Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La période que nous traversons souligne l’importance de la pluralité des démarches et des méthodes scientifiques. Les sciences de la vie, souvent qualifiées de sciences dures, l’illustrent fort bien et les débats qu’elles suscitent actuellement devraient inspirer les sciences économiques pour deux raisons.

2Premièrement, les critères d’évaluation retenus par les économistes standard, et appliqués aux sciences économiques en général (voir, dans ce numéro, l’article opinions-débats de Florence Audier), étouffent les recherches qui ne s’appuient pas sur les hypothèses propres à leurs paradigmes. Ils limitent sévèrement la diversité et la pluralité nécessaires à un débat scientifique fécond et ils privent non seulement la recherche des ferments nécessaires au développement du savoir, mais aussi le citoyen des éclairages permettant de discuter les choix de politique économique.

3Deuxièmement, les approches et les méthodes retenues en réponse à La crise sanitaire du Covid-19, suscitées par son originalité et l’incertitude qu’elle provoque, interrogent l’analyse économique et ses besoins de renouvellements méthodologiques et théoriques. La crise bouscule les ordres sociaux et c’est du côté de la puissance publique que les solutions sont recherchées. En cela, la période critique que nous vivons rend justice aux travaux institutionnalistes. D’une part, la crise est depuis longtemps un enjeu théorique majeur et un objet d’étude central constamment renouvelé. D’autre part, le marché est une construction sociale imbriquée dans une architecture institutionnelle, dans un processus très éloigné d’une quelconque forme d’autorégulation. Ainsi, la réalité du moment met l’accent sur les limites de l’approche standard et sur la nécessité de favoriser la pluralité des approches et des démarches pour mieux comprendre une situation dont l’évolution est incertaine.

4Ce numéro de la Revue de la régulation ne propose pas d’articles directement liés à la crise du Covid-19 – un appel à articles opinion-débat sur le sujet est en cours. En revanche, comme les livraisons précédentes, il présente les analyses institutionnalistes et les démarches théoriques qui cherchent à comprendre les économies observables et met en valeur l’importance de l’architecture institutionnelle. L’étude comparative conduite par Alexandre De Podestá Gomes montre l’influence des arrangements institutionnels sur les trajectoires économiques des villes de Nanjing et de Suzhou. L’article de Claude Legouill et de Franck Poupeau, dont le terrain se situe en périphérie de La Paz, en Colombie, explore les relations entre les arrangements institutionnels locaux et les grandes infrastructures dans la gestion de la distribution de l’eau.

5Les articles du dossier Varia mettent l’accent sur un autre impensé des analyses standard en économie : l’institution monétaire. La monnaie est un lieu d’expression de rapports de forces ; ses modes de gestion influencent les modalités de répartition et les dynamiques sociales. Luiz Carlos Bresser-Pereira, Luiz Fernando de Paula et Miguel Bruno mettent en évidence les effets socio-économiques et socio-politiques du niveau élevé des taux d’intérêt réels au Brésil depuis plusieurs décennies. La politique monétaire restrictive y a permis l’émergence d’une coalition de classes rentières et financières qui cherche à maintenir ce régime monétaire. Toujours dans le cas du Brésil, l’article de Fernanda Ultremare et Olívia Bullio Mattos analyse les causes des variations de l’offre de crédit bancaire de 1999 à 2016. Celles_ci s’opèrent en fonction des préférences des banques pour la liquidité.

6Deux articles opinions-débats sont aussi proposés dans ce numéro. Celui de Florence Audier, déjà évoqué, et celui de Jérôme Ballet et Bruno Boidin, qui étudient de manière critique les stratégies de responsabilité sociale des entreprises (RSE) minières au Sénégal.

7Pour honorer la mémoire du sociologue Michel Freyssenet, récemment disparu, nous avons souhaité ouvrir une rubrique hommage. Son œuvre, présentée par Robert Boyer, est suivie d’un article central dans la pensée de Michel Freyssenet introduit par Jean-Pierre Chanteau. L’article offre un bon aperçu de sa conception des enjeux scientifiques de l’analyse du travail comme construction socio-historique devenue hégémonique.

8L’entretien avec Elissa Braunstein, rédactrice en chef de Feminist Economics, présente le parcours d’une spécialiste de macroéconomie, d’économie internationale et d’économie du développement, également consultante auprès de plusieurs institutions internationales. Elle est particulièrement impliquée dans l’intégration des études de genre en économie politique (voir, à ce sujet, le numéro 25 de la revue, Déployer les études de genre en économie politique, dirigé par Thomas Lamarche et Cécile Lefèvre).

9Ce numéro est également riche de cinq recensions, dont les quatre premières portent sur des ouvrages plus ou moins directement intéressés par les questions financières. Camila Villard Duran analyse le livre de Gianni Lo Schiavo sur l’Union Bancaire européenne. Odile Lakomski-Laguerre se penche sur l’ouvrage de Laurence Scialom, La fascination de l’ogre ou comment desserrer l’étau de la finance. Nikolay Nenovsky et Cornelia Sahling font une lecture très personnelle de l’expérience de la crise grecque « racontée » par un acteur de premier plan, Yanis Varoufakis. Julien Vercueil présente le dernier ouvrage que dirige Michel Aglietta sur le capitalisme financier. La cinquième recension est également proposée par Julien Vercueil. Elle soulève des questions d’anthropologie générale que pose Joseph Henrich dans un ouvrage intitulé L’intelligence collective. Comment expliquer la réussite de l’espèce humaine.

10Le compte rendu d’Habilitation à diriger des recherches de Mylène Gaulard clôture ce numéro. Il met en relief un ensemble de travaux qui, dans une perspective marxienne et par rapport aux exemples du Brésil et de la Chine, questionnent l’idée d’émergence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 27 | 1er semestre/spring 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/regulation/17073

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page