Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Notes de lectureLa pluralité monétaire en constan...

Notes de lecture

La pluralité monétaire en constante évolution
À propos de l’ouvrage de Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives

Pierre Alary
Référence(s) :

Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives, Paris, La Découverte coll. « Repères », 127 p.

Texte intégral

1Les monnaies alternatives (MA) se développent sur tous les continents et épousent de multiples formes. Elles circulent sur des territoires définis ou ne disposent pas de limites territoriales ; elles sont convertibles en monnaies d’État ou ne le sont pas ; elles valident des relations inter-entreprises ou inter-particuliers, elles émanent d’un projet de société alternative ou pallient les effets d’une crise, etc. Les MA révèlent des mouvements sociaux extrêmement variés dont les contours ne se distinguent pas toujours aisément, et l’image choisie par Anna Chapman (1980) pour illustrer le troc : « [It] is like a small fish, difficult to grasp and almost impossible to hook » (p. 74), pourrait assez facilement se transposer aux monnaies alternatives.

2L’ouvrage de Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives, analyse les différentes formes de MA et propose en même temps un cadre théorique pour les comprendre. L’auteur articule une réflexion théorique à des réalités complexes, qu’il illustre par une multitude d’exemples. La réflexion théorique donne une structure à l’analyse des faits observés et l’auteur pose, dès le début de son ouvrage, deux jalons pour délimiter clairement son objet. Le premier définit le concept de MA par un ensemble de dispositifs qui « activent un principe de valorisation des richesses et de résolution des dettes au sein d’un groupe de personnes dont tout ou partie des activités est soumise à ces règles » (p. 5). Le second justifie le choix de l’appellation « monnaie alternative » dans un environnement où plusieurs termes circulent : monnaies complémentaires, communautaires, sociales, citoyennes ou associatives. Selon l’auteur, ces différentes appellations ne permettent pas de cerner la complexité des dynamiques en jeu. Les MA ne sont pas toutes complémentaires au modèle dominant, certaines sont pensées pour rompre avec ce dernier ; elles ne sont également pas toutes communautaires, citoyennes, associatives, etc. Jérôme Blanc les qualifie d’alternatives parce qu’elles donnent sens à des alternatives aux monnaies d’État. Selon lui, ce terme traduit mieux la place qu’elles occupent dans les sociétés contemporaines.

Ces deux jalons posés, cinq niveaux d’analyse, un par chapitre, nous éclairent sur les MA et proposent une réflexion générale sur la monnaie. Le premier chapitre définit une typologie fondée sur les dynamiques sociales en action. L’auteur identifie « sept groupes d’expériences » monétaires résumées dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1. Récapitulatif réalisé à partir du tableau synthétique proposé par Jérôme Blanc

Groupe

Caractérisation

Transformation visée

G1

Crédit mutuel généralisé orienté vers les particuliers

Émancipation des personnes et déploiement d’un lien social de proximité par la réciprocité et un échange marchand personnalisé

G2

Crédit mutuel entre particuliers pour services en base temps

Émancipation des personnes et déploiement d’un lien social de proximité par la réciprocité dans le rapport au temps

G3

Monnaie locale inconvertible et forfaitaire

Promotion d’une économie populaire de proximité inclusive

G4

Monnaie locale convertible

Promotion d’une économie populaire de proximité inclusive et réorientation des pratiques de production, de commerce et de consommation

G5

Monnaie de récompense de gestes vertueux

Réorientation de pratiques de consommation et d’emploi des déchets

G6

Crédit mutuel d’entreprises

Promotion d’une économie de PME faisant communauté

G7

Cryptomonnaies

Promotion d’échanges affranchis du cadre bancaire, des monnaies officielles et des limites territoriales

Source : Alary, 2020 ; à partir de Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives, Paris, La Découverte coll. « Repères », p. 13

3La typologie établie par Jérôme Blanc est fondée sur la nature des liens sociaux que les monnaies permettent de tisser, et les différents « groupes d’expériences » sont liés à des organisations sociales spécifiques. Le wir (G6), par exemple, circule entre des entreprises pour fluidifier les cycles de production. Il règle certains problèmes de trésorerie que peuvent rencontrer les entrepreneurs adhérents. Les accorderies (G2) cherchent à créer des liens de réciprocité, sur un territoire défini, évalués sur la base d’un rapport au temps. Le temps nécessaire à la production sert, plus ou moins directement, d’unité de compte aux « accordeurs » et ce choix renvoie directement à une représentation du juste. En effet, il n’y a pas de hiérarchie entre les différents types d’activité, et la « valeur » dépend du temps passé : 1 heure de travail quelle que soit l’activité = 1 heure de travail quelle que soit l’activité. Cette vision n’est évidemment pas celle des promoteurs des cryptomonnaies (G7). Ces derniers veulent ériger des espaces monétaires sans frontière territoriale, indépendants du système bancaire traditionnel et affranchis de la tutelle des États. La typologie proposée par Jérôme Blanc souligne la diversité des initiatives dont le fait de constituer une alternative aux monnaies d’État est le seul point commun.

  • 1 Se référer à Théret (2008) pour approfondir les trois états de la monnaie.

4La typologie proposée renvoie directement aux théories économiques de la monnaie, abordées dans le second chapitre. Ces dernières sont confrontées à la diversité des formes monétaires observées pour questionner et renouveler non seulement « ce qu’est une monnaie mais aussi des théories de la monnaie » (p. 17). Pour Jérôme Blanc, l’approche instrumentale n’offre pas d’outils théoriques idoines à l’analyse des exemples qu’il mobilise. Le cadre des analyses institutionnelles lui semble plus fécond : « [il] ouvre la possibilité d’analyser les économies morales qui sous-tendent les monnaies alternatives, c’est-à-dire la façon dont leurs créateurs ou leurs usagers les pensent en fonction d’une idée de la justice guidée par un système de valeurs qui se différencie des valeurs dominantes » (p. 33). Cette représentation théorique ne limite pas la monnaie à un simple instrument qui faciliterait les échanges, elle s’intéresse au « texte » monétaire, texte tel qu’il est défini par Pierre Legendre (2001). La monnaie est en définitive un « fait social total », selon la définition donnée par Marcel Mauss, qui met « en branle dans certains cas la totalité de la société et de ses institutions » (p. 37). Dès lors, pour comprendre l’importance sociale d’un phénomène monétaire, la monnaie est analysée sous trois angles : à partir des pratiques et des formes concrètes qu’elle prend au service des transactions quotidiennes (l’état objectivé) ; à travers la confiance qu’elle suscite (l’état incorporé) ; ou encore par rapport au degré d’institutionnalisation des logiques qu’elle appelle (l’état institutionnalisé)1.

Cette représentation de la monnaie offre un cadre théorique complexe et ouvre de nombreuses perspectives d’étude. À titre d’illustration, nous retenons une des voies qu’autorise la démarche institutionnelle : les finalités des MA.

Jérôme Blanc identifie trois catégories de finalités.

  • Des finalités socio-économiques : la monnaie cherche à dynamiser les rapports sociaux économiques. Par exemple, suite à la crise argentine de 1999-2000, le trueque est devenu une alternative pour les agents exclus de l’espace du peso. À l’intérieur des réseaux de trueque, les « exclus » reconstruisent des liens sociaux et échangent, pour l’essentiel, des biens de première nécessité. Dans ce contexte, la population féminine, plus impliquée dans le fonctionnement du foyer, est surreprésentée. Les réseaux valorisent « les compétences féminines non solubles dans le salariat ou l’entreprenariat » (p. 59). Cependant, les situations de crise ou de précarité structurelle ne sont pas obligatoirement les seules à susciter des finalités socio-économiques. Des MA s’épanouissent également en dehors des périodes de crise, comme le montre l’exemple du wir. En 80 ans d’histoire, ce dernier, créé pour faciliter les relations inter-entreprises, a traversé aussi bien les périodes de forte croissance que celles de crise.

  • Des finalités de contestation monétaire : un groupe social conteste les valeurs et le mode de fonctionnement du modèle dominant et, pour ce faire, il crée une monnaie alternative. Les systèmes d’échanges locaux, comme l’eusko, une monnaie emblématique du pays basque, s’inscrivent souvent dans ce cadre. Certains Basques veulent promouvoir une organisation sociale adossée à un territoire, plus respectueuse de l’environnement et de la condition humaine et créent une monnaie idoine à ce projet. Dans un tout autre registre, les porteurs de certaines cryptomonnaies, ainsi que leurs adhérents, veulent également changer la société. Ils aimeraient voir les frontières abolies pour construire une société libertarienne, anarcho-capitaliste.

  • Des finalités communautaires : des sujets veulent mettre en place une communauté d’usagers. Ils ne cherchent pas obligatoirement à dynamiser, localement, les transferts de biens et de services. Rien ne prouve qu’une monnaie alternative soit plus efficace qu’une monnaie d’État ; derrière les transferts en question, ils veulent faire vivre une communauté de valeurs. La monnaie devient le marqueur de ce projet politique.

5La présentation ci-dessus sépare formellement les trois finalités pour comprendre les dynamiques monétaires, même si, pratiquement, elles sont articulées, voire entrelacées comme l’illustre le « trueque argentin ». En effet, ce dernier fut créé par un groupe de personnes animées par des objectifs se rapportant au deuxième type de finalité, celle de la contestation monétaire. En revanche, même si le groupe ne l’affichait pas officiellement, ces derniers dépendaient fortement de la troisième finalité. Les adhérents partageaient des valeurs et les finalités socio-économiques ne jouaient pas un rôle fondamental au départ. Avec la crise, les biens essentiels à la vie se mirent à circuler difficilement dans l’espace peso, les « exclus » adhérèrent au trueque pour se les procurer et les finalités socio-économiques devinrent centrales dans l’espace monétaire alternatif. Ainsi, les finalités évoluent et, parce qu’elles se conjuguent, leur hiérarchie se transforme pour répondre à l’évolution des besoins sociaux. Le trueque est né de la deuxième finalité et la troisième le hisse au rang des alternatives monétaires au peso, en crise.

Le troisième chapitre se penche sur un autre aspect : le profil sociologique des adhérents. Cet aspect est évidemment lié aux finalités évoquées supra, mais il dépend aussi des autres dimensions présentées dans l’ouvrage. Ainsi, nous ne détaillerons pas ce chapitre dans la mesure où l’importance du profil transparaît clairement par ailleurs.

Le quatrième chapitre met l’accent sur la dimension politique, consubstantielle à tous les projets monétaires, qu’elle soit clairement assumée ou plus ou moins refoulée. Nous retiendrons deux exemples pour illustrer cette dimension : la localité comme représentation et le « bouillon démocratique » (p. 112).

  • 2 La nature des effets multiplicateurs n’est pas précisée dans l’ouvrage. Il semble cependant que l’a (...)

6Les militants/adhérents se projettent localement, ils valorisent leur espace de vie pour des raisons culturelles, environnementales (ex. de l’eusko supra) ou économiques (ex. au Brésil, le palmas et au Kenya, l’eco-pesa). La proximité est connotée positivement et injecter des liquidités en palmas ou en eco-pesa dans les zones périurbaines pauvres dynamiserait la demande locale. Associée à la circulation de la monnaie d’État, leur présence aurait des effets multiplicateurs2 supérieurs aux effets qu’aurait eue une injection équivalente de monnaie d’État. L’idée keynésienne du multiplicateur serait renforcée à l’échelle locale. Par ailleurs, les militants ne reconnaissent pas les supposées vertus de « l’ouverture ». Pour eux, le développement dépend avant tout de ressorts locaux et non des connexions avec les autres territoires : « Au fond, le territoire pertinent d’une monnaie locale est celui dont elle peut activer une création autocentrée d’activités et de revenus telle qu’il soit en capacité de réagir à des changements brutaux de son environnement. » (p. 88). Bien souvent, la dimension locale fait également écho aux liens personnels que tissent les agents. L’existence de liens personnels « peu réifiés » constitue un élément structurant du projet politique et cela conduit même certains groupes à « rejeter » la monnaie. Ces derniers associent la monnaie à des liens de nature impersonnelle et l’opposent au troc qui met directement en relation deux sujets. Le troc leur semble plus « naturel », même si la référence monétaire ne disparaît pas. Pour définir une unité de compte, les échanges de troc dépendent généralement d’un espace monétaire, voire d’un panier de biens évalués en monnaie. Les projets politiques à l’origine des monnaies alternatives locales valorisent l’espace des relations personnelles créées sur un territoire. L’éthique qui les anime est liée à la dimension locale et elle s’oppose à celle des cryptomonnaies, qui valorise « l’aterritorialité » et les liens impersonnels.

7Cependant, les projets ne reposent pas toujours sur les oppositions locale/internationale, personnelle/impersonnelle, etc. Parfois, pour dynamiser les processus démocratiques, certains militants recherchent des modalités originales de partage du pouvoir. Ils délibèrent, ils discutent, ils arbitrent pour gérer la polis. Dans les systèmes de crédit mutuel, par exemple, les adhérents s’interrogent sur les avantages et les inconvénients d’un système de comptabilité versus l’émission de billets. La première option est chronophage, nécessite une organisation centralisée où toutes les transactions sont enregistrées et contrôlables. La seconde est décentralisée et les transactions se passent de gré à gré, sans l’intervention d’un tiers enregistreur. En revanche, sans contrôle et sans pouvoir de coercition légitime sur les utilisateurs, rien ne protège contre l’émission de fausse monnaie. Le trueque argentin en a fait l’amère expérience, et l’émission de « faux » créditos a provoqué ou précipité sa chute. Ainsi, choisir une comptabilité ou de la monnaie manuelle (billets ou pièces) ne renvoie pas aux mêmes dynamiques de contrôle et de répartition du pouvoir.

8Le cinquième chapitre revient sur la dimension politique des projets monétaires et se penche à la fois sur les dynamiques sociales et le profil des adhérents. Les dynamiques sociales, selon Jérôme Blanc, traduisent un mouvement « d’hyper-monétisation » qui valorise les transferts de biens et de services (dont procède l’aisance matérielle). Les MA permettent le déploiement des transferts dans des « espaces » où les liens sociaux ne dépendaient pas des transferts auparavant. En somme, les projets monétaires structurent l’organisation des sociétés contemporaines à partir de modèles où le sujet transactant occupe une place nodale. La « personne devient entrepreneure d’elle-même et la vente de sa production conditionne le maintien de son activité dans la communauté » (p. 113). Dans ce contexte, les plus pauvres échangent plus facilement grâce aux MA (truque, palmas, eco-pesa, SEL, etc.) et ils peuvent explorer des niches inexplorées (création d’un petit atelier de confection ou autres). La personne « devient productrice directe de services de biens et de services marchands en complément d’une activité salariée ou à défaut de celle-ci » (p. 113). Ces représentations voient chez les plus démunis des « entrepreneur[s] en herbe » et valorisent « une forme de petit capitalisme des pauvres dont les vertus émancipatrices restent douteuses » (p. 113). L’image de l’entrepreneur, du sujet qui prend en charge son destin est valorisée et, à une tout autre échelle, de nombreuses cryptomonnaies « surfent » sur ce corpus de valeurs. Les cryptomonnaies véhiculent l’image d’un individu souverain, affranchi de contraintes sociales et territoriales et à la recherche du profit.

9Un élément de la conclusion, directement lié aux dynamiques sociales, nous a semblé particulièrement intéressant. Les MA amorcent, accompagnent les dynamiques en question et sont à l’origine d’innovations sociales, de changements sociaux. Peu de sujets y participent parfois, ils sont souvent marginaux, mais ils ne doivent pas être négligés pour autant. En effet, la présence « d’expériences et d’idées marginales peut finir par intégrer le cœur même de la monnaie à la période suivante jusqu’à accompagner et porter une transformation de la société » (p. 109). Même si prévoir l’innovation monétaire ou la combinaison d’innovations qui émergeront semble impossible, les germes des institutions futures se trouvent certainement dans les initiatives contemporaines.

10Nous sommes convaincus par les analyses défendues par Jérôme Blanc. Il mobilise un appareillage théorique complexe pour comprendre les MA et utilise une multitude d’exemples pour illustrer la grande diversité des projets sociaux qu’elles permettent. Cependant, malgré la qualité de l’ouvrage, plusieurs points nous interpellent. Ils ne portent pas sur des désaccords de fond, mais sur des questions de recherche qui nourrissent la discussion et ouvrent des perspectives pour de futurs travaux.

11Comme nous l’indiquions précédemment, l’auteur justifie son choix terminologique (les monnaies alternatives) dans les premières pages de l’ouvrage. Nous comprenons sans aucune difficulté ses réserves par rapport aux qualificatifs d’« associatif », de « local » et de « complémentaire », toutefois nous ne sommes pas convaincus par les raisons qu’il invoque pour écarter le terme « social ». Jérôme Blanc écrit : « le terme est inadéquat lorsqu’il s’agit de monnaies dont la vocation est d’être employées dans les circuits de commerce classiques » (p. 6). Cette phrase nous semble en désaccord avec le contenu général du livre qui montre que le qualificatif de « social » ne permet pas d’identifier un type de monnaie dans la mesure où toutes les monnaies sont sociales. Selon les théories institutionnelles, « l’essence » de toute monnaie est sociale, qu’elle soit alternative, d’État ou employée dans les circuits de commerce classiques. La monnaie fiscale, par exemple, constitue un lien social extrêmement puissant dans les sociétés contemporaines. De plus, la phrase n’est pas totalement indépendante des propositions théoriques spécifiques aux approches dominantes en économie. Que « sociales » soit un adjectif inadéquat pour qualifier les monnaies employées dans les circuits de commerce classiques positionne théoriquement les circuits en question en dehors du social. Que peuvent-ils être, s’ils ne sont pas sociaux ? Un simple espace où s’expriment les préférences d’individus autonomes mus par une « force naturelle », le désir de maximiser ? Toujours selon l’institutionnalisme, la monnaie des « circuits de commerce classiques » est avant tout sociale parce que les circuits en question sont sociaux.

En dehors d’un cas africain, celui du Kenya, l’auteur présente uniquement des exemples de monnaies alternatives occidentales et sud-américaines, ces dernières se limitant aux espaces argentins et brésiliens. Ce choix nous interpelle et nous formulons deux hypothèses qui sont également des questions.

  • La première, l’auteur fait un lien direct entre les monnaies alternatives et la « société démocratique ». Les institutions de cette dernière permettraient l’émergence des MA, ce qui expliquerait que les sociétés non démocratiques, l’essentiel du territoire africain et de celui de l’Asie, en soient dépourvues. Cette hypothèse nous perturbe un peu, car d’une part imaginer que les deux tiers de l’humanité, voire plus, n’aient pas de monnaies alternatives aux monnaies d’État ne nous semble pas intuitif, d’autre part de nombreux indices semblent traduire la présence de monnaies alternatives bien au-delà des « sociétés démocratiques ». En revanche, elles ne disposent pas de statuts écrits, de chartes, etc.

  • La seconde hypothèse procède directement de la première et nous conduit à penser que les MA qui ne sont pas identifiées formellement n’existent pas. En effet, des statuts publiés, rédigés, une charte, un site, etc. officialisent bien souvent l’existence de la monnaie alternative dans les « sociétés démocratiques », et « l’existence » de la monnaie dépend de ce processus. Dans les autres sociétés, si les mêmes processus lui donnent une visibilité, la monnaie est également qualifiée d’alternative. Il en est ainsi du palmas, de la monnaie mobile, du trueque (Saiag, 2013). En revanche, ne passe-t-elle pas inaperçue si d’autres représentations valident son existence sociale ? En Inde, par exemple, l’usage de certaines étoffes (Ortis, 2018) semble posséder des attributs monétaires, tout comme certaines monnaies traditionnelles au Laos. Les formes de médiations monétaires qu’elles assuraient historiquement ont disparu, mais elles existent toujours en tant que monnaie. Certes, l’image monétaire dont elles jouissent aujourd’hui se nourrit d’une histoire, mais il n’en reste pas moins qu’elles assurent de nouvelles formes de médiation. Ainsi, si les processus d’identification des monnaies alternatives étaient étendus, il serait possible d’imaginer que l’innovation monétaire puisse toucher les « sociétés non démocratiques ». Il serait également possible d’imaginer qu’un, voire plusieurs groupes puissent être ajoutés à la typologie présentée dans le tableau 1. Le G8 pourrait regrouper, par exemple, des monnaies comme la monnaie mélanésienne étudiée par Daniel de Coppet (1998), qui assurent des médiations sociales liées à la vie contemplative. Elles ne seraient pas directement liées à la reproduction matérielle, mais elles assureraient des liens nécessaires à des processus de socialisation au service d’un projet politique alternatif ou non.

12Selon Jérôme Blanc, un mouvement d’hyper-monétisation est à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. Les fondements de cette proposition nous semblent discutables, ce qui fait écho aux remarques précédentes. En effet, sur quelles bases peut-on dire que les « sociétés démocratiques » contemporaines sont plus monétisées que des sociétés anciennes, par exemple ? Si nous admettons que des tissus, les perles des Aré-aré (Coppet, 1973), les tiges de laiton des Tivs (Bohannan, 1963), la piastre, etc. sont des monnaies, alors des espaces entiers de la vie sociale liée à la vie contemplative sont monétisés. Or, dans les « sociétés démocratiques », la vie contemplative est-elle monétisée ? Ce point est à vérifier mais il semblerait que l’hyper-monétisation, telle que la définit Blanc, soit un prisme déformant. Il met l’accent sur des formes de monnaies spécifiques à des modes de socialisations contemporains, dominants et ne valorise pas les monnaies liées à d’autres formes de socialisations plus ou moins influentes dans d’autres sociétés. En effet, échanger des biens et des services « marchands » est devenu un lien social fondamental dans nos sociétés et les monnaies alternatives que l’auteur identifie concernent cet espace. Elles permettent de lier les sujets, soit quand les monnaies d’État ne le permettent pas, soit sur la base de valeurs politiques différentes. En revanche, dans les sociétés où les transferts de biens et de services « marchands » s’articulent davantage à d’autres liens sociaux (ex. contemplatifs), les dynamiques de socialisation s’opèrent ailleurs et la MA envahit « ces espaces ». Ainsi, l’hyper-monétisation traduit peut-être la multiplication des supports monétaires dans un espace de socialisation donné (« marchand »), sans pour autant révéler un niveau global de monétisation plus important.

13Jérôme Blanc retient les critères suivants pour identifier et regrouper les cryptomonnaies : c’est la promotion d’échanges affranchis du cadre bancaire, des monnaies officielles et du territoire. Ces critères sont univoques mais nous ne sommes pas convaincus qu’ils permettent réellement de cerner les cryptomonnaies. En effet, le site Coinmarketcap recense 800 cryptomonnaies (p. 52) et nous aurions souhaité savoir si elles répondent toutes aux critères précités. Nous n’avons pas réellement trouvé de réponse à cette question dans l’ouvrage, et nous avons le sentiment que les cryptomonnaies sont définies par des logiques d’émission et non par les critères précités. De plus, il n’est pas évident qu’elles passent toutes entre les fourches caudines de la définition de monnaie proposée par l’auteur (unité de compte et moyen de paiement). Certaines cryptomonnaies enregistrent des niveaux élevés de capitalisation en tant qu’actifs (voir le tableau, p. 100) et elles n’assurent ni la fonction de compte ni celle de paiement. En fait, par rapport aux autres monnaies alternatives, nous n’avons pas réellement d’outils théoriques pour saisir les cryptomonnaies ou les mouvements qu’elles représentent. Jérôme Blanc consacre plusieurs paragraphes aux cryptomonnaies, mais il ne confronte pas systématiquement les caractéristiques du phénomène social qu’elles représentent au cadre théorique qu’il propose. En d’autres termes, elles sont qualifiées de MA parce que les promoteurs des cryptomonnaies revendiquent une dimension monétaire, mais elles ne sont pas réellement étudiées dans l’ouvrage et elles ne nourrissent pas vraiment la réflexion de l’auteur.

14Ces points de discussions nous semblent importants ; ils permettent de pousser la cohérence d’un modèle théorique, l’institutionnalisme monétaire (IM), dans ses retranchements. L’IM défend l’idée de l’universalité du phénomène monétaire (Servet, Théret & Yildirim, 2008) : « à tout social différent monnaie différente » (Orléan, 2001, p. 33), et les concepts des institutionnalistes doivent traduire cette idée. Les diverses monnaies valident des liens sociaux différents et conclure qu’une société est plus monétisée qu’une autre sur la base de liens sociaux très développés dans l’une et ténus dans l’autre nous semble difficile. Quoiqu’il en soit, nous retenons surtout les apports et les qualités de l’ouvrage de Jérôme Blanc. Nos remarques cherchent à nourrir le débat sur la monnaie et nous conseillons vivement la lecture de ce livre au citoyen et au chercheur intéressés par la question.

Haut de page

Bibliographie

Bohannan P. & L. Bohannan (1968), Tiv Economy, Evanston (IL.), Northwestern University Press, coll. « Northwestern University African studies ; no 20 ».

Chapman A. (1980), « Barter as a universal mode of exchange », L’homme, t. 20, no 3, p. 33-83. URL : www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1980_num3_368100 [accessed on 14/12/2020]

Coppet D. de (1973), « Premier troc, double illusion », L’homme, t. 13, nos 1-2, p. 10-22. URL : www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1973_num_13_1_367325 [consulté le 14/12/2020]

Coppet D. de (1998), « Une monnaie pour une communauté mélanésienne comparée à la nôtre pour l’individu des sociétés européennes », in Aglietta M. & A. Orléan (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Legendre P. (2001), De la société comme texte. Linéaments d’une Anthropologie dogmatique, Paris, Fayard.

Orléan A (2001), « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, no 84. URL : http://journals.openedition.org/jda/2538 [consulté le 14/12/2020]

Ortis D. (2018), « Le triomphe du désir. Analyse du rituel de mariage d’un martyr musulman en Inde du Nord », in Capdeville-Zeng C. & D. Ortis (dir.), Les institutions de l’amour : cour, amour, mariage. Enquêtes anthropologiques en Asie et dans l’océan Indien, Paris, Presses de l’Inalco, coll. « AsieS », p. 212-243.

Saiaf H. (2013), « Le trueque argentin ou la question du fédéralisme monétaire (1995-2002) », Revue Française de Socio-Économie, vol. 12, no 2, p. 69-89. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2013-2-page-69.htm [consulté le 14/12/2020]

Servet J.-M., Théret B & Z. Yildirim (2008), « Universalité du fait monétaire et pluralité des monnaies. De la confrontation coloniale à la rencontre des sciences sociales », in Baumann E., Bazin L., Ould-Ahmed P., Phelinas P., Selim M. & R. Sobel (dir.), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines. Série Globalisation et sciences sociales ».

Théret B. (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, vol. 59, no 4, p. 813-841. URL : https://www.cairn.info/revue-economique-2008-4-page-813.htm [consulté le 14/12/2020]

Haut de page

Notes

1 Se référer à Théret (2008) pour approfondir les trois états de la monnaie.

2 La nature des effets multiplicateurs n’est pas précisée dans l’ouvrage. Il semble cependant que l’auteur pense à un effet keynésien lié à une dépense.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alary, « La pluralité monétaire en constante évolution
À propos de l’ouvrage de Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives »
Revue de la régulation [En ligne], 28 | 2nd semestre / Autumn 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/regulation/18371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/regulation.18371

Haut de page

Auteur

Pierre Alary

Enseignant-chercheur au Clersé, Université de Lille ; Chercheur associé au centre d’Asie du Sud-Est [Case], EHESS ; pierre.alary@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search