche, elle constate qu’« aucune mesure spécifiquement ciblée sur les conflits d’intérêts entre le monde de la banque et de la finance et les sphères dirigeantes publiques n’a été prise » (p. 220). D’où l’apport de l’ouvrage qui, de ce point de vue, envisage plusieurs pistes. Premièrement, la réduction des conflits d’intérêts pourrait passer par davantage de transparence, par exemple avec la création d’un registre public consultable par tous directement sur Internet, qui consignerait « les informations relatives au devenir des hauts fonctionnaires et des membres de cabinets qui pratiquent les portes tournantes » ; cette divulgation accrue de l’information devrait nécessairement s’accompagner d’une augmentation des moyens de la traiter, de l’analyser, pour pouvoir servir de base à des sanctions (renforcement des moyens de l’HATVP et de l’agence anti-corruption de la loi Sapin 2). Dans le même esprit de transparence, pourraient être mises en œuvre des mesures favorisant l’équité dans l’accès aux espaces décisionnels, la traçabilité des prises de décision publique et un soutien (notamment en termes de moyens) au contre-lobbying technique. Notons en passant que l’adoption de la loi dite de séparation et de régulation des activités bancaires en France, après la crise de 2008, est un magnifique contre-exemple de l’esprit de ces propositions… Il reste donc encore du chemin à parcourir. Une autre série de propositions concerne la promotion d’une supervision en partie ciblée sur la culture d’entreprise en matière de conflits d’intérêts. Cela pourrait passer par le renforcement d’une identité professionnelle forte des superviseurs (mise en place de groupes de professionnels superviseurs financiers et promotion de l’affiliation à ces groupes), avec comme effet une plus forte incitation à des comportements éthiques. Pourrait également aller dans ce sens la promotion d’une supervision en partie centrée sur les processus de prise de décision et sur la culture de l’institution en matière de conflits d’intérêts. Laurence Scialom fournit ainsi l’exemple de la banque centrale des Pays Bas, qui cible dans sa supervision la culture et le comportement comme facteurs de risques. Elle évoque aussi l’obligation des professionnels de la finance à prêter serment, sur le modèle du serment d’Hippocrate en médecine. Évidemment, ces mesures devraient s’accompagner de formations obligatoires des professionnels de la Banque sur les questions éthiques, et supposeraient aussi d’en finir avec les incitations qui récompensent les comportements non éthiques dès lors qu’ils engendrent des profits. Pour s’attaquer aux problèmes des portes tournantes et du pantouflage, Scialom recommande de ne permettre que des « allers simples », ou encore d’établir l’impossibilité pour un haut fonctionnaire de revenir à son corps d’origine, si celui-ci a un quelconque lien avec le secteur d’activité privé dans lequel il a pu exercer après avoir quitté la fonction publique. Enfin, l’auteure préconise la réhabilitation du recours au pénal, afin que les responsabilités soient sanctionnées comme il se doit et que la criminalité en col blanc ne se développe plus en toute impunité.

Mais qui se cache derrière l’ogre ?

21Il est difficile de ne pas souscrire à l’ensemble des pistes envisagées dans ce livre, et il faut bien reconnaître que l’optimisme et la capacité encore intacte à formuler des propositions forcent l’admiration, surtout dans un domaine où, depuis dix ans déjà, il serait plus aisé de se laisser aller au pessimisme et à la conviction que, finalement, toute velléité de régulation sérieuse et véritablement contraignante ressemble plutôt à un parcours semé d’embûches.

22L’ouvrage de Scialom est riche de propositions politiques, mais il est aussi redoutablement efficace dans sa démonstration d’une emprise de la finance sur les pouvoirs publics. La croissance extraordinaire de la sphère financière a été portée par l’hégémonie de la pensée néolibérale et le contexte d’une économie mondialisée et largement dérégulée. Les biais idéologiques et les choix politiques ont rendu possible les déréglementations qui ont créé un terreau particulièrement favorable à l’accroissement du pouvoir financier : la dépendance du financement de la dette publique à l’égard des marchés de capitaux ; l’accroissement du pouvoir de marché de certains acteurs, comme les grandes banques et les investisseurs institutionnels, etc. Ce sont ces mêmes biais et ces mêmes choix qui ont peu à peu privé les gouvernements des moyens de lutter contre l’emprise croissante de ces acteurs, préférant faire confiance à l’autorégulation des marchés. Une difficulté supplémentaire, qui n’est pas traitée dans le livre, est liée au caractère transnational de la finance, à la liberté des mouvements de capitaux et à l’absence d’une coordination et d’une coopération à l’échelle internationale. Ainsi, la concurrence entre les places financières au niveau mondial aboutit inévitablement à des régulations qui sont le résultat d’un calcul selon le plus petit dénominateur commun. Comment résoudre les tensions qui résultent inévitablement de l’écart (pour ne pas dire le fossé) entre le diagnostic établi dans ce livre (la capture, qui conduit à une collusion privé-public) et les propositions qui s’ensuivent ? Si les gouvernements et les régulateurs sont capturés, qui donc pourra mener à bien les réformes qui permettraient de faire reculer le pouvoir financier ? La même question se pose pour la réintroduction d’une éthique dans la finance, thème central de l’ouvrage. Les pouvoirs publics peuvent-ils intégrer cette dimension éthique dès lors qu’ils sont capturés, et ce d’autant plus que cette capture est cognitive ? Qui définirait d’ailleurs la formalisation de cette éthique et jusqu’à quel point peut-elle être le cœur d’une réforme structurelle ? Quelles forces sociales et politiques sont-elles susceptibles de faire advenir à court terme une régulation de la finance digne de ce nom ? Pour compléter la réflexion menée dans ce livre et achever de convaincre le lecteur sur l’ensemble des mesures proposées, il conviendrait d’examiner les canaux par lesquels il est possible de mener à bien les actions : de quelle manière une idéologie se diffuse-t-elle ? Par quels canaux, quels réseaux d’acteurs ’une révolution des mentalités peut-elle s’opérer ?

  • 7 Ces travaux ont été entrepris par Michel Callon (1998). Voir aussi MacKenzie, Muniesa & Siu (eds) ( (...)

23À ce titre, Scialom introduit l’idée de « potentiel performatif » de la finance (p. 130). On ne peut nier le pouvoir d’influence d’une théorie qui, par l’enchevêtrement des réseaux de production du savoir, la participation de ses savants (notamment les universitaires, fait prégnant aux États-Unis) aux activités de la sphère financière, devient de ce fait une science qui influence le monde et contribue à le façonner. Cependant, la notion de performativité est introduite dans l’ouvrage sans véritablement faire l’objet d’une plus ample discussion. Or, la performativité de la théorie économique a donné lieu à un important courant de recherche en sociologie économique (et nul doute que Scialom connaît ces travaux)7, et des débats s’en sont suivis quant à la pertinence de l’application d’un tel concept. Que l’économie comme science puisse affecter ou modifier l’objet (l’économie réelle) sur lequel porte son discours est une chose, une toute autre est de considérer la validité d’une notion telle que la performativité pour décrire l’influence de la théorie financière. Ceci est discuté par exemple par Bruno Ambroise (2015). Celui-ci estime que dans le cas de la théorie financière, l’autorité de ceux qui produisent le discours théorique, autorité qualifiée de symbolique au sens de Pierre Bourdieu, est une idée plus pertinente. En revanche, Christian Walter (2012) soutient que, dans le domaine de la finance, l’incorporation des idées dans des dispositifs techniques, notamment dans les systèmes matériels de gestion, ce qu’il désigne par l’idée de « performation des pratiques professionnelles par la théorie financière », reste valide et même nécessaire, notamment pour réintroduire une éthique dans les activités financières, thème par ailleurs central de la fascination de l’ogre. Christian Walter montre ainsi l’importance de dévoiler les ressorts de cette « technologie invisible » et de mettre au jour ce qu’il appelle le Logos financier (Walter, 2016) : discours qui s’incorpore dans les dispositifs de gestion financière des intermédiaires financiers et gestionnaires d’actifs, ainsi que dans les pratiques de surveillance et de contrôle des activités financières. Cela suppose donc d’expliciter les processus sociaux ou cognitifs par lesquels se fabrique une pensée dominante (au sein de la communauté universitaire en premier lieu) et la manière, ensuite, dont elle se diffuse et s’incorpore durablement dans les savoirs des professionnels de la finance (au sein des acteurs de marché, mais aussi auprès des autorités de contrôle, puis à l’intérieur des réseaux internationaux d’expertise). La réintroduction d’une éthique (notamment déontologique) dans les comportements des acteurs financiers ne suffira pas à elle seule à mettre au pas la finance, si elle ne s’accompagne pas d’un changement radical dans les dispositifs sociotechniques.

24D’une certaine manière, Scialom n’est pas très loin de ce type de réflexion lorsqu’elle développe le principe de la capture, en particulier cognitive, des régulateurs par la théorie dominante. Néanmoins, pour repérer plus précisément les leviers d’action possibles d’un changement majeur (et dans la pensée et dans les pratiques), il faudrait pousser plus loin (dans le sens des travaux réalisés en sociologie de la finance par exemple) l’étude des canaux par lesquels s’opèrent la transmission et la circulation des représentations, ainsi que l’examen des forces d’inertie qui maintiennent une pensée dominante.

25Une autre question émerge, relativement à l’ambition du livre que nous avons rappelée au début de cette recension : celle d’en appeler à une prise de conscience citoyenne, afin que la société civile s’empare du problème. Se pose alors la question d’une coïncidence possible entre le thème développé dans cet ouvrage et les préoccupations d’une majorité de citoyens. L’effort pédagogique déployé dans La fascination de l’ogre pour remettre les dysfonctionnements de la finance dans l’orbite du débat public est incontestable, mais comment faire pour que la société au sens large puisse avoir un rôle dans le choix des valeurs qui encadrent les pratiques financières et l’orientation de ce secteur, et puisse contrôler la manière dont ces valeurs sont garanties ? Quant à la thématique même d’un tel débat, elle ne peut rencontrer le succès qu’à condition qu’elle coïncide avec les intérêts du citoyen moyen. Cela supposerait que la question d’une réforme en profondeur de la science économique et de la finance fasse partie de leur horizon de court terme et de leurs préoccupations quotidiennes. Est-ce vraiment le cas ?

  • 8 Les déséquilibres de l’économie mondiale, notamment financiers, ont été mis en évidence de façon li (...)
  • 9 Sur ce point, on peut consulter l’ouvrage de Raghuram Rajan qui montre comment, aux États-Unis, le (...)

26Enfin, nous ne nions pas le fait que la régulation de la sphère financière soit un remède absolument nécessaire aux maux du capitalisme contemporain, et de ce point de vue, l’ouvrage de Scialom constitue un argumentaire fin et utile dans le cadre d’un tel plaidoyer, mais l’impression générale reste, au sortir de sa lecture, qu’il suffirait de se débarrasser de l’ogre, symbole d’une finance prédatrice, pour retrouver un capitalisme sain appuyé par une bonne finance, au service de l’investissement et de la production. Or, le problème est-il seulement celui d’une finance parasitaire venue se greffer sur un capitalisme en dehors de tout soupçon, ou bien se loge-t-il dans la logique même du capitalisme contemporain qui a engendré l’ogre ? Auquel cas ne faudrait-il pas aussi intégrer à la réflexion une dimension davantage structurelle pour s’attaquer plus profondément aux racines du mal ? Deux caractéristiques importantes du capitalisme contemporain expliquent en partie l’hypertrophie de la sphère financière et ses dérives : les déséquilibres de l’économie mondiale8 et une montée des inégalités de revenus9, avec un conflit de répartition de la valeur ajoutée défavorable aux salaires. Autrement dit, l’étau ne pourra pas être desserré moyennant uniquement un meilleur réglage du process, il faudra sans doute aussi procéder à sa réinitialisation complète… Alors que l’économie est ébranlée par la Covid-19, beaucoup attendent de la crise sanitaire que nous traversons une prise de conscience réelle quant à un certain nombre de dysfonctionnements et l’avènement d’un changement majeur de modèle une fois que la pandémie sera derrière nous : une meilleure répartition des richesses, un renversement possible dans l’échelle des valeurs, une réorganisation de l’économie mondiale, la transition énergétique tant espérée…

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (2014), « L’aggiornamento des politiques monétaires », Revue d’économie financière, vol. 113, no 1, p. 243-256.

Ambroise B. (2015), « Performativité de l’économie ou pouvoir symbolique ? », Revue Française de Socio-Économie, no 2 (Hors Série), p. 19-35.

Brender A. & F. Pisani (2007), Les déséquilibres financiers internationaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Callon M. (1998), « Introduction: the embeddedness of economic markets in economics », The Sociological Review, vol. 46, no 1 (suppl.), p. 1-57.

Conway Erik M., Oreskes Naomi (2014), Les marchands de doute, Le Pommier.

Couppey-Soubeyran J. (2015), BlablaBanque. Le discours de l’inaction, Paris, Michalon.

Dupré & Raufflet (2014), « L’enseignement de l’éthique en finance six ans après la crise : constat et perspectives françaises », éthique publique [en ligne], vol 16, no 2.

Giraud P.N. (2001), Le commerce des promesses. Petit traité sur la finance moderne, Paris, Le Seuil.

Godechot O. (2009), « Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics, D. MacKenzie, F. Muniesa, L. Siu (Eds.) », Note de lecture, Sociologie du travail [En ligne], vol. 51, no 3.

Guttentag J.M. & R.J. Herring (1986), « Disaster myopia in international banking », Essays in International Finance, no 164, International Finance Section, Department of Economics, Princeton University.

Keen S. (2014), L’imposture économique, préface et direction scientifique de Gaël Giraud, traduit de l’anglais Debunking Economics. The Naked Emperor Dethroned? [Londres, Zed Books, 2011] par Aurélien Goutsmedt, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions Ouvrières.

MacKenzie D., Muniesa F.& L. Siu (eds) (2007), Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics, Princeton and Oxford, Princeton University Press.

Muniesa F. (2014), The Provoked Economy: economic reality and the performative turn, London and New York, Routledge, coll. « Culture, economy and the social ».

Rajan R. (2016), Crise : au-delà des marchés financiers, traduit de l’anglais Fault Lines: how hidden fractures still threaten the world economy? [Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2010] par Mirabelle Lordinaire, Paris, Éditions Le Pommier, coll. « Poche ».

Walter C. (2012), « Éthique et finance : le tournant performatif », Transversalités, vol. 4, no 124, p. 29-42.

Walter C. (2016), « The financial Logos: the framing of financial decision-making by mathematical modelling », Research in International Business and Finance, vol. 37, p. 597-604.

Haut de page

Notes

1 Ces propositions ont été formulées dans une note de lecture critique, co-écrite avec Gaël Giraud, publiée par le think tank Terra Nova le 28 février 2013. URL : http://tnova.fr/etudes/pour-une-reforme-bancaire-plus-ambitieuse-vous-avez-dit-liikanen-chiche [consultée le 20/05/2020]

2 Pour reprendre le titre de l’article incontournable de Guttentag et Herring (1986).

3 Laurence Scialom reprend ainsi une étude de Dupré et Raufflet (2014), qui montre notamment qu’aucune des trois institutions centrales en finance et ingénierie financière, à savoir Polytechnique, Centrale Paris et l’École nationale supérieure d’informatique et de mathématiques appliquées de Grenoble [Ensimag], n’a bousculé le contenu de ses programmes ni introduit la dimension éthique dans l’ensemble de ses cours. Voir Dupré & Raufflet (2014).

4 L’analyse des conflits d’intérêts est reprise dans l’ouvrage de Scialom, notamment dans le chapitre 2 consacré au problème des banques à caractère systémique (« too big to fail »).

5 Selon Scialom, qui reprend une étude du Corporate European Observatory (CEO) qui quantifie le poids du lobbying au niveau européen, 98 % des sièges des comités consultatifs à la Banque Centrale européenne sont occupés par des représentants de l’industrie financière. Cette omniprésence réduit considérablement le poids de la représentation de la société civile dans le processus de décision publique.

6 En 2012, le gouverneur de la Banque de Finlande, Erkki Liikanen, a présidé le groupe de travail qui a émis un ensemble de recommandations dans le Rapport de la commission d’experts européen sur la réforme bancaire, rebaptisé Rapport Liikanen. Les conclusions du rapport peuvent se résumer à l’importance de mettre en œuvre, outre le renforcement des exigences de fonds propres et de liquidité des banques, ainsi que la mise en place d’un mécanisme européen de résolution des défaillances bancaires, des réformes structurelles supplémentaires. Celles-ci consistent à imposer, pour chaque groupe bancaire, une séparation légale entre les activités financières risquées et les activités de banque de dépôt.

7 Ces travaux ont été entrepris par Michel Callon (1998). Voir aussi MacKenzie, Muniesa & Siu (eds) (2007), et Muniesa (2014). Pour une discussion critique sur la théorie financière, voir Godechot (2009).

8 Les déséquilibres de l’économie mondiale, notamment financiers, ont été mis en évidence de façon limpide dans l’ouvrage de Brender et Pisani (2007).

9 Sur ce point, on peut consulter l’ouvrage de Raghuram Rajan qui montre comment, aux États-Unis, le système financier et surtout la machine du crédit sont venus agir comme un pansement sur les plaies d’une montée des inégalités sociales, l’endettement venant combler la baisse des salaires des strates inférieures et maintenir ainsi un certain niveau de dépense pour absorber la production (Rajan, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Lakomski-Laguerre, « à propos de l’ouvrage de Laurence Scialom, La fascination de l’ogre ou comment desserrer l’étau de la finance », Revue de la régulation [En ligne], 27 | 1er semestre/spring 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/17022 ; DOI : 10.4000/regulation.17022

Haut de page

Auteur

Odile Lakomski-Laguerre

Maître de Conférences HDR, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, Centre de recherche sur l’industrie, les institutions et les systèmes économiques d’Amiens [CRIISEA], Pôle Universitaire Cathédrale, 10, Placette Lafleur, BP 2716n, 80 027, Amiens Cedex 1  ; odile.lakomski@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search