Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationAppel à contributionsVers une économie politique de l’...

Vers une économie politique de l’écologie : les transformations du rapport social à la nature

Date limite de soumission des propositions (résumés détaillés) : octobre 2020
Coordinateurs : Louison Cahen-Fourot, Nicolas Da Silva, Gaël Plumecocq & Franck-Dominique Vivien

Soumettre une proposition d’article

Les défis climatiques et écologiques auxquels les sociétés humaines sont confrontées nécessitent des transformations radicales, à la fois aux niveaux comportemental, économique et politique. La prise en compte de limites planétaires invite notamment à questionner les manières dont les économies contemporaines sont organisées et régulées. Cet appel à communications de la Revue de la régulation – revue qui vise à fournir un espace de débat pour les analyses institutionnalistes – réunira des contributions questionnant les institutions sur lesquelles repose le système économique capitaliste sous l’angle des enjeux climatiques et écologiques. En cohérence avec la ligne éditoriale de la revue, les propositions issues autant de la science économique que des différentes sciences sociales et/ou approches interdisciplinaires sont attendues. Sans que cela soit exhaustif, quatre directions sont privilégiées : (i) la financiarisation croissante de l’économie, la mondialisation de la production à travers les chaînes globales de valeur et leur complémentarité institutionnelle, au défi du “global change” ; (ii) la dimension conflictuelle de la crise écologique et climatique ; (iii) l’évolution conjointe des formes institutionnelles codifiant les rapports sociaux et régulant le système économique et des relations sociales à l’environnement ; (iv) la (dé-)construction des imaginaires collectifs, façonnés notamment par les sciences et les techniques.

Dates importantes

  • Date de soumission des propositions d’articles (il s'agit de résumés détaillés compris entre 800 et 1 200 mots, hors bibliographie) : avant le 9 octobre 2020 regulation@revues.org)

  • Date d’envoi des avis de la Revue sur les propositions : avant le 15 novembre 2020

  • Soumission des articles : avant le 15 avril 2021

Appel à contributions

Respecter les engagements de l’accord de Paris en limitant à 1,5 °C l’augmentation des températures mondiales d’ici la fin du siècle suppose d’émettre moins de 400 Gigatonnes de CO2 d’ici 2050 (565 Gigatonnes pour 2 °C). Au-delà de ce plafond, les climatologues anticipent que des basculements, des effets en cascade et des accélérations sont susceptibles de se produire, compliquant la gestion des problèmes environnementaux et climatiques. Or, les activités humaines, et en particulier les activités économiques, continuent d’émettre, à l’échelle globale, environ 37 Gigatonnes chaque année (moyennes sur les trois dernières années, voir Jackson et al., 2019).

Le rapport 2019 de la plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES, 2019) a, à nouveau, confirmé que le taux d’extinction du vivant que l’on observe aujourd’hui sur la planète est sans précédent dans l’histoire humaine et qu’il s’accélère encore. Ce rapport estime ainsi qu’un million d’espèces animales et végétales sont en voie d’extinction. Le « filet de sécurité » pour la survie de l’humanité que constitue la diversité biologique « a été étiré jusqu’à son point de rupture », a commenté Sandra Diaz, la co-présidente du comité d’experts qui a réalisé cette évaluation.

Les grands cycles biogéochimiques (du phosphore et de l’azote, notamment) sont bouleversés ; les phénomènes de pollution urbaine, en particulier dans les mégalopoles du Sud, sont de plus en plus manifestes et ont de graves conséquences sanitaires ; les déchets et particules de plastique se retrouvent désormais partout dans le monde et dans tous les organismes ; la qualité de l’eau se dégrade en maints endroits, les conflits et rivalités pour son usage s’exacerbent… La liste est encore longue pour décrire une crise écologique généralisée, connue de longue date, et qui ne cesse de s’aggraver.

La prise en compte de limites planétaires nécessite de questionner les manières dont les économies contemporaines sont organisées et régulées (Clark & York, 2005 ; Cahen-Fourot, 2020). Les défis climatiques et écologiques auxquels les sociétés humaines sont confrontées nécessitent des transformations radicales qui sont à la fois d’ordre comportemental mais aussi économique et politique. En bref, il convient de réinterroger les institutions sur lesquelles repose le système économique capitaliste au prisme de ces crises écologiques et climatiques globales (Vatn, 2005 ; Douai & Plumecocq, 2017).

C’est l’objectif de cet appel à communications. Quatre dimensions semblent particulièrement devoir être interrogées :

    • 1 La notion de régime socio-métabolique désigne l’équilibre dynamique des interactions entre société (...)

    Premièrement, l’accumulation permise par la financiarisation croissante de l’économie et la mondialisation de la production, à travers les chaînes globales de valeur et leur complémentarité institutionnelle, constitue le lieu d’enjeux économiques, sociaux, environnementaux et politiques fondamentaux à questionner. D’une part, il s’agit d’un vecteur majeur de stabilisation du capitalisme en permettant la reproduction des rapports de domination. D’autre part, la transition vers une société post-capitaliste ne pourra faire l’économie d’un système de financement permettant d’absorber le coût de la transition et d’une restructuration de la production permettant de redéfinir les tissus productifs (MEF-MEDD, 2013). Dans quelle mesure l’extension du domaine de la finance aux ressources environnementales et leur transformation en actifs ou capitaux productifs peut-elle s’interpréter comme une tentative de renforcer les institutions capitalistes ? Comment peut-on caractériser les correspondances entre régimes d’accumulation du capital et régimes sociométaboliques1 (Cahen-Fourot & Durand, 2016 ; Cahen-Fourot et Magalhães, 2020 ; Görg et al., 2020) et quels enseignements peut-on en tirer ? Quel rôle jouent les outils managériaux de gestion et d’évaluation dans la prise en compte des impacts environnementaux des entreprises et à quelle échelle ? Dans quelle mesure la complémentarité institutionnelle entre chaînes globales de valeur et processus de financiarisation constitue-t-elle un moyen temporaire de repousser les limites écologiques à l’accumulation ?

  • Un second aspect de cette problématique visera à interroger, dans une perspective d’économie politique, la dimension conflictuelle de la crise écologique et climatique (Bergseng & Vatn, 2009 ; Douai & Montalban, 2012). Notamment, dans la mesure où les inégalités (de genre, sociales, de revenu, environnementales…) constituent une condition de reproduction des rapports de domination permettant le maintien du système capitaliste, il s’agira d’examiner la légitimité de ces inégalités. En conséquence, on interrogera la capacité, le bien-fondé et les moyens par lesquels il est possible de réguler la relation sociale à l’environnement, dans ou hors du capitalisme. Comment cette relation est-elle médiatisée, quelle en est la forme et quels sont ses effets ? Quelle relation (compromis, synergies… ?) lie la production des inégalités au sein du système capitaliste et la défense de l’écologie ? Plus spécifiquement, quel est le rôle et la place de la production et l’appropriation des matières (matériaux, métaux, denrées alimentaires…) et énergies dans les luttes de pouvoir au cœur du capitalisme ? Dans quelle mesure ces luttes donnent-elles naissance à de nouveaux compromis institutionnalisés ?

  • Un troisième aspect concerne l’évolution conjointe des formes institutionnelles codifiant les rapports sociaux et régulant le système économique et des relations sociales à l’environnement (Zuindeau, 2007 ; Görg & Brand, 2008 ; Élie et al., 2012 ; Cahen-Fourot, 2020). Comment ces relations à l’environnement sont-elles régulées, instituées, réglementées ? Dans quelle mesure et comment sont-elles mises en forme, s’autonomisent-elles ou reconfigurent-elles le rapport salarial, le rapport monétaire, les formes de l’État et de la concurrence et/ou l’insertion dans le régime international ? Il s’agit d’abord de comprendre comment ces formes évoluent avec l’intensification de la contrainte environnementale et comment elles la façonnent en retour, individuellement et à travers leurs combinaisons au sein des modes de régulation. Il s’agit ensuite d’entrevoir les possibles compromis institutionnalisés pouvant naître de ces interactions. Enfin, l’éventualité d’un bouleversement dans la hiérarchie des formes institutionnelles avec l’émergence progressive de la relation sociale à l’environnement comme forme institutionnelle déterminante, comme le furent le rapport salarial et les formes de la concurrence, constitue une possibilité historique à analyser.

  • Enfin, une dernière dimension politique abordera les enjeux liés à la (dé-)construction des imaginaires collectifs, en particulier à travers la manière dont ceux-ci sont façonnés dans des discours politiques, techniques et/ou scientifiques. Ces imaginaires, sous forme de « grands récits » ou de « feuilles de route » technologiques, jouent un rôle central dans un contexte de cadrage des politiques publiques qui s’opère de plus en plus autour de l’idée de transition écologique (Vivien et al., 2019). Le rôle de certains corps professionnels, tels que les ingénieurs ou les économistes, dans la construction de ces imaginaires apparaît patent (Jarrige, 2014 ; Pottier, 2016). Face à la constance et à la résilience de ces cadres de pensée, on observe la résurgence de discours catastrophistes ou effondristes, mais également critiques vis-à-vis du capitalisme ou simplement alternatifs. Les termes de « sobriété heureuse », « prospérité sans croissance », « buen vivir »… émaillent ainsi le discours de la décroissance (Martinez-Alier et al., 2010). Mais quelles sont les implications de ces termes ou de ces concepts ? Quelle pourrait être leur traduction (formelle) dans les outils théoriques ou pratiques de l’économie politique ? Il s’agit aussi d’interroger l’instrumentation des modèles, et en particulier des modèles de l’économie mainstream, dans la construction des discours sur les enjeux climatiques et écologiques (par exemple, dans le GIEC) mais également les rôles de la conceptualisation des besoins ou la théorisation de la valeur dans la construction d’imaginaires opératoires pour une société post-capitaliste.

Il s’agit évidemment d’une liste non exhaustive des thématiques susceptibles d’être abordées. La brusque irruption de la crise sanitaire du Covid-19 rappelle à quel point l’inscription de la recherche dans une actualité contemporaine est fondamentale. De fait, les travaux qui interrogent le lien entre les crises sanitaires et environnementales (comme le concept de « santé unique » (Gibbs, 2014) permet de le penser) sont encouragés. Le numéro spécial visera, en effet, à rassembler un ensemble varié de travaux questionnant les rapports entre capitalisme et crises (ou impacts) écologiques et/ou climatiques, dans une perspective institutionnaliste. Dans un souci de pluralisme et de dialogue interdisciplinaire, la revue est ouverte à un très large éventail de méthodes (enquêtes de terrain qualitatives, analyses quantitatives, méthodes d’analyse textuelle, modélisation mathématique, simulation, théories des jeux, etc.), faisant appel aux outils canoniques de la discipline économique ou à d’autres outils plus usités dans les autres sciences sociales, dès lors que les sources et les procédures de recherche sont utilisées de manière robuste, contrôlée et en adéquation avec l’objet étudié. À cet égard, les approches par cas d’études, les revues de littérature ou les approches théoriques ou conceptuelles sont particulièrement bienvenues, du moment que le cadre méthodologique et les modalités d’administration de la preuve sont explicitement mis en évidence. Enfin, selon les recommandations de la Revue de la régulation, les articles scientifiques constituent des contributions originales, non publiées ailleurs. Les auteurs sont également priés de suivre les recommandations éditoriales.

Références bibliographiques

Bergseng E. & A. Vatn (2009), « Why protection of biodiversity creates conflict – some evidence from the Nordic countries », Journal of Forest Economics, vol. 15, no 3, p. 147-165. DOI: https://doi.org/10.1016/j.jfe.2008.04.002

Brand U. & C. Görg (2008), « Post-fordist governance of nature: the internationalization of the state and the case of genetic resources – a neo-poulantzian perspective », Review of International Political Economy, vol. 15, no 4, p. 567-589. DOI: https://doi.org/10.1080/09692290802260647

Cahen-Fourot L. (2020), « Contemporary capitalisms and their social relation to the environment », Ecological Economics, vol. 172, article 106634. DOI : https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2020.106634

Cahen-Fourot L. & C. Durand (2016), « La transformation de la relation sociale à l’énergie du fordisme au capitalisme néolibéral : une exploration empirique et macro-économique comparée dans les pays riches (1950-2010) », Revue de La régulation [en ligne], no 20, https://doi.org/10.4000/regulation.12015.

Cahen-Fourot L. & N. Magalhães (2020), « Matter and regulation: sociometabolic and accumulation regimes of French capitalism since 1948 », Ecological Economic Papers, no 34. DOI: https://epub.wu.ac.at/7565

Clark B. & R. York (2005) « Carbon metabolism: global capitalism, climate change, and the biospheric rift », Theory and Society, vol. 34, no 4, p. 391-428. DOI: https://doi.org/10.1007/s11186-005-1993-4

Douai A. & M. Montalban (2012), « Institutions and the environment: the case for a political socio-economy of environmental conflicts », Cambridge Journal of Economics, vol. 36, no 5, p. 1199-1220. DOI: https://doi.org/10.1093/cje/bes046

Douai A. & G. Plumecocq (2017), L’économie écologique, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Élie L., Zuindeau B., Bécue M., Camara M., Douai A. & A. Meunié (2012), « Approche régulationniste de la diversité des dispositifs institutionnels environnementaux des pays de l’OCDE », Revue de La régulation [en ligne], no 12, https://journals.openedition.org/regulation/9951.

Fischer-Kowalski M. & H. Haberl (1993), « Metabolism and colonization. modes of production and the physical exchange between societies and nature », Innovation in Social Sciences Research, vol. 6, no 4, p. 415-442. DOI: https://doi.org/10.1080/13511610.1993.9968370

Gibbs E.P.J. (2014), « The evolution of One Health: a decade of progress and challenges for the future », Veterinary Record, vol. 174, no 4, p. 85-91. DOI: http://dx.doi.org/10.1136/vr.g143

Görg C. & U. Brand (2000), « Global environmental politics and competition between nation-states: on the regulation of biological diversity », Review of International Political Economy, vol. 7, no 3, p. 371-398. DOI: https://doi.org/10.1080/09692290050173999

Görg C., Plank C., Wiedenhofer D., Mayer A., Pichler M., Schaffartzik A. & F. Krausmann (2020), « Scrutinizing the Great Acceleration: the anthropocene and its analytic challenges for social-ecological transformations », The Anthropocene Review, vol. 7, no 1, p. 42-61. DOI: https://doi.org/10.1177%2F2053019619895034

Haberl H., Fischer-Kowalski M., Krausmann F. & V. Winiwarter (eds) (2016), Social Ecology. Society-Nature Relations across Time and Space, New York, Springer Berlin Heidelberg, coll. « Human-Environment Interactions ».

Jackson R. B., Friedlingstein, P., Andrew, R. B., Canadell, J. G., Le Quéré, C. & G.P. Peters (2019), « Persistent fossil fuel growth threatens the Paris Agreement and planetary health », Environmental Research Letters, vol. 14, no 12. Doi: https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/ab57b3.

Jarrige F. (2014), Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte.

IPBES (2019), Summary for policymakers of the global assessment report on biodiversity and ecosystem services of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services. Díaz S., Settele J., Brondízio E.S., Ngo H.T., Guèze M., Agard J., Arneth A., Balvanera P., Brauman K.A., Butchart S.H.M., Chan K.M.A., Garibaldi L.A., Ichii K., Liu J., Subramanian S.M., Midgley G.F., Miloslavich P., Molnár Z., Obura D., Pfaff A., Polasky S., Purvis A., Razzaque J., Reyers B., Roy Chowdhury R., Shin Y.J., Visseren-Hamakers I.J., Willis K.J., & C.N. Zayas (eds.), IPBES secretariat, Bonn, Germany. URL: https://ipbes.net/sites/default/files/inline/files/ipbes_global_assessment
_report_summary_for_policymakers.pdf
[accessed on 03/07/2020]

Martinez-Alier J., Pascual U., Vivien F. & E. Zaccai (2010), « Sustainable de-growth: mapping the context, criticisms and future prospects of an emergent paradigm », Ecological Economics, vol. 69, no 9, p. 1741-1747. DOI: https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2010.04.017

MEF-MEDD (2013), Livre blanc sur le financement de la transition écologique, ministère de l’Économie et des Finances et ministère de l’Écologie du Développement Durable et de l’Énergie. URL: http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Livre_blanc_sur_le_financement_de_la_transition_ecologique.pdf [consulté le 03/07/2020]

Pottier A. (2016), Comment les économistes réchauffent la planète, préface de Gaël Giraud, Paris, Le Seuil, coll. « Anthropocène ».

Vatn A. (2005), Institutions and the Environment, Cheltenham and Northampton, Edward Elgar.

Vivien F.-D., Nieddu M., Béfort N., Debref R. & M  Giampietro (2019), « The hijacking of the bioeconomy », Ecological Economics, vol. 159, p. 189-197. DOI: https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2019.01.027

Zuindeau B. (2007), « Regulation School and environment: theoretical proposals and avenues of research », Ecological Economics, vol. 62, no 2, p. 281-290. DO: https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2006.12.018

Notes

1 La notion de régime socio-métabolique désigne l’équilibre dynamique des interactions entre société et nature. Il s’agit des modalités historiquement situées d’échange de matière et d’énergie entre les sociétés et leur environnement naturel. La notion de métabolisme social renvoie donc flux physiques utilisés et générés par l’activité économique sous la forme d’intrants et de déchets directs ou indirects (Fischer-Kowalski & Haberl, 1993 ; Haberl et al., 2016).

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search