Navigation – Plan du site

Covid-19 : L’économie dévoilée par la crise pandémique

Introduction au numéro
What does the covid-19 crisis reveal about Economics and the Economy?
Covid-19: la economia puesta de manifiesto por la crisis económica
Jean-Christophe Graz, Pierre Alary, Agnès Labrousse, Thomas Lamarche et Julien Vercueil

Texte intégral

La publication de cette série d’articles a bénéficié du soutien financier de la la Fondation pour le développement économique européen - Foundation for European Economic Development - FEED.

Un an seulement après l’annonce de la découverte d’un nouveau virus dans la province de Wuhan en Chine, le monde n’est plus le même. Les transformations que la pandémie a provoquées et les réponses collectives qui y sont apportées (confinement des personnes, réduction drastique de la circulation des biens et plus largement de l’activité économique et sociale) auront des effets structurels. Toutefois, l’ampleur et la nature de ces effets sont difficiles à concevoir.

La Revue de la régulation a lancé un appel à contributions pour engager le débat au-delà de l’actualité immédiate et mettre en valeur les compétences des chercheuses et chercheurs qui s’inscrivent dans la filiation des travaux hétérodoxes et pluralistes en sciences économiques et sociales – des compétences trop peu visibles sous les feux de la rampe médiatique.

La revue a reçu une cinquantaine de propositions d’articles pour sa rubrique Opinions / Débats. Les premiers acceptés paraissent maintenant. D’autres suivront avec des publications au fil de l’eau.

Le temps de la réflexion a permis de réunir une grande variété de contributions. Les analyses se situent aussi bien sur les plans empirique, théorique que prescriptif. Fidèles à la ligne éditoriale de la Revue, elles voient dans la pandémie de covid-19 un fait social total, dont les enjeux économiques, politiques et sociaux sont étroitement imbriqués.

Certains articles se focalisent sur les dimensions structurelles d’une crise du régime d’accumulation. Cette crise est d’une ampleur telle qu’elle pourrait offrir des conditions favorables pour faire évoluer le régime en direction des objectifs d’un développement soutenable (voir l’article de Robert Guttmann). Plusieurs autres reviennent sur l’importance des politiques macro-économiques. Sébastien Charles, Thomas Dallery et Jonathan Marie soulignent la pertinence de la théorie postkeynésienne pour réhabiliter la politique budgétaire comme instrument clé de la politique économique. D’autres articles à venir offriront des éléments de comparaison en matière de politique budgétaire et monétaire aux États-Unis et en Europe.

Sur le plan sectoriel, la pandémie de covid-19 montre si besoin était que la santé est un cas exemplaire des liens primordiaux entre économie et société. Cela avait déjà été souligné dans le dossier thématique sur l’économie politique de la santé publié par la Revue au printemps 2015 (https://journals.openedition.org/​regulation/​11063). L’économie politique de la santé suppose ainsi un type particulier de régulation sectorielle, dont les formes institutionnelles nécessitent une intervention collective à l’opposé de la marchandisation progressive dont elle a fait l’objet depuis plusieurs décennies. La réglementation du marché des médicaments et des vaccins tant attendus pour juguler la pandémie constitue un cas édifiant à cet égard. Samira Guennif revient ainsi sur la tentative de capture du régulateur américain par l’entreprise pharmaceutique Gilead, au début de la crise sanitaire mondiale, en vue d’obtenir une position monopolistique pour son traitement antiviral, le Remdesivir, en instrumentalisant la loi sur les médicaments orphelins.

La crise de la pandémie de covid-19 a également des répercussions sur le régime d’endettement international dont dépendent les politiques de développement. Alors que la possibilité d’un moratoire d’un an de la dette bilatérale pour 77 pays parmi les plus pauvres de la planète a fait les gros titres des comptes rendus de réunions du G20, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, l’initiative reste controversée tant elle semble peu adaptée à l’ampleur de la crise à laquelle ces pays font face et à l’incertitude de la position qu’adoptera la République populaire de Chine vis-à-vis de ses créances sur le continent africain. L’article de Thierry Pairault donne l’occasion de se pencher sur les mythes et réalités de la dette des pays africains envers la Chine, dont l’opacité systémique invite à mener une analyse plus qualitative que quantitative de ses conséquences dans ce contexte de crise.

Cette première livraison se clôt avec une réflexion de Coline Ruwet sur la façon dont cette crise pandémique nous invite à refonder notre rapport au temps, largement occulté par la théorie économique standard. Non seulement la propagation du coronavirus et les politiques mises en œuvre nous font expérimenter une temporalité inédite à bien des égards, mais pour penser « le monde d’après », nous ne pourrons pas faire l’économie de l’analyse des enjeux de soutenabilité. En cela l’auteure nous incite à mieux tenir compte de la polychronie et de l’épaisseur des temporalités du vivant.

Ces cinq premiers articles devraient être suivis d’une dizaine d’autres qui seront publiés dans le courant de l’année 2021. Sans prétendre en proposer un panorama exhaustif, ils donneront des clés de lecture des multiples déclinaisons de la crise de la covid-19 et de la matérialité socio-économique des tensions qui s’expriment dans le capitalisme. Par leur diversité, ces contributions reflètent l’ampleur de la réflexion provoquée par la pandémie chez les chercheuses et chercheurs hétérodoxes et pluralistes en sciences économiques et sociales. Rien d’étonnant à cela : les « grandes crises », dans le vocabulaire régulationniste, sont justement les plus susceptibles de provoquer des renouvellements conceptuels majeurs. Parce qu’elles n’offrent plus de clés pour saisir la nouveauté radicale, les « habitudes de pensée » (Veblen) héritées du passé sont questionnées et remises sur le métier pour saisir ce que cette crise offre d’inédit et en quoi elle conforte ou amplifie des dynamiques existantes. L’ambition de ce dossier est, à son échelle, précisément d’offrir une plateforme de discussions porteuse de nouvelles formes de compréhension d’un monde en plein doute.

Un dernier point mérite précision, ayant trait aux choix éditoriaux qui accompagnent ce numéro. S’agissant d’un numéro ouvert, ses contributions paraîtront au fil de l’eau sans qu’un ordre particulier ou toute autre forme de cohérence éditoriale ne leur soient imposés du dehors. Nous avons également laissé aux auteurs le choix du genre avec lequel ils souhaitaient désigner le virus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Graz, Pierre Alary, Agnès Labrousse, Thomas Lamarche et Julien Vercueil, « Covid-19 : L’économie dévoilée par la crise pandémique », Revue de la régulation [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 10 février 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/regulation/17592 ; DOI : 10.4000/regulation.17592

Haut de page

Auteurs

Jean-Christophe Graz

Professeur en relations internationales, Institut d’Études Politiques, université de Lausanne, jean-christophe.graz@unil.ch

Pierre Alary

Maître de conférences, CLERSE, université de Lille, pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Agnès Labrousse

Maîtresse de conférences, université Picardie Jules Vernes, CRIISEA, agnes.labrousse@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Thomas Lamarche

Professeur des universités, université de Paris, UMR Ladyss, thomas.lamarche@u-paris.fr

Articles du même auteur

Julien Vercueil

Professeur des universités, INALCO, CREE, julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page