Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Notes de lectureDes ruptures subies aux ruptures ...

Notes de lecture

Des ruptures subies aux ruptures choisies : mettre la finance au service des sociétés humaines

À propos de l’ouvrage Capitalisme. Le temps des ruptures, dirigé par Michel Aglietta
Julien Vercueil
Référence(s) :

Michel Aglietta (dir.), Capitalisme. Le temps des ruptures, Paris, Odile Jacob. Coll. « Économie », 2019, 590 p.

Texte intégral

  • 1 Les chercheurs sont les suivants : Michel Aglietta, Luc Arrondel, Gilles Dufrénot, Étienne Espagne, (...)

1Michel Aglietta, cofondateur de l’école de la régulation en économie, a publié plusieurs études marquantes sur la financiarisation de l’économie mondiale et ses conséquences (Aglietta, 2000, 2004, 2010, 2013, 2014, 2017). Ce livre est le produit d’un travail collectif réalisé sous sa direction par un groupe de neuf chercheurs1 durant trois ans pour le compte de l’institut Caisse des dépôts pour la recherche. Il porte sur les ruptures subies par le capitalisme financiarisé dans la période récente, mais aussi sur celles qu’il faudrait provoquer pour que l’humanité s’engage dans une direction socialement et écologiquement soutenable.

2L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première, « Caractériser le capitalisme », fonde l’approche théorique de la forme de capitalisme que nous connaissons aujourd’hui, appelé « capitalisme financiarisé », qui subit une crise multiforme. La deuxième, « Cycle financier, croissance et inflation », revient sur la récurrence des crises financières et montre l’enjeu théorique que représente l’analyse de l’interaction entre les cycles financiers et les cycles conjoncturels, dont la synchronie est nécessairement limitée. La troisième partie, « Structures sociales et comportements conventionnels des agents », présente les configurations prises par les comportements financiers des entreprises et des ménages au sein du capitalisme financiarisé. La quatrième, « Transformer le régime de croissance », avance des propositions quant aux réformes à mettre en œuvre pour mettre le capitalisme au service des sociétés humaines dans un contexte de périls écologiques d’ordre planétaire. Chaque chapitre est conçu comme un essai ayant sa cohérence propre tout en formant réseau avec les autres chapitres pour détailler les principales propositions avancées dans les deux chapitres de la première partie. Pour le présenter et le discuter, nous choisissons ici de briser l’organisation de l’ouvrage et de nous concentrer sur deux notions qui le traversent de part en part : les ruptures subies par le capitalisme financiarisé et par les sociétés qu’il a conformées à sa logique (première partie), et la formulation des transformations institutionnelles nécessaires pour, à l’avenir, assujettir le capitalisme au bien commun des sociétés humaines (deuxième partie). Dans la partie conclusive, nous livrerons nos commentaires sur l’ouvrage.

Les ruptures subies : dérèglements de la finance, dérèglement climatique

3« Le capitalisme est une force d’accumulation à visée planétaire […] l’inégalité est son essence » (p. 26). L’hubris potentielle de l’accumulation du capital, traduite par l’objectif de maximisation de la valeur actionnariale de la firme, tient dans cette formule. Un tel projet est, par nature, insoutenable socialement et du point de vue environnemental, surtout lorsqu’il met à son service les forces de la finance. Car la finance, par le truchement de la monnaie, est capable de se coupler efficacement aux ressorts les plus profonds du désir de richesse : « La liquidité est la richesse absolue [… Elle ] suscite un désir illimité, hors de toute conception de l’utilité, puisque c’est le pouvoir sur la société tout entière qu’elle confère » (p. 63).

4Portée par ce désir, la financiarisation conjointe des entreprises (valeur de marché, gouvernance par la finance) et des ménages (endettement à la consommation et investissement financier) contamine l’ensemble du système économique, dont la stabilité n’est plus assurée. Le momentum, « dynamique par laquelle la croyance collective en la hausse des cours s’auto-alimente sur le marché des actifs » (p. 57) est le nom donné à la force motrice de cette instabilité, qui n’a pas de raison de se limiter à la sphère financière lorsque celle-ci a fini par envelopper les autres institutions économiques :

[…] le mouvement de l’économie globale est entièrement asservi au cycle financier qui décrit la dynamique interactive du levier d’endettement et de l’alternance des phases d’appréciation et de dépréciation des prix d’actifs (p. 37).

5Cette approche par le momentum ainsi que la place accordée au cycle financier dans l’évolution économique d’ensemble, sont deux innovations conceptuelles majeures du livre. Avec elles, l’analyse qui y est développée se différencie radicalement des approches traditionnelles de la financiarisation, qui se bornent à montrer le caractère perturbateur des crises financières sur la dynamique macroéconomique d’ensemble, quand ils n’adhèrent pas purement et simplement au dogme de l’efficience des marchés (Krugman et al., 2012, Mishkin, 2013).

Les conséquences du dogme de l’efficience des marchés

6Véritable imposture intellectuelle au sens de Sokal et Bricmont (1997), l’hypothèse néoclassique d’efficience des marchés a pour elle, aux yeux des auteurs néoclassiques, d’être compatible avec l’idée de livrer l’accumulation financière à elle-même. C’est donc elle qui a sous-tendu depuis les années 1970 le développement du capitalisme, via la prééminence des codes de la finance sur toute autre norme économique. A contrario de cette hypothèse, celle du momentum suppose la régulation : « C’est la recherche de la résilience contre les dérives endogènes de la finance qui est le mot d’ordre de la régulation » (p. 66). Cette recherche s’appuie sur la description exhaustive des cycles financiers d’une périodicité de 15 à 20 ans, qui amplifient les cycles économiques (Borio, 2014). La crise de 2008 a posé le problème de la viabilité de ce régime de croissance financiarisé, qui se traduit en termes politiques et géopolitiques : sommes-nous collectivement capables de parvenir à un nouveau régime de globalisation internationalisé, ou au contraire voués à nous fragmenter en puissances rivales ?

7Le régime de croissance financiarisé fonctionne « à la gloire de la finance de marché ».
Le taux d’intérêt des obligations du trésor américain à 10 ans, véritable « pivot pour les marchés financiers internationaux » (p. 89), est passé de 16 % en 1981 à 1,5 % en 2019. En réaction à cette baisse, les entreprises ont eu recours à davantage d’instruments financiers fournis par des marchés en pleine expansion, nourrissant la prolifération du shadow banking pour préserver ou accroître la valeur actionnariale. Qualifiée de « principe d’extraction de rente sur l’économie », la valeur actionnariale édicte dans les entreprises une norme de rendement sur fonds propres supérieure au rendement moyen du marché (curieusement appelé « rendement d’équilibre » par Michel Aglietta). Cette rente, « appelée sans rire valeur ajoutée économique (Economic Value Added) », est partagée entre actionnaires, élite juridico-financière et dirigeants (p. 90). C’est par nature un déséquilibre, puisqu’il est logiquement impossible que tous les acteurs à la fois battent le marché. Pour maintenir l’écart envers et contre tout, il faut réduire les fonds propres en proportion du bilan : d’où l’effet de levier, qui « déclenche une dynamique auto-réalisatrice ». En effet, la hausse de l’effet de levier permet celle du Return on Equity (ROE) et par conséquent celle du prix de l’action. Cette dernière augmente la valeur du collatéral pour l’endettement et… l’effet de levier à son tour. Le rachat par l’entreprise de ses propres actions conduit à un résultat similaire. La croissance économique est alors subordonnée au cycle financier, puisque la consommation et l’emploi sont les effets indirects de l’expansion des marchés d’actifs (endettement et effets de richesse). « Le salaire et l’emploi ne sont que des variables dérivées dans le bouclage macroéconomique » (p. 92).

8Avec une telle abondance de capitaux, fussent-ils spéculatifs, la théorie standard prévoit l’accélération de la concurrence schumpeterienne et de l’innovation. C’est tout le contraire qui se produit : les marchés étant loin d’être tous concurrentiels, si le degré de monopolisation est suffisant, leaders et laissés pour compte de la répartition peuvent survivre sans avoir à investir dans la productivité. Les seconds en accédant à bas coût au crédit, les premiers en rachetant des start-up ayant réussi au lieu d’investir de manière risquée dans des innovations maison. Ils peuvent ainsi continuer à maintenir un ROE élevé pour leurs actionnaires, tout en agissant en lobbies puissants sur les gouvernements et en pratiquant l’évasion et la concurrence fiscales et sociales (p. 94-97).

Quels investissements financer ?

9Dans leur analyse comparée (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne et France) des comportements financiers des grandes entreprises cotées en bourse, Renaud du Tertre et Yann Guy reprennent et affinent cette analyse. Ils emploient le terme de « contrainte de distribution de dividendes » pour rendre compte d’un effet de cliquet : la distribution de dividendes continue même en période de ralentissement du cycle conjoncturel (p. 298). Le rachat par l’entreprise de ses propres actions est étudié attentivement par les auteurs, car il pénalise les capacités d’autofinancement des entreprises : « dans les phases récessives, les rachats d’action s’additionnent au désendettement ; dans les phases expansives, ils sont toujours supérieurs à l’endettement nouveau » (Renaud du Tertre & Yann Guy, p. 302).

10Il en résulte une pression sur l’investissement productif : « le jeu contradictoire de […] la distribution de dividendes et de la nécessité de dégager une capacité d’autofinancement est dommageable pour l’investissement et, par suite, pour l’emploi », particulièrement en phase récessive où les contraintes bancaires et boursières s’exercent conjointement (ibid., p. 305-306). Les entreprises françaises ont accru leur vulnérabilité financière dans les années 2010 par une distribution débridée de dividendes alors que leurs résultats fléchissaient (ibid., p. 307-308). Les auteurs tirent de leurs observations un contraste entre deux modèles polaires de gouvernance (« actionnariale », anglo-saxon, et « partenariale », germanique) qui reposent sur des arbitrages différents entre la finance et l’industrie, l’actionnaire et le banquier, la relation salariale individuelle et collective, le court terme et le long terme, le « modèle de création de valeur actionnariale » et le « modèle de rendement raisonnable à long terme » (ibid., p. 311-317).

Après le retournement : retour de la stagnation séculaire ?

11Le retournement du cycle financier procède par destruction de la convention de prix antérieure, laquelle est arbitraire parce que le processus d’imitation spéculaire au sens d’Orléan (2008) caractéristique des marchés financiers peut converger sur n’importe quelle opinion initiale. La baisse du taux d’intérêt qui suit la crise peut s’accompagner d’une hausse de la préférence pour la liquidité, qui signale une aversion accrue au risque. La hausse des prix d’actifs avait entraîné une euphorie et une attitude laxiste des prêteurs face au levier d’endettement des emprunteurs. Le retournement du prix des actifs fait brutalement baisser la limite d’endettement considérée comme acceptable par les investisseurs, entraînant une forte dynamique de désendettement qui contracte la demande globale. Dans ce cas, le taux d’intérêt appelé « naturel » par les auteurs, à la suite de Wicksell, peut devenir négatif, tandis que la désinflation continue d’aggraver le fardeau de la dette, suivant un processus décrit en son temps par Irving Fisher (1933) par le terme de « déflation par la dette ». Le principal résultat de l’étude de William Oman sur le cycle financier est que ce dernier a « joué un rôle pro-cyclique dans la zone euro depuis la mise en place de l’euro » (William Oman, p. 122). La stabilité financière étant l’un des tout premiers « biens communs » des sociétés, ce constat est accablant pour les autorités publiques : « des bulles périodiques, même d’ampleur limitée, ouvrent des trappes de déflation par la dette dans lesquelles tombent les entreprises et les ménages qui se sont surendettés au moment des phases d’emballement des cycles de l’endettement privé » (Gilles Dufrénot & Anne Faivre, p. 253). Autrement dit, l’instabilité intrinsèque de la finance s’est propagée au secteur réel, signe que le système financier se trouve au poste de pilotage du régime d’accumulation.

12Dans le cas d’une dépression provoquée par le retournement du cycle financier, les politiques monétaires ne peuvent plus abaisser le niveau de taux d’intérêt monétaire en dessous du niveau dit « naturel », manœuvre qui permettrait de retrouver une dynamique positive à l’investissement, ce qui arrive quand la crise n’est pas trop grave. Le processus sur les marchés financiers aboutit à une explosion des spreads entre les titres liquides et les titres risqués, « caractéristique d’une crise systémique » (p. 103).

Le risque, pour les économies développées et […] pour la zone euro est de se retrouver dans la situation du Japon où, en dépit d’une politique monétaire très accommodante, les taux réels sont ancrés en territoire légèrement négatif avec une non-réponse des taux réels aux variations de la politique monétaire. (Gilles Dufrénot & Anne Faivre, p. 231)

Dans ce type de situation, la possibilité d’un équilibre de stagnation de sous-emploi de longue durée devient élevée : la chute de l’investissement opérée pour restructurer les bilans réduit à la fois l’offre et la demande globales, à des niveaux potentiellement incompatibles avec le plein-emploi.

13C’est l’idée captée par la notion de « stagnation séculaire », étudiée par Gilles Dufrénot. Chez les néoclassiques, l’explication à la stagnation séculaire se trouve dans les désajustements structurels des marchés des fonds prêtables (dus, entre autres, à des raisons démographiques). Pour les post-keynésiens et les régulationnistes, au contraire, elle est endogène au développement de la finance de marché (Gilles Dufrénot, p. 174-180). Les néo-schumpeteriens, quant à eux, pensent qu’une vague d’innovations peut remettre en cause à tout moment le mouvement long de baisse des taux de croissance de la productivité globale des facteurs. Ceci pose la question du « paradigme technologique » dans lequel les gains de productivité sont encastrés. Cette notion, qu’il aurait sans doute fallu confronter à la notion de « système technique » développée en son temps par l’historien des techniques Bertrand Gille (dir., 1978, p. 19-21), qui capte une idée très voisine, peut jouer un rôle important dans l’évaluation des ruptures à venir du capitalisme financiarisé. Gilles Dufrénot évoque une « loi naturelle d’épuisement des rendements de l’innovation qui ont lieu dans le paradigme technologique actuel » (p. 195), que l’on peut intuitivement accepter mais qui n’est nullement documentée. Cette « loi » pourra éveiller chez le lecteur le soupçon de naturalisme, soupçon alimenté par l’attraction qu’exerce tout au long du livre la notion wicksellienne de « taux d’intérêt naturel » (Wicksell, 1936 [1898]) sur les auteurs.

Comportements d’épargne des ménages

14Luc Arrondel et André Masson proposent le seul chapitre traitant directement des ménages, envisagés au prisme de leur comportement financier. La « vulgate financière », ensemble de commentaires et prescriptions en vogue aujourd’hui dans les milieux financiers à propos de l’épargne des ménages français, déplore le manque global d’épargne et en particulier sa structure, considérée comme biaisée en défaveur des produits risqués. Cette vulgate attribue ces déficiences à une fiscalité inadaptée, une réglementation prudentielle trop stricte, une insuffisante éducation financière des ménages et la hausse récente de leur aversion au risque (Luc Arrondel & André Masson, p. 368-374). Les auteurs procèdent à une critique de cette vulgate à partir d’une analyse économétrique des données d’enquête de panel Pater sur la période 2007-2014. Seuls les facteurs liés à l’offre (moindre proposition d’actifs risqués par les conseillers bancaires) sont confirmés par l’étude, les autres étant démentis ou relativisés. « La fiscalité moins lourde dans d’autres pays ne se traduit pas toujours par un taux d’actionnaires plus important ; et la baisse de détention d’actions pendant la crise concerne tout autant les pays qui n’ont pas connu de choc sur la fiscalité du capital comme en France » (ibid., p. 381). Les enquêtes internationales sur les connaissances financières des ménages montrent que les ménages français ne sont pas moins « éduqués » que la moyenne de ce point de vue et qu’en comparaisons internationales, il n’existe aucune correspondance entre le niveau de connaissances financières et la détention d’actions (Suède : faible connaissance et forte détention ; Allemagne : cas inverse) (ibid., p. 383-384).

15En revanche, les relations entre revenus et patrimoines de générations différentes ont bien été bouleversées par les évolutions démographiques et financières de ces trente dernières années. Elles sont inédites dans l’histoire : le poids du patrimoine par rapport au revenu a considérablement augmenté, l’âge moyen de réception d’un patrimoine hérité en pleine propriété est aujourd’hui de 60 ans, contre 40 ans dans les années 1960. En outre, le flux annuel de transmission patrimoniale par héritage et donation a plus que doublé depuis quarante ans (20 % du revenu disponible net aujourd’hui contre 8,5 % en 1980) et continuera d’augmenter à l’avenir. Les problèmes observés de nos jours, qui touchent à l’équité (entre héritiers et non-héritiers), au retard de la transmission intergénérationnelle, au sous-financement de la croissance innovante par manque d’épargne disponible dans les bons canaux, ces problèmes risquent donc de se renforcer dans le futur. Enfin, pour les auteurs, la vulgate mainstream escamote « le problème clé de la mauvaise transformation de l’épargne des ménages par les marchés et l’intermédiation financière » (p. 394), problème qui dépasse donc celui de l’instabilité financière produite par le comportement des acteurs.

L’État, emprunteur en dernier ressort

16La politique économique à mener en cas de dépression économique provoquée par le retournement de cycle financier bute sur le paradoxe d’Eggertsson : en situation de taux d’intérêt réels nuls ou négatifs, les politiques de l’offre deviennent contre-productives car elles valident les anticipations récessives. Par exemple, la réduction des taxes sur le capital induit une hausse de la propension à épargner, ce qui approfondit la transition de l’économie vers un « équilibre de bas régime », « chacun cherchant à épargner davantage » (p. 103-104). À l’inverse, les politiques d’investissement public ont des effets de crowding in sur l’investissement privé, notamment de la part des entreprises ayant une faible capacité d’emprunt. C’est là le rôle d’« emprunteur en dernier ressort » de l’État. Toutefois, l’effet d’une telle politique sur la demande globale dépend de la compatibilité du déficit budgétaire à court terme avec la soutenabilité de la dette publique. Contrairement à ce que la doxa standard soutient, dans ces circonstances il convient « d’élever la cible d’inflation pour essayer d’entraîner les anticipations. Il faut [aussi] des investissements publics de long terme pour élever la productivité du secteur privé et accroître l’investissement privé » (p. 105). Le lecteur remarquera que, dans le cas d’une crise du type de celle provoquée par la pandémie du Covid-19, les conditions sont réunies pour une coordination à l’échelle internationale de telles politiques publiques.

Finance du capitalocène

17« Le comportement fondamental de l’écosystème mondial est défini par une croissance exponentielle de la population et des investissements, suivie d’un effondrement » (Rapport Meadows, cité in Gille [1978], p. 984). Entre 1700 et 2008, la population a été multipliée par un facteur 10, alors que le capital a été multiplié par un facteur 134 (Étienne Espagne, p. 426). Près de cinquante ans après le rapport Meadows, malgré l’accumulation d’observations et de preuves scientifiques, son avertissement n’a toujours pas été entendu. Nous sommes entrés dans l’ère du « capitalocène », une ère durant laquelle l’accumulation du capital par les sociétés humaines provoque une transformation géologique qui s’opère à l’échelle de la planète.

18Avec le modèle de Nordhaus (1993), « première tentative d’absorption de la question climatique dans un modèle économique néoclassique », la théorie standard a concentré tout le lien entre croissance et changement climatique dans une fonction de dommages traduisant les effets économiques de l’augmentation des températures, raffinée par la suite par Weitzman (2009), entre autres (Étienne Espagne, p. 421-423). Dans son chapitre consacré à la question écologique, Étienne Espagne critique la « promesse technologique » brandie par les tenants d’une évolution autorégulatrice du capitalisme, que l’on retrouve aujourd’hui dans le rapport du GIEC (Masson-Delmotte et al., 2018) et qui « offre un détour de production à l’alternative simple de réduire la nuisance » (p. 452), tout en posant des problèmes géopolitiques (sur le rôle de la localisation géographique des nouvelles ressources), éthiques (le contrôle du développement accéléré du numérique dans les scénarios de transition) et ignore l’effet rebond (Étienne Espagne, p. 453). L’auteur relève de nouvelles approches qui peuvent servir de guide à la reconsidération du rôle de la finance dans le développement écologique et économique : les modèles orientés agents (Balint et al., 2016) et certains modèles post-keynésiens, même s’ils souffrent encore d’une sur-simplification de leurs représentations du système financier (Étienne Espagne, p. 458-459). Cette observation nous met sur la voie des solutions envisagées par les auteurs aux redoutables problèmes qu’ils ont soulevés.

Les ruptures choisies. Méthodes et institutions pour une régulation socio-écologique

19L’ouvrage repose sur un constat : la crise de 2008 est une grande crise au sens de la théorie de la régulation ; une crise qui fait époque. Elle est « le premier coup de semonce de l’entrée dans une époque de rupture qui requiert de réinventer la démocratie pour le développement durable » (p. 505). Pour ce faire, la voie est étroite et pourrait désespérer plus d’un analyste : « entre le retour à l’enfermement protectionniste des nations et la poursuite coûte que coûte du néolibéralisme, y a-t-il une voie de rénovation du capitalisme capable de réinsuffler le progrès social et d’établir un multilatéralisme viable entre les nations ? » (p. 476). La principale force de l’ouvrage est de nous proposer une méthode et des réformes pour ouvrir cette voie.

Une philosophie politique pour organiser les ruptures

20La philosophie politique qui sous-tend les propositions du livre tient dûment compte du théorème d’impossibilité d’Arrow, qui établit que si l’on souhaite fonder le choix social de manière décentralisée sur les préférences individuelles, on ne pourra obtenir de résultats non arbitraires au regard de critères élémentaires de cohérence des choix individuels. Michel Aglietta propose de partir de la position de Jean-Jacques Rousseau, selon lequel seule la multiplication des procédures de délibérations associant tous les membres de la société et rendant justice à la multiplicité de leurs appartenances sociales est à même de créer les conditions d’une démocratie pleine et entière, c’est-à-dire à la fois respectueuse des droits des individus et utilisant pleinement leurs ressources (p. 473-474).

21Partant de cette référence rousseauiste, Aglietta met en avant une méthode de délibération qui repose sur les principes de la justice comme équité de John Rawls : l’établissement d’un « voile d’ignorance » pour la décision collective qui reproduit l’incertitude radicale de la théorie des choix et élimine les conflits d’intérêts, utilisation du critère du « maximin » pour guider les choix, ce qui permet de préserver les intérêts du plus défavorisé de la communauté, et une définition commune des « biens premiers », c’est-à-dire les biens sans lesquels une société ne peut se prétendre juste.

22« Le premier principe de justice comme équité est donc le droit égal à un système le plus étendu possible de libertés fondamentales, réelles et non pas formelles » (p. 479). Dans cette logique, l’élimination de la pauvreté doit être la priorité absolue d’une société juste, la justice étant ici distributive et non seulement redistributive, mais également intergénérationnelle. Le second principe est la définition des inégalités socialement légitimes, qui repose sur deux conditions : l’égalité des chances et limitation des positions privilégiées aux cas où elles procurent les plus grands bénéfices aux membres les plus désavantagés de la société. Ceci permet à l’auteur de réfuter certaines critiques adressées à Rawls qui ne retiennent que le premier principe sans voir le second, lequel a des implications politiques fortes, notamment en matière de délibérations environnementales (p. 478-481).

23La troisième référence centrale de Michel Aglietta est Amartya Sen, qui actualise les principes rawlsiens en les confrontant à des situations concrètes. La notion de « capabilités » rend compte de la faculté des biens premiers, définis par la méthode rawlsienne, de permettre aux individus de conduire leurs projets de vie en relation avec autrui. C’est donc l’idée de conversion des biens premiers en projets de vie qui est centrale (p. 482). Une démocratie « seulement représentative, plongée dans une concurrence économique exacerbée » ne peut empêcher les obstacles de se dresser contre les capabilités du plus grand nombre. À l’inverse, la démocratie participative, parce qu’elle tient compte des multiples possibilités d’apport des citoyens à la vie collective démocratique, propose un « système de médiations emboîtées qui peuvent élaborer des solutions [par] enrichissement des bases d’information ». C’est ce qui conduit l’auteur à prôner le renforcement des corps intermédiaires, « débats contradictoires, systèmes médiatiques multiples, syndicats, associations, partis » qui fondent les compromis sociaux et font partie du mode de régulation (p. 484).

Réévaluer les communs

24La liste des « biens premiers » fournie par les Nations unies comprend la nourriture, l’eau, l’habitat, la santé publique, l’école, l’hygiène, l’électricité et des températures moyennes terrestres n’augmentant pas de plus de 2° C. Pour rendre ces communs disponibles en quantité et qualité suffisantes pour l’humanité, il faut être capable de leur donner une valeur sociale. Or le capital naturel est très divers : l’air et l’eau n’ont pas de valeur monétaire assignable, et attribuer un prix aux ressources non renouvelables implique de traiter la question de la rente qui en est extraite. Quant aux ressources renouvelables, si le prélèvement qui est fait est supérieur à leur reproduction naturelle, il crée une rareté qui produit une rente absolue, « pure appropriation par le propriétaire du terrain qui abrite la ressource » (p. 500).

25Transformer la comptabilité pour l’amener à prendre en compte toutes les composantes de la richesse réelle totale est indispensable : il faut un accord collectif à même de combler l’écart entre coût privé et coût social qui explique la sous-production de biens premiers, porteurs de fortes externalités positives, et la surproduction de biens à externalités négatives (innovations financières qui alimentent l’instabilité des marchés, productions polluantes, etc.). Ceci doit se faire en partant de la macroéconomie, qui fixe les contraintes de soutenabilité, pour repenser la microéconomie en fondant de nouvelles normes comptables, sur le modèle de la comptabilité de la croissance inclusive du programme des Nations Unies pour l’environnement (p. 496-498). Par suite, une comptabilité privée élargie est nécessaire, qui reprenne les principes de la « comptabilité adaptée au renouvellement de l’environnement » (CARE ; Richard, 2012) et généralise la méthode de comptabilisation aux coûts historiques (p. 515).

26L’entreprise aussi doit être repensée comme un commun : en poussant au fond le principe de co-détermination, « tous les apporteurs […] du capital total de l’entreprise sont des titulaires de droits sur la valeur nette qu’elle produit » et non pas seulement les propriétaires du capital au sens du droit actuel. Bien davantage qu’un nœud de contrats, elle doit être vue comme une institution autonome, un going concern dont la valeur dépend de sa capacité d’intégration (p. 508). Si l’entreprise est conçue comme « une entité autonome dont la finalité est de perdurer », le revenu net de son activité lui appartient et la part distribuée à tous les ayants droit doit permettre le renouvellement de toutes les formes de capital qui la composent (p. 514). Les auteurs de l’ouvrage plaident aussi pour l’extension des critères « ESG » (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans la cotation et la gestion des entreprises (Renaud du Tertre & Yann Guy, p. 343).

Face au commun des communs : quel rapport à la nature ?

27La théorie de la régulation a souvent été critiquée pour sa lenteur à prendre en compte le rapport à la nature comme un rapport social fondamental, susceptible de prendre une forme institutionnelle structurante pour le capitalisme contemporain. L’ouvrage consacre une large place à cette question, qui peut être vue comme le commun des communs.

28Avec François Jullien (2016), Michel Aglietta critique la prétention à l’universalisme des valeurs des droits humains occidentaux et lui oppose une autre conception de l’« universel », entendu comme nécessité de la notion de commun. C’est le sens du projet des Nations Unies, « Our Common Future » (p. 489-491). Étienne Espagne prolonge cette analyse, en considérant que la construction d’un nouveau rapport à ce commun des communs qu’est la nature peut, en Occident, être favorisée par les sociétés émergentes, où il serait moins marqué selon lui par la subordination de celle-ci aux besoins immédiats de l’homme. Sous l’impulsion d’une mention nouvelle dans l’accord de Paris sur le climat, « la question climatique s’est étendue […] au secteur financier et à celui connexe de l’assurance » (Étienne Espagne, p. 457). Le projet est donc ici de verdir la finance internationale et d’orienter en conséquence les politiques monétaires et financières vers le financement à long terme de la croissance verte (Gilles Dufrénot & Anne Faivre, p. 254-255).

29Contrairement au climat, qui est un bien public mondial, la biodiversité est pour Michel Aglietta une « série de biens publics qui se recouvrent du local au global » (p. 501). « Si l’on affirme une valeur intrinsèque à la nature, il faut la rapporter aux liens sociaux qu’elle noue » (p. 501), dans un véritable questionnement du rapport social à la nature. Le conflit n’en est certes pas exclu : « les écosystèmes peuvent avoir des usages [humains] qui se contredisent : la terre cultivable, la forêt, le développement urbain » (p. 502). Dans ce contexte, Michel Aglietta propose une procédure de décision permettant une évaluation juste de ces biens communs :

  1. Une délibération collective permettant d’établir la valeur de la dégradation des différents types d’écosystèmes par « le coût écologique non payé, en tant que coût de remplacement d’un actif comptabilisé dans la richesse sociale […] Un collectif de bénéficiaires doit être réuni pour s’accorder sur la compensation des entreprises qui seront chargées de sa restauration ».

  2. La valeur contractualisée de ces actifs sera déterminée par l’écart [entre la situation au moment de la décision collective] et un seuil d’irréversibilité déterminé par un collège d’experts à l’indépendance contrôlée. Plus l’écart est faible, plus le coût écologique non payé est élevé. Lorsqu’il est nul, « seule la puissance publique peut prendre en charge le coût de la reconstitution » (p. 503).

30Parvenir à une formulation politique de l’agenda écologique à l’échelle suffisante et dans le temps imparti est un défi d’autant plus élevé que « la fenêtre d’opportunité » pour réduire la hausse des températures à des niveaux non définitivement insupportables de 2° C est en train de se refermer (p. 540). Les propositions du « Group of Initiatives for Climate Finance » (GICF) consistent essentiellement à accorder des garanties publiques pour une sécurité élevée à des obligations (« bas carbone ») adossées à des investissements de long terme permettant d’abattre du carbone (p. 540). Certains considèrent que le non-franchissement des limites planétaire n’est pas compatible avec le capitalisme (Pottier, 2018). Pour Michel Aglietta, c’est plutôt le capitalisme financiarisé issu du néolibéralisme qui est en cause, et en premier lieu, les rentes qu’il a permis de générer : « en vérité, ce qui doit être aboli, c’est la rente qui est la finalité du capitalisme financiarisé », pour construire à sa place un mode de régulation socio-écologique (p. 545).

Un nouveau rôle pour les institutions publiques

31Pour mener à bien les changements radicaux nécessaires et organiser les trajectoires de développement dans un sens soutenable à moyen et long terme, il faut accepter le « retour de la planification stratégique dans les nations et les niveaux subnationaux de responsabilité politique » (p. 488). Les quelques exemples ci-après illustrent le retour de l’« État stratège » et des institutions garantes du bien commun dans le mode de régulation socio-écologique.

32Dans le domaine de la lutte contre l’instabilité financière, la banque centrale devrait intégrer le cycle financier dans son analyse pour informer sa politique monétaire. « Les politiques macro-prudentielles devraient être à la fois contra-cycliques et spécifiques à chaque pays », avec le relais des banques centrales nationales (William Oman, p. 143), tout en étant étroitement articulées à la politique monétaire pour stabiliser les cycles et améliorer l’allocation des facteurs de production. En situation de dépression, au-delà du gonflement à court terme des bilans des banques centrales qui aide à soutenir la liquidité bancaire, le risque existe d’« un soutien artificiel des valorisations et d’une amplification du cycle financier ainsi que d’une incapacité des politiques monétaires à répondre à moyen terme à un nouveau choc » (Gilles Dufrénot & Anne Faivre, p. 255).

33La lutte contre la pauvreté et les inégalités devrait être une priorité des pouvoirs publics, banque centrale comprise. « Une partie du mandat des banques centrales peut-elle contenir des objectifs de lutte contre la pauvreté et les inégalités, sachant que l’inflation n’est plus notre problème fondamental ? » (Gilles Dufrénot et Anne Faivre, p. 256). C’est d’autant plus important que les politiques de quantitative easing ont accentué les inégalités en poussant vers le haut les revenus des plus riches, tout en ne luttant pas contre les causes de la crise de 2008 qui a touché en priorité les plus pauvres. L’accumulation des rentes (surprofits dans les secteurs comme les nouvelles technologies, la pharmacie, les actifs financiers et immobiliers) crée un excès d’inégalités et, corrélativement, un excès d’épargne. Il faut « mener une politique qui ait comme effet de réduire l’épargne » (Gilles Dufrénot, p. 200) provenant des surprofits distribués, qui inonde les marchés financiers et aggrave leur instabilité intrinsèque, tout en orientant les préférences des investisseurs vers le moyen et long terme en interdisant les incitations trop marquées à privilégier le court terme (Gilles Dufrénot & Anne Faivre, p. 256). Les réformes fiscales s’articulent aux réformes financières, ciblant les séniors fortunés par une « augmentation sélective des droits de succession en ligne directe qui serait limitée aux seuls héritages familiaux (hors dons ou legs caritatifs et donations pleines familiales ou professionnelles) ». Le but est d’engendrer « une forte surtaxe successorale sur les grosses transmissions au décès », couplée à une offre de placements défiscalisés transgénérationnels, qui pourraient être un « substitut idéal aux fonds de pensions, peu développés en France, pour assurer le contrôle de nos entreprises nationales et procéder aux investissements stratégiques requis » (Luc Arrondel & André Masson, p. 406). L’objectif doit être de réinventer la politique financière pour l’accorder à un nouveau modèle de croissance soutenable du triple point de vue de l’équité sociale, de l’équité intergénérationnelle et de la protection de l’environnement.

34L’État stratège s’occupe aussi de concurrence et de changement technologique et vise à contrebalancer, voire réduire en ce domaine la puissance des GAFAM, au « pouvoir supérieur à celui des gouvernements [et] destructeurs de la démocratie » et qui, à l’image des banques d’affaires en 2008, « se protègent de toute critique et de toute réglementation par la complexité de leurs produits et de leurs services » (p. 521). Le branchement de ces mastodontes sur les potentialités de l’intelligence artificielle suscite les plus grandes craintes de Michel Aglietta : « l’intelligence artificielle s’attaque aux biens premiers que sont l’éducation et la santé sous la domination d’un petit nombre de monopoles » (p. 516). D’où l’urgence du chantier d’une « législation antitrust compatible avec les développements de l’économie digitale » pour l’efficacité économique et la survie des démocraties (p. 523).

35Enfin, l’État stratège doit articuler ses régulations nationales à la coordination mondiale des politiques financières. S’agissant de la capacité d’action en matière financière, Michel Aglietta considère que l’UE est un niveau plus pertinent que la zone euro (p. 557). À l’échelle mondiale, « le système hybride du semi-étalon dollar » maintient tant bien que mal une hégémonie du billet vert qualifiée de dégénérescente (p. 558). Michel Aglietta appelle de ses vœux « un régime monétaire viable et sans hégémonie [reposant] sur une forme de liquidité ultime, unanimement acceptée, qui ne soit la dette d’aucun pays » (p. 560), mais plutôt le fruit d’une coopération institutionnalisée à l’échelle internationale, dont l’effet serait l’assurance contre l’instabilité financière internationale. C’est pourquoi les DTS doivent être remis à l’ordre du jour : ils feraient du FMI la « source d’une assurance collective » (p. 562), à condition que ce dernier n’apparaisse plus comme biaisé par « la confiscation des pouvoirs en son sein par les pays occidentaux » (p. 562).

Conclusion : intégrer la variété des capitalismes

36Par les enjeux auxquels il s’attaque, par la cohérence de ses conceptions et la variété des champs auxquels elles sont appliquées, l’ouvrage apporte une contribution majeure au débat sur la nécessaire réorientation du capitalisme actuel. Les priorités choisies par les auteurs pour cette réorientation pourront être critiquées, suivant les préférences et les convictions des lecteurs. Mais sur le plan conceptuel, un des points de fragilité de l’argumentation est la manière uniforme dont il présente le capitalisme tel qu’il est censé exister aujourd’hui. Évoquer le capitalisme comme un tout indifférencié, c’est faire l’impasse sur son caractère multiforme, fruit de trajectoires historiquement situées à l’échelle régionale, voire nationale. C’est cette pluralité que l’on rencontre de par le monde. Même si Wall Street détermine encore aujourd’hui la forme prégnante du capitalisme réel, les hypothèses non questionnées dans le livre sur la manière dont la finance impose sa norme dans l’espace mondial posent problème.

37Depuis le début des années 1990, l’étude de la variété des capitalismes a abouti à des résultats importants. Au-delà des différences déjà significatives que l’on peut trouver entre le mode scandinave d’organisation du capitalisme et sa version nord-américaine, notamment en matière de financiarisation2, l’observation des trajectoires d’émergence économique remet en cause la vision véhiculée par l’ouvrage d’une finance imposant partout la forme qu’elle a prise dans les pays de première industrialisation. Le capitalisme chinois, par exemple, présente certes des poches de financiarisation débridée, mais il est loin d’être imprégné de produits financiers au même degré que ne le sont les États-Unis. Ceci implique que le cycle financier de la Chine n’est pas de même ampleur que celui des États-Unis et n’a pas non plus la même emprise sur la conjoncture nationale. Une approche intégrant la variété des formes de capitalisme et les relations centre-périphérie aurait ajouté de la précision au diagnostic. Même en ce qui concerne l’exposition au risque majeur d’une dégradation rapide de ce commun des communs qu’est la biosphère, les pays émergents sont loin d’être placés dans une situation similaire (Vercueil, 2015). C’est en particulier dans ce domaine que cette remarquable recherche mériterait d’être prolongée.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. & S. Moatti (2000), Le FMI. De l’ordre monétaire aux désordres financiers, Paris, Economica, coll. « CPR ».

Aglietta M. & V. Coudert (2004), Le dollar et le système monétaire international, Paris, La découverte, coll. « Repères ».

Aglietta M. (2010), La crise. Les voies de sortie, Paris, Michalon.

Aglietta M. & T. Brand (2013), Un New Deal pour l’Europe, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M. & A. Rebérioux (2014), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel/économie ».

Aglietta M. & N. Valla (2017), Macroéconomie financière, 6e édition entièrement refondue, mise à jour et augmentée Paris, La découverte, coll. « Grands repères/Manuels ».

Balint T., Lamperti F., Mandel A., Napoletano M., Roventini A. & A. Sapio (2016), « Complexity and the economics of climate change: a survey and a look forward », Documents de travail du Centre d’économie de la Sorbonne 16058.

Borio C. (2014), « The financial cycle and macroeconomics: what have we learnt? », Journal of Banking and Finance, vol. 45, p. 182-198.

Fisher I. (1933), « The debt-deflation theory of great depressions », Econometrica, vol. 1, no 4, p. 337-357.

Gille B. (dir.) (1978), Histoire des techniques : technique et civilisations, technique et sciences, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Jullien F. (2016), Il n’y a pas d’identité culturelle, L’Herne, coll. « Cahiers de l’Herne ».

Krugman P., Obstfeld M. & M. Melitz (2012), Économie internationale [ressource électronique], Paris, Pearson éducation.

Masson-Delmotte V., Zhai P., Pörtner H.O., Roberts D., Skea J., Shukla P.R. & S. Connors (2018), « Summary for policymakers », Global Warming of 1,5 °C, IPCC.

Mishkin F. (2013), Monnaie, banque et marchés financiers [Ressource électronique], 8e édition, adaptation Bordes C., Hautcœur P.-C. & D. Lacoue-Labarthe, Paris, Pearson éducation.

Nordhaus W. (1993), « Optimal greenhouse-gas reductions and tax policy in the DICE model », The American Economic Review, vol. 83, no 2, p. 313-317.

Orléan A. (2008), « La notion de valeur fondamentale est-elle indispensable à la théorie financière ? », Regards croisés sur l’économie, vol. 1, no 3, p. 120-128.

Pottier A. (2018), « Le capitalisme est-il compatible avec les limites écologiques ? », Prix Veblen du jeune chercheur 2017, Institut Veblen [en ligne]. URL : https://www.veblen-institute.org/IMG/pdf/texte_veblen.pdf [consultée le 04/06/2020].

Richard J. (2012), Comptabilité et développement durable, Paris, Economica, coll. « Gestion ».

Sokal A. & J. Bricmont (1997), Impostures Intellectuelles, Paris, Odile Jacob.

Vercueil J. (2015), Les pays émergents. Brésil-Russie-Inde-Chine… Mutations économiques, crises et nouveaux défis, Paris, Bréal.

Weitzman M.L. (2009), « On modeling and interpreting the economics of catastrophic climate change », The Review of Economics and Statistics, vol. 91, no 9, p. 1-19.

Wicksell K. (1936) [1898], Interest and Prices: a study of the causes regulating the value of money [Geldzins und Güterpreise: eine studie über die den tauschwert des geldes bestimmenden ursachen, Aalen, Scientia-Verlag], translated in English byR.F. Kahn, London, Macmillan and Co.

Haut de page

Notes

1 Les chercheurs sont les suivants : Michel Aglietta, Luc Arrondel, Gilles Dufrénot, Étienne Espagne, Cécile Faivre, Renaud du Tertre, Yann Guy et William Oman. Dans cette note, ils seront cités par leurs noms avant la page concernée dans l’ouvrage, sauf s’il s’agit de Michel Aglietta.

2 Voir le dossier « Capitalismes dépendants », publié dans le numéro d’automne 2018 de la Revue de la régulation (en ligne, no 24), qui développe la question de la diversité des capitalismes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Des ruptures subies aux ruptures choisies : mettre la finance au service des sociétés humaines »Revue de la régulation [En ligne], 27 | 1er semestre/spring 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/regulation/17037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.17037

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Vice-président de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales [Inalco], délégué à la valorisation et aux partenariats socio-économiques ; Professeur des universités en sciences économiques ; INALCO, Laboratoire CREE (EA 4513), julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Recherche & Régulation
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search