Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Comptes rendus d'habilitation à d...Le mythe de l’émergence. Réalités...

Comptes rendus d'habilitation à diriger des recherches

Le mythe de l’émergence. Réalités des dynamiques externes et internes des processus d’accumulation brésilien et chinois

Mylène Gaulard, compte rendu d’habilitation à diriger des recherches
Mylène Gaulard

Résumés

Prolongeant les travaux menés depuis ma thèse de doctorat soutenue en 2008 auprès de l’université Paris I Panthéon Sorbonne, cette habilitation à diriger des recherches vise à remettre en question le concept d’émergence, utilisé abusivement par les médias et de nombreux économistes depuis la décennie 2000. Outre la poursuite de mes recherches sur les fragilités internes rencontrées par des pays comme la Chine ou le Brésil, avec une analyse de l’évolution de leur appareil productif au travers de la thèse marxiste de baisse du taux de profit, j’ai été amenée à étudier l’impact de ces difficultés internes sur le phénomène de carry-trade, sur les influences réciproques entretenues entre celles-ci et les flux internationaux de capitaux spéculatifs. Enfin, les solutions proposées à la crise actuelle de l’émergence, telles que la refondation des systèmes de sécurité sociale, la réorientation des économies vers leur marché intérieur et une meilleure insertion internationale permise par le développement des énergies renouvelables, sont plus largement critiquées dans mes derniers travaux.

Haut de page

Texte intégral

HDR soutenue le 19 juin 2019 à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Garant : M. Carlos Quenan, Professeur, IHEAL, université Paris 3

Membre jury 1 : Mme Sandrine Michel (rapporteur), Professeure, université de Montpellier

Membre jury 2 : M. Marc Lautier (rapporteur), Professeur, université de Rennes 2

Membre jury 3 : M. Christian Azaïs, Professeur, CNAM

Membre jury 4 : Mme Natacha Aveline, Directrice de recherche, CNRS

Membre jury 5 : Mme Esther Jeffers, Professeur, université d’Amiens

Membre jury 6 : M. Xavier Richet, Professeur émérite, université de Paris 3

Membre jury 7 : M. Pierre Salama, Professeur émérite, université de Paris 13

Questions de recherche traitées

1Mon habilitation à diriger des recherches offre un bilan de mes dix dernières années de recherche. Elle porte sur la poursuite, l’approfondissement et le dépassement des résultats de ma thèse, soutenue en 2008 auprès de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, sur la question des inégalités dans les processus d’accumulation brésilien et chinois. Sous cet angle, elle approfondit aussi les difficultés internes rencontrées par les économies dites « émergentes » que sont le Brésil et la Chine.

2Outre cette question des inégalités, la grande faiblesse de l’émergence comme processus, comme la question du « développement » avant elle, concerne ainsi surtout l’insertion internationale de ces pays, subissant de plein fouet la volatilité des flux internationaux de capitaux, responsable de dangereuses fluctuations de leur monnaie, de bulles spéculatives et d’une partie du ralentissement économique observé depuis 2012. Toutes ces difficultés ainsi que les analyses portant sur la perte progressive des avantages absolus de ces pays, sur leur entrée dans le piège des revenus intermédiaires, défini depuis 2007 comme le fait pour un pays de rester bloqué dans la catégorie des revenus compris entre 1 036 et 12 615 dollars par habitant en raison d’une croissance économique inévitablement ralentie à partir d’un certain niveau de salaire moyen, ont pour cette raison été l’objet de la majorité des articles que j’ai publiés ces dernières années (Gaulard, 2009 ; Gaulard, 2012 ; Gaulard, 2013 ; Gaulard, 2014 ; Gaulard, 2015, etc.).

3Enfin, j’ai été conduite récemment à tenter de percevoir des solutions à la crise de l’émergence actuelle, ou tout du moins à questionner la pertinence des remèdes proposés à des difficultés socio-économiques actuellement indéniables. Je me suis pour cette raison penchée sur la question du développement durable, sur la possibilité d’échapper au piège des revenus intermédiaires par le biais des énergies propres. Sur cette question, la Chine, « nouveau champion de la lutte contre le réchauffement climatique », fut le terrain d’étude idéal (Gaulard, 2017). Pour répondre au problème majeur que constituent les inégalités et la pauvreté, la nouvelle génération de politiques sociales, avec les propositions récurrentes de revenu universel, est également souvent présentée comme une excellente alternative aux anciens programmes sociaux n’ayant pas réussi à faire leurs preuves aussi bien en Asie qu’en Amérique latine : toutes les discussions sur le revenu universel dans ces pays, et notamment au Brésil, se situent donc au cœur de mes travaux actuels. L’orientation de mes prochaines recherches consistera à percevoir finalement les forces et points d’achoppement de ces solutions qui ne sont probablement que de nouveaux leurres succédant au mythe de l’émergence.

Positionnements théoriques

4À travers une mise en perspective des travaux des économistes classiques du xixe siècle, et notamment de ceux de Marx et de ses successeurs, mon objectif est de remettre en question l’« émergence » actuelle de la Chine et du Brésil. Une étude approfondie de toutes les théories des crises et de la croissance développées entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la décennie 2000 me permit surtout d’offrir un prolongement aux thèses de l’état stationnaire des classiques, comme dans le cas du piège des revenus intermédiaires mis en évidence par Homi Kharas et Indermit Gill (Gill & Kharas, 2007 ; Gaulard, 2015) qui, bien que critiqué par des économistes comme Jonathan Anderson (2011), est longuement étudié dans mes articles comme le résultat quasi-inévitable du processus de développement.

5Pour offrir une validation ou au contraire une invalidation empirique à ces théories, l’autre partie de ma démarche consiste à étudier les données macroéconomiques sur longue période et à y souligner les dangers révélés par l’évolution de certaines variables. Mon calcul du taux de profit (Gaulard, 2009), reprenant la méthode de Fred Moseley (1991) et amorcé durant ma thèse de doctorat, en est un exemple, mais j’en suis aussi venue à questionner la mesure des inégalités par l’indice Gini, à critiquer la construction de cet indicateur ainsi que la baisse des inégalités qu’il permettrait observer au Brésil depuis la fin de la décennie 1990 (Gaulard, 2018a), à estimer les flux entrants et sortants de capitaux spéculatifs (Gaulard, 2012), et à étudier les indicateurs permettant de définir, de repérer, et d’analyser une bulle immobilière (Gaulard, 2014).

6Certains de mes articles n’en présentent pas moins parfois une dominante, soit en histoire (comme dans mon article sur le mode de production asiatique [Gaulard, 2018b]), soit en histoire de la pensée économique, ou bien encore en analyse de données macroéconomiques, comme lors de mes estimations des flux de hot money en Chine et au Brésil (Gaulard, 2012).

7En ce qui concerne le cadre théorique, mes travaux se situent dans le prolongement de l’économie classique du xixe siècle, de David Ricardo à Karl Marx, et de l’ « économie du développement » de l’après-Seconde Guerre mondiale. L’ambition de beaucoup de ces économistes était non seulement d’expliquer au mieux la production, la répartition et la distribution des richesses au sein d’une société donnée, mais aussi et surtout d’y repérer les blocages principaux à la poursuite d’une croissance économique sur le moyen/long terme.

8Alors que les décennies postérieures à la Seconde Guerre mondiale virent se multiplier les analyses les plus optimistes sur le développement des pays situés en « Périphérie » des régions ayant débuté, dès les xviiie et xixe siècles, leur révolution industrielle, force est de constater qu’après plusieurs décennies de déceptions, il est essentiel de refonder toute l’économie du développement en tant que discipline, du moins d’appuyer davantage celle-ci sur les théories des crises désormais développées depuis plus de deux siècles. Plutôt que de multiplier les analyses statistiques sur l’« émergence », le piège des revenus intermédiaires ou la désindustrialisation précoce actuelle, mes travaux tentent donc de replacer dans un cadre théorique cohérent la croissance économique de la Chine et du Brésil pour mieux en percevoir les lacunes. Estimant que l’analyse économique évolue, depuis plus de deux siècles maintenant, grâce à son interaction permanente avec la philosophie, l’histoire, la science politique ou la sociologie, je considère comme primordial de réintégrer toutes mes recherches dans cette logique.

Principaux résultats obtenus : une analyse marxiste du piège des revenus intermédiaires

9Outre l’accent mis sur le carry-trade et son débouclage, auxquels se confrontent aussi bien le Brésil que la Chine depuis 2012, il m’est apparu important d’approfondir mes recherches sur la question du « piège des revenus intermédiaires ». Alors que Homi Kharas et Indermit Gill utilisaient cette expression en 2007 pour mettre en avant le ralentissement de la croissance dans la majorité des pays d’Asie du Sud-Est au lendemain de la crise de 1997, l’hypothèse d’un tel piège fut rapidement récupérée pour être critiquée, approfondie et testée (Cai, 2012 ; Eichengreen, Park & Shin, 2013).

10Le cas de la Chine est sûrement aujourd’hui le plus étudié sur cette question, afin de savoir notamment si le géant asiatique sera en mesure de passer le seuil des 12 035 dollars de revenu par habitant caractérisant les pays développés, et cela sans qu’un dangereux ralentissement économique ne fasse stagner le pays au stade intermédiaire. C’est pourquoi j’ai voulu dresser, dans un premier temps, un bilan de la littérature sur cette question afin d’appréhender les théories mobilisées et solutions proposées (Gaulard, 2015), et de resituer le tout dans le cadre de mes propres analyses.

11Cela me permit d’aboutir à un premier bilan sur de nombreuses théories des crises développées depuis cent-cinquante ans, théories revenant peu à peu dans la réflexion des économistes « orthodoxes » depuis que Lawrence Summers a réutilisé, en 2014, l’expression de « stagnation séculaire ». Souvent sous-estimée, si ce n’est totalement dénigrée, la théorie marxiste, allant au-delà des analyses keynésiennes et néoclassiques, permet ainsi de réinterpréter le constat d’une baisse de la productivité du capital en Chine, expliquée par les différents courants théoriques aussi bien par l’insuffisance des dépenses en recherche et développement, le sous-développement du marché intérieur relativement à la production nationale, que le manque de main-d’œuvre qualifiée. La baisse du taux de profit, au cœur des difficultés de l’appareil productif des pays émergents, apparaît alors d’autant plus pertinente à étudier qu’elle permet d’appréhender plus globalement la perte de compétitivité internationale aussi bien que l’impossibilité de réorienter la croissance vers le marché intérieur (Gaulard, 2015a).

12Alors que la perte des avantages comparatifs est le plus souvent accusée de provoquer à terme un ralentissement de la croissance des pays à revenus intermédiaires avant qu’ils ne parviennent à atteindre le seuil des revenus définis comme élevés par la Banque mondiale, le Brésil représente une autre catégorie de pays, avec une insertion commerciale internationale distincte de celle de la Chine mais qui ne pouvait que bloquer à terme sa croissance. Les années 2000 ont effectivement été propices à une spécialisation renforcée dans le secteur des matières premières, et plus généralement dans l’agrobusiness, responsable de la désindustrialisation précoce de nombreux pays latino-américains et africains. Là encore, la « financiarisation » de l’économie brésilienne, accentuant le recul de l’investissement manufacturier (Araujo, Bruno & Pimentel, 2012), est davantage étudiée dans mes travaux comme une réponse au problème antérieur de suraccumulation du capital (Gaulard, 2015b).

13La reprimarisation du Brésil participe pourtant aussi du piège des revenus intermédiaires, avec une dépendance à la hausse, purement conjoncturelle et liée à la spéculation observée alors sur le marché des dérivés, des cours des matières premières. Comme pour le phénomène de carry-trade ou l’explication classique du piège des revenus intermédiaires, l’insertion internationale financière et commerciale finit donc par rapidement révéler et accentuer, dès la baisse des cours observée depuis 2012, des politiques nationales de développement inadaptées mais surtout une suraccumulation de capital, caractéristique du mode de production capitaliste, au sein de l’appareil productif.

Perspectives de recherches futures

14L’objectif de cette habilitation à diriger des recherches est avant tout de pouvoir encadrer à l’avenir des travaux de doctorants sur la critique d’une possibilité de réelle « émergence », aussi bien au Brésil et en Chine que dans les autres pays désignés encore comme tels. Cependant, comme je le montre dans mes travaux, l’émergence a fait long feu, et mon souhait est de revenir à une économie du développement plus traditionnelle, d’étudier les blocages de la croissance expérimentés par l’ensemble des pays qui, dans leur grande majorité, et ce quelles que soient les critiques adressées à ce terme, resteront toujours situés à la « Périphérie » des régions qui profitent le plus du mode de production capitaliste.

15S’il est fort probable que je continue à m’intéresser aux déséquilibres économiques chinois, il est sans doute plus sûr encore que je me concentre davantage au cours des prochaines années sur l’étude des grands pays latino-américains, celle du Brésil, bien sûr, mais également du Mexique, de l’Argentine ou du Chili. Ces économies ont en effet la particularité d’avoir été insérées d’une manière similaire au mode de production capitaliste, des périodes de colonisation jusqu’à l’ouverture économique imposée brutalement durant les décennies 1970 et 1980, de la crise de la dette des années 1980 jusqu’à la faillite récente des politiques « progressistes » adoptées depuis la décennie 2000.

16Il me semble notamment que tous les travaux sur l’émergence ont en quelque sorte freiné l’avancée d’analyses plus globales sur les économies latino-américaines. C’est pour cette raison que, dans L’économie de l’Amérique latine, paru en juin 2020, Pierre Salama et moi-même tentons une analyse comparative de l’évolution des économies sud-américaines, depuis leur colonisation jusqu’à la crise actuelle et l’alternance politique observée sur tout le sous-continent. Cette étude vise ainsi à redonner des pistes de réflexion sur cette partie du monde que les économistes français ont eu de plus en plus tendance à délaisser.

17C’est la raison pour laquelle il me semble aujourd’hui indispensable de recréer des liens entre le sous-continent sud-américain et les chercheurs européens, que ce soit par l’accueil d’étudiants latino-américains dans nos centres de recherche ou par l’orientation de mes doctorants vers des thèmes directement liés à cette région du monde. Les politiques sociales observées dans ces pays, qui seront sûrement radicalement modifiées au cours des prochaines années par les gouvernements actuels, et les impacts socio-économiques du ralentissement causé par la chute des cours des matières premières et/ou la concurrence de l’Asie du Sud-Est, sont des thèmes suffisamment larges et riches pour créer de nouvelles vocations de latino-américanistes parmi les étudiants en économie.

Haut de page

Bibliographie

Anderson J. (2011), « Chart of the day: is there really such a thing as a “middle income trap” ?, UBS Investment Research, Emerging Economic Comment.

Araujo E., Bruno M. & D. Pimentel (2012), « Financialization against industrialization: a Regulationnist approach of the Brazilian paradox », Revue de la régulation [en ligne],
no 11. URL : http://journals.openedition.org/regulation/9604 [consultée le 29/06/2020]

Cai F. (2012), « Is there a “middle-income trap”? theories, experiences and relevances to China », China and World Economy, vol. 20, no 1, p. 49-61.

Eichengreen B., Park D. & K. Shin (2013), « Growth slowdowns redux: new evidence on the middle-income trap », NBER Working Paper, no 18673. URL: https://www.nber.org/papers/w18673.pdf [accessed on 29/06/2020]

Gaulard M. (2009), « Les limites de la croissance chinoise », Revue Tiers Monde, vol. 4, no 200, p. 875-893.

Gaulard M. (2012), « The “hot money” phenomenon in Brazil », Revista de Economia Politica/Brazilian Journal of Political Economy, São Paulo, vol. 32, no 3 (128), p. 367-388.

Gaulard M. (2013), « Changes in the Chinese property market: an indicator of the difficulties faced by local authorities», China Perspectives, no 2, p. 3-14.

Gaulard M. (2014), Karl Marx à Pékin, Les racines de la crise en Chine capitaliste, Paris, Demopolis.

Gaulard M. (2014), « La burbuja inmobiliaria en China », Problemas del Desarrollo, vol. 45, no 178, p. 63-88.

Gaulard, M. (2015a), « A Marxist approach of the middle income trap in China », World Review of Political Economy, vol. 6, no 3, p. 298-319.

Gaulard M. (2015b), « The Brazilian deindustrialization: financialization is not guilty », Revista de economia politica/Brazilian Journal of Political Economy, vol. 35, no 2, p. 227-246.

Gaulard M. (2017), « La lutte contre le réchauffement climatique en Chine : une nouvelle remise en question du “consensus de Pékin”», Développement durable et territoires, vol. 8, no 2, p. 1-16.

Gaulard M. (2018a), « Interrogations sur la pertinence de la mesure des inégalités par l’indice Gini, le cas du Brésil », in Lautier M. & M. Vernières, La mesure du développement, Des indicateurs en question, Paris, GEMDEV/Karthala, p. 127-140.

Gaulard M. (2018b), « Le mode de production asiatique et la Chine : retour sur la pertinence d’un concept biaisé », Revue d’histoire de la pensée économique, vol. 2, no 6, p. 39-64.

Gaulard M. (2018c), « Jair Bolsonaro, la rencontre entre l’extrême-droite brésilienne et les milieux évangéliques », in Da Lage O. (dir.), L’essor des nationalismes religieux, Paris, Demopolis, p. 275-292.

Gaulard M. (2019), « The Chinese economic crisis: a Marxist approach », in Carchedi G. & M. Roberts, The World in Crisis, Marxist Perspectives on Crash and Crisis, London, Haymarket, p. 301-319.

Gaulard M. (2019), L’économie du Brésil, 2e édition, Levallois-Perret, Éditions Bréal, coll. « Thèmes & débats ».

Gaulard M. & P. Salama (2020), L’économie de l’Amérique latine, Levallois-Perret, Éditions Bréal, coll. « Thèmes & débats ».

Gill I. & H. Kharas (eds) (2007), An East Asian Renaissance: ideas for economic growth, Washington, World Bank Report.

Moseley F. (1991), The falling rate of profit in the postwar United States economy, New York, St Martin’s Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mylène Gaulard, « Le mythe de l’émergence. Réalités des dynamiques externes et internes des processus d’accumulation brésilien et chinois », Revue de la régulation [En ligne], 27 | 1er semestre/spring 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/17043 ; DOI : 10.4000/regulation.17043

Haut de page

Auteur

Mylène Gaulard

Maître de conférences en économie, CREG, université Grenoble Alpes; mylene.gaulard@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search